“Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement” (Hébreux 13.8).

Lettre circulaire N° 4 — Novembre 1975


Je vous salue tous cordialement dans le précieux Nom de Jésus-Christ, par cette parole de Jean 12.35,36:

“Jésus leur dit: La lumière est encore pour un peu de temps au milieu de vous. Marchez, pendant que vous avez la lumière, afin que les ténèbres ne vous surprennent pas; celui qui marche dans les ténèbres ne sait où il va. Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin que vous soyez des enfants de lumière”.

Aujourd’hui, le Seigneur Jésus-Christ nous adresse les mêmes paroles qu’Il dit alors à Ses disciples. Il s’agit donc de comprendre ce qu’Il dit, afin que nous soyons éclairés par la lumière divine. Il ne suffit pas de parler de la lumière selon le point de vue humain; celle-ci doit pénétrer les profondeurs de notre être, afin que nous soyons nous-mêmes éclairés et que tout le conseil de Dieu soit mis en lumière. Jésus-Christ est la Lumière. Celui à qui Il Se révèle ne demeurera pas dans les ténèbres, mais il aura la Lumière de la Vie, et il marchera dans cette Lumière.

Paul écrit aux Ephésiens: “… et maintenant, vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière” (Eph. 5.8). Il écrit aux Colossiens que Dieu nous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints. Lorsque, par la grâce de Dieu, nous a été donnée la révélation divine de la Parole de Dieu, nous reconnaissons quel merveilleux héritage est accordé aux saints dans cette Lumière. Lorsqu’au commencement, Dieu créa les cieux et la terre, la première chose qu’Il dit, c’est: “Que la lumière soit!”. Et la lumière fut. Alors, Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres.

En Christ, nous sommes devenus une nouvelle créature. Dieu dit: “Que la lumière soit!”. Et, dans notre temps, la lumière vint par la Parole révélée. Pierre dit dans son épître que nous faisons bien de prêter attention à la parole prophétique, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur. Quelle est pour nous la signification de ces passages bibliques? Cela veut-il dire que nous devions comprendre les projets d’une église ou d’un mouvement? Avons-nous besoin d’être éclairés pour nous joindre à une organisation humaine? Non. Il s’agit, dans ce temps, de recevoir la révélation prophétique de la Parole de Dieu, et de reconnaître de quelle manière le Seigneur agit avec Son peuple.

Ces dernières semaines, la parole du prophète Zacharie 14.7 m’a tout particulièrement donné à réfléchir. Ce qui m’a frappé, c’est le fait que frère Branham s’est souvent référé à ce passage biblique. Dans ce texte, il est question d’un jour qui est bien connu du Seigneur, lequel n’est ni jour ni nuit, et cependant, au temps du soir, il devait y avoir de la lumière.

Paul parle du jour du salut dans lequel le Seigneur nous a secourus, et du temps favorable dans lequel Il nous a exaucés (2 Cor. 6). Il se rapporte aux paroles prononcées par le prophète Esaïe, dans le chapitre 49. Il ressort du contexte de ces paroles qu’au jour du salut, il doit être rappelé aux prisonniers qu’ils sont libres, et qu’ils peuvent sortir de leur captivité. C’est alors à ceux qui sont assis dans les ténèbres que s’adressera cette proclamation: “Paraissez dans la lumière!”. Les désolés entendront cette parole d’exhortation: “Soyez consolés!”; et Il dira aux malades: “Soyez guéris!”. L’Evangile de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, est un message magnifique, qui rend libre et satisfait le coeur; il s’étend à tous les domaines de notre vie, à l’esprit, à l’âme et au corps — si toutefois nous le croyons.

Jésus-Christ, notre Seigneur, nous dit: “Marchez pendant que vous avez la lumière…”. Au commencement du Nouveau Testament, les promesses de Dieu s’accomplirent de diverses manières. Chaque fois que la Parole de Dieu fut à nouveau placée sur le chandelier, et que les promesses de Dieu furent publiées et crues, la lumière divine rayonna dans l’Eglise de Dieu. Déjà, lors de l’apparition de Jean-Baptiste, la lumière divine vint sur tous ceux qui eurent foi en son message. Celui qui suivait le Seigneur Jésus ne restait pas dans les ténèbres. Au contraire, il avait la Lumière de la Vie, il reconnaissait les voies de Dieu, et il marchait en elles. Depuis les jours de Pentecôte, chaque fois que quelqu’un a été saisi par l’action du Saint-Esprit, alors ce croyant a vu briller la lumière de la gloire de Dieu, resplendissant sur la face de Christ, comme cela avait eu lieu dans l’Eglise originale.

Chaque jour, à l’aube, le soleil se lève et paraît dans toute sa force. Les ténèbres reculent et se dissipent, car le jour a commencé. De même, au commencement du Jour du Salut, la lumière majestueuse du Soleil de Justice a paru et brillé avec éclat en portant le salut et la guérison dans Ses rayons. Celui qui est touché par ce rayon de Lumière ne peut rester plus longtemps dans les ténèbres, mais il reçoit au contraire l’illumination céleste. C’était un merveilleux commencement du jour de la grâce que Dieu avait projeté de donner à l’humanité. Cependant, le jour du salut ne demeura pas entièrement dans cette lumière originale. L’éclat dont était revêtu le christianisme original, cette lumière sans mélange, pâlit, et le jour se troubla; différents nuages vinrent voiler le Soleil de la Grâce. Cependant, la promesse de la Parole prophétique disait: “Mais vers le soir, la lumière paraîtra”. Nous ne demandons pas comment cela arrivera, nous croyons simplement la Parole promise, et nous voyons, et expérimentons, l’accomplissement de cette Parole. Nous ne cherchons pas à nous orienter d’après ce qui s’est passé au cours des siècles de l’histoire de l’Eglise du Nouveau Testament, mais nous allons directement au commencement, nous revenons à l’origine pour savoir ce qui doit arriver, maintenant, à la fin du jour.

La pleine restauration ne nous ramène pas à deux ou à quatre siècles en arrière, mais bien au fondement original, et aux bénédictions de Dieu qui reposaient sur le christianisme du début. La fin de l’Eglise du Nouveau Testament doit être semblable à son commencement. Le même Esprit — dans la même puissance, la même gloire que le Seigneur Dieu a fait connaître au commencement — doit être manifesté, car Jésus-Christ, notre Seigneur, est le Premier et le Dernier, Il est le Commencement et la Fin.

Nous devons comprendre que l’Eglise du Nouveau Testament a un commencement prophétique. C’est-à-dire qu’au milieu d’elle, et par elle, des prophéties bibliques se sont accomplies. Celui qui a reçu la Parole révélée par Dieu pour ce temps reconnaît qu’à nouveau, des prophéties bibliques se sont accomplies devant nos yeux au sein même de l’Eglise. La lumière a éclaté pour éclairer les véritables croyants de toutes les nations, afin que le chemin divin soit illuminé.

Moïse, en tant que prophète de Dieu, fit cette prière: “Maintenant, si j’ai trouvé grâce à tes yeux, fais-moi connaître tes voies” (Ex. 33.13). Ce qui importe dans notre temps, c’est que nous reconnaissions la voie que Dieu poursuit avec Son peuple, conformément à Sa Parole.

Nous lisons plus loin que Dieu fit connaître à Moïse Ses voies et Sa manière d’agir avec les enfants d’Israël. Le Seigneur n’a jamais manqué. Il a exaucé la prière de Ses enfants, et a accordé à Son peuple la grâce et la lumière. Cependant, nous lisons que plus tard ils ne reconnurent pas Ses voies. Il est possible que des enfants de Dieu prient dans la sincérité de leurs coeurs et que Dieu les exauce, et malgré tout qu’ils ne le reconnaissent pas, parce qu’ils se font leur propre représentation des voies de Dieu, et ne se soumettent pas à l’action du Saint-Esprit.

La prière d’un véritable croyant n’est pas faite dans le but d’imposer sa volonté, mais bien de reconnaître la volonté de Dieu, et d’obtenir que, dans Sa grâce, Il l’accomplisse. Dans Sa grâce, Dieu a maintenant pourvu pour que, précisément dans ces temps où les ténèbres couvrent la terre, et l’obscurité les peuples (Esa. 60.2), la clarté de Sa Parole révélée illumine le chemin du véritable croyant. Le jour du salut a commencé d’une manière merveilleuse, mais, depuis lors, la clarté n’était pas rayonnante, pas plus que les ténèbres n’étaient pleinement obscures. Les croyants vivaient comme dans un demi-jour. Cependant, nous avons la promesse qu’il y aurait de la lumière au temps du soir. Nous sommes maintenant dans ce temps du soir, et la lumière est déjà venue. Bientôt, viendra la nuit dans laquelle personne ne pourra plus travailler. Cependant, nous sommes maintenant témoins que Dieu Se souvient de Sa Parole, et qu’au temps marqué, Il L’a fait connaître. Aussitôt que la lumière apparaît, le temps du sommeil est terminé, et nous devons nous lever. En parlant de la connaissance du temps dans lequel nous nous trouvons, l’apôtre Paul dit que c’est l’heure de se réveiller enfin du sommeil, car maintenant, le salut est plus près de nous que lorsque nous avons cru” (Rom. 13.11).

Dans Matthieu 25, il nous est dit que toutes les vierges s’endormirent, mais qu’ensuite, toutes s’éveillèrent et préparèrent leurs lampes pour aller à la rencontre de l’Epoux. C’est le temps du réveil. Le dernier appel a retenti: “Voici l’Epoux, allez à sa rencontre!”.

Beaucoup de prédicateurs parlent de l’heure de minuit sans comprendre ce qui s’accomplit au temps du soir. Celui qui passe à côté de ce que Dieu fait au temps du soir — tandis que la lumière se lève à nouveau et que les hommes sont tirés de leur sommeil par le message divin — et qui n’entend pas l’appel qui lui est fait de se préparer, c’est à celui-là que l’huile fera défaut, quand l’heure de minuit tombera. Cela ne sert à rien que les prédicateurs, interprétant Matthieu 25 d’une façon particulière, affirment à leurs auditeurs qu’ils seront tous présents lorsque le Seigneur Jésus reviendra, alors qu’ils désignent tous les autres comme étant des vierges folles. Tous, nous devons faire silence, et nous mettre aux pieds de Jésus afin d’entendre clairement Sa voix. Nous avons besoin de l’huile de l’Esprit pour saisir, comme le font des vierges sages, ce que Dieu fait maintenant au temps du soir. Avoir seulement l’éclaircissement nécessaire au salut de notre âme ne suffit pas pour avoir part à l’enlèvement; nous devons voir la lumière de la Parole prophétique, laquelle brille en ce temps, et marcher dans la lumière de la Parole révélée. Si nous sommes enfants de lumière, nous aurons communion avec notre Seigneur glorifié, comme aussi les uns avec les autres.

L’ACTION DE L’ESPRIT DE DIEU DANS L’EGLISE

Nous connaissons tous de quelle manière l’Esprit de Dieu agissait au commencement parmi les croyants. Premièrement, il est indispensable que nous recevions la puissance du Saint-Esprit, que nous soyons baptisés de l’Esprit et de feu, et qu’ainsi, nous recevions une part à tout ce que l’Esprit de Dieu fait maintenant, comme le Seigneur Jésus nous l’a promis.

Frère Branham a insisté, dans beaucoup de ses prédications, sur la nécessité de cette expérience que doit faire chaque croyant. Il a souvent dit: «Si Jésus-Christ est le même aujourd’hui, alors, chaque promesse de la Parole de Dieu doit s’accomplir». Il a souvent utilisé cette expression: «Je peux vous montrer où Dieu a donné le Saint-Esprit, et où des hommes ont reçu les dons. Montrez-moi où Dieu Se serait rétracté en cela!». Je vous prie de lire avec prière les dernières prédications concernant les sept lettres aux Eglises, tout spécialement celle adressée à Laodicée. Il n’existe aucun Evangile de Jésus-Christ par lequel une promesse divine soit abolie.

Si quelqu’un pense avoir reçu le baptême du Saint-Esprit parce qu’il croit la Parole de la Vérité, il faut pourtant dire que ce sont deux choses différentes, qui cependant vont ensemble

Paul écrit aux Ephésiens, chapitre 1, verset 13: “En lui, vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Evangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis”. Les disciples avaient marché avec le Seigneur Jésus; sitôt après Sa résurrection, Il avait soufflé sur eux, en disant “Recevez le Saint-Esprit” (Jean 20.22). Conformément à Jean 17.17, ils avaient été sanctifiés par la Parole de Vérité. Il dit aussi, aux versets 16 et 19: “Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Et je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu’eux aussi soient sanctifiés par la vérité”. Et cependant, nous lisons dans le premier chapitre des Actes des apôtres que le Seigneur leur commande de ne pas s’éloigner de Jérusalem jusqu’à ce qu’ils aient reçu la puissance du Saint-Esprit, pour être Ses témoins, à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. C’est “le plein Evangile de Jésus-Christ”, qui est éternellement valable, et qui doit être prêché à tous les peuples, langues et nations jusqu’au temps de la fin, comme un témoignage, et pour le salut des croyants. Frère Branham disait: «Dans leur grenier, les croyants ne commencèrent pas à dire, après quelques jours: Oh, je crois que nous l’avons déjà reçu! Non, ils attendirent jusqu’à ce qu’ils l’expérimentèrent». C’est de mon devoir, devant la face du Dieu Tout-Puissant, de vous dire la pure vérité. Si quelqu’un pense pouvoir réfuter la Bible avec les prédications de frère Branham, je lui dirai franchement qu’il a mal compris le prophète envoyé de Dieu.

La parole de frère Branham, disant que celui qui a véritablement reçu le Saint-Esprit croit la Parole révélée par Dieu pour ce temps, m’est bien connue. Mais plus loin, il dit aussi: «Il y a deux groupes qui sont issus de chaque message. L’un le croit seulement avec son intelligence, et l’autre en a la révélation par le Saint-Esprit».

Je désire accomplir consciencieusement mon ministère, et c’est pour cela que je veux publier tout le conseil de Dieu, afin que tous aient la possibilité de rechercher la face de Dieu dans la prière. Ils pourront alors recevoir la Parole de Vérité, et expérimenter le baptême de l’Esprit pour être sanctifiés et revêtus de la puissance du Saint-Esprit, afin de pouvoir attendre la venue de Jésus-Christ — Jésus-Christ qui est le Même hier, aujourd’hui et éternellement.

Celui qui veut savoir de quelle manière le Saint-Esprit opère efficacement après la restauration de l’Eglise n’a besoin que de lire les Actes des apôtres. Tout au long de ce livre, nous y rencontrons l’action efficace du Saint-Esprit. Il en est de même aujourd’hui. C’est là la restitution de ce que possédait l’Eglise au commencement, et qu’entre-temps Elle avait perdu.

Je sens que je suis conduit à ne plus garder le silence sur ce que Dieu accomplit, dans Sa grâce. Et, dans les émissions de radio à venir, ainsi que dans les lettres circulaires futures, nous les relaterons, Dieu voulant, et comme Il nous conduira de le faire. Il ne s’agit pas de mettre en avant l’assemblée de Krefeld ici, mais seulement de rendre témoignage que l’Esprit de Dieu agit à nouveau, comme autrefois dans les jours des apôtres. Car ce qui est rapporté dans les Actes des apôtres, ce qui s’est accompli en différents endroits, l’a été seulement pour témoigner de l’action du Saint-Esprit dans ces lieux.

Dans les Saintes Ecritures se trouve la norme, établie une fois pour toutes, valable pour l’Eglise du Nouveau Testament. Dieu n’a pas seulement établi les cinq ministères dans l’Eglise, mais en plus de cela, par la révélation de l’Esprit, il en a confirmé quelques-uns dans l’Eglise.

Mercredi 24 septembre 1975, nous avons expérimenté dans un culte ce qui se passa alors dans l’assemblée d’Antioche. Environ trois cents personnes prenaient part à ce culte et, d’un commun accord, elles témoignèrent n’avoir encore jamais expérimenté pareille chose auparavant. Après que j’eusse parlé sur l’action de Dieu, et que je me sois référé à quelques prophéties que le Seigneur donna parmi nous, nous nous mîmes en prière. L’on ne peut pas décrire ici en détail ce qui arriva pendant ce moment de prière. La présence de Dieu remplit la salle. Après que quelques-uns eurent remercié le Seigneur dans leurs prières, un frère, que le Seigneur avait destiné au ministère de la Parole, pria. Il était juste parvenu à la fin de sa prière, lorsqu’une prophétie fut apportée, dans laquelle il était dit: «Voici, ainsi dit le Seigneur! Mon fils,… viens en avant et reçois, par l’imposition des mains, le don qui a été préparé pour toi dès la fondation du monde. Ainsi dit le Seigneur! Car ta foi est grande».

Après que nous ayons prié pour ce frère, selon l’ordre du Seigneur, et que nous l’ayons consacré pour le service, je me sentis conduit par le Seigneur à appeler deux frères anciens, qui sont solides dans la foi, afin de prier pour eux pour qu’ils aident à partager le Repas du Seigneur. Comme j’avais fini cela, une deuxième prophétie vint, disant que je devais encore prier pour un autre frère et pour sa femme. Eux aussi furent appelés par leur nom. Ce frère, sa femme et sa famille purent émigrer en Allemagne, il y a quelques années, de la partie la plus éloignée de la Russie, et cela comme par un miracle de Dieu. Par la grâce du Seigneur, ce frère avait reçu la mission d’apporter le Message du temps de la fin en langue russe, par les émissions radiophoniques. Sa femme, qui l’aide à faire ses traductions, fut également consacrée.

Après avoir prié pour ceux qui avaient été destinés au service divin, je me sentis conduit à prier pour tous ceux qui voulaient se consacrer tout entiers à Dieu. Beaucoup vinrent en avant, et expérimentèrent une bénédiction particulière de Dieu. Dans une vision, il fut montré que le Seigneur Lui-même avait préparé la table, et qu’Il souperait avec nous. La gloire du Seigneur se répandit sur la plate-forme et sur la partie avancée de la salle, comme une toile déployée. Il fut montré quelle serait la dernière personne dans la ligne de prière, et cela après que tous se fussent rassemblés en avant pour la prière.

Je ne savais rien de ce qui avait été montré en vision dans l’assemblée; cependant, conduit par l’Esprit de Dieu, j’exprimai la Parole que nous dit le Seigneur Jésus dans Apocalypse 3 au sujet du souper. Ensuite, j’appelai tout le monde en avant, et nous priâmes ensemble, nous tenant comme sous la nuée de la gloire du Dieu Tout-Puissant, qui nous rencontra tous d’une manière surnaturelle.

Déjà le dimanche 7 septembre, alors que des frères et des soeurs de différentes villes et de différents pays prenaient part, ici à Krefeld, à une réunion, l’Esprit de Dieu agit d’une manière puissante.

Nous sommes reconnaissants de tout notre coeur, non seulement de pouvoir parler d’un Seigneur vivant, mais encore, par Sa grâce, de Le voir au milieu de nous comme étant le Ressuscité, agissant efficacement. Frère Branham parlait d’un réveil parmi l’Epouse, et je crois de tout mon coeur que nous entrons dans ce temps.

Au Seigneur soient la louange, l’honneur et l’adoration!


Agissant de la part de Dieu.
Br. Frank

EDITORIAL

“Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel Il n’y aura plus de délai dans l’accomplissement de mes paroles; la parole que je prononcerai s’accomplira, dit le Seigneur, l’Eternel”.
(Ezéchiel 12.28).

Bien-aimés frères et soeurs en Jésus-Christ,
Que la grâce et la paix vous soient multipliées au Nom de notre Seigneur Jésus-Christ! Amen!
Il m’a été accordé, par la grâce de Dieu, de faire à nouveau cette année une tournée en Afrique francophone. J’ai ainsi pu visiter une partie des croyants qui reçoivent la Parole de Dieu révélée à notre génération, et j’ai pu les exhorter à persévérer dans cette voie. Au cours de ce voyage, j’ai été bien conscient que les prières de vous tous m’accompagnaient. Je vous remercie donc, frères et soeurs en Jésus-Christ, pour votre intercession. Et je puis dire que notre Père céleste a exaucé vos prières.

Au Zaïre, le feu allumé par la Parole de Dieu révélée à notre génération va en s’intensifiant, et de nouvelles âmes sont saisies par ce message. Parmi les frères, plusieurs ont réalisé que le Seigneur les appelait à porter plus loin la Parole reçue, et ils sont partis sous la direction du Saint-Esprit porter ce message à l’intérieur du pays. Frère Mukuna et moi-même avons pu faire une tournée dans les régions les plus éloignées du pays, et tout au long de notre voyage, nous avons pu constater que le Seigneur avait vraiment préparé notre chemin, et cela même dans les détails.

A Lubumbashi, plusieurs serviteurs de Dieu ont reconnu que l’enseignement apporté par notre frère Branham était conforme à la Parole de Dieu. Ils répandent ce message dans leur région et dans le pays voisin, la Zambie. Nous avons rencontré parmi les frères de cette région une soif de connaître la volonté de Dieu; avec le secours de l’Esprit de Christ, nous avons répondu à beaucoup de leurs questions.

Tout au long de notre vol vers Kisangani, le Seigneur nous a fait rencontrer des croyants et des serviteurs de Dieu désireux de connaître le message que Dieu adresse à notre génération. Par des circonstances qu’il serait trop long de raconter ici, le Seigneur nous a conduits dans un endroit où nous n’aurions jamais eu la pensée d’aller. Un évêque d’une église évangélique, qui est en même temps le représentant régional de l’église oecuménique, nous a reçus à bras ouverts, et il a désiré partager avec les autres pasteurs de la ville le message de la Parole que Dieu nous avait confié. C’est ainsi que nous avons pu partager la Parole révélée avec une douzaine de pasteurs de dénominations différentes. Une grande partie d’entre eux ont été saisis par la Parole de Dieu, et plusieurs ont eu à coeur d’approfondir leurs connaissances de cette Parole. Nous sommes reconnaissants à notre Dieu de faire paraître maintenant en plein jour Ses enfants qu’Il a connus avant la fondation du monde. En plus de cela, j’ai été invité par l’évêque à retourner dans toutes les régions du Zaïre où il a des communautés, pour partager cette Parole du Seigneur avec les serviteurs de son Eglise. Si le Seigneur nous en donne la possibilité, nous ne manquerons pas de répondre à cette invitation. Nous vous demandons donc de prier pour nous, afin que nous allions toujours là où notre Père céleste nous veut.

A Mbandaka, dans la province de l’Equateur, depuis quelques mois déjà, un frère a commencé à apporter ce message, et deux frères l’ont rejoint par la suite. Cette région est particulièrement corrompue, mais le Seigneur confirme Sa Parole. Un vieux fumeur de chanvre s’est converti, et il a consacré à la prédication de la Parole le terrain sur lequel il s’adonnait à sa passion avec d’autres fumeurs. Un homme avait été renvoyé à la maison pour y mourir, car le médecin disait qu’il n’avait plus que quelques heures à vivre; les frères ont prié pour lui, et il fut guéri. Quelques jours plus tard, alors qu’il nous avait accompagnés à l’aéroport, il rencontra le médecin (un Chinois) qui l’avait renvoyé, et celui-ci fut très étonné de le voir en vie. Il put ainsi rendre témoignage à ce médecin, et lui remettre quelques brochures. Le Seigneur agit de multiples manières pour que cette Parole trouve le coeur des élus dans tous les pays. Par la suite, le Seigneur a agi encore puissamment dans cette région; des conversions merveilleuses se sont accomplies.

Depuis mon retour en Suisse, j’ai reçu des nouvelles réjouissantes du Zaïre. Entre autres, les membres d’une ligue pour la lecture de la Bible s’étaient rassemblés dans un certain lieu du Bas-Zaïre pour examiner comment combattre le message de la Parole révélée. Sans savoir ce qui se passait, frère Mukuna fut conduit au milieu d’eux, et l’occasion lui fut donnée d’exposer, pendant presque quatre heures, la vérité au sujet de la Parole révélée à notre génération. La majorité des personnes présentes furent convaincues, et, alors que la réunion se terminait par la prière, le Saint-Esprit descendit sur l’assemblée, et les assistants commencèrent à parler en langues et à prophétiser. C’était la première fois que cet événement arrivait dans cette mission, car ce sont des Baptistes, et beaucoup de personnes de l’extérieur furent attirées par le bruit que produisit cette effusion du Saint-Esprit. Que notre Dieu en soit béni! Il est Le même hier, aujourd’hui et éternellement, et Il tient les promesses de Sa Parole. Car cette bénédiction est pour tous ceux qui croiront, et en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu en appellera. La bénédiction de Dieu était si évidente, que l’ennemi des enfants de Dieu chercha à détruire nos frères et soeurs sur le chemin du retour à Kinshasa. La direction de la voiture se brisa dans la montagne, et la voiture fut précipitée dans un ravin, en faisant plusieurs tonneaux. Bien que la voiture se soit retrouvée dans un piteux état, aucun des passagers n’a été blessé. Que notre Dieu soit béni pour Sa fidélité!

Après avoir quitté le Zaïre, je me suis arrêté quelques jours à Douala (Cameroun), où nous nous sommes retrouvés avec plusieurs frères de l’intérieur du pays sous le regard du Seigneur. Durant les entretiens, comme lors des rencontres publiques, le Seigneur a fait entendre Sa voix à plus d’un coeur, et j’ai pu constater que plusieurs croyants ont été renouvelés dans la compréhension de la volonté de Dieu pour ces derniers temps. Ils ont manifesté le désir de collaborer plus étroitement à l’oeuvre d’édification du Corps de Christ. Nous savons en effet qu’à l’avènement du Fils de l’homme, il doit en être comme aux jours de Noé; et, de même que Noé travaillait à la construction de l’arche selon la révélation qu’il avait reçue de Dieu Lui-même, de même nous avons à travailler à l’édification du Corps de Christ selon la révélation qui nous a été donnée au temps du soir. C’est l’Epouse de Christ, un Corps spirituel, uni par les liens de l’Amour Divin versé dans le coeur des croyants par le Saint-Esprit, qui sera enlevée - non pas le croyant individualiste, ou sectaire. Ce n’est plus le temps de travailler pour son groupe, car le temps des dénominations est terminé. L’édification du Corps de l’Epouse-Parole s’accomplit conformément à la Parole de Dieu (qui est la Bible), et sous la direction du Saint-Esprit. Que le Nom de notre Père céleste en soit béni!

Quant à mon passage au Togo, je suis heureux de ne pas avoir connu à l’avance tout ce qui avait été dit et fait pour m’empêcher de venir dans ce pays. C’est ainsi que j’ai pu, sans prévention ni parti pris, m’occuper des problèmes existant parmi les frères qui ont reçu le message apporté par frère Branham. Les adversaires ont été confondus, et ils ont du reconnaître qu’ils avaient été trompés. Une fois de plus, j’ai pu constater dans quelle misère spirituelle (et même matérielle) pouvait conduire l’esprit légaliste et dénominationnel. Dans le cas particulier, cela était d’autant plus tragique que ceux qui ont établi cet état prétendaient apporter la nourriture fraîche du message de Dieu à notre génération. Souvenez-vous que les Israélites devaient recueillir chaque jour la manne, et qu’un seul jour suffisait pour que se corrompe la manne. Prenons donc garde de ne pas faire des paroles de frère Branham un credo. Quiconque lit ses prédications en y cherchant l’inspiration de Dieu (non en y cherchant la lettre qui tue), remarque facilement que le souci constant de frère Branham était d’exalter et de glorifier Jésus-Christ et Son oeuvre. Il nous exhorte sans cesse à sonder la Parole de Dieu, parce que Dieu est dans Sa Parole, et que la Parole se trouve dans la Bible. De même que Jean-Baptiste n’était pas la Lumière, mais qu’il parut pour rendre témoignage à la Lumière (Jean 1.8), ainsi, le précurseur de la seconde venue du Seigneur est venu pour rendre témoignage à Jésus, la véritable Lumière, qui Se trouve dans la Parole originale. C’est là le témoignage de frère Branham.

Si quelqu’un place les paroles de frère Branham avant la Parole de Dieu, ou même à Sa place, il se séduit lui-même, car frère Branham n’a rien enseigné de pareil. Et que l’on ne vienne pas dire, comme certains le font, que frère Branham aurait ordonné de s’organiser selon les “Ordres dans l’église”! Frère Branham a prononcé certaines paroles pour mettre de l’ordre dans son église, mais il a dit assez clairement que ces paroles ne concernaient que son église de Jeffersonville. Je suis persuadé que ce n’est pas l’Esprit de Christ qui a conduit certains frères d’Amérique à exporter ce credo. J’ai pu constater que, partout où ce système est appliqué, il a apporté un esprit sectaire, et il a semé la mort spirituelle. C’était ce qui s’était passé au Togo et au Ghana, mais le Seigneur a eu compassion des élus de ces pays, et c’est une grâce de Dieu pour eux que certains de ces “missionnaires” aient dû quitter le pays.

Par la grâce de Dieu, j’ai pu répondre aux nombreuses questions des frères et soeurs, et j’ai fait tout ce que j’ai pu pour les aider à sortir de leur misère. Le Seigneur a permis que les blessures soient soignées, et que des voies conformes à la Parole de Dieu soient dressées. Mais il faut beaucoup prier pour les frères du Togo et du Ghana, ainsi que pour ceux du Dahomey et de Haute-Volta, car une grande oeuvre reste à faire dans ces pays, pendant que les portes sont ouvertes.

J’ai pu également aller quelques jours en Côte d’Ivoire, où nous avons eu des rencontres bénies avec les frères et soeurs demeurés fidèles à la Parole de Dieu. C’est une joie de voir comment de plus en plus de personnes instruites reçoivent avec simplicité la Parole de Dieu révélée à notre génération. Cependant, toutes les couches de la population sont touchées par ce message. A Sikensi, les frères et soeurs qui n’ont pas voulu se laisser remettre sous le joug de la dénomination sont maintenant persécutés par leurs anciens coreligionnaires. Le Seigneur leur a déjà accordé du secours, mais prions pour eux afin qu’ils aient la possibilité de continuer dans cette voie, et que les prédicateurs fidèles à la Parole révélée puissent les visiter et prendre soin d’eux. Dieu voulant, notre frère Baranowski, de Belgique, sera en Côte d’Ivoire à la fin du mois de décembre. Prions tout particulièrement pour que son ministère soit fécond et béni pendant son séjour dans ce pays.

Je profite de ces lignes pour saluer fraternellement tous les frères et soeurs que j’ai rencontrés au cours de mes voyages en Europe et en Afrique, et je les remercie de ce qu’ils ont pris soin de moi lorsque j’ai passé chez eux. Que le Seigneur vous récompense pour cela, selon les promesses qu’Il a faites dans Sa Parole (Mat. 10.40-42).

Comme un certain frère, du nom de Daniel Janson, a envoyé un peu partout une lettre circulaire dans laquelle il nous accuse de mal traduire les prédications de frère Branham, au point de leur faire dire juste le contraire de ce qu’il a dit, je me vois obligé de réfuter ici ses affirmations. Ce n’est pas que nous ayons besoin de justifier le travail accompli (pendant bientôt neuf ans); les milliers de personnes, bénies par ces prédications, dans tous les pays francophones, savent bien ce qu’elles ont reçu de Dieu par ce faible moyen. Et, comme dit Paul dans 2 Corinthiens 10.12,13: “Nous n’osons pas nous égaler ou nous comparer à quelques-uns de ceux qui se recommandent eux-mêmes. Mais, en se mesurant à leur propre mesure, et en se comparant à eux-mêmes, ils manquent d’intelligence. Pour nous, nous ne voulons pas nous glorifier hors de toute mesure; nous prendrons, au contraire, pour mesure les limites du partage que Dieu nous a assigné, de manière à nous faire venir aussi jusqu’à vous”.

Par un raisonnement digne d’un Jésuite, ce frère affirme que frère Branham a révélé le septième Sceau, et que nous avons mal traduit un certain passage, lui faisant ainsi dire que le septième Sceau n’aurait pas été révélé. Cependant, n’importe qui peut trouver, en relisant la prédication sur le septième Sceau, que plus de trente fois, frère Branham affirme que celui-ci n’a pas été révélé. Voici juste quelques-uns de ces passages, qui parlent d’eux-mêmes. Les références sont celles du texte français de la brochure N° 10 de la Révélation des Sept Sceaux.

(p. 46 §1) «… un des mystères de ce Sceau, la raison pour laquelle il n’a pas été révélé … sept tonnerres ont fait entendre leur voix, et ceci est parfait, parce que personne ne sait rien à ce sujet. Il n’y a même rien qui ait été écrit sur ce Sceau».

(p. 54 §3,4) «Nous avons donc vu que le sixième Sceau nous a été révélé, mais que le septième Sceau, lui, ne pourra pas être révélé avant la dernière heure. Nous voyons que Christ, l’Agneau, prit le Livre dans Sa main, et qu’Il ouvrit le septième Sceau. Mais, vous voyez, c’est un mystère caché. Personne ne le connaît, et cela est bien conforme à ce qu’Il a dit, que personne ne saurait le jour de Sa venue, ni ne connaîtrait quoi que ce soit au sujet de ce mystère des sept Tonnerres. Vous voyez donc bien que ces deux choses sont liées».

(p. 44 §4) «Maintenant, quel est le grand secret caché derrière ce Sceau? Je l’ignore. Je l’ignore. Je ne le comprends pas. Je n’ai rien pu en dire. J’ai juste répété ce qui était dit. Mais je sais que cela se trouvait dans ces sept tonnerres qui grondèrent l’un après l’autre, tonnant à sept reprises, et cela dévoila quelque chose que j’ai vu».

(p. 41 §4,5) «Il est préférable que je m’arrête ici. Je sens que je suis empêché d’en dire plus long à ce sujet. Vous comprenez? Rappelez-vous seulement que, si la raison pour laquelle ce septième Sceau n’a pas été ouvert, la raison pour laquelle Il ne l’a pas révélé, c’est parce que personne ne doit rien connaître à ce sujet».

«… Il a révélé les six Sceaux, mais Il ne dit rien du tout du septième. Et le Sceau du temps de la fin, lorsqu’il commencera, la Bible dit que ce sera un secret absolu».

Ces quelques citations devraient suffire à réfuter l’affirmation de ce frère. Il est assez clair que le mystère de ce Sceau n’a pas été révélé, et celui qui prétend le contraire ne peut vraiment pas être pris au sérieux.

Pour étayer son accusation, ce frère s’est emparé d’un passage de la prédication sur le septième Sceau, dans lequel le traducteur a remplacé le mot “tonnerre” par “septième Sceau”. Si ce frère s’était donné la peine, avant d’écrire sa lettre circulaire, de nous signaler cette erreur, nous aurions pu lui montrer que, d’après le contexte du passage incriminé, frère Branham parle bien du septième Sceau, puisque, dans plusieurs passages, il montre clairement que le grand mystère du septième Sceau est caché dans les sept tonnerres. Si le traducteur s’est permis de mettre “septième Sceau” au lieu de “sept tonnerres”, du point de vue traduction littérale, c’est évidemment une erreur. Mais celle-ci ne change absolument rien au sens de la révélation donnée par frère Branham.

Ce qui est beaucoup plus grave, et qui révèle l’état d’esprit du groupe auquel appartient ce frère Janson, c’est qu’il se soit emparé d’une erreur, qui n’en est pas réellement une, pour jeter le discrédit sur tout le travail de traduction. Si cela avait été par amour de la vérité, il nous aurait signalé l’erreur. En agissant comme il l’a fait, c’est à tous les lecteurs de ces prédications qu’il porte atteinte, car il peut leur faire douter de l’exactitude des traductions. Ceci est très grave, car Dieu est témoin de l’esprit dans lequel est fait ce travail. Il jugera et rendra à chacun selon sa propre oeuvre.

Je regrette d’avoir eu à mentionner ces oeuvres inspirées par l’ennemi des enfants de Dieu, mais l’heure est sérieuse, et le temps de la séparation entre la lumière et les ténèbres est venu. Au temps du soir, Dieu a fait briller la Lumière selon Sa promesse, et quelques-uns ont utilisé ce message pour faire avancer leurs propres affaires. Maintenant, c’est l’heure de vérité. Ceux qui sont de la Lumière viennent à la Lumière de la Parole de Dieu, et le Sang de Jésus les purifie de tout péché. Les autres se séduiront eux-mêmes par de faux raisonnements, et retourneront aux ténèbres des credo et aux liens des organisations dénominationnelles. Que le Seigneur nous accorde donc la grâce de subsister devant Sa face, et de nous humilier sous sa puissante main, afin qu’Il puisse nous élever au moment convenable. Amen!

Votre frère en Jésus-Christ.
A. Barilier

 

 

Retour haut de page
Retour lettres circulaires
Retour page d’accueil
Commander
Nous contacter