FOI PARFAITE

(Perfect Faith)

 

25 août 1963, soir
Branham Tabernacle
Jeffersonville — Indiana, U.S.A.

 



  1. Père céleste, c’est notre intention ce soir. Nous nous sommes rassemblés dans le seul but de croire, de croire au Seigneur Jésus-Christ. Ici ce soir il y a ceux qui sont malades et affligés, c’est pourquoi nous consacrons ce service à la guérison des corps malades et brisés. Comme nous venons de l’entendre dans ce beau cantique: «Alors Jésus vint», puisses-Tu entrer en scène pour nous ce soir, Seigneur, et guérir tous ceux qui sont affligés afin qu’il ne reste plus une seule personne faible ce soir parmi nous. Accorde-le, Seigneur, et aide-nous tandis que nous examinons la Parole afin de trouver la foi suffisante pour cette heure. Nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.

  2. [Frère Branham parle avec quelqu’un sur l’estrade — N.d.R.] Voici une paire de lunettes oubliées que l’on a trouvée dans l’église. Elle a été déposée ici sur la chaire.

  3. Je sais que beaucoup travaillent et doivent rentrer de bonne heure, c’est pourquoi je ne parlerai pas trop longuement. Puis nous aurons une ligne de prière pour les malades. Cela me donnera l’occasion de me mettre à jour avec quelques cas urgents qui sont maintenant ici dans cette salle. Je les ai examinés cet après-midi juste avant d’entrer ici. Quelques-uns, bien sûr, vont très, très mal et souffrent violemment. Et j’ai appelé les malades afin de prier pour eux. La Main de notre Seigneur guérit les malades et les affligés. Il est merveilleux!

  4. Nous ne faisons pas très souvent ces services de guérison. En général le Saint-Esprit vient s’il y a un cas urgent. Il le discerne rapidement, le fait connaître et dit quelque chose à son sujet. Quant aux autres, si ce n’est pas grave, nous passons plus loin. Aussi j’ai pensé qu’étant ici deux fois aujourd’hui, nous devrions consacrer un service à la prière pour les malades. Je crois à la guérison des malades. Je crois que c’est un commandement de la Bible. Nous ne pouvons prêcher le plein Evangile sans l’inclure.

  5. Il est possible que je sois là dimanche prochain; je ne le sais pas encore, n’ayant pas téléphoné chez moi ce soir. Donc, sauf avis contraire de Billy qui sera informé au cours de la semaine, nous reviendrons dimanche prochain. Il y aura la fête du travail pour vous reposer ou pour rentrer à la maison. Nous verrons ce que nous pourrons faire, Dieu voulant. Billy vous enverra une carte ou vous tiendra au courant d’une manière ou d’une autre. S’il ne vous dit rien, c’est que nous viendrons dimanche prochain. Frère Neville, cela vous convient-il que nous revenions? [Frère Neville parle à frère Branham — N.d.R.] Oh, c’est très bien!

  6. Tout le monde aimerait faire la connaissance du petit enfant Collins qui est ici. Pendant la période où je prêchais sur les Sept Sceaux, les médecins avaient dit que ce petit garçon, atteint de fièvre rhumatismale, devrait rester couché sur le dos et boire au moyen d’un tube. C’était cela, sa maladie. Le père et la mère le ramenèrent à la maison, l’installèrent dans sa chambre et prièrent pour lui. Le Seigneur Jésus le guérit si complètement qu’il put reprendre l’école. Les autorités convoquèrent les parents à ce sujet ainsi que le spécialiste qui avait suivi l’enfant. Ce médecin ne pouvait croire une chose pareille, aussi firent-ils des examens: ceux-ci révélèrent que le petit garçon était en parfaite santé. Jésus était intervenu et la puissance du tentateur avait été brisée.

  7. Il s’est passé quelque chose d’étrange. Je voulais demander ce soir à quelqu’un de chanter: Alors Jésus vint. Mais pendant que je m’occupais des malades dans l’autre pièce, j’entendis ce cantique. Si cela n’avait pas été le cas, j’aurais demandé à quelqu’un de le chanter avant de prendre la parole. Mais Il fait concourir toutes choses pour le bien!

  8. Plusieurs d’entre vous vont rester ici jusqu’à demain matin. Ils ont un long voyage à faire; j’apprécie l’effort qu’ils font. D’autres vont rentrer ce soir pour reprendre le travail dès l’aube et je sais que c’est dur. Et quand je pense à tout cela…

  9. J’ai aussi mes mauvais moments, vous savez. Je suis parfois de mauvaise humeur. Cela arrive quand je suis surmené. Alors Satan en profite pour me dire: «Personne ne t’aime! Tu n’as pas un seul ami au monde, tu sais!».

  10. Rappelez-vous que je ne suis pas immunisé contre la tentation. Je dois la vaincre. C’est pour cela que quand je regarde en arrière et que je vois quelque chose de ce genre, je le lui relance à la figure et lui dis: «Et alors?». Cela m’aide à vaincre. Je lui rétorque: «Alors quoi?».

  11. C’est comme ce qui est arrivé à un de mes amis qui est ici présent dans cette salle en ce moment. Il y avait une espèce de clan de gens qui ne croyaient pas à la guérison divine. Ces gens sont venus dernièrement vers ce jeune homme et lui ont dit: «Ces histoires qu’ils prêchent sur la guérison divine n’ont aucun sens!».

  12. Mais il se trouve que cet homme vit au Kentucky non loin d’une vieille dame qui avait été mourante du cancer. Cela se passait au moment où nous étions au Akton Campgrounds. La soeur de cette vieille dame vint ce soir-là à la réunion avec un mouchoir dans son sac. Le Saint-Esprit l’appela (je n’avais jamais été dans cette région) et lui dit qu’elle avait apporté de chez elle un mouchoir dans son sac, que sa soeur habitait sur un certain coteau et qu’elle se mourait d’un cancer à l’estomac. Les médecins l’avaient abandonnée. Je dis: «Allez poser le mouchoir sur cette femme car AINSI DIT LE SEIGNEUR: elle vivra!». C’est cette nuit-là que les voisins crurent qu’il y avait des gens de l’Armée du Salut chez elle, quand le frère Ben arriva et qu’il posa le… Cette dame fut si complètement guérie qu’elle fait non seulement son propre travail, mais encore celui du voisin.

  13. Sachant cela, ce jeune homme leur dit: «Eh bien, expliquez ce cas! Expliquez-le! Vous savez qu’elle avait un cancer. Elle a été à Louisville et les médecins qui devaient l’opérer dirent: ‹Recousez-la et ramenez-la à la maison: on ne peut plus rien faire pour elle›. Et maintenant elle est en parfaite santé! Expliquez cela!». Cela régla la question, vous voyez?

  14. Savez-vous ce que dit la Bible? “Ils ne trouvèrent rien à répondre, car celui sur lequel le miracle s’était accompli se tenait au milieu d’eux”. Cela jette l'opprobre sur Satan, n’est-ce pas? L’homme sur lequel le miracle avait été opéré se tenait là!

  15. Dieu ressuscite-t-Il les morts? Ici même est assis un homme qui a été ressuscité des morts. Dieu guérit-Il les malades? Oh, combien de mains pourraient se lever partout! Dieu guérit les malades! Et nous savons qu’Il est le grand JE SUIS, non pas le grand “J’étais” ou le grand “Je serai”, mais le JE SUIS, c’est-à-dire “présent toujours, partout, en tout temps le même hier, aujourd’hui et éternellement”.

  16. Et maintenant dépêchons-nous de nous tourner vers cette Bible bénie. Je vais lire un passage qui m’a toujours ému quand je le lis. Je voudrais qu’il y ait une ligne de prière ce soir afin de prier pour tous ceux qui voudraient que l’on prie pour eux.

  17. Voyons dans Marc au chapitre 11 depuis le verset 22. Beaucoup d’entre vous connaissent ce passage. Il nous est très familier. Frère Russell, c’est à ce passage que je pensais quand Dieu me parla de ces écureuils. C’est à ce passage même que je pensais. Cela m’a toujours intrigué. Il dit: “Si QUELQU’UN dit…” et non pas “Si JE dis…”. “Si QUELQU’UN dit…”.

  18. Lisons:

    “Jésus prit la parole, et leur dit: Ayez foi en Dieu. Je vous le dis en vérité, si quelqu’un dit à cette montagne: ôte-toi de là et jette-toi dans la mer, et s’il ne doute point en son coeur, mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir. C’est pourquoi le vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir. Et, lorsque vous êtes debout faisant votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos offenses. Mais si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est dans les cieux ne vous pardonnera pas non plus vos offenses”.

  19. LA FOI EST BASEE SUR LE PARDON et, comme nous l’avons dit ce matin alors que nous nous efforcions de ramener l’église au point où nous pourrions réellement voir parmi nous la restauration des temps apostoliques, ce à quoi nous aspirons tous. Et ce temps est à la porte. Nous l’apercevons, mais nous aimerions le voir mieux. Nous souhaiterions que ce soit comme un courant, qu’il puisse nous aider et que nous puissions l’apporter aux autres.

  20. Rappelez-vous que Jésus (nous en avons parlé ce matin) n’a jamais utilisé Son pouvoir pour Lui-même, mais seulement pour les autres. C’est dans ce but qu’Il a été envoyé. Et vous pensez peut-être qu’un homme qui a un tel pouvoir en lui ne peut jamais être malade? Pourtant oui! J’ai lu quelque part dans un livre (c’était je crois “Le Prince de la Maison de David”) que lorsque Jésus ressuscita le petit garçon de la veuve de Naïn, Il s’assit sur une pierre en gémissant à cause d’un mal de tête. Vous voyez, il a porté nos infirmités. Porter veut dire qu’il s’en est chargé. Il les a portées. Il a subi les mêmes choses que nous: maladies, tentations, soucis, frustrations, tout comme nous car Il devait être le vrai genre de médiateur. Il devait être participant, Il devait être le cultivateur du fruit avant de le connaître. Nous pouvons le voir dans le récit de la femme au puits et dans d’autres endroits si nous examinons les Ecritures.

  21. Je voudrais vous dire que je crois à tout passage de l’Ecriture. Je crois que chaque petit bout de l’Ecritures est la vérité. Il y a aujourd’hui des critiques qui ne veulent pas croire cela. L’un d’eux a dit: “Quand Jésus envoya Ses disciples vers l’ânon à une croisée de chemins, Il avait tout arrangé d’avance”. Ils ne comprennent pas que c’était DIEU qui avait tout arrangé d’avance.

  22. Dieu m’a dit l’autre jour au sujet du frère Dauch ici présent que je lui serrerais de nouveau la main dans la rue. C’est étrange. J’étais absent ce matin-là. A une ou deux minutes près, je l’aurais manqué. Mais je suis sorti de la voiture et lui ai serré la main dans la rue au moment précis où il allait entrer. Il ne m’avait pas reconnu, n’ayant pas mis ses lunettes, mais quand il entendit ma voix il se mit à pleurer. Que se passait-il? Cela ne lui arrive pas d’habitude, mais c’était une réponse à une prophétie qui lui avait été donnée quand il était sous la tente à oxygène: il lui avait été dit qu’il me serrerait de nouveau la main.

  23. Je lui dis: «Vous vous assiérez de nouveau dans l’église». C’était le désir de son coeur. Il aurait tant aimé venir à la réunion de Chicago: cela lui tenait à coeur. Je lui ai envoyé un télégramme pour le saluer ainsi que ses enfants, pour lui dire que nous priions afin qu’il se rétablisse rapidement. Un cher frère qui lui a rendu visite nous a dit combien il aurait voulu venir. Et le voilà ce soir parmi nous! Rien n’avait été arrangé à l’avance. C’est ce même Dieu qui a tout arrangé et qui a fait que tout joue parfaitement, à point nommé.

  24. Un critique a dit: «Ce n’est pas étonnant que Jésus ait pu nourrir cinq mille personnes avec cinq miches: les miches étaient plus grandes en ce temps-là. Chaque miche suffisait pour mille personnes!».

  25. Remarquez que c’était le repas d’un enfant. Un enfant ayant avec lui cinq miches assez grandes pour rassasier cinq mille personnes sans compter les douze corbeilles pleines de morceaux qui restaient! Ce ne sont que des critiques. Cela ne change pas la Parole de Dieu. Elle ne change pas, Elle va de l’avant.

  26. Nous allons parler maintenant de la foi, mais d’un genre de foi différent, de la FOI PARFAITE. C’est quelque chose de glorieux. La Bible nous dit que “la foi vient de ce que l’on entend”. Vous ne pouvez pas être sauvé sans la foi. La foi vous fait croire qu’il y a quelque chose, alors qu’en réalité il n’y a absolument rien d’autre que la foi pour nous faire croire que c’est là. J’essaie de vous donner la foi afin que vous soyez prêts pour la ligne de prière qui va avoir lieu dans quelques minutes.

  27. “Celui qui vient à Dieu doit croire que Dieu existe” et il est impossible d’être agréable à Dieu sans la foi. Et si vous dites que vous croyez en Dieu… vous ne L’avez jamais vu, c’est pourquoi vous devez y croire par la foi. Si vous pouviez Le voir, ce ne serait plus la foi. Vous comprenez? Tout ce qui est perceptible par les sens n’est plus un objet de foi: c’est un fait scientifique. Vous voyez, ce n’est plus la foi. Vous devez L’accepter par la foi: “Celui qui vient à Dieu doit croire que Dieu existe; la foi vient en entendant la Parole de Dieu”. Vous comprenez? Vous devez d’abord croire que CECI est la Parole de Dieu, et vous devez venir à Dieu par la Parole. Prenez simplement la Parole, ce qu’Elle dit, et dites: «C’est vrai!». Tout ce qui est en contradiction avec Elle est faux.

  28. Abraham dut croire seulement ce que lui dit la Voix. Et à cent ans, c’est-à-dire vingt-cinq ans plus tard, il y croyait plus fermement que lorsque cela lui fut annoncé. Il y croyait et “il ne douta point par incrédulité au sujet de la promesse de Dieu; mais il fut ferme, donnant gloire à Dieu et ayant la pleine conviction qu’Il peut accomplir ce qu’Il promet”. C’est ainsi que chacun doit être. Vous devez venir avec une foi inébranlable, croyant que c’est Dieu qui a fait la promesse. Mais vous devez être dans une position vous permettant d’avoir cette foi. C’est ce dont nous allons parler, vous voyez, c’est de recevoir cette foi.

  29. Dans Hébreux, chapitre 11, il nous est dit: “Or, la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère…”.

  30. C’est là que beaucoup de gens ne reçoivent pas la guérison ou ce qu’ils ont demandé: ils prennent la foi pour ce qu’elle n’est pas, vous comprenez? Ils ne croient pas. La foi n’est pas de l’imagination. C’est une ferme assurance.

  31. Maintenant, écoutez attentivement. Vous voyez, ce n’est pas ce que vous imaginez. C’est aussi réel que ce que perçoivent vos sens physiques. C’est aussi réel que lorsque mes yeux disent: «Voici un morceau de papier». C’est aussi réel que de dire: «Voici de la lumière». C’est aussi réel que de dire: «Je sens que j’ai mon manteau». C’est aussi réel que d’entendre ici ce bébé babiller ou faire du bruit. C’est aussi réel que de faire de la musique. C’est aussi réel que le goût d’un aliment que je sens dans ma bouche. C’est aussi réel, mais on ne peut pas le montrer à quelqu’un d’autre. C’est pour vous seul. Amen! C’est à vous. La foi est une ferme assurance. Ce n’est pas un mythe.

  32. C’est un enseignement très profond. Je n’en donne que la surface, mais vous devez creuser en profondeur.

  33. La foi est quelque chose que vous possédez: ce n’est pas de l’imagination si vous l’avez réellement. C’est aussi réel pour vous que n’importe quoi d’autre. C’est aussi réel que quand vous savez que vous êtes en train de conduire une automobile. C’est aussi réel que quand vous savez que vous êtes assis dans l’église. C’est aussi réel que quand vous entendez ma voix. La foi est une ferme assurance. Ce n’est pas une imagination ni une émotion, c’est quelque chose que vous avez et qui vient à vous lorsque vous entendez la Parole de Dieu (et Elle seulement). “Ainsi la foi est ce qu’on entend, et ce qu’on entend par la Parole de Dieu” (Rom. 10.17). Cela revient à dire que notre foi n’est pas dans une personne ou une autre, dans un homme, dans une organisation ou un groupe d’hommes. Elle est en Dieu parce que Dieu est la Parole. Votre foi est en Dieu!

“La foi est de ce qu’on entend, et ce qu’on entend par la Parole de Dieu”.

  1. Alors Dieu, par Sa Parole… non par ce que quelqu’un d’autre a fait, non par ce que quelqu’un d’autre a dit, mais par ce que la Parole de Dieu a dit: “Que Dieu, au contraire, soit reconnu pour vrai et tout homme pour menteur”.

  2. Si vous voyez quelqu’un faire quelque chose en se basant sur une Parole de Dieu, un acte de Dieu ou une promesse de Dieu… Beaucoup diront: «Moi aussi, je peux le faire!» (ils se l’imaginent), mais quand ils le font, vous voyez que cela s’effondre (il faut que ce soit une ferme assurance). Ils ont une foi potentielle. C’est quelque chose qui vous conduit à la foi. C’est quelque chose de potentiel. C’est comme si vous me demandiez un chêne et que je vous donnais un gland. Potentiellement vous avez un arbre, mais il ne s’est pas encore manifesté. Mais quand cela se fera, ce sera un chêne. Et quand vous imaginez que Dieu fait ceci ou cela… Mais quand cela vous est révélé, alors c’est une foi, une foi parfaite qui ne peut faillir.

  3. La raison pour laquelle ces visions ont une telle importance pour moi, c’est parce qu’elle se sont chaque fois confirmées, vous voyez? Je sais qu’Il l’a promis. Il l’a promis dans Sa Parole et Il l’a promis pour ce jour. Par conséquent vous savez où vous en êtes quand Il parle ainsi. Vous voyez, cela me donne la foi parce qu’Il ne fait jamais rien de contraire à Sa Parole écrite. Vous comprenez? Si c’était contraire à la Parole, je ne pourrais pas y ajouter foi. Cela nous ramène de nouveau à la Parole, vous voyez: la foi vient en entendant la Parole de Dieu. Vous devez entendre la Parole! La Parole de Dieu est une Parole entièrement suffisante. Tout ce dont vous avez besoin, c’est de la Parole.

  4. Or la foi est une ferme assurance, comme nous avons vu dans les Hébreux qu’elle était, et ce qu’ont fait ceux qui l’avaient. Beaucoup ont la foi aujourd’hui mais ne l’ont plus demain. Le jour suivant il y a quelque chose, puis plus tard il y a quelque chose d’autre. Mais une fois que Dieu l’a ancrée et que vous le voyez, plus rien ne pourra vous faire quitter votre position. Si vous tâtonnez, cherchez, présumez (présumer veut dire: s’aventurer sans certitude) … Si vous essayez ceci ou cela, si vous courez ici ou là, vous avez ce qu’on appelle “de la foi”, mais ce n’est pas encore: la foi.

  5. Je… (excusez-moi). Je voudrais que vous… (merci, frère).

  6. Je voudrais que vous compreniez bien ceci. L’église doit s’élever dans la puissance de Dieu. Comment? Nous sommes trop près de la fin maintenant. Je crois que l’église est actuellement dans une situation où nous pouvons lui enseigner des choses un petit peu plus profondes, la débarrasser de certaines imitations de foi et d’entrer dans quelque chose de réel. Vous comprenez? Cela doit être quelque chose que vous connaissez. Si vous dites:

— «Frère Branham, ceci n’est pas la lumière!».

— «Cependant je sais que c’est la lumière».

— «Comment savez-vous que c’est la lumière?».

— «Je la VOIS».

— «Comment savez-vous que vous ne vous trompez pas?».

— «Mon sens de la vue m’a toujours affirmé que c’était la lumière!». Vous comprenez?

  1. La raison pour laquelle je crois à ces visions est qu’elles se sont toujours réalisées, car elles viennent de la Parole. Si Dieu le dit; c’est réglé. Quand c’est déclaré de cette manière, il n’y a plus de tâtonnements: cela arrivera. Alors vous l’entendez comme étant «Ainsi dit le Seigneur» parce que cela dépasse la pensée humaine. C’est là-haut dans les domaines de la pensée du Seigneur. Mais vous, vous êtes là comme un sarment qui produit le fruit qui est dans la vigne. Dieu utilise l’homme, seulement l’homme. Dieu n’utilise pas les machines. Dieu n’emploie pas des groupes d’hommes. Dieu n’emploie pas des organisations. Dieu utilise toujours des individus.

  2. La foi est une ferme assurance et c’est par elle, comme nous le comprenons bien, que se font toutes choses. Ce n’est pas de l’imagination, c’est une ferme assurance, en particulier la foi parfaite. C’est ce dont je vais parler ce soir: atteindre la foi parfaite. Ce n’est pas de l’imagination.

  3. On entend des gens dire: «J’ai toute la foi qu’il faut, c’est certain!». Alors pourquoi vous trouvez-vous ici? Vous comprenez? Vos actions mêmes prouvent que vous n’avez pas ce dont vous parlez, vous comprenez? Si vous avez la foi, que faites-vous dans la ligne de prière? Dans quel but agissez-vous ainsi?

  4. Si vous aviez la foi parfaite, vous regarderiez directement à Dieu, vous croiriez et vous vous en iriez. Vous n’auriez pas besoin d’entrer dans la ligne de prière. Vous n’auriez aucun besoin de ces choses parce que votre foi aurait agi. Vous comprenez? A quoi me servirait-il de dire: «Je dois mettre une chemise quand j’en ai déjà une sur moi».

  5. — «Comment savez-vous que vous avez mis une chemise?».

  6. — «Eh bien, je la vois, je la sens et je sais qu’elle est là». C’est aussi réel que quand la foi parfaite prend pied. Vous n’avez plus besoin de ces choses: tout est déjà fait, vous le savez.

  7. — «Comment le savez-vous?».

  8. — «C’est la foi qui me le dit». C’est ainsi. Comprenez-vous maintenant ce que je veux dire? C’est la foi parfaite!

  9. En d’autres termes, je fais une tentative. Je dis: «La Bible dit: Qu’il appelle les anciens et que les anciens prient pour lui en l’oignant d’huile». Vous vous dites: «J’irai et je serai guéri». Vous vous fabriquez quelque chose. Vous ne considérez pas que vous êtes en train de vous emballer à ce sujet. Puis, quand vous êtes passé par cette expérience, vous dites: «Oh, je ne sens toujours rien…». Vous voyez, vous n’aviez pas la foi.

  10. Une foi véritable accomplit les choses à l’instant même. Une foi véritable vous rendra les choses si réelles que… Considérez cette femme qui avait une perte de sang: “Si je peux seulement toucher le bord de Son vêtement, je serai guérie!”. Et aussitôt qu’elle l’eût fait il est dit “qu’elle sentit en elle-même que la perte de sang s’était arrêtée”. Elle le crut réellement.

  11. Et quand elle Le toucha, pour prouver que la perte de sang s’était arrêtée, Jésus se retourna et dit: “Qui m’a touché?”. Cette foi parfaite! Et cette même foi parfaite, ce soir, touchera Jésus-Christ comme elle le fit alors. La femme était venue avec une foi parfaite pour cette occasion.

  12. Au début, les disciples n’avaient pas cette foi parfaite car ils avaient Christ et marchaient avec Lui. Mais ensuite Christ fut EN eux. Et vous voyez il est difficile d’avoir cette foi parfaite sans le Saint-Esprit. C’est Lui qui doit l’apporter: c’est ce qu’Il fait. Vous me demanderez: «Les disciples n’avaient-ils pas cette foi parfaite?». — Non! Quand ils rencontrèrent cet enfant épileptique, ils ne purent chasser le démon qui était en lui.

  13. Et le père, voyant Jésus venir, dit: “J’ai amené mon enfant à Tes disciples, mais ils n’ont pas pu le guérir”.

  14. Plus tard les disciples demandèrent à Jésus: “Pourquoi n’avons-nous pas pu le guérir?”.

  15. Jésus dit: “C’est à cause de votre manque de foi, de votre incrédulité”.

  16. Mais rappelez-vous qu’ils avaient la puissance. Jésus peu de jours avant, leur avait donné le pouvoir de guérir les malades, de ressusciter les morts, de chasser les démons. Ils avaient le pouvoir, mais pas la foi pour utiliser ce pouvoir! Voilà exactement ce qui se passe au Branham Tabernacle! Voilà exactement ce qui se passe aujourd’hui avec l’Eglise, l’Epouse. Le Saint-Esprit est ici avec la puissance, mais vous n’avez pas la foi pour Le faire se mouvoir. Vous voyez ce que je veux dire? Il faut la foi pour le mettre en action.

  17. J’ai mis une cartouche dans mon fusil. Je sais ce qui à se passer d’après la balistique, comme avec la Parole. Mais il faut que je tire la gâchette. Il faut mettre le feu à la poudre. La poudre a bien la puissance, mais il faut y mettre le feu pour l’allumer. La poudre est dans la cartouche, mais il faut la foi pour charger et chasser la balle. Voilà ce qu’il faut: une foi parfaite pour allumer la puissance du Saint-Esprit (que nous avons maintenant puisqu’Il est venu sur nous). Il faut la foi pour Le mettre à feu, pour voir des choses glorieuses. Il faut la foi, quelque chose qui vous présente, cela.

  18. Le coeur rempli de joie vous entrez dans la chambre du malade sachant exactement ce que vous allez dire. Vous entrez, connaissant ce qui va se passer, car c’est quelque chose qui vous a déjà été révélé et vous le savez. Vous entrez en disant: «Au Nom de Jésus-Christ, levez-vous. Ainsi dit le Seigneur!». Voilà C’est la foi parfaite. Et s’il y avait là dix millions de personnes disant que cela n’aurait pas lieu, vous savez néanmoins que cela arrivera, parce que vous le savez. Cela arrivera! Peu importe ce que les gens diront, vous êtes celui qui a la foi.

  19. Pouvez-vous imaginer Josué convoquant les anciens d’Israël et leur disant: “Frères, nous sommes les serviteurs du Seigneur. J’aimerais que vous Lui demandiez s’Il consentirait à prolonger un peu le jour en arrêtant le soleil un petit moment!”?

  20. Oh non! Il en avait besoin et sans prière, sans rien du tout (il en avait besoin) il commanda au soleil! Il lui dit: “Arrête-toi! J’en ai besoin et je suis au service du Seigneur. C’est Lui qui m’a envoyé ici pour faire ce travail et je fais de mon mieux; les ennemis se sont ralliés et sont là! Si je laisse le soleil se coucher, ils se rassembleront de nouveau et me donneront encore plus de mal. Alors arrête-toi! Et toi, lune, reste où tu es!”. Amen! Elle resta là près de vingt-quatre heures.

  21. Si la terre continue à tourner et que le soleil s’immobilise, que va-t-il se passer? Si vous contestez cela vous êtes un infidèle. Et si vous l’admettez vous bafouez la science car elle dit que si la terre s’arrêtait, elle tomberait. Alors quoi? Si vous dites que la Parole de Dieu n’est pas vraie, vous êtes un infidèle. Vous voyez? Mais cela est arrivé et c’est le principal. Je n’en connais pas le mécanisme, mais cela est arrivé!

  22. Je ne connais pas le mécanisme du Saint-Esprit, mais je sais qu’Il est tombé sur moi. Je n’en connais pas le mécanisme, mais j’en connais les bénédictions. Tout ce qu’il m’importe de connaître, ce sont les bénédictions du Saint-Esprit. Comment fonctionne le mécanisme de tout cela? c’est Son secret.

  23. Ce garçon ne pouvait pas être guéri parce que… Les disciples avaient la puissance; Jésus leur avait donné le pouvoir de guérir toute espèce de maladies, de chasser les démons, de purifier les lépreux et de ressusciter les morts. Il leur avait donné la puissance, mais ils n’avaient pas la foi pour mettre en action la puissance qu’ils possédaient. Alors ils demandèrent à Jésus: “Pourquoi n’avons-nous pas pu le faire?”.

  24. Rappelez-vous qu’ils avaient la Parole. Et à ce moment-là la Parole était chair. Et la Parole leur avait dit: “Je VOUS donne le pouvoir!”. Amen! “Je VOUS donne le pouvoir”. Ils l’avaient, mais pas la foi pour mettre en oeuvre la Parole qui était en eux. Vous voyez ce que je veux dire? Mais Jésus l’avait. Il était la Parole et croyait que ce qu’Il dirait s’accomplirait. Il dit: “Amenez-le moi. Jusqu’à quand vous supporterai-je?”.

  25. Jésus avait la foi avec Sa puissance. Comment faisait-Il? Il disait: “Je ne peux rien faire de moi-même”. Pourquoi? Parce qu’Il comptait sur ce qu’Il était. Il savait qu’Il était la Parole. Il avait foi en Dieu qui avait fait de Lui la Parole. Il était Dieu (la Parole) et ces choses étaient en Lui, Lui donnant la foi parce qu’Il comprenait Sa position. Il savait ce qu’Il était parce que l’Ecriture Lui avait dit qu’Il était cela. Tout concordait dans l’Ecriture pour prouver qu’Il était exactement ce qu’Elle disait qu’Il serait. Il savait ce qu’Il était.

  26. C’est pourquoi Il s’appuyait sur ce que Dieu avait fait de Lui. Et s’Il a fait cela, ne pouvons-nous pas nous appuyer sur ce que Dieu a fait de nous en tant que croyants? “Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru…”. Jésus avait la foi en ce qu’Il était. Si vous êtes un croyant, vous avez la foi en ce que vous êtes: vous êtes un croyant! Si vous avez foi en Dieu… La Bible dit que si notre coeur nous condamne nous ne pouvons pas avoir la foi, mais si notre coeur ne nous condamne pas, alors nous avons la foi, nous avons de l’assurance devant Dieu. Vous trouverez ce passage dans 1 Jean 3.20-21. Je l’ai noté.

  27. 1 Jean 3.20-21: “Si notre coeur ne nous condamne pas, nous avons de l’assurance devant Dieu”.

  28. Mais tant que vous faites le mal vous ne pouvez pas avoir de l’assurance devant Dieu. Vous vous replacez automatiquement en arrière en tant que pécheur en sachant que vous faites le mal. Mais si votre coeur ne vous condamne pas et que vous savez que vous êtes un croyant et qu’il n’y a rien entre vous et Dieu, vous pouvez demander ce que vous voulez et cela vous sera accordé parce que c’est la Parole qui vous est donnée comme Elle le fut aux autres disciples.

  29. Alors la seule chose à faire est d’avoir foi en ce que vous êtes. Ayez foi en ce que la Parole dit que vous êtes. Et Jésus croyait la Parole de Dieu qui disait ce qu’Il était: “Il est écrit de moi…”. David ne l’a-t-il pas fait dans les psaumes, de même que les prophètes et tous ceux qui ont parlé de Lui? “Je suis le Pain de Vie qui descend du Ciel d’auprès de Dieu”. Amen! “Je suis cet Arbre de Vie qui était dans le jardin d’Eden. Je suis toutes ces choses JE SUIS CELUI QUI SUIS”. Et Il savait avec cette foi parfaite qu’Il était le Messie oint et que l’Esprit de Dieu était sur Lui. Il dit: “Je ne fais rien de moi-même: c’est ma foi en Dieu”. Et Dieu était en Lui, la Parole manifestée. Et quand la Parole de Dieu vient en vous, Elle est rendue manifeste parce que vous êtes un croyant. Et un croyant est quelqu’un qui a la foi de Dieu qui se meut en lui.

  30. Aimez-vous cela? J’aime enseigner ce qu’est réellement la foi.

  31. Il savait sans l’ombre d’un doute qui Il était. Il savait qu’Il était le Fils de Dieu. Il le savait car la Parole L’identifiait. La Parole de Dieu attestait qui Il était. Il disait (Jean 10.38): “Si je ne fais pas les oeuvres de mon Père, ne me croyez pas. Si je ne fais pas ces oeuvres, ne me croyez pas. Mais si je les fais, croyez en ces oeuvres car elles sont la manifestation de la Parole promise”. Oh, si vous pouviez seulement vous éveiller à cela! Comprenez-vous cela? Vous voyez, la Parole Elle-même identifia qui Il était. Et Il dit: “Qui me convaincra de péché?”. En d’autres termes: “Qui peut me montrer que ma vie et mes oeuvres n’accomplissent pas exactement ce que le Messie doit faire?”. Personne ne put rien répondre car Il l’était. Il avait donc la foi pour croire et quoi qu’Il disait, cela s’accomplissait.

  32. Alors Il se retourna et dit: “Les oeuvres que je fais, vous les, ferez aussi. Encore un peu de temps et le monde ne me verra plus; mais vous me verrez car je serai avec vous et même en vous. Ne vous préoccupez pas de ce que vous direz car ce n’est pas vous qui parlerez, mais votre Père qui demeure en vous. C’est lui qui parlera. Ce n’est pas moi qui agis, c’est le Père qui demeure en moi; c’est lui qui fait les oeuvres”. Vous voyez ce que je veux dire?

  33. Ce sont ces Paroles de Jésus qui identifient le chrétien scripturaire: “Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru”. Comment pouvez-vous vous faire appeler des croyants, un peuple de croyants, et en même temps renier ces Paroles? Comment pouvez-vous vous faire appeler un croyant, et renier un seul mot de cette Parole? Ce n’est pas possible! Vous n’êtes pas un croyant et ces signes ne peuvent pas vous accompagner car vous n’acceptez que ce que vous voulez croire et laissez le reste parce que vous n’y croyez pas. Vous devez prendre le tout et y croire. Quand vous croyez vraiment (il ne s’agit pas de faire semblant, mais de croire réellement) alors ces signes accompagneront ceux qui croient.

  34. Peut-on comparer un chrétien d’aujourd’hui avec les chrétiens d’autrefois? Ces disciples marchaient avec la puissance de l’Esprit, étaient poussés par le Saint-Esprit et agissaient en accord avec Lui. Ils étaient des prisonniers, comme je l’ai prêché l’autre soir, prisonniers de la Parole et de la volonté de Dieu. Ils ne, pouvaient pas faire le moindre geste à moins que Dieu ne les y poussât. N’aimeriez-vous pas voir se lever une Eglise pareille? Cela viendra! C’est vrai! L’oeuvre est en route.

  35. Car la Parole identifia Jésus, ce qu’Il était. C’est la même Parole qui nous identifie. “Si quelqu’un m’aime, il gardera mes commandements. Et s’il dit qu’il m’aime et qu’il ne garde pas mes commandements (tous mes commandements) c’est un menteur et la vérité n’est point en lui”.

  36. Vous dites: «Je ne crois pas tout». Vous n’êtes alors qu’un incrédule, c’est tout. Quand la Bible dit ainsi c’est cela qui est juste et cela règle la chose pour l’éternité. Ce que la Bible dit est la Vérité.

  37. Notez ce que Jésus a dit: “Si vous demeurez en moi et que ma Parole demeure en vous…”. Jean 15 dit: “Si vous demeurez en moi (ce qui veut dire: avoir foi en Lui) et que ma Parole demeure en vous, demandez ce que VOUS voulez…”.

  38. Vous voyez, Il savait qui Il était, c’est pourquoi Il avait la foi. La foi pouvait agir dès le moment où Il savait qui Il était. Or: “Si vous demeurez en moi et que ma Parole demeure en vous (alors vous savez qui vous êtes) demandez ce que vous voulez, cela vous sera accordé”.

  39. Ne serait-ce pas merveilleux ce soir si chacun de ceux qui viendront dans la ligne de prière disait: «Je suis un chrétien, il n’y a pas de condamnation en moi. Je sais que mon coeur ne me condamne pas. Quelque chose me dit que ce soir verra la fin de mes souffrances»? Vous croyez que vous allez partir avec quelque chose. Peu importe à quel point vous aurez une émotion en venant ici, peu importe ce que vous faites: tout cela ne donnera rien tant que la foi parfaite ne se sera pas manifestée et identifiée en vous comme une ferme assurance. Mais quand cela arrive, rien ne peut plus vous ébranler et vous arracher à cela.

  40. Si vous aviez le cancer et que le médecin vous ait dit hier que vous seriez mort avant lundi matin (parce que votre coeur ne va plus, que vous ne pouvez plus respirer, que vous êtes complètement rongé par le cancer, que toute votre circulation est pleine de cancer ou quoi que ce soit), si quelque chose vient avec la ferme assurance de cette foi authentique, que cette foi parfaite a été réalisée en vous comme une ferme assurance, alors vous rirez à la face du médecin.

  41. Vous serez comme Elie lorsqu’il se promenait devant l’idole en disant: “Pourquoi ne criez-vous pas plus fort? Il est peut-être occupé!”. Elie savait ce qu’il allait faire car Dieu lui avait révélé ce qui allait se passer. Il leur dit: “Le Dieu qui répondra par le feu sera le vrai Dieu”.

  42. Les autres dirent: “Nous acceptons cette proposition”. Ils versèrent de l’eau sur les autels, se firent des incisions en criant: “O Baal! O Baal! réponds!”.

  43. Elie resta parfaitement calme, il dit: “Criez un peu plus fort! Il est peut-être occupé! Il est peut-être à la pêche ou en train de faire quelque chose d’autre! Il est parti quelque part!…”. Il se moquait d’eux car il savait ce qui allait se passer.

  44. Oh, observez comme il avait tout mis en ordre! Il s’avança et dit: “Dieu d’Abraham, d’Isaac et d’Israël!”. Il ne dit pas Jacob, c’est-à-dire trompeur, mais Israël, c’est-à-dire prince de Dieu.

  45. — “Seigneur, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de ce prince (Jacob)! Que l’on sache aujourd’hui que je suis Ton serviteur et que j’ai fait cela non par mon désir, non de mon propre chef, mais à Ton commandement. C’est Ta volonté, Tu m’as dit ce que je devais faire. Tu m’as montré que ces choses seraient là. J’ai versé de l’eau sur l’autel. J’ai tout fait selon Ton commandement. Qu’on le sache!”. Et quand il eut dit cela le feu descendit du Ciel. Il avait confiance que le feu descendrait car il avait la ferme assurance. Pourquoi? Parce que c’était la Parole qui le disait.

  46. Cette même Bible ici est la Parole de Dieu. Et quand vous pouvez recevoir la ferme assurance (c’est la foi parfaite) … cette ferme assurance que cette promesse faite par Dieu vous appartient.

  47. — «Comment vous sentez-vous, frère Branham, quand vous vous tenez là et que vous voyez venir toutes sortes de gens parlant diverses langues? Avez-vous peur?». Non! Pas du tout! Je n’ai encore jamais eu peur car Dieu me l’a montré et je crois que c’est la Vérité.

  48. S’Il me disait ce soir d’aller au cimetière présidentiel et de ressusciter George Washington demain matin, j’inviterais le monde entier à venir avec moi: «Venez et voyez!», dirais-je. «Amenez avec vous tous les critiques que vous pouvez et placez-les tout autour: vous allez voir la gloire de Dieu. Asseyez-vous là un moment et reposez-vous. Il va venir tout de suite, dès que je l’appellerai».

  49. Je me souviens de ce petit garçon, un certain jour en Finlande. Il était étendu là, mort depuis une demi-heure, brisé. Du sang coulait de ses yeux, de son nez, de ses oreilles; ses petites jambes étaient brisées dans ses chaussettes. Il avait perdu ses souliers et ses pieds sortaient de ses chaussettes. Je regardai et pensai: «Cela doit être ce garçon». Je dis: «Frère Moore, regardons les notes que nous avons à la fin de nos Bibles».

  50. Frère Lindsay et frère Moore regardèrent: «AINSI DIT LE SEIGNEUR: (ô mon Dieu!) cela se passera dans un pays où il y aura beaucoup d’arbres au feuillage persistant. Il y aura des amoncellements de rochers. Il y aura un petit garçon aux cheveux très courts, vêtu d’une barboteuse boutonnée et ayant des chaussettes montantes. Ses yeux bruns seront révulsés car il viendra d’avoir été tué dans un accident d’automobile. Mais tu poseras tes mains sur lui et il reviendra à la vie».

  51. C’était écrit ici. Le petit garçon gisait là, attendant la Parole. Je dis: «Si cet enfant n’est pas vivant dans quelques minutes, je suis un faux prophète et vous devez me chasser de Finlande. Mais s’il est vivant, tombez sur vos faces et repentez-vous!».

  52. Je dis: «Mort, tu ne peux pas le retenir!». J’ai rappelé son esprit conformément à la Parole de Dieu: «Au Nom de Jésus-Christ!». Alors il se leva d’un bond. Parfaitement! C’est la foi qui a trouvé prise. Dieu avait dit ainsi: voilà tout!

  53. A cette occasion c’est Dieu qui parla dans une vision. Mais si la vision avait été contraire à Ceci, elle eût été fausse. Ceci est plus que la vision. Si une vision est contraire à la Parole, laissez-la: elle ne vient pas de Dieu parce que Dieu ne contredit pas Sa propre Parole. Mais si cette Parole vous a dit quelque chose, vous pouvez être parfaitement sûr que cela s’accomplira. Si Elle dit: “Ils imposeront les mains aux malades et ceux-ci seront guéris” eh bien, frères, si la foi, la foi parfaite prend appui là-dessus quand vous aurez passé par la ligne de prière, vous bondirez et crierez de joie en disant: «C’est passé, c’est fini, c’est terminé!». S’il y a une requête dans votre coeur et que vous croyez qu’il y sera répondu quand cette prière sera faite à ce sujet, si vous ne discutez pas, cela s’accomplira comme pour la femme qui avait une perte de sang.

  54. Jésus avait la foi parfaite. Cela venait de ce qu’Il était la Parole. Et vous devenez la Parole; vous devenez la Parole alors que vous recevez la Parole. “Si vous demeurez en moi et que ma Parole demeure en vous, ma Parole qui… (cette Parole)… et que ma Parole demeure en vous, demandez ce que vous voudrez et cela vous sera accordé”. Vous comprenez? “Si vous dites à cette montage: Ote-toi de là! et que vous ne doutiez pas, mais croyez que ce que vous dites arrive, vous le verrez s’accomplir”. Marc 11.24: “Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu et vous le verrez s’accomplir”. Ni le temps ni l’espace y changeront rien. Vous savez que c’est fait. C’est déjà accompli.

  55. Maintenant, faites attention! Jésus nous a dit: “Si vous demeurez en moi et que ma Parole demeure en vous…” (c’est dans Jean)… “demandez ce que vous voudrez et cela vous sera accordé”. Vous devez reconnaître votre position en tant que croyant par rapport à l’Ecriture. Vous devez reconnaître votre position comme Lui avait reconnu Sa position.

  56. — “N’est-il pas écrit que Christ devait venir et faire toutes ces choses?” dit-Il à Cléopas sur le chemin d’Emmaüs. — “N’est-il pas écrit dans les Ecritures que Christ devait souffrir, être mis à mort et ressusciter le troisième jour?”. Il dit: “O hommes dont le coeur est lent à croire!”.

  57. Ils pensèrent: “Cet homme parle un peu différemment des autres hommes!”. Et quand ils furent à l’auberge ils se rendirent compte que c’était Lui. Leurs yeux avaient été empêchés de Le voir. Mais ils constatèrent qu’il continuait à se fonder sur l’Ecriture et reconnurent que c’était Lui.

  58. Vous devez croire à ce que vous demandez. Si vous êtes croyant, reconnaissez que vous êtes un croyant, reconnaissez que ces choses sont pour vous. S’il y a une condamnation dans votre vie, mettez premièrement cela en ordre. S’il y a une condamnation, vous pourriez appeler Oral Roberts et en plus une douzaine d’autres gens qui ont le foi et ils auraient beau prier vous, sauter en l’air et verser des litres d’huile sur vous, il ne se passerait rien!

  59. Que ressort-il des réunions d’Oral Roberts? Je l’ai vérifié dans les lignes de prière. Quelqu’un m’a dit qu’on avait prié pour lui auparavant.

  60. — «Un homme grand aux cheveux noirs, à la mâchoire carrée». C’est bien Oral Roberts. — «Et c’était dans telle et telle ville. Il avait dit que le malade avait telle ou telle chose».

  61. — «Oui, c’est exact». Vous voyez?

  62. — «Untel a prié pour vous, mais votre maladie est toujours là! Allez mettre les choses en ordre. Allez confesser votre pêché à votre mari, à votre femme. Faites cela. Qui que ce soit qui prie pour vous, il n’y aura aucun résultat tant que vous n’aurez pas mis la chose en ordre. La condamnation est dans votre coeur et Dieu ne viendra pas dans ce coeur condamné». Vous voyez? Dieu n’habite pas là. Il faut remettre les choses en ordre. Quand vous le faites vous devez avoir la foi. Si tout est en ordre, vous devez avoir la foi et croire. Ne craignez rien!

  63. Dans le livre de Job il est dit que Job eut de la crainte. Et ce qu’il craignait arriva réellement. Qu’est-ce qui provoqua cela? Sa crainte. C’est elle qui fit que tout cela arriva. Sa foi l’aurait gardé loin de cela, mais sa crainte le lui apporta. Il craignait que cela lui arrive et cela arriva. S’il avait su que cela n’arriverait pas, cela ne serait pas arrivé. Vous comprenez ce que je veux dire?

  64. Si vous avez peur en entrant dans la ligne de prière: «Peut-être n’ai je pas une foi suffisante…» ne vous en faites pas, il ne se passera rien. Vous voyez? Mais si vous savez que cela arrivera, cela arrivera! C’est simplement une ferme assurance de quelque chose. Job craignait que ces choses lui arrivent: elles arrivèrent. Si vous craignez que votre maladie reste, elle restera. Si vous avez la foi qu’elle va partir, elle partira.

  65. Quand vous appelez un médecin, la première chose qu’il fera sera d’essayer de vous donner confiance dans le remède qu’il va vous donner. Si vous n’avez pas confiance, autant ne pas le prendre. Vous voyez? C’est certain! Qu’est-ce que cela signifie? C’est la foi qui opère la guérison. C’est toujours la foi qui l’accomplit.

  66. Pierre marcha sur les eaux sans difficulté jusqu’au moment où il eut peur. La Parole lui avait dit qu’il pouvait marcher sur les eaux. Pour commencer il avait eu peur, ayant pris Jésus pour un fantôme. Il lui dit: “Seigneur, si c’est toi, ordonne que j’aille vers Toi en marchant sur les eaux!”.

  67. Jésus lui répondit: “Viens!”. C’est comme dans Jacques 5.14 et Marc 16. C’est le même Dieu qui dit: “Viens!”. Et Pierre se mit à marcher sans difficulté. Il sortit du bateau et commença à marcher sur les eaux.

  68. Il y avait une tempête sur la mer, vous savez. Les vagues étaient plus hautes que les collines qui sont aux alentours d’ici. Des vagues énormes, écumantes, hautes de quinze ou vingt pieds. Et c’était une chose terrible pour Pierre que de dire à cette apparition qui ressemblait à une ombre ou à un fantôme: “Seigneur, si c’est Toi, ordonne que je vienne vers Toi en marchant sur les eaux!”.

  69. Jésus dit: “Viens!”.

  70. Pierre sortit de la barque en se disant: “C’est le Seigneur, je vais simplement marcher”. Mais quand il regarda les vagues, il eut peur. A quoi pensa-t-il? D’abord: “Je vais marcher parce que c’est la Parole qui m’a dit de le faire”. Mais voilà qu’il se met à regarder à quoi? A ses symptômes! Il regarde autour de lui, voit la grosseur des vagues et s’épouvante! Aussitôt il enfonce… Vous voyez? Ce qu’il craignait arriva! Ce qu’il croyait arriva! Quand il crut qu’il pourrait marcher, il marcha: quand il crut! Mais quand il y eut de la crainte dans sa foi, la ferme assurance le quitta. Vous comprenez? Il proclamait toujours sa foi, mais il n’avait plus la ferme assurance. Cette ferme assurance l’avait fait franchir le sommet écumeux des vagues et l’aurait conduit tout droit à Jésus s’il avait eu la foi parfaite, n’est-ce pas? Mais il ne l’avait pas. Il croyait la posséder. Au début il l’avait, il était d’accord de s’aventurer: “C’est le Seigneur qui me l’a dit, cela doit arriver”. Il sortit de la barque et s’éloigna. Il n’accorda pas une seule pensée à ces vagues qui s’opposaient à lui. Cela ne lui venait pas à l’esprit.

  71. Mais si vous vous mettez à réfléchir: «Voyons, je suis malade depuis si longtemps, je…». STOP! Dans ces conditions vous feriez mieux de retourner au bateau! Mais quand vous abandonnez ce genre de pensées…

  72. Abraham ne prit pas en considération son propre corps qui était maintenant amorti, ni le sein de Sara qui était mort. Il n’y réfléchit pas, il ne prit pas ces choses en considération, il n’en parla même pas. Il ne considéra pas ces choses. Il ne considéra que ce que Dieu avait dit et alla de l’avant. De même, aussi longtemps que Pierre fit ainsi, il marcha.

  73. Mais Jésus vivait dans un monde dont personne ne connaissait rien. Il était un personnage bizarre. Il vivait dans un monde de foi parfaite en un Dieu parfait en Qui Il était. Si nous vivions dans la foi parfaite d’un chrétien, de ce que nous sommes, nous passerions aux yeux du monde pour des mystiques: les gens ne nous comprendraient pas. Nous marcherions dans l’Esprit. Ce que l’Esprit dirait nous le ferions. Ce qu’Il nous défendrait nous ne le ferions pas. Les gens commenceraient à dire que pour eux vous êtes un personnage mystique.

  74. C’est pareil avec tous les croyants. Ce sont des mystiques. Les gens ne les comprennent pas parce qu’il vivent dans un monde à eux. Jésus vivait dans un monde que personne d’autre ne pouvait toucher. Les disciples ne pouvaient pas le comprendre. Quand Jésus leur parlait, ils Lui disaient: “Tu nous parles en énigmes. Nous ne comprenons pas cela. Comment est-ce possible?”. Vous voyez, ils ne vivaient pas dans le même monde que Lui. Ils ne pouvaient pas Le comprendre, personne ne pouvait Le comprendre.

  75. Quand un homme vit par la foi et marche par la foi, je veux dire par cette foi qui est une ferme assurance, il est isolé du monde entier et devient une nouvelle créature en Christ. C’est là que vous commencez à entrer dans la substance de l’Epouse. Vous atteignez maintenant l’état où l’on peut être enlevé. Cela signifie que chacun de nous, pas seulement le pasteur mais également les diacres, les administrateurs, les laïques, chaque personne marche dans un monde où il est seul avec Dieu. Vous entrez dans ce Royaume par le baptême et il n’y a personne là que vous et Dieu. Il donne les ordres et vous les exécutez. Quoi qu’Il dise il n’y a pas nulle part l’ombre d’un doute et vous allez de l’avant. Si le Seigneur dit ceci, personne au monde ne pourra vous en dissuader. Vous allez de l’avant de toute façon. Vous entrez maintenant dans la foi parfaite, dans la perfection parfaite qui ne peut faillir. Cette foi-là ne faillit jamais. Oui, pour eux, avec Sa foi parfaite, Il était un mystique. C’est pareil aujourd’hui avec ceux qui ont la foi parfaite: ce sont des mystiques pour les autres.

  76. On nous enseigne: “Résistez au diable et il fuira loin de vous!”. Résister, c’est simplement le refuser. “Résistez-lui” c’est simplement s’éloigner de lui. Si Satan vous dit quelque chose, peu importe ce qu’il essaie de vous dire, vous ne l’écoutez même pas. Vos oreilles sont sourdes à tout, en dehors de ce que l’Esprit dit. “Que celui qui a des oreilles pour écouter entende ce que l’Esprit dit aux Eglises”. Celui qui est à l’écoute capte ce que l’Esprit dit aux Eglises. Vous comprenez?

  77. Satan dit: “Oh, je ne peux pas…”. Cela n’a aucun rapport! — «Si tu enseignes cela, la dénomination te chassera!». Tout cela ne compte pas: le croyant continue.

  78. “Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises”. Vous voyez, la Bible dit constamment cela. “A celui qui a la foi… que celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende… que celui qui a la sagesse calcule le nombre de la bête”. Toutes ces différentes choses. “Que celui qui a le dise aux autres afin qu’ils puissent aussi avoir”.

  79. Et c’est par la foi que nous parlons maintenant de la foi que vous devez avoir, de cette foi parfaite. Cette foi qui dit “oui”. Il n’y a aucune raison de dire “non” quand Dieu dit “oui”. Quand Il dit “oui”, c’est “oui”! Et rien d’autre ne pourra jamais vous prendre cela.

  80. Avec Sa foi parfaite, Il était très étrange. Le diable ne resta pas longtemps près de Lui. Nous l’avons vu dans la prédication de ce matin. Quand il arriva avec cette grande tromperie de conception intellectuelle et qu’il essaya de jeter de la poudre aux yeux de Jésus, il s’aperçut qu’il avait touché à une ligne de dix mille volts. Cela le rejeta en arrière. C’est vrai! Quand Jésus lui répondit: “Il est écrit que l’homme ne vivra pas de pain seulement”. Il reçut un choc. Il y revint une autre fois, mais plus doucement quand il dit: “Tu es un grand homme! Tu peux te placer ici et être un personnage important!”.

  81. Jésus répondit: “Arrière de moi, Satan!”. Oh, quelle rencontre! Il lui dit aussi: “Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu”. Il confirma à Satan qu’Il était le Seigneur Dieu: “Car il est écrit: tu ne tenteras pas…”.

  82. Si Satan n’avait pas su que c’était le Seigneur Dieu, il aurait dit: “Attends un peu! Tu n’es pas cette Personne!”. Mais il le savait assez pour ne pas dire cela à Jésus!

  83. Jésus savait sur quel terrain se tenir. Il dit: “Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu”, ce qu’Il était. Satan en savait assez pour ne pas le Lui dire car les oeuvres de Jésus avaient déjà prouvé qu’Il était le Seigneur Dieu.

  84. Remarquez ceci: La foi parfaite triomphe de toutes les circonstances. La foi parfaite maîtrise toutes les circonstances. Peu importe ce qu’elles sont, elle en triomphe. Si vous croyez quelque chose, si vous agissez et avez foi en ce que vous faites, peu importent les circonstances, elles n’ont rien à y voir. La foi est maîtresse des circonstances. Si vous êtes dans une chambre de malade et que le Seigneur a révélé qu’une certaine chose allait se passer, vous le dites et vous allez de l’avant.

  85. — «Oh, qu’est-ce que?…». Non! Ne posez pas de questions. C’est déjà accompli, continuez à aller de l’avant. La foi maîtrise toutes les circonstances. — «Oh, si vous faites ceci ou cela, Untel fera…». Vous comprenez, c’est déjà maîtrisé! Vous voyez?

  86. La foi croit que Dieu va le faire. «Je ne sais pas comment Il le fera, mais Il le fera de toute manière». Vous voyez? Cela triomphe de toutes les circonstances.

  87. La foi et l’amour sont parents parce que vous ne pouvez avoir la foi si vous n’avez pas l’amour; car votre foi est en un Dieu qui est l’essence même de l’amour. La foi et l’amour travaillent ensemble.

  88. C’est comme avec un jeune couple. Prenez un jeune homme et une jeune femme. Il tombent amoureux l’un de l’autre. Au fur et à mesure qu’ils se connaissent mieux, leurs coeurs se mettent à battre à l’unisson. Ils ne sont pas encore mari et femme, mais leur amour les unit, ils ont confiance l’un dans l’autre. S’ils s’aiment réellement, que leur amour est véritable, si vous savez que cette jeune fille vous aime et qu’elle sait que vous l’aimez, vous avez confiance si vous avez foi l’un en l’autre. Sinon, autant ne pas se marier.

  89. Remarquez qu’il faut que vous ayez la foi. Si vous les séparez et placez l’un à l’extrême sud et l’autre à l’extrême nord, c’est toujours le même amour qui fera battre leurs coeurs, où qu’ils soient. Ils resteront parfaitement fidèles l’un à l’autre parce qu’ils s’aiment. Et si vous aimez le Seigneur, non simplement pour éviter l’enfer, mais si vous aimez le Seigneur, alors vous avez foi en Dieu, mais vous voyez, si vous L’aimez…

  90. C’est comme ce qui s’est passé ici à Louisville il n’y a pas longtemps. Il y avait une jeune femme qui était chrétienne depuis de nombreuses années. Elle s’éprit d’un homme qui n’était chrétien que depuis un ou deux ans. Il se marièrent. Ils s’aimaient et avaient confiance l’un dans l’autre: ils se marièrent. Alors cette femme dit à son mari: «Chéri, cela doit être difficile pour toi qui es nouvellement converti. Tu as dû passer par un dur chemin (il buvait). Tu en as tellement vu avec cela! Je sais que la tentation doit être très forte. Mais je veux que tu saches une chose: si tu tombes, si tu tombes dans la tentation et es vaincu, ne reste pas loin de la maison! Reviens tout droit ici car je t’attendrai et je t’aiderai à prier jusqu’à ce que tu aies remporté la victoire. Je serai avec toi car, quand je t’ai épousé, c’est parce que je t’aimais. Et quel que tu sois, je t’aime toujours».

  91. Quelques jours plus tard, tandis qu’il prenait son repas dans la chaufferie avec quelques camarades, il leur parlait de cela. Il ajouta: «Comment un homme pourrait-il faire le mal quand quelqu’un l’aime ainsi?».

  92. Voilà: comment pourriez-vous trahir une telle confiance?

  93. Et quand nous étions pécheurs, séparés, sans Dieu, dans le monde, dans la boue, comme j’en ai parlé ce matin, Dieu vint à nous! C’est Dieu qui nous a cherchés! Ce n’est pas nous qui avons cherché Dieu. “Nul ne peut venir à moi si le Père ne l’attire”. Et Dieu est descendu dans ce bourbier (c’est ce que nous étions), nous a cherchés et nous en a sortis. Voilà qui devrait créer un amour parfait! Regardez ce que vous étiez et ce que vous êtes maintenant. Qu’est-ce qui l’a fait? Quelqu’un qui nous a aimés. Ne pouvez-vous donc pas avoir foi en ce qu’Il vous a promis? Un amour réel et véritable créera la confiance en Sa Parole.

  94. Il m’a pris quand je n’étais rien. Je ne suis toujours rien, mais je suis dans Sa main. Il m’a pris et m’a aimé quand je n’étais pas digne d’être aimé. Il vous a aimés quand vous n’étiez pas dignes d’être aimés, mais Il vous a changés. C’est comme le disait cette soeur noire dans son témoignage: «Je ne suis pas ce que je devrais être, je ne suis pas ce que je voudrais être, mais je ne suis plus ce que j’étais!». Elle savait qu’elle était arrivée à un certain point, qu’il s’était passé quelque chose. Et c’est ainsi que cela se fait. Si Dieu, alors que j’étais éloigné de Lui, m’a aimé au point de s’abaisser pour venir me recueillir, cela me prouve qu’Il veut se servir de moi. Il a vu quelque chose en vous. Il avait une raison de vous sauver. Regardez ceux qui ne sont pas sauvés aujourd’hui. Voyez ces millions de personnes qu’Il aurait pu prendre à votre place! Mais c’est vous qu’Il a pris! Amen! Personne ne peut prendre votre place. Amen! Vous faites partie de l’économie de Dieu. Personne d’autre ne peut le faire à votre place. Tel est Son amour pour vous.

  95. Notre amour ne va-t-il pas s’élever jusqu’à Lui en retour? C’est une histoire d’amour. Quelle que soit la situation, les circonstances en sont gouvernées par Son amour qui crée la foi: Dieu vous aime, vous aimez Dieu, vous vous aimez l’un l’autre et cela amène la foi. Bien! Et cela ne peut pas empêcher de manifester exactement ce que Dieu avait promis que cela ferait.

  96. La foi parfaite est pure, aussi pure que l’amour. Vous comprenez? Si vous aimez quelqu’un, votre mari, votre femme, peu importe si quelqu’un vient vous dire: «Vous ne l’aimez pas!». Vous l’aimez et vous savez que vous l’aimez.

  97. Et si je vous demandais: «Comment pouvez-vous le prouver?».

  98. — «Je le prouve par ma façon de vivre avec cette personne… Je suis une femme fidèle et honnête… Je suis un mari loyal, honnête… Et cela me prouve que j’aime ma femme, mon mari». Vous voyez, votre vie démontre ce que vous êtes. C’est pareil en ce qui concerne la vie chrétienne. Vous avez confiance l’un dans l’autre, c’est quelque chose de pur. C’est quelque chose de réel que vous ne pouvez montrer à personne d’autre: pourtant vous l’avez et vos actions le prouvent.

  99. Et quand vous avez acquis une foi pure, sans mélange, semblable à l’amour que vous portez à votre conjoint, vous la démontrez par vos actions. Vous ne vous ne plaignez plus, vous savez que c’est accompli, vous allez simplement de l’avant. Peu importent les apparences, ce que disent les gens, vous savez ce qui est arrivé. Vous savez que c’est terminé. Vous en êtes aussi sûr que de votre amour pour votre mari. La foi et l’amour doivent aller ensemble. Ils sont parents, ils aiment. L’amour produit la foi.

  100. Quand Satan nous tente, nous devons lui résister avec une foi parfaite en une Parole parfaite comme Jésus l’a fait. La Parole de Dieu est parfaite. Nous devons avoir une foi parfaite en cette Parole parfaite et résister à Satan.

  101. Maintenant, dépêchons-nous.

  102. Par Sa foi dans Sa Parole (Il a vaincu) nous pouvons tout conquérir: la mort, l’enfer et la tombe. Nous savons que Dieu est Dieu, que par cette foi parfaite dans la Parole parfaite de Dieu Il a conquis tout ce qu’Il a touché. La mort elle-même ne put subsister en Sa présence. La maladie ne put subsister en Sa présence. De Lui coulaient comme des fleuves de force, cela coulait constamment. De la force sortait de Son vêtement. Ces gens qui se tenaient dans l’ombre posaient simplement leur doigt sur Son vêtement et ils étaient guéris. Quand la femme fit cela, tous voulurent faire de même car ils avaient vu que de la force sortait de Lui en permanence, coulant comme une rivière. Et Il marchait, marchait dans le monde avec une foi parfaite parce qu’Il était la Parole.

  103. Or: “Si vous demeurez en moi (par Lui-même Il vous a apporté la Parole) et que ma Parole demeure en vous…” vous marcherez en suivant le même chemin, une force sortant de vous; les fleuves venant des sources de bénédictions de Dieu couleront vers le peuple. Vous voyez ce que je veux dire? Et ce ne sera ni du bluff ni de l’imagination. Cela a lieu et vous le voyez. Si vous l’imaginez seulement, cela ne fait aucun bien, mais si c’est réellement là, c’est que cela est réellement arrivé.

  104. Remarquez comment par la Parole Il se tint debout et dit: “Si vous détruisez ce corps (le temple) je le rebâtirai en trois jours”. Il était parfaitement convaincu qu’Il le ferait parce que l’Ecriture disait qu’Il (le Messie) le ferait. “Je ne laisserai pas ton âme dans le séjour des morts, ni ne permettrai que mon Saint voie la corruption”. Un prophète (à qui la Parole vient) avait prédit cela, et Jésus savait qu’Il était cette Personne.

  105. Jésus Lui-même dit: “La prière de la foi sauvera le malade” ou “Ils poseront les mains sur les malades et ceux-ci seront guéris”.

Vous devez avoir la même confiance parfaite que «quand on m’aura imposé les mains, je serai guéri» parce qu’Il l’a dit ainsi.

  1. Il dit: “Détruisez ce corps et je le ressusciterai” parce qu’Il savait qu’Il était le Messie. “Je ne permettrai pas que mon Saint voie la corruption”. Jésus savait qu’Il était le Saint. “Je ne laisserai pas son âme dans le séjour des morts”. Il n’y resta pas. Il savait qu’Il accomplirait cela. Il avait confiance qu’Il était là pour conquérir la mort et le séjour des morts. Il dit: “Détruisez-le si vous voulez, mais je le ressusciterai dans trois jours”. Oh, frères! “J’ai le pouvoir de donner ma vie et j’ai le pouvoir de la reprendre”. Il savait qui Il était.

  2. Vous êtes chrétien. Vous avez droit à toutes les bénédictions rédemptrices que Jésus vous a acquises par Sa mort. Cela vous appartient! Le prix a déjà été payé. Vous n’avez qu’à le croire. Ne l’imaginez pas, croyez-le et sachez que c’est à vous et que vous pouvez le posséder. Oh, c’est la foi conquérante! Sachez-le.

  3. Jésus savait d’avance que cela se produirait. Il pouvait prédire que cela arriverait parce qu’Il savait que cela arriverait; et tout ce qu’Il prédisait s’accomplissait. Maintenant faites bien attention! Tout ce qu’Il disait, Dieu l’honorait. Pensez-y! Tout ce que Jésus disait, Dieu l’accomplissait. Jésus savait que Ses Paroles étaient les Paroles de Dieu. Maintenant voyez ceci: cette même Ecriture nous est donnée: “Si VOUS dites à cette montagne…”. Oh, frères! Je laisse simplement cela s’imprégner un peu en vous car nous allons avoir la ligne de prière. Nous prendrons congé de l’assemblée, de ceux qui doivent partir, puis nous prierons pour les malades.

  4. Considérez ceci: Jésus savait qu’Il plaisait à Dieu. Il savait qu’il n’y avait rien dans Sa vie. Dieu en avait déjà rendu témoignage, disant: “Voici mon Fils bien-aimé en qui j’ai mis toute mon affection: écoutez-Le… Voici mon Fils bien-aimé en qui je me plais à demeurer”. C’est ce qu’Il dit le jour de Son baptême. “Je suis heureux d’établir ma demeure en Lui par qu’il n’y a aucune condamnation en Lui”.

  5. Quand ce même Dieu vient à vous, se plaît à demeurer en vous et à honorer votre parole, votre décision… Quelle fut la décision de Josué? — “Arrête-toi, soleil!”. Et le soleil s’arrêta! Amen! C’est certain! Quelle fut la décision de Moïse? Il leva son bâton vers le fleuve et ordonna: “Ouvre-toi!”. Et le fleuve s’ouvrit! Vous voyez, c’est valable pour quoi que ce soit que vous demandiez: “Si vous dites à cette montagne: déplace-toi! et que vous ne doutiez pas (dans votre coeur) mais que vous croyez que ce que vous dites arrive, vous le verrez s’accomplir” (ce que vous avez dit). Cela VOUS ramène à la Parole. Ce ne sont pas des paroles en l’air. Cela VOUS ramène. Je sais que cela passera au-dessus de vos têtes ici parce que cela ne peut s’ancrer. Mais une foi vraie, authentique le saisira maintenant même.

  6. Je l’ai vu, chers amis. Voici cette Bible ouverte devant moi. Je l’ai vu arriver et je sais que c’est la vérité. Je sais, et Dieu dans les cieux sait que je pourrais ne pas vivre assez longtemps pour terminer ce message, mais je sais que cela est arrivé. Je l’ai vu moi-même. Je suis témoin de l’accomplissement de cette Parole et je sais qu’elle est la vérité: prononcez-la, restez là et voyez le Créateur amener une créature à l’existence sous vos yeux. Vous hochez la tête et restez perplexe. Puis vous levez les yeux et Le voyez en créer une autre exactement pareille à la première parce que VOUS l’avez dit. Alors vous dites: «Il y en aura une autre là!». Et voici, elle est là! C’est la vérité.

  7. Oh, où devrions-nous en être? Voilà une foi parfaite. Ce n’est pas une vision. «Prononce simplement la Parole!». Je n’avais pas vu le moindre écureuil. Il avait parlé de ce verset: “Parlez et ne doutez pas et ce que vous direz s’accomplira”. J’ai pris Dieu au mot et cela s’est accompli. C’est exact. Chers amis, en tant que votre pasteur je vous dis ceci: c’est aussi puissant que lorsque Josué arrêta le soleil. Le soleil existait déjà, ces éléments étaient en mouvement et il arrêta ce mouvement. Mais ici il amena quelque chose qui n’existait pas: Il créa! Je suis si heureux de connaître ce Dieu qui pourra (un jour que je ne connais pas) prendre cette poussière de la terre et me rappeler à la vie après que j’aurai été mis dans la tombe. Oh, frères! C’est cela:

    Ma foi regarde à Toi,
    O Toi, Agneau du Calvaire…

  8. Vous exprimez la chose et vous ne doutez pas, mais croyez que ce que vous avez dit, vous l’obtiendrez. Vous comprenez, vous croyez que cela va se réaliser.

  9. David, dans les Psaumes, a parlé de Lui, comment par Sa puissance Il a servi les autres. Il ne l’a pas seulement gardée pour Lui seul, mais en a fait bénéficier les autres, Il en a aussi sauvé d’autres. Il a fait le maximum et Il peut faire pareillement de nos jours. Il a promis la même foi à ceux qui croient dans Sa Parole comme il est montré dans Jean 14.12, Marc 16, ainsi que Marc 11.23 que nous venons de lire.

  10. Maintenant écoutez ceci. Dieu nous est apparu sous la même forme qu’aux gens de l’Ancien Testament et sous la même forme qu’à ceux du Nouveau Testament. Il s’est montré par la même Parole, par le même Christ. Et je vous déclare que Christ est le Saint-Esprit. Le mot christ signifie “oint”. Une personne ointe est un christ, un oint. Combien savent que c’est vrai? Bien! L’oint. Il y aurait un homme qui serait oint. Oint par quoi? La Bible dit dans Actes 2 que Jésus de Nazareth, homme approuvé de Dieu, oint du Saint-Esprit, allait ici et là, accomplissant de grandes oeuvres manifestées par Dieu et qui prouvaient que Dieu habitait dans cet Homme.

  11. Et nous devenons oints du même Esprit, nous devenons des messies oints. Nous sommes les messies des derniers jours destinés à faire briller la lumière de la résurrection de Jésus-Christ afin de montrer qu’Il n’est pas mort, mais que sous la forme du Saint-Esprit Il est dans Son peuple, Se mouvant parmi Son Epouse, plein d’amour pour Elle, Se répandant Lui-même en Elle. Ils deviennent un pour le souper des noces; et les mêmes signes, promis par le même Dieu dans la même Parole, produisent Ses mêmes manifestations.

  12. Il ne nous reste qu’à croire la Parole; croire est la ferme assurance et cela crée une foi parfaite. Pensons combien nous sommes engourdis! Pensons-y une minute.

Maintenant, voyons:

  1. A-t-Il fait toutes choses bien? Nous a-t-Il jamais dit quelque chose qui ne se soit pas accompli exactement tel qu’Il l’avait dit? Ne l’a-t-Il pas accompli et la colonne de feu n’a-t-elle pas été parmi nous, ayant fait les choses exactement comme Il avait promis de le faire? Ne l’avons-nous pas vue? Les savants ne l’ont-ils pas prise en photo après qu’on eût prédit ce qui allait arriver? Voyez les journaux et les magazines, comme ils l’ont montrée et décrite après que cela vous a été prédit des mois à l’avance! Dieu n’a-t-Il pas agi exactement comme dans l’Ancien et le Nouveau Testament? C’est exactement le même Dieu. Le même Saint-Esprit vient et Il discerne. Et la Parole de Dieu qui est plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants discerne les pensées et les intentions du coeur. N’est-ce pas exact? N’est-ce pas le même Dieu? Et ce Dieu n’est pas un étranger venu d’ailleurs. Il est ici. Il est ici et fait cela afin de créer une foi parfaite. Je Le sens. Je sais qu’Il est ici maintenant. Je sais que Son Esprit est ici. Je sais qu’Il connaît toutes choses. Amen! Et je sais qu’Il désire faire quelque chose. Il a fait quelque chose pour créer cette perfection de foi dans le peuple.

  2. Allons-nous entrer dans l’éternité comme au temps de Noé où il y eut huit âmes sauvées? Viendrons-nous comme Lot qui sortit de Sodome avec trois âmes? Viendrons-nous comme Jean-Baptiste avec six croyants? Croyons, car Ses oeuvres sont parfaites. Quotidiennement elles sont manifestées devant nous, montrant qu’Il est la Parole. La Parole! Dans Hébreux chapitre 4, nous lisons:

    “Car la Parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jus qu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur”.

  3. Pensez à cela. Voilà ce qu’est la Parole de Dieu: Elle discerne les sentiments et les pensées du coeur. Car la Parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles et Elle discerne les sentiments et les pensées du coeur. La Parole faite chair! Alléluia! La Parole opérant dans une chair humaine par des signes physiques et matériels, scripturaires, opérant d’une manière parfaite pour vous amener à une foi parfaite en vue d’un enlèvement parfait.

  4. Pourquoi ne pouvons-nous pas regarder à cela? Nous ne sommes pas mystiques. Le diable a tout mis dans le monde devant vous pour essayer de vous empêcher de croire. Il viendra dans une réunion et essaiera d’accumuler tous les obstacles qu’il pourra devant vous. Chassez-le. La Bible dit: “Lève-toi et secoue-toi!”. Pincez-vous!

  5. Si l’Esprit est présent, il vous connaît. Vous n’avez qu’une seule chose à faire, c’est d’y croire et de L’accepter. Il vous connaît. Le croyez-vous? Il sait ce qu’il y a en vous. Il sait ce que vous êtes, il connaît vos désirs, vos besoins.

  6. Jim, croyez-vous qu’il sait ce qui se passe avec ce bébé? Vous avez pris Sa température avant de partir: il avait plus de quarante. Croyez-vous qu’Il le guérira? Vous êtes venu aujourd’hui en disant: “La fièvre le quittera”. Je viens juste de regarder là-bas et j’ai vu ce qu’ils ont fait avant qu’ils quittent la maison; j’ai vu ce qu’ils ont fait. C’est vrai.

  7. Madame Little, croyez-vous que Dieu vous donnerait la victoire sur ce diabète? Il y a une femme assise à côté de vous. Je ne la connais pas, mais l’Esprit est sur elle. Elle se fait du souci pour son enfant qui doit être opéré d’un oeil ou de quelque chose comme cela. Elle vient de Chicago. “…vivante, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants. Elle discerne…”. Qu’est-ce? La Parole! Croyez-vous cela? C’est certain!

  8. Voici une dame assise juste dans la rangée suivante. Vous avez eu une opération à un oeil, mais cela n’a pas donné de bons résultats. Mais vous croyez que cela va s’arranger. Le croyez-vous? Bien! Vous êtes guérie. Vous devriez penser à cela.

  9. Mme Peckenpough, ce n’est pas pour vous-même, mais pour votre petit-fils qui est assis ici. Vous priez pour lui, mais croyez-vous que Dieu va le guérir? Croyez-vous que Dieu peut me dire ce qui ne va pas chez lui? Les médecins ne le savent pas. C’est vrai. Il a les poumons qui enflent. Il a des troubles circulatoires. C’est vrai. Vous hésitez à l’envoyer à l’école. “La Parole est vivante, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants”.

  10. Je vois une femme qui ne peut pas garder sa nourriture. Elle est quelque part par là. Je cherche son visage. Oui, elle est assise là derrière. Son nom est Mrs LewEllen. Elle croit de tout son coeur! Cette maladie d’estomac va vous quitter! Amen!

  11. Voici une dame assise de l’autre côté qui me regarde en cet instant; elle est au bout de la rangée, elle porte des lunettes. Elle souffre d’arthrite. C’est dans votre main gauche. C’ETAIT, mais ce n’est plus. Si vous croyez simplement!

  12. Que se passe-t-il avec ce petit bébé là-bas au fond? Il vient de l’Ohio; il a le cancer à un oeil. Croyez-vous que Dieu le guérira? Il le fera! Vous le croyez. Il vient d’Akron dans l’Ohio. Vous croyez que Dieu le rétablira et Il le fera. Qu’est-ce que c’est? “La Parole est vivante, plus puissante…”.

  13. Il y a là une infirmière. Elle a reçu un coup et souffre de l’épaule. C’est vrai, n’est-ce pas? Bien. Croyez en la Parole et ce mal vous quittera. Vous voyez? “La Parole de Dieu discerne les pensées et les sentiments du coeur”.

  14. Il n’y a pas de cartes de prière dans cette salle. Il n’y a personne pour distribuer des cartes de prière. On ne les utilise pas ici. C’est seulement pour maintenir l’ordre. Vous désirez qu’on prie pour vous? Combien d’entre vous aimeraient que l’on prie pour eux pendant que la Parole se manifeste au travers de la chair? Que cette rangée-ci se lève et descende par ce côté-là, vous qui désirez que l’on prie pour vous. Ensuite, que cette rangée-là vienne derrière eux, et ainsi de suite.

  15. “Vivante, plus puissante…”. Une épée quelconque à deux tranchants pourrait-elle faire cela? Bien sûr que non! Mais la Parole de Dieu le peut. Pourquoi? Parce qu’Elle est la Parole de Dieu! Le croyez-vous maintenant?

  16. “Le grand Médecin…”. Où est cette soeur qui vient du Tennessee, soeur Ungren ou Downing? “Le grand Médecin est proche maintenant”.

  17. Je n’oublierai jamais cette soirée à Fort Wayne où cette jeune fille Amish ou Dunkard jouait “Le grand Médecin est ici maintenant”. Apprenant que le petit garçon était guéri, elle se leva d’un bond et le Saint-Esprit tomba sur elle; ses beaux cheveux se dénouèrent et se répandirent sur ses épaules. Pendant ce temps le piano continuait à jouer: “Le grand Médecin est ici maintenant, Jésus qui compatit!”. Une présence surnaturelle appuyait sur les touches du piano qui joua, sans une seule fausse note!

  18. Croyez-vous? Vous devriez croire! Si vous ne croyez pas, ne venez pas, restez assis. Dites: «Je suis un enfant de Dieu qui croit. Je viens pour croire à cela».

  19. La Bible dit: “Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru: ils imposeront les mains aux malades et ceux-ci seront guéris”. C’est l’exacte vérité. Mais il y a une condition: “Si vous croyez la Parole”. Je vous ai prouvé que j’y crois. Vous voyez, Il manifeste Sa Parole pour montrer que c’est Sa Parole. C’est un accomplissement scripturaire pour prouver que c’est conforme à l’Ecriture. Croyez-le tandis que vous passez ici. Le croyez-vous? Puis quand je vous imposerai les mains… C’est exactement ce que dit la Bible.

  20. Avez-vous de l’huile pour l’onction, frère Neville? Apportez-en et venez de l’autre côté. Nous allons nous conformer à l’Ecriture. Venez de ce côté et vous oindrez chaque personne qui passe. Maintenant, afin que je sois sûr d’avoir la prière de la foi pour chacun de vous, que tous ceux qui croient posent les mains les uns sur les autres. Etendez vos mains et posez-les les uns sur les autres. C’est ainsi que nous allons découvrir quelque chose dans quelques minutes.

  21. Cela me fait réaliser combien mon église a progressé. Je vois combien les gens ont avancé spirituellement. Ils sont prêts maintenant à saisir l’épée et à marcher au front en disant: «Je te défie, Satan! Je te défie! Tu ne peux plus me faire douter maintenant!». Pourquoi fait-on ces choses? Pour que les gens croient. C’est la Parole. C’est ce qui montre que je vous prêche la vérité, la Parole. La Parole faite chair, faite chair en vous, faite Parole, faite Vie en vous, faite Vie en moi. Vous comprenez?

    Le grand Médecin… Inclinons nos têtes.

  22. Seigneur Jésus, le grand Médecin est ici maintenant. Tu es le Médecin. J’ai prêché Ta Parole et Ta Parole déclare que Tu es présent. Tu es le même hier, aujourd’hui et éternellement. Tu ne peux pas nous faire défaut. Tu ne nous as jamais fait défaut, Seigneur. Et maintenant, puisse la bénédiction de Dieu se répandre sur chacun de ceux qui ont posé les mains les uns sur les autres. Et tandis que nous nous approchons dans un esprit de prière en les oignant d’huile, le pasteur et moi, et que nous les faisons passer par la ligne de prière, que chacun de ceux qui passent ici en ayant la foi pour croire sache que le Dieu du Ciel Lui-même est ici présent. Que chacun se secoue! Le peuvent-ils juste cette fois, Seigneur? O Seigneur, que cela les imprègne une fois! Ouvre leurs yeux, Seigneur, afin qu’ils puissent voir et ne plus être aveugles et vacillants, mais qu’ils voient la réalité de la présence de Jésus-Christ ressuscité. Accorde-le, Seigneur, au Nom de Jésus. Amen.

  23. Je vous adjure au Nom de Jésus à ne pas venir dans cette ligne si vous ne sentez pas que vous avez cette foi parfaite, sinon vous prenez le temps de quelqu’un d’autre. Ne le faites pas! Depuis le temps que je vous prêche, vous ai-je jamais dit quoi que ce soit qui ne soit pas arrivé? C’est exact. C’est le Seigneur qui l’a fait. Je crois qu’Il ne l’a pas fait pour moi, mais pour vous. Il l’a fait afin que vous croyez que ce que je vous dis est la vérité. Quand vous l’aurez cru tout ira bien et vous guérirez. Quand vous venez ici, jetez votre incrédulité tout droit dans une poche spirituelle. Vous ne la voyez pas mais elle est là. Quand cette huile vous touchera, laissez tomber là votre incrédulité. Déposez-là et repartez en ayant la foi parfaite que vous allez bien. Le ferez-vous? Alors que le Seigneur vous bénisse!

  24. Bien! Je vais demander à quelqu’un qui peut conduire les chants… Où est ce grand prédicateur, frère Capps? Est-il dans la ligne? Venez ici, frère Capps, mettez-vous là et faites chanter à l’assemblée Le grand Médecin est là pendant que nous prions tous. Que tout le monde chante maintenant de tout son coeur. Ne chantez pas simplement, mais dites: «Je vais chanter: LE GRAND – MEDECIN – EST – ICI – MAINTENANT, JESUS – QUI COMPATIT» (Vous ne chantez pas de tout votre coeur!) «JESUS – QUI –COMPATIT». Je voudrais maintenant vous entendre chanter avec conviction. Soyez éveillés! «Oui, le grand Médecin est ici, Jésus qu’Il compatit». Nous avons prié pour qu’Il soit ici et je crois qu’Il l’est. Amen!

  25. Que tous ceux qui ont une famille s’avancent. Au Nom de Jésus-Christ je pose mes mains sur ce frère… [frère Branham prie pour les malades — N.d.R.] … Sont-ils tous passés?

  26. Inclinons nos têtes maintenant:

    Le grand Médecin est proche,
    Jésus qui compatit.
    Il parle et réjouit le coeur affligé.
    Oh, entends la voix de Jésus!
    Les sons les plus doux des chants des séraphins,
    Le Nom le plus doux prononcé par un mortel,
    Le chant le plus doux jamais chanté:
    Jésus, Jésus béni!

  27. Savez-vous ce que j’ai fait pour vous? Vous m’avez appelé votre pasteur et vous faites bien car je le suis. Si moi, votre pasteur, ai été identifié comme accomplissant Son oeuvre, alors croyez à ma parole! En faisant cet acte de foi de vous imposer les mains j’ai condamné les maladies et les peines qui vous troublaient. Croyez que vous aurez ce que vous avez demandé, car toutes choses sont possibles à celui qui croit. Et quand vous priez, croyez que vous avez reçu ce que vous avez demandé. Et je crois véritablement que je l’ai reçu et dans mon coeur j’accepte chacune de vos guérisons. J’accepte que ce soit fait. Je le crois, je le crois de tout mon être. Les mains posées sur ces mouchoirs, j’ai observé ces choses attentivement: je crois qu’elles produiront exactement ce que les gens ont demandé. Je le crois.

  28. C’est entrer dans le troisième Pull! Je le crois. Je vais poser une question sincère à vous qui êtes passés dans la ligne de prière. Pouvez-vous réellement croire et sentir maintenant qu’il s’est passé quelque chose en vous depuis que vous avez reçu l’imposition des mains? Bien! Levez la main. Voilà. C’est ce que nous attendions. Cela commence à fleurir, vous voyez? J’ai fait cela dans un but. Je suis en train d’élaborer quelque chose: partant de cette portion de foi et reprenant depuis le commencement, j’essaie en quelque sorte d’élever cette foi à un niveau que vous n’avez encore jamais remarqué auparavant. Non plus une simple foi, mais la FOI PARFAITE fondée sur cela. Observez alors d’un coeur parfait un Dieu parfait qui tient une promesse parfaite par Sa Parole parfaite qui est plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants et qui discerne les pensées du coeur. Alors que se passe-t-il? Nous arrivons alors à la perfection parce que le peuple doit atteindre cet état en vue de l’enlèvement. Ce qui le retarde maintenant même c’est d’attendre que l’église parvienne à cette foi parfaite pour l’enlèvement. Je la recherche. Vous et moi avons encore besoin d’être bien secoués, mais ensemble nous réussirons par la grâce de Dieu. Amen!

    Le grand Médecin est proche,

    Jésus qui compatit… (Seigneur Jésus, Tu es présent maintenant. Nous avons eu une récompense, la Présence de Dieu. Que Ton Saint-Esprit rétablisse toujours ce pasteur. Garde-le en bonne santé et fort tout au long de son voyage terrestre jusqu’à ce que Tu le rappelles. Au Nom de Jésus je le demande, Seigneur. Je l’aime. Ensemble nous T’implorons et tous les deux nous avons la foi que…)

    … Le chant le plus doux jamais chanté:
    O Jésus, Jésus béni!

  29. Ne L’aimez-vous pas? Pensez à cela: ici même, maintenant, Il a commencé une oeuvre de guérison dans votre corps parce qu’Il a promis que cela arriverait. Et maintenant avez-vous saisi ce que j’ai dit ce soir? En avez-vous résolu l’énigme? “Si VOUS dites à cette montagne…”. Ne doutez pas, ne doutez pas, mais croyez que ce que vous avez dit s’accomplira. Remarquez qu’en moins de cinq minutes tous ceux en qui une oeuvre vient de commencer ont levé la main! Oh, frères, Le voilà! C’est Lui qui a agi. Qu’est-ce? La Présence du grand Médecin!

  30. Levons les mains vers Dieu et chantons encore:

    Le grand Médecin est proche, Jésus qui compatit… etc.

  31. Restons tranquilles une minute. Adorons-Le simplement dans notre coeur. Pensez à cela: Dieu est ici. Il est ici. Qui L’a reconnu comme étant la Parole? Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu. Et la Parole a été faite chair et a habité parmi nous, la même hier, aujourd’hui et éternellement. La Parole est plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à discerner les pensées et les sentiments (pourquoi vous êtes venus ici, dans quel but, qui vous êtes). Cela identifia Jésus-Christ comme le Messie. Aujourd’hui encore cela L’identifie comme étant le même Messie qu’Il était hier, qu’Il est aujourd’hui et qu’Il sera éternellement.

  32. Le grand Médecin est ici, Lui qui a dit: “Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru: s’ils imposent les mains aux malades, ceux-ci seront guéris. Et si vous dites à cette montagne: Ote-toi de là, et que vous ne doutiez pas dans votre coeur, mais pouvez croire qu’Il peut créer des écureuils… Il n’y avait là aucun moyen, rien pour croire. Ce fut ma propre foi qui alla et qui fit cela, ma foi en ce qu’Il m’avait mis au défi de demander. Il m’avait mis au défi de demander cela. J’ai accepté ce défi par obéissance à Sa Parole. J’ai demandé et l’écureuil est apparu! Dieu dans le Ciel sait que c’est vrai. Peut-Il également guérir les malades? S’Il peut élever ma foi jusqu’à ce point, Il peut aussi le faire pour les autres, même s’ils ne peuvent pas se hausser jusqu’à ce niveau-là. Vous comprenez? S’il ne le peuvent pas, Dieu peut employer ma foi. Il peut m’élever à ce niveau et je monte pour vous, je crois pour vous, je parle pour vous.

  33. Je suis votre frère, je me tiens auprès de vous en frère, en intercesseur, m’efforçant de vous maintenir devant Dieu. Je me tiens ici même devant le Trône Blanc, pointant mon doigt vers ce sacrifice sanglant et proclamant par Son Nom qu’il est accompli. Il faut que ces choses arrivent, il faut que ces choses arrivent! Vous savez que c’est arrivé; je sais que c’est arrivé. Vous savez donc que c’est fait et c’est ainsi. C’est vrai. Amen!

    Le chant le plus doux jamais chanté: O Jésus, Jésus béni!
    Le chant le plus doux jamais chanté: O Jésus, Jésus béni!…

  34. Et les démons nous ont été soumis en Ton Nom, le plus doux Nom prononcé par une bouche mortelle, ce Nom qui ressuscite les morts, guérit les malades, purifie les lépreux, chasse les démons et fait de vous des chrétiens. Il n’y a pas d’autre nom sous les cieux. Je vis en Lui, baptise en Lui, crois en Lui et adore en Lui. Oh, que je devienne une partie de Lui! Que je perde mon moi propre et que je le trouve, Seigneur, en Toi, le Nom de Jésus-Christ le Messie oint, afin que je puisse me frayer un chemin à travers la boue de l’incrédulité pour refléter la beauté de Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui et éternellement.

  35. Que Dieu vous bénisse. Quand vous reviendrez dimanche prochain rendez témoignage de ce qui s’est passé pendant cette semaine. Dites comment vous avez été guéris. Observez et voyez ce qui s’est passé. C’est terminé! — «Comment le savez-vous?».

  36. Il m’a dit: «Dis-le!» et je l’ai dit. C’est terminé maintenant, c’est terminé. C’est terminé, je le crois. Maintenant je laisse la place au pasteur, frère Neville.

  37. Attendez une minute. [dans l’assemblée un message en langue est donné, suivi de l’interprétation — N.d.R.] Béni soit le Nom du Seigneur! Levons nos mains et adorons-Le une minute. [L’assemblée adore — N.d.R.] Maintenant, en tant que croyants, avez-vous remarqué le temps et le rythme des paroles de ce message, et quelle correspondance il y avait entre l’interprétation et le message? Voilà! Cela confirme que c’est la vérité et qu’Il avait déjà accompli ce qu’Il vous avait promis. Remarquez la façon dont le message a été donné et son interprétation, le temps qu’il a duré et combien de mots ont été dits. Cela concorde exactement.

Que le Seigneur vous bénisse jusqu’à ce que nous nous revoyions.