“Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement” (Hébreux 13.8).

Lettre circulaire n° 60 — Avril 2006


    De tout cœur je salue les frères et sœurs de près comme de loin, dans le Nom de Jésus-Christ notre Seigneur, avec la parole d’Apocalypse 4.11:

    “Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire et l’honneur, et la puissance; car c’est toi qui as créé toutes choses, et c’est à cause de ta volonté qu’elles étaient, et qu’elles furent créées”,

    Le chœur que nous chantons, disant: «Tu es digne…» est devenu notre chœur préféré, et nous le chantons de toute notre âme lors de notre adoration au Seigneur notre Dieu. Véritablement le Livre scellé de sept sceaux n’est plus fermé pour nous; tout le contenu, et jusqu’au dernier chapitre, nous a été révélé. L’Agneau de Dieu a pris le péché du monde sur Lui-même et l’a porté à la croix pour se laisser immoler. Par Son Sang le Rédempteur a racheté les Siens de tous les peuples et de toutes les langues, Il les a appelés à sortir et Il a fait d’eux des rois et des sacrificateurs (Apoc. 5.1-10, et autres).

    Depuis l’ouverture des sceaux, nous avons pénétré sur le terrain de la révélation d’une manière toute particulière. Ce que Dieu a montré et révélé à Son serviteur Jean à Patmos est désormais accessible à tout serviteur du Seigneur. En notre temps, frère Branham a été l’instrument élu par Dieu auquel furent révélés les mystères du Livre scellé.

    Pierre était l’homme de la première heure qui a reçu la révélation particulière de Jésus-Christ, ainsi que les clés du Royaume des Cieux (Mat. 16), et il a été estimé digne, à la Pentecôte, le jour de la fondation de l’Eglise, de tenir la première prédication (Actes 2). La dernière prédication d’un serviteur de Dieu doit être, et sera en tout cas comme la première il y a 2000 ans à Jérusalem. Il en sera également de même avec le dernier baptême qui sera fait au Nom du Seigneur Jésus-Christ, et on enseignera aussi les croyants à recevoir les dons du Saint-Esprit et à les expérimenter comme au commencement (Actes 2.38-41; 8.14-17; 10.34-48; 11.12-18; 19.1-7). Avant le retour de Jésus-Christ doit être enseigné et expérimenté le plein rétablissement dans l’état primitif de l’Eglise, tel que cela avait été promis (Mal. 4.5-6; Mat. 17.11; Marc 9.12; Actes 3.17-21; Jacq. 5.7-11).

    Paul était l’homme de la première heure auquel tout le conseil de Dieu a été révélé. Tout ce qui a été révélé aux apôtres et aux prophètes est destiné à tous les serviteurs de Christ et à l’ensemble de l’Eglise. Comme Paul, qui avait été établi apôtre et docteur (2 Tim. 1.11), ainsi tout serviteur du Seigneur demeurera dans la même doctrine que celle des apôtres (Actes 2.42), et il ne publiera aucun autre évangile (2 Cor. 11.1-3; Gal. 1.1-12), mais rendra au contraire témoignage de la pure doctrine biblique et la gardera non falsifiée (2 Cor. 4.1-6). L’apôtre inclut tous les ministères établis par Dieu dans l’Eglise lorsqu’il dit: “Que tout homme pense ainsi à notre égard — qu’il nous tienne pour des serviteurs de Christ et pour des administrateurs des mystères de Dieu” (1 Cor. 4.1-2). Depuis que les mystères cachés du conseil de Dieu ont été révélés, c’est notre devoir de les administrer fidèlement et de les transmettre plus loin.

    Comme aucun autre ne l’a fait, frère Branham en notre temps a exposé au peuple de Dieu dans toute sa plénitude ce qui avait été révélé à Pierre, Paul et Jean. En tant que serviteur de Dieu et prophète confirmé, il avait la tâche de rétablir et de ramener toutes choses à leur état primitif (Mat. 17.11; Marc 9.12). Dans l’enseignement et la pratique, toutes choses devaient être ramenées sur le fondement primitif des apôtres et des prophètes, pour être fondées à nouveau et édifiées bibliquement (Eph. 2.20). Chaque serviteur de Christ en ce temps, s’insérera dans l’ordre de salut divin et emploiera son ministère pour l’édification de l’Eglise, jusqu’à ce que tous les enfants de Dieu parviennent à l’unité de la foi et de la connaissance de Christ (Eph. 4). L’Eglise-Epouse doit être unie à l’Epoux: Lui la Tête et nous les membres de Son Corps. Il voudrait habiter et marcher au milieu de ceux qui ont été appelés à sortir et qui ont été mis à part: Lui notre Dieu et nous Son peuple, le troupeau qu’Il paît. Lui-même, notre Père, et nous Ses fils et Ses filles (2 Cor. 6.14-18).

    D’autre part, ce n’est point un mystère que toutes les églises suivent leur propre chemin, qu’elles ont leurs propres doctrines et leurs propres traditions. Cependant, en février 2006, trois mille représentants de 347 églises se sont rassemblés à Porto Allegre, au Brésil, pour démontrer l’unité dans la diversité et aussi pour ouvrir un dialogue avec les églises Pentecôtistes. Nous demandons cependant: Qu’a donc à faire l’union du monde religieux et politique avec l’unité divine en Jésus-Christ? Lui a dit: “Comme toi, Père… moi en eux, et toi en moi; afin qu’ils soient consommé en un…” (Jean 17.23). Mais dans l’unité du monde on continue de dire: «Moi dans mon église, toi dans ton église; je crois ce que je veux, et toi, tu crois ce que tu veux, et c’est ainsi que nous formons la parfaite unité dans la diversité».

    Conformément à ce que les Ecritures nous disent à l’avance, s’accomplit maintenant l’unité des membres dans le Corps de Christ par le moyen de la gracieuse action surnaturelle de Dieu, comme elle s’est faite dans l’Eglise primitive: “Car aussi nous avons tous été baptisés d’un seul Esprit pour être un seul corps…” (1 Cor. 12.13). Le baptême biblique de l’Esprit est relié au baptême biblique (par immersion) de ceux qui sont venus à la foi (Actes 2.38-39; 8.15-17; 10.44-48; 19.5-6). Le modèle primitif, venu du temps des apôtres, doit demeurer valable pour toujours comme exemple pour l’enseignement et pour la vie de la vraie Eglise.

    D’autre part nous voyons maintenant comment l’unification temporelle, politique et religieuse de l’Europe sous l’autorité protectrice de Rome annoncée à l’avance, devient réalité sous nos yeux pour arriver au gouvernement mondial. Toutes les églises filles retournent dans le sein de l’église mère. La Parole de Dieu désigne cette union par l’expression de «Grande Babylone». Le processus de paix et d’unification englobe toutes les religions et les cultures. Bien que nous observions cela, ce qui nous intéresse principalement, c’est ce que Dieu a promis pour les Siens dans Sa Parole pour ce temps, et qu’Il accomplit parmi eux: notre cœur est ramené à la foi qu’avaient nos pères au commencement dans la doctrine et la pratique.

UN COUP D’OEIL A L’INTERIEUR

    La lettre circulaire n° 59 de janvier 2006 a trouvé un écho encore jamais atteint. Des frères et sœurs dans le monde entier ont expérimenté ce que veut dire: “Reconnaissez que le Seigneur conduit merveilleusement ses saints”. Pour beaucoup c’était tout nouveau d’apprendre que le Seigneur fidèle m’ait donné à plusieurs reprises des instructions directes de Sa Voix pressante et pénétrante. C’est un fait qu’au travers du ministère apostolique et prophétique de frère Branham nous sommes venus à la connaissance de la Parole promise pour ce temps, et que par cela nous avons été reliés à la partie la plus importante de toute l’histoire du salut. Pourquoi donc le Sauveur ne devrait-Il pas s’intéresser à ceux qu’Il a sauvés? Ne marche-t-Il plus au milieu des sept chandeliers d’or? N’y a-t-il plus d’élu sur la terre qui écoute ce que l’Esprit dit à l’Eglise? Qu’est-ce que le Seigneur, en dehors de l’Eglise des premiers-nés (Héb. 12.22-24), pour laquelle Il a donné Son Sang et Sa Vie (1 Pier. 1.13-22), possède-t-Il d’autre sur la terre? Cependant maintenant l’Epoux céleste appelle Son Epouse sur la terre à sortir, car Il vient bientôt la chercher pour la ramener à la Maison.

    Toutes les religions et cultures diverses ne vont-elles pas d’une manière ou d’une autre sur le chemin large qui conduit à la perdition? Le monde entier ne se trouve-t-il pas sous la puissance du méchant, comme l’apôtre Jean l’a écrit (1 Jean 5.19)? Cette parole écrite en rapport avec Jésus-Christ ne se réalise-t-elle pas aussi aujourd’hui: “Celui-ci est la pierre méprisée par vous qui bâtissez, qui est devenue la pierre angulaire…”? Dans quelle église prêche-t-on encore se référant à Jésus: “… et il n’y a de salut en aucun autre; car aussi il n’y a point d’autre nom sous le ciel, qui soit donné parmi les hommes, par lequel il nous faille être sauvés” (Actes 4.11-12)?

    Dans tous les temps des serviteurs de Dieu ont entendu la Voix du Seigneur, ont eu des révélations et reçu des directives, et ils ont publié la véritable Parole. Le Seigneur a parlé à Ezéchiel environ quatre-vingt-dix fois. Je peux conduire chacun exactement sur la place et dire comme Paul: “Et il m’arriva…” (Actes 22). Et comme lui, je peux témoigner d’avoir entendu la Voix du Tout-Puissant dans ma langue maternelle (Actes 26.14). Ce qui est remarquable, c’est que chaque parole était toujours prononcée d’une manière remarquablement claire et appuyée. Cependant je comprends aussi tous ceux qui ont de la peine à croire cela, parce que circulent tant de choses imaginaires. Par exemple lorsqu’un prédicateur dit: «Je crois que le Seigneur m’a aussi parlé…», cela trahit déjà que le dire est une supposition, un vœu, mais n’est pas réellement arrivé.

    Comme dans tous les domaines, il y a aussi là-dedans des imitations et des tromperies faites dans de bonnes intentions. Une sœur vint à moi, après avoir appris que le Seigneur m’avait parlé à haute Voix, et me dit: «Frère Frank, je crois cela, car le Seigneur m’a aussi parlé d’une voix très haute». Je lui demandai: «La voix venait-elle d’en haut? Est-ce que c’était une voix d’homme?». «Non», me répondit-elle, «la voix était directement devant moi». Lorsque je la priai de me décrire comment cela était donc arrivé, elle dit: «J’ai prophétisé à haute voix. C’était donc la Voix du Seigneur! C’est bien le AINSI DIT LE SEIGNEUR lorsque l’on prophétise». J’ai dû dire à la sœur qu’une prophétie est prononcée avec la propre voix de la personne qui la donne — où la source d’inspiration doit être jugée — et ce n’est pas à comparer avec la Voix audible du Seigneur.

    Dans le domaine spirituel il y a des tromperies qui ont des conséquences qui ne peuvent jamais être réparées. Voici un tragique exemple: En janvier 2006 un frère est venu, après qu’il ait lu la lettre circulaire, et il me dit: «Hier, il y a dix ans, en janvier 1996, Dieu aurait dit d’une voix haute, et clairement: ‹Parce que tu ne t’es pas séparée de lui autrefois, maintenant c’est Moi qui te sépare de lui et tu vivras›». Par cette parole, une mère exigeait de sa fille la séparation d’avec son mari, afin qu’en conséquence elle soit guérie du cancer. Où donc Dieu a-t-Il jamais élevé une telle condition pour la guérison? L’Ecriture, Elle, enseigne bien que c’est dans Ses meurtrissures que nous sommes guéris (Es. 53, et autres).

    La procédure de divorce fut donc introduite par l’avocat, mais l’homme se refusa à accepter les termes du divorce en novembre 1997, lors du jugement, et la femme mourut en décembre sans s’être réconciliée. Depuis ce temps le reproche lui est fait: Son mari est fautif de sa mort, parce qu’il a refusé le divorce qui était exigé, par cette soi-disant «voix». Quelque chose de pire, le diable ne peut le faire penser. Le divorce est l’œuvre de destruction de Satan et entraîne avec lui des souffrances indicibles à toute la famille, et ce n’est absolument jamais cela qui peut contribuer à la guérison! Selon Malachie 2.16 c’est un acte de violence — qui est encore recouvert d’un manteau de piété! Même dans l’Ancien Testament Dieu n’a autorisé l’homme à donner à sa femme une lettre de divorce qu’en cas exceptionnel; toutefois jamais une femme ne peut donner à son mari une lettre de divorce. Il est urgent de recommander à tous ceux qui respectent le ministère de frère Branham, de lire enfin ce qui lui a été révélé par Dieu sur le thème du «mariage», et de l’utiliser personnellement pour soi-même en harmonie avec l’Ecriture.

    Satan, le séducteur, dans le jardin d’Eden, a fait tourner la tête à la première femme, et par cela il a commencé à mettre en doute la Parole de Dieu. Il y a une fausse inspiration, là où tout est adapté à la situation (Jér. 23; Ezé. 13, et autres). De telles personnes peuvent être totalement sincères et avoir à leur manière de bonnes intentions, mais aussitôt qu’elles suivent leur «propre volonté», elles se soumettent à l’influence de celui qui se trouvait le plus proche de Dieu. Le chérubin oint, le fils de l’aurore, se dit à lui-même: “Je monterai aux cieux… je ferai ceci, je ferai cela…” (Es. 14.12-14). L’élévation de soi-même, la volonté de dominer et d’établir son propre trône et ainsi d’être semblable à Dieu, attira la chute après soi. Après la chute dans le péché dans le Ciel, suivit la chute dans le péché sur la terre. Satan qui était tout d’abord un chérubin oint, a avec de sa grâce de serpent séduit Eve. C’est ainsi que par sa conversation pleine d’onction sur ce que Dieu avait dit, il l’a conduite à faire sa propre volonté. Ce qui sortit de cette désobéissance est jusqu’à aujourd’hui considéré par Dieu comme le péché de divination, et l’obstination l’est comme une idolâtrie (1 Sam 15.22-23). Parmi les croyants il n’y a pas de plus grande tromperie que le fait d’inclure la Parole qui vient tordue selon le propre jugement.

    L’Eglise demeure la scène où se dispute le combat spirituel. Le vrai et le faux se trouvent très proches l’un de l’autre. Cela nous rappelle d’une manière particulière l’année 1979. Un cas marquant doit encore être mentionné: Lors d’une prière commune, une sœur, par une prophétie, désigna par son nom une autre sœur, prétendant qu’elle s’avance afin que l’on prie pour elle afin qu’elle soit libérée. A la place de la sœur appelée, c’est son mari qui s’avança, déclarant que sa femme ne pouvait pas venir vu qu’elle était partie en voyage. Cela n’aurait-il pas été le moment favorable pour la prophétesse de venir elle-même en avant pour que l’on prie pour elle, afin qu’elle soit délivrée de l’esprit d’égarement qui l’avait trompée?

    Les personnes qui suivent leur propre esprit, comme celles qui se laissent tromper par cela, ce qui a déjà malheureusement toujours été le cas, ont beaucoup de difficultés à croire ce qui est vrai. L’orgueil d’avoir une fois expérimenté une onction véritable et d’avoir reçu des dons de l’Esprit, ne leur permettent aucun aveu d’avoir fauté. C’est toujours seulement les autres qui sont appelés à se repentir. Ces personnes ne pensent pas du tout à s’éprouver elles-mêmes parce qu’elles prétendent à l’infaillibilité pour elles-mêmes dans le domaine spirituel. Cependant l’Ecriture nous enseigne clairement: “Mais éprouvez toutes choses” (1 Thess. 5.21). Même les prophètes doivent être éprouvés par toute l’assemblée (1 Cor. 14.20). Mais de telles personnes ne se soumettent jamais à une épreuve dans l’église — car avec l’église il y a prétendument quelque chose qui ne va pas — elles abandonnent l’église et la méprisent après y avoir causé des dégâts. Il est notoire que: Ce qui vient de l’ennemi apporte toujours avec soi la discorde et l’inimitié, lesquelles peuvent demeurer jusqu’à la fin de la vie, si Dieu ne fait pas grâce. Pour ceux qui ont été véritablement délivrés, est révélé en réalité que ce n’est pas seulement à Golgotha que Jésus-Christ a mis fin pour toujours à l’inimitié, mais que c’est aussi en eux-mêmes, et qu’ils ont été transformés en porteur de la paix (Eph. 2.11-22).

    Ce qui est terrible, c’est que les personnes tombent sous un charme direct de Satan, et cela dans les deux cas: que ce soit par une fausse prophétie ou par une fausse doctrine, car les deux arrivent par une inspiration. Le mensonge lie les gens, seule la Vérité rend libre. De telles personnes ne peuvent être délivrées seulement lorsqu’elles peuvent reconnaître l’erreur et qu’elles demandent que l’on prie pour elles au Nom de Jésus-Christ, conformément à cette parole: “… et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel” (Mat. 18.18b). Notre Seigneur parle aussi des faux christs — des faux oints, qui séduisent facilement tous, même les élus, s’il était possible (Mat. 24.24; Marc 13.22). L’avertissement pressant de notre Seigneur pour ce temps est: “Prenez garde que personne ne vous séduise!” (Mat. 24.4), car cela aussi arrive sous nos yeux. L’onction et les dons de l’Esprit des personnes charismatiques impressionnent les gens, et par leurs paroles pleines d’onction ils sont séduits. Sans une onction, une tromperie religieuse envers un croyant n’est guère possible. Après la proclamation claire comme du cristal de la Parole, nous avons aussi droit à l’action claire comme du cristal du Saint-Esprit.

 

L’ISLAM AU CENTRE DE L’ATTENTION

    Depuis le 11 septembre 2001, lorsque 19 islamistes fanatiques prirent part à l’attentat durant lequel fut coupée la gorge aux pilotes américains et leurs avions pilotés contre les tours du World Trade Center de New York, le monde de l’occident a alors commencé à s’intéresser de plus près au sujet de la religion du «prophète» Mahomet. Environ trois mille personnes trouvèrent la mort et le gouvernement des Etats-Unis décida d’entreprendre la lutte contre la terreur. Malheureusement depuis lors les USA sont responsables d’encore plus de terreur et ils foulent aux pieds les hommes et les droits internationaux.

    Il y a les diverses organisations terroristes islamiques arabes, et encore toutes les autres qui ne sont pas arabes, mais cependant islamiques, qui sont actives dans beaucoup de pays, même jusqu’aux Philippines. C’est pourquoi nous devons éclairer l’arrière-plan de cette haine mortelle contre les Juifs et le fanatisme dans cette religion. En 1982, pendant un séjour en Egypte, j’ai entièrement lu le Coran avec ses 114 sourates. Nulle part dans le monde je n’ai rencontré de si aimables personnes comme au Caire et à Alexandrie. L’expérience que j’ai faite là-bas de l’hospitalité fut pour moi saisissante. Lors de la lecture du Coran je constatai qu’en aucun point, que ce soit avec l’Ancien ou le Nouveau Testament, il n’y avait de concordance. Je n’y ai trouvé aucune indication que Mahomet ait été offensé, ni sur ce qui l’avait poussé à haïr si profondément en particulier les Juifs. Dans la sourate 5.19, en rapport avec Israël, le «peuple du Livre», on trouve même cette parole: «… foulez le saint pays que Dieu vous a destiné». Comment un homme d’Etat islamique peut-il déclarer qu’Israël n’a aucun droit d’exister dans le pays d’Israël?

    Ce n’est que lorsque j’ai lu l’introduction au Coran, puis encore ensuite quelques autres livres sur l’Islam et le «prophète» Mahomet, que je découvris les racines de cette haine. Mahomet ne savait pas davantage lire qu’écrire, et de ce fait il dépendait de ce qu’il connaissait par lui-même et de ce que lui disaient les autres. L’idée du Christianisme séculaire, que Dieu avait un Fils dans le ciel, était détestable pour lui et il le considérait comme un blasphème. C’est pourquoi il ne porta pas une plus grande attention aux Chrétiens qui vivaient dispersés et ne représentaient pour lui aucun danger.

    Il se comporta tout à fait différemment avec les Juifs vivant en communauté à Yatrib-Médine. L’attente principale parmi eux était la venue du prophète Elie, qui devait venir avant le jour du jugement. Cette pensée ne laissa plus tranquille Mahomet. Animé par cela il se rendit dans la caverne de la montagne Hirã, à environ cinq kilomètres au nord de la Mecque. Là il entendit une étrange voix disant: «Lis!». Il répondit: «Je ne sais pas lire». Et encore une fois: «Lis!». «Je ne sais pas lire!». Alors il se rendit sur la montagne, où il entendit la voix: «O Mahomet, tu es l’envoyé d’Allah et je suis Gabriel». Il leva les yeux et vit soi-disant un ange dans le ciel, qui avait étendu ses ailes sur la terre. Toutefois les anges n’ont pas du tout d’ailes, mais bien seulement les chérubins et les séraphins. Gabriel et Michael ont la forme d’un homme, c’est le témoignage qu’en rendent les Ecritures dans plusieurs passages.

    Dès ce jour-là il se sentit appelé à être le dernier prophète par lequel l’humanité allait recevoir la révélation finale. Il en résulta la pensée que tous, aussi bien les diverses tribus arabes que les Chrétiens et les Juifs devaient se soumettre à cette dernière mission venant d’en haut. Jusqu’à aujourd’hui cela est demeuré la pensée fondamentale des croyants de l’Islam. Pour eux c’est un blasphème envers Dieu si quelqu’un s’oppose à cette dernière révélation que Gabriel lui-même doit avoir donnée à «l’envoyé d’Allah».

    Parce que les Juifs de Yatrib-Médine ne reçurent pas Mahomet comme le prophète qui leur avait été promis, il en fut très offensé au point qu’en l’an 627 il rassembla tous ses combattants qui s’emparèrent des colonies juives et tuèrent tous les hommes (environ 800) et entraînèrent de force les femmes et les enfants. Ce djihad s’est poursuivi et il tient aujourd’hui le monde en haleine. Dans la religion de l’Islam on exige un total abandon et la soumission de l’âme, de l’esprit et du corps. A la première place il y a la haine contre Israël, que le monde islamique appelle «Satan», et ensuite contre tous ceux qui reconnaissent Israël et en particulier les Etats-Unis. Les caricatures de Mahomet ont servi ceux qui désirent attiser la haine, comme un prétexte bienvenu.

    Le but de la religion de l’Islam demeure que la demi-lune devienne une pleine lune, en ce que le monde entier se soumette à l’Islam. Depuis la publication des douze caricatures, le djihad s’est répandu comme un incendie général: La «guerre sainte» va de l’avant, et en rapport avec cela un nouveau nom a déjà été trouvé pour l’Europe: «Eurabie». La peur assaille les pays occidentaux et ceux-ci font tout pour apaiser les musulmans radicaux. C’est ainsi que la société aérienne anglaise British Airways a publié une interdiction pour toute personne volant avec elle en Arabie Saoudite d’emporter une Bible.

    Notre attention principale est attirée cependant plus que jamais sur le Proche et Moyen Orient: Israël, Syrie, Irak et actuellement l’Iran. Comme nous pouvons l’apprendre par les nouvelles et les communiqués de presse, en particulier la Russie, mais aussi la Chine s’unit avec le monde Islamique, pour avoir sous contrôle ce qui se passe là-bas. Nous ne pouvons pas ici nous approcher davantage des prophéties bibliques, qui parlent des peuples du nord et de l’est — vus depuis Israël — cependant les événements actuels s’emboîtent parfaitement dans les événements de la fin des temps.

    Le président de l’Iran, Mahmoud Ahmadinejad, Islamiste radical, a exprimé ouvertement et plusieurs fois publiquement sa haine envers Israël. Il va si loin qu’il a nié l’Holocauste, en faisant cette remarque: Si les Juifs avaient été gazés, ils ne seraient plus ici. Dans le lieu du souvenir de Yad Vashem, à Jérusalem, il y a une liste des camps de la mort et des personnes qui y ont été tuées et brûlées, avec le nom et le nombre des victimes. Les sbires SS eux-mêmes ont tenu des registres dans tous les camps, avec la plus grande exactitude sur leurs atrocités. Ce n’est point une trouvaille, mais c’est au contraire ce qui ressort des documents irrécusables, qu’environ un tiers des Juifs européens a été mis à mort de la plus terrible des manières par le troisième Reich. Pourquoi le reniement de l’Holocauste devrait-il servir de motif pour dénier à Israël le droit à l’existence, aucune personne raisonnable ne peut le dire. Ce n’est qu’une preuve de plus que pour les ennemis d’Israël tout moyen est bon pour continuer à attiser encore plus la haine.

    Dieu Lui-même a donné à Israël, dans Amos 9.14-15, la promesse qui s’est accomplie sous nos yeux: “Et je les planterai sur leur terre, et ils ne seront plus arrachés de dessus leur terre que je leur ai donnée, dit l’Eternel, ton Dieu”. A ceux qui ont dispersé Son peuple et partagé Son pays, l’Eternel fait connaître leur jugement: “… et là j’entrerai en jugement avec elles au sujet de mon peuple et de mon héritage, Israël, qu’elles ont dispersé parmi les nations; et elles ont partagé mon pays…” (Joël 3.2). De quelle manière se fera ce jugement lorsque tous les pays d’alentour se rassembleront contre Israël, la Parole de Dieu nous le décrit dans beaucoup de passages (Ezé. 38; Joël 3.9-17; Zach. 14.12-21; Apoc. 19.11-21).

    Dans Apocalypse 9.13-19 il est question des quatre anges du jugement, qui sont liés sur l’Euphrate et attendent l’heure, le jour, le mois et l’année, pour tuer le tiers de l’humanité. C’est maintenant en préparation, et sans vouloir créer un esprit de panique nous pouvons dire clairement: “Regardez en haut, et levez vos têtes, parce que votre rédemption approche!”. Le retour de Jésus-Christ est véritablement proche. Ce que Dieu a dit à Abraham demeure pour toujours et tous dans toutes les religions et cultures doivent le prendre à cœur: “Et je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront; et en toi seront bénies toutes les familles de la terre” (Gen. 12.3). Et pareillement ce qu’Il a dit à l’égard de Son peuple d’Israël: “Car ainsi dit l’Eternel des armées… car celui qui vous touche, touche la prunelle de son œil” (Zach. 2.8b).

 

RESUME

    Ecoutez ceci, vous tous les peuples: Le seul Dieu véritable et vivant ne s’est révélé dans aucune religion sur la terre. Il s’est révélé seulement et uniquement en tant que Père dans le Ciel, dans Son Fils seul engendré, notre Seigneur, qui est ainsi devenu notre Sauveur. Dieu était en Christ et a réconcilié le monde avec Lui-même. Jésus-Christ est la réconciliation, en Lui seul nous avons le pardon de nos péchés. C’est Lui qui a vaincu la mort et le séjour des morts et nous a donné la Vie éternelle. C’est pourquoi le témoignage des Ecritures dit: “Qui croit au Fils a la vie éternelle; mais qui désobéit au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui” (Jean 3.36). Relativement à ceci la pure vérité doit être dite à l’humanité, et c’est pourquoi l’Evangile éternellement valable doit être publié maintenant à tous les peuples en témoignage (Mat. 24.14).

    Bienheureux tous ceux qui entendent l’appel de Dieu, qui se détournent de toute la manière de faire des religions, se séparent de toute coutume et tradition et retournent à la vraie foi vivante et à l’obéissance, telles que nous l’enseignent les Ecritures: Car AINSI PARLE LE SEIGNEUR: “Tournez-vous vers moi, et soyez sauvés, vous, tous les bouts de la terre; car moi, je suis Dieu, et il n’y en a pas d’autre” (Es. 45.22). AINSI PARLE LE SEIGNEUR encore une fois: “Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs…” (Héb. 3.7-8).

 

INDICATION

    Des frères dans le ministère du monde entier m’ont exprimé leur confiance et m’ont posé des questions concernant certaines déclarations de frère Branham. Ainsi, Dieu voulant, je publierai dans une brochure séparée les questions et réponses, dès que ce sera possible.

    La question plus fréquemment posée est de savoir si entre l’enlèvement et l’établissement du Millénium il s’écoulerait trois ans et demi ou sept ans. Qu’il me soit permis de publier déjà ici le dessin de la main de frère Branham que j’ai personnellement rapporté de Jeffersonville. J’écrirai sur cela, si Dieu le veut, lorsque je traiterai les autres thèmes.

Dessin Daniel

    Je ne m’occuperai pas des questions insensées comme par exemple s’il est vrai qu’une colombe serait sortie de la pyramide élevée sur la tombe du prophète à Jeffersonville, ou si les couleurs d’un arc-en-ciel auraient surnaturellement rayonné sur la montagne avec le profil d’un homme.

    Combien de temps encore la Suisse avec son franc pourra-t-elle demeurer «un oasis de valeur monétaire» en Europe? Les exemplaires des huit euromonnaies suisses sont déjà frappées. La suite vient sûrement conformément au plan divin.

Euro Suisse

 

VOYAGE MISSIONNAIRE

    Par la grâce de Dieu je suis toujours en état, comme déjà dans les quarante années passées, de continuer mes voyages missionnaires dans le monde entier. Ainsi aussi les huit réunions que j’ai pu avoir au Pakistan après neuf années, ont sûrement porté des fruits pour l’éternité. A Lahore, le vendredi 10 mars 2006, à ciel ouvert, plus de trois mille personnes se sont rassemblées — sous la protection de la police, à cause des troubles religieux. La vraie Parole est annoncée, et dans le monde entier les derniers sont appelés.

 

 

    Quant à vous, mes bien-aimés frères et sœurs, je vous remercie pour le fidèle soutien de l’œuvre dans le monde entier, et pour les prières journalières qui m’accompagnent.

Agissant de la part de Dieu:

Ewald Frank