L’INDICATEUR


Titre original de l’ouvrage:
Der Weg weiser

Auteur:
Missionnaire Ewald Frank, Krefeld (Allemagne)
Copyright © 1978 by
Freie Volksmission e.V., Krefeld (Allemagne)

Traduit de l’allemand. Tout droit de reproduction,même partiel, est réservé.

Editeur
CMPP
B.P. 5633
1002 Lausanne (Suisse)



PREFACE

En tant qu’auteur de cette petite brochure, je désire que sa lecture vous apporte la bénédiction de Dieu.

Jusqu’en 1977, j’avais visité 55 pays dans le champ missionnaire et jusqu’en 2000, j’en ai visités plus de 130. Des centaines et des milliers de personnes participèrent à mes conférences interconfessionnelles dans les églises, salles et divers lieux publics. Des personnes de toutes confessions et de toutes couches sociales prirent part à ces rencontres.

Le 2 avril 1962, je fis une expérience particulière avec Dieu dans les détails de laquelle je n’entrerai pas ici, mais dès ce moment-là je me sentis poussé intérieurement à prêcher l’Evangile. Je sais que j’ai reçu un appel pour cela.

Dans les pays d’Europe d’expression allemande, nos émissions diffusées chaque dimanche sur Radio Luxembourg ont touché un grand nombre de personnes.

Que la bénédiction de Dieu repose sur chacun de vous qui lirez cette brochure.

L’auteur


 

D’OU VENONS–NOUS? — OU ALLONS–NOUS?

Celui qui voyage dans un pays étranger, ou qui se trouve dans une région inconnue est reconnaissant d’avoir des indicateurs qui l’aident à atteindre plus tôt, plus aisément et plus sûrement le but.

Ainsi en est-il pour nous qui, dans cette vie, sommes en route pour un grand voyage. Que l’on ait ou non un but, le jour vient où nous atteignons le terminus — le dernier jour. Tous doivent alors “descendre”. C’est un va-et-vient continuel: sans cesse, la vie et la mort font leur entrée.

De même que le paysage et les conditions climatiques peuvent être très variés, ainsi peut-il en être de nos vies. Une diversité de circonstances et d’événements inattendus est impartie aux citoyens de cette terre. Il y a des hauts et des bas, des joies et des peines. Chacun est éprouvé tôt ou tard, d’une manière ou d’une autre. L’homme s’épanouit comme une fleur, puis il se flétrit. Les maladies, les soucis, les besoins et les problèmes de différentes sortes font leur apparition.

Plusieurs trouvent le chemin du succès et parviennent au prestige et à la fortune, alors que d’autres s’en vont les mains vides; cependant, personne ne peut éviter les revers de la vie. Subitement, des choses nous arrivent auxquelles nous n’aurions jamais pensé. Il n’y a aucune exception. Cela nous engage à réfléchir et à nous poser cette question: «Pourquoi ceci ou cela doit-il nous arriver?». Nous sommes rappelés d’entre nos familles, de la société, et nous devons tout laisser derrière nous; l’homme le plus riche doit aussi s’en aller comme il est venu. Jusqu’à présent personne encore n’a emporté quoique ce soit avec lui. A chaque départ réapparaît la question de savoir si avec la mort tout est terminé ou si, après la mort, la vie continue. Si oui, quand, où et dans quelles conditions cela se passera-t-il?

La foi en une Vie éternelle est-elle seulement une idée fantaisiste des gens mystiques, ou une spéculation d’esprit des gens pieux? Comme nous le savons, on se demande souvent si quelqu’un est déjà revenu de l’au-delà et s’il en a fait le récit. D’autres sont désabusés et pleins d’amertume, ils ne veulent rien entendre de ces choses et ne croient pas plus en Dieu qu’en Sa Parole.

Au sujet de la question si souvent discutée sur ce qu’il advient réellement après la mort, les Saintes Ecritures nous donnent une réponse incontestable. Leur contenu n’englobe pas seulement l’ensemble des temps passés, présents et futurs, mais il embrasse aussi l’Eternité. Elles donnent des éclaircissements sur notre origine et sur le lieu où nous allons. De même que nous exprimons nos pensées en paroles, ainsi Dieu a-t-Il exprimé Ses pensées au moyen de Sa Parole infaillible, et c’est par Elle qu’Il parle aux hommes. Naturellement, la Bible nous relate aussi les manquements humains, mais justement cela nous encourage, car en fin de compte, nous avons tous fauté.

 

DIEU LE CREATEUR

Le Créateur nous est présenté en premier dans le récit de la création. La création en tant que telle suppose logiquement un Créateur; pourtant particulièrement dans ces derniers temps, des hommes de science, pseudo-savants, ont cherché à réfuter le récit biblique de la création, cela parce qu’eux-mêmes se trouvaient dans un conflit intérieur. Cependant, leurs assertions ont été dispersées comme la balle au vent. Dans leurs démonstrations ils s’appuyaient sur des hypothèses provenant de leurs propres représentations, ou de celles d’autres personnes. Mais il est notoire que des savants renommés ont reconnu peu avant leur mort qu’il devait y avoir un Dieu.

Celui qui prétend que toutes choses se seraient formées par elles-mêmes montre qu’il lui manque toute logique. Une telle affirmation est aussi insensée que de prétendre qu’une automobile, une maison, ou quelqu’autre objet aurait pris son origine de lui-même! Celui qui prétend que toutes choses se sont développées à partir d’une cellule initiale devrait aussi nous dire qui a créé la cellule initiale, et pourquoi aujourd’hui les choses ne se développent plus d’elles-mêmes. Pourquoi la création entière suit-elle son cours sans jamais dévier de ce qui a été décrété pour elle dès l’origine? Plusieurs prétendent que l’homme descend du singe; pourquoi donc n’y a-t-il pas aujourd’hui d’évolution de singes qui deviendraient des hommes? Il semble parfois que le contraire serait plus vraisemblable. Celui qui s’oppose à Dieu et à Sa Parole vivra un conflit intérieur. La paix de l’âme lui sera totalement inconnue, car sa conscience se manifestera toujours en lui.

Représentons-nous donc un instant l’univers avec le nombre incalculable de ses constellations et ses étendues qui ne peuvent se mesurer. Pensons seulement à la terre qui accomplit sa révolution autour du soleil avec une précision sans égale. Admirable aussi est l’infinie variété de la vie animale et végétale et, ce qui ne l’est pas moins, l’homme, lequel a été comme le couronnement de la création, le chef-d’œuvre de Dieu, qu’Il a fait à Son image avec une sagesse et une intelligence incomparable. Tout cela ne nous fait-il pas pressentir l’infinie grandeur de Celui qui a appelé si merveilleusement toutes choses à l’existence?

La connaissance et les capacités humaines dont nous avons été munis dans cette vie ne doivent pas nous rendre si présomptueux que nous en venions à discréditer et à nier les Saintes Ecritures. Paul, le grand apôtre, a dit: “Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous… eux qui ont changé la vérité de Dieu en mensonge, et qui ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, qui est béni éternellement. Amen!” (Romains 1.22,25).

Transcendant chaque parole de doute qui s’élève, l’œuvre majestueuse de la création glorifie son Maître: “Puis Dieu dit: «Que la terre produise de la verdure, de l’herbe portant de la semence, des arbres fruitiers donnant du fruit selon leur espèce et ayant en eux leur semence sur la terre». Et cela fut ainsi” (Genèse 1.11). Nous sommes habitués à rentrer les récoltes chaque année, à cueillir les fruits des arbres et à aller chercher les légumes au jardin. Avons-nous réfléchi un instant à ce sujet, en nous demandant quel est Celui qui a ainsi disposé ces choses et y a pourvu pour nous? Qui est-ce qui fait pousser et se développer cela? Que serait-il arrivé s’il n’y avait pas eu de germes de vie dans les semences, ni d’autres moyens pour les multiplier et les reproduire? Alors, il n’y aurait eu ni ensemencement ni récolte possible. Nous devons reconnaître que le Créateur a pensé à tout et qu’Il a ordonné toutes choses parfaitement.

L’homme a la capacité d’accomplir des choses surprenantes, mais il ne peut pas créer la vie. Même si, par exemple, il fabrique un grain de blé artificiel dont les substances le composant sont à 100% conformes à celles du grain naturel, il y manquera cependant toujours le germe de vie. La vie est un mystère et elle le demeurera. On ne peut en découvrir l’origine, ni l’expliquer, ni l’approfondir. Elle a son origine en Celui qui est la Vie et par Lequel vient toute vie.

Il est stupéfiant de voir de quelle manière la création et le récit biblique de la création sont en accord. Chacun doit en convenir. Cependant, avec la mentalité de notre société moderne, cette idée n’est pas facilement reconnue. L’homme s’est placé lui-même au premier plan et, étant donné qu’il a toutes choses en abondance, il pense généralement: «Pourquoi devrais-je encore prier?». On préfère plutôt prononcer des injures lorsque surviennent catastrophes ou mauvaises récoltes. C’est alors qu’on incrimine ce Dieu même auquel en fin de compte on ne croit pas.

 

LES BEAUX JOURS SONT–ILS PASSES?

Dans ce dernier siècle tout particulièrement, les gens ont changé, malheureusement pas en bien! L’un est un diable pour l’autre. Il est bien évident que nous avons passé de la traction animale à la navette spatiale. Les conquêtes de l’homme dans tous les domaines dépassent notre aptitude à comprendre. Mais cela n’est pas seulement pour le bien de l’homme, car certaines découvertes ont été faites pour sa destruction. Lors des deux guerres mondiales, toutes les armes disponibles ont été engagées, et maintenant il y a les bombes atomiques, celles à hydrogène, à neutrons également, dont nous pouvons à peine nous représenter les dévastations qu’elles entraînent. Ces armes seront-elles utilisées un jour?

Nous entendons parler constamment de paix, de conférences pour la paix et la sécurité. Le fait même que ce soient précisément les politiciens qui emploient aujourd’hui ces deux expressions nous rend songeurs. Il y a bientôt 2000 ans que l’apôtre Paul a écrit sous l’inspiration du Saint-Esprit les paroles suivantes: “Car vous savez bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. Quand les hommes diront: «Paix et sûreté!» alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point” (1 Thessaloniciens 5.2-3).

Lorsque le temps de la grâce est terminé, alors survient le jour du jugement sur la terre. Toutes les mesures de sécurité que peuvent prendre les Nations Unies ne pourront l’empêcher d’arriver.

Juste avant ce passage des Ecritures, l’apôtre Paul parle du retour de Jésus-Christ et de l’enlèvement des croyants de cette terre. Jésus-Christ viendra chercher les Siens pour les introduire dans leur demeure avant que le monde ne soit consumé par les flammes. Ceci pourrait arriver à tout moment, car nous vivons dans un temps excessivement sérieux. Les événements les plus importants se passeront dans très peu de temps. C’est encore dans notre génération que nous verrons s’accomplir les prophéties bibliques, et par là même, la Parole de Dieu sera confirmée.

L’apôtre Pierre écrit: “Le jour du Seigneur viendra comme un voleur; en ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les œuvres qu’elle renferme sera consumée” (2 Pierre 3.10). Tout aussi certainement que la chose a été dite à l’avance, tout aussi certainement ce qui a été dit s’accomplira. Subitement, la ruine viendra sur toute la terre, et cela précisément lorsque l’on dira: «Maintenant, c’est la paix et la sécurité, nous les avons bien établies». Les conférences pour la paix et la sécurité continueront à avoir lieu, et elles seront couronnées d’un apparent succès. L’heure de la colère de Dieu arrivera d’une manière imprévue sur toute l’injustice et sur tout l’orgueil des hommes.

 

LE PLAN DE REDEMPTION

Nous voulons maintenant nous occuper de l’homme et de sa relation avec Dieu. Le problème central de notre vie est la conséquence de la chute, de notre séparation d’avec Dieu. Cependant nous ne nous arrêterons pas sur ce point, car la réconciliation a déjà été accomplie. Peut-être quelqu’un se dira-t-il: «A quoi cela peut-il me servir? Je ne me suis pas créé moi-même, et je ne peux m’aider moi-même; je n’ai vu ni Dieu ni diable! Je ne sais même pas si l’un ou l’autre existe!». Beaucoup déclarent orgueilleusement: «Je ne crois que ce que je vois. Après moi le déluge! La foi, c’est pour les naïfs! La religion est d’ailleurs l’opium du peuple…». Il ne s’agit pas ici d’opinions ou de religions, car il y en a beaucoup. En aucune d’elles Dieu ne s’est révélé, car toutes ont été inventées par les hommes et obtenues par le moyen de la philosophie. Il s’agit de bien plus que cela: il s’agit d’une expérience personnelle avec Dieu.

A ceux qui prennent pour devise: «Je ne crois que ce que je vois», nous devons poser cette question enfantine: Un homme a-t-il déjà vu le vent? On voit comme il agite les arbres, comme son action peut être puissante et même parfois dévastatrice. Ainsi en est-il avec l’Esprit de Dieu. Il est la puissance de Dieu qui, ici-bas sur la terre, agit d’une manière toute-puissante dans le cœur des hommes qui croient à Jésus-Christ. Cependant ce ne sont que ceux qui expérimentent la grâce de Dieu qui entrent en possession de cela, spirituellement parlant; seuls ceux-là peuvent réaliser Son action surnaturelle.

A celui qui désire continuer à discuter et veut paraître particulièrement intelligent, nous pourrions demander si quelqu’un a déjà vu sa propre intelligence. S’il ne l’a pas vue, pourrait-il cependant prétendre que l’intelligence n’existe pas? Celui qui ne veut croire que ce qui peut se voir finit dans une impasse. Les plus sages à leurs propres yeux doivent s’incliner devant la sagesse de Dieu. Le Seigneur a dit: “Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru” (Jean 20.29).

L’homme a été créé avec le pouvoir de se décider pour le bien ou pour le mal. Chacun peut choisir la vie ou la mort. Nous ne sommes pas des automates dirigés à distance, nous avons été pourvus d’un libre arbitre; c’est cela qui précisément engage notre responsabilité. C’est pourquoi ceux qui n’auront pas cru devront en rendre compte: “Puis je vis un grand trône blanc, et Celui qui était assis dessus. La terre et le ciel s’enfuirent devant Sa face, et il ne fut plus trouvé de place pour eux. Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le Livre de Vie. Et les morts furent jugés selon leurs œuvres, d’après ce qui était écrit dans ces livres” (Apocalypse 20.11-12).

Pour échapper à ce jugement terrible il n’existe qu’une seule possibilité: elle consiste à reconnaître que Jésus-Christ a porté notre châtiment (Esaïe chap. 53), afin que, par la foi en Lui, nous puissions sortir libre. Il est aussi écrit: “En vérité, en vérité, Je vous le dis, celui qui écoute Ma Parole, et qui croit à Celui qui M’a envoyé a la Vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie” (Jean 5.24). Il est venu chercher et sauver ceux qui étaient perdus. En Jésus-Christ, Dieu Lui-même est devenu notre Sauveur. En Lui, Il nous a réconciliés avec Lui-même: “Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec Lui-même” (2 Corinthiens 5.19). C’est pourquoi une foi toute personnelle au Seigneur Jésus-Christ est nécessaire pour le salut. Seul celui qui reconnaît son Sauveur et qui L’accepte peut être sauvé: “Et c’est ici le témoignage: que Dieu nous a donné la Vie éternelle, et cette Vie est dans Son Fils: Celui qui a le Fils a la Vie, celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la Vie” (1 Jean 5.11-12). Lorsque quelqu’un Le reçoit comme Rédempteur, il expérimente la rédemption. Tout ce qui est nécessaire à notre salut, Dieu nous l’a donné en Jésus-Christ.

Dès l’époque d’Adam, la volonté de Dieu a été que les hommes soient en communion constante avec leur Créateur. Il n’est pas écrit combien de temps a duré, entre Dieu et les premiers hommes, cette communion que rien ne troublait. Après la chute, Adam et Eve furent chassés du jardin d’Eden et l’accès à l’Arbre de Vie fut interdit: “… et l’Eternel Dieu le mit hors du jardin d’Eden… Il chassa l’homme, et plaça à l’orient du jardin d’Eden les chérubins et la lame de l’épée qui tournait ça et là, pour garder le chemin de l’Arbre de Vie” (Genèse 3.20-24). Désormais, l’homme devait manger son pain à la sueur de son front et vivre loin de Dieu. Lorsque le brigand sur la croix s’écria: “Souviens-toi de moi, quand Tu viendras dans Ton Règne!”, le Seigneur lui répondit: “Je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec Moi dans le paradis” (Luc 23.42-43).

Personne n’est responsable d’être né pécheur dans ce monde, cependant chacun est lui-même coupable s’il meurt sans avoir reçu le pardon. Le Seigneur ne veut pas la mort du pécheur, mais plutôt qu’il se détourne de ses voies et qu’il vive (Ezéchiel 18.23).

 

LE TRIOMPHE LE PLUS GRAND

Jésus-Christ n’est pas seulement mort, Il est ressuscité le troisième jour d’entre les morts. Beaucoup de femmes et d’hommes, dont Marie et les apôtres, Le virent après Sa résurrection. Il nous est relaté que plus de cinq cents frères Le virent en une seule fois (1 Corinthiens 15.1-10). Depuis ce temps-là, des milliers de personnes ont expérimenté en leur temps que Christ est vivant, Sa résurrection est une victoire absolue sur la mort, le diable et l’enfer. Jésus dit: “Ne crains point! Je suis le premier et le dernier, et le Vivant. J’étais mort; et voici, Je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clefs de la mort et du séjour des morts” (Apocalypse 1.17-18).

Seul celui qui peut croire de tout son cœur pourra mesurer ce qui se cache derrière cette parole: “Je suis la Résurrection et la Vie. Celui qui croit en Moi vivra, quand même il serait mort; et quiconque vit et croit en Moi ne mourra jamais” (Jean 11.25-26). Dans la résurrection du Fils de Dieu se trouve la garantie de la résurrection de tous les fils et filles de Dieu. C’est pourquoi il est écrit: “Voici, je vous dis un mystère: nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés; en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés” (1 Corinthiens 15.51-53).

Lors de la première venue de Christ s’accomplirent plus de cent prophéties de l’Ancien Testament. Sa naissance d’une vierge, Sa vie, Ses œuvres et Sa mort, Sa mise au tombeau, Sa résurrection et Son ascension — tout cela s’accomplit comme les prophètes l’avaient annoncé à l’avance. De la même manière, aujourd’hui aussi, tous les événements se déroulent comme ils avaient été annoncés dans l’Ancien et le Nouveau Testament.

 

QUI CHERCHE, TROUVE

Peut-être votre confiance a-t-elle été ébranlée. Vous pouvez avoir été déçu par une église ou par une communauté chrétienne, ou peut-être par une personne que vous preniez comme modèle. Ceux qui sont tout particulièrement au courant de l’histoire de l’Eglise savent combien d’atrocités ont été commises au Nom de Dieu et de l’Eglise. Et parce qu’ils n’ont pas réussi à identifier Dieu dans les actions de l’Eglise, ils ont jeté par-dessus bord la foi qu’ils avaient dans les deux.

Cependant, nous devons dire pour la défense de la vraie Eglise de Jésus-Christ, qu’elle n’a jamais commis de massacres, ni porté la main sur les biens d’autrui et n’a rien fait d’injuste. Il y eut des périodes, dans l’histoire de l’Eglise, où Rome a exercé le pouvoir politique, religieux et économique; mais on ne peut en rendre Dieu responsable. Malheureusement, au cours des siècles passés, le chemin conduisant à Christ a été barré par de telles choses. Des gens renoncèrent au salut, désillusionnés, parce qu’ils ne le voyaient qu’en rapport avec les institutions religieuses. Il n’y a aucune religion, chrétienne ou autre, qui puisse sauver. Et aucun ne peut y parvenir par son propre mode de faire.

Chaque homme doit trouver le chemin juste et expérimenter, personnellement, une conversion. Jésus-Christ a dit: “Si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le Royaume de Dieu” (Jean 3.3).

 

EPROUVEZ TOUTES CHOSES

Beaucoup de choses ont été introduites dans la Chrétienté dont on ne trouve aucune trace dans le Christianisme originel. Bien que nous vivions dans un temps où nous sommes informés sur toutes choses, la plupart des gens ne se soucient pas des choses spirituelles. Pourquoi cela? La Bible existe pourtant dans notre langue, et chacun a la possibilité de La sonder. Personne n’est obligé de croire aveuglement, car il peut s’assurer par lui-même si ce qui est enseigné et cru habituellement est réellement d’origine divine, et provient du Christianisme originel. Lorsqu’il s’agit de son propre salut, personne ne devrait se fier aux paroles des hommes, mais bien se reposer sur la Parole de Dieu. Ce ne sont pas les dogmes introduits par les hommes, mais le pur enseignement biblique seul qui nous enseigne le chemin juste.

Notre appartenance à une église ou à une communauté religieuse ne signifie strictement rien pour ce qui est du rapport que nous pouvons avoir avec Dieu. Sans le savoir, la plus grande partie de l’humanité se trouve dans une terrible erreur. Les foules, de leur naissance à leur mort, sont mal dirigées. La plupart ne sont que des chrétiens de nom n’ayant aucune relation avec Christ. La jeunesse de l’Europe s’en va, pauvrement vêtue, en pèlerinage en Inde, à la recherche de la paix intérieure. Ce que la Chrétienté n’a pu leur donner, ils le recherchent dans l’Hindouisme. Ils aspirent à étancher la soif que crée en eux le profond désir de leur âme. Ici et là ils méditent devant les temples païens, avec l’espoir de trouver une réponse. Néanmoins, cela aussi est vain. Dans chaque être humain se trouve le désir d’honorer un être supérieur; mais ce n’est pas au moyen d’une idée que l’on peut satisfaire ce désir. Qui voudra bien tendre la main aux jeunes et les conduire sur le droit chemin? La foi n’a-t-elle pas été systématiquement minée dans les écoles et les universités? Qu’en est-il donc resté? — La terreur et la révolte contre les autorités, parce que l’on a perdu la crainte de Dieu. Ce qui a été semé dans les années passées a grandi: c’était une mauvaise semence, et la récolte lui est semblable. Le Seul capable de nous venir en aide, c’est Dieu Lui-même.

L’invitation que notre Seigneur fait à tous, dans le monde entier, est celle-ci: “Venez à Moi, vous tous qui vous fatiguez et qui êtes chargés, et Moi, Je vous donnerai du repos” (Matthieu 11.28). Personne n’est obligé de faire un pèlerinage dans un pays lointain, ni de rechercher un lieu particulier pour avoir une rencontre avec Jésus-Christ. Celui qui L’invoque avec une foi enfantine fera une expérience avec Dieu, et il pourra chanter: «Quel bonheur d’être sauvé!».

Celui qui vit sans Christ mourra aussi sans Lui. Il importe donc que nous ayons trouvé grâce auprès de Dieu pour que, lorsque le temps de s’en aller d’ici sera venu, nous partions avec Sa bénédiction. Que personne ne se trompe lui-même. Seul celui qui a déjà de son vivant reçu la Vie éternelle la possédera après la mort. La mort ne fait que nous transporter dans l’au-delà. C’est ici-bas que nous prenons l’aiguillage qui nous conduira soit en haut, soit en bas.

 

REVENONS A LA FOI BIBLIQUE

L’Eglise primitive était pour beaucoup de personnes un indicateur. La puissance de Dieu était manifestée parmi les croyants. Les malades étaient guéris, les possédés étaient délivrés, les pécheurs devenaient des enfants de Dieu. La prédication de la Parole était apportée dans l’autorité du Saint-Esprit. Des milliers étaient saisis par l’Evangile et consacraient leur vie au Seigneur.

Aussi longtemps que la communauté des disciples de Jésus ne fut pas une institution chrétienne établie, la bénédiction de Dieu reposait sur elle, et le témoignage de Jésus-Christ avait une grande efficacité. Cependant, depuis l’époque de l’empereur Constantin, le pouvoir temporel, politique et religieux fut réuni dans le Christianisme. La prédication du Message divin fut perdue. Il ne resta plus qu’une forme extérieure pompeuse, dépourvue de la vie spirituelle qui avait été donnée au commencement à l’Eglise. Cependant à côté de cette église universelle subsista toujours et dans tous les temps une Eglise chrétienne non reconnue qui persévérait dans la foi selon le modèle de l’Eglise primitive, et qui continuait à prêcher et à mettre en pratique cette foi fermement appuyée sur le fondement biblique.

 

UN NOUVEAU COMMENCEMENT

C’est par Luther que se fit en son temps une percée décisive de la Parole de Dieu. Ce fut alors un nouveau commencement: il publia le message de la justification par la foi en Christ. Beaucoup de précurseurs combattants pour la foi, y compris Jan Hus, moururent en martyr. Dès lors, cela ne s’arrêta plus; le Royaume de Dieu se fraya un chemin avec puissance, et la Bible fut traduite en de nombreuses langues. De plus en plus, la Parole de Dieu manifesta sa séparation d’avec les credo et les traditions humaines. Le monde entier fut embrasé par un feu divin et des prédicateurs du réveil parcoururent le monde. Des contrées entières furent saisies par la grâce et par l’Esprit de Dieu. Une visitation divine avait commencé.

Après les jours de la Réformation suivirent d’autres réveils spirituels qui allèrent en s’approfondissant, mais toujours en dehors des églises organisées. C’est de là que sortirent les communautés protestantes les plus connues, parmi lesquelles nous comptons les Méthodistes, les Baptistes, les Mennonites, l’Armée du salut — en un mot tous ceux qui prêchèrent l’Evangile de Jésus-Christ pour le salut des âmes, y compris le mouvement de Pentecôte, lequel fut appelé de ce nom parce qu’au milieu d’eux les dons de l’Esprit étaient manifestés comme lors de la Pentecôte originelle. Malheureusement, les communautés qui sortirent de ces réveils s’arrêtèrent spirituellement à telle ou telle doctrine, sans se soucier d’inclure dans leur prédication le plein Evangile. C’est de là que viennent les différentes empreintes dans la foi du Christianisme. Cependant, le sens et le but de la Réformation ne peuvent trouver leur pleine réalisation que lorsque l’Eglise du Seigneur est ramenée à la position du commencement.

Ou bien nous croyons et enseignons comme le faisaient les apôtres, ou alors nous croyons et enseignons faussement. L’ordre de mission de Jésus: “Allez dans tout le monde, et prêchez l’Evangile à toute la création. Celui qui aura cru et qui aura été baptisé sera sauvé; et celui qui n’aura pas cru sera condamné. Et ce sont ici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru: en Mon Nom ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils prendront des serpents; et quand ils auront bu quelque chose de mortel, cela ne leur nuira point; ils imposeront les mains aux infirmes, et ceux-ci se porteront bien” (Marc 16.15-18) ne parvient que très rarement à produire son plein effet. Dans tous les milieux chrétiens, la vie spirituelle a subi une stagnation de laquelle nous devons sortir. On entend parler d’œcuménisme, de mouvement charismatique, de divers courants qui s’enflamment comme un feu de paille et s’éteignent en peu de temps. Nous sommes parvenus au point où nous devons bien prendre garde à ce que Dieu fait maintenant selon Sa Parole.

La fin de l’Eglise du Nouveau Testament doit être semblable à son commencement. Il faut que se fasse à nouveau ce qui se fit en ce temps-là: le même enseignement et la même pratique de ces choses doivent être rétablis: “Jésus-Christ… Lequel il faut que le ciel reçoive jusqu’au temps du rétablissement de toutes choses dont Dieu a parlé par la bouche de Ses saints prophètes de tout temps” (Actes 3.20-21). Dans tous les domaines nous avons participé au progrès et au développement. Mais dans le domaine spirituel beaucoup de croyants sont demeurés sur place. Pourtant, l’Esprit de Dieu nous pousse vers le but qui est proche: l’achèvement de l’Eglise de Jésus-Christ. Nous sommes exhortés à nous hâter.

 

LE SIGNE: L’EXISTENCE D’ISRAEL

Les signes des temps nous montrent que notre civilisation arrive à sa fin. Le signe principal de la fin des temps est le retour du peuple d’Israël dans le pays de ses pères. Comme l’avaient annoncé les prophètes d’autrefois, Israël, à la fin des jours, devait être rassemblé d’entre toutes les nations. Ce qui arrive maintenant n’est pas le produit du hasard, mais bien l’accomplissement évident des prophéties bibliques. C’est de plus de cent nations où ils étaient dispersés que les Juifs sont rentrés dans leur pays. Qui donc les y a conduits? — Depuis toutes ces générations où ils vivaient dispersés dans le monde entier! Ce fut une direction divine, à laquelle ils obéirent.

Depuis mai 1948, Israël est un pays qui possède son propre gouvernement. L’heure de Dieu a sonné, car le Seigneur a dit: “Cette génération ne passera point, que tout cela n’arrive” (Matthieu 24.34). Dans les temps les plus reculés déjà, lorsqu’Israël abandonnait les voies de Dieu et tournait le dos à Ses commandements, cela tournait mal pour lui. Depuis que les Juifs ont rejeté Christ et qu’ils n’ont pas reçu le salut qui vient de Lui, ils ont été tourmentés, poursuivis et massacrés, à un point tel que six millions d’entre eux ont été assassinés sous le Troisième Reich, et cela de la pire manière qui soit. Cependant, il est écrit: “Celui qui a dispersé Israël le rassemblera, et Il le gardera comme le berger garde son troupeau… Ils viendront et pousseront des cris de joie sur les hauteurs de Sion” (Jérémie 31.10,12). “Réjouissez-vous avec Jérusalem, faites d’elle le sujet de votre allégresse, vous tous qui l’aimez; tressaillez avec elle de joie, vous tous qui menez deuil sur elle” (Esaïe 66.10). Beaucoup d’indications des Saintes Ecritures nous donnent des éclaircissements sur le développement de la situation à laquelle nous assistons maintenant.

Jusqu’à la fin, Israël demeurera un foyer de discorde. Puis, le Seigneur Lui-même agira et abattra les puissances ennemies (Ezéchiel chap. 38, Joël chap. 3, Zacharie chap. 14). Le monde entier devra reconnaître que c’est le Seigneur qui dirige les affaires d’Israël. Il est écrit: “… et les Egyptiens avec les Assyriens serviront l’Eternel. En ce même temps, Israël sera, lui troisième, uni à l’Egypte et à l’Assyrie, et ces pays seront l’objet d’une bénédiction. L’Eternel des armées bénira, en disant: Bénis soient l’Egypte, Mon peuple, et l’Assyrie, œuvre de Mes mains, et Israël, Mon héritage!” (Esaïe 19.23-25).

Tout d’abord, la Syrie ne comprendra pas que Dieu a de bonnes intentions à son égard, à cause d’Israël, et elle viendra à la raison seulement après qu’elle aura éprouvé une terrible défaite. Il est écrit: “Voici, Damas ne sera plus une ville, elle ne sera qu’un monceau de ruines. Les villes d’Aroër sont abandonnées, elles sont livrées aux troupeaux; ils s’y couchent, et personne ne les effraie. C’en est fait de la forteresse d’Ephraïm, et du royaume de Damas, et du reste de la Syrie: il en sera comme de la gloire des enfants d’Israël, dit l’Eternel des armées” (Esaïe 17.1-3).

Malgré toutes les négociations, aucune solution satisfaisante ne pourra être trouvée. Les frontières d’Israël ont été fixées dans l’Ancien Testament, les politiciens n’auraient eu qu’à respecter les décisions divines et à les réaliser. Tout le problème aurait été résolu si les Palestiniens avaient été intégrés comme des millions de personnes déplacées le furent après la deuxième guerre mondiale. Toutefois, cela aurait été trop facile! Cependant nous n’avons pas à nous faire de souci, car nous savons que la fin des choses en ce qui concerne Israël, ses voisins et le monde entier, se déroulera comme cela est écrit.

De nombreux passages bibliques en rapport avec ce sujet pourraient être cités, mais il n’est pas possible de le faire ici. Ce n’est qu’après la dernière grande bataille que le Seigneur manifestera Sa royauté: “L’Eternel sera Roi de toute la terre; en ce jour-là, l’Eternel sera le seul Eternel, et Son Nom sera le seul Nom” (Zacharie 14.9).

 

DECISION DEFINITIVE

Quoique ces pensées soient émises très brièvement dans cette brochure, car des livres entiers pourraient être écrits sur chaque thème, elles sont destinées à vous faire réfléchir.

Tout d’abord, chaque personne naît dans une certaine conception du monde, mais ensuite, elle doit prendre une décision sous sa propre responsabilité. Toutes les autres décisions de notre vie ne sont importantes que pour un temps, mais la décision que nous prenons pour ou contre Christ est déterminante pour l’Eternité.

Chers amis, que vous soyez jeunes ou âgés, vous avez maintenant l’occasion de commencer une nouvelle vie avec Dieu. Vous êtes encore parmi les vivants; peut-être est-ce précisément pour que le chemin du salut ait pu vous être montré? Vous non plus ne parviendrez pas au repos jusqu’à ce que vous vous reposiez en Dieu. Considérez sérieusement la chose, prenez aujourd’hui votre décision pour Jésus-Christ!

Que la bénédiction du Dieu tout-puissant soit avec vous.

Agissant de la part de Dieu.
E. Frank