“Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement” (Hébreux 13.8).

Lettre circulaire N° 49 — Mai 1998


Au Nom précieux de notre Bien-aimé Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, je vous salue sincèrement par cette parole d’Apocalypse 1.1-3:

“Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses esclaves les choses qui doivent arriver bientôt; et II l’a signifiée, en l’envoyant par son ange, à son esclave Jean, qui a rendu témoignage de la Parole de Dieu et du témoignage de Jésus-Christ, de toutes les choses qu’il a vues. Bienheureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie et qui gardent les choses qui y sont écrites, car le temps est proche!”.

Dans la Parole prophétique il a été montré à l’Eglise ce qui devait arriver. En ce qui concerne le conseil de Dieu (Act. 20.27), on ne prophétise plus aujourd’hui ce qui doit arriver, car cela a déjà été fixé dans la Parole de la prophétie. Le don de prophétie biblique sert à l’édification de l’Eglise, et dans son exercice il doit toujours y avoir l’édification, l’exhortation, et la consolation (1 Cor. 14.3). Au verset 29 du même chapitre l’apôtre poursuit en disant que les prophètes, de même que ceux qui parlent en langues, doivent être seulement deux ou trois à prendre la parole dans le rassemblement. Ces prophètes ne prophétisent pas, mais ils ont la tâche d’exposer la partie prophétique de la Parole. C’est pour cela que celui qui est en train de parler doit faire silence lorsqu’est accordée une révélation à celui qui est assis, et cela jusqu’à ce qu’il ait terminé de parler. Par contre lors d’une prophétie, personne ne doit être interrompu, parce que si cela est authentique il s’agit d’une Parole directe du Seigneur, d’une inspiration de l’Esprit. C’est à cause de cela que le «Ainsi dit le Seigneur» est prononcé.

Il ressort de notre parole d’introduction que le Seigneur prend toujours un serviteur particulier, comme par exemple ici Jean, pour communiquer à tous les autres serviteurs la Parole révélée. L’Ecclésiaste écrit au chapitre 3.14,15: “J’ai connu que tout ce que Dieu fait subsiste à toujours; II n’y a rien à y ajouter, ni rien à en retrancher; et Dieu le fait, afin que, devant lui, on craigne”. Nous avons également reconnu que Dieu ne fait rien sans avoir auparavant révélé Ses mystères à Ses serviteurs les prophètes (Amos 3.7).

L’Ecclésiaste a premièrement décrit tout ce qui concernait la vie terrestre, qui est passager, et qui au fond, en comparaison de l’éternité, est sans valeur. De la naissance à la mort, un temps est déterminé, aussi bien pour les choses terrestres que pour les choses spirituelles. C’est alors que l’homme arrive à la connaissance que Dieu “a fait toute chose belle en son temps; et II a mis le monde dans leur coeur, de sorte que l’homme ne peut comprendre, depuis le commencement jusqu’à la fin, l’oeuvre que Dieu a faite” (EccI. 3.11).

Aucun homme ne peut reconnaître Dieu de lui-même, ni ce qu’il fait. Ce que Dieu fait a toujours une valeur éternelle, mais il faut qu’elle soit révélée à chacun afin qu’il la reconnaisse. Comme il nous est encore dit dans le dernier chapitre de la Bible, on ne doit rien ajouter ni retrancher à ce que Dieu a promis et qu’Il accomplit également.

Lorsque Dieu fait quelque chose parmi Son peuple, il voudrait que les Siens le reconnaissent et l’acceptent. Les choses du domaine spirituel s’accomplissent certainement ici, dans le domaine terrestre. Lorsque le Seigneur est venu chez les Siens, dans Sa propriété, et qu’Il ne fut ni reconnu, ni accepté, Son propre peuple rejeta la grâce et attira sur lui le jugement. Le Seigneur Jésus dit dans Luc 19.41-44: “Si tu eusses connu, toi aussi, au moins en cette tienne journée, les choses qui appartiennent à ta paix! Mais maintenant elles sont cachées devant tes yeux”. Puis, ensuite, vient cet annonce terrible du jugement sur Jérusalem et sur le peuple de Dieu: “Car des jours viendront sur toi où tes ennemis t’entoureront de tranchées, et t’environneront, et te serreront de tous côtés, et te renverseront par terre, toi et tes enfants au dedans de toi; et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n’as point connu le temps de ta visitation”.

Dieu est indulgent, cependant Il ne permet pas que Son peuple passe à côté de ce qu’il fait dans Sa grâce. Il doit accepter cela et le recevoir, sinon Sa colère nous atteint — la punition qu’il a annoncée. C’est pourquoi il n’y a rien de plus important pour nous que de recevoir, et de nous accorder à ce qu’il fait maintenant conformément à la Parole promise.

Dieu dut entrer en jugement avec Son “peuple de l’alliance” naturelle, parce que celui-ci, lors de la première venue de Christ, ne reconnut pas la visitation de Dieu en grâce. C’est seulement à celui qui L’accepte et Le reçoit réellement qu’Il donne le droit de devenir enfant de Dieu, c’est-à-dire à ceux qui croient en Son Nom et participent à ce qu’Il fait (Jean 1.12,13). C’était, et ce sont encore, uniquement ceux qui ont été engendrés de Dieu, et non d’un enthousiasme charnel, qui reçoivent la vie éternelle. Considérons que pendant les deux mille ans de la Nouvelle Alliance qui viennent de s’écouler, les Juifs ont souffert uniquement à cause de Son Nom, parce qu’ils ne L’ont pas reconnu. Pilate avait déclaré: “Je suis innocent du sang de ce juste!”. Sur quoi tout le peuple répondit: “Que son sang soit sur nous et sur nos enfants!” (Mat. 27.24-26).

Dans Jérémie 31.31 et dans d’autres passages, le Seigneur a fait la promesse de conclure une Nouvelle Alliance. C’est ce qu’il a fait. Le temps étant venu, alors l’Ecriture fut accomplie, l’Alliance fut établie. Désormais les Paroles de l’Alliance ne se trouvaient plus gravées sur des tables de pierre, mais bien dans les coeurs (Héb. 8.10; 10.16.). Lors du dernier repas, notre Seigneur et Sauveur dit dans le cercle de Ses disciples: “Ceci est mon sang, le sang de la nouvelle alliance, qui est versé pour plusieurs” (Marc 14.24). Cependant les dirigeants religieux de ce temps-là ne reconnurent pas les voies de Dieu. Ils ne prirent pas au sérieux le ministère promis de Jean Baptiste. Il était un homme envoyé par Dieu, cependant ils ne comprirent pas que par son ministère, Esaïe 40.3 et Malachie 3.1, comme cela est confirmé à plusieurs reprises dans le Nouveau Testament, s’étaient accomplis. Ils s’en sont tenus à leurs façons habituelles de célébrer leurs cultes solennels, de chanter leurs psaumes encadrés de leur belle liturgie et ils passèrent à côté de ce que Dieu faisait réellement.

Notre Seigneur dit dans Jean 13.20: “En vérité, en vérité, je vous dis: Celui qui reçoit quelqu’un que j’envoie, me reçoit; et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m’a envoyé”. Tout ce qui arrive dans le Royaume de Dieu remonte toujours à Dieu et à la Parole de Dieu. Seul celui qui reconnaît le ministère d’un tel envoyé, lequel est toujours quelqu’un qui prépare le chemin pour Lui, pourra participer à la réalisation des promesses pour son temps. Il en était ainsi lors de la première venue de Christ, lors de tous les réveils pendant tout le temps de la grâce, et il en est également ainsi maintenant. Pour la clôture du temps de la grâce, avant que “le jour du Seigneur” ne vienne, le Seigneur Lui-même a promis à nouveau un prophète (Mat. 17.11; Mal. 4.5, et autres), un Elie, qui appelle le peuple à retourner à Dieu et prépare le chemin du Seigneur.

Nous pouvons sympathiser avec les souffrances de notre Seigneur, qui dans son amour sans mélange pour nous est monté à la croix, comme il est écrit: “Car Dieu a tant aimé le monde…”, lorsqu’il devait dire à l’égard de Son propre peuple: “… car il y aura une grande détresse sur le pays, et de la colère contre ce peuple. Et ils tomberont sous le tranchant de l’épée, et seront menés captifs parmi toutes les nations; et Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations jus qu’à ce que les temps des nations soient accomplis” (Luc 21.20-24). Cela a réellement eu lieu, et même jusqu’à “l’holocauste”.

Dieu est miséricordieux, indulgent, et d’une grande bonté, cependant lorsque Son offre de grâce n’est pas acceptée, ni reçue, Il devient alors aussi un Dieu en colère, qui appelle en justice. Pendant deux mille ans lsraël a été exposé à la persécution, et celle-ci n’est pas encore tout à fait finie. Après l’enlèvement, lorsque le jugement de la colère de Dieu commencera, il y aura beaucoup de croyants qui devront passer par la grande tribulation, et cela uniquement parce qu’ils n’ont pas voulu accepter ce que Dieu fait présentement conformément à la Parole promise. C’est vite lancé en l’air: «Nous avons Jésus-Christ, nous n’avons pas besoin d’un homme envoyé par Dieu!». Cependant, si cela est promis dans la Parole, en tant qu’enfants de Dieu nous avons à respecter cela pour ne pas encourir Sa colère.

Une interprétation des passages de l’Ecriture, ainsi que celle des promesses faites pour notre temps, qui nous éloigne d’Elle, n’est utile à personne; mais au contraire leur accomplissement doit être maintenant reconnu. Nous arrivons en ce moment au point culminant de ce qui a été dit à l’avance concernant l’histoire du salut. Ce qui a été annoncé par les prophètes de l’Ancien Testament et dans la Parole prophétique du Nouveau Testament devient réalité sous nos yeux. Le cours de l’histoire de l’humanité et du salut est sans retour et ne peut être arrêté. Lorsque le temps est accompli, alors arrive ce que Dieu avait arrêté. Ce qui est particulièrement important pour nous, ce sont les choses annoncées, dites à l’avance dans les Saintes Ecritures, lesquelles décrivent la fin du temps de la grâce. De cela fait aussi partie l’Europe Unie, qui est le rétablissement de l’ancien empire Romain, comme également les choses concernant lsraël et les peuples qui l’environnent.

LES PUISSANCES S’ANNONCENT

Celui qui connaît les passages des Paroles prophétiques correspondants a déjà remarqué que même les puissances qui, à la fin, occasionneront d’incroyables destructions, demandent la parole et qu’elles lèvent la tète. Dans Apocalypse 9.13 il nous est parlé des quatre anges de jugement qui sont encore liés sur le grand fleuve Euphrate et sont gardés tout prêts là-bas pour l’heure, le jour, le mois et l’année, afin de tuer le tiers des hommes. Celui qui consulte la carte géographique constatera que l’Euphrate coule à travers la Syrie, l’Irak d’aujourd’hui, et se jette dans le Golfe Persique. Nous nous souvenons tous de la guerre du Golfe, et ces derniers temps il apparaît toujours plus clairement que ces puissances se dressent principalement contre Israël et veulent l’anéantir. Dans Apocalypse 16 le fleuve Euphrate est à nouveau mentionné, et cela en rapport avec la sixième coupe de la colère de Dieu, afin de préparer le chemin pour les rois qui viennent de l’Orient. Bien entendu cela arrivera seulement après l’enlèvement de l’Eglise-Epouse, lorsque les rois de la terre entière se rassembleront pour combattre au grand jour du Dieu Tout-Puissant (Apoc. 16.12-16). Dans la Parole prophétique l’attaque au moyen des armes chimiques contre Israël est clairement montrée, ainsi que la façon dont Dieu retourne la chose et la fait retomber sur la propre tête de ses ennemis. “Et c’est ici la plaie dont l’Eternel frappera tous les peuples qui auront fait la guerre contre Jérusalem: leur chair se fondra tandis qu’ils seront debout sur leurs pieds. Et leurs yeux se fondront dans leurs orbites, et leur langue se fondra dans leur bouche” (Zach. 14.12).

L’ensemble de ceux qui périront sera le tiers du genre humain. On peut demander: Si ces puissances s’annoncent déjà si clairement, combien proche doit être la réalisation de leurs projets? Et plus concrètement encore: combien proche doit être alors l’enlèvement?

L’Euphrate est l’un des quatre fleuves qui sortait du fleuve arrosant le paradis, le jardin d’Eden, comme cela nous est décrit dans Genèse 2.10-14. C’est là où se trouvait le berceau de l’humanité, là où était le Paradis, là ou le Seigneur, conformément à l’alliance faite avec Abraham, lui avait promis de lui donner le pays depuis le fleuve d’Egypte jusqu’au grand fleuve, le fleuve Euphrate (Gen. 15.18), c’est là que s’annoncent les ennemis d’lsraël, et ils ne veulent pas seulement partager le pays d’lsraël, mais également anéantir le peuple de Dieu. Cependant, ils ne réussiront pas à faire cela. Les frontières que Dieu a fixées pour le pays d’lsraël sont aussi décrites dans Josué 1.4 et dans d’autres passages: leur territoire doit aller du Liban jusqu’au fleuve Euphrate et jusqu’à la grande mer à l’ouest.

Il est visible que la rage des ennemis d’lsraël se fait toujours plus violente contre le pays promis, et naturellement aussi qu’elle est dirigée contre le peuple élu, lequel est le porteur primitif des promesses de Dieu. Il en est de même avec l’Eglise du Nouveau Testament, Laquelle croit les promesses de Dieu et les porte; l’ennemi laisse en paix tous les autres car ce ne sont que les promesses qu’il conteste, et c’est pourquoi il combat ceux qui les portent. Frère Branham, lequel Dieu a envoyé en notre temps, a fait cette déclaration: «Dieu ne peut bénir lsraël que lorsqu’il se trouve dans le pays promis! Pareillement, Dieu ne peut bénir Son peuple tiré des nations que lorsqu’il est trouvé dans les promesses pour ce temps».

A plusieurs reprises le Seigneur Jésus donne cette exhortation: “Que celui qui lit comprenne…” et: “Quand vous verrez toutes ces choses…?” (Mat. 24.15 et 33). lI a dit à l’avance ce qui arriverait avec lsraël, et c’est aussi ce qui est arrivé. Pareillement, il a été dit à l’avance ce qui arriverait avant et après l’enlèvement. Que le lecteur de la Parole de Dieu fasse alors attention, car: “Bienheureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie et qui gardent les choses qui y sont écrites, car le temps est proche!” (Apoc. 1.3).

Nous vivons réellement à la fin des derniers jours; cependant, qui le reconnaît? Qui donc remarque qu’il s’agit maintenant de la prophétie biblique, de la Parole de la prophétie? et qu’il ne s’agit pas des nombreuses prophéties qui sont données dans les rencontres charismatiques, au travers desquelles les gens expriment leurs propres pensées et idées. Il s’agit donc de la Parole prophétique dans Laquelle Dieu a tout dit à l’avance, et au sujet de Laquelle Pierre écrivait déjà en son temps que nous faisions bien d’être attentifs, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur. Le temps est réellement très, très proche. lsraël célèbre cette année le 70ème Jubilé — 1948, l’année de fondation de l’Etat d’lsraël, était le 69ème Jubilé — et les vrais croyants parmi eux expriment tout particulièrement au mur des lamentations leur désir ardent d’expérimenter la venue du Messie.

JERUSALEM EST-ELLE EN L’AN 2000 OU EN L’AN 6000?

Wilhelm Roos, qui vit à Jérusalem, a attiré l’attention de la population d’lsraël, lui faisant remarquer que dans 3 ans les Juifs ne devraient pas compter l’an 5760, mais bien l’an 6000, car le compte du calendrier Juif a laissé de côté les 70 années de l’exil à Babylone ainsi que 170 ans des 400 années en Egypte. Ces 70 et 170 ans donnent ensemble les 240 ans qui manquent à l’année 5760 pour l’achèvement de l’an 6000. Avec cela en l’an 2000, c’est à dire l’an 6000 des Juifs, commencera le septième millénaire, le millénium du Sabbat messianique, dans lequel la justice et la paix s’embrassent. En outre, en 1998, avec la nouvelle année Juive, Roch Hachana, qui se célèbre le 2l septembre, le 70ème Jubilé commencera (Lév. 25). Le 69ème Jubilé était 1948, lorsque l’Etat d’lsraël a été fondé. — NAI, mai 1997 p. 14 —.

Même si Dieu ne s’aligne pas sur notre calendrier, et que notre chronologie a de toute façon un retard de 4 à 7 ans environ, toutefois le lecteur attentif de la Parole prophétique s’aperçoit que le temps de l’accomplissement de toutes les prophéties en relation avec l’Eglise, le retour de Christ, et lsraël, s’est approché. Le dernier appel est: “Voici l’époux; sortez à sa rencontre” (Mat. 25.6). Lui-même, en tant qu’Epoux, par le moyen de Sa Parole promise révélée, appelle Son Epouse à sortir, et Il lui révèle les mystères de Sa volonté. L’Epoux, qui est la Parole devenue chair, va trouver lors de Son retour une Epouse-Parole.

Nous devons reconnaître maintenant ce que Dieu fait, et non seulement prêcher et parler sur ce qu’il a fait autrefois. Ce qui a toujours été la marque des véritables croyants, est le fait qu’ils ont reconnu en leur temps ce que Dieu faisait. Dieu a tout prédestiné et lorsque le temps est accompli cela arrive, aujourd’hui comme toujours, et cela jusqu’à la fin. C’est Lui qui met déjà clans le coeur des Siens ce qu’ils vont prendre avec eux dans l’éternité. Même si nous ne comprenons pas toujours tout de suite ce qu’Il fait, nous l’acceptons car c’est conforme à la Parole, et nous sommes reconnaissants car nous avons reconnu que tout ce que Dieu fait a une valeur éternelle. Nous avons également reconnu que personne ne doit ajouter ni retrancher à Sa Parole.

Dieu a toujours agi, et une fois ou l’autre, mais dans une courte durée, il agira pour la dernière fois. Comme autrefois avant Sa première venue, Il a maintenant envoyé avant Sa deuxième venue un homme préparant le chemin, lequel a tourné le coeur des enfants de Dieu vers les pères du christianisme primitif. Celui qui est familiarisé avec ce que Dieu a promis, et qui le croit, aura part à cet appel à sortir, à cette préparation et ce perfectionnement de l’Eglise-Epouse, car il s’agit d’arriver à un plein accord avec Dieu et la Parole de Dieu. Que celui qui lit prenne garde! Que celui qui a des oreilles pour écouter, écoute!

DEVELOPPEMENT DU TEMPS DE LA FIN

Après la chute de l’Union Soviétique, et avec elle celle du communisme mondial, n’est demeuré comme puissance mondiale reconnue de tous que le catholicisme mondial. La puissance mondiale des Etats-Unis est de plus en plus dépouillée de sa puissance, et cela sous nos yeux. Ce qui il y a encore quelques années eût été impossible est accepté aujourd’hui comme allant de soi: Au moyen d’un complot, on rend le président des Etats-Unis ridicule dans le monde entier, et cela, comme le dit la voix populaire: «Là ou le diable ne peut y arriver lui-même, il envoie une femme». Dans ce cas-là il y en a même plusieurs, et la presse des Etats-Unis caractérise l’une d’elle comme une sorcière et ennemie déclarée de Bill Clinton qu’elle veut détruire. On peut penser de cela ce qu’on veut, mais c’est déjà étrange quand on peut lire sur les journaux que Miss «telle et telle» travaille aussi dans le diocèse catholique de Little Rock, Arkansas, U.S.A., alors que BilI Clinton, en tant que Baptiste et chrétien pratiquant, compte parmi ses amis Billy Graham et Robert Schuller. Cependant là aussi s’accomplit la prophétie: La superpuissance des Etats-Unis doit faire place à la superpuissance de l’Europe Unie. C’est ainsi que cela a été annoncé d’avance.

Daniel vit quatre empires: Le dernier est l’empire Romain, et c’est ainsi que tout prend l’aspect du temps de la fin. De toute façon la puissance mondiale n° 2 veillera à ce que tous reconnaissent la puissance mondiale n° 1, comme il est écrit dans la deuxième partie d’Apocalypse 13. Les Etats-Unis tiennent pour Israël, et c’est là pour l’ennemi une épine dans l’oeil. La Russie, qui est décrite dans les prophéties bibliques comme le roi du nord, se trouve aux côté des arabes, et il est le véritable fournisseur en armes chimiques, pour des milliards de dollars. Il est assez significatif que lorsqu’un Vladimir Schirinowski, avant son envol en avion privé pour Bagdad, se laisse photographier en élevant son index, ait dit: «Je vous apporte la paix!». A quelle sorte de paix aura-t-il pensé?

REPONSE A DIVERSES QUESTIONS

Beaucoup de choses écrites dans des publications chrétiennes, comme aussi en partie dans celles du monde, soulèvent des questions. Moi-même je ne peux répondre avec une pleine certitude qu’aux choses qui se trouvent dans la Parole, et cela par la Parole.

Mais quand par exemple il est demandé ce qu’il en est des rouleaux de la mer Morte, je ne peux exprimer que ma propre pensée, parce qu’il ne s’agit pas vraiment d’un thème biblique. Moi-même je ne tiens pas compte de ces rouleaux, car le 95% sont illisibles — comme récemment des chercheurs critiques l’ont remarqué —, et secondement, parce qu’on les emploie pour rendre indigne de foi le Nouveau Testament. Il n’en demeure pas moins que le Nouveau Testament depuis 2000 ans a été confirmé comme digne de foi. Ces rouleaux trouvés de notre temps viennent d’une secte composées d’hommes qui vivaient à la manière des communautés d’un couvent; ils ne pouvaient que transmettre l’opinion de ce groupe de personnes, et cela n’a rien de décisif quant au contenu véridique du Nouveau Testament.

D’autres veulent savoir s’il est vrai que des chercheurs aient découvert l’endroit exact par lequel Israël a franchi la mer Rouge. Leur preuve devrait se trouver dans des reprises cinématographiques montrant des milliers de chars, et plus spécialement les roues des chars de l’armée égyptienne. Je n’ai besoin d’aucun film à ce sujet. S’il y a des roues quelque part, cela ne change rien à la réalité que les croyants acceptent sans aucune preuve. Ils croient le témoignage des Ecritures, même s’ils ne le voient pas. Au cas où cela serait juste, comme avec l’arche de Noé, ce n’est là qu’une preuve pour les incrédules.

D’autres encore s’enthousiasment pour un film qui montre l’exhumation de l’Arche de l’Alliance au mont Golgotha, ou plus exactement, qui devrait montrer cela. De quelle manière l’Arche de l’Alliance serait passée du Temple qui se trouve sur la montagne de Sion pour parvenir à l’intérieur du lieu du crâne (Golgotha), personne ne le sait. Selon une autre version, l’Arche de l’Alliance a été amenée par les légions romaines de Titus en Italie, et elle se trouverait sous la garde du Vatican. D’autres encore prétendent qu’elle se trouverait ensevelie sous les ruines exactement à l’endroit où elle était placée. Après la destruction de Jérusalem, Vespasien a conduit un cortège triomphai au travers de Rome et a montré le butin qu’il avait pris à Jérusalem. L’Arche de l’Alliance ne se trouvait pas parmi celui-ci, seule s’y trouvait la Menora — le chandelier d’or aux sept branches. Cependant qu’a donc à faire l’une ou l’autre de ces versions avec notre foi? Souvent la pensée me vient que de la manière la plus pieuse on est véritablement détourné des choses importantes qui nous concernent maintenant. Jean vit l’Arche de l’Alliance dans le ciel (Apoc. 11.19), et c’est ce qui doit être déterminant pour nous.

Quelques-uns veulent savoir si les chrétiens primitifs portaient ou se servaient d’un signe de reconnaissance, à savoir le symbole d’un poisson. Certainement pas! Pas davantage les chrétiens primitifs que les autres n’ont jamais eu un signe de reconnaissance extérieur, et encore moins les chrétiens venant du Judaïsme n’avaient cela parce qu’il était expressément interdit dans la loi de faire la figure d’un poisson (Deut. 4.18). Les chrétiens des premiers siècles n’avaient pas davantage le signe d’une croix. Ce n’est qu’après que Constantin prétendit avoir vu une croix dans le ciel que l’idée en est venue. La croix portant le Corps, connu sous le nom de Crucifix, ne fut connue que juste avant le tournant de l’an mille, et cela plus particulièrement dans les croisades où l’on en usa et abusa.

Il y a tellement de choses qui sont vantées aux hommes comme intéressantes, bibliques, et même chrétiennes, et qui ne le sont en réalité pas du tout. Même avec la soi-disant “eau sainte” du Jourdain ont fait un commerce juteux, comme récemment aussi avec “l’air saint” venant directement de Jérusalem.

On peut sans cesse constater que des personnes, qui ne sont pas de véritables croyants, croient les choses les plus impossibles. Cependant, conformément au témoignage des Saintes Ecritures, les véritables enfants de Dieu ne croient que ce qu’Elle dit et ce dont Elle témoigne. Ils n’y ajoutent rien et n’en omettent rien, mais la prennent simplement avec reconnaissance. Toute autre chose n’est bien plutôt que de l’incrédulité et de la superstition, mais nullement de la foi, et il ne profite à personne de s’occuper de cela.

NOUVELLES MISSIONNAIRES

Les paroles me manquent pour décrire la bonté de Dieu, Ses directions et Son action, et cela plus particulièrement lorsqu’il s’agit du voyage de mars en Extrême-Orient. En effet on connaît déjà ce que Dieu fait en Europe, en Asie et en Afrique. A présent j’ai pu apprendre ce qui se fait en Chine et dans les pays de l’Extrême-Orient. Les frères de Chine m’ont instamment prié de ne pas publier leurs noms, afin que l’oeuvre de là-bas ne soit pas entravée. J’ai appris que mes trois plus importantes brochures, ainsi que tout un lot de prédications de frère Branham, ont été imprimées depuis des années en langue chinoise. Des milliers de Chinois croient le message, et des centaines ont déjà été baptisés bibliquement. Ma prédication du 16 mars a été enregistrée en langue chinoise afin d’être également diffusée.

Dans tous les pays environnants, Dieu fait de grandes choses. En vérité, le Seigneur appelle les Siens à sortir de tous les peuples, tribus et nations. C’est en effet dans un ministère à l’échelon mondial que nous nous trouvons. Et le plus merveilleux est que nous pouvons être dans la volonté directe du Seigneur, et en accord avec Sa Parole. A cause de toutes ces âmes précieuses dans le monde entier, cela aura valu la peine d’endurer toutes les critiques. En tant que combattant pour la Vérité on est souvent blessé et on en porte plus d’une cicatrice.

Ce que j’ai dit dès le commencement de la commission qui m’a été confiée est valable jusqu’à la fin. Je ne désire aucune louange et aucune récompense — que ma récompense soit englobée dans celle de mon Sauveur pour Ses souffrances, par lesquelles Il a racheté les Siens dans le monde entier à un grand prix. Qu’y puis-je s’il m’a appelé et commissionné pour porter Sa Parole et distribuer la nourriture spirituelle? Même si je dois faire de grands sacrifices, comme renoncer à avoir une vie de famille et de couple normale et être presque la moitié de mon temps chaque mois en route, sans compter les fatigues, les incommodités et les difficultés des voyages, les changements de fuseau horaire et de climats, et cela depuis plus de 30 ans, tout cela est minime en regard du sacrifice accompli par mon Sauveur pour les rachetés.

Comme nous l’avons déjà dit au commencement, il y a un temps pour toutes choses. Dieu a promis que des jours viendraient dans lesquels Il enverrait une faim, à savoir une faim d’entendre Sa Parole (Amos 8.11). Dans Matthieu 24.45 le Seigneur a parlé d’un temps dans lequel la nourriture serait distribuée au temps voulu. C’est à cela que nous pouvons assister maintenant. Bien entendu, cela est reconnu seulement par ceux qui reçoivent la Parole écrite et les promesses de Dieu, et qui participent par la grâce de Dieu à ce que le Seigneur fait maintenant.

Agissant de la part de Dieu.
Br. Frank

 

 

Retour haut de page
Retour lettres circulaires
Retour page d’accueil
Commander
Nous contacter