“Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement” (Hébreux 13.8).

Lettre circulaire N° 53 — Février 2002


 

Bien-aimés en Christ, élus de Dieu et dispersés sur toute la terre, je vous salue dans le saint et précieux Nom de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Afin qu’à Son retour nous soyons enlevés dans la gloire, notre préparation est la chose la plus importante, car il est écrit: “… et celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui aux noces” (Mat. 25.10b). “… et sa femme s’est préparée…” (Apoc. 19.7b).

Deux passages bibliques nous accompagneront dans ce court exposé: “Je ne vous ai pas écrit parce que vous ne connaissez pas la vérité, mais parce que vous la connaissez et qu’aucun mensonge ne vient de la vérité” (1 Jean 2.21).

“Nous, nous sommes de Dieu; celui qui connaît Dieu nous écoute; celui qui n’est pas de Dieu ne nous écoute pas; à cela nous connaissons l’esprit de vérité et l’esprit d’erreur” (1 Jean 4.6).

Comme dans chacune des prédications servant à notre instruction, ainsi que dans tous nos livres, dans cette lettre circulaire aussi nous laisserons habiter richement au milieu de nous la Parole de Dieu. Deux choses sont placées devant nos yeux dès le commencement: la Parole, telle qu’Elle vint par la bouche du Tout-Puissant, et l’interprétation telle qu’elle fut chuchotée par le serpent ancien. La Parole est Esprit et Vie, l’interprétation est un poison apportant la mort. Ceux qui croient réellement comme le dit l’Ecriture (Jean 7.38) et qui demeurent dans la Parole de Vérité (Jean, chapitre 15) sont les véritables enfants de Dieu. Les autres, qui courent derrière chaque interprétation, sont la semence mélangée. Le vrai et le faux, la bonne et la mauvaise compréhension des Ecritures, ont tout le long accompagné d’abord l’humanité de façon générale, puis Israël et plus tard l’Eglise, et jusqu’à la fin il en sera ainsi.

Avant tout, la Parole est la Semence (Luc 8.11) et l’on ne mettra jamais assez l’accent sur cela. Si la Semence de la Parole germe, elle sera manifestée dans les fils du Royaume de Dieu (Mat. 13.38a). L’ivraie, ce sont les fils du méchant (Mat. 13.38b). Deux semeurs différents ont semé deux semences fondamentalement différentes qui poussèrent toutes deux sur le même champ. Au temps de la moisson les grains de blé seront rassemblés dans les greniers célestes,  l’ivraie qui a vécu de la même pluie et  mûri sous le même soleil sera brûlée (Mat. 13.30).

L’avertissement donné par Dieu de ne pas expliquer ni interpréter ce que Dieu a dit, doit être pris au sérieux. Au commencement était la Parole; l’interprétation est venue seulement plus tard. L’apôtre Jean commence sa première épître ainsi: “Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de la vie (et la vie a été manifestée; et nous avons vu, et nous déclarons, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée)…” (1 Jean 1.1-2).

Le Nouveau Testament commença avec l’accomplissement des prophéties de l’Ancien Testament. Dans les quatre Evangiles, nous trouvons la description de notre Rédempteur, de Sa naissance à Son ascension dans le ciel. Dieu avait promis de conclure une nouvelle alliance, de nous donner un nouveau coeur, un nouvel esprit et une nouvelle vie. Dans le Nouveau Testament, nous en expérimentons l’accomplissement. Jean-Baptiste était selon Esaïe 40.3 et Malachie 3.1 un prophète promis. Lorsque le temps fut accompli, Dieu veilla sur Sa Parole, envoya l’ange Gabriel à Zacharie pour lui annoncer la naissance du précurseur de Christ. “Et il fera retourner plusieurs des fils d’Israël au Seigneur leur Dieu. Et il ira devant lui dans l’esprit et la puissance d’Elie, pour faire retourner les coeurs des pères vers les enfants, et les désobéissants à la pensée des justes, pour préparer au Seigneur un peuple bien disposé” (Luc 1.16,17).

Dans Matthieu 3.1-2 et 11.7-14, notre Seigneur confirme l’accomplissement de la prophétie par le ministère de Jean-Baptiste, lequel Lui prépara le chemin. Dans Marc 1.1-3 les deux passages de l’Ancien Testament sont cités directement au commencement. Nous trouvons une confirmation supplémentaire dans la prophétie de Zacharie (Luc 1.67-80).

Dans le premier chapitre de l’Evangile de Jean, il est demandé à Jean lui-même, l’homme envoyé de Dieu: “Toi, qui es-tu? Et il confessa, et ne nia pas, et confessa: Moi, je ne suis pas le Christ. Et ils lui demandèrent: Quoi donc? Es-tu Elie? Et il dit: Je ne le suis pas. Es-tu le prophète? Et il répondit: Non. Ils lui dirent donc: Qui es-tu, afin que nous donnions réponse à ceux qui nous ont envoyés? Que dis-tu de toi-même? Il dit: Moi, je suis la voix de celui qui crie dans le désert: Faites droit le chemin du Seigneur, comme dit Esaïe le prophète” (Jean 1.19-23).

Les écrivains des Evangiles, sous la direction du Saint-Esprit, ont mis l’accent sur l’accomplissement des prophéties de l’Ancien Testament. Luc commence de la manière suivante: “Puisque plusieurs ont entrepris de rédiger un récit des choses qui sont reçues parmi nous avec une pleine certitude, comme nous les ont transmises ceux qui, dès le commencement, ont été les témoins oculaires et les ministres de la parole, il m’a semblé bon à moi aussi, qui ai suivi exactement toutes choses depuis le commencement, très-excellent Théophile, de te les écrire par ordre, afin que tu connaisses la certitude des choses dont tu as été instruit” (Luc 1.1-4).

Au commencement, les hommes de Dieu étaient des témoins oculaires et ils pouvaient transmettre ce qu’ils avaient vu, entendu et expérimenté. Cependant ils n’étaient pas seulement de simples chroniqueurs, mais ils étaient avant tout des serviteurs de la Parole et en avaient reçu de Dieu une parfaite compréhension. Ils ont tout ordonné selon l’Ecriture et c’est ainsi qu’ils nous l’ont laissée.

L’apôtre Pierre, un des principaux témoins lors de la première venue de notre Seigneur, écrit également au sujet de Son retour: “Car ce n’est pas en suivant des fables ingénieusement imaginées, que nous vous avons fait connaître la puissance et la venue de notre Seigneur Jésus-Christ, mais comme ayant été témoins oculaires de sa majesté… Et nous avons la parole prophétique rendue plus ferme, à laquelle vous faites bien d’être attentifs, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour ait commencé à luire et que l’étoile du matin se soit levée dans vos coeurs, sachant ceci premièrement, qu’aucune prophétie de l’écriture ne s’interprète elle-même. Car la prophétie n’est jamais venue par la volonté de l’homme, mais de saints hommes de Dieu ont parlé, étant poussés par l’Esprit Saint” (2 Pier. 1.16-21). Au temps de l’accomplissement, la Parole révélée brille comme une lumière vive dans les ténèbres religieuses.

L’apôtre Jean mentionne, il est vrai, le ministère du messager, du précurseur, mais il fait de Christ, la Parole faite chair, son thème principal. Un véritable serviteur de Dieu annonce la Parole, mais cependant Christ est la Parole. Un homme envoyé par Dieu nous indique le chemin, mais cependant Christ est le chemin. Un apôtre peut porter à d’autres la Lumière reçue, mais Christ est la Lumière. Les prédicateurs peuvent parler de la résurrection, mais Christ est la Résurrection et la Vie.

Dieu fait toutes choses conformément à Sa Parole. C’est en Elle que Ses voies et Sa volonté sont révélées. Celui qui a véritablement reçu un ministère par appel divin, recevra lui-même en premier lieu la compréhension divine parfaite pour la parfaite Parole de Dieu, et ensuite il pourra La mettre en parfait ordre avec le parfait plan du salut. Dès le premier chapitre de Matthieu nous pouvons suivre les traces qui ont été laissées, c’est-à-dire voir de quelle manière toutes choses se sont accomplies conformément aux prophéties. C’est de cette façon qu’est exprimé ce qui est divin et convaincant dans le Nouveau Testament, de sorte que 109 prophéties (v. Dr. C. Larkin — DISPENSATIONAL TRUTH) de l’Ancien Testament sont confirmées dans le nouveau testament comme accomplies.

Lorsque Christ, le Sauveur, est né, nous trouvons dans Matthieu 1.22 cette parole: “Or tout cela arriva afin que fût accompli ce que le Seigneur a dit par le prophète, disant…” (Es. 7.14).

En rapport avec le lieu de naissance il est écrit: “Et ils dirent: A Bethléhem de Judée; car il est ainsi écrit par le prophète…” (Mat. 2.5; Mich. 5.1).

En rapport avec Son séjour en Egypte il nous est dit: “Et il fut là jusqu’à la mort d’Hérode, afin que fût accompli ce que le Seigneur avait dit par le prophète, disant: «J’ai appelé mon fils hors d’Egypte»” (Mat. 2.15; Osée 11.1).

En relation avec le meurtre des petits enfants par Hérode, il est dit: “Alors fut accompli ce qui a été dit par Jérémie le prophète disant…” (Mat. 2.17; Jér. 31.15).

Matthieu écrit au sujet du domicile de Jésus à Capernaüm: “Et ayant quitté Nazareth, il alla demeurer à Capernaüm, qui est au bord de la mer, sur les confins de Zabulon et de Nephthali, afin que fût accompli ce qui avait été dit par Esaïe le prophète…” ( Mat. 4.13-14; Es. 9.1-2).

Dans Luc 4 notre Seigneur, après avoir lu dans le prophète Esaïe, déclara ensuite: “Aujourd’hui cette écriture est accomplie, vous l’entendant” (Luc 4.21; Es. 61.1-2). De Sa naissance jusqu’aux derniers instants de Sa vie s’accomplirent les Saintes Ecritures.

Lors de Son chemin Le conduisant à Golgotha nous lisons plusieurs fois dans Jean, chapitre19: “… afin que l’écriture fût accomplie, qui dit…” (Jean 19.24; Ps. 22.17-19).

“Après cela Jésus, sachant que toutes choses étaient déjà accomplies, dit, afin que l’écriture fût accomplie: J’ai soif” (Jean 19.28-30; Ps. 69.21).

“Car ces choses sont arrivées afin que l’écriture fût accomplie: «Pas un de ses os ne sera cassé»” (Jean 19.36; Ps. 34.20).

“Et encore une autre écriture dit: «Ils regarderont vers celui qu’ils ont percé»” (Jean 19.37; Zach. 12.10). Dans les dernières 24 heures précédent Sa mort s’accomplirent en Lui exactement 24 prophéties.

 

LE SEIGNEUR PARLE AVEC NOUS

Dans Luc 24.27-45, nous trouvons l’exemple de ce qui arrive si nous marchons réellement avec notre Seigneur, et s’Il peut parler avec nous: “Et commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliquait, dans toutes les écritures, les choses qui le regardent… Et leurs yeux furent ouverts, et ils le reconnurent… Et ils dirent entre eux: Notre coeur ne brûlait-il pas au dedans de nous, lorsqu’il nous parlait par le chemin, et lorsqu’il nous ouvrait les écritures?… Et il leur dit: Ce sont ici les paroles que je vous disais quand j’étais encore avec vous, qu’il fallait que toutes les choses qui sont écrites de moi dans la loi de Moïse, et dans les prophètes, et dans les psaumes, fussent accomplies. Alors il leur ouvrit l’intelligence pour entendre les écritures”.

Jésus-Christ, notre Seigneur, est le Même de toute manière. Ce qu’Il fit en ce temps-là et ce qu’expérimentèrent Ses disciples et l’Eglise du Nouveau Testament au commencement doit être aujourd’hui notre expérience. Toute prophétie concernant notre Seigneur et Sauveur a été vue dans son accomplissement. L’apôtre Paul le résume ainsi: “Car je vous ai communiqué avant toutes choses ce que j’ai aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les écritures, et qu’il a été enseveli, et qu’il a été ressuscité le troisième jour, selon les écritures…” (1 Cor. 15.3-4).

Lors de la fondation de l’Eglise du Nouveau Testament, par l’effusion du Saint-Esprit (Actes chap. 2), s’accomplit la promesse de Joël 2.28-32.

Nous vivons encore maintenant dans les jours de la Bible. Le Fils de l’homme marche encore au milieu des sept lampes d’or. Maintenant, avant le retour de Jésus-Christ, le même modèle biblique demeure valable comme autrefois. Un serviteur de Dieu, ayant reçu un mandat direct de Lui, a comme devoir le plus grand d’ordonner conformément aux Ecritures tout ce qui concerne le Royaume de Dieu. Cela nous remplit d’une joie inexprimable que nos frères, au commencement, dans le Nouveau Testament, aient cité en tout 845 fois des passages de l’Ancien Testament, et que de cette manière ils ont établi l’histoire du salut sur un fondement biblique. Cela montre quelle importance ils ont attribué à la Parole de Dieu. L’Eglise du Nouveau Testament est édifiée sur le fondement des apôtres et des prophètes, dans laquelle Jésus-Christ est la Pierre de l’angle ainsi que la Pierre du faîte (Eph. 2.20; Zach. 4.6-7).

Toute véritable doctrine est fondée sur la Parole de Dieu; toute fausse doctrine est basée sur des interprétations. Tout ce qui est relié au plan du salut de Dieu a été annoncé à l’avance dans une prophétie biblique et ne permet aucune interprétation propre. L’apôtre Jean dit clairement qu’aucun mensonge n’a son origine dans la vérité, et que: “…quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, car la semence de Dieu demeure en lui” (1 Jean 3.9). De même, il écrit au sujet de la Vérité “…qui demeure en nous et qui sera avec nous à jamais” (2 Jean v. 2). Amen!

Comme nous le savons, tout ce qui a été dit à l’avance et a été prophétisé concernant la première venue de notre Seigneur et Sauveur, s’est alors accompli. Cela concerne également la période avant Son retour. Toute Parole de Dieu doit déboucher dans sa réalisation. Quand  le temps est arrivé, il ne s’agit plus d’une doctrine ou d’une soi-disant “révélation”, mais bien de l’accomplissement dans la réalité. La naissance de Christ était une pure réalité, Sa vie et Son ministère, Ses souffrances et Sa mort, Sa résurrection et Son ascension étaient des réalités et il en sera de même de Son retour, de la résurrection, de la transmutation et de l’enlèvement des Siens: ce seront des réalités vécues. Tout arrivera comme il est écrit et a été promis.

La promesse: “Voici, je vous envoie Elie, le prophète, avant que vienne le grand et terrible jour de l’Eternel…” (Mal. 4.5) devait aussi s’accomplir maintenant, comme notre Seigneur l’avait confirmé en son temps pour l’avenir: “En effet, Elie vient premièrement, et il rétablira toutes choses” (Mat. 17.11; Marc 9.12). Ce que notre Seigneur a annoncé dans Luc 17.22-30, devait maintenant également s’accomplir. Le Fils de l’homme s’est Lui-même révélé de la même manière que cela est arrivé dans les jours de Sa chair par le parfait ministère prophétique et le signe du Messie. Actes 3.18-21 renferme une des principales promesses pour l’Eglise, et elle doit avoir son accomplissement. Dieu est lié à Sa Parole qui est d’envoyer des temps de rafraîchissement avant le retour de Christ, car il est ainsi écrit: “…lequel il faut que le ciel reçoive, jusqu’au temps du rétablissement de toutes choses dont Dieu a parlé par la bouche de ses saints prophètes de tout temps” (Actes 3.21). C’est AINSI DIT L’ETERNEL dans Sa Parole. Premièrement le rétablissement doit avoir lieu, et ensuite le Seigneur vient en tant qu’Epoux chercher l’Eglise-Epouse qui sera sans tache ni ride (Eph. 5.27), et Il La prendra dans la gloire (1 Thess. 4.17). Il faut aussi que toutes les prédictions pour Israël soient vues dans la lumière de la Parole prophétique. Le retour d’Israël dans le pays de ses pères n’est pas seulement un signe entre plusieurs, mais bien le signe que le Seigneur nous a présenté dans le symbole du figuier qui vient de nouveau à la vie (Es. 14.1; Jér. 31.10; Ezé. 36.24; Mat. 24.32; Luc 21.24). Tout véritable fils et fille de Dieu se trouve être enfant de la promesse, comme l’était Isaac (Gal. 4.28), il croit la Parole de la promesse et reçoit l’Esprit Saint promis (Actes 2.33).

 

LE GLORIEUX EVENEMENT

Dans Jean, chapitre 14, le Seigneur a promis de s’en aller nous préparer une place, puis de revenir et de nous prendre auprès de Lui (v. 1-3).

Dans Luc 24.39 Il se révéla à Ses disciples après Sa résurrection, et Il leur dit: “Voyez mes mains et mes pieds; — que c’est moi-même; touchez-moi, et voyez; car un esprit n’a pas de la chair et des os, comme vous voyez que j’ai”.

Après que le Seigneur ait enseigné Ses apôtres sur toutes choses, Il leur donna la charge d’aller dans le monde entier et d’enseigner tous les peuples conformément à ces choses. “Et il les mena dehors jusqu’à Béthanie, et, levant ses mains en haut, il les bénit. Et il arriva qu’en les bénissant, il fut séparé d’eux, et fut élevé dans le ciel” (Luc 24.50,51).

Notre Seigneur et Sauveur est ressuscité corporellement et Il dit à Marie de Magdala: “Ne me touche pas, car je ne suis pas encore monté vers mon Père; mais va vers mes frères, et dis-leur: Je monte vers mon Père et votre Père, et vers mon Dieu et votre Dieu” (Jean 20.17). Il est allé dans Son Corps de résurrection au Ciel et Il reviendra de la même façon, afin d’introduire dans la gloire tous les fils et filles de Dieu. “Ce Jésus, qui a été élevé d’avec vous dans le ciel, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en allant au ciel” (Actes 1.11).

L’apôtre Paul parle du retour de Christ et de la transmutation de notre corps naturel en un corps de résurrection. Il écrit: “Ainsi aussi est la résurrection des morts: il est semé en corruption, il ressuscite en incorruptibilité; il est semé en déshonneur, il ressuscite en gloire; il est semé en faiblesse, il ressuscite en puissance; il est semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. S’il y a un corps animal, il y en a aussi un spirituel; c’est ainsi qu’il est aussi écrit: «Le premier homme Adam devint une âme vivante», le dernier Adam, un esprit vivifiant. Mais ce qui est spirituel n’est pas le premier, mais ce qui est animal; ensuite ce qui est spirituel. Le premier homme est tiré de la terre, — poussière; le second homme est venu du ciel. Tel qu’est celui qui est poussière, tels aussi sont ceux qui sont poussière; et tel qu’est le céleste, tels aussi sont les célestes. Et comme nous avons porté l’image de celui qui est poussière, nous porterons aussi l’image du céleste… Voici, je vous dis un mystère: Nous ne nous endormirons pas tous, mais nous serons tous changés: en un instant, en un clin d’oeil, à la dernière trompette, car la trompette sonnera et les morts seront ressuscités incorruptibles, et nous, nous serons changés. Car il faut que ce corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce mortel revête l’immortalité” (1 Cor. 15. 42-53).

Christ, notre Rédempteur, a pris notre place; nos péchés et nos transgressions ont été chargés sur Lui (Es. chap. 53). Il a été fait péché pour nous et a enlevé la malédiction qui pesait sur nous: “Car les gages du péché, c’est la mort; mais le don de grâce de Dieu, c’est la vie éternelle dans le Christ Jésus, notre Seigneur” (Rom. 6.23).

“Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous (car il est écrit: «Maudit est quiconque est pendu au bois»), afin que la bénédiction d’Abraham parvînt aux nations dans le Christ Jésus, afin que nous reçussions par la foi l’Esprit promis” (Gal. 3.13-14). Toutes ces choses sont des réalités confirmées par Dieu.

Le Rédempteur est mort en versant Son Sang, payant ainsi le prix de notre rachat, et nous avons été réconciliés avec Dieu (2 Cor. 5.14-21). Il est aussi descendu dans l’enfer et a vaincu la mort et le diable, ressuscitant victorieusement le troisième jour. Lors de Son retour, la mort déjà vaincue sera engloutie dans la victoire et ce qui est corruptible deviendra incorruptible, les choses mortelles revêtiront l’immortalité (1 Cor. 15.54-57).

Les Saintes Ecritures parlent des différentes venues du Seigneur. Lorsqu’Il vient en tant qu’Epoux, tous ceux qui appartiennent à l’Eglise-Epouse et qui sont prêts, s’en iront avec Lui au Repas des noces (Mat. chap. 25). Alors de deux qui se trouvaient dans un même lit, l’un sera pris et l’autre laissé; de deux personnes travaillant dans le même champ, ou de deux femmes tournant la meule, l’une sera prise et l’autre laissée. Cela arrivera exactement comme la Parole de Dieu le dit: “Car le Seigneur lui-même, avec un cri de commandement, avec une voix d’archange, et avec la trompette de Dieu, descendra du ciel; et les morts en Christ ressusciteront premièrement; puis nous, les vivants qui demeurons, nous serons ravis ensemble avec eux dans les nuées à la rencontre du Seigneur, en l’air; et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur” (1 Thess. 4.16-17).

L’apôtre Jean se rapporte également à cette venue du Seigneur: “Et maintenant, enfants, demeurez en lui, afin que, quand il sera manifesté, nous ayons de l’assurance et que nous ne soyons pas couverts de honte, de par lui, à sa venue… Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté; nous savons que quand il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est” (1 Jean 2.28 – 3.2).

Le mot grec «parousia» signifie réellement «présence personnelle, corporelle». Le même Seigneur Jésus, qui est corporellement ressuscité et monté au ciel, reviendra de la même manière, et nous Le verrons tel qu’Il est et nous serons transformés à Son image. C’est de cette façon que le mystère du glorieux plan de salut de Dieu se réalisera: le Rédempteur est venu à nous et a pris un corps de chair, afin de payer le prix en versant Son Sang et en donnant Sa Vie, afin que par Sa grâce nous puissions être fils et filles de Dieu et être transformés à Son image.

L’apôtre a écrit très clairement sur ce thème: “Or nous tous, contemplant à face découverte la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur en Esprit” (2 Cor. 3.18)

Conformément à Apocalypse, chapitre 19, les cris de joie retentissent dans le ciel de la bouche de ceux qui ont été enlevés et qui prennent part au Repas des noces de l’Agneau: “Réjouissons-nous et tressaillons de joie, et donnons-lui gloire; car les noces de l’Agneau sont venues; et sa femme s’est préparée; et il lui a été donné d’être vêtue de fin lin, éclatant et pur, car le fin lin, ce sont les justices des saints. Et il me dit: Ecris: Bienheureux ceux qui sont conviés au banquet des noces de l’Agneau. Et il me dit: Ce sont ici les véritables paroles de Dieu” (Apoc. 19.7-9).

Toute promesse dans la Parole de Dieu est reliée à sa réalisation. Si quelqu’un enseigne que le Seigneur est déjà revenu, c’est un trompeur, et toute personne qui croit une telle doctrine est trompé. “Car plusieurs séducteurs sont sortis dans le monde, ceux qui ne confessent pas Jésus-Christ venant en chair; celui-là est le séducteur et l’antichrist” (2 Jean v. 7). Il n’y a pas ici de place pour des jeux de mots. L’autorité finale de la Parole doit être respectée de tous ceux qui prétendent croire comme le dit l’Ecriture. Toute doctrine qui n’est pas reliée à la réalité promise, est fausse et conduit à l’égarement. Pour chaque thème il faut encore et toujours demander: «Que disent les Saintes Ecritures à ce sujet?». Les vrais enfants de Dieu croient la vraie Parole de Dieu. L’Epoux était la Parole faite chair, une vivante réalité. L’Epouse pareillement, lors du retour de l’Epoux, sera transformée à Son image et Elle sera une réalité vivante.

 

APOCALYPSE 10

Plusieurs ont fait d’Apocalypse 10 leur passe-temps favori et ils publient à ce sujet les doctrines les plus diverses. A nouveau nous devons nous demander: «Que dit réellement le passage de l’Ecriture d’Apocalypse 10?». Trouvons-nous décrit dans ce passage quelque chose concernant la venue de l’Epoux ou de l’Epouse? Naturellement il n’en est rien. Apocalypse 10 s’accomplira exactement dans la succession donnée ici et cela verset après verset, comme il est écrit. L’Ange puissant de l’Alliance descend, enveloppé d’une nuée et ayant l’arc-en-ciel au-dessus de Sa tête, Son visage resplendit comme le soleil et Il tient dans Sa main un livre ouvert. “Et il mit son pied droit sur la mer et le gauche sur la terre”. C’est exactement ainsi que cela sera. “Et il cria à haute voix, comme un lion rugit; et quand il cria, les sept tonnerres firent entendre leur propre voix”. C’est ainsi qu’alors cela arrivera réellement. Personne sur la terre n’a le droit de spiritualiser cet événement ou de l’interpréter de sa propre autorité.

Dieu doit-il demander la permission à un quelconque homme , pour savoir s’Il a ou non le droit  de nous adresser Sa propre Parole telle qu’Elle est écrite? Pour une meilleure compréhension nous citerons la traduction de la Bible en hébreux, de David H. Stern. Là où le mot shofar y est écrit, dans nos Bibles le terme employé est «trompette». Mais même sans faire de commentaires, tous verront Apocalypse 10 dans le contexte correct. En premier lieu, nous devons comprendre que les sept anges ayant les trompettes sont une partie du septième sceau. Cependant, nous ne devons pas nous arrêter après la lecture du premier verset du chapitre 8, mais poursuivre notre lecture pour connaître ce qui se trouve réellement dans le septième sceau et ce qui y est exprimé. En plus de ce qui y est écrit, nous devons nous éprouver pour savoir si nous croyons réellement ce que dit l’Ecriture.

“Et lorsqu’il ouvrit le septième sceau, il se fit un silence au ciel d’environ une demi-heure: Et je vis les sept anges qui se tiennent devant Dieu, et il leur fut donné sept trompettesshofar(8.1-2).

“Et les sept anges qui avaient les sept trompettesshofar se préparèrent pour sonner de la trompette” (v. 6).

“Et le premier ange sonna de la trompetteshofar(v. 7).

“Et le second ange sonna de la trompetteshofar (v. 8).

“Et le troisième ange sonna de la trompetteshofar(v. 10).

“Et le quatrième ange sonna de la trompetteshofar(v. 12).

Et dans la seconde partie du verset 13 nous lisons: “Malheur, malheur, malheur, à ceux qui habitent sur la terre, à cause des autres voix de la trompetteshofar, des trois anges qui vont sonner de la trompette”.

“Et le cinquième ange sonna de la trompetteshofar(9.1).

“Et le sixième ange sonna de la trompetteshofar(9.13).

Le mot clé que l’on retrouve ici est: «trompette» — «shofar».

Après que les six anges ayant les trompettes eurent fait entendre leur «shofar», il n’en reste plus qu’un. C’est pourquoi nous trouvons cette proclamation particulière: “…mais qu’aux jours de la voix du septième ange, quand il sera sur le point de sonner de la trompetteshofar, le mystère de Dieu aussi sera terminé, comme il en a annoncé la bonne nouvelle à ses esclaves les prophètes” (10.7). Nous en trouvons l’accomplissement au chapitre 11, verset 15, car c’est là qu’il est écrit: “Et le septième ange sonna de la trompette — shofar; et il y eut dans le ciel de grandes voix, disant: Le royaume du monde de notre Seigneur et de son Christ est venu, et il régnera aux siècles des siècles”. Toute l’affaire est parfaitement ordonnée. Il y a sept anges des âges de l’Eglise et sept anges qui sonnent de la trompette. Par le ministère ordonné de Dieu, aux jours de la voix du septième ange des âges de l’Eglise, tous les mystères de la Parole, de la Genèse à l’Apocalypse, ont été rendu clairs et publiés. L’Eglise-Epouse est nourrie par le moyen de la Parole, la nourriture spirituelle mise en réserve. Elle se prépare à la venue de l’Epoux et reçoit la foi vivante pour l’enlèvement. Au temps fixé Elle sera enlevée dans la gloire pour le Repas des noces.

Lorsque le septième ange ayant la trompette fait retentir son shofar, le mystère de Dieu sera terminé et la royauté de Christ sera publiée. C’est écrit ainsi et c’est ainsi que cela sera! Oh, avec quelle perfection le plan de rédemption de Dieu nous a été révélé! Que Dieu soit glorifié dans les lieux très hauts! Qui est l’homme qui ose contredire Dieu et annuler Sa Parole et en remplaçant par sa propre interprétation ce que nous enseignent si clairement et nettement les Ecritures? Toute Parole de Dieu demeurera pour toujours la Vérité dans la bouche d’un envoyé de Dieu (1 Rois 17.24)!

A chaque fois nous devons nous demander: «Mais que dit l’Ecriture à cet égard?», car à toute demande biblique il sera uniquement répondu par la Bible. Le mot clé dans Apocalypse 10 est: rugir. Le Seigneur est le lion de la tribu de Juda (Apoc. 5.5). Conformément à Apocalypse 10.3 Il rugira comme un lion. Nous lisons dans Osée à ce sujet: “Ils marcheront après l’Eternel. Il rugira comme un lion; car il rugira, et les fils (d’Israël) accourront en émoi” (Osée 11.10). Le prophète Joël dit également d’avance: “…et l’Eternel rugira de Sion, et de Jérusalem il fera entendre sa voix, et les cieux et la terre trembleront; et l’Eternel sera l’abri de son peuple et le refuge des fils d’Israël (Joël 3.16). Par ces versets il est manifestement reconnaissable que lorsqu’il est écrit que le Seigneur rugira comme un lion, c’est en rapport avec les enfants d’Israël.

Pour compléter cette liste, afin que ce thème soit établi par au moins trois témoins, nous consulterons le prophète Amos: “Et il dit: l’Eternel rugit de Sion, et de Jérusalem il fait entendre sa voix…” (Amos 1.2).

Dans Apocalypse 10, le Seigneur n’est accompagné ni par des anges ni par Son Epouse. De même que Joseph, dans l’Ancien Testament, laissa sa femme païenne, son épouse, derrière lui dans le palais, et se fit reconnaître pour la seconde fois à ses frères, pareillement le Seigneur laissera Son Epouse, Sa Femme tirée des nations, en arrière dans la gloire, afin de se révéler à Ses frères, les Juifs. Lisons une citation de William Branham: «Rappelez-vous qu’il avait éloigné son épouse. Elle était dans le palais quand il se fit connaître à ses frères. De même, après avoir été rejeté par Son propre peuple, par Sa propre famille, Jésus a pris une Epouse des nations qu’Il amènera d’ici-bas dans le palais, dans la Maison de Son Père, dans la gloire, pour le Souper des noces. Ensuite Il descendra vite pour se faire connaître par Ses frères, les 144’000. Il se tiendra là. Rappelez-vous que ces symboles sont parfaits» (Révélation des Sept Sceaux, Premier Sceau, p. 29, § 194). Premièrement, après avoir en tant que Propriétaire original posé ses pieds sur la mer et sur la terre, Il rugira comme un lion. C’est exactement à ce moment que les sept tonnerres feront entendre le son de leur voix. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR dans Sa Parole. Si quelqu’un prétend que c’est déjà arrivé, il renie les Ecritures en tant que seule autorité suprême et, visiblement, il a été séduit par un esprit d’erreur, au point de croire ce qui est entièrement une interprétation, au lieu de croire en son accomplissement réel. Un véritable homme de Dieu ayant reçu une vocation divine ne croira pas un seul instant l’interprétation d’Apocalypse 10 ou de quelque autre passage de l’Ecriture. Car aucun mensonge n’a son origine dans la Vérité et toute propre interprétation est un mensonge.

Il est absolument nécessaire de laisser tout passage de l’Ecriture tel qu’il est. Lorsque le Seigneur vient pour chercher Son Epouse, il est parlé de Lui en tant qu’Epoux. Lorsqu’Il vient et se révèle à Israël, Il est l’Ange de l’Alliance (Ex. 3.7-10; Actes 7.30-38, et autres). Comme il en était au commencement du Nouveau Testament, ainsi en est-il maintenant. Chaque événement promis est relié d’une manière correcte à son accomplissement.

 

LE COMPTE A REBOURS COURT

“Et il dit: Va, Daniel; car ces paroles sont cachées et scellées jusqu’au temps de la fin” (Dan. 12.9).

Ce qui a été dit à l’avance pour la dernière période devait demeurer scellé jusqu’au temps de la fin, mais ce n’est que lorsque le temps de l’accomplissement pour ce qui a été annoncé est venu, que notre compréhension pour cela est ouverte. Ce temps est visiblement arrivé maintenant et il n’y aura plus d’autre retard: “… parce que le Seigneur fera une affaire abrégée sur la terre” (Rom. 9.28).

“Car, ainsi dit l’Eternel des armées: Encore une fois, ce sera dans peu de temps, et j’ébranlerai les cieux et la terre, et la mer et la terre sèche…” (Aggée 2.6; Héb. 12.26).

Lors de deux visions, le prophète Daniel, dans les chapitres 2 et 7, vit les quatre empires mondiaux se succédant l’un l’autre, représentés symboliquement: une statue composée de quatre métaux différents et quatre animaux représentant le caractère de chacun d’eux. Les descriptions se complètent les unes les autres et révèlent des détails importants. Dans le deuxième chapitre nous voyons le dernier empire mondial décrit jusqu’à son stade final: les jambes, les pieds, même les dix doigts de pied qui sont en partie de fer et en partie d’argile. La description symbolique n’a pas besoin de notre interprétation; la signification véritable nous a même été laissée: “Et le quatrième royaume sera fort comme le fer. De même que le fer broie et écrase tout, et que le fer brise toutes ces choses, il broiera et brisera” (Dan. 2.40). Nous apprenons aussi ce qui concerne les deux matériaux fondamentalement différents qui constituent à la fin ce royaume mondial. Il est question par cela de la force de fer des pays industriels de l’Ouest et de l’économie épuisée des Etats de l’Est.

Il s’agit maintenant de cette coalition; elle doit être atteinte même si dans leurs structures l’Est et l’Ouest sont tout à fait différents.

“Et selon que tu as vu les pieds et les orteils en partie d’argile de potier et en partie de fer, le royaume sera divisé; et il y aura en lui la dureté du fer, selon que tu as vu le fer mêlé avec de l’argile grasse; et quant à ce que les orteils des pieds étaient en partie de fer et en partie d’argile, le royaume sera en partie fort et sera en partie fragile” (Dan. 2.41-42). Cette Ecriture s’accomplit maintenant sous nos yeux dans l’Europe Unie.

Ces deux systèmes fondamentalement différents s’uniront, mais ne se mélangeront pas, de même que le fer ne se mélange pas à l’argile (Dan. 2.43). Ils doivent se coller l’un à l’autre  conformément à Apocalypse 17.17: “… Dieu a mis dans leurs coeurs d’exécuter sa pensée, et d’exécuter une seule et même pensée, et de donner leur royaume à la bête, jusqu’à ce que les paroles de Dieu soient accomplies”. Dans Daniel, chapitre 2, ce développement se voit clairement placé à la fin de la dernière période, lorsque le Seigneur, le Dieu des cieux, établira Son Royaume qui ne peut jamais être détruit. C’est ce qui est écrit au verset 44.

Dans Daniel, chapitre 7, nous sommes informés sur des détails que nous ne pouvons qu’effleurer ici. Le prophète vit les quatre royaumes mondiaux symbolisés par quatre animaux différents. Pour de bonnes raisons il était principalement intéressé par le quatrième animal. C’est exactement les informations dont nous avons tant besoin aujourd’hui. “Alors je désirai de savoir la vérité touchant la quatrième bête, qui était différente d’elles toutes, extraordinairement terrible; ses dents étaient de fer, et ses ongles, d’airain; elle dévorait, écrasait, et foulait avec ses pieds ce qui restait…” (Dan. 7.19).

L’Empire Romain est le dernier empire mondial. Il a commencé avec le règne de l’empereur Auguste, en l’an 30 av. J.-Ch. L’apôtre Paul était Israélite, de la tribu de Benjamin (Rom 11.1), mais il était né déjà en tant que citoyen romain (Actes 22.22-29). Au cours des temps ce royaume devait être, ne plus être et être à nouveau. “Il dit ainsi: La quatrième bête sera un quatrième royaume sur la terre, qui sera différent de tous les royaumes, et dévorera toute la terre, et la foulera aux pieds et l’écrasera” (Dan. 7.23).

Cela ne peut pas être dit plus clairement. La dernière puissance mondiale renfermera globalement en elle les trois sphères: politique, économique et la religieuse, unies en une trinité. C’est ainsi qu’elle dominera le monde entier sur tous les plans. Celui qui est familier de l’histoire récente, laquelle est si importante pour le temps de la fin, sait qu’après la deuxième guerre mondiale deux super-puissances apparurent. Le monde, aux conférences de Téhéran, de Yalta et de Potsdam fut partagé par les puissances victorieuses. L’Union Soviétique était compétente pour les pays de l’Est, et les Etats-Unis pour l’Ouest. L’Allemagne — en tant qu’Etat situé au centre de l’Europe — et le continent furent partagés. Puis suivirent les années de la guerre froide.

Le 25 mars 1957 fut signé à Rome, le traité économique des pays de l’Ouest, lequel fut connu sous le nom de «Traité de Rome». En 1960 commença la crise de Cuba qui conduisit à son point culminant la guerre froide. Le 13 octobre 1960 devant l’Assemblée générale de l’ONU, le secrétaire général du PCUS, Nikita Chruschtschow, retira son soulier et frappa violemment la table, avec colère il cria aussi fort qu’il le pouvait: «Nous ne serons jamais d’accord! Nous ne serons jamais d’accord!». En août 1961 à Berlin, on en était presque arrivé à une épreuve de force entre super-puissances. Soixante chars russes prirent position au «check-point Charlie» du côté Est, au côté Ouest se tenaient les chars américains, également lourdement chargés de munitions. Ce fut la main du Seigneur qui a empêché au dernier moment la confrontation militaire.

En 1978 Karol Wojtyla, le Polonais, l’Européen de l’Est, fut élu en tant que Pape Jean Paul II, et il devrait entrer dans l’histoire comme le «Pape de la paix». En 1985 est venu au pouvoir à Moscou Michail Gorbatschow. Le processus de paix qui avait déjà été mis en route par Lech Walesa des chantiers navals de Danzig et avec l’appui du Vatican, prit son cours. Les grèves qu’il organisa étaient une protestation contre l’ensemble du système communiste. La percée se fit en 1989 lors de la «marche du lundi» des villes de l’Allemagne de l’Est, organisée par l’Eglise évangélique protestante contre le système communiste. Le 9 novembre 1989 fut le jour historique dans lequel la porte de Brandebourg à Berlin fut ouverte pour les gens de l’Allemagne de l’Est et ainsi commença la chute du mur de Berlin. Dans les années 1989/90 le Communisme fut définitivement vaincu: tous les peuples qui étaient sous la domination des Soviétiques obtinrent leur indépendance et l’Allemagne fut unifiée. En septembre 2001, peu de jours seulement après l’attaque terroriste sur les USA, Vladimir Putin, le président russe, à la Diète de la République Allemande, à Berlin, dans un discours en langue allemande, dit ceci: «La guerre froide est passée pour toujours. Nous sommes entrés dans une nouvelle phase des relations entre l’Est et l’Ouest. Nous sommes tous une partie de l’Europe Unie».

Depuis le commencement des années 90, le bloc de l’Est en tant que super-puissance n’existe plus et le processus d’union, dans lequel les pays de l’Est sont inclus, prend son cours. L’attaque terroriste du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis n’était pas dirigée seulement contre le World Trade Center à New York, ou contre le Pentagone à Washington, mais c’était au contraire une attaque contre cette super-puissance encore restée debout. Dans la seconde partie du chapitre 13 d’Apocalypse, cette puissance est décrite, elle ne sort pas de la mer et ne désigne pas les peuples, les nations et les langues (Apoc. 17.15), ce qui est le cas de l’Europe unie, mais elle se trouve au-delà des mers et de la terre, c’est la bête qui a deux cornes comme un agneau. Les cornes symbolisent dans les prophéties bibliques une puissance dominante, alors que les têtes symbolisent ceux qui dominent et gouvernent. C’est donc une nation chrétienne, protestante, avec une politique et une économie puissantes, mais non une puissance mondiale religieuse. Cependant, cette super-puissance mondiale va finalement parler le langage de la véritable puissance mondiale du temps de la fin et amener toute la terre à reconnaître cette dernière: l’«Europe Unie».

Le temps dans lequel les USA jouaient le rôle de policier du monde et se présentaient comme une super-puissance, est révolu. Les prophéties du temps de la fin s’accomplissent maintenant dans l’Europe Unie, avec Rome comme capitale religieuse du monde, reconnue de tous les conducteurs et systèmes politique et religieux de la terre. Ce n’est pas du hasard si se trouvent à Frankfurt sur le Main capitale de la finance, non seulement la Banque Fédérale Allemande, mais aussi la Banque Centrale Européenne. Dans les efforts de paix pour le Proche-Orient l’influence de la politique des USA diminue, alors que l’influence de l’Union Européenne augmente. Les nations arabes ont perdu définitivement leur confiance dans les Etats-Unis depuis le bombardement de l’Afghanistan, car ce sont les populations civiles innocentes qui souffrent principalement. La déclaration de presse du 26 octobre 2001, dans laquelle il était dit que les ministres des affaires étrangères de la France et de l’Italie demandaient que le nouveau gouvernement de l’Afghanistan soit formé à Rome, était très informative. [Cette conférence a eu lieu à Bonn en Allemagne du 27 novembre au 4 décembre 2001 — N.d.T.]

En fait, dans l’union de l’Europe, comme ancien Empire Romain qui revient au pouvoir, nous voyons accomplies sous nos yeux les prophéties du temps de la fin. Au temps de la première venue de Christ, Israël se trouvait sous la domination romaine et il a déjà depuis quelques années un statut spécial avec l’Union Européenne.

Le processus de paix avec Israël, impliquant principalement Jérusalem, suivra son cours jusqu’à ce que soit conclue l’alliance conformément à Daniel 9.27. En rapport avec Jérusalem, le Vatican et l’Union Européenne assumeront la position du monde arabe et insisteront afin que la «ville sainte» reçoive un statut international. Le secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, lors de sa visite en Israël, en octobre 2000, a dit: «La décision sur Jérusalem n’est pas l’affaire de M. Barak, ni celle de M. Arafat; la décision sur Jérusalem concerne la communauté internationale des peuples». Une telle déclaration parle d’elle-même. Ce sera par le moyen de concessions qu’Israël pourra reconstruire le Temple. Cependant Jérusalem demeure une «pierre pesante» pour toutes les nations (Zach. 12.3). Après qu’une «paix apparente» ait été instaurée, viendra l’attaque militaire. Durant les années écoulées le gouvernement des Etats-Unis était aux côtés d’Israël, mais dans un même temps, aux accords d’Oslo et de Camp David, il faisait pression pour qu’encore plus de territoire à l’intérieur d’Israël deviennent autonomes. L’administration Bush s’est appropriée la version disant que l’attaque contre les USA a eu lieu à cause de leur position pro Israëlienne. Cela a pour conséquence que la création d’un Etat palestinien est demandée et que la question de Jérusalem est portée sur la table des négociations. Pourquoi les politiciens ne considèrent-ils pas une fois pour toutes que les pays arabes possèdent ensemble une superficie 640 fois plus grande qu’Israël? Leur superficie n’est-elle pas assez grande pour que tous les palestiniens arabes puissent y demeurer? Cependant, là aussi le développement des choses conduit à l’accomplissement des Ecritures.

Il n’y a qu’une seule Institution vers laquelle regardent toutes les nations, tous les politiciens et tous les conducteurs religieux, c’est le Vatican. En définitive, les partenaires Juifs aux pourparlers, même les sceptiques, et la délégation du FLP, accepteront la médiation du Vatican pour obtenir la paix. Cela a déjà lieu au niveau des ministres des affaires étrangères. Bientôt s’accomplira: “Quand ils diront: «Paix et sûreté»…” (1 Thess. 5.3).

Depuis le 1er janvier 2002, douze pays d’Europe ont une monnaie commune: l’Euro. A Athènes, Madrid, Paris, Vienne, Berlin, Amsterdam, Bruxelles, ainsi que dans d’autres villes, on peut payer avec le même argent, sans avoir à faire le change. Le drapeau européen a une couronne de douze étoiles. Ce symbole a été tiré d’Apocalypse, chapitre 12, là où est montrée une femme avec une couronne de 12 étoiles. Selon la foi qui a cours en Europe, catholiquement imprégnée, ceci devrait représenter Marie. C’est la raison pour laquelle le Pape a consacré l’Europe Unie au «coeur immaculé de Marie». Ce qui est également remarquable, c’est que les sept billets en euro portent chacun à leur revers la représentation d’un pont. Sur leur face se trouvent figurés des fenêtres et des portes et au revers des ponts et le continent européen. Déjà les empereurs romains portaient le titre de «Pontifex Maximus» ce qui signifie «le plus grand constructeur de ponts». Lorsque la Rome païenne devint la Rome papale, les Papes prirent le titre de «Pontifex Maximus», et ils ont porté ce titre jusqu’à ce jour. Les ponts représentés sur les billets en euro montrent les diverses liaisons établies par le continent européen avec le monde entier. Les billets même et le drapeau de l’Europe, mis à côté des nombreux faits et évènements, peuvent être ordonnés conformément aux prophéties bibliques.

Désormais le centre mondial du commerce, à proprement parler, ne sera plus à New York, mais ici en Europe centrale. Ainsi la destruction du World Trade Center à New York est également le symbole de cela: le pouvoir économique va être transféré là où il doit être conformément aux prophéties du temps de la fin. Depuis le 11 septembre 2001 rien n’est plus aux USA comme cela a été, et sur la terre entière il n’en sera plus comme auparavant. Nous sommes entrés dans la dernière phase du temps de la fin, telle qu’elle est décrite à l’avance dans les Saintes Ecritures.

Pour comprendre la raison pour laquelle l’Irak, un des principaux pays de l’Islam, est sans cesse à nouveau inclus dans les évènements de la région, nous devons également regarder aux prophéties. Dans Apocalypse 9.13-21 il nous est dit que les quatre anges du jugement sont liés pour l’heure et le jour et le mois et l’année sur l’Euphrate, lequel coule au travers de l’Irak d’aujourd’hui. Là, dans la région de Basora, qui veut dire en notre langue «paradis», se trouvait le berceau de l’humanité. C’est de là, lors de la Grande tribulation, que viendra la destruction au cours de laquelle un tiers de l’humanité sera tué.

L’attaque se fera principalement contre Israël, mais toutes les nations seront impliquées, et visiblement les armes biologiques et chimiques seront employées (Zach. 12.3; 14.12). Les Etats-Unis d’Amérique ne seront pas non plus épargnés par la destruction. Le prophète du XXème siècle, William Branham, vit déjà en 1933 le temps de la fin, dans sept visions. Dans sa dernière vision il vit les Etats-Unis entièrement détruits par une attaque militaire. «Après cela je me retournai et regardai. Je vis les Etats-Unis comme s’ils étaient complètement consumés. Les rochers avaient été projetés. Et cela brûlait comme des tronc de bois dans le feu. Quelque chose les avait allumés. Je regardai, et aussi loin que je pouvais voir, tout était détruit» (Prédication du 6 août 1961).

Nous voyons donc toutes ces choses correspondant aux prophéties bibliques de l’Ancien et du Nouveau Testament en préparation et aller vers leur accomplissement. Lors de la deuxième guerre mondiale les destructions furent terribles, 55 à 60 millions de personnes moururent. Lorsque la «guerre sainte» éclatera, conformément aux Ecritures, un tiers de l’humanité périra, c’est-à-dire deux milliards de personnes. Pleins de reconnaissance, nous pouvons nous exclamer avec l’apôtre Pierre: “Et nous avons la parole prophétique rendue plus ferme, à laquelle vous faites bien d’être attentifs, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur…” (2 Pier. 1.19). L’apôtre Paul avait devant les yeux “le grand et terrible jour de l’Eternel”, brûlant comme un four (Mal. 4.1-6), ainsi que toutes ces choses qui en font partie, lorsqu’il écrivait: “Mais vous, frères, vous n’êtes pas dans les ténèbres, en sorte que le jour vous surprenne comme un voleur; car vous êtes tous des fils de la lumière et des fils du jour; nous ne sommes pas de la nuit ni des ténèbres” (1 Thess. 5.4-5). Depuis que la Parole prophétique nous a été si merveilleusement révélée, Elle est devenue pour nous une lampe brillante. Nous sommes réellement les personnes les mieux informées de la terre, car nous avons le privilège de reconnaître le jour et le Message, et nous avons trouvé grâce devant Dieu et nous échapperons à tout ce qui va arriver sur la terre (Luc 21.36).

Si les choses, qui arriveront après que l’Epoux aura enlevé l’Epouse dans la gloire, sont déjà en train de se préparer, combien proche est donc le retour de notre Seigneur Jésus-Christ! “Et voici, je viens bientôt. Bienheureux celui qui garde les paroles de la prophétie de ce livre” (Apoc. 22.7). Nous pouvons le publier en toute certitude: “Voici, l’Epoux vient…”. Il est tout à fait certain qu’il s’agit maintenant du tout dernier appel. L’Evangile éternellement valable du Royaume de Dieu est prêché en témoignage à toutes les nations. Puisse donc nos lampes briller clairement et nos vases être remplis de l’huile de l’Esprit! Avec Paul nous pouvons nous écrier avec conviction: «Maranatha! — Viens bientôt, Seigneur Jésus!». Dans peu de temps nous vivrons la restauration et l’achèvement de l’Epouse et nous expérimenterons l’action puissante de Dieu.

Pour l’année 2002 je souhaite, à vous tous dans le monde, les riches bénédictions de Dieu, Lequel Se révèle visiblement. Je remercie les frères des églises locales, dans notre pays, dans toute l’Europe et dans le monde entier pour la bonne collaboration que nous avons ensemble. Partout les gens se souviennent que c’est frère Frank que Dieu, directement au commencement, a employé pour porter le Message en Europe, en Asie, en Afrique, oui, même dans le monde entier. Aux frères africains qui ont un problème avec la doctrine sur «Mariage et Divorce», nous devons les exhorter à abandonner leurs propres pensées et à respecter la Parole de Dieu sur ce thème, comme ils le font aussi pour tout autre thème. L’apôtre Paul est celui qui, sur un appel divin, a également répondu à cette question. William Branham le fit de la même manière. Nous devons prendre garde au singulier employé dans le texte, sur lequel toute l’affaire est fondée. “Mais, à cause de la fornication, que chacun ait sa propre femme, et que chaque femme ait son mari à elle” (1 Cor. 7.2; 1 Thess. 4.1-5). Les autres arguments sont sans valeur. Les réponses aux questions bibliques se donnent uniquement par la Bible, également celles qui concernent le vieux problème du mariage, du divorce et du remariage. Nous remercions le frère Alexis Barilier pour son engagement infatigable, plus particulièrement en Afrique.

 

MISSIONS PAR TV

J’ai sur le coeur de pouvoir atteindre le monde entier par les média avec cette Parole envoyée pour ce temps. Dieu a déjà ouvert beaucoup de portes pour des émissions régulières de 30 minutes. Partout où des frères, dans le monde entier, ont la possibilité de transmettre des émissions dans leur ville, s’il vous plaît, faites-le nous savoir. Pour gagner du temps vous pourriez nous le faire savoir par Internet. Je vous prie de continuer à penser à moi dans vos prières journalières, ainsi qu’à nos bien-aimés frères Léonhard Russ et Paul Schmidt, comme aussi à tous les autres qui sont au service de l’église locale et de la Mission.

De tout coeur, je remercie tous ceux qui par leurs dîmes et leurs offrandes participent au coût de cette oeuvre missionnaire dans le monde entier. Pour moi, cela ne va pas de soi, mais c’est la preuve du respect que vous avez envers Dieu et Sa Parole, dans Laquelle Il nous a commandé de ne pas donner notre dîme n’importe où, selon notre propre opinion, mais: “Apportez toutes les dîmes à la maison du trésor, afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison…” (Mal. 3.10). Le Seigneur a encore et toujours dressé la table devant nous, de telle manière que nous avons pu distribuer la Parole de Dieu révélée en tant que nourriture fraîche (Mat. 24.45-47; Luc 12.41-46), c’est ce que nous avons expérimenté et vu s’accomplir dans le monde entier et pour cela nous Lui en sommes reconnaissants. Ma prière est que le Dieu fidèle vous récompense tous cent fois plus.

Agissant de la part de Dieu.
E. Frank

 


 

Des sept billets de banque en Euro nous en avons reproduits deux sur lesquels peuvent être clairement vus les ponts de l’Europe vers le monde entier.

  Un clic pour agrandir le billet de 200 euro

 

Bienheureux sont nos yeux, car ils voient, et nos oreilles, car elles entendent de quelle façon la prophétie biblique s’accomplit devant nous.

“… et aucun des méchants ne comprendra; mais les sages comprendront” (Dan. 12.10).

 


Le 13 octobre 2001, le plus grand quotidien local, le «Westdeutsche Zeitung», sous le titre «Enregistré comme mort» a rappelé à tous ses lecteurs ce qui était arrivé à Ewald Frank en octobre 1976. Les dates du voyage programmé à ce moment-là sont encore dans mon agenda et ce que j’ai réellement vécu reste dans ma mémoire. Départ Bombay: 9h15 heures; arrivée Madras: 11h25. J’avais déjà retiré mon billet auprès de l’agence de voyage. Après le décollage, l’avion prit feu et les 95 passagers sans exception périrent. Sur la liste des passagers se trouvait encore inscrit mon nom. Qui peut comprendre ce que j’éprouve quand je pense que le Seigneur, dans Sa fidélité, ce mercredi matin autour de 10h et encore une fois autour de 11h20 me commanda: «Mon serviteur, annule le voyage aux Indes!». J’obéi et j’annullai le voyage en envoyant un télégramme, et échappai à une mort certaine.

Exactement le même jour, 25 ans après, les frères aux Indes me souhaitèrent la bienvenue avec une guirlande, selon l’usage local.

 


COMMUNIQUE

Nous sommes reconnaissants envers tous les frères et soeurs en Christ qui nous envoient leurs dons pour soutenir l’envoi gratuit des prédications de la Parole de Dieu révélée à notre génération, ainsi que la littérature qui accompagne cette diffusion de la nourriture spirituelle au temps convenable, nécessaire à la préparation de l’Epouse de Christ. Nous les remercions et croyons que Celui qui a disposé leur coeur à soutenir matériellement cette oeuvre, ne manquera pas de les récompenser, déjà dans ce monde présent, mais bien plus encore dans le Royaume éternel de notre Père céleste, où nous aurons l’éternité pour faire connaissance les uns des autres. Nous incluons dans cette reconnaissance tous les croyants qui nous soutiennent de leurs prières et de leurs intercessions, et qui prient en faveur des élus prédestinés à être amenés à la connaissance du seul Dieu et Père, et du seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus, homme (1 Tim. 2.5).

Pour cette fois je n’allonge pas ce texte, mais je ne vous oublie pas, vous tous au milieu desquels j’ai passé, en portant la merveilleuse Parole révélée de notre Dieu. Nous pensons également à tous ceux que nous ne connaissons pas encore de visage, mais qui ont reconnu et accepté cette Parole, ce Message de la Bible et avec lesquels nous demeurerons éternellement dans le Royaume de notre Père céleste. Sur cette terre nous sommes appelés à marcher ensemble dans la lumière, comme Lui-même est dans la Lumière, sous le joug de Jésus-Christ, apprenant de Lui chaque jour à agir comme Lui-même, et nous réjouissant d’appartenir à ce Fils de Dieu, Jésus-Christ. “Lui est le Dieu véritable et la vie éternelle”.

Recevez tous les meilleures salutations et les voeux de bénédictions de votre frère en Jésus.

A. Barilier