SOIF

(Thirst)

19 septembre 1965, soir
Assemblée de Dieu de Grantway
Phoenix — Arizona, U.S.A.

 


 

  1. Bonsoir mes amis. C’est un privilège d’être ici ce soir. C’est la seconde fois que je viens ici, dans cette Assemblée de Grantway, avec mon cher frère Mack, toute sa précieuse équipe et des chrétiens qui sont venus de différentes églises. Avec frère Lee Vayle, nous venons de rencontrer un frère qui est un proche ami de frère Bosworth, et nous ne savions même pas que frère F.F. Bosworth avait rejoint le Seigneur. J’ai dit: «Je me sentais avec lui comme Elisée qui versait l’eau sur les mains d’Elie» lorsqu’ils étaient à l’étranger. Et je ne savais même pas que frère Bosworth avait rejoint le Seigneur à 84 ans.

  2. Ce soir, j’aimerais saluer les gens qui nous écoutent grâce à la transmission téléphonique, à travers toute la nation, depuis la Californie jusqu’à New York, le Texas et les différentes parties de la nation, depuis le Maine jusqu’à la Californie. C’est une grande bénédiction que d’avoir ce système de transmission téléphonique. Et maintenant, nous avons appris, par notre bon ami frère Pearry Green, qu’ils ont un petit dispositif qu’ils peuvent mettre sur leur téléviseur et ils ont ainsi non seulement la voix, mais l’image sera aussi retransmise directement dans le poste de télévision. Et maintenant ils sont près à le voir.

  3. Soeur Mack, je suis heureux de vous voir en bonne forme, assise ce soir à l’orgue ainsi que beaucoup de mes amis que je rencontre à Sierra Vista, et frère Borders… ou plutôt frère Roberson, de l’Indiana et beaucoup d’autres. J’aimerais dire aux gens qui se trouvent au Tabernacle ce soir qu’il semble que la moitié d’entre eux se trouve ici alors que l’autre moitié est au Tabernacle à Jeffersonville.

  4. A mon ami ici, frère Koontz, que vous avez mentionné à propos de cette requête de guérison… Je prie pour cela, frère Koontz. Ayez seulement la foi. Ne vous faites pas de souci. Tout se passera bien.

  5. Et ici en bas, au Texas, frère Blair, si vous êtes à l’écoute ce soir, mon frère, rappelez-vous simplement ceci; Dieu Qui vous a fait sortir la première fois, peut vous faire sortir une deuxième fois. Nous croyons que Dieu vous le donnera. Et n’accordez pas foi aux mensonges du diable. Rappelez-vous simplement que Dieu est Dieu et qu’il y a… et qu’Il demeure le même hier, aujourd’hui et éternellement. Nous L’aimons et nous Le croyons et nous prions pour vous.

  6. Et nous sommes certainement reconnaissants à tous nos amis de Californie et à frère Mercier et à ceux qui sont en Arizona et dans bien d’autres endroits, à Phoenix, à frère Williams et à vous tous qui êtes reliés avec nous ce soir; nous sommes certainement reconnaissants pour chacun d’entre vous. Que le Seigneur vous bénisse.

  7. J’ai le sentiment d’une réelle bienvenue ici ce soir, dans cette belle église, l’Assemblée de Dieu ici à Grantway avec mon bon ami, frère Mack. Dieu avait béni frère Mack… Je me rappelle qu’une fois au Canada il était… Je remontais une piste, à dos de cheval, vers les jungles et le Saint-Esprit m’a demandé de descendre de cheval et de prier pour frère Mack. A ce moment, il était dans une situation d’urgence et le Seigneur l’a guéri. Je suis tellement reconnaissant pour cela et aussi d’être là avec lui ce soir pour louer le Seigneur dans cette belle Vérité.

  8. Un homme assis derrière moi sur cette plate-forme a dit: «Je suppose que vous ne me reconnaissez pas. Vous m’avez pris en auto-stop une fois, je ne me rappelle plus, quelque part à Boston ou Détroit».

  9. Et j’ai dit: «Eh bien, j’essaie d’habitude de tendre la main à ceux qui sont dans le besoin, si je peux».

  10. Et ainsi ce soir, nous sommes tous dans le besoin. Et nous prions pour que Dieu nous tende la main ce soir, une main d’aide, de bénédictions et qu’Il nous donne Sa grâce et Sa miséricorde.

  11. Maintenant, j’aime toujours parler longtemps, mais j’essaierai de ne pas faire cela ce soir parce que les gens de l’Ohio viennent d’appeler. Madame Dauch et le groupe là-haut, frère Mc Kinney et frère Brown et tous ceux qui sont à l’écoute du téléphone en Ohio, nous vous envoyons aussi nos salutations. Il est tard à New York. Je suppose qu’il doit être onze heures ou minuit en ce moment à New York. Les assemblées sont venues et ont attendu jusqu’à cette heure, juste pour le service. Nous sommes reconnaissants pour ces bons amis de partout.

  12. Maintenant, avant que nous ouvrions la Parole, pendant que nous inclinons nos têtes, parlons un instant à l’Auteur.

  13. Cher Père céleste, nous sommes… nos coeurs sont remplis de joie pour le privilège que nous avons d’être vivants ici ce soir et rassemblés avec Ton peuple et ceux qui croient pour vivre toujours. Nous possédons maintenant la Vie Eternelle parce que “Tu as donné Ton Fils seul engendré et que quiconque croit en Lui ne périra pas mais aura la Vie Eternelle”. Lors de Son pèlerinage, ici sur terre, Il nous a enseigné que: “Celui qui écoute Ma Parole et croit en Celui qui m’a envoyé, a la Vie Eternelle; et il ne viendra pas en jugement, mais a passé de la mort à la Vie parce que nous croyons au seul Fils engendré de Dieu”. Combien nous pouvons Te remercier pour ce glorieux Sauveur! Et nous prions ce soir pour que Sa glorieuse Présence nous bénisse tous ensemble quand nous lirons dans Sa Parole et que nous en parlerons. Laissons le Saint-Esprit amener cela à chaque coeur au travers de la nation, Seigneur, où que soient rassemblés les gens.

  14. Bénis les autres ministres qui sont à la chaire. Nous prions, Père, pour que tu bénisses cette Assemblée de Grantway; son pasteur, sa femme, ses enfants, les diacres, les administrateurs et tous ceux qui ont une charge. Et Père, que nous puissions tous ensemble, travailler pour le Royaume de Dieu pendant qu’il y a encore assez de Lumière alors que nous nous approchons de l’heure où plus aucun homme ne pourra travailler. Père, puissions-nous racheter le temps pendant que nous avons ce privilège. Que cela nous soit accordé, Seigneur. Guéris le malade et l’affligé au travers de tout le pays. Que la Présence de Dieu puisse être sentie dans chaque coin et recoin de la nation ce soir.

  15. Nous réalisons que le jugement frappe. De grandes erreurs sont commises et la nation est secouée par des tremblements de terre dans divers endroits. Les grandes choses historiques que nous avons entendues dans la bible dans les jours passés du jugement, nous les voyons se répéter à nouveau aujourd’hui. La prophétie qui dit: “Comme cela fut le cas dans les jours de Noé, il en sera ainsi lors de la venue du Fils de l’homme; et comme ce fut le cas dans les jours de Lot, ainsi il en sera lors de la venue du Fils de l’homme”. Nous le voyons s’accomplir maintenant. “Le coeur des hommes défaille, perplexité et détresse sont parmi les nations”. Dieu, nous savons que nous sommes à la fin des temps.

  16. Aide-nous, Seigneur, à apporter le Message dans chaque coin et recoin, à chaque enfant que Tu as appelé à la Vie. Permets-le, Seigneur. Nous le demandons dans le Nom de Jésus. Amen. Seigneur, bénis maintenant la lecture de Ta Parole.

  17. Maintenant, combien d’entre vous aiment regarder dans la Bible, à l’endroit où le ministre est en train de lire. Je veux vous lire ce soir quelques versets… trois versets dans les Psaumes. Psaume 42, juste pour avoir un texte et j’ai quelques Ecritures notées ici et j’aimerais m’y référer si je peux, au fur et à mesure que nous parlerons de ce sujet, dans les prochaines minutes…Les psaumes de David… David a écrit les Psaumes.

  18. Maintenant, pendant que vous tournez les pages, je pourrais relever que beaucoup de gens disent: «Est-ce que les Psaumes sont inspirés?». Certainement ils le sont. Ils le sont.

  19. Tout ce qui est écrit dans la Bible est inspiré, qu’il s’agisse de l’histoire ou des chants. Quoi qu’il s’agisse, c’est inspiré. Jésus a dit: “Avez-vous lu ce que David a dit dans les Psaumes?”. Et alors je pense…Psaumes, bien entendu que ce sont des chants. Et si les chants sont inspirés de Dieu, ce que je crois, ils sont aussi prophétiques. J’espère que je serai debout lorsque ce chant se réalisera:

Il y aura un rassemblement dans les airs,
Dans ce doux avenir, doux avenir;
Pour aller te rencontrer et te saluer là-haut;
Dans cette Demeure au-delà du ciel;
Un tel chant, jamais entendu, jamais entendu
Par une oreille mortelle,
Cela sera glorieux, je le déclare!
Et le Fils de Dieu même sera Celui qui conduit
Lors du rassemblement dans les airs.

Oh, je veux être là à ce moment!

  1. Maintenant, Psaume 42.

“Comme le cerf brame après les courants d’eau, ainsi mon âme crie après toi, ô Dieu! Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant. Quand viendrai-je et paraîtrai-je devant Dieu? Mes larmes ont été mon pain, jour et nuit, quand on me disait tout le jour: Où est ton Dieu?”.

  1. Je crois que David devait être dans la détresse lorsqu’il a écrit ce Psaume. Et en général, la détresse est nécessaire pour tirer le meilleur d’un homme. C’est vraiment à ce moment-là que Dieu descend. C’est comme lorsque nous jeûnons plusieurs fois pour nous mettre dans une position où l’homme lui-même est mis hors du chemin. Et je crois que lorsque David allait dans ces endroits, il commençait alors à méditer sur le Seigneur et commençait à réfléchir à ces choses.

  2. Bien des fois, Dieu nous met dans des encoignures étroites pour nous forcer à regarder en haut. Parfois, nous devons nous allonger sur le dos à l’hôpital ou ailleurs, afin de regarder en haut pour voir d’où viennent les grandes bénédictions de Dieu.

  3. Maintenant le mot dont j’aimerais parler ce soir, un seul mot tiré de la Bible qui se trouve dans le deuxième verset: «Soif». Le mot: Soif. Alors que je regardais dans le dictionnaire, j’ai vu ce mot.

  4. Je pensai à un sermon que j’ai prêché une fois: «La Soif de la Vie». Et je l’ai aussi tiré des Psaumes quand David disait: “Tes commandements”, je crois, “… me sont plus précieux que la vie”.

  5. Je regardai et pensai à ce mot «soif». Alors, j’ai regardé dans le dictionnaire pour voir ce qu’il signifiait. Et ici, ce que Webster dit: «C’est un désir douloureux». Douloureux. Vous désirez quelque chose de tellement fort que cela en devient douloureux pour vous.

  6. Maintenant, ce n’est pas que cela ne soit pas naturel d’avoir soif. La soif est quelque chose de naturel. Dieu nous a simplement donné cela afin que nous ayons un désir pour quelque chose. Parfois aussi, Dieu vous donne une tour de contrôle. Quelque chose qui est à l’intérieur de vous, qui contrôle ces différents désirs. Et cette soif, cette tour de contrôle qui est dans le coeur d’un homme, est quelque chose que Dieu lui a donné pour l’avertir de désirer des choses qui lui sont nécessaires.

  7. Maintenant, il y a deux sortes de soif. Il y a la soif physique et il y a aussi la soif spirituelle. J’aimerais à nouveau vous lire ceci, ce que David a dit: “Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant…”.

  8. Pas de quelque chose d’historique ou de quelque chose qui s’était passé il y a des années ou de quelque conte que quelqu’un a raconté; mais «pour le Dieu vivant», un Dieu qui est toujours présent. Et son âme avait soif de ce Dieu, pas de quelque chose d’historique.

  9. Maintenant, nous trouvons que Dieu vous a donné cette tour de contrôle dans le but de vous donner les choses dont vous avez besoin. Cette tour de contrôle en vous, c’est ce qui vous dirige. Et cette soif coule dans cette tour de contrôle et vous dit ce dont vous avez besoin, spirituellement parlant. La tour de contrôle est dans le corps et aussi dans l’âme. Il y a une tour de contrôle dans le corps qui vous indique ce dont votre corps a besoin et cela vous est apporté par la soif. Il y a aussi une tour de contrôle dans votre âme qui vous indique les choses spirituelles dont vous avez besoin. Quelque chose dans votre esprit qui vous indique quelle sorte de vie vous contrôle.

  10. Lorsque vous pouvez voir quels sont vos désirs, alors, vous pouvez dire par cela, quelle sorte de chose en vous crée ce désir que vous avez. Vous voyez, il y a une certaine chose pour laquelle vous avez soif. Par la nature de la soif que vous avez, cela peut vous indiquer, dans votre âme, ce qu’est ce désir. J’espère que vous comprenez cela.

  11. Il y a une tour de contrôle pour l’âme et une pour le corps. Chaque tour est une alarme pour les besoins de l’un et de l’autre. Chacune appelle le besoin pour lequel l’alarme sonne. Elle envoie une onde d’alarme.

  12. Par exemple, la chair a soif pour satisfaire les désirs qui sont dans le corps et l’esprit a soif pour satisfaire les désirs qui sont dans l’âme. Ce sont des désirs et bien des fois, ils se bagarrent l’un contre l’autre. Nous voyons ici ce qui est une grande difficulté aujourd’hui, trop de gens sont partagés entre ces deux désirs, car l’un d’entre eux est attiré par les choses du monde et l’autre par les choses du Ciel.

  13. Comme Paul disait, en le décrivant dans Romains 7.21: “Je trouve donc cette loi en moi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi”. Chrétiens, vous en faites l’expérience lorsque vous l’essayez. Lorsque vous essayez de faire quelque chose qui en vaut la peine, lorsque vous allez faire un effort pour faire quelque chose de bien, alors vous découvrez qu’il y a le diable, dans chaque main, juste pour vous bouleverser dans ce que vous voulez faire. Et cela, c’est une bonne chose à dire et les chrétiens devraient le savoir. Lorsque vous commencez à faire quelque chose, alors il y a toujours quelque chose qui essaie de vous déranger quand vous le faites. Faites-le de toute façon. Il y a le diable là-dessous, essayant de vous empêcher de faire ce qui est juste.

  14. Maintenant, bien des fois je rencontre des gens qui ont tendance à être un peu nerveux. Lorsqu’ils essaient de faire quelque chose et qu’ils découvrent que quelque chose les bloque des deux côtés, ils disent: «Cela pourrait ne pas être la volonté du Seigneur». Vous voyez, ne laissez pas le diable vous mentir comme cela.

  15. La première chose est de savoir si c’est la volonté de Dieu ou pas. Et si vous voulez savoir si c’est la volonté de Dieu, regardez dans la Bible. Là, il y a la chose qui vous met d’aplomb, c’est la Parole de Dieu; et alors, si vous la voyez dans la Parole de Dieu, c’est à vous de la faire.

  16. Comme par exemple, la recherche du baptême du Saint-Esprit. Bien des fois, je rencontre des gens qui disent: «Eh bien, j’ai cherché le Saint-Esprit, mais je n’ai simplement pas pu Le recevoir. Je ne crois pas que cela soit pour moi. Chaque fois que je chute, j’en suis malade. Si je prie ou si je jeûne, je deviens malade. Et si j’essaie de rester debout ou de tenir la nuit, je me sens si fatigué que je ne peux pas rester debout». Rappelez-vous, ceci c’est le diable car Dieu a l’intention de vous donner le Saint-Esprit. C’est pour quiconque le désire.

  17. Bien des fois lorsqu’on prie pour vous dans une réunion, pour une guérison divine, le jour suivant vous remarquerez que le diable vous fera deux fois pire que le jour précédent. Vous voyez? Mais, rappelez-vous que satan essaie simplement de vous éloigner des bénédictions que Dieu a pour vous. N’écoutez pas ce qu’il vous dit. Allez toujours de l’avant.

  18. J’ai fait une expérience similaire, récemment sur le chemin de l’Afrique. S’il y a bien une fois où le diable a fait pression comme jamais sur moi, c’était lorsque je devais aller en Afrique cette dernière fois. Cela fut l’une des plus belles réunions et l’un des meilleurs moments que j’ai jamais eus outre-mer. Pendant que j’étais là-bas, je crois que j’ai accompli plus de choses dans cette courte période, que jamais à aucun moment, à part ma partie de chasse. J’avais toujours pensé que ces églises ne me voulaient pas là-bas et j’ai découvert… J’avais reçu une lettre de quelqu’un qui disait qu’aucune association ne me voulait là-bas… et j’ai découvert qu’il s’agissait d’un homme, avec le papier à lettre d’une organisation, qui disait: «Nous ne vous voulons pas». Vous voyez? Aussi, lorsque je suis arrivé là-bas, c’était juste lui et sa famille, pas du tout les autres personnes. Et maintenant c’est un grand champ qui nous est ouvert.

  19. Vous voyez, quand Paul disait: “Quand je veux faire le bien, le mal est avec moi”.

  20. Si vous laissez un jeune converti venir à l’autel, ici dans ce tabernacle ou ailleurs dans la nation, rappelez-vous juste que demain sa mère sera plus fâchée qu’elle ne l’a jamais été, que son père et tous les enfants de l’école seront dérangés. Et tout ira de travers parce que satan essaie de vous faire retourner en arrière. Il essaie de vous faire sortir du Chemin. “Quand je veux faire le bien, le mal est avec moi”.

  21. Maintenant, regardons à la soif et voyons si vraiment la soif est une chose naturelle. J’ai eu des gens qui m’ont dit: «Oh, je n’ai jamais eu soif. Je crois que c’est juste pour des gens qui veulent être chrétiens». Oh, non, c’est faux. C’est quelque chose qui est véritablement associé à chaque être humain. C’est une vérité certaine. Au commencement, lorsque nous sommes venus dans ce pays, nous avons trouvé des indiens ici. Et les indiens, même s’ils étaient des païens à cette époque, adoraient le soleil ou quelque chose d’autre. Aussi longtemps qu’ils sont humains, il y a quelque chose en eux, une soif naturelle, qui les appelle quelque part à chercher Dieu.

  22. Alors que nous étions de retour dans les jungles, car nous y sommes retournés récemment, à 480 miles de la civilisation la plus proche, nous avons trouvé des natifs qui n’avaient même jamais vu un homme blanc. C’était à Beira, une petite ville de 3’000 habitants environ, au Mozambique. J’ai trouvé une native; elle n’avait aucun habit — tous ne portaient pratiquement pas d’habits — et elle était assise en haut sur un arbre. J’étais en train de traquer le lion lorsque j’ai entendu quelque chose comme un être humain qui pleurait. Cette fille gémissait, elle tenait un enfant. Et elle avait peur de… sa seule protection contre un lion, un léopard ou un autre animal, c’était de monter sur un arbre. Elle avait vu et entendu qu’il s’agissait d’un être humain, mais lorsqu’elle a regardé et qu’elle a vu un homme blanc, elle a été effrayée! Elle n’avait jamais vu un tel homme de sa vie, vous voyez et elle était terrorisée.

  23. Même lorsque nous avons trouvé ces gens là-bas, dans cette condition primitive, ils étaient en train d’adorer. Avant que nous nous mettions en ligne d’attaque, ils ont versé une sorte de pâte farineuse (c’est ce qu’ils mangent) sur une petite feuille et ont frappé des mains et appelé l’esprit de quelque grand quelque chose dont ils ne savaient pas où il était (comme un saint patron chez les catholiques), pour les protéger, pour les empêcher d’être tués lors de la charge de ce lion.

  24. Vous voyez, c’est quelque chose de naturel. Ce n’est pas une chose anormale que d’avoir soif de Dieu. C’est une chose naturelle. C’est juste quelque chose que vous devriez faire. Dieu vous a fait de cette manière. Et ce n’est pas un super-humain, c’est juste un être humain commun. Ce n’est pas quelque chose de spécial pour quelques personnes seulement.

  25. Ils disent: «Eh bien, j’ai vu des gens vivre une telle vie victorieuse qu’ils étaient constamment dans les hauteurs spirituelles, louant Dieu. J’aimerais bien me sentir de cette manière». Eh bien, la raison pour laquelle vous vous sentez comme cela, c’est la soif en vous. C’est juste une chose naturelle, c’est pour chaque personne d’être assoiffée de Dieu.

  26. Maintenant, prenons premièrement la soif naturelle. Prenons par exemple la soif d’eau. Comme David l’a dit ici, avoir “soif d’eau”. Avoir soif d’eau… Le corps a besoin d’eau et si vous n’étanchez pas cette soif, vous périssez. Vous vous déshydraterez et vous ne vivrez pas. Si vous ne pouvez pas trouver d’eau pour étancher la soif de votre corps naturel, vous mourrez bientôt. Vous ne vivrez pas longtemps. Vous pouvez vivre sans nourriture plus longtemps que sans eau parce que je suppose que, vous pouvez jeûner pendant quarante jours sans nourriture (Jésus l’a fait), mais vous ne pourriez pas rester aussi longtemps sans eau. Vous sécheriez simplement et mourriez. Vous devez avoir de l’eau. Et pourquoi la soif vient-elle en vous? C’est pour signaler que le corps a besoin de quelque chose pour le maintenir en vie. Et la soif dont le corps a besoin doit être celle de l’eau afin de rester en vie. De toute façon, vous êtes constitué de plus de 80% d’eau et de pétrole et vous avez besoin d’emmagasiner ces sources pour rester en vie. Comme je l’ai dit, si vous le négligez, vous périrez.

  27. La soif est aussi une alarme. Cette soif est une alarme. L’esprit déclenche l’alarme, un petit bourdonnement à l’intérieur de vous qui vous dit que la mort rôde tout près. Cela étant, si vous ne trouvez pas rapidement de l’eau, vous allez mourir. L’alarme devient de plus en plus forte jusqu’à ce que vous l’arrêtiez. Et si vous ne le faites pas, vous mourrez, parce que c’est une alarme.

  28. Comme David l’a décrit ici, dans les Psaumes: “Comme le cerf brame après les courants d’eau, ainsi mon âme crie après toi, ô Dieu”. Comme le cerf brame après les courants d’eau!

  29. J’ai toujours pensé, en lisant cela de David, que David était un homme des forêts, un chasseur. Et bien entendu, il chassait le daim. Beaucoup d’entre nous les chassent aussi, aujourd’hui. Le cerf est un daim.

  30. Et nous savons, si jamais vous avez vu des chiens, que les chiens sauvages attaquent le daim. Et habituellement, ils l’attrapent, comme le coyote, avec leurs crocs. Il peut attraper le daim droit au-dessus de l’oreille, ici et y jette tout son poids. Il coupe la gorge du daim et le daim n’a alors plus aucune chance. Mais parfois, le chien, comme en Afrique, le chien sauvage attrape le daim dans les flancs. S’il manque la gorge, il attaque la seconde fois au flanc. Et si le daim est assez fort et rapide, il peut éjecter le chien.

  31. Le daim est bien plus rapide. Le chien l’approche lorsqu’il ne le regarde pas et lorsqu’il est contre le vent. Le daim ne sait pas que le chien est proche.

  32. Et alors, lorsque le chien sauvage l’attaque, s’il est vraiment rapide, le daim peut le rejeter. Mais lorsque le chien sort du flanc, il a sa gueule pleine de la chair de l’animal ou s’il l’attrape à la gorge, parfois il coupe tout près de la veine jugulaire et la rate. Et si le daim le secoue, le chien arrachera un gros morceau de chair de sa gorge. Alors, le sang commence à couler.

  33. Et alors le chien vient droit derrière lui, suivant les traces de ce sang. Et comme la vie du daim commence à diminuer, car le sang qui est la vie s’en va… comme cela commence à diminuer, le daim devient plus faible. Et le chien, ou le loup est juste derrière lui.

  34. Maintenant, si ce daim ne peut pas trouver d’eau… L’eau a quelque chose en elle qui fait que lorsque le daim boit de l’eau, cela stoppe le saignement. Mais s’il ne trouve pas d’eau pour le rafraîchir, le sang continue à sortir, toujours plus vite car il court, forçant son coeur à pomper. Mais si jamais il peut trouver de l’eau, le daim vivra.

  35. Maintenant, il y a ici une grande leçon. Vous voyez! David dit ici: “Comme le cerf brame après les courants d’eau, ainsi mon âme crie après toi O Dieu”.

  36. Maintenant, ce daim sait qu’il est perdu s’il ne trouve pas d’eau. Il ne peut simplement pas vivre. Je les ai suivis bien des fois après qu’ils aient été blessés. Lorsqu’il trouve un courant d’eau, il le traverse, boit un coup et monte sur la colline; puis revient en bas, le traverse à nouveau, boit de l’eau et remonte. Vous ne réussirez jamais à l’attraper, aussi longtemps qu’il suit le courant. Mais lorsqu’il quitte ce cours d’eau, s’il ne peut pas trouver un autre courant quelque part, vous l’attraperez de toute façon. Et le daim le sait, aussi, il restera près du courant d’eau, où il peut y avoir accès rapidement. Maintenant, pouvez-vous imaginer un daim, avec son museau en l’air? Il a été attrapé quelque part où il n’y a pas d’eau.

  37. Et David dit: “Comme le cerf brame après les courants d’eau, ainsi mon âme crie après toi, ô Dieu”. A moins que je ne Te trouve Seigneur, je périrai! Je ne peux pas continuer avant que je ne Te trouve! Et lorsqu’un homme ou une femme, un garçon ou une fille a cette sorte de soif, il va trouver quelque chose. Vous voyez?

  38. Mais lorsque nous arrivons à mi-chemin, nous nous disons: «Je m’agenouillerai et verrai ce que le Seigneur va faire». Vous voyez? Vous n’avez pas encore vraiment soif. Cela doit être une soif entre la vie et la mort et seulement alors, quelque chose se passera.

  39. Le daim ici… Nous découvrons qu’il a encore un autre sens, le sens de l’odorat qui le met en garde lorsque l’ennemi est proche. Cette petite créature possède un sens pour se protéger elle-même. Et le daim a en lui une petite alarme, un petit quelque chose qui chatouille son nez lorsque l’ennemi est proche. Si l’ennemi est dans le vent, le daim le sait et il s’en va. Parfois à une distance d’un demi mile ou à plus d’un mile, il peut vous sentir et s’en aller… ou sentir un loup ou un autre danger. Il peut vous sentir parce qu’il a été fait de cette façon. Il est un daim par nature. Et ce sens qu’il a en lui est un sens que Dieu lui a donné pour qu’il vive.

  40. Et j’ai pensé, en comparant le daim à un homme, à ce qu’est cette soif pour Dieu avant que l’ennemi vienne. Il y a quelque chose de particulier en ce qui concerne un enfant de Dieu, une fois qu’il est né dans l’Esprit de Dieu, qu’il a reçu le Saint-Esprit… Il y a quelque chose au sujet de la personne qui peut sentir l’ennemi… Prenez un homme qui prend l’Ecriture, lit l’Ecriture et essaie d’injecter dans cette Ecriture quelque chose qui lui est contraire… Un homme qui est rempli du Saint-Esprit le sent, immédiatement [Frère Branham claque des doigts — N.d.R.]. Il y a quelque chose qui ne colle pas. Lorsqu’il va dans un endroit… Ce certain petit sens à l’intérieur, est là pour protéger votre vie. Vous ne devez, vous ne devez jamais accepter quelque chose à moins que ce ne soit exactement la Parole de Dieu. Vous devez rester exactement avec cette Parole. Et maintenant, nous sommes protégés par ce sens aussi longtemps que nous sommes dans le Saint-Esprit.

  41. Vous pouvez aller lire par exemple… Je vais lire dans Marc 16.17: “Et ce sont ici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils prendront des serpents; et quand ils auront bu quelque chose de mortel, cela ne leur nuira point; ils imposeront les mains aux infirmes, et ceux-ci se porteront bien”.

  42. A ce moment-là, vous trouverez une personne qui se lève et dit: «Cela, c’était pour l’âge apostolique». Maintenant, immédiatement, si vous avez reçu le Saint-Esprit, vous avez été doté de ce sens et cela vous alarme. Il y a quelque chose de faux là-dedans! Vous voyez? Ils essaient d’expliquer que c’est pour un autre jour, qu’aujourd’hui vous n’avez plus vraiment besoin de ces choses. Mais Jésus a dit: “Ce sont ici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru”. Vous voyez, il y a un petit quelque chose en vous qui vous alarme, un petit bourdonnement qui vous fait savoir que c’est faux et que c’est le chemin qui mène à la mort.

  43. Car Jésus a dit: “Si nous ajoutons une parole à la Bible ou si nous Lui retranchons une parole, notre nom est retranché du Livre de Vie”. Vous voyez, pas un mot. Nous devons juste La prendre de la manière dont Elle est écrite. Et Dieu veille sur Sa Parole pour L’accomplir; et nous savons qu’Elle doit être simplement exacte.

  44. Aussi, c’est pourquoi si vous êtes nés de l’Esprit de Dieu, vous devenez une partie de la Bible, qu’importe ce que peut bien dire une église ou quelqu’un d’autre! Dieu a dit à Ezéchiel, qui était un prophète: “Prends ce rouleau et mange-le”. Alors le prophète et le rouleau sont devenus partie intégrante l’un de l’autre. Et c’est ce qu’est le croyant lorsqu’il reçoit le Saint-Esprit; le Saint-Esprit a écrit la Bible et l’Esprit de Dieu est la Parole de Dieu. “Mes Paroles sont Esprit… Au commencement était la Parole, et la Parole était auprès de Dieu et la Parole était Dieu. Et la Parole devint chair et habita au milieu de nous” et dans Hébreux 13.8: “Jésus-Christ est le même, hier, aujourd’hui et éternellement”. Et lorsque vous faites partie de cette Parole, oh, laissez venir quelque chose de contraire à cette Parole et alors [Frère Branham claque des doigts plusieurs fois — N.d.R.] il y a un petit bourdonnement qui vous alarme instantanément. Vous voyez, c’est pour vous avertir que la mort est sur le chemin. Nous ne devrions jamais faire cela.

  45. Ces soifs sont simplement naturelles. Elles sont naturelles pour le chrétien. Elles sont naturelles pour l’être humain.

  46. Il y a aussi une soif pour le succès. Il y a beaucoup de gens aujourd’hui qui cherchent à être enseignés dans cette soif. Nous avons remarqué qu’ils ont commencé d’abord à l’université. Et pour aller là-bas, les gens dépensent des milliers de dollars. Pour envoyer leurs enfants dans ces écoles, dans les universités, les collèges etc… pour avoir une éducation. «Avoir du succès!», ajoutant: «dans la vie». Maintenant, je n’ai rien contre cela, c’est bien. Mais pour moi, vous pourriez avoir toute l’éducation du monde, mais sans pour autant avoir trouvé le véritable succès. C’est vrai, parce que cela va vous rendre temporairement la vie juste un peu plus facile ici bas… Mais lorsque vous mourrez, vous laissez tout cela derrière vous, toute cette civilisation dans laquelle nous vivons.

  47. Je le disais l’autre jour à Phoenix, je me tenais debout et j’ai dit à nouveau: «Toute cette civilisation moderne, tous ces programmes d’éducation, tous ces programmes scientifiques, tout est contraire à la Parole de Dieu et à Sa volonté». La civilisation est absolument… Il n’y aura aucune civilisation comme celle-ci dans le monde à venir. C’est une civilisation pervertie. Dieu avait Sa première civilisation sur terre lorsqu’Il prononça Sa Parole et lorsqu’Elle se réalisa. Chaque semence produisit selon sa propre espèce et dans cette civilisation, il n’y avait pas de mort, de maladie, de peine. Et maintenant, nous prenons les choses qui sont dans le monde scientifique, qui avaient été mises là pour soutenir le tout, et nous les pervertissons en quelque chose qui apporte la mort.

  48. C’est comme la bombe atomique. Je ne connais pas la formule de toutes ces choses et je pourrais en parler d’une mauvaise manière. Ils prennent de l’uranium pour le diviser en molécules et les molécules brisées pour en faire des atomes. Et que se passe-t-il alors? Cela annihile, détruit presque tout ce que nous faisons!

  49. Nous prenons la médecine, mettons cette formule-ci avec cette formule- pour guérir cela et nous nous l’administrons. Et que faisons-nous? Nous détruisons quelque chose d’autre.

  50. Maintenant, je crois que vous avez le Reader’s Digest du mois passé. Il est dit que: «Dans l’époque où nous vivons, des jeunes hommes et jeunes femmes atteignent leur maturité entre vingt et vingt-cinq ans». Pensez à cela. Des jeunes filles en ménopause à vingt, vingt-deux, vingt-trois ans. Vous voyez ce qui est fait, c’est à cause de cette nourriture hybride et de toutes ces choses que nous mangeons. Vous voyez, ces choses, cette nourriture et la vie que nous menons! Les scientifiques nous l’ont apportée et en le faisant, ils nous tuent.

  51. Je suis allé en Afrique où j’ai vu des garçons qui n’avaient jamais reçu une dose de médicament de toute leur vie. Ils mangeaient de la viande qui avait des asticots à l’intérieur. Ils buvaient de l’eau d’une mare dont on aurait pu pensé qu’elle aurait pu tuer un boeuf. Je visais une cible à deux cents yards et je pouvais à peine la voir avec une paire de jumelles 75… Et un homme de mon âge se tenait là, me disant à l’oeil nu où la cible avait été atteinte. Maintenant, si toute cette culture moderne a fait quelque chose… Je me suis dit que si j’avais ses yeux et son estomac, je serais vraiment un homme accompli. Oui.

  52. Mais nous en sommes là. Vous voyez, nous sommes détruits par la science, l’éducation et la civilisation. Nous nous détruisons nous-mêmes. Cela a commencé dans le jardin d’Eden et cela a continué jusqu’à aujourd’hui, cependant nous avons toujours soif de succès! Et aussi, soif de communion. Nous allons, désirant une communion.

  53. C’est comme un jeune homme et une jeune femme. Maintenant, ce n’est pas nécessaire… Je veux dire ce n’est pas contre nature pour un jeune homme d’aimer une jeune femme, de s’aimer l’un l’autre. C’est la soif de l’amour. C’est de leur âge. Et ils s’aiment l’un et l’autre. Ce n’est pas contre nature, c’est juste une chose naturelle pour eux de le faire.

  54. Maintenant, dans la vie de notre corps naturel, nous découvrons plusieurs choses après lesquelles nous avons soif. C’est juste quelque chose qui est en nous. C’est quelque chose que nous voulons faire, que nous ressentons comme une absolue nécessité. Et c’est nécessaire que nous le fassions.

  55. Nous voyons que de nos jours, beaucoup de femmes ont soif de beauté. Maintenant, il n’y a pas une femme… Pour une femme, c’est une chose naturelle que d’avoir soif d’être jolie. C’est l’instinct que Dieu lui a donné. C’est la beauté que Dieu lui a donnée pour son compagnon. Maintenant, nous voyons que les femmes veulent être de cette façon. Pourquoi cela? C’est juste parce que c’est quelque chose que Dieu leur a donné. Et il n’y a rien de mal pour une femme que d’être jolie. Elle devrait l’être.

  56. Et vous le savez, ce sont les seules créatures femelles qui sont plus jolies que leurs mâles. C’est dans la race humaine. Tous les autres animaux… Prenez la vache en comparaison du taureau, la biche et le cerf, la poule et le coq, l’oiseau femelle et l’oiseau mâle, vous trouverez toujours que le mâle est grand et beau. Mais dans la race humaine là où la perversion est venue, c’est le contraire; la femme est la plus jolie. Et elle est avide d’être belle.

  57. Pas comme quelques-unes de ces créatures bizarres que nous voyons dans les rues aujourd’hui; non, non, pas ce type de beauté. Non. Ce sont les choses les plus horribles que j’aie jamais vues de ma vie. Certainement. Cela, c’est la perversion pervertissant la véritable soif.

  58. Maintenant, la véritable soif qu’une femme devrait avoir, devrait être selon 1 Timothée 2.9: “De même aussi, que les femmes se parent d’un costume décent, avec pudeur et modestie…” et qu’elles aient le même Esprit que Christ. C’est cette soif que la femme devrait avoir. Maintenant, si vous voulez être jolie, c’est de cette façon que vous serez jolie. Vous voyez, avoir un esprit comme Christ et être parée d’un costume décent.

  59. Oh, mes amis, quand on voit ces gens dans les rues aujourd’hui! Vous ne pouvez pas voir la différence entre un homme et une femme et c’est la plus horrible chose à voir… Je n’ai jamais vu de pareille perversion que celle des êtres humains. Cela va au-delà de l’humain. Des yeux maquillés comme cela, vous savez leurs drôles d’yeux en forme de lézard et avec leurs drôles d’habits… Et pourquoi cela… Tout cela n’a aucune forme et elles ne ressemblent même pas à des êtres humains. Et quelques-uns des garçons, avec leurs cheveux gominés et avec les bigoudis de leurs soeurs sur le devant, ici: Savez-vous pourquoi? C’est une complète perversion! C’est vrai. C’est satan, satan le pervertisseur.

  60. Lorsque Dieu a créé toute chose dans le jardin d’Eden, tout était beau. Alors satan est venu et a tout perverti. Satan ne peut pas créer quelque chose. Il n’y a qu’un seul Créateur, c’est Dieu. Mais satan a perverti la création originelle. Et maintenant, il en arrive à pervertir la soif de la création originelle. C’est cela dont je veux parler ce soir.

  61. Maintenant, comme je l’ai dit avant, une femme souhaite être belle. Il y a quelque chose en elle qui est féminin et elle veut être belle.

  62. Mais celles qui sont aujourd’hui dans la rue, avec leurs cheveux coupés, comme les hommes et avec leurs vêtements d’homme…et les hommes font le contraire, portent des vêtements de femme et portent les cheveux longs comme les femmes. Vous voyez, toute cette chose, c’est de la perversion! Votre nourriture est pervertie. Votre vie est pervertie. Votre soif est pervertie. Vos désirs sont pervertis. C’est un jour de perversion!

  63. Je parlais ici, sur l’Eden de satan, il n’y a pas si longtemps. Dieu a mis six mille ans pour faire un jardin d’Eden parfait. Satan est venu, a vaporisé sur les semences et les a déformées. Maintenant, après six mille ans il a son propre Eden scientifique par la perversion de ce qui était juste.

  64. Et c’est l’âge de l’hybridation, hybridation! Ils ont même touché les églises, à un point tel qu’elles sont hybrides aujourd’hui. C’est vrai. Ils y sont arrivés, ils vont à l’église… C’est une loge plutôt qu’une église. Une église est une place où les gens se rassemblent pour adorer Dieu en Esprit et en Vérité. Et aujourd’hui, c’est une loge. Nous allons là-bas et passons un moment à serrer les mains et à être en communion autour d’un café noir à l’arrière du bâtiment. Ensuite, nous retournons à la maison jusqu’à la semaine suivante et nous avons fait notre devoir religieux.

  65. Maintenant, c’est un âge perverti. Et satan pervertit ces soifs que Dieu avait mises en vous pour qu’Il y réponde. Satan les pervertit. Maintenant, si vous voulez connaître la véritable perversion…

  66. Vous, les femmes, si vous voulez être belles, prenez 1 Timothée 2.9: “De même aussi, que les femmes se parent d’un costume décent, avec pudeur et modestie, et non pas de tresse et d’or ou de perles ou d’habillement somptueux, mais de bonnes oeuvres, ce qui sied à des femmes qui font profession de servir Dieu…” sont assujetties à leur mari et ainsi de suite. C’est ainsi que vous devriez vous parer dans la vie que vous menez.

  67. Il pervertit la véritable nature de Dieu et la véritable soif de Dieu, du corps et de l’âme, par le désir du péché. Le péché est une perversion! Maintenant, nous voyons aujourd’hui la manière dont ils ont pris cette perversion. Une personne aujourd’hui, au lieu d’avoir la soif de Dieu, a la soif d’être belle et de toutes ces autres soifs, parce qu’elle se satisfait en buvant de cette eau-là. La soif de la joie; chacun veut avoir de la joie; la soif de la communion; toutes ces grandes soifs que Dieu a mises en nous afin que nous puissions avoir soif de Lui. Dieu vous a fait avoir soif de Lui et nous essayons de satisfaire cette soif par une perversion de la vraie soif. Voyez comment cela se passe dans le monde naturel! Regardez comment cela se passe dans le monde spirituel! Nous pensons qu’en joignant une église, cela règle le problème et que c’est tout ce que nous avons à faire. Eh bien non! C’est absolument faux.

  68. Dieu veut que nous ayons soif de Lui! “Comme la biche soupire après les courants d’eau, mon âme soupire après toi, ô Dieu”. Vous voyez?

  69. Maintenant, si quelqu’un vient à côté de cette biche qui soupire après les courants d’eau et lui dit: «Eh, je vais te dire ce que tu pourrais faire. Je connais un trou plein de boue par là». Eh bien, la biche ne voudra pas de cela car elle sait que cela ne lui fera pas du bien.

  70. Et il n’y a rien qui ne puisse satisfaire cette soif qui est dans l’être humain jusqu’à ce que Dieu entre en lui. Il doit L’avoir ou mourir. Et personne n’a le droit d’essayer de taire cette soif ou de satisfaire cette sainte soif qui est en lui par les choses du monde. Certainement pas. C’est impie de faire cela. Et si vous avez soif de Dieu, ne serrez pas la main du prédicateur et n’inscrivez pas votre nom dans leur registre. Si vous avez soif de Dieu, il n’y a qu’une seule possibilité pour la satisfaire. C’est de rencontrer Dieu. Si vous avez soif de Dieu, le seul chemin, c’est de Le rencontrer. Faites cela.

  71. Et alors là, il y a aussi un grand danger, si vous ne regardez pas ce que vous faites à ce moment-là. Si vous avez soif de Dieu, soyez certain que c’est Dieu que vous trouverez. Soyez certain que c’est votre soif qui est satisfaite. Mais si satan a réussi à vous pervertir, et il le fait s’il le peut, il essaiera simplement de satisfaire vos appétits naturels.

  72. Qu’est-ce qui rend soûl un homme qui sort? C’est parce qu’il est en souci et qu’il est déchiré intérieurement. Il y a quelque chose qui manque en lui.

  73. Je suis allé à la clinique Mayo il n’y a pas si longtemps. J’étais là-bas pour un interview. Et nous avons parlé de la boisson et je leur ai dit que mon père buvait. Le docteur a dit: «Qu’est ce qui le faisait boire?». J’ai répondu: «Je ne sais pas».

  74. Il a dit: «Est-ce que c’est parce qu’il y avait quelque chose qu’il n’arrivait pas à satisfaire et qu’il pensait qu’en buvant cela libérerait son esprit?».

  75. Je l’ai compris à ce moment-là. Vous voyez! La seule chose qui pouvait satisfaire cette soif, c’était vraiment Dieu. Dieu Lui-même est la seule chose qui puisse satisfaire cette soif humaine. Accepter Dieu.

  76. Maintenant, comme je l’ai dit, satan prend les choses pour les pervertir. Alors, si vous êtes… Si vous ne voulez pas donner à cette soif sa juste place dans votre vie et si vous ne voulez pas avoir soif de ces choses que Dieu a prévues pour stopper cette soif, pour l’étancher, alors satan vous conduira vers une de ces fosses sceptiques stagnantes de ce monde. Vous devez l’obtenir quelque part. Si vous ne trouviez pas de nourriture, est-ce que vous mangeriez des détritus? Mais si vous ne trouviez pas d’eau, vous accepteriez de boire à n’importe quelle mare parce que vous êtes en train de périr.

  77. Mais il n’y a aucune raison pour cela lorsque vous avez soif de Dieu parce que Dieu est le Dieu vivant, pas un quelque chose historique. “Mon âme soupire après Toi, le Dieu vivant”. Quelqu’un qui donne des eaux de vie, Quelque chose qui satisfait.

  78. Il y a une autre chose naturelle, c’est la soif naturelle, c’est la soif de notre âme. Vous pourriez dire: «Frère Branham, est-ce que la soif de l’âme est naturelle?». Oui, c’est naturel pour une âme d’avoir soif. Et c’est Dieu qui vous a fait de cette manière afin que vous ayez soif de Lui. Il veut que vous ayez soif de Lui. Maintenant, Dieu vous fait comme cela. Il n’avait pas besoin de vous faire comme cela, mais Il l’a fait. Et s’Il ne vous avait pas fait comme cela, pour avoir cette soif, vous auriez une excuse à la barre du jugement! Vous auriez pu dire: «Je n’ai jamais eu soif de Dieu». Mais il n’y a aucune excuse pour que vous le fassiez! Vous essayez cependant de répondre à cette soif avec votre femme, avec votre voiture, avec n’importe quoi. Vous pouviez aller à l’église pour essayer de la satisfaire. Et je n’ai rien contre le fait que vous alliez à l’église, mais ce n’est pas par cela que vous allez satisfaire cette soif. C’est en trouvant Dieu, le Dieu vivant, le Dieu du ciel dans votre âme qui satisfait cette soif et cette attente que vous avez maintenant.

  79. Car Il vous a fait ainsi afin que vous puissiez avoir soif de Lui, de la communion avec Lui. Maintenant, il y a une véritable soif pour la communion. Nous aimons nous rencontrer. Nous faisons cela ce soir. Nous nous réunissons ici ce soir parce que nous voulons avoir communion les uns avec les autres. Pourquoi faisons-nous cela? Parce qu’il y a quelque chose en nous qui veut que nous nous rencontrions. C’est simplement naturel. Et maintenant ici, nous sommes sur un lieu commun parce que nous avons tous soif de Dieu. Vous voyez? Et ensuite, nous nous rencontrons ici conventionnellement sur cette base mutuelle de la communion. Ici, ce soir dans cette église, nous pouvons avoir bien des vues dénominationnelles différentes et ainsi de suite, mais lorsqu’on en vient à cette soif, nous nous retrouvons sur un terrain commun, un seul terrain: nous avons tous soif. Quelques-uns peuvent croire à l’aspersion, d’autres dans le baptême ou d’autres encore à l’arrosage et ainsi de suite. Mais lorsqu’on en vient à la soif de Dieu, nous sommes en terrain commun. Et Dieu nous a fait ainsi afin que nous éprouvions cela, avoir soif de Lui et rechercher Sa communion. Je ne connais rien…

  80. Je me rappelle que lorsque j’étais un petit garçon, j’ai été élevé dans une famille très pauvre. Et je me rappelle que bien des fois, je voulais sortir avec des copains. Je ne pouvais pas m’habiller décemment comme eux pour aller dans cet endroit. Mais il y avait quelque chose que j’aimais à propos des gens. J’aimais être avec les gens. Mais j’étais plus ou moins ce que nous appelons un mouton noir. Et quand j’ai été sauvé, j’ai trouvé ce Quelque chose dont mon intérieur avait soif: un Ami. Quelqu’un qui serait un ami pour moi, Quelqu’un à qui je pourrais faire confiance. Quelqu’un avec qui vous pouvez vous arrêter et parler de vos difficultés. J’ai trouvé cette réelle, véritable satisfaction lorsque j’ai rencontré Jésus-Christ, ce réel et véritable «Tout Suffisant» qui enlève tout, qui étanche toutes les soifs et qui vous donne quelque chose dont il semble que rien d’autre ne puisse prendre Sa place.

  81. Et maintenant, de quelle façon satan essaie-t-il de pervertir cette satisfaction de l’âme? Il essaie de tout vous donner pour la satisfaire. Et il est tellement trompeur en ces jours de perversion! C’est un monde perverti. C’est une race pervertie. C’est un peuple perverti. Tout est perverti et il a tout perverti graduellement jusqu’à ce que cela devienne l’âge le plus trompeur depuis que l’homme existe. C’est plus trompeur que cela n’a jamais été.

  82. Maintenant, vous ne pouvez simplement pas imaginer combien la nation, les américains et même nos propres frères ont été trompés.

  83. J’en ai parlé il y a quelques temps. Il y a quelques semaines, j’étais dans les bois, et j’ai trouvé un paquet de cigarettes par terre. On pouvait y lire: «Le filtre d’un homme qui pense». J’ai continué un peu à travers bois et je suis revenu sur mes pas, ayant sans cesse dans mes pensées: «Le filtre d’un homme qui pense et le goût de l’homme qui fume».

  84. Eh bien, il y a deux ans, j’étais à une «Foire mondiale». Je me rappelle qu’ils avaient Yul Brinner et tous les autres là-bas quand ils faisaient des manifestations contre la cigarette. Il ont pris cette «fumée» dans le filtre et l’ont mise sur une pièce de marbre. Ils ont pris un coton-tige pour racler la nicotine. Ils l’ont étalée sur le dos d’un rat. En sept jours, il avait développé un tel cancer qu’il ne pouvait plus se lever sur ses pattes. Vous voyez, d’une seule cigarette. Et ils ont montré ce que cela faisait lorsque cela venait sur un poumon humain. Quelques-uns disent: «Je n’avale pas la fumée, je la garde juste dans ma bouche». Ils ont montré comment cela se mélangeait à la salive et descendait tout de même dans la gorge. Vous voyez?

  85. Et alors, cet homme a dit: «Vous entendez bien des discussions au sujet des filtres». Il a dit: «Maintenant, si vous avez un désir, il y a un désir, il y a une soif, vous voyez». Un désir de fumer une cigarette. Une cigarette sans filtre peut satisfaire ce désir pour l’instant présent. Mais si vous avez un filtre, il vous faut quatre cigarettes pour le satisfaire, parce que vous ne recevez à peu près que le quart de la fumée».

  86. Et il a dit: «Le goût d’un homme qui fume». Vous ne pouvez avoir la fumée sans avoir le goudron. Et lorsque vous avez le goudron, vous attrapez le cancer. Aussi, vous voyez, il s’agit juste d’une astuce. Et je pense à une multinationale du tabac qui est dans cette nation, qui vit de cette nation et qui, avec une astuce comme cela, trompe véritablement les citoyens américains: les trompe! Le filtre d’un homme qui pense, juste une astuce pour vendre plus de cigarettes.

  87. Alors, j’ai pensé à cette chose: «Le filtre d’un homme qui pense». J’ai pensé: «C’est une bonne idée». Ainsi s’il existe un filtre pour un homme qui pense, c’est cette Bible. Un homme qui pense prendra ce Filtre. Cela produit le goût véritable.

  88. Maintenant, vous ne pouvez pas mettre le péché dans les pages de cette Bible. Non, cela l’arrête, Elle le jette dehors. Vous pouvez aller à l’église et prendre n’importe quoi, mais vous ne pouvez pas passer au travers de cette Bible et avoir le péché. Cela ne marchera pas. Cela filtre tout le péché et Elle donne à l’homme le goût de la sainteté. Parce que si l’homme a la pensée de vouloir être saint, être comme Dieu et être un fils ou une fille de Dieu, alors, il veut la bonne sorte de filtre. Alors Dieu arrête tous les péchés de ce côté-ci de la Bible et Il peut seulement apporter le Saint-Esprit au travers de la Bible qu’Il a écrite. C’est le goût d’un homme saint que d’avoir ce filtre d’un homme qui pense.

  89. Aujourd’hui, nous voyons comme cela est trompeur. Dans Matthieu 24.24, Jésus a dit: “Dans les derniers jours, les deux esprits seront si proches qu’il séduirait même les élus si cela était possible”. Si proches! Quelle tromperie nous avons aujourd’hui, entre le vrai et le faux!

  90. Même dans notre gouvernement, dans notre politique, il n’y a même pas un politicien sur lequel nous pourrions compter, qui se batte pour ce qu’il pense être juste. Où sont nos Patrick Henry, Georges Washington et Abraham Lincoln d’aujourd’hui? Exactement comme notre président a dit là-bas: «Le chemin, si c’est le communisme, ils peuvent l’avoir, si le peuple veut». Est-ce là un homme qui parle de ses convictions? Un homme qui est un homme tient bon sur un principe, tiendra bon sur ce qu’est le principe… Ils veulent prendre le chemin de la moindre résistance possible.

  91. Et c’est de cette manière que les gens ont ce qu’ils veulent à l’église. Ils veulent se joindre à une église et ils disent: «Oh! Eh bien, ça y est. J’ai rejoint l’église maintenant». Vous essayez de satisfaire cette glorieuse sainte soif que Dieu a mise en vous, cette tour de contrôle qui essaie de vous tourner vers la chose juste et vous essayez de la satisfaire en rejoignant une église, en récitant un credo ou quelque chose comme cela. Alors qu’il n’y a rien d’autre que la Présence même et la plénitude de Dieu Lui-même dans votre vie qui puisse satisfaire cela.

  92. Cette soif ne sera jamais satisfaite avec un credo. Vous ne réussirez jamais à faire passer un credo au travers de cette Bible. Non, il n’y a même pas le soit-disant credo des apôtres qui puisse passer au-travers. Montrez-moi dans la Bible où ce credo dit: «Je crois à la sainte église catholique romaine, je crois à la communion des saints…». Vous ne réussirez jamais à faire accepter ce credo par la Bible.

    Au contraire, la Bible dit: “Il y a un seul médiateur entre Dieu et les hommes et c’est l’homme Jésus-Christ”.

  93. Vous ne réussirez jamais à faire accepter par la Parole de Dieu, ces danses et ces pantalons courts et ces choses que font les gens d’aujourd’hui; ces twists et ces watusis et ainsi de suite. Vous ne ferez jamais accepter par la Bible ces tendances modernes de la civilisation. Elle est contre cela. Vous voyez! Et vous essayez de satisfaire cette soif, mais vous voyez, elle… Cette Bible satisfera seulement un homme droit ou une femme droite… Cet Esprit-Saint dont ils se moquent en disant: «Vous êtes devenus fous». Mais cela satisfait ce désir ardent, ce quelque chose dont le monde ignore tout. Ils ont perverti eux-mêmes ce qu’ils ont reçu du véritable Baptême du Saint-Esprit et de la Parole de Dieu, en quoi? En des fosses sceptiques, des églises: dogmes, credo, différences dénominationnelles et ainsi de suite. Je dis: «Vous, un chrétien?».

  94. «Je suis méthodiste. Je suis baptiste. Je suis presbytérien». Cela ne signifie rien aux yeux de Dieu. Rien. Vous ne pouvez pas faire accepter ces choses par la Bible ici. Et vous essayez de satisfaire cette sainte soif que Dieu vous a donnée pour avoir soif de Lui. Est-ce que cela est vrai? [L’assemblée répond: «Amen.» — N.d.R.].

  95. Vous savez que David a dit ici: “… du Dieu vivant”. Maintenant, “Au début était la Parole et la Parole était auprès de Dieu; et la Parole était Dieu… Et la Parole devint chair et Elle habita au milieu de nous”. Ainsi, il ne peut pas y avoir de satisfaction jusqu’à ce que cette Parole, qui est Dieu, devienne vivante en vous. Alors, vous voyez Dieu Lui-même accomplissant les promesses qu’Il a faites dans la Bible.

  96. Maintenant, nous avons différents interprètes de la Bible. Une église l’interprète de cette manière, une autre d’une autre manière et une autre encore d’une autre manière. Quelques-unes ne prennent qu’une petite partie d’Elle; quelques-unes prennent ici et là une partie d’Elle. Mais Dieu est Son Propre interprète. Lorsqu’Il fait une promesse et qu’Il l’accomplit, c’est Son interprétation de la chose.

  97. Si je vous avais promis que je serais ici ce soir, et que me voici; c’est l’accomplissement de ma promesse. Si je vous dis que je vous rencontrerai le matin et que j’y sois, c’est ma promesse. Il n’y a aucune raison de chercher d’autres excuses, je dois y être.

  98. Et lorsque Dieu fait une promesse et qu’ensuite Il vient et accomplit cette promesse, c’est l’interprétation de la promesse. Et je défie chacun de prendre Dieu au mot selon Sa Parole et de regarder dans la Bible si chaque mot n’est pas la vérité. C’est pourquoi cette soif est là-dedans. C’est vrai.

  99. Vous dites: «Si j’avais vécu aux temps de Jésus, j’aurais fait ceci ou cela».

  100. Eh bien quoi? Vous vivez dans Ses jours. Que faisons-nous à ce sujet? Que faisons-nous? Vous dites «Eh bien?». Que faites-vous? Peut-être ce qu’ont fait les pharisiens. Ils appartenaient à l’église et ont renié Jésus-Christ.

  101. Aujourd’hui, nous disons toujours que les gens essaient de comparer: «Nous comparons. Nous devons comparer la Bible, page par page. Ecriture par Ecriture». Ce n’est pas la Vérité. Non, ce n’est pas la Vérité. «Ce mot grec signifie ceci, et ceci signifie cela». Même lors du concile de Nicée, les grecs et leurs écrivains avaient déjà en ce temps-là, différentes interprétations. L’un croyait de cette manière: «Ce mot grec littéraire signifie ceci et l’autre disait que ce mot signifiait cela. Et ils ont polémiqué à Son sujet». Nous n’avons pas besoin de l’interprétation du grec littéraire ou du grec courant.

  102. «Le connaître Lui, c’est la Vie», la Personne, Christ Lui-même! Pas de comparaison. C’est une révélation sur laquelle Dieu a bâti Son église. Et si nous ne bâtissons pas sur la même église… La Bible a dit: “Abel, par la foi…”. Et la foi est une révélation divine. Vous voyez, la foi est une révélation divine. C’est vrai. Toute cette chose est bâtie sur la révélation, et seulement si cela vous est révélé! Jésus a dit: “Je te remercie, Père de ce que tu as caché ces choses aux sages de ce monde et que tu les a révélées aux enfants, à ceux qui veulent apprendre”. Nous voyons maintenant que toute chose se fonde sur cela: vous devez connaître la Personne!

  103. Et vous ne pouvez pas satisfaire à cela en joignant une église. Vous devez trouver la Personne, Dieu Lui-même, Lequel est la Parole et l’interprétation de Lui-même aujourd’hui au travers des promesses qu’Il a faites pour ce jour. Le peuple qu’Il aura en ce jour: “Une église sans tâches ni rides”, ne signifie pas une dénomination; cela signifie des personnes, des individus sans tâches ni rides. “De deux dans un lit, Je prendrai l’un et laisserai l’autre; de deux dans un champ, Je prendrai l’un et laisserai l’autre”. Mais quand vous aurez cette soif sainte d’être comme Lui et que vous voyez ensuite que Sa Parole est en vous, Dieu confirme Lui-même que vous êtes un serviteur de Dieu… Qu’importe ce que Dieu dit, conformez-vous simplement à cela et alors vous venez au travers du bon processus qui vous permettra de satisfaire cette soif sainte qui est en vous.

  104. Oh, bien entendu les gens se moqueront de vous et diront: «Vous avez perdu l’esprit, vous êtes devenus fous». Mais rappelez-vous d’où et ce qu’ils boivent. Vous voyez. Regardez où ils en sont. Pouvez-vous imaginer un grand puits artésien qui fait jaillir de l’eau pure et quelqu’un, dans un de ces trous, là en bas avec des têtards morts et des credo et toutes ces choses qui sont là-dedans, qui boit cela et qui regarde en haut vers vous pour se moquer de vous? Oh, pourquoi? Parce qu’il ne sait pas, il ne connaît pas de quels Torrents d’eaux vives qui étanchent la soif vous vivez. C’est l’exacte vérité.

  105. Nous avons un Dieu vivant. Pas un qui est mort il y a mille neuf cents ans et qui est resté dans le tombeau, mais Un qui est ressuscité. Hébreux 13.8 dit: “Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement”. Le même Saint-Esprit qui est tombé le jour de la Pentecôte est le même Saint-Esprit qui oeuvre ici maintenant. Il est la Portion qui satisfait parce qu’Il est la Parole. C’est vrai. Le Saint-Esprit a écrit la Parole. Il interprète la Parole. La Bible dit dans 2 Pierre, que le Saint-Esprit a écrit la Bible: “… autrefois, des hommes poussés par le Saint-Esprit ont écrit la Bible”.

  106. Maintenant, vous ne pouvez pas le faire si vous ne satisfaites pas cette sainte soif à moins que Dieu Lui-même, dans la Personne du Saint-Esprit ne vive en vous. L’éducation, la culture… rejoindre des églises, réciter des credo, aller quelque part pour être en communion; toutes ces choses sont très bonnes, mais elles ne parviendront en aucune manière à stopper, à faire taire cette sainte soif.

  107. J’écoutais l’autre soir Billy Graham, le grand évangéliste. Et je vous le dis, je prie plus maintenant pour lui que je ne l’ai jamais fait. Je vois réellement comment il leur tape sur les doigts à cause de ce qu’ils font. Il a dit: «Cette bande d’ecclésiastiques, avec leurs cols retournés!». Ils vont où ils n’ont rien à y faire et mettent leur nez dans les affaires des autres, pour fouiner. Alors que les autres descendent là-bas, [Frère Branham bat des mains — N.d.R.], battant des mains et tapant du pied. Eh bien, ils paraissaient comme des danseurs impies. Maintenant, vous voyez, ils avaient quelque chose dans lequel ils croyaient. Ils avaient quelque chose qui excitait leur âme. Ils avaient quelque chose qui les excitaient. Une femme est allée là-bas et s’est mêlée de choses qui ne la regardait pas: ils ont pensé qu’elle était un martyr alors qu’elle n’avait rien à y faire. Maintenant, nous découvrons que ces hommes [Frère Branham bat des mains — N.d.R.] avaient une raison pour laquelle ils battaient des mains. Ils étaient heureux. Ils faisaient quelque chose.

  108. Eh bien, si vous considérez cela comme un principe, et qu’ensuite vous veniez à l’église, que vous battiez des mains et tapiez du pied, les diacres vous conduiront immédiatement à la porte. Vous voyez, ils ont conduit leurs gens vers une sale fosse sceptique, faite de credo et de dénomination, au lieu de les nourrir avec la sainte Parole de Dieu bénie qui est donnée par la Puissance de la Résurrection de Jésus-Christ.

  109. Vous voyez, ils essaient d’étancher leur soif en disant: «Je suis un docteur en ceci ou cela» ou: «je sors de tel séminaire, de telle école». Mais cela ne signifie rien du tout. Rien du tout. Vous voyez, ils essaient de se satisfaire en disant: «Maintenant, Dieu va me reconnaître parce que je suis Son pasteur. Dieu va me reconnaître parce que je suis un Saint Père ou je suis un Evêque ou quelque chose comme cela et ainsi de suite». Ils essaient de satisfaire leur soif dans ces choses-là, alors que vous ne pouvez pas le faire. «J’ai une licence, j’ai un doctorat, j’ai une licence en histoire de l’art, j’ai un ceci…». C’est bien, mais pour moi, cela signifie que vous êtes encore plus loin de Dieu. C’est vrai. Encore plus loin de Dieu, toujours plus loin!

  110. Vous ne pouvez connaître Dieu, seulement que par une expérience. Vous ne pouvez pas faire pénétrer cela en vous par l’éducation. Cela naît en vous! C’est quelque chose que Dieu vous donne. L’éducation n’a rien à voir avec Cela. L’un des plus grands personnages de la Bible ne pouvait même pas signer son nom, saint Pierre. C’est la vérité. La Bible dit que lui et Jean étaient tous deux “ignorants et sans instruction”. Mais cela a plu à Jésus de donner à Pierre les clés du Royaume parce qu’il avait soif de Dieu. Avoir soif de Dieu, de Sa communion. Certainement. Oh, mes amis!

  111. Je pense à Esaïe, ce jeune homme. Oh, un bon jeune homme, et un jour, il était là-bas, dans le temple…

  112. Esaïe tourna son regard vers le grand roi en pensant qu’il était l’un des plus grands hommes, et c’est ce qu’il était. Il avait été élevé par de bons parents, un bon père et une bonne mère et lorsqu’il est parti, il faisait des choses justes vis-à-vis de Dieu et sa politique était équitable. Et Esaïe regardait à lui et pensait que c’était un grand homme et le prenait comme exemple. Mais ne prenez jamais un homme pour exemple, sauf l’Homme Jésus-Christ. Tous les hommes faillissent. Après un temps, il est arrivé à un stade où il a essayé de prendre la place du sacrificateur, il est entré dans le temple et il a été frappé de lèpre.

  113. Alors, Esaïe fut plein de soucis. Aussi, il descendit au temple et commença à prier. Il avait pensé qu’il descendrait pour prier un moment. Et maintenant regardez, cet homme était un prophète. Mais là-bas, dans le temple, il était un jeune homme et il implorait Dieu. Un jour, il fut frappé par une vision. Et lorsqu’il l’a reçue, il vit les Anges, les chérubins, avec leurs faces et leurs pieds couverts de leurs ailes et ils volaient avec deux ailes. Et ils allaient et venaient, de haut en bas, au travers du temple criant “Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu Tout-Puissant”.

  114. Et Esaïe avait cette grande soif. Il était peut-être allé à l’école. Il avait reçu probablement une bonne éducation. Il avait une merveilleuse conception de ce que Dieu devait être. Il avait entendu parler des prêtres. Il était allé dans le temple. Il avait été élevé pour être un croyant. Mais voyez-vous, il n’avait jamais été face à face avec la Parole auparavant. Il avait juste un désir, celui de faire juste. Il voulait être juste, mais il avait seulement le côté «éducationnel». Il avait le côté théologique de la Parole.

  115. Mais lorsqu’il est arrivé dans le temple ce jour-là, et qu’il a vu ces chérubins qui battaient des ailes et qui allaient et venaient, il a réalisé que ces Anges avaient un sacerdoce vis-à-vis de Dieu; et ces Anges qui ne savaient même pas ce qu’était le péché, devaient couvrir leur sainte face lorsqu’ils se tenaient en la Présence de Dieu. Alors, le prophète a crié: “Malheur à moi car je suis un homme aux lèvres impures. Toute ma théologie et toutes ces choses que j’ai apprises, toute cette merveilleuse conception que j’avais de Dieu, je suis face à face avec cela maintenant”. Il a dit: “Je suis un homme aux lèvres impures et je vis parmi un peuple aux lèvres impures”. Tous leurs enseignements de la loi et les choses qu’ils avaient faites ne lui avaient jamais fait atteindre cette place. Voici, il se tenait maintenant, en Présence de Dieu. Et il avait vu Dieu de ses propres yeux ainsi que Sa trace de feu lorsqu’Il était assis dans les Hauteurs, dans les Cieux. Et là, il était face à face avec la réalité. Et il a crié: “Je suis un hommes aux lèvres impures et je vis parmi un peuple aux lèvres impures”.

  116. Et alors, le chérubin a pris avec les pinces un charbon de Feu de l’autel et a touché ses lèvres impures et d’un lâche ou d’un homme éduqué, d’un docteur, il a été changé en un prophète au travers duquel la Parole de Dieu pouvait être prononcée. Certainement que lorsqu’il était dans la Présence de Dieu, c’était quelque chose de différent. Cette soif qu’il avait eue avait atteint cette place et il a été rempli d’Elle.

  117. Et laissez-moi vous dire, ami, je n’attache aucune importance au nombre d’églises que vous avez jointes, au nombre de noms qui y figurent, dans quel chemin vous allez, si vous avez été aspergés, baptisés ou à la personne que vous êtes. La seule chose qui va réellement vous satisfaire c’est que vous rencontriez cette Personne Jésus-Christ.

  118. L’émotion ne va pas le faire; vous pouvez sauter et crier aussi longtemps que vous voulez ou encore vous rouler par terre. Vous pouvez bien parler en langues aussi longtemps que vous voulez. Ces choses sont saintes et bonnes. Je ne dis rien contre cela, mais jusqu’à ce que vous rencontriez cette Personne, cette Portion qui satisfait, ce Quelque chose qui prend chaque fibre dans votre corps… Pas par émotion, mais par satisfaction!

  119. J’avais l’habitude de voir un petit slogan qui disait: «Si vous avez soif, dites Parfay». Quand j’étais un petit garçon, il existait une boisson qui s’appelait Parfay. Je me rappelle, descendant la route, en revenant de la pêche où j’étais allé, une gouille aux eaux stagnantes. Je mourais de soif et j’avais vu ce slogan: «Si vous avez soif, dites seulement Parfay». Alors, j’ai commencé à dire: «Parfay, Parfay». Et j’avais de plus en plus soif, toujours plus soif. Vous voyez, j’avais tellement soif après un moment que je ne pouvais même plus cracher.

  120. Eh bien, vous voyez, cela ne marche pas. Il n’y a rien qui puisse la satisfaire. Je m’en fiche, vous pouvez boire du coca, vous pouvez boire n’importe quoi qui vous fasse plaisir, eaux sucrées artificiellement et ainsi de suite, il n’y a rien qui satisfait cette soif aussi bien qu’un bon courant d’eau fraîche. Cela va étancher cette soif. Toutes les autres choses sont des substituts.

  121. Et pourquoi voudriez-vous prendre un substitut alors qu’il y a un véritable baptême du Saint-Esprit qui satisfait chaque fibre et le désir ardent qui existe dans chaque âme humaine? Alors, vous pouvez vous tenir droit face à la mort et dire comme le grand Apôtre Paul: “O mort, où est ton aiguillon? O tombe, où est ta victoire? Mais que les remerciements soient à Dieu Qui nous donne la victoire à travers Notre Seigneur Jésus-Christ!”. Cela, frères, c’est l’expérience qui satisfait cette sainte soif qui est en vous. Cela la satisfait. Vous n’avez rien d’autre à faire. Oui, Elle nettoie les lèvres.

  122. Et il y a aussi des gens qui vivent sur l’émotion… Quelques-uns disent: «Eh bien, nous avons un tas de cela dans notre mouvement pentecôtiste». Et ils y vont, ce qui est bien, ils se serrent les mains, [Frère Branham frappe ses mains — N.d.R.] et ils jouent de la musique. La musique s’arrête. C’est comme une douche froide sur toutes choses. Tout s’arrête. Vous voyez. Maintenant, nous faisons cela, c’est juste devenu une de nos habitudes.

  123. Laissez-moi vous dire quelque chose. Lorsque vous adorez Dieu, en Esprit et en Vérité, si cela devient une habitude pour vous de le faire, parce que vous pensez que vous devez le faire; parce que vous pensez que si vous ne criez pas ou que vous ne sautez pas ou que vous ne dansez pas avec la musique, votre voisin pense que vous rétrogradez; vous buvez d’une eau stagnante. C’est la vérité!

  124. Jusqu’à ce que Cela remplisse chaque fibre, jusqu’à ce que le Saint-Esprit Lui-même bouillonne en vous; cela n’a aucune importance que la musique soit jouée, qu’ils jouent «Plus près de Toi mon Dieu», ou n’importe quoi. Le Saint-Esprit qui sonne encore les cloches de la gloire dans votre coeur; c’est ce qui satisfait. C’est la Portion de Dieu qui satisfait. Rien de moins que cela, autrement, vous êtes «cuits».

  125. Vous pourriez parler en langues comme les hommes et les anges, vous pourriez donner tous vos biens pour nourrir les pauvres, vous pourriez prophétiser, et vous pourriez avoir la connaissance, comprendre tous les mystères et toutes ces choses et quand même ne rien recevoir (1 Corinthiens 13) jusqu’à ce que vous receviez ce Quelque chose qui satisfait, Qui peut Lui seul étancher cette soif.

  126. “Mon âme a soif du Dieu vivant, comme le cerf qui soupire après les courants d’eau. Je périrai à moins que je ne les trouve”. Lorsque vous avez une telle faim de Dieu, quelque chose va prendre place. Le Saint-Esprit va vous conduire vers ces grandes fontaines de Dieu. Certainement.

  127. Maintenant, c’est une bonne chose que d’adorer en Esprit. C’est vrai. Mais parfois, vous avez l’Esprit sans la Vérité. Saint Jean 4 dit: “Nous adorons Dieu en Esprit et en Vérité”, et Jésus est la Vérité. C’est exactement vrai. Il est la Parole.

  128. Satan a pollué chaque courant d’eau que Dieu envoie pour vous satisfaire, dans le «naturel». Il a mis sa drogue empoisonnée dans chacun d’entre eux où il a pu entrer. C’est vrai. Il a pris possession de ce grand courant de l’église.

  129. Jésus a dit: “… Sur ce roc, je bâtirai mon église et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle”. Cela, c’était la manière de faire de Dieu.

  130. Maintenant, il y a différentes argumentations à ce propos. Les romains, les catholiques romains disent: «Il l’a bâtie sur Pierre». Vous voyez? Et si cela était vrai, comment Pierre aurait-il pu rétrograder dans la honte. Aussi, certainement, elle n’a pas été bâtie sur Pierre. Petra signifie «petite pierre». Les protestants disent: «Il l’a bâtie sur Lui-même, Jésus-Christ». Ce n’est pas pour être différent, mais je ne suis pas d’accord avec eux. Il ne l’a jamais bâtie sur l’un ou sur l’autre.

  131. Il l’a bâtie sur la révélation de Qui Il était. Il a dit: “Béni sois-tu Simon, fils de Jonas, ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est Mon Père qui est dans les Cieux qui te l’a révélé”. Pas par la connaissance! Vous ne l’avez pas appris par les livres. Vous ne l’avez pas appris en joignant une église. Vous ne l’avez pas appris dans les boutiques. Vous ne l’avez pas appris ainsi! Mais le Saint-Esprit Lui-même vous a amené à la Personne de Jésus-Christ. Alors “sur ce Roc, je bâtirai mon église et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle”. Cette sainte soif a été satisfaite dans la Personne de Jésus-Christ. Nous y voilà. C’est la chose que nous voulons chercher afin de satisfaire avec cela cette soif. D’accord? Nous estimons que nous devons le faire.

  132. La connaissance? Oh, mes amis, la connaissance, c’est une grande chose qui nous remplit. Et aujourd’hui, nous en sommes remplis. Mais vous savez, la connaissance… comme je le disais l’autre jour, lorsque je parlais à propos de la connaissance, il y avait un homme qui se tenait dehors et qui parlait à l’un de mes amis et qui disait: «Si un homme ne croit pas dans l’éducation, alors, pourquoi lit-il la Bible?».

  133. J’ai pensé: «Eh bien, ils n’ont pas compris ce que le Seigneur Jésus disait, comment vont-ils laisser un idiot comme moi dire ce que je dis?». Ils ne pouvaient même pas Le comprendre, aussi clair qu’Il fut!

  134. Il a dit là-bas un jour: “A moins que vous ne mangiez la Chair et que vous ne buviez le Sang du Fils de l’homme, vous n’avez pas la Vie en vous”. Il ne L’a pas expliqué. Il a passé Son chemin. C’est vrai. Vous voyez?

  135. Eh bien, ils ont dit: “Cet homme est un cannibale. Il veut que nous mangions Son corps et que nous buvions Son sang. C’est un vampire. Vous voyez. Il veut que nous devenions des vampires”. Vous voyez ces intellectuels!

  136. Mais Il a dit: “Mes brebis entendent Ma Voix”. “Elle sera entendue de Mes Elus”. Dieu les a élus par prescience. “Et ceux que le Père… Personne ne peut venir à Moi, si ce n’est le Père qui l’attire. Et tous ceux que le Père m’a donnés viendront et La comprendront”.

  137. Ses disciples ne pouvaient pas La comprendre, mais ils La croyaient. Vous voyez, c’est vrai si vous La croyez! Il y a beaucoup de choses que je ne peux pas comprendre. Je La crois, de toute façon, parce que Dieu a dit que c’était ainsi.

  138. Le savoir, vous savez que l’évangile de satan, c’est le savoir. Saviez-vous cela? Il l’a prêché à Eve dans le jardin d’Eden et elle a été trompée par son évangile du savoir. Maintenant, il a pollué toute la race humaine avec cela. C’est l’exacte vérité. Ils ont pris les programmes éducationnels et les ont mis dans l’église. Cela passe bien là-dehors, mais pas dans la Parole de Dieu. Certainement pas. Vous ne connaissez pas Dieu au moyen de l’éducation. Vous ne connaissez pas Dieu en apprenant comment faire les mathématiques ou comment prononcer de grands mots.

  139. Paul était un homme intelligent. Mais lorsqu’il vint à Christ et qu’il reçut le Saint-Esprit, il est allé chez les Corinthiens et a dit: “Et moi-même, quand je suis allé auprès de vous, frères, je ne suis pas allé avec excellence de parole ou de sagesse humaine”, alors qu’il aurait bien pu le faire. Il a dit: “… et ma parole et ma prédication n’ont pas été en paroles persuasives de sagesse, mais en démonstration de l’Esprit et de puissance, afin que votre foi ne repose pas sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu”.

  140. Maintenant, ils font parfois des programmes pour les églises; ils font des appels pour leurs pasteurs. Les membres d’église vont voter pour leur pasteur. Ils disent: «Eh bien, ce pasteur, il a deux licences du collège. Il a étudié la psychologie pendant quatre ans. L’autre a fait ceci et cela». Et ils votent pour cette sorte d’homme. Pourquoi? Au lieu de choisir un pasteur qui croit en la Parole de Dieu, étant inspiré par Dieu et qui prêche la Parole sans tenir compte de ce que les gens ressentent à son sujet.

  141. Dieu, vous savez, a donné l’ordre à Ezéchiel: “Prêche la Parole, qu’ils La croient ou non. Tu La prêcheras de toute façon”. Vous voyez, exactement. Qu’ils L’acceptent ou non, c’est du pareil au même. Ils n’ont pas accepté Jésus mais Il a continué à La prêcher de la même manière.

  142. Au lieu d’un véritable pasteur qui prêche vraiment la Parole et croit en Dieu, ils essaient d’apporter l’intellectuel, l’homme qui a la meilleure éducation; l’homme qui peut se tenir à la chaire sans prendre beaucoup de temps, peut-être juste quinze minutes, ainsi ils peuvent rentrer rapidement à la maison et faire quelque chose d’autre. Ricky peut prendre sa belle voiture et démarrer. Ils peuvent aller twister dans les parties et tout cela. Oh, ce n’est rien d’autre qu’une éducation hybride qui pollue. C’est vrai. C’est exactement ce que c’est. C’est vrai. Mais qu’est-ce que cela fait? Cela satisfait leur goût, vous voyez. Cela satisfait le goût d’un membre d’une église mondaine. Cela ne satisfait pas le goût d’un saint. Il prendrait la Parole à chaque fois!

  143. Mais ils disent: «Eh bien, ces gens sont juste un peu hors de leur sens. Vous voyez, ils ne le comprennent pas. Ils essaient de vivre dans un jour passé».

  144. N’est-ce pas étrange? Lorsque je viens dans l’Ouest, je trouve qu’ils essaient de vivre comme dans les jours anciens, ils veulent toujours vivre comme au temps des cow-boys. Et lorsque je viens dans le Kentucky, comme dans les jours du «Hillbilly». Ils veulent faire comme cela, ont des programmes comme cela. Mais lorsqu’on en vient à la bonne vieille religion, ils ne veulent rien savoir à ce sujet.

  145. Au bon vieux temps? Je suis venu ici au moment du rodéo. J’ai vu là une grosse femme avec cette peinture verte sous les yeux et ses cheveux coupés, une cigarette dans la bouche. Pourquoi? S’ils avaient vu cela dans le passé, ils auraient pensé qu’il lui manquait quelque chose quelque part. Ils l’auraient enfermée. Que se serait-il passé si votre mère était sortie habillée comme vous et votre fille aujourd’hui? Que se serait-il passé? Ils l’auraient mise dans un asile de fou. C’est certain. C’est comme si elle était sortie sans mettre sa jupe. Eh bien, rappelez-vous que c’est la même chose aujourd’hui.

  146. L’homme est en train de pourrir dans sa chair. S’ils ont déjà la ménopause ou l’andropause entre vingt et vingt cinq ans, c’est que les cellules de leur cerveau se dégénèrent également. Les gens sont arrivés au point où ils n’ont pas assez de compréhension. Ils ne savent pas ce que le mot décence veut dire. Ils ne connaissent pas la différence entre ce qui est juste et ce qui est faux. Et avec leurs programmes éducationnels, ils…

  147. Saviez-vous que l’éducation vient du diable? Je peux vous le prouver. Non pas lire ou écrire, je veux dire lorsqu’ils mettent leur façon de faire dans votre église.

  148. Sur quelles bases repose le communisme? La science, l’éducation, c’est cela leur dieu. Vous voyez, satan a introduit cela auprès d’Eve. C’est ce à quoi ils s’accrochent encore.

  149. Maintenant, c’est arrivé dans nos églises, cela a passé chez les baptistes, les méthodistes et les presbytériens, les pentecôtistes et dans toutes les dénominations. Une éducation intellectuelle, quelques grands «ceci et cela» et quelque chose comme cela qui vous jette encore plus loin de Dieu. C’est faux. Certainement. Maintenant, nous découvrons que cela satisfait leurs désirs. Lorsqu’une église en vient à voter pour quelque chose comme cela, cela montre ce que l’église a en tête, ce que leurs désirs sont et quelle est la soif qu’ils essaient d’étancher. Ils aiment dire: «Notre pasteur est large d’esprit. Cela ne lui fait rien que nous ayons des bains mixtes, et il vient avec nous».

  150. Une petite fille a dit l’autre jour à ma Sarah que son pasteur était allé en Afrique et lorsqu’il est revenu, elle a dansé le watusi pour lui, pour l’amuser, du fait qu’il était allé en Afrique. Ce soir-là, elle avait enlevé ses habits et avait dansé avec une paire de collants. Les Watusis sont une tribu de là-bas, vous savez. Ah, mes amis, j’aimerais voir une de mes filles, dans mon assemblée, essayer de faire quelque chose comme cela, danser le watusi!

  151. Vous voyez, on en vient au spectacle! Et un pasteur s’assied et regarde à l’une des petites filles de son assemblée (seize ou dix-huit ans), enlevant ses habits comme cela et la laissant continuer à se dénuder. Cela montre qu’il vient lui-même d’une fosse sceptique. C’est certain. Un homme de Dieu faisant une chose pareille!

  152. Cela semble banal, mais je réalise que je prêche aussi à travers la nation. Mais vous savez cela aussi, frères et soeurs. Laissez-moi vous dire que c’est la Vérité.

  153. Un vautour veut des choses mortes. C’est vrai. Et cela, c’est la mort! C’est vraiment la vérité. Cela montre pleinement, cela montre clairement ici qui est leur tête et quelle est leur tour de contrôle. Ce qu’elle leur donne. Vous voyez, ce qui est dans leur âme. Leur âme se languit de telles choses.

  154. Leur âme se languit d’une grande église intellectuelle, où les gens s’habillent finement et où le pasteur prend quinze ou vingt minutes. Et s’il dépasse ce temps, ils le font venir devant le conseil des diacres. Il ne doit rien dire à propos du péché. Il ne doit rien dire à propos des shorts, et ne doit rien dire au sujet des gens qui font ceci ou cela ou d’autres choses. Il ne doit rien mentionner du tout de cela. S’il le fait, le conseil le jettera dehors. Vous voyez ce que c’est? C’est leur filtre d’un homme qui pense.

  155. La Bible dit, dans 1 Jean 2.15: “N’aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde: si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en lui”.

  156. Maintenant, qu’en est-il aujourd’hui de tout ce qu’ils ont apporté ou fait, au nom de l’église: la pratique des danses dans l’église, le bunco… le bingo, les parties, le rock-and-roll des jeunes, les twists et toutes ces choses! Regardez Elvis Presley, c’est le diable qui se tient dans ses souliers! Pat Boone, Ricky Nelson, la plus grande entrave que cette nation ait jamais eue! C’est vrai. Ils disent: «Oh, ils sont très religieux, ils chantent des chants chrétiens». Ils ne devraient pas. L’église ne devrait même pas permettre une chose comme cela. Quelques-uns de ces hommes viennent ici, et un soir ils sont dans une hôtellerie en bordure de route, dansant et jouant de la musique et toutes ces choses. Et le lendemain soir, ils viennent à l’autel et pleurent et le soir suivant, ils jouent de la musique sur l’estrade. Oh, mon Dieu! Comme la saleté peut aller loin. Jusqu’où pourrait-elle aller? Il doit premièrement prouver qu’il est un homme de Dieu. Certainement. Pas toutes ces autres choses, parce que simplement il peut jouer sur une vieille guitare ou sur un autre instrument.

  157. Par vos désirs, vous pouvez dire qui est sur le trône de votre coeur. Par ce que vous aimez, vous le montrez. Vous, vous dites: «Eh bien, je pense que ces choses sont en ordre, frère Branham». Eh bien, rappelez-vous juste maintenant que vous savez ce qui est dans votre coeur. Certainement. Votre âme se languit de ce que vous lui donnez à manger et vous pouvez voir qu’elle s’en satisfait; si ce n’est pas cette Parole, alors, il y a quelque chose de faux parce que le Saint-Esprit vit seulement de la Parole. Vous voyez?

  158. Je veux que vous compreniez un autre grand danger, juste avant que nous finissions. Si vous ne vous sentez coupable d’aucune de ces choses que j’ai mentionnées, c’est là le danger de négliger une soif. Vous voyez? Vous dites «J’ai une soif sainte. Mais je ne suis pas coupable, frère Branham, si je me joins juste à une église et à ces choses-là». Mais, vous voyez, négliger une soif… Si vous négligez de satisfaire une soif d’eau ou une faim de nourriture, vous mourrez. Et si vous négligez cette soif de Dieu en vous, vous mourrez spirituellement.

  159. Vous demandez des réveils. Vous attendez que l’église ait un réveil. Eh bien, ce n’est pas un réveil pour vous. Lorsque vous commencez à avoir soif de Dieu, le réveil devrait commencer directement en vous. Il pourrait bien ne pas y avoir d’autres membres de l’église qui veuillent de ce réveil-là. S’il éclate en vous, il éclatera aussi dans d’autres places. Mais vous voyez, vous négligez cette soif.

  160. Si vous négligez de traire la vache lorsque la mamelle est pleine de lait…Si vous laissez la vache dans cet état, elle va ne plus produire de lait. C’est l’exacte vérité. Si vous négligez de prendre un verre d’eau et que vous dites: «Je vais simplement ne plus en boire», alors vous mourrez. Si vous négligez de manger, vous mourrez.

  161. Aussi, si vous négligez de donner au Saint-Esprit la Parole de Dieu, vous mourrez.

  162. Vous les chrétiens, vous les baptistes, les méthodistes, les presbytériens, les pentecôtistes, les assemblées de Dieu, les unitaires, les bi-unitaires, les trinitaires, qui que vous soyez, cela m’importe peu. Cela n’a aucune importance à mes yeux et je crois que c’est la même chose pour Dieu. Vous voyez, vous êtes un individu. Vous êtes une unité. Vous n’irez jamais au Ciel en tant qu’église ou dénomination. Vous irez au Ciel en tant que personne individuelle. C’est entre vous et Dieu. C’est tout. Je n’attache aucune importance à l’église à laquelle vous appartenez.

  163. Et si vous négligez de lire la Bible et de croire la Bible afin de nourrir le Saint-Esprit, vous mourrez. Jésus a dit dans Luc… 4.4, j’ai l’Ecriture juste ici… Jésus a dit cela: “L’homme ne se nourrira pas de pain seulement, mais de toute Parole de Dieu”. Pas seulement d’une partie. Vous voyez?

  164. Ils prennent un petit bout ici. Je les appelle les auto-stoppeurs de la Bible. Ils disent: «Eh bien, je crois ceci, mais maintenant, allons là-bas. Vous voyez?».

  165. Vous devez La prendre, Mot pour Mot. Jésus a dit: “L’homme vivra de chaque Parole qui sort de la bouche de Dieu”. Saviez-vous cela? [L’assemblée répond: «Amen.» — N.d.R.].

  166. Et vous savez ce que nous avons fait, ce que nous avons fait de ce jour dans lequel nous vivons… Nous avons fait de ce jour une perversion religieuse.

  167. Ma fille est venue, il n’y a pas si longtemps et m’a dit: «Papa, viens ici, de l’autre côté de la maison, nous allons regarder un programme religieux». C’était un chant, un hymne et il y avait un petit Ricky qui mimait. Et si je n’avais jamais vu une telle imitation sacrilège, c’était bien celle-là! Ces garçons et ces gens… Cela ressemblait plus à un spectacle. Cela était supposé être une tribu indienne et ils sautaient et se boxaient l’un l’autre.

  168. Pourquoi? Où est passée la sincérité? Où sont passés nos bons vieux hymnes que nous avions l’habitude de chanter en nous réjouissant dans l’Esprit de Dieu, avec des larmes coulant le long de nos joues? Et maintenant, nous essayons de retenir notre respiration jusqu’à ce que nous n’ayons plus d’air en nous, jusqu’à ce que nous devenions tout bleu, pour essayer de montrer que nous sommes telle sorte de chanteur. Vous voyez, nous avons copié cela d’Hollywood et de tous ces programmes que nous voyons au travers de cet hymne intellectuel et de ces voix artificielles. J’aime entendre un bon chant; j’aime entendre un bon chant pentecôtiste qui vient du coeur. Mais une chose est certaine, je hais ces espèces de piaillements qu’ils appellent chant aujourd’hui. C’est vrai. Je crois que c’est la chose la plus ridicule. C’est une perversion. C’est vrai.

  169. J’aime voir un homme lorsqu’il est un homme. Je déteste voir l’un d’entre eux portant les sous-vêtements de sa femme qui sortent ici et qui tombent le long du côté. Ils ont de ces rouleaux qui pendent du front sur le devant, avec deux mèches de cheveux qui tombent en avant. Je ne peux pas appeler cela un homme. Il ne sait pas de quel côté de la race il se tient. Vous voyez, c’est vrai. Prenez une femme, regardez, la femme essaie de se couper les cheveux comme un homme; l’homme essaie de se coiffer comme une femme. L’homme porte les sous-vêtements de la femme; elle porte ses salopettes. Vous voyez, c’est juste une perversion. Tout le contraire.

  170. Et c’est la même chose avec la nation, avec les gens, avec les églises, avec toute chose. O Dieu! Où est la fin des choses? La venue du Seigneur Jésus-Christ, c’est la fin de tout cela.

  171. Ainsi, si vous négligez de nourrir le Saint-Esprit avec la Parole de Dieu… Jésus a dit: “Chaque Parole doit être donnée par le Saint-Esprit”. Et écoutez maintenant. Si vous essayez de Le nourrir avec la mauvaise chose, et si c’est le véritable Saint-Esprit en vous, Il connaîtra la différence. Maintenant, rappelez-vous que la Parole de Dieu est ce dont le Saint-Esprit se nourrit. Il ne se nourrit pas d’enthousiasme, Il ne se nourrit pas d’éducation. Il ne se nourrit pas d’aller à l’église. Il ne se nourrit pas de théologie. Il y a une grande différence entre quelque chose d’inspiré et quelque chose qui vient d’un point de vue théologique.

  172. Mes amis, tous ces théologiens du temps de Jésus, avaient tout devant eux, mot par mot, page par page. Le Messie devait venir de telle façon! C’est exactement comme cela. Et ils L’ont tous manqué, chacun d’entre eux. Vous savez ce que Jésus a dit lorsqu’Il est venu? “Vous êtes de votre père le diable, et ce sont ses oeuvres que vous faites”.

  173. Ce que la véritable Parole était, cela ne leur avait pas été révélé. Vous voyez, ils ont manqué tous ces petits coins, tout comme ils le font aujourd’hui. «Si vous appartenez à ceci ou à cela, vous êtes en ordre». Ne croyez pas cela. Vous devez appartenir à Christ. Si toutefois il y a Quelque chose en vous qui a faim de Christ!

  174. Rappelez-vous que vous étiez dans les reins de votre père. Vous étiez avec lui alors. Mais votre père ne vous connaissait pas et vous ne connaissiez pas votre père. Vous deviez venir et naître. Dieu a trouvé un chemin au travers de votre mère, comme terrain de la semence et c’est ainsi que cela se passe. Et vous devenez un homme ou une femme, qu’importe. Vous reconnaissez ensuite votre père et votre père peut avoir communion avec vous.

  175. Maintenant, rappelez-vous que si vous avez la Vie Eternelle, votre Vie était en Dieu au commencement. Et, la Vie, Dieu, est la Parole. Et ensuite, lorsque la Parole a été faite chair en Jésus-Christ, Dieu descendant dans Son Propre corps s’est fait Lui-même Fils de Dieu. Parce que Dieu est descendu pour habiter dans le Fils, vous étiez en Lui lorsqu’Il fut crucifié. Et vous avez été crucifié avec Lui sur le Calvaire. Vous avez été enseveli avec Lui dans la montagne. Et vous êtes ressuscité avec Lui le matin de Pâques. Et maintenant, vous êtes assis avec Lui dans les lieux célestes, en Lui et vous avez communion avec Lui. Vous voyez?

  176. Dieu Lui-même est devenu l’un d’entre nous. “Aucun homme n’a vu le Père, Seul le Fils Bien-aimé l’a fait connaître”. Cela, c’est Dieu devenu un homme, ainsi Il pouvait avoir communion avec vous en tant qu’homme. Vous voyez? Et maintenant, vous êtes chair et Il est chair. Dieu a été fait chair parmi nous dans la Personne de Son Fils, Jésus-Christ. Et en Lui était Dieu. Il était Dieu, pas plus petit que Dieu. Il était Dieu. “Dieu manifesté dans le Fils Jésus-Christ”, ce qui a fait de Lui Emmanuel, tout comme le prophète a dit que cela serait.

  177. Maintenant, vous voyez que vous deviez être avant même que le monde fut formé: que votre nom devait être mis dans le Livre de Vie de l’Agneau. Et alors, que pouvez-vous manger? Le Saint-Esprit vit par la Parole de Dieu. Et maintenant, dans Apocalypse 22.19, la Bible dit: “Si quelqu’un ôte quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu ôtera sa part de l’arbre de vie et de la sainte cité”. Vous voyez comme c’est profond? Vous ne pouvez pas, le Saint-Esprit ne peut pas vivre des choses de ce monde.

  178. C’est comme une colombe et un corbeau. Un corbeau est un grand hypocrite. Un corbeau, ce gars qui peut sortir et qui peut manger du blé toute la journée; et ensuite s’envoler là-bas et voler sur une vieille carcasse morte et la manger aussi. Il peut s’asseoir dans le champ et manger le blé avec la colombe et aller là-bas et manger la carcasse morte.

  179. La colombe peut manger du blé toute la journée, mais elle ne peut pas manger la carcasse morte parce que c’est une colombe. Les colombes n’ont pas de bile. Une seule bouchée de la carcasse morte suffirait à tuer la colombe. Vous voyez, elle n’a pas de vésicule biliaire. Et c’est comme cela que les choses sont, pas d’amertume.

  180. Et il en est ainsi d’un véritable chrétien. Il ne veut pas des choses du monde. Il veut seulement manger la Parole de Dieu. Et seulement cela, ce qui est propre. Le Filtre de l’homme qui pense. Vous voyez, il vient au travers de Cela et seulement de Cela. Les choses mortes du monde lui sont en mauvaise odeur.

  181. Regardez au vieux corbeau, aux jours de la destruction antédiluvienne, volant de corps en corps, mangeant les vieilles carcasses mortes. Il n’est pas revenu à l’arche. Mais la colombe ne pouvait pas trouver de repos pour ses pattes et elle est revenue dans l’arche là où elle pouvait avoir du grain. Et c’est de cette manière que nous faisons, nous vivons par la Parole de Dieu.

  182. Dans le Psaume 42… David doit avoir écrit ce Psaume lorsqu’il était fugitif, il a dit: “Comme le cerf brame après les courants d’eau, ainsi mon âme crie après toi, ô Dieu”. Regarde! David a crié. David était un fugitif. Il avait reçu l’onction d’huile, il savait qu’il devait être roi. Maintenant, remarquez, là il était au sommet de la montagne, il avait quelques soldats avec lui, des gentils etc… Sa propre cité bien-aimée était entourée de garnisons de philistins à cause de ses péchés. David, en ce jour de canicule, cela devait l’être, écrivit ce psaume: “Comme le cerf brame après les courants d’eau”.

  183. Remarquez David dans cette condition. Il a regardé en bas, il a regardé à sa cité bien-aimée et il s’est rappelé que lorsqu’il était un petit enfant, il avait l’habitude d’amener ses brebis là-bas, près d’un certain étang. Là-bas, c’était un pays qui avait beaucoup, beaucoup d’eau et beaucoup de pain. Véritablement, Bethlehem, veut dire: «La maison du pain de Dieu». Et alors, David se rappelait lorsqu’il était là-bas et qu’il buvait cette bonne eau fraîche et maintenant, il était étendu, ici en haut, un fugitif loin de son propre peuple. Il n’avait aucun lieu où aller et son âme devait crier après cette bonne eau fraîche.

  184. Il avait là quelques serviteurs avec lui… Le moindre de ses désirs était un ordre et trois d’entre eux se sont frayés un chemin au travers des lignes des philistins, quinze miles… sept miles ou quelque chose comme cela, aller et retour, se taillant un chemin pour lui apporter de l’eau à boire. Mais la soif de l’âme…

  185. Son corps, lorsqu’il était là-haut… Il devait probablement boire de tout ce qu’il trouvait, d’une outre en vieille peau de chèvre ou de n’importe quoi… de l’eau chaude, dans une journée chaude. Il pensait: “Si seulement je pouvais juste être allongé et étancher cette soif que j’ai! Si je pouvais juste aller là-bas à Bethléem m’allonger près de cette source et boire!”.

  186. Et lorsqu’ils sont descendus pour chercher de l’eau et en ramener, la soif de son âme était encore bien plus grande, pas pour Bethléem, mais pour Jérusalem; son âme était… Aussi, il a renoncé à l’eau. Il a dit: «Je ne veux même pas en boire» et il l’a versée sur le sol en libation. Vous voyez, son âme avait soif d’une bonne eau fraîche. La soif de son âme pour Dieu était plus grande que la soif pour son corps. Il l’a versée sur le sol en libation.

  187. Vous voyez, la Maison de Dieu, les eaux fraîches de la Jérusalem d’en haut pour l’âme! Jésus a dit dans Jean 6.33: “Je suis le Pain de Vie. Je suis le Pain de Vie”. Bethléem, «Maison de Dieu», notre église, l’église terrestre de Dieu, l’église qui est ici sur terre. Nous aimons aller à l’église, ici sur terre, mais plus grande est la soif de notre âme d’être en Lui que celle de nous satisfaire en joignant une église quelque part. Vous voyez, vous joindre à une église ne satisfera pas cette soif. David l’a prouvé ici, en versant l’eau sur le sol pour avoir les eaux fraîches venant directement de la maison de Dieu; pour obtenir la faveur d’une bonne rasade d’eau fraîche venant de Dieu. Plus grande que cette soif qui est en vous, est cette soif qu’une âme a pour Dieu.

  188. Remarquez, le mot Jérusalem, «Jérusalem est d’en haut». La Bible dit: “… laquelle est la Mère de nous tous”. Christ est notre mère… Nous réalisons que Dieu est notre Mère, parce que nous sommes nés de Lui. Jérusalem, Shalom: Shalom signifie «paix»; Jeru-Shalom, vous voyez? Cela signifie «paix».

  189. Plus grande devrait être la soif de n’importe quelle âme pour les eaux de la Vie que celle de dire que vous appartenez à une église; la véritable soif, la soif de l’âme ne peut être satisfaite. Elle peut être pervertie. Vous pouvez penser que vous êtes en ordre lorsque vous vous joignez à une église, mais vous ne l’êtes pas. Cela ne va pas satisfaire la véritable sainte soif de Dieu. Cela ne marchera simplement pas. Cela n’est simplement pas là.

  190. Maintenant David a dit ici dans le Psaume 42.7: “Un abîme appelle un autre abîme à la voix de tes cataractes…”. L’appel de l’âme.

  191. Regardez, j’ai souvent utilisé ceci comme une illustration. S’il y a un aileron sur le dos d’un poisson, cela devait être mis là afin qu’il puisse nager. Il existe un besoin relié à cela. Maintenant, s’il disait: «Je vais être un poisson différent, je veux être un poisson habile, un poisson qui a de l’éducation. Je vais croire à une vraie théologie! Je crois que je n’ai pas besoin de cet aileron!». Il n’irait pas bien loin dans l’eau? C’est l’exacte vérité.

  192. Que se passerait-il si un arbre disait: «Maintenant, je sais qu’il devrait y avoir premièrement de la terre afin que j’y puisse pousser. C’est vrai, je suis supposé croître là-dedans. Mais je veux être un arbre différent, je veux qu’ils me mettent là-bas, au milieu de la rue, ainsi je pourrais être remarqué!». Vous voyez, il ne vivrait pas très longtemps. C’est vrai.

  193. “Un abîme appelle un autre abîme”. C’est bien plus que simplement joindre une église. C’est bien plus que de serrer la main du prédicateur. C’est bien plus que de vivre une bonne vie, bien droite. On a besoin de quelque chose pour satisfaire notre intérieur, quelque chose qui soit versé directement de Dieu dans notre âme. “Un abîme appelle un autre abîme à la voix de tes cataractes… Oh, Seigneur! Un abîme appelant un autre abîme”.

  194. Quelle sorte de soif pensons-nous qu’il y avait en nous ce soir? Nous, en tant que pentecôtistes, où allons-nous? Quelle sorte de soif est en nous? Quelle sorte de soif est en moi? Quelle sorte de soif est en vous? N’essayez pas de taire cette sainte soif pour Dieu.

  195. Il y a des années, lorsqu’il y avait de l’or dans les montagnes… Il y a bien des années, j’ai lu une histoire qui m’est restée. Elle disait qu’il y avait un prospecteur qui était allé quelque part au-delà des montagnes et qui cherchant de l’or avait trouvé un riche filon. Et il est revenu en pensant à ce qu’il serait lorsqu’il arriverait dans la ville… ses ennuis seraient terminés. Et il a essayé de dire: «J’irai demain et je…». C’était juste à une journée. Il irait dans la ville avec l’or. Il avait de grands sacs qui en étaient pleins.

  196. Il avait un chien avec lui. Maintenant, je ne compare pas le chien avec le Saint-Esprit, mais je donne une illustration. Mais ce chien…

  197. Alors que le prospecteur était sur son lit, il commença à penser pendant cette nuit: «Eh bien, demain, je prendrai tout mon or et je deviendrai ce que j’ai toujours voulu être, un homme riche. Je veux posséder de belles choses etc…».

  198. Et alors, ce chien commença à aboyer parce qu’il y avait un ennemi qui approchait. Et l’homme est sorti et il a dit: «Tais-toi!». Alors le chien s’est calmé. Il est alors retourné dans son lit et commençait à s’endormir quand le chien recommença, sautant et tirant sur sa chaîne. Il est allé à nouveau à la porte et a dit: «Tais-toi! Je veux que tu saches que demain je serai un homme riche». C’était son grand rêve. Mais le chien recommença à aboyer.

  199. Et finalement, il fut si découragé qu’il prit son fusil, tira sur le chien et le tua. Il a dit: «Je n’ai plus besoin de toi, de toute façon. Demain, je serai un homme riche. Je deviendrai un homme riche demain».

  200. Il posa ensuite son fusil dans un coin, tourna le dos à la porte et alla dormir. Mais un homme l’avait suivi pendant des jours. Il entra et le tua. Il ne fut pas un homme riche. Vous voyez, il arrêta cette alarme qui essayait de lui dire que sa vie était en danger.

  201. Eh bien frères et soeurs, vous ne serez jamais capables… N’essayez jamais d’arrêter ce saint appel dans votre coeur en vous joignant à une église, en récitant un credo, en appartenant à une certaine organisation.

  202. Il y a une seule chose qui peut le satisfaire, c’est la Personne Jésus-Christ. “Comme le cerf brame après les courants d’eau, ainsi mon âme crie après toi, ô mon Dieu. Mon âme a soif du Dieu vivant”. Vous voyez, il y a quelque chose en vous qui veut voir le mouvement de Dieu. Votre âme a soif de Lui. Ne stoppez pas quelque chose comme cela.

  203. Ne laissez pas le pasteur vous dire: «Vous n’avez qu’à serrer ma main, à joindre l’église, ou à appartenir à cette organisation». Ne tuez pas ce saint appel. Il vous met en garde. Il viendra un jour où vous arriverez au bout du chemin.

  204. C’est comme cette jeune femme de notre ville qui a dit à… Une petite fille, une vraie gentille petite fille venait à l’église. Elle descendait la rue; elle portait de longs cheveux, vous savez, ses cheveux arrangés sur le derrière en chignon et sans maquillage sur son visage. Et cette dame avait l’habitude de se moquer d’elle en disant: «Si tu n’avais pas cette tête plate de prédicateur, tu pourrais ressembler à quelqu’un de décent, mais tu ressembles à quelque chose qui sort d’une boutique d’antiquaire». Oh, elle se moquait un maximum d’elle, chaque fois qu’elle la voyait comme cela. Elle disait: «Notre pasteur est large d’esprit. Cela ne veut rien dire la manière dont tu t’habilles ou celle dont tu penses. Il connaît les choses. Pourquoi faites-vous comme cela?». Cela importe! La Bible de Dieu dit que cela a de l’importance. Nous devons vivre de chaque Parole!

  205. Aussi, cette petite fille ne lui a jamais accordé d’attention et a continué sa route. Elle est maintenant missionnaire.

  206. Ensuite, cette jeune femme a attrapé une maladie «sociale» et elle mourut. A sa mort, un de mes amis lui a administré le liquide pour embaumer. Il m’a dit, qu’après qu’elle fut morte, il continuait à sentir l’odeur de ce liquide. Son côté était rongé… maladie sociale. Ses parents ne savaient même pas ce qui n’allait pas chez elle. Et elle mourut, mais avant qu’elle meure…

  207. Elle enseignait à l’école du dimanche. Et tous les petits de l’école du dimanche sont venus; ils voulaient voir quand elle partirait au ciel, voir les anges venir la chercher et l’emmener. Et son pasteur déambulait dans les couloirs de l’hôpital, une cigarette à la bouche. Et ils étaient tous prêts à chanter lors de sa mort, vous savez. Ils savaient qu’elle allait mourir. Les docteurs disaient qu’elle allait mourir, aussi ils voulaient tous voir quand les anges viendraient la chercher et l’emmener.

  208. Et soudain, lorsqu’elle fit face à la réalité… Elle avait été un membre loyal de l’église, elle était une enseignante de l’école du dimanche et un membre fidèle d’une belle et grande église dénominationnelle; mais lorsqu’elle commença à lutter quand la mort la saisit, ses yeux sortaient et elle a dit: «Je suis perdue! Je suis perdue, allez chercher le pasteur».

  209. Il jeta sa cigarette et entra dans la chambre et dit: «Voici, voici, voici! Nous allons appeler le docteur pour vous faire une injection».

  210. Elle a dit: «Je ne veux pas d’une injection». Elle a continué: «Vous êtes un trompeur! Je suis en train de mourir et je vais aller en enfer. Je suis perdue parce que vous ne m’avez pas dit la Vérité. Allez chercher cette petite Gooduse et amenez-la ici. Rapidement. Elle est dans le vrai».

  211. Attendez seulement de devoir faire face à la réalité! N’essayez pas d’arrêter ce saint chuchotement. Ne Le dynamitez pas avec un fusil à double baril chargé de quelque éducation moderne. Ecoutez cet avertissement du Saint-Esprit ce soir. Il vous met en garde: “Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie; personne ne vient au Père si ce n’est par Moi”. Et Il est la Parole. Inclinons nos têtes un instant.

  212. Je veux dire encore une Parole de Notre Seigneur Jésus pendant que vous pensez à cela. Jésus a dit dans Matthieu 5: “Bénis soient ceux qui ont soif et faim”. Avoir cette soif en vous, c’est même béni. Avez-vous compris que tout le système a été pollué par les dénominations, les petits cultes et clans et par ces choses… les petits ordres de l’église, comme joindre des loges etc… d’église en église? Le diable a été capable d’amener cette eau polluée et vous vous vautrez là-dedans comme un cochon dans sa mangeoire. Si vous ne savez même pas ce qu’est la véritable soif que Dieu peut étancher, ce que c’est de Le voir, une réalité se manifestant en vous par le Saint-Esprit qui vit en vous… Si vous vous sentez comme cela ce soir, laissez-moi vous dire, c’est que vous êtes toujours en train d’avoir soif de Dieu.

    Il y a une Fontaine remplie de Sang
    Tiré des veines d’Emmanuel
    Où les pêcheurs se plongent
    Et perdent toute leur culpabilité.

    Le voleur mourant s’est réjoui de voir
    Cette fontaine en son jour;
    Cela pourrait être moi, aussi vile que lui,
    Lavant tous mes péchés.

    Depuis que par la foi j’ai vu ce courant
    Qui coulait depuis Ses blessures,
    L’amour rédempteur a été mon thème
    Et il en sera ainsi jusqu’à ma mort.

  213. Si vous avez cette soif ce soir d’en connaître plus au sujet de Dieu et si vous voulez venir plus près de Lui, voulez-vous lever votre main maintenant pendant que chaque tête est inclinée et dire: «Priez pour moi». Oh Dieu, regarde ces mains!

  214. Dans le pays où cette émission est diffusée, à l’Est, au Nord, à l’Ouest et au Sud, vous dans les salles, levez vos mains en présence des pasteurs, qui que vous soyez, vous qui désirez, vous qui avez quelque chose en vous qui a soif de Dieu, cette sainte soif!

  215. Ne la satisfaites pas en disant: «Frère Branham, j’ai crié une fois, j’ai dansé dans l’Esprit». Non, ne le prenez pas, ne le prenez pas. Non.

  216. Attendez jusqu’à ce que la satisfaction vienne, la Portion de satisfaction, jusqu’à ce que la plénitude du Saint-Esprit entre, alors, ces cris de joie et le parler en langues et la danse dans l’Esprit viendront. Vous n’avez pas besoin de le faire par la musique. Vous le ferez en descendant la rue, en étant dans votre voiture. Vous le ferez lorsque vous lavez les sols. Vous le ferez lorsque vous plantez des clous dans les murs, lorsque vous faites votre travail de charpentier. Qui que vous soyez, cette joie indescriptible et pleine de gloire… Maintenant, prions.

  217. Cher Père Céleste! Ce message a été long, a traîné ce soir. Mais, Cher Dieu, puisse Ton Saint-Esprit apporter la signification dans chaque coeur. Au milieu de cette église ce soir, il y avait un grand nombre de mains levées, tout autour, le long des murs, partout. Nous prions pour eux, Cher Dieu. Oh, puisse cette Portion de Dieu qui satisfait, c’est-à-dire Christ, l’Espérance de Gloire, l’Espérance de Vie en vous, puisse-t-Elle venir sur chacun d’entre eux.

  218. Au travers de la nation, depuis la Californie, jusqu’à New York maintenant, où c’est presque le matin, ils écoutent; dans le New Hampshire et à Boston et tout en bas au Texas, en passant par l’Indiana, en Californie et alentours. Oh Dieu, regarde ces mains; regarde ce qui est en eux, Seigneur, ces coeurs qui ont faim et soif.

  219. En ce jour pervers le diable a rendu aveugles les yeux des gens pour qu’ils se joignent simplement à une église et dit: «C’est tout ce dont vous avez besoin», et ils continuent à regarder à leur propre personne et voient que ce qu’ils font et les désirs qu’ils ont sont d’être semblables au monde.

  220. Alors que la Bible nous dit: “Si nous aimons les choses du monde, l’amour de Dieu n’est même pas en nous”.

  221. Pense seulement, Père, comment il peut pervertir cette véritable Parole et comment ils peuvent dire: «Oh, nous croyons la Bible, mais pas cela. Nous ne croyons pas cela. Nous croyons que cela est pour un autre âge. Nous croyons ceci et cela». C’est parce que quelque dénomination a tordu leur esprit au point de les jeter dans cette fosse sceptique.

  222. Alors que Jésus a dit dans Apocalypse 22.19: “Si quelqu’un ôte quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu ôtera sa part de l’arbre de Vie”.

  223. Cher Dieu! Pense aux déceptions lors du Jugement, pour les gens qui ont vécu une bonne, propre et sainte vie, qui sont allés à l’église, aussi fidèles qu’ils aient pu être et qui sont perdus.

  224. Pense à ces pharisiens, comment depuis leur enfance, ils ont été entraînés dans la Parole, ont grandi et suivi les écoles et toutes ces choses. Saint… (Ils devaient l’être, autrement ils auraient été lapidés à mort) et Jésus a dit: “Vous êtes de votre père le diable”.

  225. Comme Israël est entré dans cela… Que ceci soit une mise en garde pour les pentecôtistes au travers de la nation, Seigneur et comme l’a aussi été ce Moïse, un prophète venu en Egypte pour accomplir la Parole de Dieu, pour leur apporter la lumière du soir! Ils ont vu les glorieux miracles de Dieu. Ils l’ont suivi au travers de la Mer rouge. Ils ont été baptisés en Lui, ont été dans les déserts et ont mangé la nourriture des anges qui tombait du Ciel. Et ensuite, ils ont refusé de prendre toute la Parole lorsqu’ils sont revenus à Kadesh-barnea. De Kadesh-barnea, de retour du Pays Promis, ils ont dit: “Ils sont comme des géants; nous ne pouvons pas le faire”. Alors que Dieu avait dit: “Je vous ai déjà donné ce pays!”. La Frontière. Jésus a dit: “Ils ont tous péri. Ils sont tous morts”. Perdus, sans Dieu, bien qu’ils aient fait toutes ces choses. Ils ont vu ces miracles, se sont réjouis, ont dansé le long de la côte, avec Myriam qui battait du tambourin. Et seulement deux sur deux millions sont entrés.

  226. Nous réalisons, Père, que lorsque le sperme, les gênes mâles et femelles se rencontrent, il y a seulement un seul sur un million qui est accepté. Un seul germe du mâle trouve l’oeuf fertile de la femme et un million d’autres périt.

  227. Il y a un million, deux millions qui sont sortis d’Egypte; deux, Josué et Caleb qui sont entrés dans le pays. Un sur un million. Père, je tremble quand je pense à cela. Pensez, cinq cent millions de chrétiens dans le monde aujourd’hui, cela ferait cinq cents si Tu venais ce soir. O Dieu, laisse-nous nous rappeler que chaque Parole de Dieu se tient comme un mémorial. Nous devons le croire. Nous devons Lui obéir.

  228. Et quand Tu dis: “Repentez-vous, chacun d’entre vous et soyez baptisés dans le Nom de Jésus-Christ pour la rémission des péchés et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous et pour vos enfants et pour ceux qui sont au loin, aussi nombreux que le Seigneur notre Dieu en appellera”. Et Dieu, tu appelles encore ce soir et la promesse dure aussi longtemps que Tu appelles.

  229. Et les ecclésiastiques ont tordu les esprits de ces gens et les ont dirigés par l’éducation dénominationnelle des écoles de théologie en les réduisant à une seule chose: «Oh, vous n’avez qu’à croire». Le diable croit aussi, mais il ne peut pas recevoir le Saint-Esprit. Judas Iscariot… Il faisait toutes les choses que les disciples faisaient, il prêchait l’Evangile; mais lorsque le temps fut venu pour lui de recevoir le Saint-Esprit, il montra ses couleurs.

  230. Oh Dieu, puisse les gens de ce pays réaliser cela ce soir, que sans cette expérience, ils sont perdus. Que ce soir leur âme puisse être satisfaite avec Ta portion, Seigneur, alors que nous les recommandons entre Tes mains. Ils sont à Toi, Seigneur. Nous sommes seulement responsables pour la Parole. Je prie pour qu’ils croient de tout leur coeur et qu’ils soient remplis du Saint-Esprit. Nous le demandons dans le Nom de Jésus. Amen.

Je L’aime, je L’aime
Parce qu’Il m’a aimé en premier
Et qu’Il m’a racheté
Sur le bois du Calvaire

  1. Oh, est-Il Votre portion qui satisfait? [L’Assemblée dit: «Amen.» — N.d.R.]. Oh mes amis! L’aimez-vous de tout votre coeur? [«Amen.»]. Maintenant, ces mots sont parfois tranchants mais chantons simplement dans l’Esprit, chacun d’entre nous. Serrez la main de votre frère ou de votre soeur qui se tient à côté de vous et dites simplement: «Dieu vous bénisse, pèlerin», comme nous le chantons de nouveau. [Frère Branham serre la main des gens — N.d.R.].

    Je L’aime, je L’aime
    Parce qu’Il m’a aimé en premier
    Et qu’Il m’a racheté
    Sur le bois du Calvaire

  2. Maintenant, serrons-nous les mains, fermons nos yeux et chantons dans l’Esprit en levant les mains vers Lui.

      Je L’aime, je L’aime
      Parce qu’Il m’a aimé en premier
      Et qu’Il m’a racheté
      Sur le bois du Calvaire

Oh, n’est-ce pas merveilleux?

Merveilleux, merveilleux, Jésus est pour moi
Le Conseiller, le Prince de Paix, Il est le Puissant Dieu;
Oh, qui me sauve, qui me garde du péché et de la honte,
Mon Rédempteur est merveilleux; bénissez Son Nom!

Oh, n’est-ce pas merveilleux?

Merveilleux, merveilleux, Jésus est pour moi
Le Conseiller, le Prince de Paix, Il est le Puissant Dieu;
Oh, qui me sauve, qui me garde du péché et de la honte,
Mon Rédempteur est merveilleux; bénissez Son Nom!

  1. Oh, êtes-vous enthousiastes dans votre expérience avec Christ? [L’assemblée répond: «Amen.» — N.d.R.]. N’est-ce pas merveilleux? Est-ce qu’Il vous satisfait?

Autrefois, j’étais perdu, maintenant, j’ai été retrouvé
Libre de condamnation,
Jésus donne la liberté et un plein salut;
Il me sauve et me garde de tout péché et de la honte,
Mon Rédempteur est merveilleux; bénissez Son Nom!

  1. Croyez-vous que cela est scripturaire? [L’assemblée répond: «Amen.» — N.d.R.]. La Bible dit: “Battez des mains. Faites un son joyeux pour le Seigneur”. Vous savez, j’ai toujours voulu jouer de la musique. Ma fille Rébecca a choisi le piano; mon petit garçon, la trompette. Mais j’ai appris un instrument à dix cordes… [Frère Branham commence à battre des mains — N.d.R.].

    Merveilleux, merveilleux, Jésus est pour moi
    Le Conseiller, le Prince de Paix, Il est le Puissant Dieu;
    Oh, qui me sauve, qui me garde de tout péché et de la honte,
    Mon Rédempteur est merveilleux; bénissez Son Nom!

L’aimez-vous? [L’assemblée répond: «Amen.» — N.d.R.].

Nous marcherons dans la Lumière, une magnifique Lumière,
Venez où les perles de rosée de la miséricorde brillent;
Brillent tout autour de nous, de jour et de nuit,
Jésus la Lumière du monde.

Nous marcherons dans la Lumière, une magnifique Lumière,
Venez où les perles de la rosée de la miséricorde brillent;
Brillent tout autour de nous, de jour et de nuit,
Jésus la Lumière du monde.

  1. [Frère Branham commence à fredonner «Jésus, la Lumière du monde» et l’assemblée fredonne aussi avec lui. — N.d.R.]. Adorez Dieu avec tout ce que vous avez.

    Lorsque les Saints marcheront,
    Lorsque les Saints marcheront,
    Seigneur, je veux être de leur nombre
    Lorsque les Saints marcheront

    Oh, lorsqu’ils Le couronneront Seigneur au-dessus de tous,
    Lorsqu’ils Le couronneront Seigneur au-dessus de tous,
    Seigneur, je veux être de leur nombre
    Lorsqu’ils Le couronneront Seigneur au-dessus de tous

    Oh, lorsque le soleil refusera de briller,
    Lorsque le soleil refusera de briller,
    Seigneur, je veux être de leur nombre
    Lorsque le soleil refusera de briller.

  2. Aimez-vous cela? [L’assemblée dit: «Amen.» — N.d.R.]. Maintenant, je me dis que si vos pieds sont convertis, vous ne danserez plus jamais pour le monde. Vous voyez? Tapons du pied pour le Seigneur, pour le Seigneur. Si vos mains sont converties, vous ne volerez plus jamais. Si vos lèvres sont converties, vous ne mentirez plus jamais. Ne laissez simplement pas la religion pénétrer dans votre tête. C’est vrai. Elle prend l’homme en entier. C’est vrai. Maintenant, tapons du pied.

    Lorsque les Saints marcheront,
    Lorsque les Saints marcheront,
    Seigneur, je veux être de leur nombre
    Lorsque les Saints marcheront

Maintenant, levons nos mains.

Lorsque les Saints marcheront,
Lorsque les Saints marcheront,
Seigneur, je veux être de leur nombre
Lorsque les Saints marcheront

Lorsque les Saints marcheront,
Lorsque les Saints marcheront,
Seigneur, je veux être de leur nombre
Lorsque qu’ils le couronneront Seigneur de tous

  1. Ne L’aimez-vous pas? [L’assemblée dit: «Amen! Gloire! Alléluia!» — N.d.R.].
    Alors nous marcherons dans la Lumière (Il est la Lumière, vous savez)

    C’est une magnifique Lumière,
    Elle vient où les perles de rosée brillent,
    Eh bien, elles brillent tout autour, de jour et de nuit,
    Jésus est la Lumière du monde.

  2. L’aimez-vous? Paul a dit: “Lorsque je chante, je chante dans l’Esprit. Si j’adore, j’adore dans l’Esprit”. Vous voyez, quoi que vous fassiez, faites tout dans l’Esprit. C’est vrai. Et l’Esprit apporte Vie à la Parole. Est-ce que c’est vrai? C’est vrai. Certainement.

    Tous les Saints de Lumière le proclament,
    Jésus, la Lumière du monde;
    Grâce et miséricorde dans Son Nom;
    Jésus, la Lumière du monde
    Alors, que ferons-nous?

    Alors nous marcherons dans la Lumière,
    C’est une magnifique Lumière,
    Elle vient où les perles de rosée brillent,
    Eh bien, elles brillent tout autour, de jour et de nuit,
    Jésus, la Lumière du monde.

  3. Je suis désolé d’embrouiller comme cela ceux qui jouent, mais je me laisse juste emporter. Je ne connais rien de meilleur que de simplement adorer. C’est de cette manière que vous faites. Certainement. Je suis reconnaissant pour cette opportunité, frère Mack, de venir et de communier avec vous et votre église ici ce soir, avec tous ces gens sympathiques.

  4. Et vous, qui avez levé la main pour être baptisés du Saint-Esprit, je crois que quelques-uns d’entre vous avez rencontré le pasteur Mack ici… Allez retournez dans une pièce ici… Et rappelez-vous simplement que lorsque Dieu a prononcé la Parole au commencement, Il a dit: “Que cela soit”, cela devait être! Et Il a dit: “Bénis soient ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés”. Ainsi, cela doit arriver. Venez visiter votre pasteur ici et tenez-vous à ses côtés lorsqu’il prêche l’Evangile.

  5. Maintenant, chantons à nouveau ce bon vieux chant, j’aime vraiment cela: «Nous marcherons dans la Lumière».

  6. Jésus a dit: “Je suis la Lumière”, et vous êtes en Lui. Vous voyez? Comment entrez-vous en Lui? Le rejoignez-vous? Pas de poignée de mains. Pas de baptême d’eau. Non. «Nous sommes tous baptisés par un seul Esprit, dans un seul Corps, le Corps de Christ». Et dans ce corps, il y a neuf dons spirituels qui opèrent au travers du corps local, l’église locale. C’est bien apostolique, si je ne l’ai jamais su. C’est vrai.

  7. Aussi, nous resterons dans la Lumière, dans la magnifique Lumière,
    Elle vient là où les perles de rosée de la miséricorde brillent,
    Eh bien, elles brillent tout autour, de jour et de nuit,
    Jésus, la Lumière du monde.