Titre original de l’ouvrage:
Die Herausforderung
der christlichen Theologie und mehr…

Auteur:
Missionnaire Ewald Frank, Krefeld (Allemagne)

Copyright © 2000 by Freie Volksmission e.V., Krefeld
ISBN 3–920824–16–4

Traduit de l’allemand. Tout droit de reproduction, même partiel, est réservé.

Editeur:
Centre Missionnaire de la Parole Parlée
Case Postale 5633
1002 Lausanne (Suisse
)



 

Que Ton Règne vienne;
que Ta volonté soit faite,
comme dans le ciel,
aussi sur la terre!
Et aussi dans notre vie!

Le prédicateur Ewald Frank lors de l’émission transmise à la télévision en juillet 1997 à Prague (Rép. Tchèque).
 

 


 

AVANT–PROPOS

Avec la publication de ce livre je m’adresse d’une manière simple aux personnes de bonne volonté. J’ai volontairement renoncé à l’emploi de mots étrangers, pour autant que cela ait été possible. La véritable force de persuasion ne repose pas dans la puissance de la parole humaine, mais bien dans la puissance de la Parole de Dieu, Laquelle crée toutes choses. Comme au commencement de la création, lorsque Dieu créa par la Parole, ainsi s’agit-il encore maintenant de la Parole créatrice qui libère les hommes et de la “séparation de la lumière des ténèbres”. Après une méditation plus approfondie nous devons constater que dans le domaine religieux, même si cela semble être le contraire, “les ténèbres spirituelles couvrent la terre et les nations”. Ce n’est que si Dieu Lui-même peut intervenir et prononcer dans notre vie par Sa Parole toute-puissante: “Que la lumière soit!” qu’il y aura effectivement de la lumière. Dieu procède toujours de la même manière. C’est seulement après que la lumière ait été là, et qu’elle ait été séparée des ténèbres, que Dieu poursuivit Son œuvre de création. Il en est aussi de même en ce qui concerne la création spirituelle, où le Seigneur Lui-même vient dans ce monde obscur en tant que “la Lumière”, afin d’éclairer chacun (Jean 1.9). Le moment est venu pour que la Parole toute-puissante de Dieu soit entendue, et que la Vérité soit séparée de la tromperie, parce que Dieu amène maintenant Son plan de salut à l’achèvement.

Le contenu de ce livre est aussi particulièrement adressé à toutes les Facultés de théologie; c’est en effet là que se trouve la grande responsabilité de former les guides spirituels de l’humanité. En premier lieu, tous font en effet confiance à ce qui leur a été dit et enseigné. Nous n’avons en aucune manière l’intention de discréditer des enseignements et des traditions qui sont chers et précieux à certaines communautés religieuses. Si toutefois lors d’une confrontation avec la Parole de Dieu une contradiction se manifeste, ou même une opposition, on ne peut pas donner raison à une institution humaine, mais bien à Dieu. Cependant cela doit avoir lieu avec le respect nécessaire à l’égard de toute personne, à laquelle on ne peut porter atteinte, pas plus qu’on ne peut le faire à l’égard de ce qu’il croit. Mais sans aucun doute, la dignité de Dieu est infiniment au-dessus de la dignité humaine, et Sa Parole a la prééminence sur toute parole venant de l’homme.

Né en 1933, je peux me référer à un riche trésor d’expériences. Depuis que j’ai reçu l’appel à me consacrer à la prédication de la Parole de Dieu, le 2 avril 1962, j’ai pu tenir dans plus de 130 pays des conférences et des séminaires, comme j’ai pu également parler à la télévision et dans de grandes rencontres à de nombreuses personnes. Pendant 10 ans j’ai prêché vingt minutes tous les dimanches dans les émissions de Radio Luxembourg. Lors de mes nombreux vols aériens dans le monde entier, à l’intérieur comme à l’extérieur, j’ai appris à connaître des personnalités connues en Allemagne et à l’étranger de divers milieux — religieux, économique, politique. Par mes voyages étendus au monde entier, j’ai obtenu une vue “périphérique” des grandes religions de ce monde.

De la même manière j’ai saisi l’occasion d’étudier l’histoire internationale de l’Eglise, selon le point de vue des diverses religions et confessions. Je suis persuadé que tout homme a le droit de vivre conformément à son idéologie et à la représentation qu’il a du monde. La conviction de foi et la religion sont une affaire personnelle, et personne n’a le droit de contraindre une autre personne dans ce domaine.

Ma tâche consiste à montrer le chemin, tel que nous le fait voir le «Livre des livres», la Bible. Pour le trouver et le suivre, chacun doit naturellement l’expérimenter soi-même. Du fait que je ne suis engagé envers aucune confession de foi ou religion, il m’est possible d’exposer librement les doctrines bibliques. Chacun a le choix de se persuader ou non de leur bien-fondé en se basant sur “l’Original”, la Bible. Dans le Royaume de Dieu aucune contrainte n’est exercée, et pas davantage en ce qui concerne la doctrine. L’influence divine agit auprès de ceux qui s’ouvrent à elle.

Les choses exposées dans ce livre seront approuvées par les uns et seront récusées et repoussées par les autres. Celui qui se présente au public doit tenir compte de cela. Cependant je veux avoir accompli ma tâche consciencieusement, et j’abandonne tout le reste à Dieu qui, Lui, peut produire tout en tous.

Il est juste de mentionner encore qu’en réalité auprès de Dieu il y a toujours uniquement une seule réponse juste, uniquement une seule possibilité! Quant aux réponses et aux possibilités humaines elles sont nombreuses. Laquelle entre toutes est juste? Pour ma part, je me suis décidé à ne laisser répondre que Dieu seul, et je vous prie de ne pas m’en vouloir à cause de cela.

 

INTRODUCTION

Sur la terre règne en général une tension qui va en grandissant, et cela plus nous nous rapprochons du nouveau millénaire. Les gens se demandent ce que va bien leur apporter ce prochain millénaire. Leur attente concernant cet avenir est naturellement bien différente d’une personne à une autre. Le plus grand nombre des experts diffuse l’optimisme, ayant la confiance que tout va continuer d’aller comme jusqu’à présent et que l’on réussira à maîtriser les grands problèmes de la terre. Cependant, parmi d’autres, règne une humeur de fin du monde, liée à de la perplexité. L’injustice sociale, le chômage, une frappante augmentation de la criminalité, l’abus des drogues, l’apparition de maladies inconnues auparavant, de catastrophes en tout genre, auxquelles nous sommes exposés sans secours possible, les différents troubles et les nouveaux foyers de crises qui surgissent continuellement, occasionnent beaucoup de peur. Tout se modifie irrésistiblement, même l’environnement et le climat. Beaucoup de personnes ne comprennent plus le monde. Ainsi plusieurs voient en toutes ces choses angoissantes un «Mene, Mene, Thekel, Upharsin!» — l’écriture sur la muraille qui annonce manifestement quelque chose, comme en sont familiers ceux qui connaissent la Bible. Cependant pour lire l’écriture sur la muraille, pour la comprendre correctement comme le fit Daniel autrefois, il y a besoin d’hommes sur lesquels repose la grâce et en tant que messagers donnant les avertissements, qui peuvent transmettre celui-ci et montrer une issue. Il faut que ce soit le Message de cette heure, fondé sur la Parole de Dieu prononcée à l’avance pour notre temps.

Car la foi traditionnelle en Dieu, comme il est connu depuis le temps des Lumières qui a dénoncé toutes les atrocités commises au nom de la religion chrétienne, a perdu beaucoup de personnes. La foi en la science a depuis ce temps-là trouvé sa plus haute conjoncture. Ces personnes ne peuvent nier la création qu’elles voient, c’est pourquoi dans une révolte intérieure elles nient le Créateur qu’elles ne peuvent malheureusement pas voir (Rom. 1.18-23). Bien que dans la nature toute œuvre parle pour le Maître et Lui donne gloire, on veut séparer le Créateur de Sa majestueuse création. En ce qui concerne la croissante incrédulité dans notre génération, les théologiens ne sont pas les derniers responsables; eux qui, au lieu d’adresser leurs critiques justifiées à l’institution «Eglise», dans une «myopie» spirituelle ont aussi inclu dans cette critique Dieu et la Parole de Dieu. Dans la mesure où ils se firent un nom en se faisant connaître à un public étendu, ils sont parvenus en même temps à présenter la Parole de Dieu comme indigne de foi, et à livrer le Seigneur de gloire à la moquerie. Par toutes ses inventions et ses conquêtes, auxquelles il n’y a point de frontière, et cela tout particulièrement depuis l’âge des voyages spatiaux, l’homme s’est toujours plus fait lui-même le point central de l’univers. Les jeunes gens, plus particulièrement, qui sont sujet au doute, lequel est répandu de toutes les manières imaginables et possibles, se détournent souvent, déçus, de la foi traditionnelle. Ceux qui se questionnent sur le vrai sens de la vie sont nombreux et cherchent le contentement et la solution de leurs problèmes dans la drogue, dans d’autres religions, etc.

Par les grands mots: «globalisation», «communauté des peuples et du monde», «société multiculturelle», les lignes de séparation entre les religions et les idéologies sont aussi effacées — on fait ressortir ce qui nous unis, ce qui correspond à la tendance du temps. L’esprit de réconciliation est partout en action. Cependant, malheureusement, pas de réconciliation avec Dieu ni avec la Parole de Dieu, mais sans lien avec cela, c’est bien plutôt la réconciliation entre les diverses confessions et les religions. En même temps le désir de connaître la Vérité, besoin qui émane de la conscience, est supplanté et calmé par quelque ersatz de la religion ou du monde. Chacun croit ce qu’il veut, ou même ce qu’il ne veut pas. En 1994 les Nations Unies ont créé au bureau central de l’ONU à New York une «Commission pour la religion» qui doit apporter sa part à la réalisation du «Nouvel ordre mondial». Entre autre, ces gens ont l’intention d’établir une forme unique d’adoration pour le monde entier. Le «New Age», c’est-à-dire «Nouvel Age», est à la mode!

 


 

   

Tout est-il du hasard?