LE CHEMIN QUI MENE A DIEU



Titre original de l’ouvrage:
Der Weg zu Gott

Auteur:
Missionnaire Ewald Frank, Krefeld (Allemagne)
Copyright © 1985 by
Freie Volksmission e.V., Krefeld (Allemagne)

Traduit de l’allemand. Tout droit de reproduction,même partiel, est réservé.

Editeur
CMPP B.P. 5633
1002 Lausanne (Suisse)

 


LE CHEMIN QUI MENE A DIEU

    Aucun thème n’échauffe autant les esprits et ne les divise aussi rapidement que celui qui se rapporte à Dieu. Mais à la fin personne ne Lui échappe, même pas l’athée. Chaque être humain naît dans une certaine idéologie et la plupart des gens s’y tiennent jusqu’à la fin de leur vie sans jamais s’être assurés ou s’être convaincus de son exactitude et de sa véracité. Partout il est de bon ton de continuer à vivre selon les traditions héritées de ses pères. Même ceux qui accomplissent leurs devoirs religieux veulent en somme qu’on les laisse tranquilles à l’égard de Dieu. Ils veulent un Dieu qui corresponde à leur religion et à leur opinion. Ce n’est pas en dernier lieu dans les religions mêmes que doit être recherchée la raison de cette évolution. De la naissance à la mort les gens sont saturés de rites et de cérémonies religieuses sans jamais avoir entendu le vrai Message du salut divin et sans avoir trouvé la paix intérieure.

    Même les religions chrétiennes ne constituent en cela aucune exception et elles devraient accepter de se soumettre à un examen profond. Le simple fait de se référer à Christ ne sert à personne, nous tous humains avons besoin d’une relation personnelle avec Lui. Toutes les églises officielles ou libres, jusqu’aux plus petits groupements, utilisent des versets bibliques choisis qui s’adaptent à leur propre notion des choses. Vue dans son ensemble, le Christianisme d’aujourd’hui n’a pour ainsi dire plus rien de commun avec l’Eglise primitive. La même Bible est interprétée cent fois différemment. A la place de la Parole divine et de la saine doctrine, on applique continuellement de nouvelles interprétations, de nouvelles doctrines et de nouveaux dogmes faits par les hommes, lesquels n’ont cependant aucun fondement biblique. On appelle cela la «tradition chrétienne».

    Beaucoup de personnes, déçues, tournent le dos à la foi. Et la question se pose spontanément face à l’offre dans le domaine religieux: «Existe-t-il une mesure digne de confiance, un critère absolu, définitif par lequel tout peut être éprouvé? Existe-t-il une vérité confirmée, au-dessus de tout doute et sur laquelle nous pouvons nous reposer? Si oui, quelle est-elle?». Bien des personnes déçues se demandent: «Existe-t-il un Dieu qui se soucie de nous, qui s’intéresse à nous? Si oui, où peut-on Le trouver?».

    Le but de ce court exposé est de donner à chaque lecteur une impulsion pour qu’il réfléchisse d’une manière critique sur ce sujet, en recherchant la Vérité, parce que finalement, cher lecteur, il s’agit de vous personnellement et du lieu où vous voulez passer l’Eternité.

    Dieu a un plan pour l’humanité, celui-ci est clair et compréhensible. Cependant ce qui manque ce sont des hommes de Dieu — éclairés selon le modèle des prophètes et des apôtres — qui puissent montrer à d’autres le chemin qui mène à Dieu, parce qu’eux-mêmes le connaissent et le suivent. Depuis des siècles le concept que «Dieu, la religion et l’Eglise» sont une seule et même chose s’est ancré dans la pensée des hommes. S’il en est ainsi, avec laquelle des plus de trois cents confessions religieuses doit-Il s’identifier? Dieu serait-Il peut-être catholique, ou bien serait-Il évangélique, ou bien aurait-Il créé l’une ou l’autre de ces diverses communautés religieuses? Les Musulmans, les Hindous, les Bouddhistes ou autres groupes existants seraient-ils peut-être sur le bon chemin? Finalement tous ont la prétention d’avoir été éclairés d’en haut et d’avoir la vérité. N’est-ce pas plutôt que chacun aurait érigé son propre royaume religieux, sous le couvert du Royaume de Dieu?

    Dieu a un plan pour l’humanité, plan qu’Il est en train d’accomplir. Pour mieux comprendre ce plan nous devons d’abord nous libérer de toutes ces manières de voir traditionnelles et revenir au point de départ originel. Dieu n’exige de personne une foi aveugle. La vraie foi a deux yeux spirituels en bon état et deux pieds spirituels en bonne santé. Elle repose sur le fondement inébranlable de l’Ancien et du Nouveau Testament, la Bible, dans Laquelle Dieu a exposé tout Son conseil concernant l’humanité, du début à la fin. Elle nous montre le chemin de Dieu vers nous, et en même temps, notre chemin vers Dieu — et aussi le lieu de rencontre de Dieu avec l’humanité.

    Le plan de Dieu pour les hommes a déjà commencé lors de la création. Chacun de nous a certainement déjà admiré la majesté de la nature qu’il est urgent de préserver. Mais tous n’en déduisent pas logiquement l’existence du Créateur. Il est généralement connu que l’existence même du Tout-Puissant est, depuis un certain temps, remise en question et que le récit de la création est considéré comme invraisemblable. Les philosophes athées ont pu faire croire aux hommes leurs théories contradictoires et par cela ils les ont en même temps précipités dans l’incrédulité. Celui qui nie Dieu en tant que Créateur et pense que tout serait venu de lui-même à l’existence, pourrait tout aussi bien renier son propre père et prétendre qu’il est le produit de l’évolution. Qui peut se représenter que l’univers, dans son incommensurable étendue, ses innombrables constellations et sa parfaite harmonie, soit venu de lui-même à l’existence? Jusqu’à présent rien ne s’est fait de lui-même et personne ne s’est encore annoncé comme ayant pu améliorer ne serait-ce qu’une toute petite chose dans la création tout entière. Pensons seulement à ces créatures innombrables évoluant au fond des océans dans des conditions idéales, ou à toutes ces espèces d’animaux et d’oiseaux sur tous les continents: comme elles sont intégrées parfaitement aux conditions climatiques respectives!

    Aujourd’hui encore elles subsistent telles que le Créateur, par Sa Parole toute-puissante, les a ordonnées au commencement de toutes choses (Psaume 119.90-91). Chaque année on sème et on récolte, ainsi que Dieu l’a établi dès la création de la terre: “Désormais, tant que seront les jours de la terre, les semailles et la moisson… ne cesseront pas” (Genèse 8.22). Le chaos commence seulement là où l’homme intervient dans la nature. Quotidiennement des milliards d’êtres humains sont nourris, et si l’on répartissait tout avec justice personne sur terre ne serait condamné à souffrir de la faim.

    Le fait même que toute créature se reproduit selon son espèce subsistera jusqu’à la fin des temps. Jusqu’à aujourd’hui personne n’a vu un singe devenir un homme, ni un homme devenir un singe. Chaque espèce est restée comme elle était lors de la création. Aujourd’hui encore est semée la même semence qui sortit pour la première fois de la terre par la Parole toute-puissante du Créateur. Les mêmes arbres et les mêmes fruits poussent toujours, et les mêmes espèces d’animaux vivent encore sur la terre. De même l’homme, le couronnement de la création, est aujourd’hui exactement pareil à ce que furent Adam et Eve en ce temps-là. Il a été muni de capacités créatrices. Ceci s’est démontré particulièrement dans notre temps. En principe il n’y a pratiquement rien que l’être humain ne soit capable de faire, comme le Seigneur l’a dit: “… et maintenant ils ne seront empêchés en rien de ce qu’ils pensent faire” (Genèse 11.6).

    La seule chose que l’homme ne puisse faire est: créer la vie. Ceux qui croient à la théorie de l’évolution et parlent d’une cellule originelle primitive devraient aussi nous dire qui a créé et donné la vie à cette cellule. On pourrait encore leur poser la question de savoir qui a donné aux créatures humaines l’aptitude à se reproduire. Et pourquoi donc ceux qui renient Dieu n’essaient-ils pas de semer un blé synthétique? Parce qu’ils savent très bien qu’il ne pousserait pas, ne contenant aucun germe de vie en lui. En face d’une création aussi vaste et universelle tout homme normal et capable de réfléchir devrait admettre l’existence du souverain Créateur. Si les hommes dans leur présomption ne s’étaient pas détournés de Dieu, ils pourraient encore croire en Sa Parole car Dieu et Sa Parole sont dignes de foi.

    Selon la volonté de Dieu, et cela depuis le début de la création, les hommes étaient destinés à vivre en communion éternelle avec leur Créateur. C’est pourquoi chacun porte en lui un besoin ardent d’adoration dans son coeur qui n’est pas satisfait. Tous ont dans leur âme un indéfinissable désir, chacun cherche quelque chose, mais un Seul peut satisfaire ce désir et nous rendre bienheureux! Dans toutes les religions l’adoration est une partie intégrante du culte. Les Musulmans prient Allah. Leur prophète Mahomet n’a pas considéré le Messie comme étant le Sauveur et le Seigneur, mais uniquement comme un simple prophète. Mahomet prêchait le monothéisme absolu et n’avait aucune compréhension pour la révélation de Dieu Lui-même en Christ. Il ne pouvait saisir que Dieu se soit fait connaître dans les Cieux comme Père, ensuite sur la terre dans le Fils et qu’Il oeuvre maintenant par le Saint-Esprit. Les Hindous, eux, croient en une multitude de dieux. Dans leur croyance il y a tout d’abord une trinité: Brahmâ le créateur, Vishnou le conservateur et Shiva le destructeur; ensuite seulement viennent tous les autres dieux. Cela nous entraînerait trop loin de vouloir citer toutes les idéologies. Pour celui qui dit ne rien avoir à faire avec la religion, il s’adonne à l’adoration de Mammon (richesse), de ses propres passions ou de quelqu’autre idole. Quelle que soit la couleur de la peau, la race ou la nationalité à laquelle on puisse appartenir, il y a en tout être ce désir profond et inassouvi qui ne peut être réellement satisfait que par quelque chose d’éternel et de divin.

    Il fut un temps pendant lequel les premiers hommes furent en communion directe avec Dieu le Seigneur, et cela au début dans le jardin d’Eden. Dans cet état originel d’innocence ils ne connaissaient ni peine ni douleur, ni maladie ni mort. En tant que créatures de l’Eternel, ils étaient destinés à vivre éternellement. Le Seigneur Dieu les avait dotés d’un libre arbitre, de façon à ce qu’ils puissent prendre leur propre décision. Ils pouvaient alors choisir entre le bien et le mal, entre l’obéissance et la désobéissance, entre la foi et l’incrédulité. Ainsi en est-il de nous tous aujourd’hui encore. Ils avaient une épreuve à subir, cependant ils faillirent tous deux, Eve d’abord, Adam ensuite. Elle écouta les mensonges de Satan, et Adam écouta Eve. C’est ainsi qu’ils tombèrent tous deux sous l’influence de l’adversaire et, malgré leur connaissance, ils transgressèrent la Parole de Dieu. Dieu, qui est le Véritable, mit alors Sa menace à exécution et les chassa du jardin d’Eden. Leur communion avec Lui fut interrompue, la souffrance et la mort vinrent sur l’humanité toute entière.

    Que personne maintenant ne se lave les mains dans l’innocence disant: «En quoi tout ceci me regarde-t-il?», car chaque homme et chaque femme aurait agi exactement comme Adam et Eve. Dieu nous connaît tous et savait dès le commencement qu’aucun être humain n’est capable de se conformer à Ses commandements. Cependant dans Sa justice Il les a formulés afin que nous tous reconnaissions nos transgressions à Son égard et voyions la nécessité du salut et prenions la bonne décision. Nous avons le libre arbitre et heureusement personne n’est contraint dans son choix. Si la loi divine n’existait pas, personne ne pourrait être convaincu de transgresser la Parole de Dieu et personne ne verrait la nécessité du pardon et de la rédemption. La conscience exhorte chacun de nous, même ceux qui n’ont encore jamais entendu parler du Message divin ou qui n’ont encore jamais lu la Bible. Chacun sait quand il ment, il trompe, il vole ou fait quelque chose d’interdit. Notre conscience nous avertit souvent très fortement. Tout être humain, pauvre ou riche, bon ou mauvais, est également coupable devant Dieu. Nous sommes tous nés pécheurs en ce monde, séparés de Dieu. Que personne ne pense que tout cela n’est pas si grave puisque finalement il n’a tué personne ni commis aucun autre délit. Le juste jugement de Dieu a déjà été rendu envers chacun, c’est pourquoi nous devons tous mourir. Pourtant ce n’est pas nécessairement la fin.

    Après le péché originel, Adam et Eve durent quitter le jardin d’Eden, son entrée fut barrée et la communion avec Dieu interrompue. Ce fut terrible. Cependant Dieu ne nous oublia pas et nous fraya un chemin de retour à Lui. Le Seigneur vint à nous dans Son amour et Sa miséricorde infinis. En Christ, Il nous a rencontrés et a conclu la Nouvelle Alliance. C’est seulement en Christ que nous pouvons rencontrer Dieu et confirmer l’Alliance avec Lui.

    Parce que nous avions péché dans ce corps terrestre, Dieu dut prendre un corps de la même nature afin qu’en représentant Lui-même l’humanité entière, Il pût, Lui le seul Innocent, prendre sur Lui la dette du péché de tous et nous réconcilier avec Lui. Cela est arrivé en Jésus-Christ notre Seigneur qui dit au brigand sur la croix les paroles suivantes: “En vérité, Je te dis: Aujourd’hui tu seras avec Moi dans le paradis” (Luc 23.43). Quiconque invoquera le Seigneur sera sauvé et ira au Paradis.

    Le corps de notre Sauveur a été engendré par un pur acte divin surnaturel auquel Marie n’eut pas la moindre part. Elle naquit dans cette création déchue comme tout autre être humain et, de ce fait, elle avait aussi besoin de la rédemption. Ce n’est pas Marie, mais le Rédempteur qui est né sans péché dans cette création déchue afin de la délivrer du péché originel.

    Jésus-Christ était la révélation de Dieu Lui-même dans une forme humaine. Il était en même temps Dieu et homme. Quant à l’esprit Il était Dieu, quant à Son corps Il était homme. Il ne transgressa aucun commandement, Il était absolument saint et sans péché. C’est pourquoi Lui seul pouvait prendre sur Lui toutes nos transgressions et mourir à notre place. Par Son Sang versé en sacrifice pour la réconciliation et le pardon, ont été donnés à tous ceux qui croient en cette oeuvre une expiation complète et un salut parfait. Voici l’ancre inébranlable pour l’âme de chaque chrétien biblique. Par Sa résurrection au troisième jour, l’oeuvre de rachat, c’est-à-dire la rédemption, a été divinement couronnée et légitimée. La preuve a été apportée que la mort, l’enfer et le diable ont été vaincus. Amen! En tant que Ressuscité Il est apparu plusieurs fois aux Siens pendant les 40 jours précédant Sa glorieuse ascension. Il nous a précédés dans la gloire, après avoir dit: “Je vais vous préparer une place… Je reviendrai, et Je vous prendrai auprès de Moi” (Jean 14.2-3). Lors de Son retour tous les fils des hommes devenus fils de Dieu pendant leur vie terrestre seront participants de la première résurrection, Le contempleront et seront transformés à Son image: “Nous savons que quand Il sera manifesté, nous Lui serons semblables, car nous Le verrons comme Il est” (Jean 3.2). Ce n’est pas un conte de fée, mais dans peu de temps, cela sera une réalité.

    Déjà avant la fondation du monde, le Dieu tout-puissant a prévu un Royaume éternel pour Ses fils et Ses filles. La faillite de l’humanité ne peut faire avorter ni réduire à néant le plan de Dieu; en fait celui-ci a seulement été interrompu pour un temps. L’humanité s’est soumise volontairement à la domination de Satan, mais a été rachetée par le Seigneur sans l’intervention de l’homme, parce que le Seigneur Lui-même nous a frayé un chemin de retour. Le salut est en même temps un fait historique et une réalité de l’histoire du salut. Au travers de l’Evangile est apporté le message de joie et de délivrance. Il s’agit ici de l’offre de grâce universelle de Dieu. En vertu de cette rédemption les fils des hommes, qui dès leur naissance étaient des fils de la mort, deviennent des fils de Dieu qui ont reçu la Vie éternelle.

    Comme le Royaume de Dieu est un Royaume éternel, tous ceux qui voudraient y vivre doivent avoir la Vie éternelle. C’est pourquoi «naître de nouveau» est absolument nécessaire: “Si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le Royaume de Dieu” (Jean 3.3). La Semence pour cette naissance est la Parole de Dieu, Laquelle porte en Elle le germe de Vie. Le Saint-Esprit vient sur tous ceux qui acceptent la Parole de Dieu dans la foi. Au travers de l’engendrement naturel nous sommes devenus des créatures terrestres, temporelles. Au travers de la Parole et de l’Esprit, Dieu produit la Vie éternelle dans tous les rachetés: “… vous qui êtes régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la vivante et permanente Parole de Dieu” (1 Pierre 1.23). Celui qui croit que Jésus est son Seigneur et son Sauveur fera personnellement l’expérience du salut. Cette offre de grâce incomparable est valable pour tous ceux qui veulent bien l’accepter, et cela tant que le jour du salut se prolonge. La rédemption n’arrive pas au travers d’un enseignement ou d’une connaissance, mais elle se trouve seulement dans le Rédempteur et c’est là qu’il faut la chercher.

    Personne ne peut s’imaginer l’horreur que ressentiront les personnes qui auront refusé le salut, lorsqu’ils passeront dans l’Eternité. C’est au plus tard à l’heure de notre mort que nous sommes confrontés à la plus dure des réalités; alors même ceux qui ne croient pas à une vie après la mort verront qu’avec la mort tout ne finit pas.

    Notre Seigneur et Sauveur se distingue énormément de tous les fondateurs de religion. C’est une offense que de vouloir Le comparer avec n’importe quel autre homme se faisant lui-même appeler «prophète». Tous les philosophes religieux ont été enterrés avec leurs idées. Aucun d’eux n’est ressuscité. Ils n’étaient donc que des humains comme nous et ils n’ont pu ni s’aider eux-mêmes ni aider les autres. Pour toujours, il n’y en a qu’un Seul qui puisse dire: “Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie” (Jean 14.6). Seulement en Christ, Dieu nous a rencontrés et seulement en Lui il nous est possible de rencontrer Dieu. Au travers d’un Seul, le Père s’est révélé sur terre, à savoir dans le Fils par Lequel Il a aussi fait de nous des fils et des filles de Dieu. Un Seul pouvait dire: “Celui qui M’a vu a vu le Père” (Jean 14.9). En vérité, beaucoup de chemins mènent à Rome, mais un seul conduit à Dieu.

    Cher lecteur, j’espère que dans ces explications vous verrez un guide pour votre chemin. La foi véritable ne se place pas en un sauveur mort, mais bien dans le Seigneur vivant et ressuscité qui a vaincu la mort, qui est monté au Ciel, qui vit pour toute l’Eternité et qui est présent avec les Siens maintenant par le Saint-Esprit (Apocalypse 1.18). Il n’a pas seulement dit: “Je suis la Résurrection et la Vie”, mais Il en a donné la preuve irréfutable. Il s’est porté garant de notre résurrection. Jésus a dit: “Moi, Je suis la Résurrection et la Vie: celui qui croit en Moi, encore qu’il soit mort, vivra; et quiconque vit, et croit en Moi ne mourra point, à jamais. Crois-tu cela?” (Jean 11.25-26).

    Cher ami, il n’y a que ce seul et unique chemin qui mène au salut. Il n’y a que cette seule et unique Vérité, que ce seul et unique Rédempteur: Jésus-Christ. Qui désire atteindre le but éternel doit se détourner et sortir de toute la confusion religieuse, de Babylone, et croire de tout son coeur au Seigneur Jésus comme à son Sauveur personnel. L’appartenance à une religion n’a de toute façon rien à voir avec le salut de notre âme. Il n’y a ni sacrement dispensateur de salut, ni acte religieux quelconque qui puisse sauver. C’est uniquement dans le Sauveur que nous trouvons le salut, c’est uniquement dans le Rédempteur que nous avons la rédemption. Il s’agit de la foi personnelle de chaque personne dans le seul Dieu véritable, qui s’est révélé à nous en Jésus-Christ et nous a rachetés.

    Même les meilleures intentions que nous pourrions avoir sont vouées à l’échec car l’homme est justifié devant Dieu uniquement par une foi fondée sur la Parole de Dieu, la Bible. C’est un don de grâce libre et inconditionnel que Dieu a fait à l’humanité. Toutes les adjonctions apportées au cours de l’histoire de l’Eglise par les différents Conciles qui n’ont pas été enseignées dans le Christianisme primitif n’ont aucune valeur aux yeux de Dieu.

    Pour vous l’heure de Dieu a sonné: c’est ici l’occasion pour vous d’accepter le salut. L’Evangile de Jésus-Christ, notre Seigneur et Sauveur, pourrait être pour vous personnellement un véritable Message de joie et de délivrance dont vous sentiriez les effets. Croyez maintenant que le Seigneur a porté aussi vos péchés et vous a fait grâce. Tous sont appelés à revenir à la foi biblique démontrée depuis les temps anciens et que tous les prophètes et apôtres possédaient. Aucune personne ne doit se laisser plus longtemps égarer et tromper pour l’Eternité. Chacun peut faire l’expérience du salut de Dieu et recevoir la certitude d’avoir été agréé du Seigneur.

    Juste là où vous êtes maintenant vous pouvez parler à Dieu et Lui dire dans votre prière: «Seigneur Jésus-Christ, je crois que Tu es mort pour moi qui suis un pécheur. Je crois que Tu m’as racheté, que Tu m’as accepté. Je T’appartiens, mon Seigneur, pour le temps et pour l’Eternité. O mon Dieu, Tu nous as rencontrés en Jésus-Christ et en Lui je voudrais avoir une rencontre avec Toi».

    Croyez, je vous prie, ce que dit le Psaume 103, prenez-le pour vous de façon toute personnelle et remerciez le Seigneur pour Sa grâce: “Mon âme, bénis l’Eternel! Et que tout ce qui est au-dedans de moi, bénisse Son saint Nom! Mon âme, bénis l’Eternel, et n’oublie aucun de Ses bienfaits. C’est Lui qui pardonne toutes tes iniquités, qui guérit toutes tes infirmités, qui rachète ta vie de la fosse, qui te couronne de bonté et de compassions…” (Psaume 103.1-4).






Tel que je suis…