LA SEMENCE N’HERITERA PAS AVEC LA BALLE

(The Seed is not Heir With the Shuck)

18 février 1965, soir
Parkview Junior High School Auditorium
Jeffersonville — Indiana, U.S.A.

 


  1. Restons debout pour un moment de prière. Inclinons nos têtes.

  2. Dieu bien-aimé, nous estimons que c’est un grand privilège que d’être ici ce soir en cette occasion afin d’apporter un Christ vivant à un monde et une génération mourants.

  3. Nous Te demandons, Seigneur de bien vouloir oindre nos paroles et nos efforts, afin qu’ils ne retournent pas à Toi sans effet mais qu’ils accomplissent le but pour lequel ils ont été prévus.

  4. Aide chaque homme, chaque femme, chaque garçon ou fille qui se trouve ici ce soir et qui est dans le besoin. Et Père, nous savons que nous sommes tous dans le besoin. Et lorsque nous partirons ce soir, puissions-nous ressentir dans nos coeurs ce que ressentaient ceux qui revenaient d’Emmaüs après avoir été témoins de la résurrection de Christ et qui disaient: “Nos coeurs ne brûlaient-ils pas en chemin tandis qu’Il nous parlait?”. Accorde-le Seigneur!

  5. Guéris les malades et les affligés. Puisse-t-il ne plus y avoir aucune personne faible parmi nous après le service de ce soir. Et surtout, puisse-t-il ne plus y avoir un seul incroyant, Seigneur. Puissent-ils tous croire à la vie éternelle. Car c’est dans ce but que nous sommes assemblés ici.

  6. Ce sont ces bénédictions que nous Te demandons de nous accorder pour l’honneur du Royaume de Dieu, au Nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Amen. (Vous pouvez vous asseoir.)

  7. Cela fait du bien d’être de retour ici ce soir. Je vois que quelques-uns sont debout là autour et je pense que des magnétophones sont maintenant enclenchés dans différentes villes du pays, à San Francisco, à Tucson, là-bas à l’Est. Par le moyen du téléphone, nous envoyons des salutations à ces auditeurs. Ce soir nous sommes dans l’auditorium. L’auditoire principal est plein ainsi que les ailes du bâtiment; beaucoup de gens se tiennent debout contre les murs. Et demain soir, nous pensons essayer d’ouvrir le gymnase de ce côté afin d’obtenir une plus grande salle qui pourrait peut-être contenir deux mille personnes de plus. Nous espérons pouvoir faire cela demain soir. Puisque ce premier soir la salle est pleine, eh bien, nous croyons que demain, il y en aura encore davantage. Je vois que même ce soir ils mettent des chaises en plus et tout cela.

  8. Nous nous attendons à de grandes choses; tout d’abord à la venue du Seigneur Jésus, puis au salut des âmes perdues qui vont Le recevoir ce soir et qui seront prêtes pour Sa venue lorsqu’Il apparaîtra.

  9. J’aimerais particulièrement saluer et accueillir tous ces hommes distingués qui se trouvent sur l’estrade et dont j’ai compris que la plupart étaient des pasteurs. Il y en a deux cents ou même davantage qui sont installés là, et nous sommes certainement reconnaissants qu’ils soient ici.

  10. Je m’adresse à vous, de quelque endroit du pays que vous veniez. Et je crois que certains venaient d’outre-mer. Nous vous sommes donc reconnaissants d’être ici afin de profiter de cette communion avec nous, car nous nous attendons à ce que Dieu nous donne de grandes choses pendant cette rencontre.

  11. J’ai l’impression que depuis que j’ai eu cette pensée de rentrer pour ces quelques jours de réunion, mon coeur est étrangement agité par un puissant sentiment que quelque chose va se passer. Je ne sais pas de quoi il s’agit, mais j’espère qu’il s’agit d’une grande révélation venant de Dieu et qui nous préparera à être de meilleurs citoyens de Son Royaume tandis que nous marchons dans ce sombre monde de péché et d’incrédulité.

  12. Ce soir, ce terrain, cet endroit même représente une grande chose pour moi. Depuis que j’ai su qu’ils avaient construit cet auditoire scolaire ici, j’ai voulu tenir des services dans cet endroit. Je suis très reconnaissant à la direction de l’école ainsi qu’aux personnes qui nous ont gracieusement permis de venir ici. C’est en cet endroit, exactement là où s’élève cet édifice ce soir, qu’une grande chose est arrivée il y une trentaine d’années. En ce temps-là, ce n’était qu’un champ de genêts. Et j’habitais dans une petite maison juste au-delà d’ici, à environ deux cents mètres. A l’époque, je me préoccupais beaucoup du salut de mon père et de ma mère qui tous deux sont partis maintenant. En ce jour-là, j’étais particulièrement préoccupé par mon père.

  13. Je me souviens que je dormais dans la véranda. C’était l’été et il faisait chaud. Je crois que ceci est inscrit dans le petit livre intitulé “Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement”, à moins que ce ne soit dans le petit livre qui s’appelle “Je ne fus pas désobéissant à la vision céleste”.

  14. Et je dormais dans la véranda, lorsque soudain je me réveillai et un fardeau vint sur mon coeur pour mon père. Beaucoup d’entre vous de cette ville ici connaissiez mon père; je pense que c’était un grand homme bien qu’il était pécheur. Il avait une mauvaise habitude contre laquelle j’ai essayé de lutter de toutes mes forces pendant cette période: c’était la boisson. Or cette nuit-là, il buvait. Et je me réveillai avec ce grand fardeau sur mon coeur à son sujet. Je me trouvais en pyjama, j’enfilai simplement mon pantalon, laissant ma veste de pyjama, je traversai ce champ de genêts pour venir à l’endroit où maintenant se trouve cet édifice. Et je m’agenouillai pour prier pour mon père.

  15. Et tandis que je priais et demandais à Dieu de le sauver et de ne pas le laisser mourir pécheur, et parce que je l’aimais… Tandis que j’étais en prière, je me levai pour regarder vers l’est et j’eus une vision. Le Seigneur Jésus se tenait juste au-dessus de moi (beaucoup parmi vous connaissent la vision).

  16. Or je ne suis pas sujet à des illusions, que je sache, les visions sont réelles. Et le Seigneur Jésus se tenait là; c’était la première fois que je Le voyais dans une vision de ce type. Il se tenait juste à environ dix pieds au-dessus de ma tête, Il était là entre ciel et terre et Il était en train de faire un pas. Il portait un vêtement blanc avec des franges sur le côté. Ses cheveux Lui arrivaient aux épaules et Il avait l’air de l’homme que décrit la Bible, un homme d’environ trente ans, de corpulence petite et mince, Il était très petit. On avait l’impression qu’Il ne pesait pas plus de 65 kilos.

  17. Et comme je regardais, je me disais qu’il devait y avoir quelque chose de faux. Je me frottai donc les yeux et regardai de nouveau. Et Il se tenait de côté, on pouvait voir Son profil. Et l’aspect de Son visage, qui est celui que j’ai toujours vu dans les visions, est pareil à la tête du Christ à trente ans de Hoffman. C’est la raison pour laquelle j’ai cela à la maison, dans mes livres, partout où je peux le mettre car c’est le tableau qui Le représente le mieux. Seulement, Il semblait petit.

  18. Et je levai les yeux vers Lui et pensai: «Non, je ne suis certainement pas en train de regarder mon Seigneur se tenir là». Et je me trouvais par là, dans cette position, peut-être même exactement à l’endroit où se trouve maintenant cette estrade. C’était quelque part dans ces environs, dans un rayon d’à peu près 40 ou 50 mètres, d’après ce que je pourrais mesurer de l’endroit où je me trouve.

  19. Et je levai les yeux et Il se tenait là. Je me mordis le doigt pour voir si j’étais réveillé. Vous savez comment cela fait, vous avez l’impression qu’il ne peut pas en être ainsi. J’étais encore jeune dans le Seigneur, cela faisait environ six mois que je prêchais. Je me mordis le doigt. Je pris un genêt et le brisai. Et beaucoup d’entre vous qui vivez à la campagne connaissez cette espèce de cure-dent qui se trouve dans le genêt. Je me mis à mâcher cela. Et je dis: «Ce n’est pas possible. Je suis en train de rêver. Voici ma maison. Mon père, ma mère et les enfants sont là. Il y a là, près de la vieille maison en brique, à environ deux cents mètres d’ici, la mare où j’allais chasser les canards. Et voici que je me tenais dans ce champ; c’était donc bien cela».

  20. Je tapai de nouveau du pied par terre, secouai la tête, fis craquer mes doigts et regardai de nouveau; et Il se tenait là. Le vent se mit à souffler et je vis que les genêts ondulaient. Lorsque le vent se mit à souffler Ses vêtements commencèrent à flotter. Ils commencèrent à claquer comme du linge étendu sur une corde.

  21. Il se tenait là. Je regardai cela. Et je pensai: «Si seulement je pouvais jeter un coup d’oeil sur Son visage». Il regardait vers l’est, juste comme ceci. Il regardait très attentivement. Je me déplaçai afin de Le contourner pour avoir une vision plus proche de Son visage, mais je ne pouvais toujours pas très bien Le voir. Il tenait Ses mains devant Lui et, depuis l’endroit où je me tenais, Il m’était plutôt caché.

  22. Je me déplaçai de nouveau et je m’éclaircis la gorge comme ceci; je voulais voir si je pouvais attirer Son attention. Mais Il ne bougea pas.

  23. Je pensai alors: «Peut-être devrais-je l’appeler». Lorsque j’eus dit: «Jésus», Il tourna la tête. Et lorsqu’Il m’eut regardé, Il étendit simplement les bras. C’est tout ce dont je me souviens. Je suis resté presque jusqu’au lever du jour, allongé là quelque part, vers ce qui est maintenant un champ; ma veste de pyjama était toute mouillée des larmes que j’avais versées et j’avais perdu connaissance. Son visage avait des traits caractéristiques qu’aucun artiste ne pourrait dessiner ni peindre. Personne ne pourrait faire cela. Il ressemblait à un homme qui, si vous le regardez, vous ferait pleurer de compassion, d’estime et de respect, mais qui aurait assez de puissance pour que Sa parole puisse faire se renverser le monde. Ses traits caractéristiques ne pourraient jamais être saisis par un artiste.

  24. Jusqu’à ce jour, je ne savais pas ce que cela signifiait. Mais ce soir, trente ans plus tard, je me tiens ici dans une salle dédiée au service du Dieu Tout-Puissant. A l’époque je n’étais qu’un frère laïc, un ancien de l’église baptiste dont Roy Davis était alors pasteur. Et maintenant je me tiens ici, dans cet endroit bondé et sur ce même terrain, avec sur mes mains, je pense, l’acquisition par le Sang de Jésus-Christ Lui-même du Salut, apporté pendant ces quatre jours de message du Seigneur.

  25. Environ six mois plus tard, j’eus mon premier service de baptême là en bas à la rivière, lorsque la Lumière descendit juste là à Spring Street. Il se peut que beaucoup parmi vous veuillent descendre jeter un coup d’oeil à Spring Street and Water, juste devant la rivière. C’est là que l’Ange du Seigneur apparut pour la première fois au public; c’était à deux heures de l’après-midi. Et une Voix vint d’en haut et dit: «De même que Jean-Baptiste fut envoyé comme précurseur de la première venue de Christ, ton message sera le précurseur de Sa seconde venue».

  26. Nous sommes maintenant trente ans plus tard et je suis toujours ici ce soir, en train de proclamer ce message. Et autour de nous le monde est fini, et ce soir je suis content d’être de retour chez moi, dans ma ville, afin de prêcher ce Seigneur Jésus-Christ que j’aime toujours de tout mon coeur. Chaque jour Il m’est plus doux qu’Il ne l’était le jour d’avant. Je n’ai jamais changé un iota de ma doctrine. Je continue de croire à la même chose en laquelle j’ai cru quand j’ai commencé. Il est le même hier, aujourd’hui et pour toujours.

  27. J’ai maintenant un message dont je suis responsable. Lorsque le message a commencé, tout le monde priait pour les malades, il y avait de grands signes, des merveilles et des miracles qui avaient commencé particulièrement dans le peuple pentecôtiste; un réveil universel de campagnes de guérisons balaya le monde. Pendant quinze bonnes années il y a sans doute eu des réveils sur chaque colline. Des feux de réveils brûlaient. Des millions de gens littéralement ont accepté Christ comme leur Sauveur au moyen de cette seule commission. C’est de là que furent inspirés Oral Roberts et les autres; puis cela continua ainsi après qu’en ce temps-là l’église pentecôtiste se fut effondrée dans la mort.

  28. Ce soir, mes intentions et mes désirs sont de réveiller cette église et de la rendre attentive à la proche venue du Seigneur Jésus. Je dois blâmer cette église. Je dois blâmer le péché quel qu’il soit. Je n’ai rien contre quelque dénomination que ce soit. Mais j’ai un message.

  29. Maintenant, comme il en fut avec le Seigneur Jésus, il est difficile d’être parrainé par une église; car il s’agit de Lui et non de moi. Mais lorsqu’Il prêcha au début, qu’Il guérit les malades, ressuscita les morts, purifia les lépreux, chassa les démons, tout le monde Le voulait. Mais il vient un temps où toujours un message suivra chaque signe, car un signe a une voix. Donc lorsqu’un jour Il s’assit et dit: “Moi et mon Père sommes Un!”, c’était plus qu’ils n’en pouvaient porter.

  30. Il en fut de même lorsqu’Il dit: “A moins que vous ne mangiez la chair du Fils de l’homme et que vous n’en buviez Son Sang, vous n’avez pas la vie en vous”.

  31. Eh bien, les docteurs et tous les gens bien-pensants auraient dit: “Cet homme est un vampire, il essaye de vous faire manger sa chair et boire son sang”. Il n’a jamais expliqué cela, Il s’est contenté de le dire.

  32. Et ce soir, il se peut que pendant la réunion vous entendiez des choses que nous ne sommes pas en mesure d’expliquer, mais souvenez-vous que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et pour toujours. Nous le croyons!

  33. Maintenant, nous n’avons pas le temps de beaucoup parler, car ici nous avons une certaine heure pour commencer et une certaine heure pour partir. Et nous voulons respecter le personnel de l’école qui a établi ces horaires à notre intention. Nous voulons faire tout notre possible pour les respecter.

  34. Souvenez-vous que chaque fois qu’un pécheur veut venir à Christ, tout ce qu’il a à faire est de s’avancer, que je sois en train de prêcher, de chanter ou quoi que ce soit: donnez votre vie à Christ. C’est pour cela que nous sommes ici, pour vous aider.

  35. J’aimerais parler à frère Vayle, frère Borders et les frères ici. Je me demande s’ils pourraient venir à l’église dans l’après-midi ou un matin, ce serait pour donner des directives au sujet de ceux qui cherchent le baptême du Saint-Esprit. Cela vous conviendrait-il, frère Neville, et pourriez-vous tous être là, frère Capps?

  36. S’il en est qui veulent être instruits au sujet du baptême du Saint-Esprit, pourquoi ne pas venir au Tabernacle (frère Branham se renseigne au sujet de l’heure) un matin vers les dix heures.

  37. Si vous avez une question sur la doctrine, si vous avez une question sur le Message, si vous n’avez jamais été enseigné personnellement, si vous voulez qu’on prie pour vous ou s’il y a quoi que ce soit que vous vouliez savoir, pourquoi ne feriez-vous pas un saut là-bas à dix heures du matin pour voir ces hommes? Un ou plusieurs d’entre eux seront là pour enseigner, prier pour les malades, répondre aux questions personnelles. Allez simplement vers eux et ils seront heureux de vous aider de quelque manière qui leur soit possible.

  38. Maintenant, avant de nous approcher de la Parole, nous voulons nous approcher de nouveau de l’Auteur de la Parole. Il se peut que vous mangiez trop, il se peut que vous buviez trop, que vous riiez trop, que vous marchiez trop; mais vous ne prierez jamais trop. “Je veux donc que les hommes prient en tout lieu, élevant des mains saintes, sans colère et sans raisonnement” (1 Tim. 2.8). Prions.

  39. Jésus bien-aimé, Toi, l’Auteur de la vie, Toi qui es la Parole de Vie, nous nous approchons maintenant solennellement de Toi, après avoir expliqué cette vision que, ô Dieu, Tu m’as authentifiée. Seigneur Jésus, je Te prie ce soir d’oindre ces Paroles pour l’entendement de toute oreille qui entend le Son divin. Et s’il en est qui écoutent ici ou dans le pays et qui ne sont pas encore prêts, qui ne se sont pas préparés à rencontrer le défi de cette heure, le Message venant de Dieu, qui ne se sont pas repentis et qui ne sont pas prêts, car le Royaume de Dieu est proche, nous Te prions afin qu’ils le fassent ce soir, qu’ils puissent faire face au défi de cette heure.

  40. O Dieu, nous Te prions de nous aider car nous connaissons la responsabilité que nous portons et ce qu’elle signifie, et au jour du jugement, je devrai répondre de tout ce que j’ai dit ici et ailleurs. Aide-moi à être véritablement sincère, Seigneur, dans tout ce que je fais ou dis de Ta Parole, afin que cela puisse porter du fruit. Car la commission que Tu m’as donnée était: “Que ce Livre de la Loi ne s’éloigne pas de ta bouche, et médite-Le jour et nuit, afin que tu prennes garde à faire selon tout ce qui est écrit; car alors tu feras réussir tes voies, et alors tu prospéreras. Ne t’ai-je pas commandé: fortifies-toi et sois ferme? Ne te laisse point terrifier et ne sois point effrayé car l’Eternel, ton Dieu est avec toi partout où tu iras” (Josué 1.8). Seigneur Jésus, fais que ce soir, il en soit ainsi. Nous t’en prions dans le Nom de Jésus. Amen.

  41. Vendredi et samedi, de 10 à 12h, il y aura au Tabernacle, au 8, Penn Street, des enseignements, des réponses à des questions de doctrine et d’autres choses. Venez simplement si vous avez des questions ou quoi que ce soit dont vous ayez besoin. Il y aura quelqu’un pour diriger cela. Que le Seigneur vous bénisse!

  42. Maintenant, pour le service d’ouverture de ce soir, je ne peux rien faire d’autre que d’aller directement à notre message. C’est pour cela que nous sommes ici. Et c’est pour cela que je suis revenu. Et dimanche matin, si le Seigneur le permet, j’aimerais faire face au grand défi de ce jour qui est: Mariage et Divorce.

  43. Maintenant, j’aimerais lire ces quelques mots dans Galates 4.27 à 31. Car il est écrit: “Réjouis-toi, stérile qui n’enfantes point; éclates de joie et pousse des cris, toi qui n’es point en travail d’enfant; car les enfants de la délaissée sont plus nombreux que les enfants de celle qui a un mari. Or vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de promesse. Mais, comme alors celui qui était né selon la chair persécutait celui qui était né selon l’Esprit, il en est de même aussi maintenant. Mais que dit l’Ecriture? Chasse la servante et son fils, car le fils, de la servante n’héritera point avec le fils de la femme libre. Ainsi, frères nous ne sommes pas enfants de la servante, mais de la femme libre”.

  44. Que le Seigneur ajoute Ses bénédictions à la lecture de Sa Parole. Maintenant je crois que le texte que j’ai pris là est très étrange et inhabituel. Mais parfois nous trouvons Dieu à des heures étranges et inhabituelles, de manière inhabituelle et dans des choses inhabituelles. Car Dieu est inhabituel et ceux qui Le servent réellement de tout leur coeur, Le servent d’une manière inhabituelle par rapport aux choses ou aux manières de ce monde. Ce texte s’intitule: La semence n’hérite pas avec la balle.

  45. Paul parle ici littéralement de la semence des deux fils d’Abraham. C’est avec joie que Paul se place lui-même dans la position de celui qui est né de la femme libre.

  46. Or nous savons qu’Abraham a eu deux fils de deux femmes différentes. Dieu lui avait donné la promesse qu’au travers de Sara un Fils lui naîtrait et que le monde serait béni au travers de ce Fils. Toutes les nations seraient bénies par ce Fils. Et l’on croit communément, surtout parmi les Juifs, qu’il s’agissait d’Isaac, mais ce n’était pas cela. Ce Fils promis d’Abraham est Jésus et Il est de la semence royale promise à Abraham.

  47. Mais Abraham eut deux fils, dont un qu’il eut d’Agar qui était la servante de sa femme; c’était une mignonne et gentille servante égyptienne qu’Abraham lui avait ramené d’Egypte. Et Sara, pensant que Dieu ne serait pas capable d’accomplir toute Sa promesse dit à Abraham de prendre Agar sa servante, de l’épouser (car la polygamie était légale en ces jours) et de lui amener l’enfant car c’était sûrement là ce que Dieu avait prévu, elle ne devait avoir l’enfant qu’au travers d’Agar. Mais nous découvrons qu’il n’en était pas ainsi.

  48. Maintenant, nous comprenons aussi que Dieu est parfait en trois. Dieu est parfait en trois. Le chiffre de la grâce est cinq. Le chiffre sept est celui de l’achèvement, comme le monde achevé en sept jours nous le montre. Dieu est parfait dans le Père, le Fils et le Saint-Esprit. C’est la perfection de la divinité. Un seul Dieu lors des trois manifestations de Ses trois attributs, ou encore trois fonctions d’une seule Divinité.

  49. Maintenant, dans l’Eglise il y a aussi trois étapes vers la perfection dans la grâce: la justification, la sanctification et le baptême du Saint-Esprit. Il s’agit de la nouvelle naissance. Cela est exactement typifié par la naissance naturelle. Lorsqu’une femme donne naissance à un enfant, la première chose qui sort est l’eau, puis le sang et finalement la vie. Je crois que dans 1 Jean 5.7, la Bible dit: “Car Il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel: le Père, la Parole (qui est le Fils) et le Saint-Esprit; et les trois sont Un. Et il en a trois qui rendent témoignage sur la terre: l’eau, le sang et l’esprit; et les trois sont d’accord pour un même témoignage”.

  50. Maintenant, le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont Un. Vous ne pouvez avoir le Père sans avoir le Fils; vous ne pouvez avoir le Fils sans avoir le Saint-Esprit. Mais vous pouvez être justifié sans être sanctifié. Vous pouvez être sanctifié sans être rempli du Saint-Esprit. Nous montrerons cela en nous inspirant de la nature.

  51. Il se peut que je vous paraisse étrange. Je n’ai pas d’instruction, je suis sûr que vous l’avez compris. Mais j’enseigne par des types, car le naturel typifie le spirituel.

  52. Nous voyons que la perfection marche par trois. Dieu est parfait en trois. La perfection de la semence d’Abraham était Ismaël, Isaac et Jésus. Ismaël venait de la femme esclave, Isaac venait de la femme libre et tous deux sont venus par le sexe; mais Christ vint par la vierge et non par le sexe.

  53. Il y a là une semence, une seule Semence et non des semences. Les autres n’étaient pas des semences d’Abraham car la Semence d’Abraham était la semence de la Foi dont Dieu avait parlé; ce n’était pas sa semence naturelle. Car après la mort de Sara, Abraham épousa une autre femme et eut sept fils sans compter les filles. Ce n’était donc pas les semences d’Abraham mais LA Semence d’Abraham, la seule. C’était la semence de la foi d’Abraham indiquant la Semence royale, cette Semence qui devait venir par la foi d’Abraham; il ne s’agissait pas de la vie naturelle d’Abraham, mais de sa vie spirituelle. Abraham considérait toute chose contraire à la Parole de Dieu comme nulle, il appelait les choses qui n’étaient point comme si elles étaient, croyant Dieu contre toute espérance. C’est de la semence réelle que nous parlons.

  54. Nous sommes cependant ici en présence d’une image. La semence de la promesse démarra au milieu du léger doute à l’égard de la promesse originale. Voyez comment le doute s’installa lentement dans la promesse originale. Dieu avait promis à Abraham que par Sara il aurait un enfant. Mais remarquez que la première semence d’Abraham vint par la femme esclave parce que Sara avait douté que cette chose puisse arriver car elle était âgée et avait passé l’âge d’enfanter.

  55. C’est ainsi que commença l’église. C’est ainsi que cela commence toujours. Vous commencez depuis le bas. Vous ne commencez pas depuis le haut. Si un homme grimpe à une échelle et qu’il veuille aller tout de suite en haut, il se cassera le cou. Vous devez commencer par le bas et grimper pour arriver jusqu’en haut. Et c’est ici que nous trouvons le début de la promesse de Dieu rendue manifeste au travers d’un léger doute qui interrompit le programme de Dieu.

  56. C’est de la même manière que commença le péché dans le jardin d’Eden. C’est ainsi que la mort entra par le péché, lorsqu’une seule parole de Dieu fut déformée ou mise en doute. Vous ne pouvez douter d’une seule parole de Dieu ni la placer à faux car c’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. C’est ainsi avec la Parole.

  57. Et Sara, qui était une femme (ce qui représente l’église) mit en doute le programme original de la Parole promise de Dieu et dit: “Abraham, toi mon mari, prends cette belle servante, vis avec elle et sois son mari. Et au travers d’elle, Dieu donnera la semence de la promesse; puis je prendrai l’enfant”. Vous voyez, simplement le fait de supprimer un petit iota changea tout le programme. C’est pour cela que nous devons prendre toute parole de Dieu comme étant le AINSI DIT LE SEIGNEUR. Toute Parole de Dieu est vraie.

  58. La semence commença donc avec une promesse dont on avait légèrement douté. Isaac, qui était la semence de la femme promise et libre, manifesta la semence naturelle qui avait été promise; c’est ce que Paul essaye ici d’expliquer dans Galates. Et il continue en disant ici que les enfants de la femme esclave ne peuvent pas hériter avec les enfants de la femme libre car ils viennent de deux catégories différentes. C’est vrai. L’incroyant ne peut pas hériter avec le croyant. C’est impossible.

  59. C’est ce qui ne va pas aujourd’hui. Vous ne pouvez amener un poulet dénominationnel à croire comme un aigle. Vous ne pouvez tout simplement pas le faire. C’est là que commencent les ennuis. Vous devez croire chaque parole de Dieu. Vous n’êtes tout simplement pas cohéritiers; vous ne pouvez pas non plus vous joindre à cela. Vous ne pouvez pas faire cela. Vous devez être un aigle ou un poulet.

  60. Isaac ne pouvait pas hériter avec Ismaël qui était la semence de la femme esclave et qui était né à cause du doute. Sara mit en doute la Parole de Dieu; elle douta que Dieu puisse tenir cette Parole. Remarquez qu’Abraham (voyez ce que je prépare pour dimanche prochain) ne douta pas. Sara douta. C’est elle qui douta. Ce n’est pas Adam qui douta; ce fut Eve qui douta. Nous en verrons encore davantage à ce sujet dimanche matin.

  61. Le naturel ne peut pas davantage hériter avec le spirituel. Pas plus que les enfants d’Ismaël ne pouvaient hériter avec les enfants d’Isaac, le charnel ne peut hériter avec le spirituel.

  62. L’église naturelle, l’Eglise spirituelle. Il y a une église naturelle typifiée par ces femmes ici et il y a aussi une Eglise spirituelle. L’église naturelle et l’Eglise spirituelle ne peuvent donc pas hériter ensemble. Ce sont deux peuples différents vivant à deux époques différentes et sous deux alliances différentes.

  63. C’est pour cela que l’Enlèvement sera différent et ne sera que pour la Semence Royale d’Abraham. Cet enlèvement ne peut se faire par le naturel, par la semence charnelle de l’église. Ce devra être la Semence Royale de la Parole de Dieu venant au travers d’Abraham, la Semence Royale. C’est pour cela que l’enlèvement aura lieu en premier, car souvenez-vous que “nous, les vivants, qui demeurons jusqu’à la venue du Seigneur, nous ne devancerons aucunement ceux qui se sont endormis. Car la trompette de Dieu retentira, les morts en Christ ressusciteront premièrement et nous qui sommes en vie et demeurons, serons enlevés ensemble avec eux pour aller à la rencontre du Seigneur dans les airs”. Remarquez qu’il est aussi écrit: “Le reste des morts ne revint pas à la vie jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis”.

  64. Ils ne seront donc pas héritiers ensemble; ils n’iront pas ensemble dans l’enlèvement. Il n’y a absolument qu’une église naturelle et une Eglise spirituelle; une église charnelle et une Eglise spirituelle.

  65. Il n’y a pas de jugement pour la Semence Royale spirituelle, la semence prédestinée d’Abraham, car elle est prédestinée à la Vie éternelle. Ils ont accepté le sacrifice pour lequel Dieu a pourvu, ce Sacrifice qui est Christ, la Parole. “Il n’y a donc maintenant aucune condamnation (c’est dans Romains 8.1 si vous voulez voir l’Ecriture) pour ceux qui sont dans le Christ Jésus” car ils ont marché non selon la chair, mais selon l’Esprit. Et dans Jean 5.24, il est dit: “Celui qui entend ma Parole (le véritable terme est “comprend”. N’importe quel ivrogne peut entendre cela et continuer son chemin). Mais celui qui écoute ma Parole, qui comprend ma Parole et croit que celui qui m’a envoyé a la Vie éternelle, ne viendra pas en jugement mais il est passé de la mort à la vie”. Certainement! Celui à qui ce grand mystère de Dieu a été révélé comprend comment ce Dieu qui était en Christ s’est réconcilié Lui-même avec le monde, comment Lui et le Père sont Un. Il comprend l’accomplissement des grands mystères de ce Dieu qui se prend et se livre Lui-même, se manifestant dans l’âge des êtres humains et dans le cours de leur vie. Il rend manifeste Sa Parole en compagnie des êtres humains au jour où le soleil se lève à l’Est comme Il le fait lorsqu’il se couche à l’Ouest, afin de se manifester Lui-même ainsi que Sa Parole au travers d’une Eglise-Epouse. “Celui qui comprend (c’est-à-dire qui connaît) ce qui lui est révélé de Celui qui m’a envoyé, a la vie Eternelle et ne viendra pas en jugement mais il est passé de la mort à la Vie”.

  66. La semence naturelle n’était qu’un porteur de la Semence spirituelle, comme la tige, le gland et la balle. Nous avons vu cela auparavant dans un autre message. Mais j’aimerais revoir cela, revenir là-dessus juste une minute.

  67. Il y a donc trois étapes pour la semence, ce qui est pour nous une véritable image de la semence naturelle sur la terre. Lorsqu’une semence est plantée, elle produit une tige sur laquelle bourgeonnent des feuilles, puis vient l’épi où le pollen est suspendu; ensuite vient la balle, puis de nouveau la semence.

  68. Observez les étapes de cette parfaite parabole et voyez comme en type cela marche exactement, car Dieu est l’Auteur de toute la nature. La nature ne peut donc faillir, pas plus que Dieu ne peut faillir, car Il était Celui qui a placé chaque chose dans sa condition, afin que nous puissions regarder et observer.

  69. Observez, Agar était la tige; c’était le début de la semence qui se levait. Mais cela ne ressemblait absolument pas à la semence. C’était la tige car elle était une esclave; elle ne faisait pas du tout partie de la promesse, elle n’avait rien à voir avec la Parole. Elle ne faisait que transporter la semence.

  70. Sara était l’épi et elle avait le pollen. Cette nation juive qui sortit d’elle amena Isaac, à travers Isaac elle amena Jacob, à travers Jacob elle amena les patriarches et à travers les patriarches elle amena une nation.

  71. Par la foi, la vierge Marie produisit la véritable Semence spirituelle, la Parole faite chair. Vous voyez? Il y eut trois femmes qui portèrent cette semence. L’une d’elles était en fait adultère, par la polygamie. La deuxième était une femme libre et la troisième n’eut rien à faire avec le sexe mais par la foi elle crut la Parole de Dieu. Sara et Agar eurent à faire avec le sexe, mais Marie était vierge et reçut la Semence par la puissance de la Parole promise de Dieu. C’est juste!

  72. Agar était la tige. Deux femmes doutèrent de la promesse, mais observez ce que cela amena. Agar, la deuxième femme d’Abraham, n’était tout simplement qu’une concubine. Elle mit au monde un homme. Mais quelle sorte d’homme était-ce? La Bible dit que c’était un homme sauvage. Il vivait de son arc et aucun homme ne pouvait l’assujettir. On ne pouvait l’apprivoiser, le convertir, ni le régénérer. Il ne pouvait être apprivoisé. C’était un homme sauvage car il était contraire à la Parole de Dieu. Et toute chose contraire, tout prédicateur, tout frère laïc, toute église contraire à la Parole de Dieu produira un tas d’adultères sauvages, dignes d’une Hollywood mondaine et ne pourra rester avec la pure Parole car elle ne fait même pas partie de la promesse. Non!

  73. Comme Sara était l’épi, la vraie femme de la promesse, elle mit au monde un homme vaillant. Après son retour d’âge, elle produisit une nation qui servit Dieu. Mais Marie n’eut pas du tout affaire au sexe; alors qu’elle était vierge, qu’elle n’avait point connu d’homme, elle crut la Parole promise. Et l’Ange du Seigneur vint à sa rencontre et lui dit: “Je te salue, Marie, bénie sois-tu parmi les femmes car Dieu est avec toi”.

  74. Et elle dit: “Comment ces choses arriveront-elles?”.

  75. L’Ange dit: “Le Saint-Esprit te couvrira de Son ombre”.

  76. Dans aucun âge on n’avait vu une chose pareille, mais Marie crut Dieu. Et elle dit: “Voici, je suis la servante du Seigneur”. Elle crut la Parole. Comment allait-elle avoir ce bébé? Elle savait qu’Agar avait eu le bébé après un rapport sexuel avec Abraham et que Sara avait eu le bébé, l’enfant de la promesse après un rapport sexuel avec Abraham; l’esclave et la femme libre avaient eu des rapports sexuels, mais ici on lui demandait de croire de cette même foi qui était en Abraham et le portait à croire des choses impossibles. “Du moment que Dieu a dit qu’il en serait ainsi, c’est que c’est juste!”.

  77. Elle crut Dieu sans jamais poser de questions. Elle dit: “Voici la servante du Seigneur. Peu importe les critiques que je devrai supporter du monde, qu’il me soit fait selon Ta Parole”. C’est alors que fut engendrée la véritable Semence.

  78. Agar ne pouvait pas le faire, parce que c’était le sexe. C’est vrai. Sara ne pouvait pas le faire non plus, c’était le sexe; l’église sectaire ne peut pas le faire non plus. Il faut que ce soit une foi vierge en la Parole de Dieu pour faire produire un enfant à la promesse. Le sectarisme ne produira jamais une église née de nouveau. Il ne peut pas faire cela. Il produira quelque chose qui sera un quelconque substitut. Il produira quelque chose qui imitera cela, qui essayera d’y ressembler. Mais une véritable Eglise de Dieu née de nouveau croit la Parole de Dieu face à toute chose, quelle qu’elle soit, car Elle n’est pas adultérée. C’est par la promesse de Dieu que ces choses arrivent.

  79. Marie, la véritable porteuse, celle qui ne l’est pas par le sexe, dit: “Qu’il me soit fait selon Ta Parole. Voici Ta servante”. Et que produisit-elle? Non un homme sauvage, non une nation, mais elle produisit la Parole, Dieu Lui-même rendu manifeste dans la chair (amen!), la véritable Semence de Dieu qui manifesta chaque promesse que Dieu avait faite dans la Bible. Aucun homme ne peut vivre sans Lui. Il était la véritable semence. Marie était l’enveloppe qui produisit le grain.

  80. Les deux autres étaient des porteuses qui n’amenaient à la vie que des semences naturelles. Maintenant, ne faites pas de Marie une déesse comme certains essayent de le faire. Elle n’était pas une déesse. Certainement pas! Elle n’était qu’une porteuse de la Semence comme les autres étaient aussi porteuses de semence.

  81. Mais la foi en la Parole produit quelque chose de plus proche de l’image réelle, comme lorsque le grain de maïs ou de blé mûrit. Cela produit d’abord une tige, puis vient le pollen et ensuite vient l’enveloppe. Si vous n’observez pas attentivement cette enveloppe, vous aurez l’impression qu’elle ressemble exactement au grain véritable. Mais en l’ouvrant vous trouverez le véritable grain à l’intérieur. De nouveau, il ne s’agit que d’une porteuse.

  82. Ainsi vous voyez comme Marie, non par le sexe mais par la foi, produisit quelque chose d’exactement pareil… Marie n’était pas cette Semence. Marie était une porteuse de la Semence. Lui était la Semence véritable de la Foi parce que la Parole de Dieu a été donnée à Abraham par la Foi. Et seule la Foi peut produire ce que Dieu a dit qu’Il voulait faire, la Foi en Sa Parole.

  83. Remarquez comme Marie se rapprochait davantage de la chose véritable, elle était comme l’enveloppe. La balle enferme la semence en elle-même, la protège et la nourrit jusqu’à ce qu’arrivée à maturité elle demeure seule. C’est ainsi que ce troisième âge de l’église de Pentecôte a mûri, tenant ce grain jusqu’à ce qu’il soit temps d’ouvrir la balle. Marie, qui était la mère de Christ, n’était qu’une incubatrice. Jésus n’était pas du sang de Marie; Il n’était pas du sang des Juifs, Il n’était pas du sang des nations. Il était du Sang de Dieu. Dieu créa ce Sang. Ce ne pouvait être par le sexe. Jésus (Dieu) n’était ni juif ni gentil.

  84. Le bébé n’a pas une goutte de sang de la mère. Le sang vient du père. Nous savons que l’hémoglobine vient du mâle. C’est comme pour les poussins; une poule peut pondre un oeuf, mais si elle n’a pas été avec le mâle, avec le coq, il n’éclora jamais. Il est stérile bien qu’ayant tout à fait l’apparence de l’oeuf fertile. Il en a toute l’apparence mais Il n’a pas la vie en lui.

  85. C’est ainsi qu’il en est des gens qui se prétendent de Christ. Beaucoup parmi eux ressemblent à des chrétiens et essayent d’agir comme des chrétiens, mais vous devez avoir Christ en vous-même, car Il est la Parole rendue manifeste, sinon vous ne mûrirez jamais pour devenir un chrétien croyant la Bible. Vous serez toujours un “quelque chose” de dénominationnel. Ce “quelque chose” ne peut pas vivre car il n’y a aucune vie en lui pour le faire vivre. Si la poule n’a pas été avec le mâle, l’oeuf ne peut pas éclore, il pourrira simplement dans le nid.

  86. Il en est de même avec les membres d’une église. Vous pouvez les dorloter, en faire des diacres et toutes ces choses, mais vous aurez un nid rempli d’oeufs pourris à moins qu’ils ne se soient unis au mâle. C’est juste!

  87. Le porteur, la balle, nourrit la semence. C’est juste. Puis la semence doit quitter la balle, ou la balle doit quitter la semence afin que celle-ci puisse être en présence du soleil pour mûrir. Nous voyons tout cela en type.

  88. Voyez maintenant combien l’église des derniers jours tend à ressembler le plus possible à la Semence Elle-même. Regardez comme cette dénomination de Pentecôte qui s’est élevée en ces derniers jours (nous expliquerons cela un peu plus tard) en est venue à ressembler de manière tellement proche à la Semence. Lorsque l’enveloppe se détache d’un grain de blé après que le pollen soit tombé lors de la seconde étape, nous entrons dans la troisième étape. Si vous n’observez pas vraiment très attentivement, vous ne serez pas capable de dire où se trouve le véritable grain de blé là-dedans. Lorsque cette première petite graine apparaît, elle ressemble vraiment au grain. Mais si vous vous installez et que vous ouvrez cela, vous découvrirez qu’il n’y a pas de grain du tout. Il ne s’agit que de la balle, d’un porteur du grain. Mais c’est de là que sort le grain. Mais souvenez-vous qu’après la balle il n’y a plus rien. Souvenez-vous qu’après Marie, aucune Semence promise ne devait venir par une femme. Et il ne nous est plus promis de dénominations après celle de Pentecôte. Ce sera l’Epouse enlevée sortant de cela, la Semence, la Parole rendue de nouveau manifeste.

  89. Observez combien c’est ressemblant. Dans Matthieu 24.24, il est dit que, dans les derniers jours, les deux esprits, l’esprit de l’église et des gens de l’église et l’esprit de l’Epouse et des gens de l’Epouse, seraient si proches que cela tromperaient même les élus, si cela était possible. C’est aussi proche que cela.

  90. Observez comme la vie passe à travers la tige. Maintenant, observez, ici nous allons voir quelque chose qui est un type. Luther, dans l’âge où il produisit la semence de l’Epouse, était le même en esprit. Il n’y eut qu’une petite graine de la semence de Luther qui s’éleva; ce fut la justification par la foi. Il était le type même d’Agar, la tige. Remarquez que Wesley était un type de Sara; c’était l’âge de Philadelphie, l’âge de l’amour qui produisit l’épi. Durant l’âge de Wesley il y eut plus de missionnaires que durant n’importe quel autre âge. Ce fut le grand âge missionnaire du temps de Wesley.

  91. Mais l’âge de Pentecôte représente Marie, c’est-à-dire la dernière étape. Elle n’était pas la Semence bien que la vie de la Semence se trouvât en elle. Cette semence n’était pas encore mûre. (Oh, je me sens vraiment rempli de piété.) Elle n’était pas encore mûre. Elle était là mais n’avait pas encore mûri. Ainsi en est-il de notre âge de Pentecôte dans lequel nous vivons. Une Parole de Dieu doit être produite qui soit en dehors de toute dénomination, hors du domaine de toute dénomination.

  92. Luther se dirigea vers la balle par sa première parole: “Le juste vivra par la foi”. Wesley eut deux paroles; la première était une parole de sanctification et la seconde définit l’oeuvre de la grâce. La Pentecôte apporta la troisième parole, c’est-à-dire la restauration des dons. Mais toute la semence devait sortir. Voyez comment ils établirent une dénomination sur une parole, puis sur une autre, puis sur une autre. Mais il doit y avoir quelque chose dont on ne peut faire de dénomination. C’est la vie dans son intégralité qui doit se trouver là et qui doit se produire elle-même à nouveau dans une Epouse. Il ne peut y avoir d’autre âge de l’Eglise après celui-ci. Nous sommes à la fin, frères et soeurs. Nous sommes ici, nous sommes arrivés. Grâces soient rendues à Dieu! Amen!

  93. Maintenant, nous voyons que ces choses sont aussi vraies que possible. Nous remarquons alors que si Marie, ou Wesley était l’épi, alors la Pentecôte doit être l’enveloppe car c’est l’étape suivante de la sortie du grain.

  94. Mais frère, soeur, la tige n’est pas le grain, pas plus que l’épi n’est le grain ni que l’enveloppe n’est le grain, bien qu’à chaque fois que la plante mûrit elle ressemble davantage au grain. La tige ne ressemble pas au grain. Qu’est-ce donc qui doit sortir? L’épi, c’est-à-dire une grappe de petits bulbes. Lesquels ressemblent davantage au grain que les feuilles. Que vient-il ensuite? La balle qui contient le grain et le nourrit.

  95. Maintenant retournons à la promesse que Dieu a faite à Abraham au sujet de cette “Semence”, ce qui était une manière spirituelle de parler. Nous savons tous cela. Il parlait de Christ, non d’Isaac, qui devait venir au travers de la Semence de la foi d’Abraham.

  96. Remarquez que la première semence vint par une esclave. Cela ne ressemblait pas du tout à une promesse. Dieu ne doit jamais retirer Sa Parole pour qui que ce soit. Dieu a dit comment cela devait arriver et c’est ainsi que cela arrivera. Mais Sara, qui représentait l’église, qui était un type de l’église, dit: “Eh bien, je crois que c’est un peu trop phénoménal. Je ne peux tout simplement pas croire cela, tu iras donc vers Agar et tu la prendras pour femme”. Vous voyez cela? Cette tige (Agar) ne ressemblait pas du tout à la promesse, puis Sara apparut. Cela semblait très bien. Cela ressemblait beaucoup plus à la promesse ici, mais ce n’était pourtant pas encore la véritable promesse car, au travers d’Isaac, Israël faillit et renia la véritable Semence lorsqu’Elle vint (Alléluia! Ne vous excitez pas; ne courez pas. Cela ne vous fera pas de mal!). Ils renièrent la Semence, Le crucifièrent et Le pendirent sur la croix.

  97. Juste comme Paul a dit: “La semence de l’esclave n’a-t-elle pas persécuté la semence de la femme libre?”. C’est ainsi que la semence de la dénomination persécute le véritable grain. C’est ainsi qu’il doit toujours en être. Ils n’hériteront pas ensemble. Ils ne sont pas associés. Ce sont deux promesses absolument différentes, deux époques différentes, en tout cas deux peuples différents. L’une est l’Epouse et l’autre est une église. On ne peut absolument pas les comparer.

  98. Mais elles ne sont toujours pas la semence promise qui devait venir. Sara ne l’était pas, Agar non plus. Marie non plus n’était pas la Semence. Marie n’était pas la Semence. Elle était une porteuse de la Semence. Tout comme la balle du grain, elle avait nourri puis fait sortir la véritable Semence de sa matrice. Mais la balle n’est pas la Semence. Elle est ce qui est le plus proche de la Semence. Elle enserre la semence. Si nous regardons en bas dans la tige, nous voyons que la vie se répand à travers elle. Et lorsqu’on en arrive au pollen, elle s’approche encore davantage. Mais lorsqu’on en arrive à la balle, on voit que celle-ci se trouve juste avant la semence et que sa forme est presque la même. Jésus nous a dit ce qu’il en serait dans les derniers jours: elle serait si proche qu’elle pourrait séduire même les élus si cela était possible. Mais ensuite, la semence sort de là. Et alors la vie quitte la balle. La balle est donc un porteur. Et c’est exactement ce qu’ont été nos dénominations; Luther, Wesley, les Pentecôtistes ont été des porteurs de la vie et il est maintenant temps pour la Semence de sortir de cela.

  99. Maintenant, remarquez simplement que Marie n’était pas la Semence. Il y avait la balle, l’épi, la tige, c’est-à-dire des porteurs pour une partie de la Parole et non pour toute la Parole. Luther avait la justification. Wesley avait la sanctification. Les Pentecôtistes avaient la restauration des dons. Mais lorsque vint la Parole… C’était cela qu’ils pouvaient produire: la justification sauvera l’homme. Croyez-vous cela? Certainement. C’est le porteur de la Parole, et je crois également que la tige fait partie du blé. Certainement! Mais elle est un porteur. Elle n’est pas la vie. Puis vint la sanctification. Combien croient en la sanctification? Certainement! Vous devez croire la Bible. Ensuite vint la Pentecôte, la restauration des dons. Ils disaient que le parler en langues était la preuve initiale que vous aviez le Saint-Esprit. C’est ce qu’ils appelaient la preuve initiale; et que produisit-elle? La balle. Mais ils firent une organisation. Lorsque vous en venez à dire: “Moi et le Père sommes un” et ces autres choses, alors la balle s’éloigne de cela. Mais la véritable Epouse-Eglise originelle produit l’entière Parole de Dieu dans sa plénitude, car Il est le même hier, aujourd’hui et pour toujours.

  100. Remarquez que la Semence se trouvait dans le sein de Marie. Mais lorsque la Semence fut libérée, Elle dit: “Je suis venu pour faire la volonté de Celui qui m’a envoyé. Moi et mon Père sommes Un. Si je ne fais pas Ses oeuvres, ne me croyez pas”. C’était la Semence. “Lequel d’entre vous peut-il m’accuser du péché d’incrédulité? Ce que la Bible a promis que je ferais, je l’ai fait. Dieu a prouvé cela au travers de moi!” a-t-Il dit. La Semence dans le sein de Marie, l’enveloppe, était près d’être cela, mais elle n’était pas la Semence. Elle se trouvait toujours dans le sein de Marie.

  101. Remarquez. Il en a toujours été de même que ce soit pendant l’âge pentecôtiste, l’âge luthérien ou l’âge wesleyen. Mais lors de l’ouverture du septième sceau dans Apocalypse 10, toute la Parole doit renaître, être manifestée de nouveau et être authentifiée par l’Esprit de Dieu dans toute Sa force, comme Elle le fut lorsqu’Elle se trouvait sur la terre et qu’Elle fut manifestée de la même manière et qu’Elle faisait toutes ces choses. Amen! Hébreux 13.8 dit que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et pour toujours. Dans Luc 17.30, Jésus dit: “Il en sera dans les derniers jours comme aux jours de Sodome et que le Fils de l’Homme se révélera de nouveau Lui-même”.

  102. Le monde se trouve dans une condition sodomique et l’église est entrée avec lui dans Sodome tout comme Lot et sa femme. Et je vous dis qu’il y a quelque part dans le monde une Eglise élue qui doit être tirée hors de ces choses et mise à part de ces choses. Son attention a été attirée par la manifestation de Dieu. Nous sommes dans les derniers jours.

  103. L’enveloppe a transmis sa force à la graine; toute sa force s’en est allée. Elle a été une bonne enveloppe mais elle a fait son temps.

  104. Vous voyez, c’est l’Epouse-Parole de l’Epoux-Parole. La semence naturelle d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, la semence naturelle d’Isaac et autres, devait être enterrée afin de produire cette autre semence, afin de produire Jésus. C’est ainsi qu’il devait en être de toutes ces autres semences. Les enveloppes devaient sécher, le pollen devait sécher et tout devait mourir afin que la graine puisse se produire elle-même.

  105. C’est ainsi qu’il en a été en chaque âge. Les dénominations ont transporté une partie de la graine. Une partie de cela forme la Parole car Elle avait été cachée ou scellée aux sages réformateurs jusqu’à ce qu’apparaisse l’âge de l’aigle. C’est ce que dit la Bible. Certainement! Car c’est ce qui nous a été promis dans Malachie 4. C’est exactement cela. Il a caché cela aux yeux des sages et des intelligents! Et, comme nous venons de le voir dans le livre d’Apocalypse, ces trois bêtes qui sortirent typifiaient exactement Luther, alors que les autres, le boeuf et autres animaux de la Bible, représentaient successivement les autres âges de l’Eglise. Cela produisit la justification, la sanctification et arriva même jusqu’aux Pentecôtismes; mais la quatrième bête était un aigle. C’est juste, et pendant cet âge Dieu fit sortir la graine. La semence devait donc traverser cet âge pour que tout soit juste. Oui, c’est la promesse de l’aigle de Malachie 4 qui est accomplie.

  106. [Cet alinéa manque, déjà en anglais — N.d.T.]

  107. Jésus n’était pas de Marie, mais Il vint au travers de Marie, tout comme la vie vient au travers de l’enveloppe.

  108. Maintenant, beaucoup parmi vous qui êtes ici ce soir et qui êtes de gentils frères et soeurs catholiques, pensez peut-être que Marie était la mère de Dieu et vous dites qu’elle l’était. Comment pouvait-elle être mère de Dieu alors que Dieu n’a ni commencement ni fin? Vous voyez? Qui donc était le père de Dieu si elle était Sa mère? C’est Lui qui était Son créateur et non elle qui était Sa créatrice. Il Se créa Lui-même dans le sein de Marie et n’était pas sa création à elle. Il Se créa Lui-même. Il ne venait pas d’elle mais elle venait de Lui. C’est juste! La Bible nous enseigne que c’est Lui qui a fait toutes choses. Rien n’a été fait si ce n’est par Lui. Comment donc aurait-Il pu avoir une mère alors qu’Il était Lui-même Dieu?

  109. Nous voyons ici la véritable révélation du vrai type. Voici trois femmes qui ont porté la semence naturelle jusqu’à ce qu’elle mûrisse en Jésus. Nous voyons qu’elle ne pouvait pas venir d’Ismaël car il était, comme on dirait aujourd’hui, né hors des liens du mariage; il était le fils d’une femme esclave. Ensuite vint Isaac, qui se rapprochait davantage de Lui, de Jésus. Mais ce n’était pas encore lui car il était né par des relations sexuelles entre Sara et Abraham. Mais ensuite vint Marie, qui par une naissance virginale produisit Jésus-Christ (c’est juste!), Dieu, la Parole faite chair.

  110. Observez maintenant qu’il y avait trois femmes. Ces trois femmes typifient des églises (les femmes typifient toujours des églises); elles représentent trois âges dénominationnels, trois enveloppes, qui devaient mourir et sécher, tout comme le fait l’enveloppe afin de faire place à la semence. La semence ne peut pas mûrir tant que l’enveloppe, la tige et les feuilles ne sont pas complètement sèches. Sinon, elles affaiblissent toute la vie qui se trouve en elle. Amen!

  111. C’est maintenant le temps de la semence, ou le temps de l’Epouse. Les enveloppes sont mortes. Les enveloppes ont séché. C’est le temps de la Parole vierge qui n’a pas été touchée. C’est une vierge. Souvenez-vous que c’est le temps de la Parole vierge. Si vous la mettez entre les mains d’une dénomination elle ne sera certainement plus vierge. Vous irez alors vers le temps de la manipulation humaine. Mais l’Eglise de Dieu ne doit pas être touchée par une dénomination (alléluia!); c’est une vierge née de la Parole de Dieu manifestée, Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui et pour toujours. Alléluia! Comme c’est merveilleux! J’aime cela. Je crois ces choses. Je sais que c’est la Vérité. Elle ne sera pas touchée. Il n’y aura pas de manipulation humaine et dénominationnelles lors de la naissance vierge de l’Epouse. Certainement pas! Dieu lui a ordonné de sortir de cela. “Ne touchez pas à ces choses impures, vous deviendriez des vautours”.

  112. Cela me fait penser à quelque chose. Tandis que je rentrais de la réunion de Phoenix l’autre soir et que je revenais à Tucson, l’Esprit de Dieu attira mon attention sur quelque chose. J’étais en train de discuter avec ma femme et les enfants étaient endormis à l’arrière de la voiture. Il attira mon attention sur un faucon. J’observai attentivement ce faucon et l’étudiai. Il est le type même de l’église d’aujourd’hui.

  113. Comme nous le savons tous, le faucon a perdu son identité propre qu’il avait lors de la création originelle. C’est parfaitement vrai. Au début, le faucon était semblable à l’aigle, son grand frère. Mais maintenant, il ne peut plus voler dans le ciel afin d’y chasser sa manne céleste, il est devenu mou. Il ne peut plus voler dans le ciel. Il sautille sur le sol comme un vautour, s’installe sur une cabine téléphonique et se met à sautiller en chassant les lapins morts. Le faucon n’était pas fait pour cela. Non, il était fait pour être semblable à l’aigle. Il en est exactement de même pour l’église. Elle était semblable à l’aigle. Elle devrait prendre place dans les cieux. Mais au lieu de cela elle s’est ramollie. Elle ne vole plus dans l’inconnu, dans le ciel bleu. Certainement pas! Elle s’appuie sur les moyens modernes qu’elle a adoptés, sur l’éducation et la théologie de quelque dénomination faite par l’homme; elle sautille sur le sol à la recherche d’un tas de lapins morts, tués par quelqu’un d’autre et à moitié pourris. C’est juste! Un faucon. Voyez ce que cela signifie. L’aigle n’a absolument pas changé. Il reste toujours un aigle.

  114. Le faucon ne s’élève plus dans les cieux pour y attraper sa manne, mais il dépend de ce qu’il peut trouver, de ce qui est déjà mort. Un vrai faucon ne dépend pas d’un poteau de clôture pour surveiller le sol. Mais observez de nos jours un vieux faucon. Promenez-vous le long de la route et vous verrez que les câbles téléphoniques sont remplis de faucon en train de regarder s’ils peuvent trouver quelque chose qui a été tué, quelque chose de pourri. C’est ce qu’il doit faire car ses ailes ne sont plus suffisantes pour lui permettre de voler. Il s’écraserait immédiatement sur le sol car il est devenu tout mou. Il n’a plus utilisé la force que Dieu lui avait donnée.

  115. Il avait été spécialement prévu pour naviguer dans les cieux et observer ce qui se passe depuis là-haut. Mais maintenant il reste en bas et ne peut même plus regarder en haut. Il a l’esprit fixé sur des lapins morts ou sur ce qu’il peut trouver sur la route, comme des putois, des opossums ou quelque chose qu’un automobiliste a écrasé. Ce n’est pas un aigle mais il en a quelque chose. De la même manière, l’église dépend de l’éducation et de ces choses pour sa nourriture, une nourriture morte depuis des années, qui avait servi pour Luther, Wesley, les Pentecôtistes et qui continue à… L’église regarde en arrière, à quelque credo fabriqué par l’homme, au lieu de voler dans les cieux de la Parole où toutes choses sont possibles à celui qui croit.

  116. Le faucon a pris les habitudes de la buse. Ces choses mortes étaient laissées pour les vautours, c’est à dire le monde. L’instruction et toutes ces choses étaient prévues pour le monde, non pas pour l’Eglise. Le faucon n’est plus robuste. Il ne peut plus s’élever dans ces cieux rudes où toutes choses sont possibles à ceux qui croient. Il retourne en arrière pour dire: «Eh bien, le docteur un tel a dit que… Ma dénomination ne le croit pas de cette manière». Oh, faucon perverti qui a peur de se déclarer pour les promesses de Dieu.

  117. Vous dites: «Eh bien, les jours des miracles sont passés». Vous vous êtes ramollis. Vous avez peur de prendre vos ailes et de vous envoler vers l’au-delà; vous êtes ramollis au point de ne pouvoir assister à une réunion de prière? En êtes-vous arrivés au point d’avoir peur de rester plus de dix minutes à l’autel? Vous picorez de-ci de-là tel un vautour en train de manger une charogne par terre. Certainement!

  118. Le faucon est trop mou pour pouvoir aller de nouveau dans ces endroits rudes là-bas de l’autre côté. Il picore comme un vautour et mange la nourriture du vautour (c’est cela, c’est juste) à tel point qu’il commence à ressembler à un vautour. Il agit comme un vautour; il n’a plus rien du faucon. Il ressemble davantage à un vautour qu’au faucon. Le faucon est censé voler, non pas s’installer sur une cabine téléphonique pour attendre de voir un lapin mort, puis descendre et se mettre à sautiller ça et là comme un vautour. Vous voyez?

  119. C’est exactement ainsi que l’église agit aujourd’hui. «A quoi bon aller se mettre à voler là en haut alors que je peux avoir des lapins ici?». Mais ils sont morts; ils sont pourris. Ils sont contaminés. Un temps, ils ont été bons. De même que la doctrine des Luthériens, des Wesleyens et des Pentecôtistes. Pourquoi mangez-vous comme un vautour? Toutes les nuits, de la manne fraîche tombait des cieux pour les enfants d’Israël lorsqu’ils voyageaient. Tout ce qui restait était contaminé. Dans le pays, nous avions l’habitude de dire que “les vers s’y étaient mis”. Il y a trop de ces vers dans nos expériences d’aujourd’hui. Nos religions dépendent de ce qu’un autre a dit et de ce que “la promesse est pour quelque autre âge”.

  120. Quelqu’un est venu me voir il n’y a pas très longtemps; c’est un prédicateur baptiste, il est venu chez moi et m’a dit: «Vous savez, j’aimerais simplement vous reprendre sur un point».

Je dis: «Lequel?».

Il dit: «Vous essayez d’enseigner une doctrine apostolique en cet âge alors que l’âge apostolique est terminé».

  1. Je dis: «Quand donc? Je peux vous dire quand il a commencé, et vous dites-moi quand il s’est terminé». Je dis: «Croyez-vous la Parole?».

Il dit: «Oui».

  1. Je dis: «Très bien. Vous croyez que c’est le jour de Pentecôte que l’âge apostolique a commencé?».

Il dit: «Oui».

  1. Je dis: «Alors souvenez-vous que Jésus a dit: “Quiconque ôtera une parole à ceci ou y ajoutera une parole, sa part lui sera retranchés du Livre de Vie”. Il peut très bien s’agir d’un prédicateur ou de quelqu’un dont les noms ont été inscrits dans le Livre». Je dis: «Pierre a dit: “Repentez-vous, et que chacun soit baptisé au Nom de Jésus-Christ, en rémission des péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit: car à vous est la promesse et à vos enfants, et à tous ceux qui sont au loin, autant que le Seigneur notre Dieu en appellera à lui”. Quand est-ce donc sorti? Cela a toujours été là». Il s’agit d’un tas de faucons qui se sont transformés en buses et sautillent autour de quelque carcasse morte qu’un autre âge a tué pour eux (c’est vrai!); ils ne veulent plus de la manne fraîche venant des cieux.

  2. Ils ne veulent plus cette manne. Ils ne peuvent plus avoir de réunions de prière. Dès le début ce n’était pas des aigles; ils sont mous, ils ne sont pas robustes et se contentent de sautiller de-ci, de-là. C’est ainsi que nos dénominations s’appuient sur l’instruction et sur quelque théologie humaine pour expliquer ces choses. Et ils acceptent cela. Ils ne veulent pas prendre la Parole qui dit que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et pour toujours. Ils ne veulent pas prendre Malachie 4. Et ils ne veulent pas prendre toutes les autres promesses qui appartiennent à ce jour; ils ne veulent pas prendre ce qu’a dit le prophète: “Au temps du soir il y aura de la Lumière”. Ils ne prennent pas cela; ils veulent sautiller autour de quelque organisation pentecôtiste qui a été tuée il y a des centaines d’années et mangent ainsi une manne à demi pourrie. C’est juste! Cela n’est pas bon!

  3. Remarquez que l’église est tellement charnelle, se nourrissant d’une charogne terrestre et de ces choses mortes du monde, tout comme le fait le vautour. Les dirigeants de l’église ne laissent pas la Saint-Esprit envoyer un homme vers une église. Il faut qu’ils aient une politique pour voir si la dénomination va recevoir cet homme ou non. C’est juste. Ils aiment le monde. Ils s’habillent comme le monde. Ils ressemblent au monde. Ils agissent comme le monde. Ils sont des vautours comme le monde. Ils sont paresseux, mous et font des compromis. Voilà où tout cela mène. Avez-vous déjà vu un aigle faire des compromis? Certainement pas! Il n’y a pas de compromis en lui. Il n’y en a pas non plus dans un chrétien authentique. Il n’est pas mou. Il chassera jusqu’à ce qu’il trouve sa nourriture. Amen! Certainement! Il trouvera sa viande. Il veut de la manne fraîche. Il descendra là-bas et se mettra à creuser jusqu’à ce qu’il la trouve. Il volera de plus en plus haut. S’il n’en trouve pas dans cette vallée, il s’élèvera un peu plus. Plus vous allez haut, plus vous voyez. Il est donc temps pour les aigles de ce jour de se mettre à voler plus haut et de creuser dans les promesses de Dieu, et non de vivre de cette nourriture de vautour qui a été tuée il y a des années. Sortez de cela.

  4. Les politiciens votent ceci, votent cela, disent ceci ou cela, et encore cela. Et le Saint-Esprit n’a plus aucun droit dans l’église. Il n’y a plus de réunions de prière, il n’y a plus d’agonie dans la prière avec Dieu pour que s’accomplisse Sa Parole. On ne croit plus que la Parole est encore la même hier, aujourd’hui et pour toujours. Ils se contentent d’agir comme des vautours, vont dans une dénomination, inscrivent leur nom dans le livre, deviennent paresseux et mous et s’installent là, avides de corps pourrissants. Et tout cela alors qu’ils sont censés être au moins un faucon, c’est à dire un frère proche de l’aigle, le prophète qui a apporté la véritable Parole et qui l’a manifestée.

  5. Ils se confient en une théologie à demi-pourrie, faite par l’homme. Où cela mène-t-il? A quelque école du dimanche instituée par l’homme et dont la feuille de programme est quelque chose de mort, qu’un éducateur a ramené de quelque séminaire et qui dit: «Les jours des miracles sont passés; une chose comme le baptême du Saint-Esprit n’a jamais existé. Tout cela est un non-sens». Prétendez-vous me dire qu’un aigle mangerait cela? Il ne pourrait pas le faire. Certainement pas! Pas plus qu’un chrétien ne mangera de cette nourriture morte, à moitié pourrie, provenant de ces vieille doctrines dénominationnelles et toutes ces choses. Il veut la Parole de Dieu fraîche, la promesse de l’heure.

  6. Aux jours de Luther, Dieu a promis des lapins. Aux jours des autres prophètes, Il a promis d’autres choses. Mais maintenant, Il nous a promis un plein quartier de viande, le menu complet du septième âge, car les sept Sceaux ont été ouverts et tout est prêt pour la parole de Dieu, pour ceux qui peuvent La recevoir.

  7. Voyez ces faucons qui sautillent comme des buses. Oh, mon Dieu! Pensez à cela, voyez combien cette heure est critique. Tout comme le faucon a depuis longtemps perdu son identité en tant que faucon, l’église a depuis longtemps perdu son identité en tant que petit frère de l’aigle, que prophètes de Dieu. Une fois qu’elle a porté une parole véritable, la justification, elle porte la sanctification, puis le baptême du Saint-Esprit, c’est à dire la restauration des dons. Mais si, tandis que les choses avancent, elle reste en arrière et continue de manger cette manne d’un autre jour, elle mange quelque chose de pourri. Ce n’est pas bon. Un authentique aigle de ce jour sait que c’était très bien avant, mais que nous avons cette chose en plus, jusqu’à ce que Jésus-Christ soit manifesté dans la plénitude de Sa puissance, comme Il a promis que cela serait en ce dernier jour.

  8. L’église est maintenant une enveloppe sèche. L’Esprit de Dieu a passé au travers d’elle. C’est vrai. Elle n’héritera pas avec une Semence-Parole authentifiée. Certainement pas. Elle ne sera pas enlevée. Il s’agira simplement d’un membre d’église, qui participera peut-être à la seconde résurrection et sera jugée selon ce qu’elle aura entendu. Si vous êtes ici ce soir simplement en tant que membre d’église, comment serez-vous jugé lorsque nous devrons tous nous tenir là-bas et témoigner que nous avons entendu la Vérité? Vous voyez? L’église ne vole plus dans les cieux, dans l’inconnu, dans le surnaturel, dans ces hauteurs, là où se trouvent les puissances et les promesses de la Parole éternelle de Dieu qui a rendu toutes choses possibles à ceux qui croient. L’église ne veut pas croire cela. Elle retourne se percher sur son fil de téléphone et dit: «Ma dénomination a dit que les lapins étaient bien suffisants». Et cela bien que ces lapins aient des asticots; mais ils lui conviennent très bien. Vous voyez? C’est de cela qu’elle dépend.

  9. La Pentecôte est comme son frère dénominationnel, le vautour qui siège maintenant dans le grand concile des impies; elle écoute son chef politique mondain et se nourrit d’une nourriture de vautour, c’est à dire de lapins morts ou de quelque chose qui est passé depuis cinquante ans. C’est cela la condition de l’église pentecôtiste. Oh, mon Dieu.

  10. Tout comme Sara a essayé d’obtenir la promesse surnaturelle en manoeuvrant Agar, l’église a essayé d’apporter un grand réveil et aujourd’hui nos grands évangélistes parcourent les pays en disant: «Le réveil de notre temps le réveil de notre temps. Vous tous, Méthodistes, Baptistes, Pentecôtistes, réunissez-vous tous». Comment pouvez-vous avoir un réveil de manne fraîche sur un vieux vautour mort? Comment est-ce possible? «Le réveil de notre temps». Le réveil avait dû être tellement petit qu’ils ne s’étaient même pas rendu compte qu’il était déjà arrivé.

  11. Les Pentecôtistes disent: «Oh, une grande chose doit se passer». Elle est en train de se passer et ils ne le savent même pas. C’est cela. Vous voyez? Certainement! “Car là où se trouve la carcasse, là s’assemblent les aigles”. C’est ce qu’il est dit. Qu’est-ce que la carcasse? La Parole. Il est la Parole, Il est la carcasse, Il est Christ, Christ en vous, Le même hier, aujourd’hui et pour toujours.

  12. Comme tout cela est vrai; voyez comme Sara essayait d’obtenir les promesses tout accomplies (vous voyez?), tout comme l’église d’aujourd’hui qui essaye de faire un grand réveil. Et cela, par quel moyen? Par une promesse pervertie. Que comptez-vous faire lorsque vous verrez que Dieu n’a jamais béni les organisations. Il ne s’est jamais servi d’une organisation. Lorsqu’un message allait de l’avant et qu’ils l’organisaient, ce message mourait là au point où il en était. Je défie n’importe quel historien de me montrer où un tel message a pu se relever. Il mourait là et restait au point où il en était. Dieu se déplaçait simplement de cette enveloppe pour aller dans une autre; Il sortit des Luthériens pour aller chez les Méthodistes, Il sortit des Méthodistes pour aller chez les Pentecôtistes.

  13. Il vient maintenant de sortir des Pentecôtistes pour entrer dans la Semence car l’Eglise doit être la Semence. Vous ne pouvez aller contre la nature. Il ne peut rien arriver d’autre que la Semence. La Semence se produira donc Elle-même, car Il est le même hier, aujourd’hui et pour toujours; Il est la même Colonne de Feu montrant les mêmes signes, la même puissance, les mêmes miracles, les mêmes choses. Ce même Dieu authentifie à la lettre la Parole et la Bible. Il est Le même hier, aujourd’hui et pour toujours. Ce soir, c’est Lui qui nous conduit. Que Dieu nous aide à le voir et à le croire. Certainement!

  14. Voyez Sara, c’est à dire l’église en train de manoeuvrer Agar. Cela n’a pas marché, n’est-ce pas? Non! Son groupe manipulé ne marchera pas aujourd’hui, non plus. Tous ces docteurs en ceci et en cela, cela ne peut pas marcher. Toutes ces enveloppes ont manqué cela. Luther a manqué cela, Agar aussi. Que fit Agar? Agar mit son fils au sein d’une autre femme (est-ce juste?) afin qu’il puisse être élevé. Agar fit cela, elle donna son fils, son fils unique, et le plaça sur le sein d’une autre femme, une femme qui n’était pas sa mère, pour qu’il soit élevé. Luther fit la même chose lorsqu’il donna son fils, la justification, à une dénomination pour qu’elle s’en amuse (c’est exactement cela), pour qu’elle l’élève.

  15. Wesley tomba de la même manière que Sara lorsqu’il douta que la naissance surnaturelle était le baptême du Saint-Esprit; il douta comme Sara le fit lorsqu’elle était sous le chêne. Lorsque vint l’âge pentecôtiste et qu’on présenta à Wesley le parler en langues et toutes ces choses, les Wesleyens rirent et se moquèrent de cela. Vous, toute l’église de Christ, vous prétendus Baptistes, Presbytériens, vous vous êtes tous détournés de cela et avez fui. C’est vrai! Qu’as-tu fait Wesley? Tu as vendu ton enfant à une dénomination et il est mort, il a dépéri. C’est exactement cela.

  16. Mais la Parole, la véritable Parole a continué. Elle n’est pas restée dans cette organisation. Elle est entrée directement dans le pentecôtisme et a pris quelque chose de plus là-dedans. C’était alors un fils plus proche de la maturité, comme la graine qui tombe dans la matrice. Après cela, la colonne vertébrale commence à se former, puis viennent les poumons, la tête, les pieds; il en arrive ensuite au point de la naissance. C’est juste! Et c’est ainsi que l’Eglise a mûri, elle a mûri de la même manière.

  17. Wesley a douté, tout comme Sara a douté sous l’arbre. L’Ange du Seigneur vint; c’était un ange habillé comme un homme, c’était Dieu Lui-même, Elohim, habillé comme un homme. Il se tenait là, les vêtements poussiéreux, et il apporta cette promesse alors que Sara avait quatre-vingt-dix-ans et Abraham cent ans. Et Sara rit sous cape et dit: “Comment cela se pourrait-il alors qu’Abraham et moi-même ne sommes plus des jeunes gens et que nous n’avons plus eu de relations depuis vingt ans”. Elle avait presque une centaine d’années. Elle dit: “Comment pourrais-je avoir du plaisir avec mon seigneur alors qu’il est vieux et moi aussi. Il n’a plus de sève en lui et ma matrice est desséchée. Je n’ai plus de poitrine. Les glandes mammaires ont disparus. Comment pourrais-je avoir un enfant?”. Dieu avait dit: “Je l’ai promis. Il viendra de toute manière”.

  18. Wesley fit de même. «Comment pourrons-nous accepter qu’ils parlent en langues, qu’ils aient la guérison divine et tout ce fatras. Ce n’est pas pour notre temps».

  19. [Manque, aussi en anglais — N.d.T.]

  20. Dieu dit: “J’ai promis que dans les derniers jours, je déverserai mon Esprit sur toute chair”. Il a promis de le faire, Il a continué et l’a fait de toute façon. Et l’église wesleyenne ainsi que toutes ses petites soeurs “pollen” que sont les Baptistes, les Presbytériens, l’Eglise de Christ, les Nazaréens, les Pèlerins de la Sainteté, les Frères unis et tous les autres moururent avec cela, et l’Eglise continua son chemin. Maintenant, que fit la Pentecôte? Elle s’organisa, tout comme la balle. Elle fit la même chose. Elle s’organisa, s’installa comme la balle. C’est juste!

  21. La Pentecôte fut comme Marie. Regardez ce que fit Marie lors de la fête de Pentecôte. Que fit Marie de faux? Un jour, lors d’une fête de Pentecôte, elle fut confrontée à un tas de dignitaires et de prêtres lorsqu’elle s’aperçut qu’elle ne pouvait Le retrouver nulle part. Et elle refit en arrière le chemin de trois journées de voyage. Elle L’avait laissé en arrière, comme le fait l’église moderne d’aujourd’hui depuis 50 à 75 ans.

  22. Elle L’avait laissé lors de la fête de Pentecôte. Marie retourna en arrière avec Joseph et Le chercha pendant trois jours. Elle L’avait cherché et ne pouvait pas Le retrouver. Puis elle Le retrouva. Que découvrit-elle? Elle Le trouva dans le temple en train de discuter de la Parole de Dieu avec les prêtres. Et juste face à ces prêtres, ces dignitaires, Marie laissa tomber le rideau. Elle fit exactement la chose qu’elle n’aurait pas dû faire. Elle s’appela la mère de Dieu. Une mère devrait avoir plus de sagesse que son fils. Et elle dit: “Ton père et moi t’avons cherché en pleurant jour et nuit”. Par cela elle prétendait que la naissance n’était pas surnaturelle, que Joseph était le père de Jésus. Elle renia la naissance surnaturelle. La Pentecôte s’empara du parler en langues. Ils renièrent la naissance de la Parole. C’est exactement ce qui arriva. Ils en prennent une certaine partie mais ne veulent pas en prendre le reste. La Pentecôte renia la naissance de la Parole, tout comme le fit Marie.

  23. Mais observez, il n’y aura plus d’organisations après cela. Observez! C’était la Parole Elle-même; Il avait à peine douze ans et Il dit: “Ne savez-vous pas que je dois m’occuper des affaires de mon Père?”. Juste-là, la Parole corrigeait l’église.

  24. “Pourquoi faites-vous toutes ces choses? Vous savez que vous ne pouvez pas faire cela. Nous vous fermerons nos portes. Nous ne vous laisserons pas entrer”.

  25. “Car ne sais-tu pas que je dois m’occuper des affaires de mon Père?”. Oh oui, c’était la véritable fascination du surnaturel.

  26. Elle prétendit qu’Il n’était que le fils de Joseph, c’est à dire un simple homme. Or, que fit la Pentecôte? Elle prétendit qu’Il n’était que l’un des trois (oh, je sais que cela blesse), mais Il était les trois en Un. Mais la Pentecôte dit: «Oh oui, Il est le Fils du Père, du Saint-Esprit». Oh, mon Dieu! Mais la véritable Parole parle clairement et dit: “Il n’y en a pas trois, il n’y en a qu’un”. Ils ne connaissent pas la Parole de Dieu. N’en faites pas trois, mais un seul.

  27. Remarquez qu’il n’y aura plus de porteuse, plus d’églises mères, plus de dénominations après cette enveloppe porteuse-ci, car après la balle, il n’y a plus rien. II ne reste plus rien après cela si ce n’est le grain. Est-ce juste? Il doit y avoir le grain. Il doit y avoir la même sorte que celui qui a été jeté en terre: Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui et pour toujours.

  28. L’Esprit vint sur l’Epouse afin de faire les mêmes choses qu’Il fit. Vous voyez, il s’agit de nouveau de la reproduction du grain.

  29. Bien qu’Elle fût jeune, la Parole parlait pour Elle-même! “Ne sais-tu pas que je dois m’occuper des affaires de mon Père?”.

  30. C’est cela le secret du message d’aujourd’hui. Il s’agit exactement des affaires du Père. Que sont les affaires du Père? Pouvez-vous imaginer ce qu’étaient les affaires du Père pour Lui? C’était d’accomplir ce qu’avait dit Esaïe: “Une vierge concevra”. Il fallait aussi accomplir ces paroles d’Esaïe: “Le boiteux sautera comme un cerf”, et toutes ces choses qui devaient arriver. Moïse avait dit: “Le Seigneur votre Dieu suscitera d’entre vous un prophète comme moi”. Les affaires du Père consistaient à accomplir cette Parole. Eh bien, si cela a pu venir au travers de ces tiges que sont les femmes naturelles, que sera-ce avec ces femmes spirituelles, les églises? Les femmes typifient les églises. Est-ce juste? Qu’en est-il donc maintenant? “Nous devons nous occuper des affaires du Père!”. Le blé, le grain va se mettre à crier. Certainement! Que doit-il faire? Il doit authentifier Malachie 4, il doit authentifier Luc 17.30, Hébreux 13.8, Jean 14.12; il doit authentifier toute Sa Parole. Il doit authentifier le chapitre 10 d’Apocalypse sur la révélation des sept sceaux. Tous les mystères de Dieu, même la semence du serpent, doivent être manifestés: mariage et divorce et tous ces autres mystères qui ont été cachés pendant toutes ces années aux théologiens et à tous les autres; c’est l’heure maintenant. Ce sont là les affaires du Père. Pensez-vous qu’ils aimeraient le recevoir? Ils veulent en imposer et dire: «Notre dénomination ne nous enseigne pas cela!». Mais la Bible le fait! C’est juste! Dieu prouve que c’est vrai. Certainement.

  31. Cet âge est en train de s’accomplir alors que les sept sceaux prouvent que les dénominations n’ont été que des enveloppes. C’est là une autre des affaires du Père. Aujourd’hui, l’affaire du Père est de vous montrer que leurs dénominations ne sont pas de Lui. Ce sont des systèmes faits par les hommes et qui renient la Parole. C’est juste!

  32. Remarquez! Vous dites: «Eh bien, et Marie, la glorieuse vierge?». A la croix, Il ne l’a jamais appelée “mère”; Il l’a appelée “femme”; elle était une enveloppe, non une mère. Certainement, elle était l’enveloppe de la Parole, mais elle n’était pas la Parole. Lui était la Parole. Oh, oui!

  33. Remarquez aussi qu’elle ne fut pas identifiée avec Lui dans la résurrection. Il mourut et ressuscita car Il était la Parole. Elle était simplement une enveloppe. Elle est morte et se trouve toujours dans la tombe. C’est juste! Elle n’était donc qu’une enveloppe, elle n’était pas Sa mère, elle n’était pas Dieu. Elle était simplement une enveloppe comme le sont les églises. C’est juste! Tout cela montre qu’elle était simplement une enveloppe et non pas la Parole.

  34. Terminons en disant ceci. Oh, je m’adresse à vous, faucons pentecôtistes qui sautillez de-ci, de-là comme des vautours, ne prenant qu’une partie de la Parole comme le font les autres. Vous avez une forme de piété suffisante pour tromper même les élus si cela était possible, mais vous en reniez la Puissance, comme le dit le prophète ici montrant un parfait exemple de ce que dit Parole de Dieu. Elle dit qu’aux derniers jours ce serait l’âge de l’église de Laodicée, une église nue, aveugle, misérable, pauvre, malheureuse et ne le sachant pas, mais prétendant être grande, en bonne santé et n’ayant besoin de rien. Elle ne sait pas que, du faucon qu’elle était, c’est à dire un frère semblable au prophète qui garde droitement la Parole de Dieu, elle est devenue un vautour et nourrit son peuple de lapins ecclésiastiques morts. C’est parfaitement juste! Réveillez-vous. Oh, comment, pouvez-vous vous attendre à être identifiés avec les aigles et à hériter avec eux, alors que de telles choses se passent dans cette heure décisive et que l’enlèvement est si proche?

  35. Oh, chrétien, croyant, si vous n’avez cru qu’en partie, restez encore un petit moment à la réunion, voulez-vous? Nous avons quelque chose ici et je crois que le Seigneur veut que vous le connaissiez. Il est tard; je ne peux pas continuer. Je dois m’arrêter et je finirai peut-être demain soir. Maintenant, inclinons nos têtes juste un moment.

  36. Je ne veux pas que vous fassiez attention à la grammaire que j’emploie, mais j’aimerais que pendant une minute, vous preniez garde à ce que j’ai dit. Je suis sûr que c’est suffisamment clair pour que vous le compreniez si vous le désirez. Si vous êtes ici ce soir et que vous n’avez pas fait cette expérience… Vous dites: «J’ai dansé dans l’Esprit, j’ai sauté de-ci, de-là». Oui, les faucons font la même chose, ainsi que les corneilles et les vautours. Ce n’est pas cela que je demande. De quoi vous nourrissez-vous? Où allez-vous chercher votre nourriture quotidienne? De quoi vous nourrissez-vous? De la Parole de Dieu, ou de quelque vieille viande pourrie qui a été utilisée il y a des années et des années? Votre expérience de ce soir repose-telle sur quelque chose que vous avez ramassé il y a des années, ou bien est-elle fraîche et neuve de ce soir. Est-ce une manne nouvelle qui vient de tomber du Ciel, avec laquelle vous nourrissez votre âme en attendant que demain vous apporte quelque chose de mieux, de meilleur? Si ce n’est pas là le chemin que vous suivez, adressez cette demande sincère tandis que vos yeux sont fermés, vos têtes et vos coeurs inclinés: “O, Dieu, conditionne mon âme et mon esprit de telle manière que je puisse me nourrir seulement de la Parole de Dieu”. Faites cette demande non à moi, mais à Dieu. Voulez-vous lever votre main en témoignage de ce que vous demandez cela? Levez simplement la main et dites… Dieu vous bénisse! Dieu vous bénisse!

  37. Je ne sais pas exactement combien vous êtes ici ce soir. Je ne sais pas apprécier une foule, mais je peux dire qu’il y en a au moins un tiers qui ont levé la main pour témoigner de ce qu’ils veulent que leur âme soit conditionnée. Souvenons-nous de cela dans la prière tandis que nous inclinons maintenant nos têtes.

  38. Dieu bien-aimé, j’ai seulement la responsabilité de dire la Parole. Et, par ces simples paraboles, ces types, les gens peuvent voir que l’un n’héritera pas avec l’autre. Et nous savons qu’en ces derniers jours il y aura des gens qui seront enlevés dans les cieux. Et certains seront ici lorsque Jésus viendra. Et nous nous attendons à ce que Sa venue puisse avoir lieu même ce soir.

  39. Et je me souviens qu’il y a environ trente ou trente-trois ans, je me trouvais agenouillé ici à peu près à la même heure, aux alentours de 9h30 ou 10h du soir; et je priais pour mon père qui était perdu. Ce soir, Seigneur, je prie pour beaucoup de pères, beaucoup de mères, de frères, de soeurs. N’auras-tu point miséricorde, Dieu bien-aimé, Il est maintenant trop tard pour que je puisse faire quoi que ce soit pour mon père; il est passé de l’autre côté de cette vie. Et bientôt, Seigneur, nous devrons tous passer par ce chemin. Je devrai moi aussi passer par ce chemin. Chaque homme, chaque femme, chaque garçon, chaque fille ici devra passer par ce chemin. Et nous devrons rendre compte de ce que nous aurons fait de la Parole de Dieu.

  40. Combien cet homme qui cracha sur David dut-il lui paraître petit. Combien ces hommes qui crachèrent sur Jésus, la Parole, qui Le percèrent, Lui paraîtront-ils petits lorsqu’Il reviendra. Combien ces gens qui partirent d’ici se sentiront-ils petits, alors qu’ils avaient pu voir que, non seulement des paroles grecques, mais la nature entière parlent de Dieu le Créateur; ils avaient pu voir les enveloppes, les porteuses de la Parole, et la Parole Elle-même, et ils savaient que l’heure dans laquelle nous vivons est le temps de la moisson. Dieu bien-aimé, ne nous laisse pas retourner en arrière pour quelque folie du monde, mais laisse-nous Le recevoir ce soir de tout notre coeur.

  41. Seigneur, crée en moi un bon esprit, l’Esprit de Vie, afin que je puisse croire toutes Tes Paroles et accepter Jésus, la Parole, qui est Le même hier, aujourd’hui et pour toujours, afin que je puisse croire aujourd’hui la portion de Parole qui a été impartie pour cet âge. Accorde-le Seigneur. Je Te le demande au Nom de Jésus.

  42. Et maintenant je vais demander à tous ceux qui sont ici et qui pensent sincèrement… Nous n’avons pas d’église à laquelle vous puissiez vous joindre. Nous avons un bassin là en bas dans lequel vous pouvez être baptisés. “Tous ceux qui crurent furent baptisés”. Vous avez peut-être déjà été baptisés d’un baptême chrétien. Il ne s’agit pas de répandre quelques gouttelettes, ni de verser un peu d’eau comme cela; il s’agit d’être immergé, non dans les titres de Père, Fils et Saint-Esprit, mais dans le Nom de Jésus-Christ. C’est ainsi que l’Eglise entière fut baptisée jusqu’à ce que, en 303, l’église catholique introduise trois dieux et cette forme de baptême dans la trinité. Si vous n’avez pas encore reçu ce baptême, des robes et toutes ces choses vous attendent là en bas demain matin à dix heures.

  43. Ne voulez-vous pas venir et vous joindre à Jésus-Christ, non à nous. Nous n’avons même pas d’église ici qui puisse prendre soin de vous. Quel que soit l’endroit d’où vous veniez, allez dans n’importe quelle église que vous voulez, mais, s’il vous plaît, croyez cette Parole. Si vous croyez cela, dites: «Amen!». [L’assemblée répond: «Amen!» — N.d.R.] Que Dieu vous bénisse!

  44. S’il y a quoi que ce soit que nous puissions faire pour vous aider, nous sommes là pour le faire.

  45. Maintenant, je sais qu’il y a des malades ici. Il ne nous reste plus de temps ce soir pour la ligne de prière. Mais peut-être aura-t-elle lieu malgré tout. J’aimerais que chacun de vous fasse quelque chose pour moi. Posez vos mains sur la personne près de laquelle vous êtes assis. Et ne doutez pas c’est sur un aigle que vous posez les mains; il s’agit peut-être d’un aigle qui a mangé de la nourriture de vautour quelque part là-bas et qui s’en est rendu malade. Les aigles ne veulent plus de cela. Les aigles veulent sortir de cela. Ils s’en sont rendu malades et en sont fatigués. Installez-vous ici ce soir et voyez ce que les aigles sont vraiment capables de manger; c’est la Parole qu’ils peuvent manger et le Christ vivant peut habiter au milieu d’eux et prouver qu’Il est vivant, qu’Il est le même hier, aujourd’hui et pour toujours. Ils ne veulent pas être cohéritiers avec la balle. Celle-ci est destinée à être brûlée. La paille doit être brûlée ainsi que toutes ces choses. La moissonneuse batteuse va venir faire sortir le grain. Que le Seigneur soit avec vous.

  46. Certains de ces aigles sont malades, certains sont physiquement malades. Je veux donc que vous priiez. Vous aigle, priez pour votre frère aigle; soeur aigle ici, priez pour cette personne. Que l’Esprit de Dieu vienne sur vous.

  47. Souvenez-vous que c’est de la nourriture d’aigle que je vous donne, la promesse de Dieu. Ses prophètes, Il les a appelé des aigles; Il s’appelle Lui-même un Aigle. Il est Jéhovah-Aigle. Tandis que vos mains sont posées les uns sur les autres, priez pour eux.

  48. Notre Père céleste, dans Ta Parole, le dernier commandement que Tu donnas à Ton Eglise est: “Allez partout dans le monde et monde et prêchez l’Evangile — c’est un ordre général — celui qui croira et sera baptisé sera sauvé; celui qui ne croira pas sera condamné. Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru: en Mon nom, ils chasseront les démons, ils parleront de nouvelles langues; s’ils boivent ou mangent quelque chose de mortel, ils n’auront point de mal, s’ils saisissent des serpents, ils ne leur feront pas de mal et s’ils imposent les mains aux malades, ils guériront”. Oh, Jéhovah-Aigle, veuille nourrir tes petits de Ta Parole ce soir. Ils sont dans le besoin. C’est de cette nourriture qu’ils ont besoin. C’est de cela qu’ils ont besoin, ils ont besoin de connaître ce qu’est cette nourriture, de savoir qu’elle est le AINSI DIT LE SEIGNEUR.

  49. Tu as promis que s’ils s’imposaient les mains les uns aux autres, ils seraient guéris. O Seigneur Dieu, ôte maintenant tous les doutes et toutes ces idées de vautour du milieu de nous. Et nous voulons solennellement distribuer cette nourriture d’Aigle, la Parole de Dieu.

  50. Que tout esprit impur se trouvant parmi ce peuple, tout esprit de doute, de crainte, toute revendication dénominationnelle, toute maladie, tout malaise qui se trouve parmi le peuple disparaisse; au Nom de Jésus-Christ, que cet esprit sorte de ce groupe de gens. Puissent-ils être libres dès maintenant afin de pouvoir manger cette nourriture d’aigle que nous croyons que Tu nous as envoyée pendant cette semaine, Seigneur, lorsque Tu as ouvert ces Sceaux et que Tu nous as révélés ces mystères qui avaient été cachés dès la fondation du monde, comme Tu l’avais promis. Ce sont les Tiens, Père. Au Nom de Jésus-Christ. Amen.

  51. Que tous ceux qui ont cru et accepté se lèvent et disent: «Je crois; j’accepte cela; ce que Dieu m’a promis, je le reçois». Que le Seigneur vous bénisse. C’est merveilleux. Tout le monde est debout. C’est bien! Faites un accord. «Je l’aime». Chantons-Lui cet hymne maintenant, je L’aime, je L’aime parce qu’Il m’a aimé le premier… Tous ensemble maintenant.

    Je L’aime (si c’est vrai, levez la main!)
    Je L’aime
    Parce qu’Il m’a aimé
    Et acquit mon salut
    Sur le bois du Calvaire

  52. Oh, n’est-Il pas merveilleux? Serrons-nous la main. Frère aigle, soeur aigle, serrez les mains autour de vous tandis que nous chantons.

    Je L’aime…
    [Les gens de l’assemblée se saluent les uns les autres — N.d.R]
    Sur le Bois du Calvaire…

Elevons de nouveau nos mains vers Lui.

Je L’aime, je L’aime
Parce qu’Il m’a aimé (et a fait de nous des aigles!)
Et acquit mon salut
Sur le Bois du Calvaire.

  1. Comment saurez-vous, comment le monde saura-t-il que vous aimez Jésus? Lorsque nous nous aimerons les uns les autres. C’est ainsi que le monde saura. Vous voyez, Dieu voit votre foi et le monde voit vos actions. Maintenant, aimez-vous les uns les autres, soyez bons les uns envers les autres. Parlez-vous les uns aux autres. Soyez patients les uns avec les autres. Toutes les autres instructions que nous pouvons donner sont le baptême et la recherche du Saint-Esprit. Nous n’avons pas de pièces ici pour faire cela, vous comprenez. Nous pouvons faire un appel à l’autel; si Dieu vous a convaincu que cela est juste, que Jésus-Christ est Le même hier, aujourd’hui et pour toujours et si vous voulez vous joindre à Lui, allez et demain soyez baptisé en Son Nom. Il y aura quelqu’un pour vous instruire. Tout ce que nous pourrons faire pour vous aider, nous le ferons.

    Je L’aime, je L’aime,
    Parce qu’Il… (vous qui êtes branchés sur les téléphones, à Tucson, là-bas en Californie ou dans l’Est, élevez vos mains. Louez-Le!)
    … et acquit mon salut
    sur le Bois du Calvaire.

Maintenant, je vous laisse à votre pasteur, frère Neville, jusqu’à demain soir.