LE SIGNE

(The Token)

 

1er septembre 1963, matin
Branham Tabernacle
Jeffersonville — Indiana, U.S.A.

 



Bonjour à tous. Je suis heureux d’être encore une fois ici ce matin, pour le service du Seigneur. Je ne savais pas si nous serions de retour, mais le Seigneur a pourvu, et nous sommes revenus pour le culte d’aujourd’hui.

Nous nous attendons à de grandes choses aujourd’hui, lors de cette leçon d’école du dimanche où nous étudierons la Parole. Ce soir, il y aura de nouveau un service de guérison, et ensuite, nous prendrons la Communion.

Je crois qu’aujourd’hui, nous avons un service de consécration d’un enfant. Frère Neville vient de me dire qu’un couple désirait que leur enfant soit consacré. S’ils veulent bien apporter leur enfant maintenant, et qu’un frère reste au piano… Qu’ils apportent le bébé, afin que nous puissions procéder au service de consécration, et alors nous pourrons commencer le plus tôt possible à lire la Parole.

Parce que nous aimons méditer la Parole. C’est cela le principal: donner fidèlement notre temps à la Parole du Seigneur. C’est pourquoi nous sommes reconnaissants de nous rencontrer tous aujourd’hui pour ce culte.

J’ai dû faire une erreur… Soeur, je vous demande pardon. Peut-être que c’était simplement une erreur… bien!… Je crois que quelque chose m’a été mal transmis…

Bon! Est-ce que chacun se sent à son aise? Ah! voilà le petit enfant… [consécration d’un enfant — frère Branham parle aux parents. L’assemblée chante: «Amenez-les…» — N.d.R.]

C’est merveilleux! Parmi ceux pour lesquels on a prié dimanche passé, combien sentent-ils les résultats, et sentent qu’ils sont guéris? Levez la main et louez le Seigneur! Eh bien, ils sont nombreux!

— Oui, monsieur, je dois le faire. Je désirais seulement… Quelque chose est en train de se produire; je vous en parlerai plus tard. C’est quelque chose de glorieux et de merveilleux, et nous en parlerons pendant une autre rencontre, une autre fois. Cela commence juste à se produire, et nous sommes tellement reconnaissants pour cela.

Je suis allé au Kentucky, comme chaque année. Quelques-uns de mes amis là-bas… Ce n’est pas uniquement pour chasser l’écureuil, comme vous le savez. Nous avons passé des moments merveilleux, et nous en sommes reconnaissants au Seigneur.

Après cette réunion, il faut que je rentre chez moi. Ensuite, je traverserai de nouveau le pays pour aller à New-York, pour une réunion. Et si nous pouvons nous arrêter un peu ici, nous serons heureux d’avoir encore une réunion ici au tabernacle.

Ensuite, il faut que je rentre pour aller à Shreveport. Ensuite, nous retournerons à la maison, et, si le Seigneur le permet, nous passerons les vacances ici avec la famille. Ensuite, j’ai une réunion à Phoenix, en janvier! (c’est la rencontre annuelle des Hommes d’Affaires Chrétiens.) Une semaine, ou dix jours avant cette rencontre, j’essaierai de louer cette immense salle (celle de l’assemblée du Nom de Jésus, dont s’occupe le frère espagnol Garcia). C’est une très belle salle. Ils l’ont construite exprès. Cette salle peut contenir plusieurs milliers de personnes, mais leur assemblée est très petite. Ils m’ont dit que je pourrais la louer n’importe quand.

Au lieu d’aller d’église en église dans toute la vallée, je pense que je ferai tout dans une grande rencontre là-bas où tous pourront venir. Nous pouvons louer le temple (nous verrons si c’est possible), et ensuite avoir la Convention des Hommes d’Affaires Chrétiens.

En attendant que les voyages à l’étranger se préparent, nous allons essayer de tenir des réunions dans les états du Sud pendant les mois de janvier, février et mars. Ceci, parce que si nous allons en Afrique à Noël, pour eux c’est comme le 4 juillet [fête nationale — N.d.T.]. Chez eux, le temps est mauvais et pluvieux en cette saison, et nous ne pouvons pas y aller. Il est donc préférable d’y aller plus tard.

Nous désirons commencer notre tournée par la Norvège, si c’est possible, et ensuite, nous parcourrons le monde jusqu’en Afrique, où nous nous arrêterons, si le Seigneur le permet.

Mais priez pour nous déjà maintenant. Nous vous aimons; vous le savez. Ainsi, nous nous attendons à recevoir du Seigneur, avec une abondance et une plénitude dépassant tout ce que nous pourrions faire ou penser.

Je crois que ce soir, il y aura un merveilleux service de guérison. Je crois que… Je ne parlerai que très peu, car il y aura un service de Communion. Je me limiterai donc à vingt ou trente minutes; ensuite, nous aurons la prière pour les malades, et immédiatement après, nous prendrons le Repas du Seigneur.

Nous vous invitons cordialement à rester avec nous, et nous serons heureux… Nous ne prenons pas le Repas du Seigneur exclusivement entre nous. Nous invitons chaque croyant, chaque croyant.

Avant de lire l’Ecriture, je pense que nous pourrions incliner nos têtes un moment. Je demanderai à mon cher ami le frère Lee Vayle de bien vouloir nous conduire dans quelques paroles de prière afin que Dieu bénisse Sa Parole. Frère Vayle, voulez-vous faire cela pour nous?

[Frère Vayle prie — N.d.R.]

Maintenant, nous nous approchons de la Parole avec respect. Ce matin, je désire lire Exode, chapitre 12, versets 12 et 13. Dans le verset 11 sont décrits la préparation et le Repas avant le départ.

“Cette nuit-là, je passerai dans le pays d’Egypte, et je frapperai tous les premiers-nés du pays d’Egypte, depuis les hommes jusqu’aux animaux, et j’exercerai des jugements contre tous les dieux de l’Egypte. Je suis l’Eternel.

Le sang vous servira de signe sur les maisons où vous serez; je verrai le sang, et je passerai par-dessus vous, et il n’y aura point de plaie qui vous détruise, quand je frapperai le pays d’Egypte”.

Puisse le Seigneur bénir Sa Parole.

Je désire tirer mon sujet de ce passage. Je prendrai un petit mot de cinq lettres: Signe. Le Signe. Je veux parler, où donner cette leçon d’école du dimanche sur ce mot de Signe. Et la Bible dit: “Le sang vous servira de signe”.

Bien, je ne sais pas… quand je regarde l’horloge et que je vois que l’heure avance… J’ai noté un grand nombre de passages. Ne sachant pas pendant combien de temps je serai loin de vous… Ne sera-ce pas pour certains d’entre vous la dernière fois que nous nous rencontrerons?

Ainsi donc, approchons-nous de la Parole avec tout le respect qui Lui est dû. Je sais que c’est difficile. Le Seigneur nous a donné une belle matinée pour ce culte — une belle matinée. Et essayons maintenant de nous concentrer sur tout ce dont nous allons parler, afin que s’il y a là quelque chose que le Seigneur voudrait vous faire connaître, cela puisse vous être donné.

Nous ne sommes pas ici simplement pour être vus. Nous ne sommes pas venus ici pour que les autres puissent admirer nos vêtements ou… Nous sommes venus dans un but, comme l’a dit notre frère dans sa prière: «Nous sommes ici pour écouter la Parole, la Parole venant à nous». C’est ce que nous désirons, car c’est cela qui aura pour nous une signification, la signification de ce qui est substantiel, de ce qui peut venir à notre secours.

Nous sommes un peuple à l’agonie. Tous les hommes se dirigent vers l’éternité. Et alors… Nous avons un certain temps pour prendre une décision, pour savoir quel chemin nous voulons prendre. Le chemin est devant nous. Nous pouvons prendre le côté que nous désirons choisir. C’est ainsi qu’Il a placé Adam et Eve, et c’est ainsi qu’Il nous place.

Nous devons nous rappeler que, quoi que nous fassions ou quelque succès que nous ayons, dans notre vie, sans Christ, nous avons tout perdu.

Ainsi donc, s’Il est tout ce que nous devons rechercher, nous serions les gens les plus stupides qui soient, si nous n’acceptions pas et n’aimions pas Sa Parole. Il ne suffit pas de L’accepter, il faut faire quelque chose de plus grand. Après que vous L’ayez reçue, ne vous contentez pas de La poser sur une étagère — mettez-la en pratique!

C’est comme si vous allez chez le médecin, que vous receviez un médicament et que vous le posiez sans autre sur une étagère. Si vous devez prendre un médicament, prenez-le! Si une maladie vous tourmente, et que ce médicament est censé vous soulager, prenez ce qu’il peut vous donner. Et prenez-le exactement quand le médecin vous dit de le prendre, parce que quelques petites minutes peuvent faire une grande différence, pour ce qui est du résultat.

Comment pouvons-nous savoir si, aujourd’hui, l’instant de votre décision ne va pas déterminer votre destinée éternelle? Prenez-Le au moment même où Il vous Le tend!

Un signe… “Le sang vous servira de signe…”. Mais, pour commencer, qu’est-ce qu’un signe? [Le mot anglais pour «signe» est «token», qui peut avoir le sens indiqué ci-dessous — N.d.T.]. Je vous enseigne que ce mot décrit quelque chose qui nous indique que le prix de quelque chose a été payé (comme le prix d’un billet de chemin de fer).

Quand vous payez votre passage, on vous donne un signe. Et ce signe ne peut être utilisé sur rien d’autre que sur une ligne de chemin de fer déterminée. C’est pour la compagnie de chemin de fer, un signe que vous avez payé votre passage. C’est un signe, et vous ne pouvez l’utiliser pour rien d’autre. Il n’est valable sur aucune autre ligne. Il est valable uniquement pour cette ligne-là. C’est un signe.

Pour revenir à ce dont nous parlions, Dieu dit à Israël: “Le sang de l’agneau vous servira de signe”.

L’agneau immolé d’Israël était le signe requis par Jéhovah. Ce devait être le sang. Aucun autre signe n’aurait eu le moindre effet. Il ne pouvait être reconnu.

Pour le monde, tout cela n’est qu’un tas de sottises, mais pour Dieu, c’est l’UNIQUE moyen. Ce signe est la seule chose qu’Il requière; il doit être là, et vous ne pouvez pas avoir le signe tant que le prix n’est pas payé.

Alors, vous êtes le possesseur du Signe qui vous donne le privilège d’un libre passage. “Je verrai le Sang, et Je passerai par-dessus vous”.

Quel privilège que de savoir que vous avez avec vous le “passeport” — “Quand Je verrai le Sang, Je passerai par-dessus vous”.

C’est la seule chose qu’Il reconnaîtra. Rien d’autre ne peut prendre sa place — aucun substitut, aucune dénomination, rien d’autre.

Dieu dit: “Je Le verrai”.

Peu importe combien ils étaient justes, combien ils étaient bons, quelle était leur instruction, comment ils s’habillaient, seul comptait le Signe. “Je verrai le Sang, et je passerai par-dessus vous”.

Le sang était un signe montrant que les exigences de Jéhovah étaient remplies, que tout était accompli. Le sang était un Signe. Le sang était le Signe. Comprenez-vous?

Il y avait une vie dont Dieu avait dit: “Le jour où vous en mangerez, vous mourrez”. Une vie avait été prise, étant un substitut pour la vie du croyant. Dieu, dans Sa grâce, acceptait un substitut pour la vie de la personne souillée.

Quand Son enfant s’est souillé Lui-même en commettant le péché d’incrédulité à la Parole, Dieu, dans la richesse de Sa grâce, établit un substitut; quelque chose devait mourir à la place du pécheur. Rien d’autre ne pouvait agir.

C’est pourquoi les pommes et les pêches de Caïn n’avaient aucune valeur. Il fallait que ce fût une vie qui eût du sang en elle, et que cette vie s’en allât par le sacrifice. Le sang était le signe que le commandement de Dieu avait été exécuté.

Qu’est-ce que Dieu voulait? — la vie. Le sang montrait qu’une vie avait dû être retranchée, que quelque chose était mort. Selon le commandement de Dieu, une vie avait été livrée, et le sang avait été répandu. Et le sang était le signe montrant que la vie s’en était allée. La vie de l’animal que Dieu avait ordonné de prendre… Le sang leur était un signe.

Celui qui adorait Dieu, le croyant, était identifié avec son sacrifice par le signe.

Je ne voudrais pas m’étendre trop longuement sur le petit passage que je viens de citer (je pourrais faire une prédication entière sur l’un d’entre eux), mais je voudrais quand même m’arrêter un moment sur ce passage pour montrer que le croyant devait être identifié avec son sacrifice.

S’il avait offert le sacrifice n’importe où, au dehors de chez lui, il l’aurait bien sûr offert. Mais il fallait que le croyant fût identifié en lui. Il devait premièrement poser ses mains sur le sacrifice, afin de s’identifier avec lui. Ensuite, le sang devait être placé là où il pourrait se tenir sous le sang.

Le sang devait être au-dessus de lui, et ceci était un signe montrant qu’il s’était reconnu coupable, et qu’un substitut innocent avait pris sa place.

Quelle belle image! Un racheté! Justice avait été faite, et les exigences de la Sainte Justice de Dieu avaient été remplies. Or, Dieu avait dit: “Ce que je veux, c’est ta vie!”.

Ainsi donc, lorsque la vie avait péché, un substitut innocent prenait sa place. C’était une bête ayant du sang, et non pas une pomme ou une pêche.

Cela devrait rendre cette semence du serpent absolument claire pour chacun: Il fallait que ce fût du sang, et ce sang, qui ne pouvait pas provenir d’un fruit, fut versé par un substitut innocent. Cette vie s’en était allée à sa place, et le sang était un symbole montrant que la bête était morte, et que le sang était sorti d’elle.

Le croyant, appliquant le sang au-dessus de lui, montrait qu’il était identifié à la rédemption, parce qu’il s’identifiait avec le sacrifice, établissant une relation entre lui et le sacrifice, et le sang était le signe témoignant de cela. Comme c’est merveilleux! Quelle image! C’est le type parfait de Christ. Exactement!

Le croyant, aujourd’hui, se tenant sous le Sang répandu, identifié au Sacrifice — tout cela est absolument parfait!

Et comme Christ, n’étant pas un animal… vous voyez, l’animal mourait; c’était ce que nous avions de plus innocent, je pense, et le plus innocent de tous était l’agneau. Lorsque Dieu voulut identifier Jésus-Christ, Il L’identifia à un agneau. Et lorsqu’Il désirait S’identifier Lui-même, Il S’identifiait à un oiseau, à une colombe. La colombe est l’oiseau le plus innocent et le plus pur, et l’agneau est l’animal le plus innocent et le plus pur.

Voyez ce qui arriva lorsque Jésus fut baptisé par Jean. La Bible dit: “… il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui”.

Si cela avait été un loup, ou n’importe quel autre animal, … la nature de la colombe n’aurait pas pu s’accorder avec celle du loup. Elle n’aurait pas pu s’accorder mieux avec n’importe quel autre animal, excepté l’agneau. Et ces deux natures s’unirent. Il pouvait y avoir une entente entre elles.

Discernez-vous la prédestination? C’était un agneau qui vint parmi nous. C’était un agneau. Il naquit comme un agneau et fut élevé comme un agneau.

C’est pourquoi, cela, c’est le seul vrai Esprit pouvant recevoir la Parole — pouvant recevoir Christ. Les autres essaieront. Ils essaieront, et feront venir l’Esprit de Dieu sur un loup, vous comprenez? — sur de la colère, de la méchanceté, de l’ignominie. Il n’y restera pas. Le Saint-Esprit s’enfuira immédiatement. Il ne veut pas de cela.

Que se serait-il passé si la Colombe était descendue sur un autre animal qu’un Agneau? Elle se serait enfuie à tire-d’ailes, et serait retournée d’où elle était venue. Mais lorsqu’Elle trouva cette nature avec laquelle Elle pouvait s’accorder, Elle devint Une avec Lui. Alors, la Colombe conduisit l’Agneau. Remarquez qu’Elle conduisit l’Agneau au sacrifice.

Or, l’Agneau était soumis à la Colombe. Peu importe où Elle Le conduisait, Il acceptait d’y aller.

Aujourd’hui, je me demande, quand Dieu nous conduit à une vie de complète soumission à Son service, je me demande si, parfois, notre esprit ne se rebelle pas… je me demande si nous sommes réellement des agneaux!

Un agneau est soumis. Un agneau se sacrifie. Il ne réclame rien pour lui. Vous pouvez l’étendre sur le sol et lui tondre toute sa laine (c’est tout ce qu’il possède) — il ne se plaindra pas, il sacrifie tout ce qu’il possède. C’est un agneau. Il donne tout, il abandonne tout ce qu’il possède. C’est ainsi qu’est la vie d’un vrai Chrétien. Il se sacrifie lui-même, n’ayant aucun souci du monde, mais donnant à Dieu tout ce qu’il a.

Christ, Lui, fut un Agneau parfait. En Egypte, le sang fut versé par le moyen d’un agneau naturel. Et cela était un signe. Mais alors, quelle pouvait bien être la raison pour laquelle le Sang de l’Agneau fut versé? — c’est le signe que nous sommes morts à nous-mêmes et identifiés avec notre Sacrifice. Alors l’Agneau, le Sang et la personne s’identifient — le Sacrifice et le croyant.

Vous êtes identifiés dans votre vie par votre Sacrifice. C’est cela qui fait que vous êtes ce que vous êtes. Ainsi donc, le sang était un signe d’identification. Le sang indiquait que l’adorateur avait sacrifié l’agneau, qu’il l’avait accepté et avait appliqué le signe à lui-même, qu’il n’en avait pas honte. Peu lui importait qui le voyait. Il désirait que tout le monde le vît! Et il était placé de telle manière que tous ceux qui passaient devant sa maison pouvaient voir ce signe.

Vous voyez, beaucoup de gens désirent être des Chrétiens, mais veulent l’être en secret, afin que personne dans leur entourage ne sache qu’ils sont Chrétiens. Certains pensent ceci: «J’aimerais bien être un Chrétien, mais je ne tiens pas qu’Untel en sache rien».

Voyez-vous, ce n’est pas agir en Chrétien. Le Chrétien doit montrer le signe publiquement, dans la vie publique, au bureau, dans la rue, quand il y a des troubles, dans l’église, et partout.

Le Sang est le Signe, et le Signe doit être appliqué, ou alors l’alliance n’a aucun effet. Le sang était un signe ou une identification, identifiant le fait que la personne avait été rachetée.

Ils auraient pu dire… Ils avaient été rachetés avant que quoi que ce soit n’arrive. C’est par la foi qu’ils avaient appliqué le sang. Avant même qu’arrivât quelque chose, ils appliquèrent le sang par la foi, croyant que ces choses arriveraient.

Avant que la colère de Dieu ne parcourût le pays, le sang devait être appliqué. Lorsque la colère fut tombée sur le pays, il était trop tard.

Nous avons ici quelque chose qui devrait nous faire tous réfléchir: avant que ces choses n’arrivent. Un temps où vous n’aurez plus la possibilité d’appliquer le sang.

L’agneau fut immolé le soir, après avoir été gardé jusqu’au quatorzième jour. Ensuite, l’agneau fut immolé, et son sang fut appliqué le soir. Comprenez-vous cela?

Le signe ne se manifesta pas avant le soir. Et nous vivons maintenant au soir de cet âge. C’est le soir de l’Eglise. C’est le soir pour moi. Pour mon message, c’est aussi le soir. Je vais mourir. Je vais m’en aller. Je vais m’en aller au soir du temps de l’Evangile.

Nous avons passé par la justification, etc., mais nous sommes maintenant au temps où le Signe doit être appliqué. Dimanche passé, je vous ai dit que je voulais vous parler de quelque chose: c’est de cela. Nous vivons un temps où vous ne pouvez pas jouer avec ces choses. Il faut agir! Ce qui doit être fait doit être fait maintenant ou jamais, parce que nous savons que la colère va se répandre sur le pays, et tout ce qui n’est pas sous le Signe périra. Le Sang vous a identifié.

Remarquez que la vie de l’animal ne pouvait pas revenir et entrer dans l’être humain. Quand le sang était répandu, la vie sortait, bien sûr, parce qu’ils étaient un. Et lorsque la vie du sang était partie, la vie étant quelque chose de différent du sang… Or, le sang est la chimie de la vie, mais la vie est quelque chose de différent du sang. La vie est dans le sang. Et la vie d’un animal ne pouvait pas revenir sur le croyant. Lorsqu’il répandait le sang de l’agneau, il devait appliquer le corps chimique, parce que la vie s’en était allée et ne pouvait pas revenir. Elle ne pouvait pas revenir sur l’être humain, car la vie animale ne contient pas d’âme. L’animal ne sait pas qu’il est nu, et ne peut simplement pas concevoir le péché. Il n’en connaît aucun. Ainsi donc, c’est un être vivant, mais pas une âme vivante (1 Cor. 15.45). La vie animale ne pouvait donc pas revenir sur une vie humaine, parce qu’il n’y avait pas d’âme dans cette vie.

Or, il y a une vie… un sang, une vie, et une âme dans la vie. L’âme est la nature de la vie. Par conséquent, la bête n’a aucune nature particulière. C’est un animal. Ainsi donc, le sang était un signe montrant que la vie avait été livrée.

Mais maintenant, sous la Nouvelle Alliance, il y a une différence entre le Sang et la Vie. Pour le croyant d’aujourd’hui, le Signe est le Saint-Esprit, et non pas un sang, un produit chimique quelconque. C’est le Saint-Esprit de Dieu. C’est le Signe que Dieu requiert aujourd’hui pour Son Eglise. Dieu doit voir ce Signe. Il doit le voir dans chacun de nous.

Ainsi donc, lorsque s’allongent les ombres du soir, et que la colère est prête à déferler d’En-haut sur les nations impies et sur les hommes impies, sur ceux qui confessent, mais ne possèdent rien, sur tout cela… J’ai essayé de m’expliquer et de vivre droitement au milieu de vous, pour voir où cela en était, avant de parler de ces choses.

Oh! nous vivons dans l’ombre du soir, et la colère est prête à frapper, et Dieu exige une preuve montrant que vous avez reçu ce Signe, le Saint-Esprit. C’est le seul moyen, le seul Signe par lequel Dieu vous épargnera, parce que c’est littéralement la Vie de Jésus-Christ revenue dans le croyant.

La vie animale ne pouvait pas revenir. C’est pourquoi le sang devait être appliqué sur la porte, sur le linteau et les poteaux, afin que tous ceux qui passeraient par là puissent voir qu’il y avait un signe sur cette porte. Amen!

C’est ainsi qu’il doit en être aujourd’hui de tous les croyants. Ils doivent être remplis du Saint-Esprit, qui est un Signe que le Sang de l’Agneau (la Vie qui était dans l’Agneau), est revenue. Et cette Vie est scellée publiquement, afin que quiconque passant à proximité de vous, parlant avec vous ou étant en relations avec vous, voie que le Sang a été appliqué, et que le Signe de Vie qui était dans ce Sang est sur vous. Vous êtes à l’abri de la colère de cette manière seulement, et non pas en étant membre de ceci ou de cela.

La vie animale ne pouvait pas venir sur le croyant, parce que c’était un animal, et il montrait seulement qu’on croyait à la venue d’un Sacrifice parfait.

Or, quel sacrifice pouvait être plus parfait que celui de Dieu Lui-même, devenant le Sacrifice d’expiation? Quand Dieu fut fait chair, et que Son propre Sang créateur… C’était de cette manière seulement qu’une Vie de Dieu pouvait revenir, parce que nous sommes tous nés par le sexe.

C’est pourquoi la vie d’ici-bas est du monde, et ne peut subsister. Elle est déjà jugée et condamnée. Vous ne pouvez pas la réparer. Il n’y a aucun moyen! Rien ne peut l’améliorer. Elle doit mourir! C’est la seule possibilité!

Elle doit mourir, et le substitut (la Vie de Jésus-Christ) doit entrer en vous. C’est le Saint-Esprit, le Signe de Dieu montrant que vous avez accepté le Sang de Son Fils, Jésus-Christ.

Aux jours de Wesley, de Luther, on croyait au Sang. Mais nous vivons dans les derniers jours où le Signe est requis. Ce n’est que de cette manière que nous avons tout ce qu’il faut pour l’Enlèvement. Comprenez-vous cela?

Lorsqu’une mère donne naissance à un enfant, il y a l’eau, le sang et l’esprit. Dans une naissance normale, la première chose qui vient est l’eau. Ensuite vient le sang, et enfin, la vie apparaît.

Du Corps de notre Seigneur Jésus-Christ sont sortis de l’eau, du sang et la Vie. Et l’Eglise tout entière, l’Epouse, a été constituée par la justification, la sanctification, et le Baptême du Saint-Esprit, qui est le Signe.

Hébreux 11 nous dit: “… ils allèrent çà et là, vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, dénués de tout… afin qu’ils ne parvinssent pas sans nous à la perfection”.

Et l’Eglise de ce jour a reçu le Signe du Baptême du Saint-Esprit, montrant que le Sang a été répandu, et que le Saint-Esprit est sur l’Eglise (sans nous, ils ne pourraient pas ressusciter, mais ils attendent notre perfection). Car Dieu a promis qu’Il le ferait. ET QUELQU’UN SERA LA! JE NE SAIS PAS QUI CE SERA, MAIS QUELQU’UN LE RECEVRA!

JE NE SUIS RESPONSABLE QUE D’UNE SEULE CHOSE: DE LE PRECHER! C’EST L’AFFAIRE DE DIEU DE CHERCHER LA SEMENCE PREDESTINEE! CHACUN D’EUX SERA PRESENT! ILS SERONT TOUS LA, L’AGE DE L’EAU, L’AGE DU SANG, ET MAINTENANT L’AGE DU SIGNE DU SAINT-ESPRIT!

Rappelez-vous qu’Israël passa par beaucoup d’épreuves, mais que c’est le soir qu’il dut montrer le signe, non pas le matin, ni pendant la préparation où il fallut garder l’agneau jusqu’au quatorzième jour.

Israël savait que quelque chose allait venir. Luther le savait également, comme Wesley, Finney, Knox et Calvin.

Ils savaient que le temps viendrait où la Colonne de Feu reviendrait sur l’Eglise. Ils savaient que le temps reviendrait où ces choses arriveraient. Ils ne vécurent pas assez longtemps pour les voir, mais ils les attendaient.

Israël savait que quelque chose allait arriver, mais que cela arriverait au temps du soir, quand le sang aurait été appliqué sur la porte. Pourtant, l’agneau avait déjà été préparé.

Nous retrouvons l’agneau partout. Au temps de Luther, c’était l’agneau, comme au temps de Wesley. Mais maintenant, c’est le temps du Signe, le temps où chaque maison doit être couverte par le Signe. Chaque maison de Dieu doit être couverte par le Signe. Tout ce qui s’y trouve doit être couvert par le Signe.

La Maison de Dieu est le Corps de Jésus-Christ. Et c’est par un seul Esprit que nous sommes baptisés sous ce Signe, et en devenons une partie, et Dieu a pu dire: “Quand Je verrai ce signe, Je passerai par-dessus vous”.

Quel temps nous vivons! Le sang identifiait le croyant parce que la vie s’en était allée. Elle ne pouvait pas revenir, c’est pourquoi il fallait la présence de ce corps chimique. Il fallait ce sang comme une peinture, un produit chimique montrant que la vie était sortie.

Maintenant, c’est l’Esprit Lui-même qui est le Signe. Le Saint-Esprit Lui-même est le Signe. Non pas le Sang.

Le Sang fut répandu à Golgotha, c’est vrai, mais le Sang est retourné aux éléments d’où Il venait, à ce qui L’avait nourri.

Mais, vous comprenez que dans la cellule sanguine il y avait une Vie qui donna le mouvement à la cellule. Si cela n’avait pas été le cas, le corps chimique n’aurait pas eu de Vie en lui-même, et il n’y aurait pas eu de mouvement. Mais quand la Vie entra dans la chimie du sang, elle forma une cellule. Elle forma ses propres cellules, cellule après cellule. Et cela devint un homme, et cet homme était Emmanuel, Dieu dans la chair. Mais quand cette Vie retourna aux éléments chimiques… Mais le Signe est le Saint-Esprit venant sur l’Eglise, afin qu’ils voient Christ.

Il faut qu’il en soit ainsi, parce qu’une femme et son mari deviennent un. Ils deviennent un, et de même, l’Epouse et Christ deviennent Un. Le ministère de l’Epouse et le ministère de Christ sont un seul et même ministère.

Rappelez-vous ceci: “Théophile, j’ai parlé, dans mon premier livre, de tout ce que Jésus a COMMENCE de faire et d’enseigner dès le commencement!”.

Sa mort ne l’a pas arrêté. Non! Il est revenu. Il n’est pas une troisième personne, c’est la même Personne revenue sous la forme du Saint-Esprit, qui continue d’agir, selon ce que dit le livre des Actes.

“Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement”. C’est cela, le Signe.

Lorsque Pierre et Jean passèrent par la porte appelée la Belle, il y avait là un homme infirme de naissance. Pierre lui dit: “Je n’ai ni argent, ni or; mais ce que j’ai, je te le donne: Au Nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche!”.

On leur parlait, tout en sachant qu’ils étaient ignorants et sans instruction, mais on avait remarqué qu’ils avaient été avec Jésus. Vous voyez, le Signe était là, et c’est ainsi qu’Il était manifesté.

“… mais ce que j’ai…”. Voyant un pauvre frère tombé, couché là, infirme, défiguré, malade… la Vie qui était en Christ était aussi en eux; “mais ce que j’ai…”.

“En Mon Nom, vous chasserez les démons”.

“Non pas ce que Je veux; mais ce que Tu veux. Si vous dites à cette montagne…”. — non pas si Je dis, mais: “Si vous dites à cette montagne…”. — non pas si Je dis, mais: “Si vous dites à cette montagne…”.

Oh, chers frères, le temps est proche où le Signe doit être manifesté! Nous pouvons le voir. Nous savons que nous sommes maintenant près de la fin, car toutes sortes de messages… il y aura des signes et des miracles.

Mais revenons à ce que doit faire l’Eglise: le Signe doit être mis en évidence: “Quand Je verrai le Sang, Je passerai par-dessus vous”. — Rien d’autre ne pouvait agir. Il fallait que ce fût le Sang.

Or, le Saint-Esprit est le Signe que nous avons reçu de Dieu. Un jour, un grand théologien, un frère Baptiste, un homme de valeur, vint me dire: «Frère Branham, vous parlez du Saint-Esprit. Mais cela n’est rien de nouveau. Nous avons enseigné cela tout au long des âges!».

Il dit encore: «Nous avons reçu le Saint-Esprit».

Je lui demandai: «Quand L’avez-vous reçu?».

Il dit: «Quand nous avons cru». (Je savais que c’était conforme à la théologie Baptiste, selon laquelle vous recevez le Saint-Esprit lors du baptême.)

Je lui répondis: «Paul, dans Actes 19, parlait à un groupe de Baptistes, alors qu’un prédicateur Baptiste qui avait été converti par Jean démontrait par la Bible que Jésus était le Christ. Lorsqu’il passait près d’Ephèse, il trouva quelques disciples et leur demanda: “Avez-vous reçu le Saint-Esprit après avoir cru?”».

Ils répondirent: “Nous n’avons même pas entendu dire qu’il y eût un Saint-Esprit!”.

Alors, il leur demanda comment ils avaient été baptisés. Ils n’avaient pas été baptisés au Nom de Jésus-Christ, l’Agneau immolé. Ils n’étaient pas du tout identifiés à Lui. Ils croyaient seulement. C’est comme si le médicament était là, à portée de main, mais qu’ils ne l’eussent pas pris. Paul leur commanda d’être baptisés à nouveau, au Nom de Jésus-Christ. Et après cela seulement, le Signe vint sur eux. Ils furent identifiés par les oeuvres et les signes du Saint-Esprit, qui parlait en langues par eux, prophétisant et glorifiant Dieu.

Ils avaient été identifiés par leur sacrifice. Et le Saint-Esprit est notre identification. C’est ce qui nous identifie en tant que Chrétiens. Ce n’est pas notre appartenance à telle ou telle église, ce n’est pas notre compréhension de la Bible, ce n’est pas le fait de bien connaître la Bible; c’est le fait de connaître l’Auteur; cela dépend de la mesure dans laquelle l’Auteur vit en nous.

C’est lorsque notre nature a disparu. Vous n’êtes plus… Considérez-vous vous-mêmes comme étant morts; le Signe est ce qui vit en vous; ce n’est pas votre vie, c’est la Sienne. Paul a dit: “… la Vie par laquelle je vis maintenant…”. Il vivait maintenant une vie différente de sa vie d’autrefois. “Ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi”.

C’est cela, le Signe d’identification que Dieu requiert de nous. — Identifiés avec notre Sacrifice. La Vie de notre Sauveur en nous, le Saint-Esprit. Oh, quel SIGNE POSITIF! — il ne peut plus y avoir d’autre signe!

Oh, mon Dieu! — Si seulement vous pouviez comprendre cette pensée! Si ce matin j’avais le pouvoir et les mots pour exprimer et placer dans votre âme… non pas dans vos oreilles, mais dans votre âme!… Si vous pouviez voir la garantie que cela représente! Cela met en vous une telle paix!

Si vous aviez commis un crime, et que vous deviez être jugé, sachant que s’ils vous considéraient comme coupable, vous mourriez, comment réagiriez-vous? Sachant que vous êtes coupable et que vous irez à la chambre à gaz, à la chaise électrique, que vous serez pendu, ou toute autre forme d’exécution? Vous savez que vous êtes coupable et que vous mourrez, si vous ne pouvez pas trouver un avocat pour vous défendre. Aussi, vous essaierez d’obtenir les services du meilleur avocat possible. Alors, sachant que votre avocat est un bon avocat, vous vous sentirez un peu moins inquiet, parce que vous avez un avocat. Mais il restera toujours la question de savoir si l’avocat pourra faire changer d’avis le juge ou le jury; s’il arrive, par ses paroles astucieuses et sa connaissance des lois, à faire changer l’avis du jury et, plaidant votre cause, montrer que l’on pourrait vous accorder la vie

Mais, malgré toute son autorité et ses beaux discours, malgré l’impression qu’il pourra faire sur le jury ou le juge (votre inquiétude pourrait s’atténuer pendant quelques instants), vous vous demanderez malgré tout «Est-ce qu’il y arrivera?».

Mais, dans notre cas, c’est le Juge Lui-même qui a pris notre parti. Dieu S’est fait homme. Aucun avocat n’aurait pu le faire. Nous n’aurions pas pu en trouver un seul. Moïse et la loi, les prophètes, rien de tout cela n’aurait eu d’effet. Ainsi, le Juge devint à la fois Jury, Avocat et Juge, et prit la Justice de Sa Loi entre Ses Propres Mains, et paya Lui-même le prix — quelle assurance plus grande pourrions-nous avoir? — et Il fit revenir Sa Vie sur nous en témoignage de ce qu’Il avait accepté cela. Quelle sécurité pour nous! “Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi…”.

Lorsqu’Il devint à la fois Juge, Jury et Avocat, Il plaida notre cause. Nous, qui avions été trouvés coupables par Sa propre Loi… Il vint et prit la place du coupable dans le sanctuaire. Il prit son péché. Il le prit sur Lui-même, mourut, paya le prix, versa Son Sang, et donna Son Signe: Sa propre Vie.

Alors, l’affaire est classée pour le croyant. Il n’y a plus de péché. Oh, mon Dieu, aie pitié d’eux! Si les gens ne peuvent pas voir cela, que l’affaire est classée! “Celui qui entend mes paroles et qui croit en Celui qui m’a envoyé a la Vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la Vie”.

Voilà l’affaire. C’est une affaire classée. Il n’y a même plus d’affaire du tout! Amen!

Alors, c’est la sécurité, lorsque le Signe est appliqué. Quand la Mort se mettra à frapper aux portes, elle n’aura plus aucun pouvoir. Oui, le Signe est appliqué. Seul le Signe est reconnu. Il fit ces choses afin que le Signe pût venir. Le Signe était la Vie de Dieu, et quand Dieu créa le premier homme, Il fit de lui un fils. Et le fils était tellement corrompu qu’il écouta sa femme, au lieu de Dieu, et la femme écouta le diable au lieu d’écouter son mari. Et ainsi, ils se corrompirent ensemble, ce qui pollua le monde. Mais Lui, Il savait que, lorsqu’ils auraient agi ainsi, il faudrait qu’ils mettent des enfants au monde. Ils ne devaient pas toucher au fruit de l’arbre qui était au milieu du jardin. Mais lorsqu’ils en prirent, ils attirèrent le péché sur eux. C’est pourquoi toute la race humaine qui naquit ensuite fut dans le péché.

Il n’y avait donc pas de solution. Alors, Dieu descendit. Il n’y avait qu’une manière de le racheter: c’est de lui donner un nouveau fils. Mais comment aurait-Il pu le faire, alors que Sa propre Loi disait: “Il est condamné”?

Alors, le Père Lui-même devint l’un de nous. C’est cela, le vrai Agneau. C’est cela, le dessein qui était dans Sa Pensée. C’est la raison pour laquelle l’Agneau fut ainsi identifié dans le jardin d’Eden. Sachant que l’Agneau et la Colombe se rencontreraient un jour… quand l’Agneau et la Colombe seraient réunis… Quand nous verrons cela, nous pourrons être tous réunis. Il consentit à faire un tel sacrifice.

Maintenant que le Signe peut être appliqué, nous ne sommes plus des étrangers. Nous sommes des fils et des filles de Dieu. Adam et Eve, l’homme et la femme, sont ensemble des fils et des filles de Dieu en Jésus-Christ, par Son glorieux Sacrifice.

Mais, afin qu’il n’y ait point de confusion, la semence de cette vie qui doit être plantée dans la terre de ce corps est une semence périssable. Et la vie… c’est une vie pervertie qui est dans cette semence; elle périt avec la semence. Mais Lui, Il mit la Vie Eternelle en elle, et l’identifia comme étant la Sienne. Et à la résurrection, Il la ressuscitera, et rien ne sera perdu. Comprenez-vous ce que je veux dire?

Elle ne peut plus périr. La Vie est en elle. Elle est un Signe. Elle est sur ce petit corps, elle est sur l’âme de cette personne. Il y a un Signe sur elle, le Saint-Esprit, montrant qu’elle appartient à Dieu. Elle est à Lui. “Quand Je verrai le Signe, Je passerai par-dessus vous”. — C’est un Signe positif!

Le Saint-Esprit est notre Signe. Par conséquent, lorsque vous recevez le Saint-Esprit, vous passez de la mort à la Vie. Tout est là, parce que la Vie est en vous. Vous ne pouvez plus périr.

La Bible dit: “Celui qui est né de Dieu ne pèche pas”. Il ne peut pécher, car la Semence de Dieu… Amen! La Semence de Dieu demeure en lui, et alors comment pourrait-il pécher, lorsque le Dieu sans péché demeure en lui?

Lorsqu’il est en un Dieu sans péché, comment peut-il pécher? Quoi qu’il ait fait, le Sang le couvre. Il est maintenant une nouvelle créature. Ses désirs et ses ambitions viennent du Ciel, parce qu’il est passé de la nature de l’ivraie à celle du bon grain. Ses désirs ne sont plus les mêmes qu’autrefois, et il le montre. Vous dites: «Je crois ces choses» — et vous péchez encore? — vous êtes victime d’un esprit de séduction! Celui qui a le Signe ne peut pas montrer autre chose que le Signe.

Israël reçut l’ordre de rester sous le sang, jusqu’à ce que vienne l’ordre de se mettre en marche. Ne sortez pas de dessous le Sang! S’étant mis sous le signe, ils furent scellés en lui. Ne le quittez pas! Ils restèrent là jusqu’au coup de minuit; alors, les trompettes sonnèrent. Et lorsque les trompettes sonnèrent, et que les vieilles cornes de bélier commencèrent à retentir, chacun sortit avec ses provisions, se mettant en route vers le pays de la promesse.

Ainsi agit l’homme ou la femme rempli du Saint-Esprit. Il est scellé et mis à l’écart de tout mal, et de tout danger. Sa vie tout entière est un témoignage de ce qu’il est. Où qu’il aille, quoi qu’il fasse, qui que ce soit à qui il parle, lorsqu’il se trouve en présence de femmes, lorsqu’il est avec ses collègues, lorsqu’il entre en contact avec n’importe qui ou n’importe quoi, on trouve ce Signe sur lui. Amen!

A l’heure de la mort, il dit: “Je ne craindrai aucun mal, car Tu es avec moi”. Le Signe est là! Au jour de la résurrection, il sera là…?…

C’est Jésus qui l’a dit: Lorsque Je verrai le Sang — le Signe — Je passerai par-dessus vous”. Oh, mon Dieu!

Rappelez-vous que si le Signe n’était pas appliqué, l’alliance restait sans effet. C’est vrai. L’alliance était annulée. Il n’y avait aucune alliance, aussi longtemps que le Signe n’était pas présent. Le Signe était un témoignage de l’alliance. Dieu fit une alliance avec eux. Mais cette alliance n’avait aucun effet en dehors de la présence du Signe.

Beaucoup de Juifs auraient pu dire: «Ecoutez, je n’ai pas de sang sur ma porte, mais je vais vous montrer quelque chose. Je suis un Juif circoncis. Je suis circoncis».

Cela n’avait pas la moindre importance. “… Quand Je verrai le Sang — quand Je verrai le Signe!”.

Vous pouvez bien dire: «Je suis Baptiste… Méthodiste… Presbytérien…» ou quoi que ce soit d’autre: ce qui compte, c’est le Signe.

Vous direz: «Je suis un croyant. Ma mère était membre de cette église; mon père était membre de cette église. J’en suis moi-même membre depuis ma plus tendre enfance».

Cela n’a pas la moindre signification! «Je ne mens pas… je ne vole pas… je ne fais pas ceci, je ne fais pas cela…» — cela n’a aucune importance!

— «J’appartiens au Branham Tabernacle; je fais ceci et cela. Je crois toute la Parole!».

Les Juifs pouvaient bien dire, eux: «Je crois à Jéhovah!».

Vous auriez écouté le Message de l’heure, si vous aviez cru! Certainement! Ils eurent un grand nombre de messages, mais celui-là était le Message pour cette heure. Je crois le Message de l’heure présente. Le sang fut appliqué le soir.

Ils pouvaient avoir dit: «Je suis Juif».

Les gens disent maintenant: «Je suis un chrétien. Je puis vous montrer depuis combien de temps je suis un membre de l’église! Montrez-moi seulement quand j’ai volé, quand j’ai passé en tribunal! Montrez-moi quand j’ai commis adultère, quand j’ai fait ceci ou cela! Montrez-le moi!».

Cela ne veut absolument rien dire! Peu importe ce que vous avez pu faire, l’alliance est sans effet.

Vous direz: «J’étudie la Bible!».

Peu importe ce que vous faites! Sans l’alliance, la colère de Dieu est sur vous. C’est vrai! Elle vous atteindra! Oui! Vos péchés vous poursuivront et vous rejoindront!

Qu’est-ce que le péché? — C’est l’incrédulité. Vous n’avez pas cru au message. Vous n’avez pas cru à la Parole. Vous n’avez pas cru au témoignage du Signe Lui-même, lorsqu’Il S’identifia au milieu de nous. Avez-vous douté de cela? Peu importe combien vous doutiez! Le Signe doit être appliqué!

Vous pourriez dire: «J’y crois! Je vois que c’est la Vérité. Je l’accepte comme étant la Vérité!».

Tout cela est très bien, mais il faut que le Signe soit appliqué!

Que se serait-il passé si un Juif, brassant le sang pendant la saignée de l’agneau, eût dit: “C’est Jéhovah qui l’a ordonné!” et qu’il y eût là un prêtre pour lui dire: “Oui, je crois que c’est vrai”, mais que sur leurs maisons, ils n’eussent pas appliqué le sang, parce qu’ils ne voulaient pas être identifiés au groupe?… “Oh non! ces fanatiques avec leur sang sur la porte!”… Ils ne voulaient pas de cette identification. Peu importe qu’il fût prêtre, qu’il connût la Parole, qu’il eût été bien élevé, qu’il eût fait de bonnes oeuvres, qu’il eût beaucoup donné aux pauvres, qu’il eût offert beaucoup de sacrifices…

Paul dit: “Si je donne mon corps pour être brûlé en sacrifice, si je donne tous mes biens aux pauvres, si j’ai la foi qui déplace les montagnes, etc., si je parle les langues des hommes et des anges et tout le reste, … je ne suis rien, tant que le Signe n’a pas été appliqué”.

Tant qu’il n’y a pas ce Signe dont j’ai parlé ce soir et qui est l’amour… Je ne suis rien tant que cela n’aura pas été appliqué.

Vous pourriez chasser les démons, vous pourriez avoir guéri les malades par votre prière pleine de foi. Vous pourriez avoir fait toutes ces choses, mais si ce Signe n’est pas là, vous êtes sous la colère de Dieu.

Vous pourriez être un croyant. Vous pourriez être en chaire et prêcher l’Evangile, “Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par Ton Nom? N’avons-nous pas chassé des démons par Ton Nom?… N’avons-nous pas prêché en Ton Nom?…” (cela est aussi valable pour les Méthodistes que pour les Baptistes ou les Pentecôtistes). Mais Jésus leur répondra: “Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité”.

Mais “quand Je verrai le Signe, Je passerai par-dessus vous”. C’est cela que Dieu exige pour l’heure. Le Message du soir enseigne à appliquer le Signe.

Satan sèmera toutes sortes de contrefaçons, de cérémonies, etc: N’EN TENEZ AUCUN COMPTE! L’heure du Signe Lui-même est arrivée, et non plus l’heure d’une contrefaçon, d’un succédané quelconque. L’heure est venue où le Signe Lui-même L’identifie parmi nous, prouvant qu’Il est le même Jésus hier, aujourd’hui et éternellement, et qu’Il est en accord avec la Parole.

Le Signe doit être appliqué. Qu’en est-il d’un homme qui prétend avoir le Signe et qui renie la Parole? Vous ne pouvez pas faire cela! Le Signe doit être là! “Le Sang vous servira de Signe!”.

Or, le Saint-Esprit… la Vie qui était dans le Sang est un Signe pour vous. Je vais arriver à cela dans un instant. Le Saint-Esprit est le Signe. Alors, l’affaire est classée.

Rappelez-vous bien ceci: Peu importe ce que vous êtes; que vous soyez un homme de bien, que vous sautilliez de-ci, de-là; que vous ayez fréquenté un grand nombre d’églises; que vous ayez fait de nombreuses bonnes oeuvres. Cela ne vous servira à rien, si vous n’avez pas le Signe. Nous sommes au temps du soir!

Tout cela convenait très bien au temps de Luther. Tout cela convenait très bien au temps de Wesley. Mais cela ne convient plus aujourd’hui. Non!

… garder l’agneau était une bonne chose à faire. Pour ceux qui moururent avant que le Sang fût appliqué, c’était différent. Oui! Ils s’en allèrent avec une bonne conscience. Ils seraient jugés… S’ils étaient prédestinés, ils avaient été touchés. Autrement pas. Tout est là. Tout cela vient de Dieu.

Il justifie qui Il veut, exerce Sa miséricorde sur qui Il veut, et condamne qui Il veut. Il est Dieu. C’est tout. Il fait miséricorde à qui Il fait miséricorde, et condamne qui Il veut condamner. Un Juif pouvait clairement montrer par la circoncision qu’il était un croyant.

Il y a beaucoup d’hommes, les fondamentalistes, qui peuvent prendre cette Bible et dire: «Je suis un croyant!».

Et Jésus a dit: “Vous serez sauvés par la foi”.

Certains disent: «Je suis un croyant, mais le baptême du Saint-Esprit est un non-sens». Alors, le Signe n’est pas appliqué. Quelle que soit sa foi, elle est annulée.

C’est comme la circoncision pour les Juifs. Le Juif disait: «Je suis un Juif. Pourquoi devrais-je agir comme cette bande de fanatiques?».

Moïse parcourut les rues, disant: “Le message du soir est là! Le quatorzième jour, vous vous assemblerez pour immoler l’agneau. Toute l’assemblée d’Israël l’immolera et posera ses mains sur lui, s’identifiant avec lui. Le sang sera appliqué sur le linteau et les poteaux de la porte. Et quand Je verrai le sang, Je passerai par-dessus vous, car c’est un signe que vous avez accepté la mort de l’agneau qui vous a été donné”.

Le sang était le Signe. Maintenant, c’est l’Esprit qui est le Signe. “Dans peu de jours, vous serez remplis du Saint-Esprit”. Et quand le Sang fut répandu, le Signe fut envoyé le jour de Pentecôte, semblable à un vent mugissant…

Cela, c’était le thème de chaque apôtre: “Avez-vous reçu le Saint-Esprit, après avoir cru?”. “Repentez-vous, chacun de vous, et soyez baptisés au Nom de Jésus-Christ pour la rémission des péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit, car c’est un Signe (Amen!) que vous êtes passés de la mort à la Vie”. Voilà!

Lorsque l’Eglise Juive disparut, ce sont les nations qui prirent la relève, au milieu de toute cette perversion. Maintenant, un reste de cette Eglise des nations sortira pour la Gloire de Son Nom: l’Epouse. Comprenez-vous ce que je veux dire? Comprenez-vous de quoi parle l’Ecriture ici? Si le Signe n’était pas appliqué, l’alliance restait sans effet. Il faut qu’il en soit ainsi, parce que si vous dites que vous croyez et que vous ne suiviez pas les instructions de la Parole, alors vous ne croyez pas.

Vous pouvez bien être circoncis. Vous pouvez joindre une église et être baptisé. Vous pouvez faire toutes ces choses. Pourtant, tout cela n’est pas le Signe, le Saint-Esprit.

Je continuai à parler à ce théologien que j’ai mentionné plus haut. Il me dit: «Billy, Abraham eut foi en Dieu, et cela lui fut imputé à justice. Qu’aurait-il pu faire de plus que croire en Dieu?».

Je répondis: «C’est vrai, monsieur. C’est vrai. Il crut en Dieu. C’est la Bible qui le dit. Vous avez raison. Jusque là, vous avez raison. Aussi longtemps que les espions marchèrent en Canaan, tout était en ordre, mais en arrivant à la frontière, alors ils abandonnèrent!». Je lui dis encore: «Vous autres Baptistes, êtes tout-à-fait en règle jusqu’au point où vous êtes allés, mais avez-vous reçu le Saint-Esprit, après avoir cru? Rappelez-vous que Dieu a reconnu la foi d’Abraham. Il croyait en Dieu, et cela lui fut imputé à justice. Cela est vrai. Mais ensuite, Dieu lui donna le sceau de la circoncision comme signe. Ce fut un signe, pour lui. Cela ne veut pas dire que la circoncision de sa chair ait eu un rapport quelconque avec son âme, mais cela fut un signe par lequel Dieu reconnut sa foi. Et à nous, Il nous donne le Signe du Saint-Esprit, nous reconnaissant ainsi comme croyants. Car il est dit: “Repentez-vous et soyez baptisés au Nom de Jésus-Christ pour la rémission des péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous…”». Comprenez-vous cela, maintenant?

Pour les Juifs, peu importait qu’ils pussent prouver leur circoncision, le signe devait être appliqué. Autrement leur alliance restait sans effet. Aujourd’hui, il en va de même. Peu importe ce que vous faites, peu importe que vous puissiez expliquer la Bible (vous pourriez étudier la Bible et être…); vous pourriez dire: «Je suis un croyant», et tout ce que vous voudrez — mais néanmoins, le Signe est exigé.

… Vous pouvez dire: «J’étais quelqu’un de bien, frère Branham». «Les gens peuvent dire ce qu’ils veulent, il n’y a pas d’homme meilleur que lui. Je ne l’ai jamais vu faire quelque chose de mal dans sa vie». Cela n’a absolument rien à voir avec Dieu. Une seule chose est requise, une seule. Vous ne pouvez pas appliquer le sang sur le linteau de la porte, vous ne pouvez pas appliquer le signe, si l’agneau n’est pas mort. Et le sang était un signe positif, témoignant que l’agneau était mort. Il ne pouvait y avoir de contrefaçon. L’agneau était bien mort.

Le Saint-Esprit est un Signe que votre Agneau est mort et que vous avez reçu ce Signe sur vous-même, car Sa Vie Elle-même est en vous. Vous comprenez? Il n’y a pas de contrefaçon possible ou d’imitation. Il est là. Vous le savez. Le monde le sait. Ce Signe est là.

Peu importe la bonté de la personne. Qu’elle soit quelqu’un qui fasse des études de théologie, ou que ce soit un bon membre d’église, quelqu’un de bien, un chef de dénomination, un membre de la hiérarchie Romaine, etc. Peu importe la personne, tout cela ne vaut rien du tout.

Mais Israël… Tous ceux qui étudient la Bible savent qu’Israël était un type de l’Eglise qui sera conduite au Pays de la Promesse. Et c’est dans cette direction qu’elle est en train de voyager. Mais pendant le voyage, lorsque vint le soir, il y eut un commandement solennel; peu importait qu’ils fussent Juifs, qu’ils prissent soin de leurs récoltes, qu’ils eussent des égards pour leurs voisins, qu’ils fussent de bons membres de l’assemblée, qu’ils payassent beaucoup de dîmes; tout cela était très bien: ils étaient des hommes de bien, reconnus comme tels parmi les leurs. Malgré tout, sans le signe du sang, ils auraient péri.

Oh, que Dieu me vienne en aide, afin que je puisse bien faire comprendre cela dans cette salle, et par les bandes! Vous pourriez avoir prêché l’Evangile, chassé des démons, parlé en langues, crié, dansé dans l’Esprit — sans le Signe…

Vous direz: «Est-ce possible?».

Paul dit que c’est possible. “Si je parle les langues des hommes et des anges; si je donne tous mes biens aux pauvres; si mon corps est brûlé en sacrifice; si j’ai la foi qui déplace les montagnes, etc… Avec tout cela, je ne suis rien du tout!”. Ne mettez pas votre confiance en ces chose! Ce qui compte, c’est le signe! Peu importe le bien que vous ayez pu faire, peu importe que vous soyez un homme de bien. Quand la colère de Dieu éclatera, la seule chose qu’elle reconnaîtra, c’est le Signe!

C’est ce qui est exigé: un Signe montrant que le prix a été payé. Le prix payé fut la Vie de Jésus-Christ, qui donna Sa Vie; et Son Esprit est revenu sur vous; comme étant le Signe manifestant que vous avez été agréé.

Alors, vous portez le Signe sur vous, jour et nuit, et non pas seulement le dimanche. Il est là tout le temps. Vous avez le Signe sur vous.

Le Sang vous servira de Signe. Vous dites: «Je crois; je suis un croyant». C’est très bien, mais si vous rejetez le Signe, alors comment pouvez-vous être un croyant? Il vous accuse! Il parle contre votre témoignage! Que vous soyez un étudiant en théologie, un homme de bien, un membre d’église ou quoi que ce soit, cela n’a aucune valeur. Parfaitement!

Votre père peut être un prédicateur et votre mère une sainte. C’est très bien! Mais ils seront responsables pour eux-mêmes.

Comme je l’ai déjà dit, certaines personnes essaient de faire de Dieu un bon vieux grand-père un peu gâteux, Ses petits-enfants étant une bande de «Rickys» et de «Elvis»; et Lui-même étant quelqu’un de pas bien féroce. Non! Dieu n’a pas de petits-enfants. Dieu est un Père! Vous devez naître de nouveau! Il n’est pas un bon gros vieillard radotant. Il est le Dieu du jugement. C’est la Bible qui le dit — Sa colère est terrible!

Ne méprisez pas ces choses, vous attendant à ce que la bonté de Dieu vous prenne un jour dans votre péché, et vous conduise au Ciel. S’Il avait agi de cette manière, Il aurait excusé tout ce qui se passe ici-bas… Vous devez croire Sa Parole, ou périr. Et quand vous croirez! Sa Parole, le Signe sera sur vous.

Cette nuit-là, la mort était prête à frapper l’Egypte à n’importe quel moment. Ce fut un moment terrible. Leurs cérémonies, leurs fêtes, leurs jeûnes… Dieu les avait visités. Il avait montré de grands signes et de grands miracles au milieu d’eux.

Arrêtons-nous un moment à cela. Dieu leur avait manifesté Sa Grâce. Il leur donna une chance. Ils ne pouvaient pas la méconnaître. Mais ils dirent: “Tout cela n’est rien. C’est simplement quelque chose qui s’est passé là-haut, dans les cataractes. C’est de la boue qui a teinté le fleuve en route. C’est pourquoi le fleuve a la couleur du sang”.

Ensuite vint la grêle; puis, les grenouilles — Dieu avait préparé un endroit et mis Sa Parole dans la bouche d’un prophète, et quand il parlait, cela arrivait. Et ils virent ces choses, et ne purent les nier.

Ce que Moïse disait, c’est ce qu’il recevait de Dieu, parce qu’il ne prononçait rien d’autre que la Parole de Dieu. Dieu dit: “Je ferai de toi un dieu”.

Moïse était un dieu pour eux. Ils ne voyaient pas la différence, aussi lui dit-Il: “Tu seras un dieu, et Aaron sera ton prophète”. “Tu seras comme un dieu. Car Je prendrai ta personne, ta voix, et je créerai au travers de toi. Je parlerai, et le peuple ne pourra le renier, car cela se passera ainsi. Ce que tu diras arrivera”.

Oh, mon Dieu! Je veux vous montrer ces choses. L’Egypte les vit. Ils les virent, juste avant que le soir n’arrivât, juste au temps du soir.

Il leur montra Sa bonté. Il leur montra qu’Il pouvait guérir.

Les magiciens essayèrent de faire comme lui. C’étaient des imposteurs. Vous les trouvez partout. Il y avait là Jannès et Jambrès. Mais lorsqu’il s’agit de la chose réelle, ils ne purent rien faire. C’est vrai. Ils purent suivre jusqu’à un certain point, mais après, leur folie fut rendue manifeste.

La Bible ne dit-elle pas que cela arrivera également aux derniers jours? “… de même que Jannès et Jambrès résistèrent à Moïse…”. — mais leur folie fut rendue manifeste. Il en sera de même, à nouveau.

Hommes à l’esprit perverti, réprouvés en ce qui concerne la Vérité… Ils peuvent tenir de belles assemblées, faire de grandes choses de belle apparence, mais l’heure va bientôt venir. GARDEZ FERMEMENT LE SIGNE! C’est ce que Dieu nous demande.

La mort se mit à frapper. Dieu avait eu pitié d’eux, et leur avait montré Sa puissance et Ses signes.

TENEZ-VOUS EN A CETTE PAROLE! NE VOUS EN ELOIGNEZ PAS! GARDEZ-LA FIDELEMENT! C’est la Bible qui le dit.

Arrêtons-nous un moment pour considérer l’horloge du temps. Repassons dans notre esprit ce qu’Il a promis qui arriverait les derniers jours. Je me demande s’il ne serait pas grand temps de nous examiner nous-mêmes, nous aussi.

Dieu fit toutes ces choses, et malgré cela, ils ne voulurent pas. Bien que ces choses eussent été manifestées devant eux, sans aucune ambiguïté…

Quand vous voyez arriver de telles choses, c’est un signe que le jugement est proche. Le jugement suivra ces choses. Cela a toujours été le cas, et il n’y aura pas d’exception. Le jugement suit la grâce. Quand la grâce est méprisée, il ne reste que le jugement. C’est la raison pour laquelle il suivra toujours.

Voyons maintenant la scène. Chaque événement spirituel est un signe de Dieu. Notez bien cela! Chaque événement spirituel! Tout ce qui arrive est un signe. Nous ne sommes pas ici par hasard. Toutes ces choses n’arrivent pas par hasard. Elles sont un signe. Elles sont un signe nous montrant que nous devons nous dépêcher de nous mettre à l’abri.

Noé fut un signe pour sa génération. Elie fut un signe pour la sienne. Jean fut un signe pour la sienne. Tout… le message de l’heure est un signe. Observez-le! Voyez ce qu’il opère! C’est un signe! Tout a une signification.

A aucun autre moment, un message comme celui-ci n’aurait pu être proclamé. Il n’aurait pas pu venir au temps de Luther, ni en celui de Wesley. Il n’aurait même pas, pu venir pendant le réveil de Pentecôte. C’eût été impossible. Cela n’est jamais arrivé. Mais tout cela a été promis dans la Bible. Nous sommes à la fin. Il n’aurait pu arriver avant aujourd’hui, et il arrive comme un signe, comme un miracle. Qu’est-ce qu’un signe? Oh, petit troupeau, mes frères, mes soeurs, mettez-vous promptement sous le Signe. Ne vous contentez pas d’un substitut. Ne faites jamais cela! Jamais!

N’imaginez rien. Restez où vous êtes, jusqu’au moment où le Signe est appliqué! Jusqu’à ce que l’Esprit qui était en Christ soit en vous; jusqu’à ce que toute la folie du monde soit sortie de vous, jusqu’à ce que le seul désir de votre coeur soit Lui! C’est alors que vous connaîtrez que quelque chose est en train de se passer!

Jésus a dit: “Ces signes accompagneront ceux qui auront cru…”. — pas les imposteurs, mais les croyants.

Nous voulons ne prendre aucun risque. Nous ne le devons pas! Le message de l’heure est un signe pour les églises. C’est un signe pour le monde.

Comprenez-vous ces choses? J’espère qu’avec les bandes magnétiques, ils vont faire la même chose dans le monde entier. Le signe de l’heure est là! Il y a un Signe qui doit être appliqué! Il n’aurait pu venir à aucun autre moment.

Remarquez comment Dieu prépare ce temps. Comme nous le savons, la Bible dit que toutes ces choses se sont produites afin de nous servir d’exemples. Lorsque Dieu fut sur le point d’exercer Son jugement sur l’Egypte, Il les prépara. Que fit-Il en premier? (Il ne change jamais Sa façon de faire.) La première chose qu’Il fit pour préparer Son peuple fut d’envoyer un prophète avec un message.

Ensuite, afin d’identifier Son prophète, Il envoya une colonne de Feu comme signe d’identification.

La troisième chose qu’Il envoya fut le Signe. C’est exact! Le Signe… Que signifie le Signe? — l’assurance!

Premièrement, Son prophète vint avec un message. Il S’identifia Lui-même avec Son prophète au milieu de… au moyen de la Colonne de Feu. Ensuite, Il envoya un Signe à l’homme, afin qu’il se plaçât sous le Sang, qu’il acceptât ce substitut; cette mort qui eut lieu à la place de la sienne. Alors, le Sang fut un Signe montrant qu’Il vous avait regardé. Vous avez entendu le message, cru à la Colonne de Feu, et accepté le substitut qu’Il avait établi pour vous. Et vous étiez placé sous le Sang, sous ce corps chimique de la Vie qui sortit pour vous.

Comme cela est parfait! Vous êtes sous le Sang. Maintenant, vous êtes sous l’Esprit, sous le Saint-Esprit. Vous croyez le message du jour. Vous croyez à la puissance, à la Colonne de Feu. Vous croyez cela, et maintenant…

Mais, vous voyez, croire simplement ne suffit pas. Tourner autour des choses ne suffit pas. Cela ne fait que vous rendre pire. “Car celui qui connaît ce qui est bien et qui ne le fait pas demeure dans le péché!”.

Ces croyants marginaux… Jésus en a parlé dans Hébreux 6.4-6: “Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint-Esprit, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu…”. Ils méprisent l’alliance du Sang, par laquelle ils avaient été sanctifiés. Sanctifiés… cela n’est pas le Signe.

Ce n’est pas le Sang qui est le Signe; le Signe, c’est la Vie. La Vie ne pouvait pas revenir, parce que c’était une vie animale. Le signe était ce corps chimique. Il fallait que ce fût du vrai sang qui fût appliqué sur la porte; mais maintenant, il y a le Saint-Esprit. Nous allons démontrer cela dans un instant.

C’est la Vie qui est le Signe. Votre vie a disparu. Vous êtes caché avec Christ en Dieu, scellé en Lui par le Saint-Esprit. La Pensée qui était en Christ est en vous; et Christ, la Bible et la Parole sont une seule et même chose.

“Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu”. Ainsi vous, la Parole, Dieu et Christ êtes une seule et même chose. “Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, alors, demandez tout ce que vous voudrez, cela vous sera accordé”.

Il mit la puissance dans la bouche de Moïse afin qu’il sortît avec Sa Parole. Il parla — et les grenouilles vinrent! Il parla — et les grenouilles s’en allèrent. Il parla — et les poux vinrent! Il parla — et les poux s’en allèrent! Amen!

Ainsi donc, le signe était obligatoire pour tout Israël. Tout Israël devait appliquer le signe — “Quand Je verrai le signe, Je passerai par-dessus vous”. Oh, mon Dieu! quelle assurance.

La sortie d’Egypte du peuple d’Israël est un type de la réalité d’aujourd’hui; l’EGYPTE REPRESENTE L’EGLISE. AINSI, L’EPOUSE SORT DE L’EGLISE. Il y a là quelque chose dont elle doit sortir, et elle doit en sortir. Ainsi donc, si cela était le type, nous voyons que l’église est en Egypte, dans le monde et dans le péché, et qu’elle ne s’inquiète pas le moins du monde du Signe. Elle n’y croit même pas. Mais Israël aimait ce Signe, car il représentait pour lui le salut.

Oh, cela devrait nous faire… notre coeur devrait… Oh, Eglise, applique le Signe! Ne l’oublie pas! Pourquoi ne le fais-tu pas? N’attends pas que le soleil soit couché! Ne te repose ni jour ni nuit! Ne prends aucun risque! Autrement, cela ne marchera pas! VOUS DEVEZ AVOIR LE SIGNE!

Vous pouvez bien dire: «Je crois, oui… Je crois au message!».

C’est très bien! MAIS VOUS DEVEZ AVOIR LE SIGNE! Entends-tu, Branham Tabernacle? VOUS DEVEZ MANIFESTER LE SIGNE! Sans cela, toute votre foi est vaine! Vous vivez la vie d’un homme de bien. Vous écoutez ce que dit la Parole. Vous allez à l’église. Vous essayez de vivre selon la Justice. Tout cela est très bien, mais cela n’est pas le plus important.

“Quand Je verrai le Sang…”. — c’est cela, le Signe, et le Signe n’est pas… Il voulait voir le corps chimique parce que la vie était sortie du sang. C’était un animal. Mais ensuite, ce fut Sa propre Vie qui fut dans le Sang, et le corps chimique n’était qu’un signe de sanctification. Mais le Signe, c’est la Vie Elle-même.

Car sans la circoncision, sans le Signe, vous n’êtes même pas dans l’alliance. Tout va de pair.

Si vous dites que vous êtes circoncis par la Parole, par Elle seulement, alors vous croirez la Parole. Si vous croyez la Parole, alors le Signe viendra. Car Il a dit: “Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au Nom de Jésus-Christ pour la rémission des péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit”. Voilà!

Remarquez comment tout a été préparé pour le peuple du pays de la promesse. Remarquez ce qu’Il a fait. Premièrement, Il avait un peuple, pour lequel Il prépara un pays. Il leur avait préparé un pays. Ensuite, Il envoya ce qu’il fallait pour les préparer, afin de pouvoir entrer dans le pays de la promesse. Cela n’était valable que pour ceux qui étaient prédestinés à entrer dans la terre promise.

Comment fit-Il? Il envoya un prophète porteur d’un message, confirmé par une Colonne de Feu, et leur donna un signe qui pût les assurer que cela était vrai. C’était vrai. Ce fut pour eux une consolation.

La sortie d’Egypte du peuple d’Israël était un type. C’est le type de l’Eglise sortant des dénominations, je veux dire l’Epouse. Certains groupes indépendants ou personnes indépendantes sont aussi mauvais que les dénominations, ou même pires, en ce qui concerne l’application du Signe.

Le Signe accepte chaque Parole. Il faut bien qu’il en soit ainsi, puisqu’Il est la Parole. Il est la Vie qui était dans la Parole. “Ma Parole est Esprit et Vie”, dit Jésus.

Quand Moïse commença à exercer parmi Israël son ministère accompagné de grands signes, Israël vint de toute l’Egypte pour se rassembler en Goshen, revenant dans la région qui leur avait été attribuée, parce qu’ils savaient que quelque chose allait se passer.

«Ils viennent de l’Est et de l’Ouest,
Ils viennent de pays éloignés,»

(C’est vrai, vous connaissez ce chant)

«Pour être à la fête avec le Roi,
Pour être les hôtes de Son festin.
Qu’ils sont bénis, ces pélerins!
Le regard tourné vers Sa Sainte face,
Illuminé de l’amour Divin,
Participants bénis de Sa Grâce,
Etincelants comme les joyaux de Sa Couronne.
Oh, Jésus, viens bientôt,
Nos tribulations seront alors terminées.
Oh, si notre Seigneur venait à cet instant
Pour chercher ceux qui sont sans péché!
Cela vous donnerait-il de la joie,
Ou seriez-vous parmi ceux qui seront plongés dans le désespoir?
Quand notre Seigneur viendra dans Sa gloire,
Nous Le rencontrerons là-haut dans les airs».

Montrer le Signe! — “Et je le ressusciterai au dernier jour”. C’est certain! Nous sommes dans ces jours-là.

Le peuple se rassembla au pays de Goshen. Ils étaient prêts. Ils savaient que quelque chose allait se passer. Ils étaient comme… Voyez ce qui se passe, quand les canards se rassemblent; ils volent tous ensemble. Les abeilles font la même chose: lorsque tout est prêt, un instinct les rassemble.

Le Saint-Esprit attire les gens. Quand le temps de la grande colère de Dieu se rapproche, tous… deux canards sont venus, un mâle et une femelle. Deux oies sont venues, un mâle et une femelle. Ensuite, il y eut deux chevaux, un mâle et une femelle. Quelque chose les attirait; ils étaient prédestinés. Le reste périt. Oui! LE RESTE PERIT!

Mais ceux qui sentirent en eux cette attraction, ils savaient que l’arche avait été préparée. C’était un signe annonçant la prochaine venue de la pluie. Ils savaient que la pluie viendrait. Peu leur importaient les apparences et ce que disaient les autres gens, eux savaient que quelque chose à l’intérieur d’eux-mêmes disait: “Entre! Vite! Entre! Car c’est le seul endroit où tu trouveras la sécurité!”. Dieu, en effet, avait préparé un prophète. Il avait envoyé l’arche comme un signe. Il leur dit: “Entrez-y!”. Et lorsque la pluie vint, ils étaient à l’intérieur, deux par deux. Tous les animaux entrèrent, deux par deux, dans l’arche, parce qu’il fallait que… peu importait le reste… Tous ceux qui restèrent hors de l’arche périrent.

Tous ceux qui étaient hors du signe du sang périrent: tous. Tous ceux qui seront hors du Signe du Saint-Esprit périront. Peu importe qu’ils soient de fidèles membres d’église… (il y en avait beaucoup aux jours de Noé et aux jours de Moïse), mais ceux qui n’appliquèrent pas le signe du sang périrent.

Ceux qui n’entrèrent pas dans l’arche périrent. Ceux qui n’entrent pas en Christ (car Il est l’Arche) … 1 Corinthiens 12.13 nous dit que: “Nous avons tous en effet été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps…”. Le Corps mystique — non pas l’église — le Corps mystique de Jésus-Christ; dans un seul Esprit, E-S-P-R-I-T, nous sommes tous immergés dans ce seul Corps.

Alors, le Signe est sur la porte, parce que vous êtes en Christ, et que c’est Lui, votre Sacrifice. C’est Lui qui prit le jugement sur Lui. Et quand Dieu regarde cela, Il ne peut plus rien vous faire.

Vous êtes en parfaite sécurité, parce que Dieu et Christ sont la même Personne. L’Esprit a été fait chair, et a habité parmi nous. Là, vous voyez Dieu Lui-même, Lui, avec Ses enfants baptisés dans Son Corps. Voilà. Ce n’est pas un produit chimique, mais l’Esprit. “Je passerai par-dessus vous”.

Ils vinrent de partout en Egypte en cet endroit, afin de pouvoir être sous le signe. Ils sont venus d’entre les Méthodistes, les Baptistes, les Presbytériens, les Luthériens, les Pentecôtistes et autres, pour se placer sous le Signe. Exactement comme il en fut autrefois.

En ce temps-là, la Colonne de Feu se fit connaître. L’un commença à le dire au suivant, puis cela se répéta, et bientôt, tous commencèrent à venir. Ils commencèrent à venir et à observer le signe de Dieu, disant: “Le jugement est proche!”.

Alors, le prophète leur dit: “Dieu m’a parlé. Il y aura un signe. Vous immolerez l’agneau, et mettrez de son sang sur la porte. Cela sera un signe, parce que la mort va bientôt frapper”.

Laissez-moi vous dire aujourd’hui, en tant que Son serviteur, que s’il n’y a pas de Signe sur la porte, la mort spirituelle va frapper. Toutes les églises se dirigent peu à peu vers le Conseil Mondial des Eglises. Ils vont retourner au Catholicisme, et seuls ceux qui sont vraiment nés de nouveau resteront en dehors de cela!

Ce ne seront pas les dénominations Pentecôtistes, car elles sont déjà dedans. Elles sont mortes. Elles ont péri. Elles ont vendu leur droit d’aînesse. Elles sont revenues en arrière. Elles L’ont mis à la porte. Mais Lui regarde au Signe. Eux, la seule chose sur laquelle ils se sont appuyés était le parler en langues.

Ne vous fiez pas au parler en langues ou à quoi que ce soit d’autre, mais laissez le Signe être appliqué sur vous. La Personne de Jésus-Christ, Sa propre Vie, en vous… Que tout votre être soit circoncis, jusqu’à ce que vous soyez un avec Christ. Christ est en vous, et Sa Vie vit au travers de vous.

Venant de partout en Egypte… considérons les choses, maintenant que nous savons ce qu’ils faisaient. Alors que nous voyons approcher le temps, nous recevons l’ordre de faire comme eux. Le saviez-vous? Ecoutez ce que dit le prophète!

Si vous voulez, nous allons commencer à lire dans Hébreux 10. Pour ceux qui veulent lire avec moi, nous lirons Hébreux 10, depuis le verset 26.

“Car si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles.

Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou trois témoins; de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce?” (Héb. 10.26-29).

Prédicateurs, membres d’église, hommes de bien, qui que vous soyez, vous savez que c’est Dieu qui vous a libérés de la cigarette. Femmes, vous savez que c’est Lui qui vous a libérées des shorts, des cheveux courts, et de tout le reste. Vous savez que c’est Lui qui a fait cela; mais si ensuite, vous vous détourniez, et que vous Le méprisiez, et considériez le Sang de l’alliance, qui vous a sanctifiés et vous a conduits jusque là, comme étant quelque chose qui n’est pas Saint

Ce fut la même chose avec les espions. Ils dirent: “Je sais que c’est là, le pays de la promesse, mais il y a trop d’obstacles pour nous. Nous sommes comme des sauterelles”. — Et ils périrent dans le désert. C’étaient des croyants marginaux.

Ne vous arrêtez pas en chemin, vous bornant à dire: «Je crois le message!» — OBEISSEZ AU MESSAGE! Venez en Christ!

Vous dites: «Je crois à chaque parole que vous avez dite, frère Branham». C’est très bien, mais cela montre simplement que vous savez lire. Prenez le message. Prenez-le dans votre coeur, afin que vous receviez le Signe. Que la Vie qui était en Christ soit en vous. “Quand je verrai cela, Je passerai par-dessus vous!”.

En voyant aujourd’hui ces glorieux signes des temps de la fin, ici sur la terre, nous savons que cela est juste. J’ai attendu longtemps pour ceci, pour ce message, et vous avez vu les signes des temps de la fin. Et je vous l’ai prêché, et je vous l’ai démontré par tout ce qu’a dit Christ. N’est-ce pas vrai? Vous l’admettez! Au temps de la fin, je ne vois pas ce qui peut encore rester!

Vous direz: «Qu’en est-il de la Marque de la Bête?». — Ceux qui rejettent le Saint-Esprit ont déjà reçu cette marque! La punition viendra plus tard.

En Israël, lorsque la trompette sonnait l’année du Jubilé, chaque homme… Avez-vous remarqué le passage où Christ lit cela? Il n’en a lu que la moitié, parce que l’autre moitié s’applique à notre temps. “… il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur”. Le reste, Il ne l’a pas lu. Il a posé le rouleau, car ces choses-là étaient pour aujourd’hui. Il n’en a lu qu’une partie — ce qui concernait Son temps.

Mais voici ce qu’Il va faire aujourd’hui. C’est de cela qu’Il parle à l’église aujourd’hui par Son Esprit oint. L’heure est là! Le temps est écoulé! Recevez-le, vous tous! Recevez-le!

Observez! Nous voyons les glorieux temps de la fin, les lumières rouges s’allumer partout! sur la nature, sur l’église. Elle est condamnée. Le temps est proche. Cette lumière est dans le monde. Nous la voyons dans les cieux, dans la mer, parmi les nations, partout, dans le soleil, la lune, les étoiles, les signes. Nous voyons les signes des temps de la fin, qui est le Saint-Esprit revenant sur le peuple.

Comme il en fut aux jours de Lot, où le Saint-Esprit agissait au travers de la chair de l’homme… il y avait un Dieu manifesté dans la chair. De nos jours, Dieu Se manifeste dans Son Epouse, montrant les mêmes signes. Jésus dit: “Il en sera de même dans les derniers jours”. Nous le voyons! Nous revoyons la même Colonne de Feu. Les savants eux-mêmes en ont pris des photographies. Les signes des temps de la fin sont là! Nous y sommes! Et, voyant ceci, si vous me croyez… — SI VOUS NE ME CROYEZ PAS, CROYEZ AUX SIGNES! CROYEZ LA PAROLE! — car ils parlent de ce dont je vous parle.

Et si je ne vous dis pas la Vérité, ils ne répondront jamais. Dieu ne dira jamais de mensonge. Dieu dit la Vérité. Et ces paroles témoignent que je vous dis la Vérité. Elles sont le témoignage du message que je prêche. Il n’y a pas seulement la venue de l’Ange, là-bas au bord de la rivière, me disant: «Ton message préparera la seconde venue de Christ» [11 juin 1933 — N.d.T.] mais les oeuvres elles-mêmes… Si vous ne pouvez pas croire que cet Ange a dit la Vérité, croyez aux oeuvres, car la Bible a dit que ces choses arriveraient au temps de la fin. Ce sont elles qui rendent témoignage. Ce sont elles qui parlent plus haut que mes paroles, ou que quoi que ce soit d’autre. C’est Sa Parole. Elle rend témoignage au sujet de ce temps.

Nous voyons tous ces signes terrifiants se répandre sur les peuples. Nous voyons la détresse régner parmi les nations. Nous voyons Israël qui est rentré dans le pays de ses pères; son emblème, l’étoile à six branches, l’étoile de David, le plus vieil étendard du monde. Israël est une nation. Il a son propre gouvernement. C’est un peuple. Il est membre des Nations Unies. Il est tout cela. Il a sa propre monnaie, tout!

Jésus a dit: “Cette génération ne passera pas que toutes ces choses n’arrivent”. Et rappelez-vous ceci, c’est que la nuit même où Israël fut constitué en tant que nation, l’Ange du Seigneur m’est apparu. C’est vrai!

Voilà où nous en sommes. Tout nous est démontré comme étant l’exacte Vérité. Je ne vous ai pas menti. Je vous ai dit la Vérité. Dieu a rendu témoignage de ce que j’ai dit la Vérité. Mais rappelez-vous ceci: je suis votre frère, je suis un homme. Je ne suis rien de plus qu’un homme semblable à vous. Mais il faut bien que quelqu’un apporte ce message. Il faut bien que quelqu’un le proclame. Ce n’est pas moi qui ai décidé de le faire, c’est Lui qui m’a choisi. Je vous ai dit la Vérité, et Il m’a rendu témoignage que c’est la Vérité.

Nous voyons toutes ces choses se passer sur cette terre, aujourd’hui… Oh, chers amis, cette heure est la dernière! Mettez ce Signe sur vous aussi rapidement que possible, ou entrez dans le Signe; entrez dans le Signe!

Car nous voyons les signes des temps qui nous mettent en garde et nous disent: le moment est bientôt là! Oh, prenez ces choses au sérieux! Nous devons nous aimer les uns les autres. Nous devons tous nous aimer. Ne dites aucun mal les uns des autres! Si quelqu’un fait une erreur, priez pour lui immédiatement. Cela nous concerne tous, en Dieu.

Nous sommes tous frères et soeurs. Ayez une vie sainte! Vivez comme des filles de Dieu. Vivez comme des fils de Dieu! Vivez dans la douceur, l’amour, l’humilité. Ne laissez entrer aucun mal dans vos pensées ou dans votre esprit; chassez-le! S’il frappe à la porte, chassez-le — montrez-lui le Signe! Continuez à avancer, disant: «Je suis sous le Sang!».

Ce soir-là, il y eut beaucoup d’hommes qui vinrent frapper à leurs portes, disant aux jeunes filles: «Venez avec nous, nous allons à une ‹party›, nous allons bien nous amuser!».

— «Non! Je suis sous le Sang! Je suis sous le Signe, et je dois rester là! J’aime mon Créateur! Cette nuit, la mort rôde sur le pays!».

Aujourd’hui, la mort rôde sur le pays. Le jugement est suspendu sur nos têtes. Les bombes atomiques, toutes sortes de désastres sont prêts à frapper les nations. Et Dieu est en train de rassembler Son Eglise, montrant à tous…

Nous avons gardé l’Agneau assez longtemps, maintenant, observant, voyant ce qu’Il fait, considérant Sa nature, etc., mais maintenant, le Signe doit être appliqué. Il faut appliquer le Signe. C’est la seule chose à faire. “Si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le Royaume de Dieu”.

Vous devez vous aimer les uns les autres. Les croyants doivent se séparer du monde. Ne prenez pas ceci à la légère! Vous tous, hommes et femmes qui écoutez ces bandes, écoutez bien ceci: Si jamais vous deviez me croire, c’est maintenant! Il est grand temps d’arrêter de vous quereller les uns les autres. Croyez le message de la Bible! Croyez en Jésus-Christ, aimez-vous, honorez-vous, et respectez-vous les uns les autres!

Maris, ayez du respect pour vos femmes; honorez votre maison. Rassemblez votre maison, parce que, souvenez-vous en, cet Agneau était pour toute la maison, et non pas pour une seule personne. Toute la maison devait être rassemblée, chaque chose devait être portée à l’intérieur. Nous devons tous nous aimer les uns les autres, et les croyants doivent se séparer du monde.

Remarquez bien qu’ils ne s’étaient pas simplement rassemblés pour parler ensemble du message; ils s’étaient rassemblés pour appliquer le sang, pour appliquer le signe: c’est ce que vous devez faire.

Pasteur Neville, et vous tous dans cette assemblée, responsables, diacres, frères et soeurs, il est grand temps que nous abandonnions la folie du monde, et tout le reste. Nous avons vu assez de choses maintenant pour être sûrs que le Signe doit être appliqué.

Sinon, vous périrez. Sinon, vous devrez périr. Tout est là! Oh, ne vous contentez pas de vous réunir en disant: «Je crois!». — Mettez-vous sous le Signe! Entrez dans le Signe! Comment faire cela? — Par un Esprit, nous sommes baptisés dans le Corps de Jésus-Christ. Que chacun croie de tout son coeur. Jésus ne portait pas la responsabilité de ceux qui sortaient de dessous le Signe.

Qui est-ce qui parle?

[Interférences radio. Le frère Branham arrête de prêcher un moment, et fait quelques commentaires — N.d.R.]

Mais vous croyez. Mettez-vous sous le Signe! Israël ne s’est pas réuni, disant: “Allons jusqu’à Goshen, aujourd’hui. Prenez votre chameau; nous, nous prendrons notre char à boeufs. Nous prendrons les Jones et les Goldberg en passant, et nous irons jusqu’à Goshen. Vous savez, Moïse va parler aujourd’hui!”.

Ce n’était pas du tout cela qu’il fallait faire! Non, chers frères! Il fallait se placer sous le Sang. Oui! il ne fallait pas en parler, mais se mettre dessous!

Tout le monde en parlait: «M. Goldberg, je sais que c’est vraiment la Vérité. Oui, frère, je crois que c’est la Vérité. Je sais que c’est la Vérité!».

— «M. Levinsky, que pensez-vous de cela?».

— «C’est vraiment la Vérité. J’ai vu Dieu Jéhovah manifester Sa puissance. J’ai vu les grenouilles sortir de ce pays. Je sais qu’elles ne sont pas sorties avant qu’il l’ordonnât, et je sais que cela vient du Dieu Jéhovah». — Alors, c’est parfait!

— «Etes-vous circoncis?».

— «Oui, monsieur».

— «Etes-vous un croyant?».

— «Oui, monsieur».

Ensuite, il entendit parler le Pasteur Moïse, qui disait: “… mais il faut se mettre sous le sang, car Dieu a dit: Le sang vous servira de signe”.

Et c’est un signe. Peu importe que vous soyez croyant, que vous soyez circoncis (c’est une alliance que Dieu fit avec Abraham; c’est une alliance) — vous devez vous mettre sous le sang. Il est un signe. Car Il a dit: “Quand Je verrai le Sang, Je passerai…”. Que vous soyez Israélite ou non, que vous fassiez ou non partie d’une dénomination, vous devez vous mettre sous le Sang; que vous soyez Méthodiste, Baptiste, Presbytérien, Pentecôtiste, que vous ne fassiez partie d’aucune dénomination, qui que vous soyez, cet ordre est valable pour chaque individu. Vous devez vous placer sous le Sang.

Ne vous contentez pas d’en parler: recevez-le. Ecoutez-moi! Ecoutez-moi! Au Nom du Seigneur, écoutez-moi.

Vous devriez vous mettre sous le Sang. Dieu dit bien clairement que tous ceux qui ne seraient pas sous le Sang périraient.

Puis-je utiliser Ses Paroles? “Tous ceux qui sont hors de Christ périront”.

Comment entrez-vous en Christ? 1 Corinthiens 12.13 “… par un seul Esprit…”. — non pas par une poignée de mains, par le fait d’être membre d’une église, ou par votre appartenance à une dénomination. Ils essaient de vous faire croire cela, mais: “Nous avons tous en effet été baptisés par un seul Esprit, pour former un seul corps…”.

“Si un ange du ciel vient vous prêcher un autre évangile, dit Paul, “qu’il soit anathème!”.

C’est cela, le message! Venez en Christ!

Dieu ne prenait aucune responsabilité en ce qui concerne ceux qui étaient hors du signe. Et Dieu n’a de comptes à rendre à personne, petit ou grand, populaire ou non, riche ou pauvre, libre ou enchaîné, homme ou femme; Il ne prend pas la responsabilité de ceux qui sortent de dessous le Signe de l’alliance. Il n’est pas responsable.

Vous pourrez bien dire: «Seigneur, j’ai fait ceci et cela. J’ai chassé des démons, j’ai prêché l’Evangile!».

“Je ne vous ai jamais connus; retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité!”. Il ne reconnaît que le Signe. Entendez-vous ce que je vous dis? Alors, dites: «Amen!». — Bien. Maintenant, vous en êtes responsables.

L’autre jour, j’étais dans les bois avec quelques amis. L’un d’eux me dit: «Voici deux jours que je n’ai même pas pu attraper un écureuil. Que se passe-t-il?».

Dieu parla: «Mets-le devant cette responsabilité, et dis: ‹Tu m’as parlé de cela! Maintenant que tu le sais, tu es responsable!›».

Il ne reconnaîtra rien d’autre que l’alliance du Saint-Esprit. Et vous ne pouvez recevoir cette alliance, à moins d’être sauvés, sanctifiés, et baptisés dans le Corps. Il peut y avoir des imitations; vous pouvez éprouver un sentiment de bien-être, faire des bonds, parler en langues, et danser dans l’Esprit. Tout cela n’a aucun rapport avec la chose véritable. ECOUTEZ, AU NOM DU SEIGNEUR! Dieu ne reconnaît pas ces choses. Les païens en font autant. Les sorciers en font autant!

Vous direz: «Je suis un théologien, je fais ceci et cela!». Peu Lui importe que vous soyez un érudit! Le diable en est un, lui aussi. MAIS DIEU NE RECONNAIT RIEN D’AUTRE QUE LE SIGNE! C’est cela, le message de l’heure présente! C’est cela, le message de ce jour! C’est cela, le message de notre temps! Au Nom de Jésus-Christ, recevez-le!

N’acceptez pas un substitut, quelque chose que le diable peut mettre sur vous. Quelque chose de semblable à ce faux amour qui fait qu’un homme se mette à aimer une autre femme que la sienne, ou qu’une femme se mette à aimer un autre homme que son mari. Ce n’est pas du véritable amour. Cela vient du diable. Il vous fait boire, et y trouver du plaisir. Vous dites: «J’ai le cafard; je vais sortir boire un verre pour oublier».

Cela, c’est la mort. Dieu est votre joie. Dieu est votre force. Il vous donne la connaissance du message, la connaissance de la Vérité. Cela nous suffit. Il est tout ce qu’il me faut. En Lui, j’ai tout ce dont j’ai besoin. C’est cela, notre force. Mon secours vient du Seigneur.

Vous autres, chrétiens, cherchez votre joie en Lui. Prenez votre force en Lui. Cherchez votre bonheur en Lui. Il est ma paix. Il est ma joie. Il est mon amour. Il est ma vie. C’est cela, l’alliance, le Signe mis sur la porte.

Il n’est responsable de personne, quelle que soit cette personne. Il n’en est pas responsable, en dehors du Signe. Et rappelez-vous que toute la famille était rassemblée. Oh! vous pouvez bien dire: «Mon père est prédicateur. Mon frère, mon pasteur, etc.…».

Il se peut d’ailleurs que ce soit vrai. Mais vous? Rappelez-vous que vous n’êtes en sécurité nulle part ailleurs que sous le Signe. Si un homme était sous le Signe, mais que son fils se trouvait de l’autre coté de la rue, celui-ci était en danger, et allait périr. Son père, lui, était en sécurité. Si c’était le fils qui était sous le signe, et que son père se trouvait de l’autre coté de la rue, c’est le père qui aurait péri. Seul, le signe“Quand Je verrai le signe, Je passerai par-dessus vous…”. C’est la seule condition.

Vous direz: «Mon fils est un prédicateur!»… Vous autres mères, direz: «J’ai le meilleur des fils, la meilleure des filles. Ils sont merveilleux. Ils sont remplis du Saint-Esprit, et il y a en eux un tel amour… Ils sont soumis, je n’ai jamais vu…». Mais qu’en est-il de vous, Madame?

Vous direz: «Ma mère est merveilleuse! Je sais que si elle meurt, elle ira au Ciel, car elle a le Signe, frère Branham». D’accord, mais vous-même, chère soeur? Toute la famille doit être sous le Signe!

Etes-vous fatigués? J’ai bientôt fini! Je pourrais terminer maintenant, et reprendre demain soir, mais si vous voulez bien attendre un peu, j’essaierai de me dépêcher. J’aimerais dire ces choses maintenant, pendant que vous êtes sous l’onction de l’Esprit… Il est préférable de continuer maintenant.

… seulement quand le Signe est déployé. Alors, toute la famille doit se trouver sous le Signe, sous le Sang. Chers pères et mères de familles, je sais ce que vous ressentez. J’ai moi-même des enfants. Je tiens à ce qu’ils soient sauvés.

Je parle pour moi, aujourd’hui. J’ai des frères. J’ai une soeur. J’ai une famille que j’aime. Je désire moi aussi qu’ils soient sauvés, mais rappelez-vous que sans la manifestation du Signe, ils périront. Il n’y a pas de Première Résurrection pour eux. Ils sont perdus. Ce n’est que lorsque le Signe est manifesté…

Voyez le cas de Josué… J’aimerais avoir le temps de lire cela. Notez-le. Josué, chapitre 2. Rahab, la prostituée croyante…

Oh, j’aimerais qu’il ne soit que 9 heures. J’aimerais discuter ce cas, et vous montrer…

Cette prostituée était une païenne… Toute sa famille… Elle était une croyante. Toute sa famille dut se réunir sous le fil cramoisi qui était un signe. Ils devaient se réunir là, ou périr.

Ils avaient entendu parler de la colère de Dieu. Ils avaient entendu parler des manifestations des signes et des miracles que Dieu avait accomplis au milieu de Son peuple, et il fallait qu’elle l’acceptât. L’ange destructeur de Dieu allait venir. Ils le savaient. Josué était cet ange. Ils étaient mûrs pour le jugement. Toutes les nations de ce monde sont mûres pour le jugement de Dieu.

Cette prostituée avait entendu dire: “La foi vient de ce qu’on entend”. Elle dit: “Toutes les nations tremblent devant vous”. C’est vrai!

Les espions avaient été envoyés pour prendre les dispositions nécessaires. Elle honora ces hommes, et elle désira être sauvée. Elle dit: “Je sais que votre Dieu est le vrai Dieu, et j’ai entendu parler des grandes choses qu’il a faites. Je sais ce qu’Il a fait à Og et à différentes nations. Je vois que ceux qui L’acceptent sont sauvés, et que ceux qui ne L’acceptent pas sont détruits, et moi-même je désire vivre!”.

Voilà: “Je désire vivre!…”.

Remarquez que Jéricho avait entendu parler de ce que faisait Dieu, mais ils ne voulurent pas prendre garde à l’avertissement. Et il n’y a pas une dénomination dans notre pays qui n’ait entendu parler de ce que Dieu est en train de faire. Mais ils ne veulent pas écouter l’avertissement! Sa grande puissance et Ses signes ont été manifestés. Ce qu’Il a fait… Il les fit traverser la Mer Rouge comme s’il n’y avait pas eu d’eau. Il créa différentes choses, des grenouilles, des poux, des puces. Il les créa par Sa Parole, par Son Prophète. Il n’y avait pas de secret. Ils connaissaient ces choses.

Rahab dit: “J’ai entendu parler de ces choses. Je ne veux pas périr avec les incrédules”.

Non! Elle savait que le jugement allait venir, parce qu’ils étaient mûrs pour le jugement. Elle le savait! Alors ils lui donnèrent un moyen d’y échapper. Les autres pensaient que leur grande dénomination de Jéricho pourrait résister à la colère de Dieu. Leur grande dénomination…

C’est ce que beaucoup pensent aujourd’hui. «Oh, Dieu ne fera sûrement pas cela!». C’est ce que Satan a dit à Eve! — «Oh, Dieu ne le fera sûrement pas!» — Il le fera, parce qu’Il a dit qu’Il le ferait, et que cela, c’est Sa Parole!

“Si un homme ne naît de nouveau… Voici les signes qui accompagneront ceux qui sont nés de nouveau… A ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples…”. — et ainsi de suite!

Certains voulurent ces choses. Mais qu’arriva-t-il? Ils furent réduits au silence! «Nous ne voulons pas ici de réunions de réveil!». «Notre dénomination n’accordera pas son appui à ce genre de choses!». «Nous ne voulons pas de ces bêtises au milieu de nous!». «Je défends à aucun de vous d’aller à cette réunion!». Voilà Jéricho bien engagée sur le chemin de la damnation!

Mais il devait y avoir par là quelques-unes de ces personnes, avec leurs bandes magnétiques placées là pour les semences prédestinées. Ils allèrent chez Rahab, et lui firent entendre quelques bandes. Elle fit de sa propre maison une église destinée à recevoir le message. Le message parvint ainsi, d’une manière ou d’une autre, aux semences prédestinées. Nous ignorons comment il parvint jusqu’à eux, mais il y parvint, afin que les justes ne mourussent point avec les méchants. Dieu S’en occupe aujourd’hui. D’une manière ou d’une autre, le message s’infiltre. On ne sait pas comment, mais bien que les dénominations refusent de l’appuyer, il parvient aux semences prédestinées.

Quiconque a la moindre connaissance de la Bible sait que cette prostituée était prédestinée. Cela est certain! La Bible dit: “Elle ne périt point avec les incrédules”.

C’est vrai! Mais elle crut le message de l’heure, et Dieu lui donna un signe par Ses messagers. Il dit: “Attache un fil cramoisi…”. “Rappelle-toi, si tu n’attaches pas le fil cramoisi et ne le laisses là, à l’endroit où nous nous sommes échappés, nous serons déliés de notre serment”. Ils dirent encore: Si tu es hors de ta maison, nous ne serons pas responsables de toi!”.

“Rahab — chacune des semences prédestinées qui êtes ici, sortez et allez chercher les vôtres! Amenez votre père, votre mère, car nous sommes venus sous le signe de l’expiation, là-bas en Egypte, et tout ce que nous n’aurons pas pu mettre sous le Signe périra! Rahab, je te donne un Signe. Un Signe!”. Et je dis cela au Nom du Seigneur! Nous sommes dans la même situation. “Je connais le messager. Je connais l’ange de la colère: c’est Josué, le messager de Dieu, qui apportera la destruction! Je le connais, et il sait qu’il doit y avoir un Signe! Appliquez ce Signe là, et je vous fais serment!…”.

Dieu, Lui aussi, a prêté serment, disant que ceux qui ne seraient pas sous le Signe périraient, et que ceux qui seraient sous le Signe vivraient.

Le même serment, la même chose est valable aujourd’hui et je ne veux pas vous laisser périr avec ceux qui ne croient pas au message. Elle, elle avait entendu parler des oeuvres qui avaient été accomplies, et elle crut!

Mais son père, quelques frères et autres, furent les seuls qui crurent dans toute la ville. Vous voyez comme ils furent peu nombreux? Il y en avait juste un ici et là. De tout un pays, il n’en sortira qu’une petite famille! N’est-ce pas vrai? Cela est parfaitement exact! Ce sont des faits!

Si vous voulez comprendre la réalité, vous devez d’abord voir ce que fut le type. Vous devez d’abord voir ce que fut l’ombre, avant de distinguer la chose réelle.

Il manifesta Sa puissance: le jugement allait venir. Il fallait qu’ils crussent pour pouvoir être sauvés. C’est vrai! Et ces messagers allèrent dans la ville et s’occupèrent de la semence prédestinée, de ceux qui croyaient.

Elle fit de sa maison une église destinée à recevoir les messagers. On ne les aurait pas laissé aller dans les églises. Non! Ils ne vous laisseront pas non plus y aller! Ils vous en chasseront, pour peu que vous disiez quoi que ce soit.

Dans leur ville, tous ceux qui crurent allèrent sous le signe. C’est exactement ce que nous devrions faire aujourd’hui! Si vous désirez que quelqu’un parmi vos bien-aimés, soit sauvé, conduisez-le sous le Signe, maintenant même!

Lorsque Dieu détruisit cette grande cité, le signe garda cette maison. Et pourquoi? — parce que le signe était sur la maison! Alors, le reste de la ville fut détruit! Qu’est-ce que cela signifiait?

Josué, le messager de Dieu… Dieu Lui-même confirma le message de Son messager. Amen! Il le confirma! Ils reconnurent le message. Dieu confirma le message de Son messager, et lorsque le reste de la ville s’écroula, voici que le fil cramoisi était sur la porte de la maison de Rahab — et tout le reste ne fut bientôt plus que décombres.

Les anges destructeurs parcoururent la cité et détruisirent tout ce qui s’y trouvait. Pas le moindre morceau de bois n’en réchappa. Quiconque prenait un objet quelconque — celui qui prenait le moindre fragment de cette dénomination devait périr avec elle. Ils détruisirent tout. Maudit soit l’homme qui la reconstruira. Il en jettera les fondements au prix de son premier-né… Dieu prononça la malédiction sur cette ville, cette grande ville qui refusa le message de grâce et de miséricorde, pendant qu’elle était en sécurité!

Beaucoup de gens pensent aujourd’hui: «Parce que j’appartiens à l’église, je suis en sécurité». Ne croyez pas un tel non-sens. — Le Sang sera pour vous un Signe!

L’Esprit est maintenant un Signe pour vous — la Vie qui était dans le Sang. Pensez-y… Le même signe qu’ils avaient en Egypte — le même signe de vie… Dieu utilise ici le même symbole.

Josué, un type parfait de Christ, fut fidèle au signe que ses messagers avaient prêché. Josué dit: “Ne touchez pas à cette maison et à ce qui s’y trouve. Cela est réservé au Seigneur!”. Amen!

C’était une païenne, une prostituée, mais elle entendit et crut, et elle appliqua le signe.

Peu importe combien vous êtes plongés dans le péché, peu importe ce que vous avez fait! Cela n’a aucun rapport! Appliquez le Signe! Il est pour vous! Si vous sentez dans votre coeur que quelque chose est en train de vous attirer, alors, c’est pour vous! — si vous voulez bien appliquer le Signe!

Le mot Josué signifie Jéhovah Sauveur. De même, Jésus signifie Sauveur. Et Josué, quand il vit ses messagers… ses messagers revinrent, et lui dirent: “Nous avons obéi à tes ordres!”.

“Et nous avons trouvé une femme…” (vous savez, quand nous avons passé les bandes magnétiques) — “Nous avons trouvé une femme qui a cru, et nous lui avons dit tout ce que représenterait ce fil rouge, ce signe…” (j’ai prêché là-dessus.) “Voudrais-tu honorer cela, Josué?”.

— “C’est pour cela que je vous ai envoyés!”. Amen! — Et plus tard, lors de ce bouleversement, la maison ne fut pas détruite.

Lorsque Josué donna le signal de la destruction, lorsqu’ils se mirent à tout détruire, Rahab et les siens furent préservés avec tous leurs biens. Amen! Amen! Tous leurs biens étaient en sûreté dans la maison. Ils restèrent simplement là, n’ayant même pas besoin de regarder par la fenêtre. Ils pouvaient lire l’Ecriture pendant que la bataille se déroulait.

Elle épousa un des officiers d’Israël, et vint habiter Bethléhem, où elle reçut un héritage avec le peuple d’Israël. Et elle donna naissance à un fils qui devint célèbre, etc. D’Obed à Jessé, jusqu’à David. C’est vrai! Rahab la prostituée, parce qu’elle crut le messager, appliqua le signe — sa maison fut sauvée; autrement, elle aurait péri là où elle se trouvait!

Ecoutez bien ceci: comprenez-vous cela? En Egypte, tous ceux qui se tinrent sous le signe furent sauvés. A Jéricho, tous ceux qui se tinrent sous le signe furent sauvés. Aujourd’hui, tous ceux qui vivent sous le Signe seront sauvés. Le Signe du Sang, l’Agneau Sanglant, est un type de Jésus-Christ.

Hébreux 13.10-20… Je n’ai pas le temps de le lire. Notez la référence. On l’appelle “l’Alliance Eternelle”. Le Sang de Jésus est appelé “Alliance Eternelle”. Oui! — “Alliance Eternelle”. [On retrouve ici l’utilisation impropre du mot «éternel», auquel on donne la signification suivante: «qui a un commencement, mais pas de fin» (du moins dans la version anglaise), alors que le vrai sens du mot «éternel» est: «qui n’a ni commencement, ni fin». Le terme d’Alliance Eternelle employé plus haut pourrait être rendu par: «Alliance qui n’a pas de fin» — N.d.T.].

Pourquoi n’est-ce pas une Alliance Eternelle? Parce qu’elle n’a pas besoin d’être éternelle. Quand nous sommes rachetés, tout est alors terminé. Elle dure pour toujours, ce qui signifie un certain temps, jusqu’à ce que le temps… Il n’y en aura pas d’autre. Lorsqu’il n’y aura plus de temps, nous n’aurons plus besoin d’alliance. Mais jusqu’à ce que le temps arrive à sa fin, nous avons besoin de l’alliance.

Rappelez-vous Hébreux 13.10-20: une Alliance “Eternelle”. La promesse de Dieu scellée par le Sang nous libère du péché! Amen! Il n’y a plus de péché en eux. Le péché, la chair… adorez-Le, et manifestez Sa puissance. Le peuple de l’alliance de Dieu, de l’alliance scellée par le Sang et par le Signe, a l’Esprit de Jésus-Christ en lui: “Celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que Je fais”.

Manifester l’alliance. Le Nouveau Testament — Testament veut dire Alliance, n’est-ce pas, Dr Vayle? Testament veut dire Alliance. Le Nouveau Testament, c’est la Nouvelle Alliance. L’Ancien Testament était l’ancienne… par le sacrifice des agneaux, la vie ne pouvait pas revenir sur le croyant. Le Nouveau Testament est l’Agneau de Dieu, et Sa Vie revient sur nous.

Le Sang est la Vie! Dans le Nouveau Testament, le Sang est la Vie. La Vie vient du Sang de l’Agneau, ce qui signifie que le Nouveau Testament, la Nouvelle Alliance, que Dieu… “Après ces jours, j’écrirai ma loi sur les tables de chair de leur coeur”. — non plus sur les tables de pierre et avec le sang des agneaux… Vous pouviez dire: «Oui, j’ai mis le sang là, sur la porte…» — mais sur les tables de votre coeur! “Je ferai avec mon peuple l’alliance de l’Esprit”.

C’est cela qui manifeste Sa puissance. Dans Jean 14.12 Il dit: “Celui qui croit en moi fera les oeuvres que je fais”. Le Nouveau Testament — la Nouvelle Alliance: une Vie nouvelle. Il nous montre que Jésus a accompli pour nous tout ce que Dieu exigeait, afin de nous rétablir vraiment dans la position de fils et de filles de Dieu sous le Sang, sous lequel il n’y a plus de condamnation.

Romains 8.1 dit: “Il n’y a donc maintenant plus aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ”. — non pas pour ceux qui croient, mais pour ceux qui sont EN Jésus-Christ, ceux qui ne recherchent pas la chair, mais l’Esprit.

Et “Ma Parole est Esprit…”. N’est-ce pas vrai? Oh! Si je pouvais encore faire une prédication de quelques heures là-dessus! — mais nous devons nous dépêcher…

Il n’y a plus de condamnation; ils sont libérés du péché, libérés des soucis de ce monde. Il n’y a plus de condamnation… Pour qui? Pour ceux qui ont été baptisés par un seul Esprit, dans un seul Corps. C’est alors que le Sang de l’Agneau a été appliqué. Le Dieu du Ciel vous a agréé. Sa Vie est en vous, et vous êtes des fils et des filles de Dieu.

Votre personnalité est la personnalité de Dieu. Qu’est-ce que c’est? Un petit quelque chose qui aurait été mis en vous?… Non! Dieu est un Dieu qui juge. Il est un Dieu qui corrige! Tout doit être en ordre. Il n’y a pas d’échappatoire! Voilà comment vous devez être, parce que vous avez la nature de votre Père! Faites-y attention!

La vie est dans le sang. C’est la vie elle-même qui est enlevée. La vie est regardée comme étant le Sang. Le sang était appliqué, mais la vie ne pouvait pas venir sur le croyant, en ce temps-là, car c’était la vie d’un animal, et non pas la vie… Mais, vous voyez, au lieu que ce soit un être humain, ce fut un être super-super-surhumain. Et cela fait que l’homme n’est pas seulement un homme ordinaire, mais c’est un fils ou une fille de Dieu, ayant la super-super-super-super-super-Vie qui était en Lui; cette Vie vient en vous, et vous qui étiez un pécheur attaché aux choses du monde, un membre d’église, un membre de dénomination, elle vous transforme en un chrétien né de nouveau, rempli de l’Esprit. Alors vous vous mettez à déborder de la Vie de Dieu qui est en vous, et qui jaillit de vous comme les étincelles d’une enclume. Vous marchez, rempli de vertu, d’amour et de bonté, et le Saint-Esprit agit et parle!

Comment cela se fait-il? En écoutant le message, en considérant la Colonne de Feu, et en recevant l’assurance bénie qui vous fait dire: «Je suis passé de la mort à la Vie!». Alors, il n’y a plus du tout de condamnation. “Si nos coeurs ne nous condamnent pas, nous avons l’assurance de recevoir ce que nous Lui demandons!”.

Mais si le péché est dans notre coeur, alors, il nous condamne. Nous ne pouvons rien faire. Il faut d’abord vous libérer du péché, et la seule façon de vous libérer du péché est d’être en Lui. Christ est le Seul à pouvoir nous mettre à l’abri du péché.

Rappelez-vous que le sang de l’alliance n’était pas agréé sans le signe. Vous ne pouvez pas… Vous direz: «J’ai été sanctifié, et je ne fais plus ces choses!».

Cela, ce n’est pas le Signe! Le Signe, c’est l’Esprit! — l’Esprit de Christ en vous. Croyez-le!

Vous savez que la Parole nous promet quelque chose. Il y a tous ces passages… Je pourrais prêcher là-dessus toute la journée. La Parole nous a fait une promesse, parce qu’Elle est la Promesse. La Parole est la Promesse, et la Parole est Dieu, et la Parole est pour nous.

Nous devenons la Parole, et la Parole devient nous. “Si vous demeurez en moi et que mes Paroles demeurent en vous…”. Alors, nous devenons tous une grande famille. Cela nous donne une assurance; et pourquoi? — parce que la Parole fait partie de nous. Elle devient une partie de nous. Quel sujet de prédication! — Bien!… Elle nous donne l’assurance de la Promesse.

Le Signe nous montre que le prix a été payé, que nous avons été agréés. Or, quand vous allez en train, vous ne pouvez pas recevoir votre billet avant d’avoir payé. Et comment allez-vous le payer? — Il est simplement payé! C’est vrai! Croyez-le! Acceptez-le!

L’obéissance totale à toute la Parole de Dieu vous donnera le droit de recevoir le Signe. L’OBEISSANCE TOTALE — non pas seulement à une partie, à ce que votre dénomination accepte, mais à tout! L’obéissance totale à la Parole qui est Christ vous conduit en Christ.

Qu’en serait-il si vous étiez entièrement dedans, mais que vos pieds restaient à l’extérieur? ou si vos mains pendaient au-dehors? Nous sommes presque complètement à l’intérieur, mais le coeur reste dehors. Le coeur reste dans le monde. Mais nous ne devons pas faire cela! L’obéissance parfaite, totale, fait que la Parole et vous devenez UN. Vous en croyez chaque fragment, et tout est en vous, et vous la voyez agir au travers de vous.

Vous ne vous conduisez pas n’importe comment. Vous êtes un Chrétien. Peu importe ce que disent les autres, cela ne vous touche pas: vous êtes en Christ. Vous êtes parfaitement en sécurité. Lorsque la mort frappe à votre porte, elle n’a aucun pouvoir sur vous. Pourquoi cela? Parce que, pour vous, c’est simplement sortir d’un monde pour entrer dans un autre!

Votre âge n’a aucune importance. Vous êtes affranchi de l’âge: vous êtes dans l’Eternité, parce que vous êtes en Lui. Il est Eternel. Que vous soyez jeune, vieux, d’âge moyen! Que vous soyez beau, laid, petit, gros… cela n’a aucune importance!

Vous n’allez plus vous amuser et faire ce genre de choses. Vous avez dépassé cela. Vous êtes mort. Votre vie est cachée avec Christ en Dieu. Vous êtes scellé en Lui par le Saint-Esprit, et vous marchez en Christ. Christ est la seule chose que vous voyez. C’est vrai. C’est tout ce que vous désirez.

Il n’est pas étonnant qu’alors, vous chantiez ce cantique:

«Remplis-moi chaque jour de Ton amour,
Quand j’avance avec la Divine Colombe.
Que je marche en chantant, le sourire aux lèvres».

Que je sois votre frère. Que je sois un exemple comme Christ l’a ordonné. Que je sois un frère pour le frère, un frère pour la soeur. Que je sois un prédicateur pour les prédicateurs. Que je sois l’exemple des exemples. Que je montre au monde que cette Parole est Christ; la seule manière de le faire est d’être en Lui, car je ne peux le faire de moi-même. Vous ne pouvez pas le faire, mais laissez la Parole et vous devenir Un, et alors, vivez-la!

Vous êtes un message vivant de Jésus-Christ dès le moment où Il exerce toute Son action sur vous — sur chaque parole que vous prononcez… S’Il vient vers vous, disant: «Je désire faire ceci», et que vous disiez: «Non, je ne crois pas cela», alors, vous n’êtes pas pleinement dans la Parole.

Faites bien attention à ce que je vais dire. C’est la pleine obéissance à toute la Parole qui nous donne le droit de porter le Signe. Ainsi donc, lorsque nous prions, nous devons présenter le Signe, avec notre prière. Si vous dites: «Seigneur, je Te prie; mais je n’ai pas réellement…» alors, cela ne servira à rien! Entrez d’abord, et prenez le Signe premièrement, car c’est le Signe qu’Il acceptera. Lorsque nous prions, nous devons présenter le Signe: «Seigneur, je T’ai obéi fidèlement. Je me suis repenti de mes péchés. Je crois que Tu m’as pardonné. J’ai été baptisé dans le Nom de Jésus-Christ. Le Saint-Esprit est en moi. Maintenant, j’ai besoin de quelque chose pour Ta gloire, Seigneur, je Te le demande. Je l’ai reçu maintenant!».

Alors, quelque chose va s’ancrer là-bas, et — pfffh!… [Frère Branham émet un sifflement — N.d.R.]

Et cela vous appartient! Alors, tout est terminé. Tout est arrangé. Je demande ceci. Je demande cela. J’en ai besoin pour Ta gloire! — Alors, Il vous le donne tout simplement, et vous savez que vous l’avez reçu. C’est ainsi que nous procédons avec nos enfants, etc… Nous appliquons le Sang. Croyez-le! Tout est là!

Bien! Et alors, que fait-Il? Lorsque vous pouvez présenter ce Signe avec votre prière, cela montre que vous vous êtes entièrement soumis à toute la Parole de Dieu. Quand vous avez reçu le Signe, cela montre que vous avez obéi à chaque Parole, et qu’alors vous et la Parole êtes Un — et ainsi, vous ne faites plus rien d’autre que de demander pour ce que vous êtes.

Alors, si je dis: «Main, obéis-moi! Va chercher ce mouchoir!» elle le fait. La main m’obéit! Pourquoi? — parce qu’elle est une partie de moi. Ainsi donc, lorsque vous et la Parole devenez Un, toute promesse… Gloire à Dieu! Toute promesse est à votre disposition! Elle vous obéit. Alors, vous prenez garde à ce que vous allez faire!

Vous n’iriez pas mettre votre main dans le feu pour voir si vous pouvez le faire! Mais si, dans ce feu il y a quelque chose que je dois aller chercher, elle m’obéira. C’est vrai! Vous devez prendre garde à ce que vous faites.

C’est la raison pour laquelle le Saint-Esprit est donné si parcimonieusement. Vous comprenez ce que je veux dire? un vrai serviteur de Dieu n’en fera pas un spectacle, quelque chose qu’il ferait pour se mettre en évidence.

Lorsque nous prions, nous devons présenter le Signe. Il montre que nous avons pleinement obéi.

Paul nous dit que c’est le sang qui parle [Hébreux 12.24 — N.d.T.] Nous savons tous que le sang, lui-même, ne peut pas réellement parler. C’est un corps chimique. N’est-ce pas vrai? Combien le savent-ils? Combien savent que le sang parle? Vous pouvez lire quelque chose à ce sujet dans Genèse 4.10. Dieu dit: “Qu’as-tu fait de ton frère? La voix du sang de ton frère crie de la terre jusqu’à moi!”. Amen! N’est-ce pas vrai? Son sang criait — Alléluia! Dieu dit: “Qu’as-tu fait de lui?”.

Il répondit: “Suis-je le gardien de mon frère?”.

Mais Dieu dit: “Son sang crie jusqu’à moi! Son sang crie jusqu’à moi!”.

C’était un signe. C’était le signe qu’il avait été tué. Le sang d’Abel criait contre Caïn jusqu’à Dieu.

Si vous avez trouvé cela dans Genèse 4.10, lisez aussi Hébreux 12.24: “… du sang de l’alliance qui parle mieux que celui d’Abel”.

Abel était un juste. Il mourut. Il mourut innocent, parce qu’il était juste. Il marchait dans la bonne voie de la révélation qu’il avait reçue. Son sang cria. Le sang juste d’Abel cria contre Caïn. Mais le Sang de Jésus-Christ n’a pas simplement crié: Il nous a rachetés. Amen!

Il parle de meilleures choses. Il fait de vous des fils et des filles. Il vous protège de la colère de Dieu. Le sang d’Abel ne pouvait pas protéger Caïn; le Sang de Jésus, Lui, peut le faire. Amen!

Aujourd’hui, Caïn réapparaît. Si vous avez persécuté la Parole, disant: «Le temps des miracles est passé! Toutes ces histoires n’ont aucun sens, etc…» — malgré tout, Il crie. Le Sang de Jésus-Christ crie qu’Il nous a pardonné — si vous voulez bien L’accepter!

J’aimerais que nous puissions nous arrêter un moment sur ce sujet: le Sang qui parle de meilleures choses.

Courez vous mettre à l’abri! Ensuite, appliquez le Sang. Voilà ce que vous devriez croire. Vous avez besoin d’être en sécurité. Vous croyez à cette mesure de sécurité, alors, appliquez le Signe à toute votre famille!

Vous direz: «Comment faire?».

— «Réclamez-le! S’il a agi en vous, alors vous et la Parole devenez Un! Amen! Amen! Assurez-vous qu’Il agisse en vous tous! Vous et la Parole êtes Un. Appliquez-Le ensuite à vos enfants. Appliquez-le à ceux que vous aimez, comme le fit Rahab. Elle appliqua le signe à son père, à sa mère, à ses frères et à ses soeurs. Elle les réunit tous sous le signe. Vous devez L’appliquer. Dites: «Seigneur, je viens chercher mon fils. Je viens chercher ma fille. Satan, je te la réclame, laisse-la tranquille! Je viens la chercher. Je viens appliquer mon Signe!». Le Saint-Esprit… «Oh, Esprit Saint qui vis en moi, empare-toi de ma fille! Je vais auprès d’elle maintenant, revêtu de cette onction! Il m’exaucera! Amen!».

C’est ce qu’ils firent en Egypte. C’est ce qu’ils firent à Jéricho. Si vous voulez lire un autre passage, lisez Actes 16.31. Paul dit au geôlier: “Je suis le messager pour ce temps. Crois-moi! Crois au Seigneur Jésus-Christ, et tu seras sauvé, toi et ta maison” (Darby).

N’est-ce pas vrai? Croyez pour votre maison! Amenez-les tous sous le Signe!

Vous avez vu le Dieu du Ciel faire un miracle juste avant le jugement. Vous avez cru. — «Que puis-je faire?».

Il a dit: “Lève-toi et sois baptisé!”.

Paul le baptisa et lui dit: “Crois au Seigneur Jésus-Christ, et toi et toute ta maison serez sauvés”.

Croire à quoi? — Crois au Seigneur Jésus-Christ pour toute ta maison. Applique le Signe sur ta maison. Que feras-tu quand tu appliqueras le Signe sur ta maison? Jette dehors toutes les ordures! Toutes ces jupes trop courtes, tous ces shorts, les cartes, les cigarettes, télévision, etc… jette tout cela à la porte! Tu as appliqué le Signe, n’est-ce pas? Oui! Alors, débarrasse-toi de tout cela! Tous ces bals, ces “parties”, ces danses, journaux vulgaires, toutes ces choses du monde, jette tout cela dehors! Dis: «Nous allons nettoyer cette maison!».

C’est ce que fit Jacob. Il dit à sa femme et à tous les siens: “Lavez vos vêtements, et jetez dehors ces idoles!”. Amen!

Que fit Josué, avant de passer le Jourdain? — “Lavez vos vêtements, n’allez pas vers votre femme, etc… préparez-vous! car dans trois jours, nous allons traverser le Jourdain!”. Amen!

Ils se préparèrent. Ils appliquèrent le Signe. Amen! C’est ce qu’il faut faire.

Préparez-vous! Appliquez le Signe! Croyez! Purifiez-vous! Que vos enfants, que votre famille, que tous ceux que vous aimez voient cela en vous. C’est vrai! Cela aura de l’effet! Oh, oui!

Appliquez le Signe dans la prière, avec respect, avec foi. Appliquez-le avec amour. Vous savez que toutes ces choses vont arriver. Appliquez-le avec confiance, croyant qu’il agira.

Lorsque vous parlez à votre enfant, lorsque vous parlez à votre mari, lorsque vous parlez à votre femme, lorsque vous parlez à un être qui vous est cher, croyez que le Signe vous viendra en aide; dites: «Seigneur, je les réclame. Ils sont à moi! Je veux Te les apporter, Seigneur!».

Appliquez le Signe. Créez cette atmosphère autour de vous, afin qu’ils en soient pénétrés. Oh, si vous avez reçu le Signe, vous créerez autour de vous un esprit de puissance, en sorte que les gens verront que vous êtes un Chrétien! Vous leur parlerez avec amour. Ils croiront votre parole, tout ce que vous dites; ils se fonderont sur ce que vous leur dites.

Appliquez le Signe! Marchez avec Lui! Réclamez toute votre famille! Vous devez le faire, le faire maintenant! C’est le temps du soir!

Il y a déjà longtemps que vous écoutez ce message. Maintenant, c’est le soir! C’est le moment de le mettre en pratique! Un de ces jours, la colère va frapper, et alors, il sera trop tard. Appliquez le Signe avec confiance!

Si vous voulez lire quelque chose à ce sujet, lisez Ephésiens 2.13. Notez-le, si vous voulez, Ephésiens 2.13: “Nous ne servons pas des oeuvres mortes, mais un Dieu vivant, par des oeuvres vivantes”. Amen!

Oh, mon Dieu! Des oeuvres vivantes, des signes vivants! Croyez-vous aux signes vivants? Notez aussi Hébreux 9.11-14! Des signes vivants! Des oeuvres vivantes! Appliquez cela! — et non pas des credo morts.

«Je veux conduire mon garçon à l’église, et l’y faire inscrire…». Un brave garçon, un bon chrétien, un ami, vint ici et fut baptisé. Sa mère lui avait dit: «J’aurais préféré que tu ailles te faire baptiser dans une plus grande église!». — Mais il ne voulait pas de ces vieux credo morts, etc.

Nous ne servons pas des credo et des dieux morts. Nous servons un Dieu vivant, dont le Sang fut versé, et le Signe a été mis sur nous afin que nous vivions. Amen!

Ne servez pas des credo morts. Ils renient le Signe et les choses semblables. Ils disent que le temps des miracles est passé, que le baptême du Saint-Esprit n’existe pas. Pourquoi iriez-vous vers ces choses-là? N’y allez pas!

Appliquez le Signe, et servez le Dieu vivant, accomplissant des oeuvres vivantes et des signes vivants! Des signes qui guérissent les malades, qui ressuscitent les morts, qui prophétisent, annonçant les choses à venir, montrant des signes dans le ciel et sur la terre — des signes et des miracles. Amen! Disant exactement ce que la Bible dit qui arriverait. Servez le Dieu Vivant! Appliquez le Signe!

N’allez pas dans ces églises vous joindre à des oeuvres mortes, et choses semblables, parce qu’elles ne croient même pas aux signes! Mais nous qui croyons… Amen!

Elles disent qu’il n’y a pas de signes; que ce que nous disons est absurde! que c’est de la folie; qu’il n’existe rien de semblable, que la manière dont les femmes s’habillent… — Et pourtant, la Bible dit qu’il y a des signes! — «Qu’est-ce que leurs cheveux ont à voir avec…». Il est Dieu! et cela veut dire quelque chose!

Eux pensent que c’est de la folie, mais nous qui croyons, et qui connaissons la Vérité, nous savons que cela, c’est Sa Présence Vivante, car Il fait maintenant les mêmes oeuvres qu’Il fit quand Il était sur la terre. Amen!

Ils disent: «Ils s’imaginent simplement voir cette Colonne de Feu!».

Oh, non! pas du tout! Nous n’imaginons rien du tout! Ils pensèrent que Paul, lui aussi, avait imaginé ce qu’il disait avoir vu. L’Egypte aussi pensa qu’Israël avait imaginé la Colonne de Feu, mais pourtant, c’est elle qui le conduisit vers la Terre Promise.

Hébreux 13.8 nous dit: “Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement”. Notez ce passage! Il est toujours le Même! Mais eux disent que cela vient de notre imagination.

Je note tous ces passages, afin de pouvoir les retrouver facilement.

C’est Sa Présence Vivante, car Il agit de même par Son Esprit. Ainsi, si nous nous égarions vers quelque credo ou dénomination, nous saurions tout de suite qu’il ne s’agit pas de Christ, n’est-ce pas? Si je vous conduisais dans quelque credo ou autre, c’est parce que j’aurais été envoyé par une dénomination. Mais je ne vous apporte aucun credo, et je ne vous enseigne pas une doctrine de dénomination; je vous enseigne la Parole de Dieu, qui est la Puissance de Résurrection de Jésus-Christ manifestée, non seulement pour moi, mais pour quiconque veut bien l’accepter.

Je suis votre frère. Je ne suis pas quelqu’un de grand et vous quelqu’un de petit. Nous sommes tous petits en Dieu. Nous sommes Ses petits enfants. Nous ne savons rien de ce que nous devrions réellement savoir. Il nous fait connaître ce qu’Il veut bien nous révéler, et nous Lui sommes reconnaissants pour ce qu’Il nous fait connaître de Ses bénédictions.

Et je ne garde pas ces choses pour moi seul. Je désire les partager avec vous. Je désire que vous y entriez, que vous receviez ce Signe. Et si vous ne l’avez pas reçu (je sais que la plupart d’entre vous l’avez reçu), si quelqu’un ne l’a pas reçu… (vous comprenez, je parle aussi pour les bandes enregistrées.) Beaucoup d’entre vous… (je ne parle pas pour cette église, où tous sont sortis du monde, je pense), mais il y en aura des milliers de milliers qui entendront ces bandes. Cela est un ministère. Il y aura bien quelqu’un qui va se faufiler dans Jéricho avec une bande. C’est pourquoi nous devons amener à Christ cette semence prédestinée, quand cette bande ira là-bas, parce que la Colère va venir!

Nous savons que ce Signe est la Présence du Dieu Vivant. Cela nous prouve que Dieu L’a ressuscité selon la Promesse de Sa Parole. “Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus”. Jéricho et l’Egypte ne Me verront bientôt plus. Mais vous, vous Me verrez, parce que Je (Je, pronom personnel auquel tout se réfère toujours) serai avec vous! Je suis le Signe! Ma résurrection est le Signe. Les oeuvres que Je fais M’identifieront en vous.

“Comme il en fut au jour de Lot, ainsi en sera-t-il au jour de la venue du Fils de l’homme…”. — Quand le message du soir sera répandu. Car vers le soir, la lumière paraîtra. Elle paraîtra juste vers le soir! Gloire à Dieu! “Avec toi, je me précipite sur une troupe en armes; avec mon Dieu, je franchis une muraille”.

“Vers le soir, la lumière paraîtra”. C’est vrai! C’est le prophète qui l’a dit. De même: “Je serai avec vous…”. — «Je serai dans l’âge de Luther; Je serai dans l’âge de Wesley, dans l’âge de Pentecôte…». Mais: “Juste vers le soir, la Lumière paraîtra!”. Les dénominations s’éteindront peu à peu, et alors, le Signe sera appliqué!

Tous ceux dont le coeur est sincère, jusqu’à… Ils ne seront pas rendus parfaits sans nous, mais en vous… La Tête doit aller chercher le pied. La Tête doit aller chercher la main. La Tête doit aller chercher le coeur. La Tête doit aller chercher la bouche… La Tête doit aller… C’est le temps de la fin.

Nous sommes au temps où le sang fut appliqué sur le linteau et les poteaux de la porte. Alors: “Quand Je verrai le Sang, Je passerai par-dessus vous”.

Maintenant, je vais me dépêcher. Nous n’en avons plus que pour 5 ou 10 minutes.

Il prouve que Dieu L’a ressuscité des morts. Le croyez-vous? Il est vivant parmi nous aujourd’hui. Et Christ est avec nous jusqu’à la fin — jusqu’à la consommation, (cela ne veut-il pas dire jusqu’à la fin du monde? — jusqu’à la fin du monde.) Selon la Promesse de Sa Parole. Il l’a promis. “Vous ferez aussi les oeuvres que je fais…”.

Pour nous, ce n’est pas de la folie! C’est le Signe, le Signe. Nous acceptons Son Sang sacré, le Sacrifice… Nous acceptons Son Sacrifice sanglant. C’est Lui qui nous donne la Vie, c’est le Signe, un Sceau de Sa promesse. Ephésiens 4.30 a-t-il dit: “N’attristez pas le sang…?”. — non! mais: “N’attristez pas le Saint-Esprit, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption”. — «Vous avez été scellés; vous êtes un Signe; le Saint-Esprit sera le Sceau…».

Quand quelque chose est scellé par un sceau, vous ne devez pas briser le sceau! On ne peut briser le Sceau de Dieu. Non! “N’attristez pas le Saint-Esprit, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption”. — quand le corps sera ressuscité.

C’est un signe qui nous montre que la semence a été fécondée par la Vie Eternelle, croissant… ma propre vie, et je le ressusciterai au dernier jour.

Dans votre marche, vous avez confiance en ce que la Vie de Christ est en vous, et que vous êtes en Lui. Par un Seul Esprit, nous sommes tous baptisés en un seul Corps, où nous sommes scellés par le Saint-Esprit, parmi les croyants, jusqu’au jour où Jésus nous ressuscitera.

Oh, mon Dieu! appliquez le Signe! Voilà ce que cela signifie pour nous. Nous croyons que le Sacrifice nous donne la Vie, ce qui est vrai! Nous recevons le Signe, et nous appliquons ce Signe qui est notre Sceau, jusqu’à ce que…

… Ayez part à cela! Que tout cela est glorieux! Nous sommes devenus participants (étant baptisés par ce seul Esprit), de ce Corps mythique — ai-je dit ce mot correctement? — mystique, le Corps mystique de Jésus-Christ.

Vous voyez, le Saint-Esprit m’a arrêté: «Tu dis quelque chose de faux!». Que je suis bête! Il m’a dit: «Tu dis quelque chose de faux!». J’ai dit mythique au lieu du Corps mystique de Jésus-Christ. Le Corps mystique de Jésus-Christ. Nous n’avons pas besoin d’instruction, c’est du Saint-Esprit dont nous avons besoin! De Lui! Cette faute aurait pu induire en erreur un pasteur ou un prédicateur. J’espère que tout est en ordre — le Corps mystique. Il y a une raison, parce qu’Il n’aurait pas voulu dire cela. Il est ici maintenant. Il est ici, en chaire! Il est là! C’est Lui!

En Lui, il n’y a pas de mort. En Lui, il n’y a pas de tourment. En Lui, il n’y a pas de péché. En Lui, il n’y a pas de maladie, ni de mort. Nous sommes en Lui!

Et si Satan essaie de faire quelque chose contre vous, comme de vous rendre malade, alors, prenez votre Signe, et appliquez-le! Prenez votre Signe, et appliquez-le, parce que vous êtes quelque chose pour quoi Jésus a payé le prix. Le Signe est là pour témoigner de ce que le prix a été payé.

Satan vous dira: «Quand tu meurs, tu es perdu!».

Dites-lui: «C’est faux! Je suis quelque chose qui a été racheté. J’ai le Signe!».

Qu’est-ce que le Signe? Satan le connaît! N’essayez pas de le tromper, car il le connaît.

Si vous discutez avec certains prédicateurs, ils vous contrediront! Satan, lui, ne le fera pas. Il sait à quoi s’en tenir! Il s’est opposé à Lui deux ou trois fois, et a commis l’erreur d’essayer de Le tenter. Il sait de quoi vous parlez!

Montrez-lui ce Signe, et il s’enfuira. Pourquoi? Vous êtes une boîte scellée. Il ne peut pas l’ouvrir pour y introduire quelque chose de mauvais. Dites simplement: «Retire-toi, j’ai été scellé!».

Oui, vous êtes un produit scellé! Vous avez été racheté. Gardez le Signe au-dessus de votre foi inébranlable en Sa Promesse. Observez-Le: “La prière fervente du juste a une grande efficace”.

Prenez le Signe! Il est là pour cela! Satan est là pour vous tenter. Il était en Egypte pour tenter. Quand Rahab mit ce fil, j’imagine qu’il y eut des soldats qui se moquèrent d’elle, disant: “Vous avez vu cette vieille folle, là-haut? Elle a complètement perdu la tête! Voyez ce qu’elle a fait! Avez-vous jamais vu une chose pareille? Le Dr Jones nous a pourtant bien dit: Ces choses n’ont aucune signification!”.

— Pourtant, elles en avaient, parce que le messager venant de la part de Dieu avait apporté le message, et le leur avait communiqué.

Nous pouvons imaginer les Egyptiens disant: “Regardez cette bande de fanatiques qui mettent du sang… Quel travail pour nettoyer tout cela! Barbouiller de sang ces belles maisons! Quelle saleté! Comme cela va sentir mauvais, dans quelques jours! Et tout cela pour rien! Cela n’a aucun sens! Vous savez quoi? C’est leur ‘saint père’ Untel qui leur a donné cet ordre!”. — Mais tout cela avait pourtant un sens! Cela a un sens pour nous qui croyons.

Rappelez-vous: votre foi inébranlable dans la Parole… Vous n’êtes plus des Eve. Vous n’êtes plus de ces sceptiques qui font des compromis avec Satan. Vous gardez chacune des Paroles de Dieu.

Eve avait dit: “Le Seigneur a dit ceci”.

Mais Satan lui répondit: “Mais, tu sais, le Seigneur ne fera sûrement pas cela à une personne aussi bien que toi. Tu es si jolie!”.

Et pourtant oui, Il le fera. Il a dit qu’Il le ferait.

— «Eh bien, mon père était pasteur. J’ai été pasteur moi-même…».

Cela ne vous servira à rien du tout! Sans le Signe, vous êtes perdu! La colère est sur vous, sur vous tous qui n’avez pas le Signe. Il a dit qu’Il le ferait, et Il le fera. C’est une chose certaine. Il a dit qu’Il le ferait.

— «Je crois que le temps des miracles…».

Pourtant, Lui a dit qu’il n’était pas passé. “Je suis le même hier, aujourd’hui, et éternellement”. C’est cela, qu’Il nous démontre. Les autres ne le croient pas. Mais nous le croyons. Nous savons que c’est la Vérité.

Etant dans la Vérité, nous devenons participants de la Parole, et alors, nous prenons le Signe, l’Esprit, avec la promesse: “Je suis l’Eternel qui te guéris”. Alors, préparez-vous pour le service de guérison de ce soir. Prenez le Signe! Mettez-le sur la Parole, sur votre foi inébranlable en cette Parole. C’est cela qui chasse Satan, parce qu’en Christ, nous sommes affranchis.

J’aimerais pouvoir apporter quelques témoignages sur ces choses que j’ai vu se passer il y a quelques semaines. Que de témoignages je pourrais donner! Vous savez ce qu’a dit Jean: “… si on les écrivait en détail, je ne pense pas que le monde même pût contenir les livres qu’on écrirait”.

Si j’écrivais en détail ce que je L’ai vu faire, il n’y aurait pas assez de place sur ce podium pour empiler tous les livres que cela ferait. Il a accompli plus de choses dans mon ministère que dans le Sien! Rappelez-vous cela: Il a eu plus de succès que moi dans mon ministère — c’est Lui, et non pas moi. Gloire à Dieu! Alléluia! Il a eu plus de succès à Jeffersonville qu’à Nazareth! C’est vrai! Dans cette méchante cité! Amen! Gloire à Dieu! Là-bas, Il ne put pas faire de miracles, mais ici, oui! Il a quand même fini par pouvoir pénétrer ici! Il a pu le faire!

Il se peut qu’Il ait dû prendre des gens de l’extérieur, mais Il y est arrivé malgré tout. Et Il a eu plus de succès ici qu’a Capernaüm ou Nazareth ou… Il a fait plus de miracles ici, dans ce tabernacle, qu’il n’en a fait partout ailleurs dans le monde. C’est vrai!

Alors, qu’en est-il du reste du monde? Oh, eh bien, voilà ce qu’Il a fait! Ne l’oubliez pas: ce qu’Il a fait, et non pas ce que moi j’ai fait; parce que moi, je n’ai rien fait. Je n’ai fait que L’aimer et me soumettre à Lui, et dire ce qu’Il a dit. Le Saint-Esprit est aussi descendu sur d’autres personnes; elles ont cru ce qu’Il a dit, et alors, Il a pu accomplir l’oeuvre. C’est tout!

S’il peut faire en sorte que nous croyons tous… Que ferait-Il en ce moment-même, s’Il pouvait nous amener tous à croire? Il n’y aurait plus un seul malade dans tout le pays! — s’Il pouvait nous amener tous à croire. Tout serait alors terminé.

Déployez votre Signe au-dessus de la foi inébranlable que vous avez en la Promesse de Sa Parole, et alors Satan s’en ira!

Maintenant, je vais terminer.

A une autre occasion, Dieu donna aussi un signe au monde. C’était l’arc-en-ciel. Vous en souvenez-vous? Il est toujours resté fidèle à ce signe, car Il le donna pour signe. Et pendant tous ces millénaires, Il n’a jamais manqué de manifester ce signe. N’est-ce pas vrai? Pourquoi cela? — Parce qu’Il l’honore! Il l’a donné. Il a donné un signe au monde, lui montrant par là qu’Il ne le détruirait plus par le déluge. Et depuis ce jour, Il a toujours montré ce signe!

Il y a quelque chose dans l’air qui créa l’arc-en-ciel. Lorsqu’il pleut et que le soleil se montre, il apparaît. Le soleil assèche la pluie. Il montra ainsi qu’il ne tomberait jamais plus assez d’eau pour détruire la terre. C’est Son alliance. C’est un signe. Il a dit: “Cela te servira de signe”.

Il a honoré Son signe. Il l’a honoré aux jours de Noé. Il le montre encore maintenant. Il honora Son signe en Egypte. Il l’honora à Jéricho. Il L’honore aujourd’hui. Il honore toujours Ses signes, quand Il les manifeste.

Pendant tous ces millénaires, Il aima manifester ce signe. Il ne l’a jamais oublié. Il n’oublie jamais Son Signe. Peu importe combien le monde change, l’arc-en-ciel est toujours là. Il honore le signe. Il l’honore encore de nos jours. Il honore Son Signe.

Peu importe combien l’église change, et ce qu’elle peut bien faire. Dieu honore toujours Son Signe, et seulement lui. Il nous montre ainsi qu’Il honore toujours ce qu’Il fait et ce qu’Il dit. Nous respectons cela. Je le respecte.

Il attend aussi de nous que nous étendions Son Signe au-dessus de notre foi, face à Satan et à tous ses cultes d’incrédulité et à ses dénominations — que nous croyons que Sa promesse est vraie, et qu’Il fera ce qu’Il a promis de faire. C’est cela, l’Eglise!

Il n’est pas étonnant qu’ils ne fassent pas le moindre progrès, et qu’ils retombent sans cesse dans leurs dénominations, formant une bande d’intellectuels instruits, cultivés et bien habillés. Cela ne les mène nulle part, parce que le signe qu’ils brandissent est: «Je suis un méthodiste!». «Je suis un Presbytérien!». C’est effectivement ce qu’ils sont! Mais les croyants, eux, prennent le Signe!

Ce que Jésus commença en Galilée, Il le continue maintenant en manifestant le Signe du Saint-Esprit revenu sur l’Eglise. Car ce n’étaient pas les Actes des apôtres, c’étaient les Actes du Saint-Esprit dans les apôtres — le Signe, c’était cela.

Ils dirent qu’ils remarquèrent Pierre et Jean, alors qu’ils passaient par la Belle Porte. Ils étaient ignorants. Ils auraient pu dire: “Je vais vous dire quelque chose…”. Ils auraient pu être pleins d’une connaissance qu’ils ne comprenaient pas. Ils auraient pu connaître toutes les mathématiques des Saintes Ecritures, mais ce que les gens remarquèrent, c’est qu’ils avaient été avec Jésus. Ils avaient montré le Signe, parce que l’Esprit qui était maintenant sur eux était le même qui était sur Lui, avant Sa crucifixion. Après la résurrection, cet Esprit était venu sur eux. Amen!

Il fut ainsi manifesté selon ce qui est dit dans Hébreux 13.8: “Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement!”. C’est pour cela que nous savons qu’Il vit. Comment savons-nous que nous avons la Vie? — Parce qu’Il est vivant! Et nous savons que si nous vivons, c’est parce que nous sommes semblables à Lui, que nous sommes en Lui. Il a dit: “Parce que Je vis, vous vivrez aussi”. Apocalypse: “Je suis Celui qui était mort, et voici, Je suis vivant au siècle des siècles!”.

Si nous mourons à nous-mêmes et que nous devenons vivants en Lui, nous avons la Vie Eternelle. Alors, Sa Vie est en nous, et Elle se manifeste comme n’importe quelle autre vie. Elle manifeste ce qu’Il est. Et c’est cela qui fait qu’Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement.

Qui pourrait nier cela? Ne discernez-vous pas les oeuvres mortes? Servez le Dieu vivant par l’alliance éternelle de la Vie qui était dans le Sang de Jésus-Christ.

Avançons. Oh, j’aimerais pouvoir manifester pleinement le Signe de Sa grâce, de Son amour! Et tant que le Signe n’est pas appliqué…

C’est un signe. Qu’est-ce qu’un signe? C’est quelque chose qui montre qu’une dette a été payée; le prix demandé a été payé. Le prix de notre salut était la mort, et personne ne pouvait le payer, si ce n’est Christ. Ce n’est pas l’esprit d’une dénomination, ni l’esprit d’un pape, ni l’esprit d’un homme ou de quelque saint, mais c’est l’Esprit de Jésus-Christ qui, descendu sur l’Eglise, est un Signe montrant que la dette a été payée, et que la loi de Dieu a été accomplie. Alors, nous et Lui sommes Un: “En ce jour, vous connaîtrez que je suis dans le Père, et que le Père est en moi, que moi je suis en vous, et vous en moi”.

Appliquez le Signe! Appliquez le Signe de Sa résurrection, afin que Lui, ayant été ressuscité pour notre justification, nous, nous soyons ressuscités avec Lui. Et maintenant, nous sommes avec Lui dans les Lieux célestes en Jésus-Christ, réunis par la communion fraternelle du Signe.

Pendant qu’au dehors, les cris retentissaient, les enfants d’Israël étaient assis dans leurs maisons et n’avaient aucun souci à se faire. La seule chose importante était de s’assurer que le Sang avait été mis sur la porte.

Et maintenant encore, c’est la seule chose dont nous ayons à nous soucier. Il y a des tourments, chers amis! Mais cela ne durera pas bien longtemps encore. Le malheur frappe! Vous le savez. Soyez bien sûr que le Signe se trouve sur votre porte! — le Signe, c’est le Saint-Esprit. “Car nous sommes baptisés par un seul Esprit pour former un seul Corps et être rendus participants de Sa Gloire”.

Marchons vers le Pays de la Promesse! L’aimez-vous, Lui? Croyez-vous au Signe? Combien d’entre vous aimeraient pouvoir dire: «Frère Branham, priez pour moi, afin que je vienne sous le Signe!»? Inclinons nos têtes.

Seigneur Jésus, plein de Grâce, lorsque le monde était dans le péché et que rien ne pouvait le sauver, alors Dieu plein de miséricorde, Tu montras par un type qu’un Signe viendrait qui aurait le pouvoir d’ôter le péché — non pas seulement de le couvrir, mais de l’ôter! Jésus vint au temps fixé, et répandit Son Sang, Sa Propre Vie, faisant ainsi l’expiation de nos péchés, et ensuite, revenant sous la forme du Saint-Esprit qui est maintenant un Signe que l’Eglise doit garder jusqu’à Son retour. Car l’apôtre Pierre a dit: “La promesse est pour vous et pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur en appellera”.

Seigneur, par Ta grâce, par Ton secours, je revendique quiconque écoute ce message. Je les revendique pour Dieu. Je Te prie, Seigneur, aussi bien pour ceux qui sont ici ce matin que pour ceux qui écouteront cette bande.

Et s’il y a une semence prédestinée, où qu’elle soit, qui entende la Parole pour ces derniers jours, alors, Seigneur, puisse-t-elle venir maintenant, en toute humilité, et apporter sa nature au pied de la Croix, comme un témoignage de la grâce de Dieu qui l’a appelée. Et puissent-ils être remplis du Saint-Esprit, et puissent-ils, pendant le reste de leur séjour sur cette terre, manifester le Signe de la Vie que Jésus-Christ manifesta dans Sa résurrection. Accorde-le nous, O Seigneur!

Seigneur, il se peut que je n’aie pas parlé très clairement, mais dans ce cas, je prie que le Saint-Esprit veuille bien prendre ces paroles, et les présenter comme elles auraient dû être présentées, afin que les gens comprennent en toute simplicité; et fais-leur connaître que l’amour est correctif. Qu’ils puissent connaître ces choses, parce que l’heure dans laquelle nous vivons est la dernière, et que la venue du Seigneur est proche. Nous voyons partout dans le monde les lumières rouges qui nous rappellent que le temps est proche.

Puissent ces gens recevoir le Saint-Esprit, c’est là ma prière, et je Te la présente au Nom de Jésus-Christ. Et que cela nous soit un Signe pour le restant de nos jours, comme Tu l’as promis. Il est facile de Te demander cela, parce que Tu as promis qu’il en serait ainsi, et je sais qu’il en sera ainsi. Nous Te le demandons au Nom de Jésus. Amen.

Gardons encore nos têtes inclinées un moment, et ayons la foi! J’ai prié pour vous de tout mon coeur. Je prie avec sincérité, aussi bien que je le peux. Voyez, je suis tout à fait conscient que… comprenez bien ceci. C’est avec le secours de vos dîmes et de vos offrandes que je peux vivre. C’est votre soutien dans cette église qui me permet d’aller prêcher. Il y a votre amour, vos amen!, votre communion fraternelle, vos bonnes paroles; tout cela se répand dans le monde, dans les différents états de cette nation. Ce sont vos paroles qui aident à répandre le message. C’est vous. Nous sommes tous participants de cette oeuvre avec Christ. Nous sommes tous des frères et des soeurs, et Il est notre Roi. Et je vous aime. Où je suis, j’aimerais que vous soyez aussi.

Je parcours tout le pays pour pouvoir vous parler de temps en temps. J’aime vous rencontrer ici le dimanche matin. Je vous aime. Je vous ai toujours aimés. Quelquefois, je suis obligé de vous parler durement, mais c’est seulement pour que vous vous corrigiez. C’est parce que je vous aime, vous comprenez.

Je n’aimerais pas que vous passiez à côté de ce message. Vous ne devez pas le faire! Acceptez-le en toute humilité, avec amour, du plus profond de votre coeur. Dites: «Seigneur Jésus, en ce moment même, prends tout ce qui est en moi et qui n’est pas conforme à Toi, et fais sortir de moi tout mon orgueil, tout. Toute cette souillure, toute l’incrédulité qui est en moi, je la rejette maintenant, Seigneur. Je la rejette. Et que le Saint-Esprit de Dieu descende en moi comme une douce colombe. Je désire vivre éternellement, Seigneur, et je désire que Tu m’y aides maintenant. Accorde-le, O Dieu!».

Pendant que vous priez, nous allons chanter, à mi-voix, le cantique: Je L’aime! Et rappelez-vous que tout cela vient par l’amour, car Il est amour… alors que je tiens mes mains sur ces mouchoirs, parce qu’il y a des gens qui pourraient venir les chercher ce soir.

«Je L’aime, je L’aime,
Parce qu’Il m’aima le premier,
Et acquit mon salut
Sur le Bois du Calvaire».

Pendant que la musique nous accompagne, je lèverai mes mains avec l’assemblée, si j’ai péché, si j’ai fait quelque chose de mal… maintenant, je prie pour vous. Seigneur, si j’ai fait quelque chose de mal, je lève ma main vers Toi en signe de repentance, témoignant que je ne voulais pas le faire. Et, Seigneur, je sais que je vais mourir. Je sais, que je dois quitter physiquement ce monde. Je désire Te rencontrer. — Quand je lève la main, Seigneur, cela veut dire: prends-la! Remplis-moi de l’Esprit! Mets sur moi le Signe de Ton amour — le Saint-Esprit — qui fera de ma vie une vie d’amour et de bonté. Fais-moi vivre de la Vie qui était en Christ, afin que mon coeur brûle pour les autres. Que je n’aie de cesse jour et nuit que tous viennent à Toi.

Je voudrais être comme les messagers qui allèrent à Jéricho. J’irai vers chaque personne que je peux rencontrer et j’essaierai de l’amener sous le Sang de l’Alliance, sous le Sang de l’Agneau, afin qu’elle puisse recevoir le Signe.

Le Sang purifie. L’Esprit est un Signe manifestant que le Sang a été appliqué. L’Esprit est le Signe montrant que le Sang a été appliqué! Tant que le Sang n’a pas été appliqué, l’Esprit ne peut pas venir. Mais quand le Sang est appliqué, alors l’Esprit est un Signe qui vous est envoyé, manifestant que votre foi dans le Sang a été acceptée. Le prix a été payé. Tout est accompli. L’affaire est classée. Vous êtes un Chrétien. Vous êtes un croyant. Christ est en vous, et vous êtes en Christ.

«… parce qu’Il m’aima le premier,
Et acquit mon salut
Sur le Bois du Calvaire».

Inclinons nos coeurs devant Dieu. Ecoutez ce que votre pasteur, le frère Neville, vous dira pour conclure. N’oubliez pas le service de guérison de ce soir. Venez assez tôt. Nous commençons à 7 heures. Je serai en chaire à 7h.30. C’est bien cela, frère?

Nous prendrons aussi le Repas du Seigneur, ce soir. Venez, cet après-midi. Restez ici. Ne laissez pas ce message sortir de vous. Rappelez-vous cela! NE LAISSEZ JAMAIS CE MESSAGE SORTIR DE VOUS! Le Sang sera un Signe que vous avez reçu la Vie. “… Et quand Je verrai le Sang, Je passerai par-dessus vous”.

Le Saint-Esprit est un Signe manifestant que le Sang a été appliqué à votre coeur. Il est le Signe que le Sang a été appliqué. S’il n’a pas été appliqué, le Signe ne viendra pas! Si vous le comprenez, dites «Amen!». Le Sang doit être appliqué, et alors le Signe viendra. C’est le signe que le Sang de la rédemption a été appliqué, et que le prix a été payé! Que Dieu vous bénisse!