“Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement” (Hébreux 13.8).

Lettre circulaire N° 10 — Janvier 1977


Je vous salue affectueusement, dans le précieux Nom de notre Seigneur Jésus-Christ, vous tous en Europe et dans les autres parties du monde auxquels parviendra cette lettre circulaire.

J’aimerais fonder ce que j’ai à dire sur cette parole de Jean 7.18, où le Seigneur dit:

“Celui qui parle de son chef cherche sa propre gloire; mais celui qui cherche la gloire de celui qui l’a envoyé, celui-là est vrai, et il n’y a point d’injustice en lui”.

C’est dans un parfait abandon de ma vie que j’ai servi le Seigneur, et j’ai toujours eu devant les yeux la recherche de l’honneur de Dieu. Je n’ai jamais parlé de moi-même, ou pour moi-même, et pas davantage au nom d’une assemblée ou d’une organisation chrétienne. Pour autant que je sache, c’est pour Dieu que j’ai parlé, et c’est Sa Parole que j’ai prêchée (2 Cor. 5.20). La seule chose qui m’importe, c’est de glorifier le Seigneur, de placer sur le chandelier de l’Eglise les promesses qu’Il a faites pour ce temps, et de multiplier Sa gloire.

Ce qu’a dit le Sauveur en ce temps-là est encore valable aujourd’hui: “Celui qui parle de son chef cherche sa propre gloire”. Alors que celui qui parle de la part du Seigneur cherche l’honneur de Dieu, et il est pénétré de la véracité de Sa Parole. Dans la vie de telles personnes, il ne se trouve point d’injustice, ni de motifs impurs.

Veuille notre fidèle Seigneur faire de nous tous de telles personnes qui ne soient pas éprises d’elles-mêmes, parlant de soi-même, mais qui accomplissent en toute fidélité ce qu’Il nous a donné à faire. C’est notre profond désir que soient manifestées en nous les vertus de notre bien-aimé Seigneur et Sauveur, qui S’est dépouillé Lui-même pour prendre une forme de serviteur. C’est le Père seul qu’Il a glorifié, et c’est Sa volonté seule qu’Il a accomplie. Il pouvait dire aux Juifs qui étaient venus à Jérusalem pour la fête: “Ma doctrine n’est pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé”. Qu’en est-il de ceux qui se réclament de Lui?

C’est une question importante. Un véritable disciple de Jésus pourra dire seulement ce que le Maître a dit. Nous n’avons rien à dire ou à enseigner de nous-mêmes, sinon ce qui a déjà été enseigné par les apôtres et les prophètes. Nous n’avons pas le droit d’être trouvés dans nos propres affaires. Celui qui prétend être envoyé par Dieu doit alors aussi prêcher la Parole de Dieu. Celui qui a reçu une responsabilité de Lui doit être trouvé dans Son oeuvre.

Cependant, bien souvent une chose est présentée comme venant de Dieu, et une doctrine est déclarée venir de Lui, et pourtant, cela ne sert à rien si cela ne l’est pas. Tout ce qui s’est accompli par notre Sauveur, Il l’a toujours désigné comme venant de Dieu: que ce soient Sa mission, Son enseignement, Ses miracles, etc. C’est à nous tous qu’Il dit aujourd’hui ces paroles pleines de signification: “Si quelqu’un veut faire sa volonté, il connaîtra (ou s’apercevra) si ma doctrine est de Dieu…” ou si quelqu’un parle de Lui-même.

Nous dirons cependant que le Seigneur de gloire n’avait à rendre de comptes à personne. Même s’Il avait parlé et rendu témoignage de Lui-même, cela aurait été justifié. Cependant, Il a prononcé une parole qui nous éclaire, car Il S’est présenté comme le Fils de l’homme, comme “le Prophète” dont Moïse avait parlé. Il S’était dépouillé de Sa gloire divine, et Il était devenu semblable à nous. Il pouvait dire: “Toutefois, non pas Ma volonté, mais la Tienne!”. Il nous a aussi appris à prier dans le “Notre Père”: “Que Ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel”. Dans cette mise au point, la pensée de Jésus-Christ est révélée au croyant.

Si souvent, nous nous surprenons à être de bonne humeur quand tout va comme nous le désirons. Pourtant, lorsque les épreuves nous atteignent et que cela ne va plus selon notre volonté, nous sommes facilement déconcertés. Cependant, c’est là justement que nous devrions faire nos preuves, et regarder à Jésus-Christ, avoir en nous Ses sentiments et faire confiance à Dieu.

Dans ce texte biblique, tous les croyants sont concernés, mais particulièrement les prédicateurs, les évangélistes, et tous ceux qui prétendent être envoyés par Dieu. Chacun doit être prêt à se soumettre à l’épreuve biblique afin que, si l’on accomplit ses propres oeuvres et que l’on parle en son propre nom (alors que le Nom du Seigneur n’est qu’un prétexte pour se couvrir soi-même), la preuve puisse en être donnée.

Tous ceux qui sont de Dieu écoutent la Parole de Dieu, et ils reconnaissent si un enseignement vient de Lui. Ils discernent aussi lorsque quelqu’un parle en son propre nom, ou dans le Nom du Seigneur.

Il ne s’agit pas ici de paroles que chacun peut formuler à sa convenance. Il s’agit ici d’un accord absolu avec les Saintes Ecritures, avec les doctrines bibliques et leur application dans l’Eglise primitive. “Si quelqu’un veut faire la volonté de Dieu, il s’apercevra si une doctrine est de Dieu… celui qui cherche la gloire de celui qui l’a envoyé, celui-là est vrai, et il n’y a point d’injustice en lui”.

Il importe qu’en ce temps, nous reconnaissions la voie de Dieu. Ceux à qui Dieu a fait grâce la suivront, et même un insensé marchera sur les traces de Jésus sans s’égarer, Tous les autres suivront leur propre chemin, et ils le considéreront comme étant le chemin. Ils exposeront leurs propres doctrines, et les déclareront comme étant les doctrines de Dieu, et ainsi de suite. Maintenant, c’est l’heure de la décision pour tous ceux qui veulent subsister devant Dieu.

DIRECTIONS DIVINES

L’année 1976, arrivée rapidement, s’est écoulée plus rapidement encore. Le temps presse! A peine une semaine a-t-elle commencé que la voilà déjà finie. L’année dernière a été de différentes manières richement bénie par Dieu. Il y a tellement de choses que nous pourrions énumérer, et pour lesquelles nous pouvons être reconnaissants! Et d’ailleurs, la Parole de Dieu nous exhorte à remercier Dieu pour toutes choses, et en toutes circonstances. Nous devons prendre conscience que rien ne va de soi. Le Seigneur nous a donné un logis, de la nourriture et des vêtements; tous ceux qui peuvent se réjouir d’avoir une bonne santé ont beaucoup de raisons et de sujets de remercier le Seigneur d’une façon toute particulière, ainsi que pour la protection qu’Il nous accorde chaque jour.

J’aimerais donner ici un témoignage personnel de ce qui s’est passé en octobre de l’année dernière. Mon voyage pour le Pakistan, l’Inde, l’Australie et la Nouvelle Zélande était déjà fixé, et les places réservées; et une semaine avant que je ne prenne l’avion, vers environ 10 heures du matin, j’entendis une voix dans mon coeur qui disait: «Décommande ton voyage en avion pour l’Inde!». Mais je me mis à réfléchir que les salles avaient été louées, que les préparations avaient été faites, et que les annonces des rencontres spéciales à Bombay et Madras avaient été publiées, et qu’à cause de cela, je devais cependant m’envoler pour l’Inde. Durant toutes ces années passées, j’ai toujours cherché à tenir ma parole. Envers et contre tout, je désire tenir mes promesses pour ne désappointer personne. Je suis simplement ainsi fait.

Cependant, environ une heure plus tard, cette voix parla encore plus haut et avec plus de force dans mon coeur: «Décommande ton voyage en avion pour l’Inde!». Cette fois, j’obéis aussitôt, et j’envoyai un télégramme, sans toutefois donner la raison de cette annulation. Je savais que c’était l’Esprit de Dieu qui m’avait averti aussi distinctement et énergiquement. Le mardi 12 octobre, j’entendis au début des nouvelles qu’un avion de passagers de Indian-Airlines avait explosé au-dessus de l’aéroport de Bombay, et que les 95 personnes qui se trouvaient à bord avaient perdu la vie. Et c’était le vol pour lequel j’avais été inscrit entre Bombay et Madras. Cette nouvelle me transperça véritablement jusqu’à la moelle des os. Je reconnus la main bienveillante de mon Dieu, Lequel m’avait prévenu, m’avertissant d’annuler ce vol, et m’avait ainsi fait échapper à cette terrible catastrophe. Je dois peut-être admettre que ma tâche sur cette terre n’est pas encore terminée; et cela, bien que, pour chaque enfant de Dieu, l’heure d’aller à la maison ne vienne jamais trop tôt, car nous pouvons dire avec Paul: “J’ai le désir de m’en aller et d’être avec Christ, ce qui, de beaucoup, est le meilleur; mais, à cause de vous, il est plus nécessaire que je demeure dans la chair” (Phil. 1.21-26).

Je pourrais énumérer beaucoup de choses que Dieu a faites, au cours de cette année, dans divers pays. J’aimerais prier chacun de compter toutes les bénédictions et la protection accordées par Dieu, d’oublier une fois toutes les choses négatives et désagréable, et de remercier le Seigneur. En tant qu’humains, nous sommes enclins à retenir les choses négatives qui nous entravent, au lieu de faire ressortir les choses positives et divines, et nous réjouir de cela. Le Seigneur n’a encore jamais commis d’injustice et, dans l’avenir, Il ne le fera pas davantage. A Son Nom reviennent pour toujours la gloire et l’honneur!

VOYAGES MISSIONNAIRES

Au cours de l’année passée, je suis allé dans quinze pays différents, et j’ai pu aider beaucoup de croyants par la publication de la Parole de Dieu. Partout, le Seigneur a béni et accordé Sa grâce pour les voyages, faisant connaître Son bras puissant à Son peuple. Je n’oublierai jamais le temps passé en Indonésie. J’ai vécu là-bas des jours de grandes bénédictions, et plus de 200 prédicateurs et missionnaires sont venus de près et de loin pour la rencontre d’études bibliques. Des centaines de personnes étaient présentes dans les réunions: c’était l’heure de la visitation de Dieu pour l’Indonésie. Le Seigneur donna Sa bénédiction et Sa Parole d’une manière tout à fait merveilleuse. Les frères de Sumatra n’avaient encore jamais expérimenté cela.

Nous sommes donc témoins que Dieu visite un pays après l’autre, un continent après l’autre, et qu’Il appelle Son peuple à sortir. Ceux qui entendent Sa voix se réjouissent de ce qu’Il fait maintenant, conformément à Sa Parole.

La conférence de croyants, également, qui eut lieu en Nouvelle Zélande, fut particulièrement bénie. Bien que j’aie du prêcher trois fois dans la journée, le Seigneur m’a donné chaque fois de nouvelles forces, et Il m’a fortifié corporellement. Dans les années passées, j’ai beaucoup voyagé, et partout, le Seigneur a ouvert des portes et frayé le chemin, que ce soit en Asie, en Afrique, en Europe de l’Est, ou dans d’autres parties du monde. Je regrette seulement de ne pas pouvoir donner suite à toutes les invitations.

Chaque dernier dimanche du mois, je suis toujours revenu pour la réunion de Zurich. C’est par une direction divine que, depuis quelques années, nous tenons le dernier dimanche du mois une réunion spéciale à la Maison du Peuple à Zurich, où les frères et soeurs des villes environnantes s’y retrouvent. Nous sommes chaque fois bénis, et nous réjouissons de pouvoir trouver communion ensemble et de considérer la Parole.

Je saisis cette occasion pour demander aux frères et soeurs d’Autriche de bien vouloir m’excuser de n’avoir pu venir chez eux. J’aimerais dire ici, avec reconnaissance, que cette oeuvre missionnaire est principalement soutenue par des frères et soeurs de Suisse, d’Autriche, d’Allemagne, et de quelques-uns de France, des Pays-Bas et du Canada. C’est le Seigneur qui met sur le coeur des Siens de contribuer ainsi à faire avancer Son oeuvre. Pour les croyants, le Royaume de Dieu est ce qui est le plus important. Ils mettent le Seigneur à la première place, et se souviennent de Son oeuvre avec un coeur sincère, prenant part aux grandes charges financières qui s’y rattachent. Selon plusieurs témoignages reçus, nous pouvons conclure qu’une bénédiction toute particulière de Dieu repose sur tous ceux qui ne pensent pas seulement à eux-mêmes, mais qui pensent au Seigneur et qui Lui donnent ce qui Lui revient.

L’ANNEE 1977

En juin 1933, frère Branham fit quelques expériences toutes particulières. Entre autres, il vit certains événements en vision, qui devaient s’accomplir avant la venue du Seigneur. En rapport avec différentes choses, il parla au cours du temps toujours à nouveau de l’année bien particulière de 1977. En tant que traducteur de ses prédications, je me suis senti engagé à transmettre ce qu’il avait dit sans rien retenir. Même si l’année 1977 s’écoulait sans que quelque chose d’extraordinaire ait lieu, aucun de ceux qui mettent leur confiance dans le Seigneur, et qui sont fondés dans la Parole de Dieu, ne serait ébranlé.

Le ministère pleinement approuvé du serviteur de Dieu William Branham n’en porterait également aucun préjudice. Paul et les autres apôtres ont, de leur temps déjà, attendu le retour de Jésus-Christ. Ils n’étaient pas pour autant des hérétiques, et ils ne se sont pas trompés, bien que le Seigneur ne soit pas revenu de leur temps. En eux, l’espérance était si grande, et l’attente si vivante, que Paul écrivit dans 1 Corinthiens 15: “Voici, je vous dis un mystère: nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés…”.

Lui, et les croyants de ce temps-là, se sont endormis sans qu’ils vissent s’accomplir ce qui avait été prêché, écrit, et dont on avait parlé. Celui qui considère cela avec son intelligence trouve beaucoup de difficultés, quand il tombe sur de telles déclarations se trouvant dans la Bible. Cependant, celui qui est spirituel reçoit de chaque Parole une riche bénédiction. En rapport avec les événements qui auront lieu à ce moment-là, Paul écrit plus loin: “… en un instant, en un clin d’oeil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons tous changés”.

Il savait que cela arriverait lorsque le septième ange aurait fait entendre sa trompette. Nous savons que Dieu S’est réservé de faire toutes choses selon Ses desseins de salut; néanmoins, chaque croyant avait en son temps cette espérance vivante, et cette attente qu’il portait en lui, et il attendait le retour de Jésus-Christ. En ceux chez qui ne se trouve pas cette attente, il y a quelque chose qui ne va pas.

Pour frère Branham, qui vivait dans la présence de Dieu, le retour de Jésus-Christ était une réalité. Il a souvent dit: «Cette réunion pourrait être la dernière que je tienne». Cela nous montre seulement qu’il vivait dans la présence directe de Dieu, et qu’il était lié étroitement à Jésus-Christ, son Seigneur et Sauveur. Ce qui pourrait nous arriver de pire, c’est bien que nous prenions une position dans laquelle nous pensions: «Mon Seigneur ne vient pas avant longtemps».

Il est possible que le Seigneur étende encore une fois Son bras puissant, et fasse de grandes choses, mais il faut que nous passions par un réel abaissement, avant que nous puissions expérimenter l’achèvement de l’oeuvre de Dieu dans une grande puissance, et une grande gloire. Maintenant plus que jamais, nous devons veiller, car il est aussi écrit: “Le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n ’y penserez pas”. Personne n’a la possibilité de regarder dans le conseil secret de Dieu. Le retour de Jésus-Christ apportera encore maintes surprises. Même la succession des événements qui doivent avoir lieu ne peut être établie qu’au mieux de notre compréhension des Saintes Ecritures.

Cela ne me paraîtrait pas étrange que l’année 1977 passe sans que le Seigneur vienne, car nous devrions alors soutenir l’épreuve, être testés. Et puis, il faut aussi que chaque Parole de Dieu s’accomplisse, que cela nous soit agréable ou pas. Sous la direction de l’Esprit de Dieu, Pierre a écrit: “… sachant avant tout que, dans les derniers jours, il viendra des moqueurs avec leurs railleries, marchant selon leurs propres convoitises, et disant: Où est la promesse de son avènement? Car depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création” (2 Pier. 3.3,4). Jusqu’à aujourd’hui, cette parole de l’Ecriture ne s’est pas encore accomplie. Les moqueurs sont bien là, et ils exercent leurs moqueries, mais ils ne sont encore jamais venus vers les croyants en leur disant: «Qu’en est-il du retour de votre Seigneur? Que sont devenues Ses promesses? Toutes choses ne sont-elle pas comme autrefois?». Cela doit encore arriver, car il a été dit que dans les derniers jours il viendrait des moqueurs. Nous vivons maintenant dans les jours dont parle Pierre. La réponse des croyants est la suivante: “Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance”.

Le Seigneur attend jusqu’à ce que le dernier des hommes destinés au salut ait entendu Sa Parole, expérimente Sa grâce, se repente et entre dans Son salut. Quoique ce soit que le Seigneur ait décidé dans Ses plans ne pourra qu’être juste pour nous. Dans le temps où les moqueurs s’élèveront, le Seigneur amènera sans plus tarder l’accomplissement de Sa cause. Pour plus de clarté, je soulignerai encore ceci: Tout ce que frère Branham a vu en vision est “Ainsi dit le Seigneur”; mais en ce qui concerne le temps de l’accomplissement, nous devons attendre jusqu’à ce que cela arrive.

Je peux seulement dire que tous les véritables enfants de Dieu remercient le Seigneur pour toutes choses. Nous attendons le retour de Jésus-Christ chaque jour, et nous levons nos têtes, car nous savons que notre délivrance approche. Nous expérimentons les bénédictions de Dieu comme jamais auparavant. Le Seigneur S’en tient à Sa Parole, Il honore Ses promesses, Il appelle les derniers qui doivent encore sortir, Il remplit du Saint-Esprit, et nous laisse expérimenter encore une fois les Actes des apôtres dans toute leur portée. Nous ne voulons pas seulement prêcher que Jésus-Christ est Le Même, mais nous pouvons l’expérimenter.

EVENEMENTS ACTUELS

Le développement de l’ensemble de l’histoire du monde correspond à ce qui a été prédit dans la Bible. Nous devons compter que des tremblements de terre et des catastrophes de tous ordres s’accumuleront. Que ce soit dans le domaine religieux, politique ou économique, tout s’envenimera. Les beaux jours sur la terre sont révolus.

Le nouveau président des Etats-Unis, Jimmy Carter, peut être l’instrument propre à faire accélérer les événements politiques qui n’ont pas encore été accomplis. Il s’est déclaré devant le monde entier comme étant un croyant en Christ et, à cause de cela, il s’est directement attiré déjà pas mal de mépris dans de larges cercles du monde. Avec sa position religieuse, il n’aura aucune peine à apporter sa contribution à l’oecuménisme. Les Baptistes du Sud (Southern-Baptist Convention), auxquels il appartient, sont entrés parmi les premiers des églises libres dans le Conseil mondial des Eglises.

Par sa position politique, il est justement l’homme qui provoquera l’ennemi, et irritera les amis. Par sa position économique, il donnera l’avantage à son pays, et en tant que balai neuf, il voudra balayer devant la porte des autres. La Parole de Dieu nous enseigne à considérer que toute autorité est établie par Dieu. Nous voulons prier en demandant au Seigneur d’incliner toutes choses selon Sa volonté.

Bien que nous observions que les choses se développent dans tous les domaines, notre désir principal est que nous soyons prêts lorsque le Seigneur viendra. Nous voulons utiliser le temps qui nous reste à prêcher la Parole de Dieu, et à faire retentir dans le monde entier l’Evangile de Jésus-Christ, le Fils de Dieu.

Avec l’aide de Dieu, nous agirons jusqu’à ce que le Seigneur vienne. Ma prière est que, par Sa grâce, Dieu accorde à chacun la position juste. Puisse la bénédiction de Dieu être avec vous tous d’une manière toute particulière pendant cette année 1977!

Agissant de la part de Dieu.
Br. Frank

 

EDITORIAL

“Les choses cachées sont à l’Eternel, notre Dieu;
Les choses révélées sont à nous et à nos enfants,
A perpétuité, afin que nous mettions en pratique
Toutes les paroles de cette loi”
.

(Deutétonome 29.29)

C’est par cette parole de Moïse que je souhaite à vous tous, mes frères et soeurs en Christ qui lisez cet éditorial, une nouvelle année bénie. Nous demandons au Seigneur notre Dieu de bien vouloir exercer Sa miséricorde à l’égard de chacun de nous, et d’incliner nos coeurs à mettre en pratique toutes les choses merveilleuses de Son Royaume qu’Il nous a déjà révélées. Nous sommes infiniment reconnaissants à notre Père céleste de nous avoir révélé la Parole indispensable à notre vie spirituelle dans ces derniers temps, et à notre communion avec Son Fils Bien-aimé. Sans cette révélation, nous poursuivrions notre route en aveugles, incapables de saisir les choses spirituelles qui nous sont nécessaires pour résister à l’esprit de séduction qui agit dans le monde entier. Nous ne pouvons donc pas cesser de remercier notre Dieu Tout-puissant pour cette grâce qu’Il nous a faite d’ouvrir nos yeux, alors qu’il y a tant de croyants sincères et fidèles qui sont liés aux credo de leurs dénominations, et qui continuent à ignorer cette lumière du soir.

Cependant, au commencement de cette nouvelle année, n’oublions pas que si “les choses révélées sont à nous et à nos enfants”, elles ne sont en bénédiction que si elles sont mises en pratique sous la direction du Saint-Esprit, et qu’elles portent du fruit à la gloire de Celui qui nous les a révélées. C’est une chose que de les recevoir, et c’est une autre chose, combien plus importante, que de les cultiver et de veiller sur elles afin que l’ennemi ne vienne pas les souiller et nous en dépouiller. N’oublions pas que l’Arbre de Vie Se trouvait au milieu du jardin d’Eden tout préparé par le Père céleste pour Ses enfants. La ruse du diable a été d’intéresser Eve à l’arbre de la connaissance qui, lui, n’avait pas été révélé, et même au sujet duquel une défense avait été faite. Ainsi, au lieu de s’occuper de ce qui leur appartenait, puisque le Père le leur avait révélé, Adam et Eve cherchèrent, ou plutôt furent conduits par l’ennemi de Dieu, à découvrir les choses cachées auxquelles ils n’avaient pas droit, puisque ce qui est caché appartient à Dieu seul. Aujourd’hui encore, nous ressentons toutes les conséquences de cette désobéissance.

Les méthodes du diable n’ont pas changé aujourd’hui, et c’est la raison pour laquelle nous devons veiller et prier sans cesse, afin de nous occuper des choses qui nous appartiennent. L’ennemi pousse aujourd’hui encore les croyants qui ont été placés dans une position privilégiée par le Message des derniers temps à rechercher la connaissance de choses sur lesquelles frère Branham lui-même a été retenu de parler. Nous ne savons ni le jour ni l’heure de la venue de notre Seigneur, mais nous avons quantité de choses à mettre en pratique, en vue de Sa venue. Cela fait toujours beaucoup de peine de voir des frères et soeurs bien-aimés en Jésus-Christ se laisser entraîner par cette soif de découvrir des mystères alors que sont délaissées tant de choses précieuses que le Seigneur leur a révélées pour qu’elles leur appartiennent et servent à porter du fruit pour la gloire de Celui qui les a données au prix de Ses souffrances sur la Croix. Pour cette nouvelle année, je souhaite donc à chacun de mes frères et soeurs en Christ qu’il puisse s’occuper à mettre en pratique les choses essentielles de la Parole de Dieu remises à la place que leur a donnée l’Ecriture, par le ministère de notre frère Branham. Mais n’oublions pas que l’unité du Corps de Christ s’opère par une communion véritable de chaque membre avec son Seigneur. Aujourd’hui, le Saint-Esprit nous invite à revenir à l’Arbre de Vie, plutôt qu’à l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Il importe donc que nous nous approchions de mieux en mieux du Seigneur Jésus-Christ. Amen!

En ce qui concerne l’oeuvre que le Seigneur notre Dieu accomplit dans les pays francophones, nous ne pouvons que nous réjouir. Les coeurs sont touchés par la Parole de Dieu qui y est présentée à la lumière du Message de ce temps, et le Saint-Esprit confirme cette Parole. Nous en avons l’écho au travers de la correspondance abondante que nous recevons de partout, ainsi que par les serviteurs de Dieu qui diffusent ce Message. Que notre Père céleste soit béni pour la bonté qu’Il exerce ainsi en faveur de tous les déshérités de la terre. Comme le dit Jacques 2.5: “Dieu n’a-t-il pas choisi les pauvres aux yeux du monde, pour qu’ils soient riches en la foi, et héritiers du royaume qu’il a promis à ceux qui l’aiment?”. Nous nous réjouissons infiniment de voir s’accomplir cette Parole sous nos yeux.

Nous profitons de cette occasion pour remercier du fond du coeur tous ceux qui soutiennent cette oeuvre, non seulement de leurs prières, ce qui est d’une importance primordiale, mais encore de leurs dons matériels. Sans cette aide, que nous savons être inspirée par l’Esprit de notre Père céleste, nous ne pourrions pas faire parvenir aux déshérités de ce monde cette Parole révélée précisément pour eux, comme nous venons de le lire dans l’épître de Jacques.

Je profite aussi de cette occasion pour m’excuser auprès des frères et soeurs qui m’écrivent, et qui doivent souvent attendre longtemps une réponse. Toutefois, lorsque c’est une demande de brochures, nous expédions aussitôt ce que nous avons à disposition. Nous vous demandons tout spécialement d’intercéder auprès de notre Père céleste pour l’impression des brochures, car nous arrivons de moins en moins à pouvoir satisfaire toutes les demandes. Il faut que notre Dieu intervienne par Son bras puissant pour apporter la solution juste à ce problème. Nous croyons que notre Dieu est un bon Père, et qu’Il répondra aux prières de Ses enfants qui Lui demandent la nourriture nécessaire à leur croissance. Amen!

Une des raisons de mon retard dans la correspondance vient de ce que j’ai changé de logement. Voici donc ma nouvelle adresse personnelle:

Alexis Barilier
5, rue St-Roch
1004 — LAUSANNE (Suisse)
Téléphone N° +41 21 323 82 40

Notez bien que, pour les demandes de brochures c'est l'adresse suivante qui est valable:

Centre Missionnaire de la Parole Parlée
Case Postale 174
CH — 1000 Lausanne 9 (Suisse)

Pour terminer ces quelques exhortations et informations, je vous salue bien fraternellement dans le Nom précieux de notre Seigneur Jésus-Christ.

Votre frère en Jésus-Christ.
A. Barilier

 

 

Retour haut de page
Retour lettres circulaires
Retour page d’accueil
Commander
Nous contacter