JE SUIS UN VRAI TEMOIN

(I am a Witness)



«Je suis un vrait témoin»:Une documentation du révérend Ewald Frank,
enregistrée en décembre 1997 au «Centre Missionnaire de Krefeld».

 

[Traduction française de la cassette vidéo en anglais.]




Mesdames et messieurs, je vous salue tous dans le précieux Nom de notre Seigneur Jésus-Christ. Je suis frère Frank d’Allemagne, un vrai témoin des choses que Dieu a faites dans notre génération. Je voudrais partager mon témoignage avec vous tous à travers le monde, espérant que chacun comprendra les choses qui sont dites de la manière juste. Je voudrais lire dans Luc chapitre premier, à partir du verset premier:

“Plusieurs ayant entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, suivant ce que nous ont transmis ceux qui, dès le commencement, furent des témoins oculaires et qui sont devenus ministres de la Parole, il m’a semblé bon aussi, ayant une compréhension parfaite de toutes ces choses depuis leur origine, de te les écrire…”.

Ceci est une déclaration très spéciale, qui est écrite dans l’Evangile de Luc, disant que plusieurs ont déjà donné leur rapport. Et voici que lui, étant ordonné de Dieu, donne aussi son rapport des choses qu’il a vues et entendues. Il dit: “Ceux qui étaient témoins oculaires et ministres de la Parole”. Il n’est pas suffisant d’être un témoin oculaire; pas plus qu’il n’est suffisant d’être ministre de la Parole. Si Dieu accomplit les prophéties, si le plan du Salut arrive à son accomplissement, nous avons besoin d’hommes de Dieu qui sont en même temps témoins oculaires et ministres de la Parole, et qui peuvent placer ce qui arrive dans la structure des saintes écritures. Ainsi cet homme de Dieu fait une déclaration très audacieuse, déclarant qu’il a une compréhension parfaite de toutes les choses depuis leur origine. Quelqu’un pourrait penser que ceci est une déclaration trop forte pour un être humain. Mais si Dieu est dans la chose… Si Dieu choisit quelqu’un pour parler ou écrire, Lui, le Dieu parfait, donne une compréhension parfaite, par la Parole parfaite de Dieu, à ceux qu’Il utilise dans son Royaume.

J’aimerais aussi lire dans 1 Jean, chapitre premier, verset 1: “Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la Parole de la vie…”.

Nous sommes en relation avec toutes ces Ecritures. Dieu a eu des témoins dans l’Ancien et le Nouveau Testament. Chaque fois qu’il fait quelque chose, il y a toujours quelqu’un qu’il peut utiliser pour montrer à partir des Ecritures, que ce qu’il a promis est en train de s’accomplir. Nous traitons du plan du Salut lequel maintenant arrive à son achèvement.

Dans Actes, chapitre premier, notre Seigneur dit: “Vous êtes mes témoins”. Dans Esaïe 43, le Seigneur dit: “Vous êtes mes témoins”. Dans 2 Pierre, chapitre 1, l’apôtre donne son témoignage avec les paroles suivantes: “Car ce n’est pas en suivant des fables ingénieusement imaginées, que nous vous avons fait connaître la puissance et la venue de notre Seigneur Jésus-Christ, mais comme ayant été témoins oculaires de sa majesté”. Ainsi, au verset 18, l’apôtre déclare: “Et nous, nous entendîmes cette voix venue du ciel, étant avec lui sur la sainte montagne”.

Si nous avons à faire à Dieu, ainsi qu’à l’accomplissement des prophéties bibliques, si nous avons à faire à un ministère ordonné du Dieu Tout-puissant, nous devons toujours revenir aux Ecritures et c’est là que nous trouvons la promesse ainsi que la réponse, alors que Dieu accomplit sa Parole Promise. Si nous regardons un moment dans l’histoire de l’humanité, dans l’Ancien Testament, nous voyons que chaque fois que quelque chose de spécial devait arriver sur la terre, Dieu trouvait quelqu’un à qui il pouvait parler, quelqu’un qu’Il pouvait utiliser en ce temps-là. Nous avons la connaissance des prophètes; nous avons entendu parler au sujet d’Enoch, de Noé, d’Abraham, de Moïse, au sujet d’Elie, au sujet de tous les prophètes auxquels le Seigneur Dieu a parlé, qui étaient des témoins, qui ont entendu Sa Voix, qui étaient en contact, en communion directe avec Dieu, sous l’inspiration du Saint-Esprit. Nous réalisons alors aussi qu’avant de faire quelque chose, Dieu parle, comme l’Ecriture le dit dans Amos 3.7: “Or le Seigneur, l’Eternel, ne fera rien, qu’il ne révèle son secret à ses serviteurs les prophètes”. Abraham était un prophète du Tout-puissant. Et dans Genèse 18 nous trouvons qu’il est écrit que le Seigneur et deux anges visitèrent ce prophète. Et au verset 17 notre Seigneur dit: “Cacherai-je à Abraham ce que je vais faire…?”. Les deux anges continuèrent à Sodome selon Genèse chapitre 19, mais le Seigneur resta avec Abraham et confirma sa promesse, laquelle fut plus tard accomplie en Isaac.

Bien-aimés frères et soeurs, mesdames et messieurs, si nous regardons dans l’Ancien Testament, nous voyons alors que l’histoire de l’Eglise du Nouveau Testament était déjà annoncée. Toutes les choses qui arrivent dans la période du Nouveau Testament, étaient déjà annoncées dans l’Ancien Testament. Jean était un prophète promis. Dans Esaïe chapitre 40, verset 3; dans Malachie 3, verset 1, nous trouvons ces deux prophéties capitales concernant le précurseur de la première venue de Jésus-Christ, le décrivant comme étant la voix criant dans le désert “Préparez le chemin du Seigneur”. Il est très important de savoir que Dieu accomplit Ses promesses. Tous les prophètes de l’Ancien Testament ont parlé de ce grand événement; et ils ont annoncé la venue du Messie. Mais Jean a fait le pont entre l’Ancien et le Nouveau Testament et c’est pourquoi il était plus qu’un prophète. Ils avaient annoncé ce qui devait arriver, mais lui pouvait pointer le Messie du doigt et dire: “Voilà l’agneau de Dieu!”. Ainsi, nous devons comprendre cela, et je vous prie d’essayer de suivre dans la prière ce qui sera partagé avec vous. Je ne crois pas que ceci est un hasard. Je crois que Dieu a ordonné toutes choses pour qu’elles puissent arriver au temps voulu, de la manière voulue.

Je dois m’inclure moi-même humblement dans ce programme de Dieu, duquel je suis devenu une partie, et cela depuis plusieurs années. Il faut que je dise que mon arbre généalogique remonte jusqu’au jour de la réformation. L’un de ceux qui avaient combattu pour la Vérité aux côtés de Martin Luther et de ceux qui étaient utilisés par Dieu pour faire une brèche en ce temps-là, était August Herman Frank. De même mon arrière grand-père portait le même nom. Il y avait dans ma famille des hommes qui craignaient Dieu. Bien qu’étant luthériens, ils croyaient la Parole de Dieu aussi loin qu’Elle leur était révélée en leur jour et en leur temps. Moi-même, j’allais dans l’église baptiste. C’est là que je fus baptisé, mais mon chemin ne s’arrêta pas là.

Je fus mis en relation avec le ministère du Full Gospel dans notre pays, et déjà en 1949, je fis ma première expérience de salut. Je n’étais pas seulement converti et né de nouveau, mais je fus rempli du Saint-Esprit et depuis ce moment-là j’eus le zèle de servir mon Seigneur qui m’avait aimé d’une manière si merveilleuse. Un homme vint d’Amérique, du nom de Hall Herman; il prêchait à Hambourg en Allemagne. C’était un grand homme à Hollywood. Mais après les deux bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki, il fut engagé par le gouvernement américain pour filmer toutes les conséquences des bombardements sur le Japon. Et en faisant cela, il fut naturellement très fortement troublé. Ses pensées l’amenèrent au livre d’Apocalypse… Il se demanda donc ce qui arriverait lorsque les jugements d’Apocalypse frapperaient le monde. Dès lors il était très troublé, lui qui avait été élevé aux Etats-Unis d’Amérique, qui était non seulement en relation avec le Général Mac Carthy, mais qui connaissait aussi le Président des Etats-Unis d’Amérique. Cependant quelque chose parla en son coeur. C’est ainsi qu’il alla dans une réunion où frère William Branham prêchait, dans la contrée de Los Angeles, et Dieu toucha son coeur et sauva son âme. Il se mit alors à donner son témoignage de ce que Dieu avait fait pour lui.

Mais je dois sauter quelques années, et j’en arrive à 1953. Je fus choisi, comme étant le plus jeune ministre, alors que je n’avais pas encore 20 ans, pour prêcher à une conférence libre des pentecôtistes en Allemagne. L’année 1955 est une année et un temps très spécial dans ma vie! J’eus le privilège d’aller à des réunions de frère Branham en Allemagne pendant 10 jours. Je dois dire, et je le fais avec un grand plaisir en tant que témoin donnant son témoignage, que ce que je vis pendant ces dix jours était exactement ce qu’on trouve dans le livre des Actes et dans les Evangiles. Rien de moins que cela! Les aveugles reçurent la vue; de grands signes et des merveilles arrivèrent. Et tout naturellement, jour après jour, et moment après moment, nous pleurions; nous crions, nous chantions, et nous louions Dieu. Des jours bibliques étaient à nouveau arrivés. Cela n’était pas seulement écrit dans le livre des Hébreux 13, verset 8: “Jésus-Christ est le même, hier, et aujourd’hui, et éternellement”, mais cela était devenu une réalité vivante! Je suis un témoin authentique; j’ai entendu; j’ai vu; j’étais présent lorsque cela arriva. J’étais là lorsqu’une fille née aveugle, et qui devait avoir onze ans, reçu la vue en un seul instant. J’étais là lorsque des gens se mourant de cancer étaient amenés sur des brancards par une ambulance. Il y avait là un homme qui était lui-même professeur, alors que frère Branham lui parlait, il lui dit: «Monsieur! la lumière est sur vous! Dieu vous guérit! Je l’ai vu dans une vision». Et frère Branham avec autorité, prononça ces mots: «Tu es guéri par la puissance de Dieu, dans le Nom de Jésus-Christ de Nazareth!». Devant les yeux de près de dix-huit à vingt milles personnes, cet homme qui n’était plus que l’ombre de lui-même et qui était couché sur un brancard se leva, plaça le brancard sur sa tête et sorti de la grande tente de la campagne.

Amis bien-aimés, je suis un vrai témoin. Et à partir de ce moment, ce ministère confirmé avec puissance sous nos yeux et d’une manière si merveilleuse, a créé en moi un seul désir: connaître un peu plus ce que Dieu était en train de faire. Il arriva ensuite que je saluai frère Branham dans le hall de l’hôtel où il logeait pendant les réunions. Et avant que je ne touche sa main, s’arrêtant et me regardant, il me dit: «Tu es un ministre de l’Evangile; ta femme se tient là à l’entrée». C’était un prophète! Dieu lui donnait des visions.

Et, mes amis, qu’il me soit permis de faire cette remarque, il était le seul homme que j’aie entendu qui pouvait non seulement mettre en pratique Hébreux 13.8, mais il le faisait aussi de Jean 14.12, là où le Seigneur dit: “Celui qui croit en moi fera, lui aussi, les oeuvres que moi je fais, et il en fera de plus grandes que celles-ci”. Il utilisait aussi l’Ecriture de Jean 5 verset 19,20. “Le Fils ne peut rien faire de lui-même, â moins qu’il ne voie faire une chose au Père”. William Branham était un prophète! Il n’était pas seulement un prophète, un voyant, mais il était un prophète promis. C’est ce que vous comprendrez plus tard, lorsque nous aurons avancé pas à pas au travers des choses que Dieu a faites. Je veux seulement simplement dire ici, que je crois en ce que Dieu a fait conformément à sa Sainte Parole. Je ne serais pas assez stupide de passer par-dessus ce que Dieu a fait dans ma génération. Comme frère Branham le disait souvent, nous louons toujours Dieu pour ce qu’il a fait et nous nous attendons à ce qu’il va faire dans le futur, mais la plupart de temps, nous passons à côté de ce qu’il fait présentement.

Arrivons maintenant à l’année 1958, alors que j’étais à une convention de la Voie de la Guérison arrangée par Gardon Lindsay, à Dallas, au Texas. C’est l’homme qui avait écrit ce livre «William Branham, un homme envoyé de Dieu». En allemand, ce livre était aussi publié sous le titre: «William Branham un homme envoyé de Dieu». J’allais à cette convention, en 1958. Et là, je fis la connaissance de près de 200 évangélistes américains. Aux réunions du soir, frère Branham était le prédicateur principal. Je ne juge pas; je ne fais que partager ces choses avec vous. J’avais alors une bonne opportunité de comparer les ministères. Tous les autres étaient des prédicateurs éloquents. Mais aux réunions du soir, lorsque frère Branham commençait à prêcher, c’était tellement différent! Chacun pouvait sentir la présence surnaturelle du Dieu Tout-puissant. Et dans chaque service, le don du discernement était manifesté. Frère Branham avait des visions pendant qu’il priait, pour ceux qui venaient avec leurs besoins et pour lesquels on priait. Ainsi, par la grâce de Dieu, c’est là à Dallas, au Texas, que Dieu ouvrit mes yeux et que je vins à comprendre que ce ministère n’était pas un simple ministère parmi tant d’autres, mais que ce ministère avait une connexion très spéciale avec le plan du Salut. Dieu se trouvait dans ce ministère; il était ordonné par le Tout-Puissant pour ce temps. C’était aussi cette même année que j’ai connu Tommy Osborn, Oral Roberts et tous les autres grands évangélistes que vous pouvez mentionner, et qui sont connus à travers le monde entier.

C’était en 1960, quand Tommy Osborn est venu en Allemagne; il me visita dans notre petit appartement me demandant d’être son manager européen. C’était en ce temps une offre merveilleuse pour un allemand d’avoir une grande voiture, un grand salaire et de ne plus avoir besoin de travailler plus longtemps dans le travail habituel que j’avais dans le gouvernement allemand en ce temps-là. Mais pour être honnête, je dû lui déclarer que j’avais commencé à traduire les prédications de frère Branham en allemand, et cela fut la fin de notre conversation.

Bien-aimés, à ce moment-là, je sus que je devais prendre ma position. Indépendamment de ce que les gens pourraient dire. Je savais que ceci était un ministère ordonné de Dieu et que j’étais responsable de partager ce que Dieu avait donné, et cela tant avec mon peuple qu’avec plusieurs autres.

Puis, vint l’année 1962, c’était lundi, le 2 avril, juste avant que le jour paraisse , avant que le soleil se lève. Il arriva une chose, et je vous dis la vérité, ma Bible allemande luthérienne, la deuxième édition vieille de plus de 400 ans est là devant moi, et ma Bible anglaise aussi est là. Et Dieu le Tout-Puissant, qui est le juge de tous le sait aussi, que c’est réellement arrivé. Je n’avais aucune connaissance, je n’avais pas prié pour cela, et cela arriva à Krefeld, dans la rue Louise n° 160, au 2ème étage. Je m’étais réveillé tôt le matin; je me suis approché de la fenêtre et j’ai tiré les rideaux de droite à gauche. Je regardais dehors; c’était un nouveau jour qui apparaissait et il n’y avait pas de nuage dans le ciel. Je me suis juste éloigné de la fenêtre faisant une courte prière, recommandant la journée au Seigneur. Et, après cette prière, me tenant debout à environ 2 à 3 mètres de là, je regardais vers la fenêtre. D’en haut et de la droite, vint la Voix terrible du Seigneur prononçant chaque mot avec précision en langue allemande. Le Seigneur dit ces mots: «Mon serviteur, ton temps dans cette ville sera bientôt terminé. Je t’enverrai dans d’autres villes pour prêcher ma Parole».

Amis, le moment suivant je m’évanouis. Je tombais à terre sur mon bras gauche. sur le tapis, je n’avais plus de force dans mon corps. Ce n’est qu’après quelques instants que je repris un peu de force. Je me mis à nouveau à bouger ma main gauche vers la droite; finalement je pus me tenir debout sur mes pieds et je regardais encore vers la fenêtre, et mon corps tremblait de cette manière, et je dis ces mots: «Seigneur, ils ne m’écouteront pas; ils ont toutes choses en abondance, ils ne sont pas prêts pour écouter». A peine avais-je prononcé ces derniers mots, que le Seigneur parlât une seconde fois: «Mon serviteur, le temps viendra où ils t’écouteront. Emmagasine la nourriture car une grande famine arrive. Alors tu te tiendras au milieu du peuple pour distribuer la nourriture».

Bien-aimés, vous qui vivez dans différents pays et continents, vous ne pouvez pas pleinement comprendre ma situation. Mais c’était en 1961 et 1962 alors que le point culminant de la guerre froide était atteint; il y avait la crise de Cuba, la crise de Berlin. Et à Berlin, les tanks russes et américains étaient face à face, et nous pensions qu’à n’importe quel moment une tragédie pouvait survenir dans notre pays. Parce que les aliments naturels avaient été mentionnés, je fis au mieux de ma connaissance; je dis à la petite congrégation ce que le Seigneur m’avait dit et nous emmagasinâmes des aliments de tout genre. Mais il n’y eut aucune famine; il n’y eut aucune tragédie; mais en ce qui me concernait quelque chose m’arriva et je dis: «Seigneur, je ne peux plus vivre; je ne peux plus prêcher… parce que tu as parlé et cela ne s’est pas réalisé». Alors la pensée me vint que je devais prendre l’avion et rencontrer frère Branham, m’attendant à ce que le Seigneur l’utilise pour me parler et me donner une réponse. Je ne voulais pas attendre le 31 décembre de cette année 62. Ainsi, c’était un lundi, le 3 décembre, que je me trouvais en compagnie de frère Branham, frère Banks Wood et frère Sothman assis dans la même voiture. Frère Branham étais assis derrière le volant, et j’étais à sa droite. Il vint me prendre de l’endroit où j’habitais et nous eûmes un repas ensemble. Frère Branham parlât des réunions en Allemagne, en Suisse, alors que nous continuions la conversation, le moment vint où je lui dis: «Frère Branham, je voudrais te demander quelque chose». C’est alors que sa main droite se leva légèrement de cette manière; et il dit: «Frère Frank, puis-je te dire ce que le Seigneur t’a dit?». Et mes amis, vous pouvez le croire ou pas, mais j’ai des frères d’autres pays qui ont fait le voyage jusqu’aux Etats-Unis pour demander à Banks Wood et à frère Sothman s’ils étaient là lorsque frère Branham me parlât. Ils sont revenus en Europe, de l’Allemagne, de la France et d’autres pays, confirmant avoir entendu de leurs lèvres le témoignage que je vous donne maintenant. Frère Branham répéta les paroles mot à mot, phrase par phrase, dans l’ordre précis dans lequel le Seigneur m’avait parlé en Allemagne. A partir de cet instant, je ne pouvais plus dire un mot. La présence de Dieu était si puissante. Ensuite, après m’avoir répété ce que le Seigneur m’avait dit, il me dit: «Frère Frank, tu as mal compris ce que le Seigneur a dit. Tu avais l’impression qu’il y aurai une tragédie naturelle et une famine naturelle et ainsi tu as emmagasiné de la nourriture naturelle». Il continua et dit: «Dieu enverra une famine d’entendre sa Parole. Et la nourriture qui doit être emmagasinée est la Parole promise de Dieu pour ce temps, révélée par le Saint-Esprit, et qui est gardée dans des prédications qui sont sur des bandes».

Frère Branham a utilisé le mot bandes lorsqu’il a fait cette déclaration. Bien sûr, depuis septembre 1958, je recevais toutes les prédications que frère Branham donnait en Amérique. Trois semaines après, je les recevais en Allemagne et c’est ainsi que j’ai réellement grandi sous son ministère, année après année. Cela était ordonné par le Dieu Tout-Puissant de cette manière là. Les derniers mots qu’il dit ce 3 décembre dans cette conversation furent: «Frère Frank attends pour la distribution de la nourriture, jusqu’à ce que tu reçoives le reste de la nourriture qui va avec». Cette partie, je ne l’avais pas comprise, mais je n’avais pas osé demander ce que cela voulait dire. Ainsi, par la grâce de Dieu, nous devons comprendre que c’était au moment où le Seigneur m’avait parlé, que l’ange du Seigneur avait parlé à frère Branham: «Ne fais pas ton voyage à Zurich, en Suisse pour une seule réunion avec les hommes d’affaires du Full Gospel. Mais retourne à Jeffersonville et emmagasine la nourriture». Vous tous qui êtes en relation avec le message de l’heure, vous savez qu’il en a parlé au moins trois fois, disant de quelle manière cela lui fut dit et comment il devait emmagasiner la nourriture, par la grâce de Dieu.

Maintenant, venons-en à l’année 1963, lorsque les sept sceaux furent ouverts conformément à la vision qui avait été montrée à frère Branham le 22 décembre 1962. Lorsque j’étais là avec lui, il me dit qu’en janvier 1963, il déménagerait avec sa famille pour aller à Tucson. Je ne connaissais pas seulement frère Branham par les prédications, mais j’étais allé dans sa maison; j’étais allé avec lui dans la même voiture, et ainsi de suite. Mais la connexion que j’avais avec lui n’était pas dans le domaine naturel, mais bien dans le spirituel. Ainsi après avoir reçu la révélation des sept sceaux, il fût mal compris par les évangélistes qui avaient pourtant reçu leur inspiration lors de l’une de ses réunions.

Si vous retournez au 7 mai 1946, vous n’y trouverez aucun mot, aucune mention de qui que ce soit tel que Billy Graham, Oral Roberts, ou quelque autre de ces évangélistes. C’était bien William Branham qui avait reçu un visiteur du ciel, un ange qui vint vers lui le 7 mai 1946. Je crois cela de tout mon coeur. Et cela est aussi vrai que je crois qu’un ange était apparu à Zacharie, selon Luc 1, se tenant à la droite de l’autel et lui donnant la promesse qu’Elisabeth aurait un fils qui allait marcher devant le Seigneur pour préparer son chemin. De même que l’Ange était venu vers Marie, comme cela nous est relaté dans Luc 1, lui donnant la parole de la promesse que le Messie allait naître. Si vous regardez dans l’Ancien et le Nouveau Testament, vous verrez que chaque fois que le surnaturel se manifestait sur la terre, Dieu travaillait d’une manière mystérieuse pour accomplir Ses merveilles, Son conseil. Vous pouvez lire dans le Nouveau Testament, qu’un ange ouvrit les portes de la prison pour que Pierre puisse sortir; un ange apparut à Corneille, lui disant qu’il devait appeler Simon qui lui annoncerait la voie à suivre et les paroles qu’il devait écouter; un ange vint à Paul lui disant ce qui devait arriver. Si vous allez dans le dernier livre de la Bible, un ange apparut à Jean dans l’île de Patmos lui montrant tout ce que les serviteurs de Dieu devaient connaître et qui devait bientôt arriver. Dans Apocalypse 22.6, il est confirmé à nouveau que le Seigneur Dieu avait envoyé Son ange. Et Il a envoyé des anges chaque fois que quelque chose de très spécial arrivait. Lorsque notre Seigneur naquit, selon Luc 2, toute l’armée céleste descendit, chantant, et la lumière brilla au-dessus de Bethléhem et de toute la région, la nuit fut illuminée et un ange proclama: “C’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur”. Si vous allez dans l’Ancien Testament, et plus spécialement dans le prophète Daniel à qui furent montrées des choses en relation avec le temps de la fin, l’ange vint vers lui et il lui fut dit qu’il devait expliquer au prophète les choses qu’il lui montrait.

Bien-aimés, Dieu ne demandera à personne la permission, Il fera tout ce qu’il s’est proposé de faire, et bénis sont ceux qui ne discutent pas, qui ne rejettent pas ce que Dieu fait. Au moment où le conseil de Dieu arrive à son accomplissement et que prend place la Parole Promise, Dieu agit. Et cela tout spécialement si un prophète promis apparaît sur la scène, c’est le temps pour nous de savoir que Dieu est en train de faire l’histoire. Ce n’est pas à toi, homme, de juger. Il fait cela pour que tu respectes Dieu et que tu parviennes à la compréhension de ce qu’il est en train de faire, conformément au plan du Salut.

Nous devons maintenant aller un peu plus loin. Nous savons que frère Branham fut repris d’entre nous à peu près en ce temps-ci, en décembre 1965 et maintenant nous sommes à la même date, en décembre 1997. Toutes ces années se sont écoulées et nous voyons que Dieu ne s’est pas arrêté en décembre 1965; en réalité le travail vient à peine de commencer. Voici ce qui s’est passé le 24 décembre. Ce que je dis, je le dis la Bible devant moi. Je vis en Allemagne, et je n’avais aucune connaissance de ce qui était arrivé à frère Branham. Je ne pouvais pas savoir qu’il serait repris d’entre nous en décembre, le 24, jour qui est la date de ma naissance. Mais je vous dit la vérité, je ne suis pas un homme ayant beaucoup de visions ou de songes, ou qui aie des dons spirituels, mais j’ai vu frère Branham sur une nuée, montant, montant de plus en plus haut. Lors de cette vision je ne savait pas que ceci était le moment où il était repris d’entre nous. Le voyant sur cette nuée, penché de cette manière, je lui dis: «Frère Branham, tu n’es pas le Fils de l’homme, que fais-tu sur cette nuée?». Je ne savait pas que c’était exactement à ce moment-là qu’il était repris d’entre nous pour être avec le Seigneur.

Ce n’est que le 5 janvier que je fus informé par frère HAMBRUSTHURY de la mort de frère Branham. C’était la lettre la plus terrible que j’aie jamais reçue dans ma vie. Vous ne pouvez pas imaginer ce que cela signifiait pour moi. Mais le pire fut encore le jour de l’enterrement. J’étais présent et je vis frère Branham dans le cercueil. Il n’avait pas été enterré aussitôt après son décès, mais quelque temps après seulement. Et j’étais présent et le vis étendu dans le cercueil. Je le vis là, et je vis lorsque le cercueil fut placé en terre. Mes bien-aimés amis, ce fut un jour terrible pour moi; le monde entier s’était disloqué. Et je me dis simplement: «Seigneur! comment l’Epouse de Jésus-Christ pourrait-elle être préparée pour ta venue sans ce ministère». Tous les autres chantaient «Crois seulement. Crois seulement», pendant à peu près deux heures et je pleurais tout le temps. Je ne m’étais pas du tout joint aux chants; mon coeur était brisé.

Mes amis, le soir du même jour, alors que j’étais retourné dans ma chambre d’hôtel, une paix céleste vint sur moi, et cette fois-ci ce ne fut pas une voix, mais quelque chose parla dans mon coeur: «Mon serviteur, maintenant ton temps est venu pour distribuer la nourriture qui a été emmagasinée». C’était comme un disque qui tournait, et je me penchais même chaque fois pour écouter.

Il n’est pas nécessaire de dire que j’étais rentré en Allemagne. Le jour suivant, je parlais au gouvernement allemand, parce que pendant douze ans, tout en prêchant je travaillais en même temps. Mais alors je devais arrêter ce travail matériel pour me consacrer à plein temps dans le ministère. Avant de rentrer j’avais parlé aux frères des Etats-Unis, au frère Roy Borders, au révérend Perry Green et aux autres, leur disant que nous avions besoin que les prédications de frère Branham soient imprimées, pour que nous puissions les traduire en allemand et dans d’autres langues. Et je leur dis ce que le Seigneur m’avait dit, et que maintenant le temps était venu que la nourriture emmagasinée soit distribuée. Ainsi, cela ne venait pas de mon initiative, mais c’était l’arrangement de Dieu, la providence du Tout-Puissant qui avait déjà annoncé avant le temps ce qui devait arriver, et lorsque le temps arriva Il me le fit connaître. Et depuis ce temps-là j’ai eu une compréhension parfaite de la parfaite Parole de Dieu, révélée au travers du ministère prophétique, et qui devait être maintenant partagée dans le monde entier.

C’était merveilleux de voir comment Dieu avait commencé ce travail. Vous pouvez ne pas le croire, mais nous sommes partis de rien. Et je puis dire que nous n’avions pas reçu le moindre dollar pour commencer ce travail. Dieu, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le seul Dieu vivant était avec nous dès le commencement. Et ainsi, nous commençâmes à partager cette Parole de Dieu avec le plus grand nombre possible, arrangeant des réunions pour frère Green qui vint déjà en 1966 en Allemagne et dans d’autres pays européens pour témoigner ce qu’il avait vu et entendu pendant l’exercice de ce ministère donné par le Seigneur. Pearry Green est celui qui a écrit le livre «Les actes d’un prophète». Dieu l’a utilisé pour témoigner de plusieurs choses qu’il avait partout entendues et vues. C’est là son ministère! Et il y a encore un autre livre que je voudrais indiquer en même temps, c’est: «William Branham, un prophète visite l’Afrique du sud», écrit par Julius Stadskles.

Plusieurs personnes ont été des témoins oculaires, des personnes qui ont entendu et vu ce que Dieu a fait dans notre temps. Ainsi, depuis 1966, le ministère commença non seulement en Allemagne, mais dans toute l’Europe. De 1968 à 1978 j’avais une émission de 20 minutes à la radio de Luxembourg, laquelle est la station la plus puissante en Europe, et je pouvais atteindre près de 120 millions de personnes qui parlent allemand en Europe. Vous pouvez ne pas connaître la situation géographique, mais si nous comparons les langues en Europe, l’allemand est la langue la plus parlée dans ce continent. Nous n’avons que 57, 58 et 59 millions qui parlent l’italien, le français et l’anglais en Europe. Mais nous avons plus de 120 millions qui parlent l’allemand. Ainsi, le Seigneur a béni ce ministère dans les pays et les contrées qui parlent allemand et aussi dans les pays avoisinants.

Ce que je voudrais vous faire savoir, c’est que vous ne devez pas avoir l’impression que nous présentons un homme. Je ne suis concerné que par le plan du Salut, que par la Parole promise de Dieu pour ces jours. Je n’ai pas à faire à Moïse, à Elie, à Abraham, mais je suis concerné uniquement par ce que Dieu a fait au travers d’eux. C’est là que se trouve la différence que nous devons marquer. Paul n’était rien en lui-même, mais Dieu le choisit et fit de lui un outil tout spécial. Jean-Baptiste, sans le choix de Dieu, sans une commission directe, n’aurait même pas été mentionné. Ainsi en est-il de tous les autres, et pareillement avec notre très cher et bien-aimé frère William Branham.

C’était en janvier 1950, lorsque frère Branham prêchait à Houston, Texas, dans un large coliséum où étaient assis près de 8 milles personnes, lorsqu’il fut questionné au sujet de son ministère. Il y avait un révérend débattant contre lui et disant que les jours des miracles et des apôtres étaient déjà passés, et prétendant que tout ce qui se passait là était de l’ennemi. Lorsque frère Branham fut appelé, il vint sur le podium et dit: «Je ne suis pas ici pour parler de moi-même, mais celui qui m’a envoyé rendra Lui-même témoignage de moi». A ce moment, des photographes de la presse étaient très occupés, prenant encore quelques photos. Monsieur Ayers, monsieur Kippermann étaient spécialement affectés à cela. C’est à ce moment-là que cette photo fut prise. La photo avec la lumière surnaturelle sur la tête de frère Branham.

Bien-aimés amis, ceci est un acte divin de Dieu. C’est le docteur Georges Lacy qui a écrit le 29 janvier 1950… C’était l’homme le plus qualifié pour cela, étant responsable sur les questions douteuses des documents; il avait la responsabilité auprès du gouvernement américain de dire la vérité. Il fit ce rapport, disant: «Le négatif n’a pas été retouché, mais cela a été causé par un rayon de lumière frappant l’objectif». Vous pouvez le croire ou pas, mais frère Frank étant un homme qui souhaite avoir une conviction par lui-même… En décembre 1968, lors d’un voyage à une convention à Tucson ,je m’arrêtais à Washington DC, cherchant la place… Cela parce que frère Branham avait mentionné à plusieurs reprises que cette photo était exposée à Washington DC. Il était à peu près onze heures et quart du matin, ce jour-là, lorsque finalement je trouvais la place dans un grand building, pas très loin de la Maison Blanche: le Musée des Arts. Et je vis cette photo de mes yeux. Je suis un témoin ayant vu cette photo; je l’ai vue en décembre 1968 à Washington DC dans le Musée des Arts, de mes propres yeux. L’homme qui me parlait me dit: «Cher Monsieur! Je réalise que vous venez d’Allemagne, montrant tant d’intérêt pour cette photo, mais je dois vous dire que cette photo n’est d’aucun intérêt pour les gens d’ici, et qu’un jour elle va finir dans un tiroir». Et sous mes yeux, il tira le tiroir et démontra comment un jour la photo que je cherchais allait finir dans le tiroir. Je ne sais pas où elle se trouve maintenant. Mais je sais que j’étais là-bas et que je l’ai vue.

Il y a autre chose que je veux mentionner au sujet de l’apparition de la nuée surnaturelle le 28 février 1963. Si vous la regardez comme il faut, vous pouvez voir les yeux, la face du Seigneur. Et laissez-moi vous dire que cette photo fut prise à une distance de près de 325 km. Voici le magazine «Life», qui a été imprimé le 17 mai 1963, qui montre la même photo disant d’une manière très claire… Ils écrivent «un grand nuage mystérieux». Ici, le Docteur James Mac Donald écrivit qu’à une telle hauteur il n’y a pas d’humidité pour former un nuage; il n’y avait pas d’explication qui puisse être donnée. Le même article apparut dans le magazine «Science», le 19 avril 1963. Ici, il est d’abord montré comment ce nuage surnaturel apparut et comment ensuite il prit la forme que vous avez vue sur cette photo. Dans cet article, il est relaté qu’un nuage stratosphérique, au nord de l’Arizona, un nuage inhabituel en forme d’anneau avait été amplement observé au nord de l’Arizona, près des Sunset Montain, en Arizona, le 28 février 1963. Et il donna tous les détails, la largeur et la hauteur ainsi que la distance.

Bien-aimés, ces choses n’ont pas été arrangées par William Branham. Je veux que vous réalisiez que nous ne sommes pas des sots. Nous ne suivons pas des fables habilement conçues. Lorsque nous parlons du retour de Jésus-Christ, nous devons être des témoins oculaires. Nous devons avoir entendu, nous devons avoir connu quelque chose. Si nous ne savons que ce que Dieu a fait dans les jours passés, et ne sommes pas informés de que Dieu fait maintenant, que sommes-nous? Mais je vous informe aujourd’hui comme un vrai témoin de ce que Dieu a fait dans ma génération en mon temps.

Maintenant je voudrais lire pour vous ce que j’ai pris d’une prédication que frère Branham, a prêchée le 2 septembre 1959. Ici, de ces propres lèvres, nous entendons ces mots: «De même que Jean-Baptiste fut envoyé pour être le précurseur de la première venue de Christ, le message qui t’est donné sera le précurseur de la seconde venue de Christ». C’est ce qui est sorti de ses propres lèvres. Juste après cette déclaration il met l’accent en disant: «Ce n’est pas que je serai le précurseur, mais le message est le précurseur». Ceci est d’une grande importance! Ceci a été prêché un certain 2 septembre 1959.

Bien-aimés, ceci est très important pour moi, parce que le 11 juin 1933, après que frère Branham ait eu sa première campagne évangélique, il y avait près de 300 personnes ayant donné leur vie au Seigneur et qui étaient prêtes pour le baptême, et la foule présente était de près 4’000 personnes. Alors que frère Branham se tenait dans la rivière Ohio, de même que Jean-Baptiste s’était tenu dans la rivière du Jourdain pour baptiser notre Seigneur, le ciel s’est ouvert et l’Esprit de Dieu descendit. Ce n’était pas arrangé par William Branham; c’était Dieu agissant d’une manière surnaturelle. Alors qu’il voulait baptiser la 17ème personne, quelque chose arriva; le ciel s’ouvrit et une lumière surnaturelle comme une grande étoile descendit à quelques mètres au-dessus de frère Branham, visible à toutes les 4’000 personnes présentes. Certaines s’évanouirent. Certaines tombèrent. D’autres prièrent. Tous avaient vu la lumière surnaturelle et d’elle, une voix prononça ces mots que frère Branham a répété ici: «De même que Jean-Baptiste a été envoyé pour préparer la première venue de Christ, il t’es donné un message qui préparera la seconde venue de Christ». Quel est le message? Le message est la Parole promise de Dieu, la révélation de toutes les Ecritures, de Genèse à l’Apocalypse. La Parole écrite devint à nouveau la Parole révélée, vivante, la Parole parlée. Nous expérimentons maintenant la dernière partie du plan du Salut.

Afin que vous puissiez savoir, bien-aimés amis, que je ne fais pas seulement parler de ces choses, mais que j’ai des preuves de ce que je dis, sachez que j’étais en contact avec frère Branham pendant exactement dix ans, de 1955 à 1965. J’ai 23 lettres de William Branham. Au travers de toutes ces années, nous avions de la correspondance. Je lui écrivais et il répondait au cours de toutes ces années. Voici une lettre datée de mars 1964; la dernière est de novembre 1965. Mais ici il dit: «Cher frère Frank, salutations dans le Nom du Seigneur…». Pourquoi est-ce que je vous montre de tels documents? Pourquoi? Parce qu’il y a des hommes qui sont jaloux des choses que Dieu a faites au travers de mon humble ministère. Mais il n’y a pas un seul succès que je puisse mettre à mon compte. Je sais combien je dois, consciencieusement, rendre la gloire à notre Seigneur Jésus-Christ.

Juste après que j’ai été avec frère Branham en 1962, je fus abordé par l’éditeur de «La voix de la guérison», en allemand, le révérend Albert Gôtz, de la ville de Hambourg. Ici, vous voyez ma photo en mars 1963. Sur la première page la photo de frère Frank apparaît, sous-titrée: Une expérience surnaturelle. Ici, la visite faite auprès de frère Branham au sujet de la famine spirituelle. Ce n’est pas une histoire inventée après coup. Non, je peux prouver ce que j’ai dis au long de toutes ces années. Pour un véritable homme de Dieu il n’est pas nécessaire de raconter des histoires. Nous avons assez de vrais documents, assez de vraies expériences auxquels nous pouvons nous référer.

Bien-aimés, le temps dans lequel nous vivons est vraiment très important. Et je voudrais m’adresser à tous les ministres, tous les évangélistes, tous les hommes de Dieu qui se classent eux-mêmes dans le pentecôtisme, le Full Gospel ou autres églises ou dénominations, ou dans les mouvements charismatiques. Je dois vous dire ces choses aujourd’hui, afin de me décharger de la responsabilité qui est sur mes épaules. Dieu a accompli Ses promesses en nos jours. Il y a principalement deux promesses: une s’est accomplie à la première venue de Christ, au travers du ministère de Jean-Baptiste, lequel était un prophète promis conformément à Malachie 3, verset 1 et aussi conformément à Esaïe 40.3. Mais il y a encore une autre promesse faite dans Malachie 4, au premier verset: “Car voici, le jour vient, brûlant comme un four”. Si vous voulez savoir ce qu’est le Jour du Seigneur, lisez Esaïe 13, lisez Joël 2; lisez dans Sophonie; lisez dans plusieurs autres Ecritures de l’Ancien Testament, jusqu’à Malachie 4.5: “Voici, je vous envoie Elie, le prophète, avant que vienne le grand et terrible jour de l’Eternel”.

Au temps de Jean-Baptiste, c’est le Jour du Salut, le temps de la grâce qui commença. Et nous avons déjà passé 2’000 ans sans que le Jour du Seigneur ne soit arrivé. De même dans le Nouveau Testament, lors de sa première prédication, le jour de la Pentecôte, l’apôtre mentionna la venue du Jour du Seigneur. Nous devons savoir que dans Actes 2, verset 20, la Bible dit concernant l’effusion du Saint-Esprit: “Le soleil sera changé en ténèbres et la lune en sang, avant que vienne la grande et éclatante journée du Seigneur”. Vous pouvez lire cela dans tout le Nouveau Testament où Pierre et Paul en ont parlé. Dans 1 Thessaloniciens 5.1,2 l’apôtre dit: “Mais pour ce qui est des temps et des saisons, frères, vous n’avez pas besoin qu’on vous écrive; car vous savez vous-mêmes parfaitement que le jour du Seigneur vient comme un voleur dans la nuit”. Ainsi, jusqu’à ce moment-là, l’apôtre disait que le Jour du Seigneur était dans le futur. Vous devez comprendre ceci parce que, presque toutes les promesses de l’Ancien Testament sont en relation avec la première et la deuxième venue; et nous devons comprendre les deux applications des nombreuses promesses de l’Ancien Testament pour comprendre comment l’accomplissement se fait dans le Nouveau Testament. Ici, il nous est dit comment le Jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. Dans la deuxième épître de Pierre, au chapitre 3, l’apôtre se réfère également à la venue du Seigneur et à la patience qu’il a envers nous. Il dit dans 2 Pierre 3.8: “Mais n’ignorez pas cette chose, bien-aimés, c’est qu’un jour est devant le Seigneur comme mille ans, et mille ans comme un jour”. Nous avons des brochures qui traitent de ce sujet. Mais il est dit 2 Pierre 3.10: “Or le jour du Seigneur viendra comme un voleur: et, dans ce jour-là, les cieux passeront avec un bruit sifflant, et les éléments embrasés seront dissous, et la terre et les oeuvres qui sont en elle seront brûlées entièrement”.

Amis, l’Ancien et le Nouveau Testament, les prophètes et les apôtres, tous tiennent sans cesse le même langage. Ainsi, les prophètes de l’Ancien et les apôtres du Nouveau ont parlé à plusieurs endroits au sujet du Jour du Seigneur. Ils parlent du Jour du Salut, mais aussi du Jour du Seigneur qui doit venir. Maintenant je voudrais mettre l’accent sur ce que le Seigneur a dit dans Matthieu 17, c’est très important pour nous, je ne ferai que toucher à Mathieu 17. Notre Seigneur y confirme la promesse selon laquelle Elie doit venir premièrement. Lorsque Israël est concerné, il y a toujours deux prophètes qui sont mentionnés. Comme dans Apocalypse 11, deux prophètes exerceront leur ministère pendant 3 ans et demi à Jérusalem. Mais quand nous sommes concernés, mais quand la fin de l’âge des nations est arrivé, juste avant que le Jour du Seigneur apparaisse, le Seigneur dit: “Voici, je vous envoie Elie, le prophète, avant que vienne le grand et terrible jour de l’Eternel”.

Dans Matthieu 17, versets 10, nous lisons ceci: “Et ses disciples l’interrogèrent, disant: Pourquoi donc les scribes disent-ils qu’il faut qu’Elle vienne premièrement?”. La question ne concernait qu’Elie seulement.

Pas les deux prophètes, mais un seul. J’apprécie et j’aime ce qui est écrit au verset 11: “Et lui, répondant, leur dit: …”. En somme, ce n’est pas de ta réponse que j’ai besoin, et tu n’as pas besoin de ma réponse. Lorsque les choses du Royaume sont concernées et que nous avons affaire à la Parole Promise de Dieu, nous n’allons pas vers le clergé de quelque église, nous n’allons pas vers un évangéliste, ou vers un docteur. Nous allons à la Parole de Dieu. Nous avons besoin de la réponse venant des lèvres de Jésus-Christ lui-même, et c’est ainsi que nous entendons la Bible nous dire d’une manière merveilleuse et majestueuse: “En effet, Elle vient premièrement, et il rétablira toutes choses”.

Bien-aimés frères dans le ministère du monde entier, et tout spécialement vous qui êtes dans les rangs du Plein évangile, ou dans les mouvements charismatiques, je sais que vous avez de bonnes intentions, que vous essayer de faire de votre mieux pour aider Dieu, pour amener un mouvement du Saint-Esprit. Mais laissez-moi vous dire que notre temps est terminé. Le Retour de Christ est imminent. C’est maintenant le temps de Dieu, pour le peuple de Dieu. Vous-mêmes devez être mis en contact avec la Parole Promise de Dieu pour aujourd’hui. Et bien-aimés, si vous essayez de passer outre à toutes les confirmations surnaturelles faites par Dieu dans la vie et dans le ministère de frère Branham, et si vous vous référez aux choses qui arrivent dans votre ministère pour vous justifier vous-mêmes, ou à vos enseignements, vos voies, et vos actions… Bien-aimés frères, je dois vous dire que plusieurs viendront au Seigneur ce jour-là et diront: “Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé en ton nom, et n’avons-nous pas chassé des démons en ton nom, et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles en ton nom?”. Et que leur répondra le Seigneur? “Retirez-vous de moi, vous qui pratiquez l’iniquité”.

Bien-aimés, ceci est le temps de Dieu pour vous, ceci est le temps de Dieu, au travers de vous, pour le peuple de Dieu. C’est le temps de la restauration totale, le temps de revenir sur le Fondement réel des apôtres et prophètes. Et William Branham, le prophète de Dieu promis pour cette génération, nous a ramenés au fondement apostolique sur lequel la vraie Eglise est édifiée, Jésus-Christ étant la Pierre angulaire, le Premier et le Dernier, l’Alpha et l’Oméga. Celui qui a commencé est Le même qui achèvera également. Ceci est le temps, semblable à celui où Elie pris les douze pierres, conformément aux douze tribus, et rebâtit l’autel du Seigneur. De même William Branham reprit la doctrine des douze apôtres afin de restaurer toutes choses dans l’Eglise du Dieu vivant. Il avait un ministère apostolique et prophétique restauré. A Krefeld il y a une centaine des bandes disponibles que vous pouvez entendre, vous pouvez voir les témoignages, vous pouvez vous convaincre par vous-mêmes. Et j’espère que cela vous tient à coeur. Je vous en prie, ne passez pas à côté de ce que Dieu a fait.

Je dois arriver à la conclusion. C’est un grand privilège pour moi de donner ce témoignage en tant que véritable témoin, non seulement de ce que Dieu a fait dans les années 50 et 60, mais je suis aussi un témoin de ce que Dieu a fait et est en train de faire à travers le monde entier depuis ce temps-là. Je n’exagère pas. Des millions de croyants croient la Parole révélée de Dieu, des millions ont reçu le message de l’heure. J’ai personnellement prêché plus de 6’500 prédications; j’ai voyagé sur plus de 4,8 millions de km et j’ai visité plus de 130 pays. Et les prédications de frère Branham et les littératures de frère Branham sont déjà traduites et imprimées dans notre Centre Missionnaire ici à Krefeld dans 8 langues différentes. Et Dieu qui m’a donné la faculté de prêcher dans 4 langues différentes, m’a donné le privilège spécial de L’introduire, Lui, et ce qu’Il fait conformément à l’Ecriture. Il est très important de croire toutes choses telles que les Ecritures les disent.

Bien-aimés, je m’adresse à nouveau à tous les frères dans le ministère dans le monde entier, je pense à mes précieux amis à Berlin, à Eugène Bird, à Human Patten, à nos bien-aimés frères en Amériques, à frères Franklin et plusieurs autres amis et frères. bien-aimés, c’est le temps, et nous sommes prêts à aller tout le chemin avec Dieu. Nous sommes prêts à recevoir la correction, nous sommes prêts à obéir. Nous sommes prêts à nous accorder avec l’Ecritures. Je n’aimerais pas être un prédicateur prêchant aux autres prédicateurs. Mais comprenez, bien-aimés, que je suis devenu une partie du plan de Dieu pour ce temps de la fin. Et plusieurs de nos bien-aimés à travers le monde, notre bien-aimé frère Pearry Green à Tucson, Arizona, d’autres frères bien-aimés aux Etats-Unis d’Amérique, au Canada, notre bien-aimé frère Searl en Nouvelle Zélande, notre bien-aimé frère Sidney Jackson en Afrique du sud…

Dans tous les différents pays, il y avait des frères que Dieu a utilisés, auxquels Dieu pouvait montrer ce qui arrive conformément à la Parole Promise. Laissez-moi faire cette déclaration finale, lorsque je vous compare, vous, bien-aimés évangélistes et autres prédicateurs, à William Branham, laissez-moi humblement et sincèrement faire cette déclaration: «Il était un prophète promis comme Jean-Baptiste était un prophète promis». Dieu a fait l’histoire, Dieu a commencé au travers de William Branham en 1946, ce réveil puissant de guérison et de restauration. Il était seul au cours des premières années, ce n’est qu’après les années 48,49,50 et autres, que plusieurs autres, depuis les années 50, furent inspirés par son ministère. Ainsi, bien-aimés, vous qui partagez les bénédictions des ministères qui ont commencé surnaturellement avec William Branham, ne voudriez-vous pas revenir et poser cette question: «Quel était, et quel est donc le but d’un tel ministère envoyé par Dieu sur mon chemin et dans ma génération?». Certainement, nous ne devrions pas passer à côté de ce but, mais nous devrions nous demander: «Seigneur! Qu’es-Tu en train de faire, conformément à ta Parole Promise pour ce temps?».

Bien-aimés, le temps touche à sa fin, et je peux vous dire plusieurs choses concernant l’accomplissement des prophéties bibliques. Je vis dans ce continent, je suis en contact avec Jérusalem, je suis en contact avec ce qui arrive conformément aux prophéties bibliques en Europe centrale. Mais le principal, je peux le dire humblement par la grâce de Dieu, c’est que j’ai le contact avec Dieu au travers de sa Parole et par le Saint-Esprit. Ainsi, conformément à la commission divine que j’ai reçue, je désire partager la Parole révélée de Dieu avec vous.

Comme le prophète Amos a dit: “Voici, des jours viennent, dit le Seigneur, l’Eternel, où j’enverrai une famine dans le pays; non une famine de pain, ni une soif d’eau, mais d’entendre les paroles de l’Eternel”. Non pas d’entendre des interprétations, ou des explications, mais soif d’entendre la Parole éternelle de Dieu. C’est cela que nous avons besoin d’entendre. Et aussi, Il dit dans Matthieu 24.45-47 que nous serons établis sur toutes choses pour distribuer la nourriture. Dieu a toujours utilisé une personne, alors Il utilise plusieurs autres pour avoir part au même ministère. De même que Paul était utilisé par Dieu d’une manière spéciale, ainsi plusieurs autres partagèrent ce service avec lui. Et nous continuons à partager aujourd’hui ce que Dieu lui avait donné. De la même manière, Dieu a utilisé frère Branham. J’ai été béni par son ministère, mais j’ai été appelé directement par le Seigneur. Et ainsi, ma relation est avec le Seigneur par sa Parole et par son Esprit, avec le message de l’heure et aussi avec le messager. De cette manière, par la grâce de Dieu, il était possible de demeurer en parfait équilibre dans les Ecritures et dans le message de l’heure qui est la Parole Promise et révélée de Dieu, laquelle arrive maintenant, de nos jours, à son accomplissement. Puissiez-vous donc vous accorder à cette opportunité que Dieu vous a donnée. Et que toutes les nations à travers le monde entier soient bénies et que l’Epouse de Jésus-Christ soit appelée à sortir, à se séparer de tout ce qui n’est pas correct. Puisse le chemin de Dieu être rendu droit. Que tout ce qui est tordu soit redressé, que toute doctrine, toute pratique, toute chose qui n’est pas correcte soit mise de côté, et qu’on se mette en accord avec la Parole de Dieu, dans sa forme originelle. Revenez à Dieu! Et soyez restaurés!

Et nous, en tant que ministres, lorsque nous serons restaurés, alors Dieu nous utilisera pour restaurer toute l’Epouse de Jésus-Christ. Son retour est imminent, comme Il en a fait la promesse dans Jean 14: “Et si je m’en vais et que je vous prépare une place, je reviendrai…”. Comme il est écrit dans Actes 1.11: “Ce Jésus… viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en allant au ciel”. Dans Luc 24.50,51, les disciples l’ont vu allant physiquement au ciel, Il reviendra de la même manière. Vous êtes bénis si vous pouvez reconnaître le temps de la visitation de Dieu. Si vous pouvez réaliser le but du ministère prophétique promis, ordonné de Dieu pour nos jours, te Seigneur Dieu, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob sera avec vous! Qu’Il vous bénisse! Qu’Il vous utilise puissamment. C’est là ma prière. Et je souhaiterais vous entendre, recevoir de vos nouvelles, dans le Saint Nom de Jésus-Christ. AMEN!