Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement” (Hébreux 13.8).

Lettre circulaire N° 48 — Février 1998


De tout coeur je vous salue par cette Parole de 1 Thessaloniciens 4.15-18:

“Car nous vous disons ceci par la parole du Seigneur: que nous, les vivants, qui demeurons jusqu’à la venue du Seigneur, nous ne devancerons aucunement ceux qui se sont endormis. Car le Seigneur lui-même, avec un cri de commandement, avec une voix d’archange, et avec la trompette de Dieu, descendra du ciel; et les morts en Christ ressusciteront premièrement; puis nous, les vivants qui demeurons, nous serons ravis ensemble avec eux dans les nuées à la rencontre du Seigneur, en l’air; et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous donc l’un l’autre par ces paroles”.

Ce qui a été annoncé il y a deux mille ans n’a jamais été aussi proche de son accomplissement que maintenant. Il n’y a plus besoin d’interprétation, car la chose arrivera exactement comme c’est écrit ici, ainsi que dans d’autres passages des Ecritures à ce sujet. Le même Seigneur ressuscité, qui s’en est allé au ciel corporellement (Luc 24.50,51), reviendra de la même manière, corporellement, conformément à Actes 1.11. Alors tous ceux qui se sont laissés préparer seront transformés (1 Cor. 15.52), comme le fut Jésus sur la montagne de la transfiguration (Mat. 17.2), et de même qu’à Sa résurrection Il fut transmué dans l’immortalité, les croyants Lui seront désormais semblables. “Nous savons que quand Il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est” (Jean 3.2).

Ici, il ne s’agit pas non plus d’une doctrine qui ne serait que simple révélation, mais bien d’un acte Divin, lequel dans un futur très proche deviendra une réalité. L’Epoux Lui-même viendra prendre Son Epouse. Elle sera enlevée à Sa rencontre pour être alors pour toujours auprès de Lui. La seule question est de savoir si nous ferons partie de l’Epouse de l’Agneau, et si nous pourrons participer au Repas des noces. (Mat. 25.1-13; Apoc. 19.7-10).

Dans ce passage, l’accent n’est pas seulement mis sur la grandeur de l’événement à venir, mais bien sur cet absolu de la Parole: “Car nous vous disons ceci par la parole du Seigneur”, c’est-à-dire que l’événement est fondé sur l’enseignement et la déclaration des Saintes Ecritures. La certitude repose là-dessus. Dans le plan du salut de Dieu tout s’accomplit conformément à la Parole de Dieu, comme cela nous a été annoncé à l’avance par Elle.

En vertu de la Parole promise, nous croyons, pour l’Epouse-Parole, à la venue d’un temps de rafraîchissement, de vivification par l’Esprit, en relation avec la pleine restauration. “Ni par force, ni par puissance, mais par mon Esprit, dit l’Eternel des armées” (Zach. 4.6). Jésus, l’Epoux, attend dans le ciel jusqu’à ce que Son Eglise-Epouse soit rétablie totalement sur le fondement des apôtres et des prophètes, dans lequel Il est Lui-même la Pierre angulaire (Eph. 2.20,24), et naturellement aussi la Pierre du faîte (Zach, 4.10). On doit en arriver au point que la doctrine et la vie de tous ceux qui appartiennent à l’Eglise du Seigneur soit amenées à être en accord avec Dieu et Sa Parole, que ce soit pour la vie personnelle du croyant, celle du couple, de la famille, ou de la vie dans la communauté. En relation avec la venue du Seigneur, Jacques écrit au sujet de la première et de la dernière pluie, laquelle doit venir avant le temps de la récolte (chap. 5), comme l’avait déjà prédit le prophète Joël (Joël 2.23-27), afin que la Semence Divine parvienne à maturité.

En vertu de la Parole, Pierre pouvait dire lors de sa première prédication après l’effusion du Saint-Esprit dans Actes 2.16: “Mais c’est ici ce qui a été dit par le prophète Joël” (Joël 2.28-32). En vertu de la Parole, il pouvait indiquer dans sa deuxième prédication que tout ce que Dieu avait annoncé auparavant par la bouche de tous les prophètes devait s’accomplir (Act. 3,18). En relation avec cela il commanda la repentance, c’est-à-dire qu’un changement de sentiment ait lieu “en sorte que viennent des temps de rafraîchissement de devant la face du Seigneur, et qu’il envoie Jésus-Christ qui vous a été prédestiné” (Act. 3.19,20). Après cela vient la déclaration qui est d’une très grande importance pour tous ceux qui attendent le retour de Jésus-Christ: “… lequel il faut que le ciel reçoive, jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses dont Dieu a parlé par la bouche de ses saints prophètes de tout temps” (v. 21).

Dans le texte de la Bible il nous est dit qu’avant le retour de Jésus-Christ il faut absolument que tout soit de nouveau ramené dans l’ordre divin. La Parole du Seigneur ne vient pas directement à un pasteur ou un évangéliste — ils prêchent seulement sur cette Parole. Selon le modèle divin, la Parole vient toujours à un prophète envoyé de Dieu, et dans le Nouveau Testament également, comme le Seigneur Jésus Lui-même l’a annoncé: “C’est pourquoi voici, moi, je vous envoie des prophètes, et des sages, et des scribes; et vous en tuerez et vous en crucifierez…” (Mat. 23.34). Après avoir donné ce sérieux avertissement au sujet de ce qui attend ceux qui sont envoyés directement par le Seigneur, Jésus dit avec douleur: “Jérusalem, Jérusalem, la ville qui tue les prophètes (pas les évangélistes) et qui lapide ceux qui lui sont envoyés…”. Dieu a établi dans l’Eglise des apôtres, des prophètes, et ainsi de suite (1 Cor. 12.28; Eph. 4.11, et autres). Au temps de l’accomplissement d’une prophétie biblique, cela peut même être à un prophète promis que vient la Parole. Les véritables prophètes ont le “Ainsi dit le Seigneur”. Lorsqu’un tel prophète se présente, c’est que nous avons affaire à l’action directe de Dieu.

En vertu de la Parole du Seigneur, lors de la première venue de Christ, Jean-Baptiste pouvait dire: “Moi, je suis la voix de celui qui crie dans le désert…” (Jean 1.23), car c’est ce qu’avait dit l’Esprit de Dieu par la bouche du prophète Esaïe (Esa. 40.3). Dans Matthieu 11.9,10, le Seigneur Lui-même fait ressortir le ministère du prophète promis en posant en premier lieu cette question: “Mais qu’êtes-vous allés voir? Un prophète? 0ui, vous dis-je, et plus qu’un prophète…”. Il n’est pas dit: plus qu’un homme, mais plus que les prophètes qui avaient annoncé ces grands événements.

Tous les prophètes de l’Ancien Testament eurent en commun une chose: Sur l’ordre de Dieu ils annoncèrent la venue du Messie. La différence du ministère de Jean-Baptiste consistait en ce qu’il était un prophète promis, lequel put préparer le chemin du Seigneur, baptiser le Messie, et Le présenter au peuple, “afin que tous crussent par lui” (Jean 1.7). “Car c’est ici celui dont il a été parlé par Esaïe le prophète, disant: Voix de celui qui crie dans le désert: Préparez le chemin du Seigneur, faites droits ses sentiers” (Mat. 3.3). C’est ce qui faisait de lui plus que n’étaient les prophètes de l’Ancien Testament.

Notre Seigneur rendit de nouveau témoignage de son ministère: “… car c’est ici celui dont il est écrit: Voici, moi j’envoie mon messager devant ta face, lequel préparera ton chemin devant toi” (Mat. 11.10; Mal. 3.1).

Luc nous dit en quelques mots: “La loi et les prophètes ont été jusqu’à Jean; dès lors le royaume de Dieu est annoncé et chacun use de violence pour y entrer” (Luc 16.16).

En vertu d’une Parole du Seigneur Jean-Baptiste pouvait dire: “Moi, je vous baptise d’eau pour la repentance. Mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses sandales: lui vous baptisera de l’Esprit Saint et de feu” (Mat. 3.11). Il s’écria en Le montrant: “Voilà l’agneau de Dieu!” (Jean 1.36).

En vertu de la Parole du Seigneur, l’ange pouvait dire à Zacharie au sujet de Jean: “Et il fera retourner plusieurs des fils d’Israël au Seigneur leur Dieu. Et il ira devant lui dans l’esprit et la puissance d’Elie, pour faire retourner les coeurs des pères vers les enfants, et les désobéissants à la pensée des justes, pour préparer au Seigneur un peuple bien disposé” (Luc 1.16,17).

Parce que par le ministère de Jean-Baptiste la première partie de “la promesse d’un Elie” dans Malachie 4.5,6 s’est accomplie, il fût également appelé “Elie”. Cependant pas une seule fois le ministère “d’Elie” en rapport avec le “Jour du Seigneur” qui le concerne (Mal. 4.5,6), n’est employé en relation avec Jean-Baptiste; la relation avec lui n’est uniquement faite qu’avec Malachie 3.1.

EXPERIENCE PARTICULIERE

Notre Seigneur se rendit avec Pierre, Jacques et Jean sur la montagne de la transfiguration. C’est là qu’eut lieu une chose surnaturelle, mais perceptible aux disciples. “Et il fut transfiguré devant eux; et son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière… Et voici, Moïse et Elie leur apparurent, parlant avec lui…” (Mat. 17.2,3). Ce qui nous est relaté ici est extrêmement intéressant. Comme nous l’avons déjà indiqué, ceux qui seront enlevés se trouvent devant la même transmutation.

C’est là que Moïse et Elie leur apparurent, mais singulièrement les disciples ne s’enquirent ensuite auprès du Seigneur qu’au sujet d’Elie en Lui posant la question: “Pourquoi donc les scribes disent-ils qu’il faut qu’Elie vienne premièrement?” (v. 10).

En ce qui concerne Israël Zacharie (ch. 4) vit déjà les deux prophètes symbolisés par les oliviers auprès du chandelier. D’après les trois premiers chapitres d’Apocalypse le chandelier symbolise l’Eglise. Les deux oliviers et leur ministère nous sont expliqués plus précisément dans Apocalypse 11: Ce sont les deux témoins qui doivent s’élever pendant trois ans et demi en tant que prophètes à Jérusalem. Les signes distinctifs de leur ministère, qui doit se manifester seulement après l’enlèvement, nous rappellent réellement Moïse et Elie, lesquels se trouvaient sur la montagne de la transfiguration.

La réponse du Seigneur aux disciples fut: “En effet, Elie vient premièrement, et il rétablira toutes choses” (v. 11). Ceci nous intéresse d’autant plus que le Seigneur confirma cette promesse de l’Ecriture, après l’achèvement du ministère de Jean-Baptiste. On avait entre autre demandé à Jean: “Es-tu Elie?”. La réponse claire qu’il donna fut: “Je ne le suis pas” (Jean 1.21). Il savait quelle sorte de ministère il avait à accomplir. Les paroles de notre Seigneur sont une claire confirmation concernant la dernière promesse de l’Ancien Testament.

Matthieu 17.12, au contraire, se rapporte clairement à Jean-Baptiste et au ministère qu’il vient d’achever; cependant cela n’annule rien à ce qui était pour le futur, au contraire, l’un complète et rajoute à l’autre. La première partie s’accomplit dans le ministère de Jean-Baptiste, tel que l’ange l’avait annoncé à Zacharie, c’est-à-dire que par lui le coeur des pères serait tourné vers les fils. C’est ainsi qu’a commencé “le jour du salut” (Esa. 49.6-8; 2 Cor. 6.2; et autres). La deuxième partie de cette promesse demeura en ce temps là inaccomplie.

Nous avons dans la version Scofield de la Bible, dans Matthieu 17.2,10, une note explicative sur ce thème:

(17.2) La scène de la transfiguration comporte tous les éléments de la manifestation du royaume à venir (2 Pier. 1.15-21).

1° Le Seigneur Jésus se présente, non en humiliation, mais en gloire (v. 2).

2° Moïse apparaît, glorifié, représentant les rachetés qui, après être passés par la mort, ont accès au royaume (Mat. 13.43; comp. Luc 9.30,31).

3° Elie apparaît, glorifié, représentant les rachetés qui, par l’enlèvement, auront accès au royaume (1 Cor. 15.50-53; 1 Thess. 4.13-17).

4° Pierre, Jacques et Jean ne sont pas glorifiés et représentent Israël dans le royaume à venir (Ezé. 37.21-27);

5°La multitude au pied de la montagne (v. 14) représente ceux qui doivent être amenés dans le royaume après son instauration sur Israël (Esa. 11.10-12; etc.).

(17.10) Comp. Mal. 3.14-6; Mat. 11.14; Marc 9.11-13; Luc 1.17. Tous ces passages doivent être considérés ensemble:

1° Christ confirme la prophétie précise mais encore inaccomplie de Malachie 4.5,6: “Il est vrai qu’Elie doit venir, et rétablir toutes choses”. Ici, comme en Malachie, la prophétie réalisée par Jean-Baptiste, et celle qui doit l’être encore par Elie, sont distinctes.

2° Mais Jean-Baptiste est déjà venu, exerçant un ministère en conformité absolue avec l’esprit et la puissance du ministère futur d’Elie (Luc 1.17); si bien qu’au sens figuré, on pourrait dire: “Elie est déjà venu” (Mat. 17.12) comp. Mat. 10.40; Philém. 12.17 où apparaît la même pensée d’identification, maintenant toutefois la distinction entre les deux personnes (comp. Jean 1.21).

Dans tout l’Ancien Testament Dieu a parlé aux pères (Héb. 1.1 et autres). Jean-Baptiste se présenta et montra à ceux qui attendaient le Messie le chemin vers «l’adoption» de la «Nouvelle alliance» que Dieu avait établie en Son Fils. Il conduisit leurs pieds vers le chemin de la paix avec Dieu (Luc 1.79). La deuxième partie de ce verset trouve maintenant son accomplissement en ce que le coeur des enfants de Dieu est tourné vers le commencement, au temps des pères apostoliques. Nous disons cela en vertu de la Parole du Seigneur, car toutes les Ecritures doivent s’accomplir.

Ce qui lors de la première venue de Christ n’a pas eu lieu doit nécessairement arriver maintenant. Tout ce qui est écrit dans l’Ancien et le Nouveau Testament doit être accompli. Dieu a dit clairement de quelle manière s’accomplirait l’achèvement. “Voici, je vous envoie Elie, le prophète, avant que vienne le grand et terrible jour de l’Eternel. Et il fera retourner le coeur des pères vers les fils, et le coeur des fils vers leur pères…” (Mal. 4.5,6). C’est le AINSI DIT LE SEIGNEUR dans Sa Parole. Les hommes ne peuvent dire quelque chose qu’en ce qui concerne le domaine humain, mais ils n’ont rien à dire en ce qui concerne le Royaume de Dieu. C’est par le moyen d’un homme envoyé de Dieu qu’est publié le Message de Dieu, pas par de grands évangélistes: ils ont un autre ministère. Plusieurs d’entre eux bâtissent leur propre royaume dans le Royaume de Dieu. Le Message de Dieu ne nous parvient pas davantage par des orateurs de n’importe quel mouvement religieux bien considérés, par le président d’un chapitre, et ainsi de suite, mais exactement comme c’est écrit.

Qui osera contredire Dieu? L’intéressé devrait consentir à ce qu’on lui pose la question, si en lui habite les sentiments qui étaient en Jésus-Christ. L’Ecriture ne peut tout de même pas être annulée. Il s’agit aujourd’hui que tout soit fait conformément à la Parole du Seigneur, comme le fit autrefois Elie. De même qu’Elie prit les douze pierres représentant les douze tribus d’Israël pour relever l’autel de Dieu, qu’il rassembla le peuple et s’écria: “Combien de temps hésiterez-vous entre les deux côtés?” (1 Rois 18.21), ainsi doit-il en être maintenant. Après cela Dieu répondit, et c’est au Carmel que tomba la décision. L’homme envoyé par Dieu, et qui se présenta dans l’esprit et la puissance d’Elie, devait remettre sur le chandelier la pure doctrine des douze apôtres dans laquelle l’Eglise primitive demeurait, et qui nous a été transmise de la pratique du christianisme primitif (Act. 2.42). Ainsi sera rétabli à nouveau dans l’Eglise l’autel de Dieu sur lequel les croyants, conformément à Romains 12, doivent se placer comme un sacrifice de bonne odeur et dans l’obéissance de la foi, et avec cela seulement commence leur culte raisonnable, comme le dit Paul. Seuls ceux qui, en comparant avec la Parole de Dieu, remarquent que dans le christianisme nominal tout a été fondamentalement changé au point qu’aucune doctrine, ni pratique, ne sont demeurées dans leur signification primitive, et qu’un tout autre évangile, un autre Jésus est annoncé et un autre esprit est à l’oeuvre (2 Cor. 11.3), seuls ceux-ci reconnaîtront la nécessité qu’une restauration ait lieu. Il s’agit ici du déroulement de l’histoire du salut en notre temps. A la fin Dieu prendra l’ultime décision, et c’est Lui qui prononcera la dernière Parole. Pour beaucoup, Dieu vient tard, mais en fait Il ne vient jamais trop tard.

A ce sujet nous devons être clairs, et poser la question s’il y a eu un homme qui ait publié les véritables doctrines bibliques, sans compromis, et ait été comme Elle légitimé par Dieu Lui-même de façon surnaturelle, à savoir que la Parole qu’il a publiée comme lors du ministère du Seigneur et des apôtres ait été confirmée? Une personne peut-elle, lorsque seul les critères bibliques sont présentés, mentionner quelqu’un comme prophète ordonné de Dieu, lequel, de notre temps soit entré en scène et ait été en accord dans ses doctrines avec tous les prophètes et apôtres? Il devait alors nécessairement être hors de toutes confessions organisées, afin de pouvoir aussi faire retentir un appel à sortir de toutes ces choses et entreprendre une correction — un homme envoyé par Dieu avec le Message de Dieu au peuple de Dieu!

En vertu de la Parole du Seigneur nous demandons encore: Y a-t-il un seul des évangélistes mondialement connus qui soit réellement en accord avec tout ce que les prophètes et les apôtres ont enseigné? Y en a-t-il un qui ait placé sur le fondement biblique les doctrines de la divinité, du baptême, du Repas du Seigneur, etc? La réalité est qu’ils ont tous repris les doctrines héritées des traditions d’églises, et même qu’ils ont déclaré fausse la prédication véritable de la Parole, parce que celle-ci ne concordait pas avec leur vision doctrinale, au lieu de se demander si leur propre enseignement était en accord avec Dieu et la Parole de Dieu.

Depuis la fin des années quarante, des centaines d’évangélistes ont reçu leur inspiration au travers du ministère de celui que Dieu avait envoyé. Ils étaient enthousiasmés et très étonnés de ce que Dieu faisait, mais ils ne laissaient aucune place à la pensée de savoir quel était le but important relié à cela. Toutefois tous ceux qui sont véritablement nés de Dieu écoutent la Parole de Dieu et reconnaissent le jour et le Message. Ils prennent le messager envoyé de Dieu, ainsi que le Message, et en le faisant ils témoignent de leur côté être d’accord avec les décisions et les actions de Dieu. Dieu a le droit d’accomplir les promesses de Sa Parole. Et c’est un droit divin qui appartient à Son peuple de participer à cela. Ce qui suit n’est pas une légende, mais bien la pure vérité.

RECIT DE TEMOINS OCULAIRES

Moi-même, l’auteur de ces lignes, j’ai rencontré encore en avril 1966, lors d’une rencontre à Jeffersonville, Indiana, aux Etats Unis, environ 10 témoins oculaires présents lors des événements suivants: En juin 1933 William Branham tint sa première série d’évangélisation, à l’occasion de laquelle beaucoup de personnes prirent leur décision pour Christ et consacrèrent leur vie à Dieu. Le 11 juin 1933 il se rendit au fleuve Ohio pour baptiser de la manière biblique environ 300 personnes qui s’étaient converties. Une foule d’environ 4’000 personnes se trouvait présente à ce service de baptême. Frère Branham se trouvait dans l’eau, comme autrefois Jean-Baptiste, lorsque le ciel s’ouvrit et que quelque chose rendu visible à tous les assistants eut lieu. Sur le point de baptiser la dix-septième personne, il pria en levant la main et regardant en haut il dit: «ô Seigneur, de même que je baptise dans l’eau, ainsi Toi-même veuille baptiser du Saint-Esprit et de feu». A ce moment descendit une lumière surnaturelle jusqu’à environ cinq mètres au-dessus de l’homme de Dieu, et de cette lumière une voix dit: «De même que Jean-Baptiste a été envoyé comme précurseur lors de la première venue de Christ, ainsi le Message qui t’a été donné précédera la deuxième venue de Christ». La presse des environs de Jeffersonville, lndiana, de Louisville, Kentucky, aux Etats-Unis, et même celle du Canada ont documentés ces événements. La foule fut effrayée, beaucoup de personnes prièrent avec crainte, et même quelques-unes s’évanouirent. C’est ce qu’écrivit la presse.

Dieu peut tout. Il peut, en relation avec l’accomplissement de Ses promesses, apparaître à un Moïse dans le feu surnaturel d’un buisson d’épines. Le Seigneur peut rencontrer dans une vive lumière un Saul sur le chemin de Damas, et lui parler. Il est aujourd’hui encore Le Même; Son action, Sa manière de faire, demeurent toujours les mêmes.

Un message divin ne peut être que la Parole écrite, dont la signification est révélée par l’Esprit, et est montrée dans Son contexte juste. Sa Voix est directement reliée au plan du salut, et Il poursuit un but élevé pour Son Eglise. Il ne s’agit pas de la voix d’une église, d’un homme se proclamant lui-même prophète, ni d’une prophétesse avec ses révélations particulières ajoutées à la Bible, mais il s’agit de la Voix de Dieu même, Laquelle nous parvient encore aujourd’hui au travers de Sa Sainte Parole. Ce ne sont pas les grandes manifestations, même jusqu’à “Pro Christ”, qui constituent déjà le définitif — pas du tout, car en cela le cours du plan de salut dans les derniers temps n’est aucunement pris en considération. Dans le meilleur des cas ces manifestations servent à secouer les personnes et à attirer leur attention. Dans tous les rassemblements charismatiques également on cherche sans cesse avec de nouvelles méthodes à faire naître une action de l’Esprit. Cependant tout cela n’est pas encore ce qui est définitif. Ce sera l’action souveraine de Dieu qui le fera, non pas un spectacle bien planifié et bien arrangé. Auprès de Dieu il s’agit de la substance; non de la quantité, mais bien de la qualité. Pas tout ce que l’on entend par “chrétien” peut l’être, car aujourd’hui dans le christianisme tout est appelé «chrétien» même la bénédiction des animaux dans les églises. Il faut que ce soit Christ Lui-même, Le même hier, aujourd’hui et éternellement.

Un homme préparant le chemin du Seigneur, un héraut, un homme envoyé de Dieu qui soit un prophète promis avec la Parole promise pour cet âge, devait s’élever. Maintenant encore il y a des témoins qui peuvent dire comme les apôtres d’autrefois: “… ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché concernant la parole de la vie …nous vous l’annonçons” (1 Jean 1.1-3). Le 7 mai 1946, par l’envoi d’un ange, William M. Branham a réellement reçu un mandat direct de Dieu. Des millions de personnes ont entendu cela comme témoignage de sa propre bouche. Celui qui ne peut croire cela, doute en vérité aussi de ce que témoigne la Bible dans l’Ancien et le Nouveau Testament, c’est-à-dire que Dieu agit de manière surnaturelle et qu’Il emploie les anges comme esprits administrateurs (Héb. 1.14). Un ange vint à Zacharie (Luc 1.11), à Marie (Luc 1.26), il annonça la naissance de Christ (Luc 2.10), il ouvrit les portes de la prison (Act. 5.19), parla à Philippe (Act. 8.26), visita Corneille (Act. 10.3) et apparut à Paul (Act. 27.23), pour ne mentionner que quelques événements du Nouveau Testament.

QUELQUE CHOSE SE FAIT

Durant les trente années et davantage écoulées depuis le retour à la Maison de frère Branham, en décembre 1965, il ne m’est jamais arrivé ce qui s’est passé en cette année 1997. Partout où je suis arrivé, il m’a été demandé, même par des prédicateurs très considérés des milieux charismatiques, ce que je savais sur William Branham et son ministère. Du fait que j’ai eu le privilège de connaître personnellement cet homme de Dieu pendant exactement dix ans, et que j’ai participé à ses réunions en Europe et aux Etats Unis, j’ai réellement pu me faire une opinion. A cause de cela je me suis décidé à préparer une vidéo-cassette en anglais, dans laquelle je donne une vue d’ensemble sur l’action de Dieu dans son ministère, et qui sera à disposition des prédicateurs du monde entier. En vertu de la Parole du Seigneur nous pouvons dire en toute vérité: L’Ecriture s’accomplit sous nos yeux. Dieu réalise l’histoire du salut, et tous les Siens reconnaissent cela et y participent.

Pour que nous sachions combien il est important que nous comprenions de quelle manière Dieu nous a visités en ce temps par Sa grâce, considérons les paroles prononcées par notre Seigneur quand Il regarda Jérusalem et pleura sur elle: “Si tu eusses connu, toi aussi, au moins en cette tienne journée, les choses qui appartiennent à ta paix! mais maintenant elles sont cachées devant tes yeux” (Luc 19.42). Chacun peut lire dans Luc 19, depuis le verset 41, ce que Jésus dit ensuite. Le Seigneur termina par la prophétie qui s’accomplit en l’an 70 après Christ, et qui nous rappelle “le jugement de Dieu” apocalyptique qui, conformément aux Saintes Ecritures, arrivera après l’enlèvement: “… et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n’as point connu le temps de ta visitation (Luc 19.44). Il dut leur faire le reproche: “Vous savez discerner l’apparence du ciel; et ne pouvez-vous pas discerner les signes des temps?” (Mat. 16.3).

En ces jours-là tous les conducteurs religieux étaient sûrs de leur affaire. Ils étaient considérés parmi le peuple; cependant ils étaient aveugles spirituellement à l’égard de ce que Dieu faisait, et naturellement ils retenaient leurs auditeurs par des arguments religieux loin de ce que Dieu faisait. Eux-mêmes ne recevaient pas ce qui venait de Dieu, et ils empêchaient le peuple de le recevoir et persévéraient dans leurs doctrines héritées de leurs pères et leurs traditions. “Il vint chez soi; et les siens ne l’ont pas reçu” (Jean 1.11). Comme cela est connu, l’histoire se répète sans cesse. On a remercié Dieu pour ce qu’Il a fait autrefois, et on a espéré les choses qu’Il allait encore faire, mais on passe à côté de ce qu’Il fait présentement. Ils ne sont pas peu nombreux ceux qui ont attribué au diable l’action surnaturelle de l’Esprit de Dieu en ce temps, exactement comme cela s’est fait lors du ministère de notre Seigneur Jésus, et ils se sont rendus coupables du péché contre le Saint-Esprit (Mat. 12.31,32). D’autres ont profité de ce ministère sans se demander quel but Dieu voulait atteindre. Peut-être que Dieu donne encore une fois à tous les évangélistes, prédicateurs et ouvriers dans le royaume de Dieu du monde entier, l’occasion de réfléchir humblement et dans le silence sur tout ce que Dieu dans sa souveraineté, sans le concours d’aucun homme, a fait dans notre génération.

En tout cela, il ne s’agit pas de Moïse, de Paul ou de Branham, mais bien de l’action du Tout-puissant employant comme instrument, des hommes. C’était bien le Seigneur qui, du temps de Moïse, marchait avec Israël dans la nuée et la colonne de feu. C’était le Seigneur qui apparut comme une lumière éclatante à Saul sur le chemin de Damas et l’appela à Son service. C’est le Seigneur qui, dans sa grâce, descendit

comme une colonne de lumière sur frère Branham, comme nous pouvons le voir sur cette photographie. Le Dr Georges J. Lacy, en tant qu’expert assermenté pour les documents douteux, a reconnu l’authenticité de cette prise de vue après avoir éprouvé les négatifs et l’a confirmé le 29 janvier 1950. La même lumière est sans cesse apparue au cours de toutes les années de l’exercice de son ministère, lors des réunions. Chaque fois que frère Branham priait pour les malades, et que lui était révélé ce que telle personne avait, et de quoi il s’agissait, cette même lumière venait sur la personne concernée pour laquelle il devait prier. Sans cesse il disait: «Maintenant la lumière se trouve sur telle et telle personne». En rapport avec cela le Seigneur lui donnait une vision. Il eut des milliers de fois le “AINSI DIT LE SEIGNEUR”, et chaque fois la chose était tout-à-fait exacte. Ce n’était pas qu’il devinait, ni qu’il tâtait le terrain, mais bien des révélations par l’Esprit de Dieu dans la présence du Seigneur, par lesquelles Sa Parole était confirmée. Des centaines de prédications en anglais sont à notre disposition, avec le service de guérison, de telle manière que chacun a la possibilité de s’assurer par lui-même de la justesse de ce témoignage.

Le fait de se réclamer d’Abraham et de Moïse n’a point du tout profité aux scribes. Ils n’ont pas reconnu la visitation en grâce de Dieu. Aujourd’hui encore le fait de se réclamer de Pierre et de Paul ne servira à personne, à moins que l’on ne reconnaisse ce que Dieu a promis dans Sa Parole, et de quelle manière Il nous a visités dans Sa grâce.

Aujourd’hui AINSI DIT LE SEIGNEUR: “Voici, je me tiens à la porte et je frappe…” (Apoc. 3.20). Il se trouve dehors. A l’intérieur l’on prêche à Son sujet et on le chante, cependant Lui-même ne peut y entrer. Celui qui n’accepte pas l’action finale que le Seigneur est en train d’opérer ne sera pas davantage reçu de Lui. Celui qui Le laisse maintenant à la porte, se trouvera alors aussi frappant à la porte. Les choses entre Dieu et les Siens sont tellement sérieuses! Personne ne devrait penser que tout ira bien. Tout va bien si du moins Lui-même le fait. Laissons-Le donc entrer pour qu’Il puisse le faire de la bonne manière. Que Ta volonté soit faite, ô Seigneur! Au Nom de Jésus-Christ. Amen!

LE TEMPS EST PROCHE

La main de Dieu sera-t-elle encore une fois visible? Non seulement il est certain que nous nous trouvons maintenant à un tournant du siècle, mais encore au plus grand tournant de l’histoire de l’humanité. Le retour de Jésus-Christ se trouve réellement très proche. Des millions de personnes qui connaissent le Nouveau Testament le croient. Cependant, beaucoup de personnes parlent de l’enlèvement sans savoir ce qui doit arriver auparavant. Il ne suffit pas non plus de prêcher avec enthousiasme sur Israël, ni de reconnaître les prophéties bibliques qui s’accomplissent en faveur du peuple élu. Nous devons savoir ce qui doit arriver maintenant pour la préparation de l’Eglise-Epouse, conformément au plan du salut divin.

Premièrement il s’agit de sortir de tout ce qui est de Babylone, de toute tradition religieuse non-biblique, de tout levain doctrinal, et de revenir à Dieu et à Sa Parole. Le peuple de Dieu doit être purifié par le Sang de l’Agneau et sanctifié dans la Parole de Vérité; il doit être ramené en toutes choses dans l’ordre primitif de l’Eglise du Nouveau Testament, là où Dieu Lui-même établit les ministères (1 Cor. 12.28; Eph. 4.11).

Avant le retour de Christ, Dieu n’a pas seulement promis d’envoyer des temps de rafraîchissement, Il nous a aussi dit comment cela arriverait, conformément à Ses glorieux conseils et Sa volonté. Car nous vous disons ceci par la Parole du Seigneur: “Voici l’époux; sortez à sa rencontre!” (Mat. 25.6). Une Voix doit retentir: “C’est pourquoi sortez du milieu d’eux, et soyez séparés, dit le Seigneur, et ne touchez pas à ce qui est impur, et moi, je vous recevrai…” (2 Cor. 6.17). Une voix retentit même du ciel, une voix que le Seigneur adresse directement à Son peuple qui doit sortir. “Et j’ouïs une autre voix venant du ciel, disant: Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez pas à ses péchés et que vous ne receviez pas de ses plaies” (Apoc. 18.4). Oui, que se cache-t-il donc là, de quoi devons-nous sortir? C’est ce que nous devons savoir, sinon nous tournerons en rond et nous ne pourrons pas nous en sortir.

Le chemin du Seigneur doit être préparé. Tout doit être restitué. Comment cela se fait-il? Tout ce qui est tordu doit être redressé. Eh bien, qu’est-ce qui est tordu? Tout ce qui est faux doit être mis au point. Qu’est-ce qui est faux? Le Seigneur ne nous a pas laissés dans l’obscurité à ce sujet. Tout arrivera comme c’est écrit. Jésus dit: “En effet, Elie vient premièrement, et il rétablira toutes choses” (Mat. 17.11). C’est une déclaration très importante qui doit être prise au sérieux par tous les croyants bibliques. Il ne s’agit pas de ce qu’a dit un pasteur, un prédicateur, un évangéliste ou quelque autre personne. Dieu seul est compétent pour la Parole. Il envoya des hommes de la dimension d’Elie — alors et maintenant encore. Pour Lui l’interprétation n’est rien, mais bien plutôt l’accomplissement. Ce n’est que par de telles personnes se trouvant sous Ses ordres, qu’Il pourra rétablir toutes choses.

Puisque maintenant nous vivons dans la dernière période prophétique, nous avons besoin de clarté sur la Parole prophétique, comme par exemple sur le mystérieux texte d’Apocalypse 14.6-12, pour ne citer qu’un de ces nombreux textes. Ici, la proclamation est faite par le premier ange, “… ayant l’évangile éternel pour l’annoncer à ceux qui sont établis sur la terre, et à toute nation et tribu et langue et peuple”. Le second ange disait: “Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande, qui, du vin de la fureur de sa fornication, a fait boire à toutes les nations” (v. 8). Qui, et quoi, se trouve être la grande Babylone qui commet la fornication spirituelle, et de la coupe de laquelle tous les peuples ont bu, et de laquelle le peuple de Dieu doit sortir avant que conformément à Apocalypse 18 elle ne tombe pour toujours et ne soit détruite? Nous devons savoir cela. Le troisième ange disait à haute voix: “Si quelqu’un rend hommage à la bête et à son image, et qu’il reçoive une marque sur son front et sur sa main, lui aussi boira du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère; et il sera tourmenté dans le feu et le soufre devant les saints anges et devant l’Agneau. Et la fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles; et ils n’ont aucun repos, ni jour, ni nuit, ceux qui rendent hommage à la bête et à son image, et si quelqu’un prend la marque de son nom” (v. 9-11). Qui donc est la bête, qu’est-ce que l’image de la bête, et quelle est la marque de la bête a l’égard de laquelle nous sommes énergiquement mis en garde et menacés des pires conséquences? Seul celui auquel Dieu a réellement fait grâce reconnaît combien est important un ministère prophétique de la Parole de Dieu. Et cela précisément maintenant afin que tous les mystères qui s’y trouvent écrits soient révélés et proclamés clairement afin de mettre en garde le peuple de Dieu.

Nous ne sommes intéressés qu’à la réponse du Seigneur au travers de Sa Parole. Les interprétations ne sont que pour les insensés qui pensent être eux-mêmes sages. Les vrais disciples de Jésus ne croient que ce que Lui-même leur dit. Tous les autres croient ceux qui s’adressent à eux.

De même qu’Israël, après avoir été dispersé parmi toutes les nations, a été, selon les promesses, rassemblé à la fin des temps, tout aussi certainement le dernier Temple de Jérusalem sera rebâti sur le même fondement, dans les mêmes mesures, et dans la même forme. Le troisième Temple se trouvera exactement là où étaient édifiés les premier et second Temple. Aussi certainement qu’il n’y a qu’une seule Eglise du Dieu Vivant, que le Seigneur Lui-même a édifiée (Mat. 16.17,18), et qui est la colonne et le soutien de la vérité (1 Tim. 3.15), aussi certainement, en tant que “l’Ecclésia”, celle qui est sortie, et qui provient de toutes les confessions et de toutes les nations sera ramenée sur le terrain biblique promis, et édifiée sur Son fondement primitif.

Puisque l’Esprit de Dieu ne peut jamais agir qu’en relation avec la Parole de Dieu, nous devons écouter maintenant la Parole de l’heure qui appelle les disciples à sortir et recevoir le Message de l’heure lequel met les choses en ordre, le croire de tout coeur, le suivre et le pratiquer. Celui qui est réellement dans la volonté de Dieu expérimentera l’achèvement de l’Eglise par une puissante action de l’Esprit.

ISRAEL

Nous observons des plus attentivement ce qui se passe en Israël. Tout a été annoncé à l’avance, également qu’Israël ne sera sauvé de ses ennemis que par la venue du Messie; ainsi nous ne nous étonnons pas que la pression augmente contre lui de tous côtés.

Le jeu de mots des politiciens: «La paix apporte la sécurité et la sécurité apporte la paix», n’est en fait qu’une diversion. Comme nous l’apprenons de la Parole, il y aura guerre, et cela précisément lorsque sera proclamé “la paix et la sécurité”.

Ce qui est devenu peu à peu connu sur le temps de «l’holocauste» est à la vérité très intéressant, mais quand il s’agit du rôle qu’a joué l’église de Rome en ce temps-là, on ne parle alors que de la faute du silence. En ce moment une déclaration, que le Pape devrait donner à Jérusalem en l’an 2000 est en préparation. Par l’accord de succession conclu avec Israël le 10 novembre 1997, que le Vatican considère comme un concordat, ce dernier s’est assuré d’amples droits dans le pays. [sur l’Eglise et l’antijudaïsme. — N.d.T.]

Si maintenant la Suisse est tombée sous les comptes-rendus négatifs de ses rapports avec les agents nazis au sujet de l’argent et de l’or des Juifs, ainsi que la Suède dans l’établissement de listes de Juifs, il faut équitablement mentionner que les simples citoyens de ces pays ne sont pas concernés, mais bien les personnes et les institutions qui pouvaient s’entretenir en latin avec les responsables nazis. Dans un traité à part j’écrirai éventuellement comment tout cela était organisé.

L’EUROPE UNIE

 

Comme vous tous devez bien le savoir, avec l’union de l’Europe nous vivons l’accomplissement des prophéties bibliques sur le plan politique dans le temps de la fin. Nous ne pouvons pas ici entrer dans les détails, mais celui qui a compris l’Apocalypse sait que l’église catholique romaine est la force motrice, la puissance religieuse qui règne sur la puissance terrestre. Ainsi, l’union politique Européenne est la puissance temporaire, et l’union des églises en est la puissance religieuse. C’est pour cela que le Pape embrasse même Luther — la plaie de l’épée faite autrefois par la Réformation est bien guérie.

Le drapeau de l’Europe, avec ses douze étoiles, se rapporte à Apocalypse 12 où la femme est décrite portant une couronne de douze étoiles. L’église romaine interprète cette image comme étant celle de Marie, et son chef a déjà consacré l’Europe entière au “coeur immaculé” de Marie. A l’égard de la nouvelle valeur monétaire, les pays faisant partie de l’Union Européenne ont commencé une course pour frapper des pièces d’or et d’argent. Alors que chaque pays a gravé sur la face son emblème, curieusement sur le côté pile se trouve toujours le même symbole de la femme assise sur la bête (Apoc. 17). Sans être conscient du déroulement prophétique, l’union se réalise dans tous les domaines à grande vitesse.

LA PANIQUE ENVERS LES SECTES

La campagne contre les sectes a pris ces derniers temps une forme extrêmement inquiétante. C’est l’église de Scientologie qui a déclenché cela, laquelle n’a d’ailleurs plus rien à faire avec une communauté de foi chrétienne. Lors de mon séjour de septembre 1997 aux Etats Unis, je me suis entretenu par téléphone avec le Chef de la Scientologie à Miami, en Floride, U.S.A., et je lui ai posé les questions suivantes:

— «Etes-vous une communauté de foi religieuse?». Sa réponse fut: «Non!»
— «Tenez-vous des services religieux?» — «Non»
— «Baptisez-vous?» — «Non!»
— «Célébrez-vous le Repas du Seigneur?» — «Non !» et ainsi de suite.

Il y a donc là une Association qui n’a rien à faire avec la prédication de l’EvangiIe, et qui cependant s’appelle “Eglise” pour bénéficier des privilèges qui sont accordés en Occident aux communautés religieuses.

La chose terrible, cependant, est le fait que le gouvernement de la République Fédérale d’Allemagne soit intervenu massivement dans la question de la foi, et c’est ce qui nous fait dresser l’oreille. Dans notre pays, jusqu’à présent il n’y avait que les Bureaux d’information sur les sectes des églises, maintenant, en plus, il y a aussi celui du gouvernement. Cela se passe dans un pays où la liberté de religion est inscrite dans la Constitution, et cela est d’autant plus alarmant que quelques églises indépendantes, sous des prétextes tirés par les cheveux, ont déjà vu leur statut d’utilité publique retiré.

Parallèlement les médias se sont emparés de ce thème et en ont même fait en partie un grand enjeu. Cette tendance inquiète tous ceux qui ne sont pas membres des deux grandes églises, car parmi le peuple on suspecte toujours tous ceux qui appartiennent à une petite communauté de foi d’être «membres d’une secte».

Le même problème a aussi fait son apparition en Autriche. Là, par exemple, le syndic fait contrôler les employés municipaux pour voir s’ils sont membres d’une secte. La Municipalité fait dépendre de cela l’engagement de nouveaux employés. Ces deux pays qui, lors du Troisième Reich, ont pris part ensemble d’une manière toute particulière à la persécution des Juifs et aux pogromes, s’en prennent aussi maintenant à des minorités religieuses. A la fin ils donneront naissance à une légitimation qui justifiera l’intervention de l’Etat contre les communautés religieuses non reconnues par l’Etat. Cela ne nous étonnerait pas qu’avant l’an 2000 de telles lois entrent en vigueur.

COMPTE-RENDU DE LA MISSION

Du monde entier nous avons reçu des nouvelles encourageantes. Récemment la publication de l’Evangile véritable a aussi atteint les pays de l’Extrême Orient, qui sont aux frontières du célèbre et mal famé du «triangle d’or», c’est-à-dire, la Thaïlande, la Birmanie, le Laos, et aussi la Chine, le Cambodge et le Vietnam. Ce qui m’a spécialement impressionné, c’est que là-bas aussi la question m’a été posée par des prédicateurs sur ce qu’il en était véritablement de frère Branham et de son ministère. Parmi tous les soi-disant «messages du temps de la fin», la véritable Parole de Dieu révélée est également publiée, soit la proclamation de tout le conseil de Dieu. Le Seigneur accomplit toujours, et encore, de grandes choses parmi les Siens.

Ici, je saisis l’occasion de remercier sincèrement, au Nom de notre Seigneur Bien-aimé, tous ceux qui se tiennent avec nous dans ce service et sont fidèles dans le soutien de cette oeuvre de Dieu par leurs prières et leurs dons. Que ce soit par le travail de traduction dans les maisons ou au bureau, que ce soit dans l’impression ou les expéditions, et ainsi de suite, partout l’on travaille avec beaucoup de dévouement. Nous remercions aussi tous ceux qui consacrent leur temps libre à l’oeuvre missionnaire dans les différents pays. La récompense s’ensuivra lorsque le Seigneur donnera la couronne aux Siens. Ici, tous ceux qui font quelque chose récoltent assez souvent des critiques; mais le Seigneur pensera alors à tous pour les louer et les récompenser. Nous savons que nous nous tenons dans Sa volonté, dans Sa Parole et dans Son oeuvre. A Lui soit l’honneur pour le privilège qu’Il nous a accordé de Le servir.

C’est aussi ici l’occasion de remercier tous nos bien-aimés frères dans le service, tout particulièrement frère Alexis Barilier, qui prend soin avec abnégation des pays de langue française, et pareillement à notre bien-aimé frère Etienne Genton, lequel en toute fidélité et pénible labeur le fait en Italie, de même que tous les autres que nous ne mentionnons pas ici par leur nom.

Nous voulons, chacun de nous, racheter le temps, là où le Seigneur nous a placés. Le temps est précieux et limité. Bientôt vient la nuit dans laquelle plus personne ne pourra travailler.

Pour l’année qui vient de commencer, je souhaite à vous tous les riches bénédictions de Dieu. Il est très important que tous demeurent sobres et sensés, que chacun poursuive sa vie normale quotidienne, et ne fasse rien qui amène l’ignominie et la honte sur le Seigneur et Sa Parole. De même que nous appuyons avec raison sur le retour de notre Seigneur Bien-aimé, il doit être dit tout aussi exactement que personne ne connaît véritablement le jour, ni l’heure. Nous devrions tous être bien occupés à notre préparation, car le Seigneur peut venir à une heure dont on ne se doute pas. Toutefois ceci demeure écrit: “… celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui aux noces…” et aussi: “Car les noces de l’Agneau sont venues; et sa femme s’est préparée…” (Mat. 25.10; Apoc. 19.7). Mais pour ce qui concerne le domaine terrestre, nous devons continuer à vivre tout à fait normalement et faire des plans pour l’avenir.

Que Dieu vous bénisse tous!
Agissant de la part de Dieu.
E. Frank

 

EDITORIAL

“Et Jésus lui répondit: Le premier de tous les commandements est: Ecoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu est un seul Seigneur; et tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, et de toute ton âme, et de toute ta pensée, et de toute ta force” (Marc 12.29,30).

“Tu ne te feras point d’image taillée, aucune ressemblance de ce qui est dans les cieux en haut, ni de ce qui est sur la terre en bas, ni de ce qui est dans les eaux au-dessous de la terre. Tu ne t’inclineras point devant elles et tu ne les serviras point; car moi, l’Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux…” (Deut. 5.8,9).

“Maudit l’homme qui fait une image taillée, ou une image de fonte (une abomination de l’Eternel, oeuvre des mains d’un artisan), et qui la place dans un lieu secret! Et tout le peuple répondra et dira: Amen!” (Deut. 27.15).

“Ne soyez pas non plus idolâtres, comme quelques-uns d’eux, ainsi qu’il est écrit: Le peuple s’assit pour manger et pour boire, et ils se levèrent pour jouer” (1 Cor. 10.7).

“Or toutes ces choses leur arrivèrent comme types, et elles ont été écrites pour nous servir d’avertissement, à nous que les fins des siècles ont atteints” (1 Cor. 10.11).

Dehors sont les chiens, et les magiciens, et les fornicateurs, et les meurtriers, et les idolâtres, et quiconque aime et fait le mensonge” (Apoc. 22.15).

Nous qui lisons ces lignes, nous sommes précisément ceux qui sont parvenus à la fin des siècles, et ces paroles de l’Ecriture nous invitent à tirer un enseignement de ce qui est arrivé aux croyants d’Israël sortis de l’esclavage sous la direction de Moïse, afin d’éviter de tomber dans les mêmes pièges dressés sur notre chemin par l’adversaire de Dieu et des hommes.

Remarquez que tous ceux qui sont tombés en chemin et ne sont pas parvenus dans le pays promis, étaient toutes des personnes, comme dit l’apôtre Paul, ayant été baptisées (c’est-à-dire: plongées) avec le prophète de leur âge dans la nuée et dans la mer. Tous avaient mangé le même aliment spirituel et bu le même breuvage spirituel qui sortait d’un Rocher spirituel qui les suivait, Lequel était Christ.

Et ces choses ont été écrites afin que nous qui vivons en ces derniers temps et avons connu le prophète de cet âge, nous n’ayons pas de mauvais désirs comme ils en ont eu, mais que nous parvenions avec l’enlèvement de l’Epouse de Christ jusque dans la Jérusalem céleste. En effet, ces choses écrites par l’apôtre Paul s’adressent prophétiquement et directement à nous qui avons reçu le message de Dieu du temps de la fin; message destiné à faire sortir les croyants des nations de l’esprit d’idolâtrie des credo établis par les dénominations religieuses.

C’est pour nous le temps du retour à la foi des pères apostoliques, du retour à l’héritage des élus de Christ, du retour à la foi dans la Parole telle qu’Elle a été prêchée et manifestée dans la première Eglise de Jésus-Christ le jour de Pentecôte à Jérusalem. C’est le temps de sortir de la grande Babylone, formée aujourd’hui par le rassemblement de toutes les dénominations religieuses sous l’autorité du Vatican, qui se trouve à la tête de l’oecuménisme.

C’est l’ultime occasion de reprendre le seul chemin menant à la Jérusalem céleste, le chemin de la sainteté, sur lequel seuls les rachetés de l’Eternel peuvent marcher (Esa. 35.8-10). Ces rachetés par le Sang de la Nouvelle Alliance sont disciples de Jésus-Christ (et de Lui seul, car Lui seul a payé le prix de leur rachat), et ils s’avancent sur ce chemin de manière à pouvoir entrer, au temps prévu par le Père céleste, dans la demeure que Le Fils Bien-aimé est allé préparer pour les Siens.

Pour ceux qui sont appelés à faire partie de l’Epouse de Christ, il est important de prêter constamment l’oreille à ce que l’Esprit dit à l’Eglise, car jusqu’à la fin c’est ce qu’Il dit qui prépare les élus à rencontrer leur Epoux Divin, Jésus-Christ, “Le même, hier, aujourd’hui et éternellement”.

Pour rappeler à Israël la promesse que l’Eternel avait faite à leurs pères, c’est-à-dire de ramener leur postérité dans l’héritage qu’Il leurs avait donnés, Dieu avait envoyé au peuple d’Israël un prophète portant un message de Sa part. Ainsi, en cet âge de la fin, le Dieu Vivant a agi de même avec les fils d’Abraham d’entre les nations. Ceux-ci ont entendu cet appel de leur Bon Berger, et ils ont reçu le messager envoyé par Dieu dans Sa compassion et Sa miséricorde envers eux. Sans conteste, ce message envoyé dans notre âge aux croyants de la Nouvelle Alliance est celui que notre frère William Marrion Branham a porté dans notre génération.

Si ceux qui avaient accepté le message apporté par Moïse ont été baptisés en lui dans la nuée, de même nous aussi qui avons accepté le messager et le message qu’il portait sommes également devenus bénéficiaires de la bénédiction venant de la nuée qui accompagnait son ministère. Le ministère du Fils de l’homme, tel qu’il avait été manifesté en notre Seigneur Jésus depuis le jour de son baptême où l’Esprit Saint était descendu sur Lui sous la forme corporelle d’une colombe, a été de nouveau manifesté au travers du ministère de ce prophète.

Notons bien que seul Jésus est littéralement et exclusivement le Fils de l’homme, car Il est la Parole faite chair, c’est-à-dire, Dieu Lui-même participant à notre nature humaine et vivant cette Parole dans la vie pratique de chaque jour. Cependant, Son ministère de Fils de l’homme, avec l’enseignement de la Parole de Dieu, avec les mêmes signes et miracles et le “Ainsi dit le Seigneur” qui confirmait la prédication de la Parole, s’est répété pour les croyants des nations au travers du messager du dernier âge de l’Eglise. Il a été manifesté aux yeux de tous comme un prophète ayant véritablement le “Ainsi dit le Seigneur”.

Le prophète de cet âge n’était pas “Le Fils de l’homme”, parce qu’il était l’Elie promis dans Malachie 4 pour ce temps de la fin et qu’il était un homme de la même nature que nous (Jacq. 5.17). Mais au travers de lui le même Esprit inspirant autrefois Elie, agissait pour faire sortir le peuple de Dieu de l’idolâtrie des credo et le ramener à la Parole de la Bible, de même qu’en son temps Elie ramenait Israël à la Parole donnée au travers du ministère de Moïse.

Remarquez d’ailleurs que Malachie 4.4-6 nous présente ces deux prophètes, Moïse et Elie, étant à l’oeuvre ensemble avant que ne se lève le soleil de justice pour ceux qui craignent le Nom de leur Dieu (Mal. 4.2,3), et que ne vienne le grand et terrible jour de l’Eternel qui consumera tous les orgueilleux et ceux qui pratiquent la méchanceté (Mal. 4.1). Nous voyons également dans la Bible qu’Elie n’a pas introduit une autre Parole, mais qu’il a bien plutôt ramené le peuple idolâtre et séduit par les doctrines des faux-dieux des nations à la Parole de Dieu donnée une fois pour toutes à Israël par le moyen de Moïse.

Notre frère Branham n’a pas davantage introduit un nouvel évangile ou un nouveau credo, mais par contre il nous a ramenés à la Parole de Dieu qui demeure éternellement (c’est-à-dire au “Logos”, à la Parole écrite dans la Bible); il nous a également ramenés au véritable Jésus, tel qu’Il est présenté dans cette même Bible, et tel qu’Il prolonge Ses jours aujourd’hui à travers Sa postérité (Esa. 53.10).

Malheureusement, les personnes ayant un esprit religieux, davantage attachées à l’homme, au prophète, qu’au Dieu Vivant qui l’employait comme porte-voix, ont formé un nouveau credo avec les prédications que le prophète de cet âge avait prononcées de la part de notre Père céleste. Et ce credo est en réalité une nouvelle idole ajoutée à toutes les autres.

Pour nous qui avons reconnu et accepté avec reconnaissance ce ministère de Dieu annoncé par Malachie, nous devons bien reconnaître qu’après plus de trente années écoulées à diffuser ce message, ceux qui l’ont accepté ont également dû passer par les mêmes incompréhensions, les mêmes critiques de la part des hommes religieux, par les mêmes épreuves que le prophète a subies pour avoir prêché la Parole révélée de la Bible. Tout cela, simplement parce que les chefs religieux de ce temps n’ont pas accepté de revenir à la Parole éternelle de Dieu, et de l’établir comme leur Absolu. Ils n’ont pas reconnu le temps dans lequel ils vivaient, ni le message que Dieu leur envoyait. Alors que Dieu voulait leur révéler la Parole de la Bible et les ramener à la foi des pères apostoliques, afin que pour ceux qui craignent Son Nom se lève le Soleil de la justice (Mal. 4.2) et que la Lumière du temps du soir les éclaire avant que ne vienne le grand et terrible jour du Seigneur, ardent comme une fournaise.

Ce qui, en fait, n’a pas été reconnu ni accepté, tant à l’égard du prophète qu’à l’égard de nous-mêmes qui avons rendu témoignage à la Parole de la Bible révélée en ce temps, c’est la présence et l’autorité du seul Dieu et Père révélé en Jésus dans la colonne de feu et dans le message de la Parole envoyée à notre génération. Comme les chefs religieux du temps de Jésus, les chefs religieux de notre temps n’ont pas reconnu la visitation du Dieu Vivant au travers de ce ministère et de ce message.

De même que le peuple d’Israël a mangé le même aliment spirituel avec Moïse, nous avons tous aussi mangé avec notre frère Branham le même aliment spirituel, la Parole de la Bible révélée pour cet âge. Et nous avons tous été désaltérés par le même breuvage spirituel, par l’onction de l’Esprit de Vérité qui conduit dans toute la Vérité de la Parole de Christ. Oui, nous les rachetés de cet âge, avons bu au même rocher spirituel qui, non seulement accompagnait le prophète, mais aussi le peuple auquel le prophète avait été envoyé, et ce Rocher était Jésus-Christ, “le même, hier, aujourd’hui et éternellement”.

La colonne de feu accompagnait le peuple d’Israël pendant son exode vers l’héritage promis, ainsi, en nos jours, cette même colonne de feu a été vue de beaucoup de personnes lorsque le prophète exerçait son ministère semblable à celui du Fils de l’homme. Cette colonne de feu a même été photographiée. Du temps de Moïse, l’Ange de l’Eternel qui portait Son Nom se trouvait dans cette colonne de feu, et c’était cet Ange qui devait garder Israël dans le chemin et l’amener au lieu préparé par l’Eternel. Le peuple, comme le prophète, devait prendre garde en la présence de l’Ange et écouter Sa Voix pour faire ce qu’Il dirait, afin d’être victorieux sur tous ses ennemis, sinon, l’Ange ne pardonnerait pas leurs transgressions, parce que le Nom de l’Eternel était en Lui. (Ex. 23.20-23).

En fait c’était l’Ange dans la colonne de feu qui inspirait ce que le prophète disait, et si pour Pharaon Moïse était un dieu (Ex. 7.1), pour les vrais fils d’Abraham il était l’un d’entre eux, choisi par l’Eternel comme un instrument entre Ses mains. La même chose s’est reproduite à Babylone, du temps du prophète Daniel, qui était un dieu pour Nébucadnetsar et ses gens (Dan. 2.36), mais les compagnons de Daniel, étant de véritables fils d’Abraham et connaissant leur Dieu, refusèrent de se prosterner devant la statue faite à l’image de Daniel. En effet Nébucadnetsar avait donné à Daniel le nom babylonien de son dieu, Belteshatsar (Dan. 1.7; 4.8).“Ces choses leur sont arrivées pour servir d’exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles… C’est pourquoi, mes bien-aimés, fuyez l’idolâtrie (1 Cor. 10.11,14). Ainsi donc l’idolâtrie d’Israël pendant son exode est aussi un exemple de ce qui doit être évité, et cela en rapport avec le Message que nous avons reçu et le temps dans lequel nous vivons.

Nous devons constater que malgré la Parole de la Bible révélée avec autorité, et la présence de Jésus manifestée comme jamais auparavant avec un serviteur de Dieu dans l’exercice de son ministère, l’esprit d’idolâtrie n’a pas manqué de se manifester à l’égard de ce prophète, déjà de son vivant, comme après que le Seigneur l’ait rappelé à Lui. Cet esprit d’idolâtrie était connu de notre Père céleste, qui, au travers de ce qui est arrivé lors du premier exode, nous a dévoilé la manière de faire de cet ennemi de nos âmes, afin de nous enseigner à le vaincre par l’Epée du Dieu Vivant. Amen!

Ce qui nous est relaté dans Exode 32.1-6 nous permet de comprendre le mécanisme de l’idolâtrie. C’est parce que le peuple ne voyait pas revenir celui qui les avait conduits jusqu’alors avec le “Ainsi dit l’Eternel”, confirmé par la réalisation exacte de la parole prononcée, qu’il dit à Aaron, le plus proche parent de Moïse: “Lève-toi, fais-nous un dieu qui aille devant nous” (v. 1). Ils avaient en fait déjà imaginé dans leur coeur que le prophète était le dieu qui marchait devant eux, c’est-à-dire qu’il était leur absolu. Ils n’avaient pas réalisé, dans leur aveuglement, qu’en réalité c’était l’Eternel qui agissait pour accomplir la promesse faite à Abraham lorsqu’il fit alliance avec lui, disant: “… après cela ils sortiront avec de grands biens… Et en la quatrième génération ils reviendront ici…” (Gen. 15.13-21). Le prophète ayant disparu ils veulent quelque chose de matériel, de bien visible, qui marche devant eux et qu’ils suivent comme des disciples, alors que Celui qui est invisible leur avait fait la promesse de marcher devant eux. Nous comprenons donc pourquoi Jean a pu s’écrier avec instance: “Enfants, gardez-vous des idoles (1 Jean 5.21).

Aaron, qui n’est pas un prophète mais un sacrificateur, répond à leur demande en réclamant “… les pendants d’or qui sont aux oreilles de vos femmes, de vos fils et de vos filles” (v. 2). Et c’est avec cela qu’ils vont fabriquer un veau de fonte, et c’est de cette image d’une bête qu’ils disent: C’est ici ton dieu, Ô Israël! qui t’a fait monter du pays d’Egypte” (v. 4b). Faire une telle chose est une abomination! En fait, ces pendants pris des oreilles du peuple, rappelait que leurs oreilles avaient entendu l’appel à sortir d’Egypte, ainsi que toutes les paroles et les “Ainsi dit l’Eternel” prononcés par le prophète de leur âge. Ce veau d’or représentait, sous une forme matérielle toutes les paroles sorties de la bouche du prophète de l’heure que leurs oreilles avaient entendues, et celles-ci mises ensemble formaient un nouveau credo, une bête sans vie, une idole abominable aux yeux du Dieu Vivant. Lorsque l’homme forme un credo, c’est comme s’il fermait la porte à Dieu, l’empêchant de continuer à parler et à révéler Sa Parole. C’est comme si l’on déclarait que le Dieu Vivant n’a plus rien à dire, plus rien à faire avec Son peuple racheté, parce qu’en fait un autre en a pris la direction. Notre credo le pousse dehors. Il le met à la porte. Il fait taire le Dieu Véritable, Lequel est aussi la Vie éternelle (1 Jean 5.20). C’est pour cela qu’un credo est une abomination commise envers Dieu, Lui qui a fait écrire la Bible par les prophètes par amour pour Ses enfants, afin de Se donner à eux au travers de cette Parole.

“Et Aaron vit le veau, et bâtit un autel devant lui; et Aaron cria, et dit: Demain, une fête à l’Eternel!” (Ex. 32.5). Une fois le veau d’or fabriqué, c’est encore le plus proche parent du prophète qui élève un autel pour adorer cette image sans vie qui les aurait soi-disant sortis de l’esclavage. Cependant tous auraient bien dû savoir que c’est l’Eternel, le Créateur des cieux et de la terre, qui est descendu Lui-même pour sauver la postérité d’Abraham. (Ex. 3.5; Héb. 2.16).

Ensuite une fête est publiée, au cours de laquelle on va manger, boire et danser en l’honneur de la bête sans vie qu’ils ont fabriquée de leur propre main. Aujourd’hui c’est un rassemblement oecuménique du Message qui se fait par les hommes même qui ont fabriqué des credo avec les diverses interprétations des prédications du prophète. Ils sont totalement en désaccord les uns avec les autres, mais cependant tous ces fabricants d’idoles disent: «Ne sommes-nous pas tous frères! Unissons-nous autour du Message». Sont-ils conscients qu’en faisant de ces prédications leur “absolu”, ils ont mis leur nouveau credo à la place des Paroles de la Bible? qui, Elles, sont l’Absolu des croyants. “Et le peuple s’assit pour manger et pour boire, et ils se levèrent pour se divertir” (v. 6b). Nous devons malheureusement constater que c’est exactement ce qui s’est à nouveau passé dans notre génération, après que le prophète ait apporté le message de Dieu et que le Seigneur l’ait repris à Lui.

Cependant, nous devons savoir que déjà du vivant du prophète, cet esprit d’adoration de la créature et de ses paroles avait commencé à se manifester dans sa propre Assemblée, et cela au travers de ses plus proches amis. Dans la série Révélation de Jésus-Christ N° 14, §25, frère Branham dit: «… j’ai été déplacé de mon rôle de ‹ministre›, ou de ‹frère›, pour être appelé ‹Jésus-Christ›! Cela fait de moi un antichrist! Je préfère rencontrer Dieu comme un lâcheur que comme un antichrist et être ôté de Sa présence». §28 «L’autre jour au Canada, un frère me montra un petit billet qu’il avait sorti de sa poche et sur lequel était écrit: ‹William Branham est notre Seigneur›. Et ils baptisaient au nom de William Branham». §30 «… disant que j’étais Christ! Frères, c’est un mensonge du diable horrible, honteux, impie! Vous comprenez? Je suis votre frère!» §33 «… mais quand on en vient à me traiter de ‹Christ oint› ou quelque chose comme cela, c’en est trop pour moi! C’est plus que je ne peux supporter».

Ensuite frère Branham parle d’une vision qu’il eut du Seigneur, et il dit: §39 «Pendant qu’Il me parlait, je vis un serpent jaune et noir qui vint me mordre à la jambe… Je regardais l’endroit où je venais d’être mordu. Puis je me retournai rapidement avec mon fusil et tirai sur ce serpent, le touchant en plein milieu». §40 «Puis je me tournai pour lui faire sauter la tête, mais un frère me dit: ‹Ne fait pas cela! Ramasse simplement le bâton qui est près de toi!›. Pendant que je me retournais pour ramasser le bâton, le serpent se glissa dans une petite flaque d’eau». §41 «Je me dis: ‹Eh bien, il ne peut plus faire beaucoup de mal maintenant parce que je vois que les frères sont conscients de ce qui pourrait arriver. Il est mortellement blessé, donc il mourra!›». §44 «Si jamais vous m’avez cru, si jamais vous avez cru que je suis un serviteur de Christ, rappelez-vous que cela, c’est une erreur! C’est une fausseté! Ainsi dit le Seigneur! C’est faux! Ne vous mêlez pas de cela! Je suis votre frère!». Dans Révélation de Jésus-Christ N° 15 §232, frère Branham dit: «Il y a ici au moins quinze à vingt personnes qui sont coupables d’avoir pensé que j’étais Jésus-Christ…». §233 «Ils pensaient vraiment qu’ils avaient raison. Ils étaient sincères. Quand un de ces esprits vient sur vous, ça y est! Il vous fera le croire absolument… Peu importe que la Parole le dise, vous ne le croyez tout de même pas… Voyez-vous, cela montre que vous êtes oints du mauvais esprit».

Par ces diverses paroles nous comprenons que le prophète de cet âge était conscient de l’action de cet esprit antichrist qui se manifestait dans sa propre Assemblée. Il en a souffert énormément, au point de vouloir cesser d’exercer son ministère, et il a dénoncé et condamné cette erreur. Il pensait avoir agi avec vigueur, et que le serpent jaune et noir qu’il avait vu en vision était mortellement touché. Mais remarquez que ce n’est pas le Seigneur qui l’a empêché de faire sauter la tête du serpent, mais bien «un frère». Le serpent en a profité pour s’échapper et entrer dans une petite flaque d’eau.

Comme l’eau représente la Parole de Dieu, et qu’il ne s’agit pas d’un courant d’eau vive, cela signifie que le serpent s’est réfugié et caché dans une certaine partie de la Parole, détachée de son contexte et de l’enseignement de l’ensemble de la Bible. C’est de cette manière que cet esprit antichrist de culte au prophète et aux paroles qu’il a prononcées s’est maintenu en vie jusque à nos jours et s’est même développé, au point qu’il y a une immense confusion parmi les gens qui disent suivre “le Message”, aux Etats Unis et au Canada, ainsi que partout où ils sont allés et ont été reçus.

Nous savons aussi par l’Ecriture qu’un ministère de prophète (comme aussi les autres ministères de la Parole) ne se transmet pas automatiquement de père en fils. A ma connaissance, nous n’avons point d’exemple biblique montrant cela. Par contre l’Ecriture nous parle de certains fils de prophète qui n’ont pas suivi les traces de leur père, lequel était pourtant un véritable prophète de l’Eternel. (1 Sam. 8.3). Disons-le ouvertement, pour ce qui concerne le temps dans lequel nous vivons, les enfants de notre frère Branham n’ont pas davantage suivi les traces de leur père, et ils se sont également laissés entraîner avec les autres par l’esprit antichrist dont nous venons de parler ci-dessus. De ce fait ils n’ont pas accepté le ministère que le Seigneur avait suscité du vivant du prophète pour veiller sur la diffusion du Message dans le monde entier, c’est-à-dire au travers du ministère de frère Ewald Frank, auquel le prophète lui-même a rendu témoignage en son temps. Mais de toute façon le Seigneur a confirmé Lui-même ce ministère par les fruits qui ont été portés depuis le départ de notre frère William Branham. “Vous les reconnaîtrez à leurs fruits… Ainsi tout bon arbre produit de bons fruits…” (Mat. 7.15-20).

Ceci va nous aider à comprendre cette autre vision relatée par frère Branham dans la prédication Les oeuvres sont l’expression de la foi pages 5,6, §30: «Elle me dit: ‹Frère Branham, délivrez-nous de cela! Cette maison est la maison du diable. Vous avez été mal compris. Vous n’avez pas non plus compris ces gens. Ce sont de braves gens, mais…›. Je regardai, et je vis comme une grande cave, comme de gros murs, et dessous il y avait une grande caverne. Il y avait de grosses barres de fer épaisses de huit à dix pouces. Il y avait là des gens ayant perdu l’esprit, qui se tordaient les bras et les jambes, et se frappaient la tête comme cela. Et cette dame pleurait, disant: ‹Oh, frère Branham, délivrez ces gens!›. Elle disait encore: ‹Venez à notre aide, nous sommes dans les tourments!…›». §31 «Je regardai autour de moi, et dis: ‹J’aimerais bien pouvoir le faire›. Je regardai encore. Que pouvait faire mon pauvre corps malingre contre ces énormes barreaux? Et ces pauvres gens qui étaient là-dedans! On ne pouvait pas approcher d’eux, car les barreaux étaient trop rapprochés. Je les voyais se frapper la tête, comme s’ils étaient hors de sens». §32 «Puis je vis à proximité briller quelques lumières. Je regardais, et voici que le Seigneur Jésus Se tenait là, environné d’une couleur d’arc-en-ciel. Il me regarda dans les yeux, et me dit: ‹Va délivrer ces gens!›. Puis il S’en alla». §33 «Je pensai: ‹Comment pourrais-je les délivrer? Je n’aurai jamais assez de force dans mes bras pour briser ces barreaux!›». §34 «Mais je dis alors: ‹Maison du diable, relâche-les, au Nom de Jésus-Christ!›». §35 «Il y eut des craquements et des vibrations, un grand bruit de rocs roulant les uns sur les autres; les barreaux tombèrent, et les gens commencèrent à se précipiter dehors en criant de toutes leur forces: ‹Nous sommes délivrés!›. Ils furent tous délivrés».

C’est à cause de l’idolâtrie du peuple d’Israël que l’Eternel les avait livrés entre les mains de leurs ennemis et qu’ils ont aussi été emmenés en captivité. Dieu ne change pas Sa manière de faire, et si frère Branham a vu son propre peuple dans ce terrible état spirituel c’est également à cause de cet esprit d’idolâtrie qui est venu au milieu d’eux. Cependant, dans cette vision, nous voyons également qu’il y a une délivrance. Une voix doit s’élever à nouveau et crier contre le diable qui les a enfermés et leur a fait perdre le sens. Nous sommes reconnaissants à notre Père céleste pour cette oeuvre de délivrance qu’il a annoncée, et nous prions pour qu’elle soit manifestée le plus tôt possible. Notre Dieu est grand, et Il est Tout-puissant! Que notre Seigneur Jésus en soit loué!

Remarquez que c’est également à cause de l’idolâtrie que l’Eternel avait suscité Elie, dans le but de crier contre l’idolâtrie et de ramener le peuple au Dieu de la Parole. En ce qui concerne le temps dans lequel nous vivons, le Seigneur a repris l’homme, le prophète, notre frère William Branham, mais l’Esprit qui était sur l’Elie de notre âge n’est pas mort, et c’est Lui qui ne peut pas manquer de s’opposer à l’adversaire, afin que ceux des élus qu’il maintient encore maintenant dans ces cavernes et derrière ces barreaux de fer soient libérés, Une fois encore il doit y avoir un rassemblement comme au Mont Carmel, à l’occasion duquel le peuple de Dieu de la Nouvelle Alliance devra choisir entre les Baals d’aujourd’hui et le Dieu véritable, le Dieu de la Parole de la Bible. La question se pose déjà: “Combien de temps hésiterez-vous entre les deux côtés? Si l’Eternel est Dieu, suivez-le!: et si c’est Baal, suivez-le!” (1 Rois 18.21).

Nous prêchons donc la Parole de Vérité, dans la foi en la victoire de notre Seigneur ressuscité, et nous avançons avec assurance sur le chemin que le Seigneur ouvre pour nous dans ce temps de la fin. Et nous prions notre Dieu et Père avec instance, disant comme notre frère David: “Crée-moi un coeur pur, ô Dieu! et renouvelle au dedans de moi un esprit droit. Ne me renvoie pas de devant ta face, et ne m’ôte pas l’esprit de ta sainteté. Rends-moi la joie de ton salut, et qu’un esprit de franche volonté me soutienne. J’enseignerai tes voies aux transgresseurs, et des pécheurs se retourneront vers toi” (Ps. 51.10-13).

Votre frère racheté par le Sang de l’Agneau, et votre compagnon de route.
A. Barilier

 

COMMUNIQUE

Lorsque, dans la lettre circulaire N°26 de mai 1982 nous avions fait savoir que nous n’avions plus aucune communion avec le citoyen Mukuna Tshipuya wa Kazadi, quelques personnes avaient désapprouvé la publication de cet avis. Cependant, avec les années, ils durent reconnaître le bien fondé de cette initiative lorsqu’ils virent s’enfoncer de plus en plus dans la voie de l’hérésie cet ancien frère en Christ.

Aujourd’hui, nous devons malheureusement vous faire savoir que nous n’avons aucune communion, ni aucune participation, avec celui qui se fait appeler «frère Kas», et pas davantage avec ceux qui le suivent, ni avec leur Centre Missionnaire Evangélique au Congo.

Nous les avons supportés fraternellement pendant de nombreuses années, en les enseignant et les exhortant à cesser leurs faux enseignements et leurs activités sectaires, cela d’autant plus qu’ils se réclamaient de frère Frank et de l’Assemblée de Krefeld. Mais ils n’ont pas écouté les avertissements et les répréhensions de frère Frank et des autres frères. Ils ont imprimé et distribué, sans aucune permission, des lettres circulaires et des livres de frère Frank qu’ils avaient retouchés et modifiés pour y faire ressortir leurs doctrines particulières, telles que celles relatives au baptême, ou au rebaptême en invoquant le Nom de notre Seigneur Jésus-Christ en hébreux, ainsi que le baptême de l’Esprit, leurs doctrines de la polygamie et du manger et du boire, etc… faisant croire à tous que frère Frank est pleinement d’accord avec eux. Mais c’est totalement faux, et vous devez le savoir.

Nous sommes conscients qu’ils s’endurcissent de plus en plus et que comme Mukuna ils ont pris le chemin qui conduit à l’hérésie. Nous vous avertissons simplement, afin que si même ils se réfèrent à frère Frank, à son ministère et à ses écrits, vous sachiez que nous n’avons aucune communion avec ce qu’ils font, ni avec ce qu’ils enseignent.

Au nom du Centre Missionnaire de la Parole Parlée Votre frère et compagnon de route en Jésus-Christ.
A.Barilier

 

 

Retour haut de page
Retour lettres circulaires
Retour page d’accueil
Commander
Nous contacter