“Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement” (Hébreux 13.8).

Lettre circulaire N° 39 — Janvier 1993


Je vous salue tous cordialement dans le précieux Nom de notre Seigneur Jésus-Christ par cette parole d’Esaïe 45.11:

Ainsi dit l’Eternel, le Saint d’Israël, et celui qui l’a formé: Enquérez-vous de moi touchant les choses à venir; commandez-moi à l’égard de mes fils et à l’égard de l’oeuvre de mes mains”.

Quelle indication importante! Le Seigneur Lui-même a parlé. Il veut que nous L’interrogions sur les choses à venir. Mais, comment pouvons-nous interroger Dieu quant à l’avenir? Et comment pouvons-nous, alors que nous sommes Ses fils, Lui enjoindre d’exécuter l’oeuvre de Ses mains et la Lui laisser exécuter? C’est en nous tournant vers Lui dans la prière avec une pleine confiance, afin qu’Il puisse nous faire parvenir la réponse infaillible par Sa Parole. Nous n’interprétons et n’expliquons rien, mais au contraire nous nous laissons conduire par l’Esprit qui connaît le futur, et qui le révèle dans la Parole prophétique. Dans les prophéties bibliques il s’agit principalement des événements accompagnant la première venue de Christ, et de la période actuelle précédant Son retour. Dans les deux cas, tout ce qui est essentiel, jusque dans les moindres détails, a été écrit à l’avance dans Sa Parole.

Tout a été dit à l’avance concernant le précurseur et notre Seigneur, le Messie, jusqu’à Sa crucifixion et Sa résurrection. Que ce soient le Seigneur, les quatre évangélistes ou les apôtres, ils ont en toute occasion posé les événements en relation avec l’histoire du salut sur la Parole prophétique annoncée à l’avance. Dans Son omniscience Dieu pouvait réellement tout annoncer à l’avance. La fin était devant Lui aussi bien que le commencement; le futur comme le présent. Il vit tout cela et planifia tout ce qui devait arriver, depuis le commencement du temps jusqu’à l’avènement de l’éternité.

Lors de la première venue de Christ, celui qui voulait interroger Dieu à ce sujet se tournait vers la Parole promise, Laquelle s’accomplissait en ce temps-là. Et maintenant le Seigneurconduit les Siens par le même chemin infaillible. La prophétie annoncée à l’avance débouche également sous nos yeux dans sa réalisation pleinement accomplie.

Nous trouvons dans Luc 24 quelques-unes des déclarations très importantes de notre Seigneur, lesquelles nous aident à mieux comprendre les temps dans lesquels nous sommes. “Et lui leur dit: O gens sans intelligence et lents de coeur à croire toutes les choses que les prophètes ont dites!… Et commençant par Moïse et tous les prophètes, il leur expliquait, dans toutes les écritures, les choses qui le concernent”. Après être entré dans tous les passages prophétiques qui s’étaient accomplis, Il ouvrit à ceux qui l’écoutaient l’intelligence pour la compréhension des Ecritures. C’est ainsi qu’Il a éclairé pour eux la Parole de promesse qui s’accomplissait, et leur coeur brûlait lorsqu’Il leur parlait.

“Et il leur dit: Ce sont ici les paroles queje vous disais quand j’étais encore avec vous, qu’il fallait que toutes les choses qui sont écrites de moi dans la loi de Moïse, et dans les prophètes, et dans les psaumes, fussent accomplies. Alors il leur ouvrit l’intelligence pour entendre les écritures…”.

Lorsque le Seigneur révéla les choses futures au prophète Daniel, et plus précisément ce qui devait arriver à la fin des jours, l’ange Gabnel lui donna selon l’ordre de Dieu une indication importante: “… car tu es un bien-aimé. Comprends donc la parole, et sois intelligent dans la vision” (Dan. 9.23). Le même appel s’adresse à tout homme de Dieu de chaque âge, et cela plus particulièrement en nos jours. Nous nous trouvons incontestablement au milieu de la réalisation des prophéties bibliques. Nous ne sommes pas seulement arrivés au temps de la fin, mais nous nous avançons dans la fin du temps de la grâce. La Parole que le Seigneur a révélée à Ses serviteurs les prophètes, et qu’Il a fait connaître à Ses apôtres, nous est éclairée en ces jours par le même Saint-Esprit, et cela d’une manière parfaite.

A cet égard également le Seigneur ne change pas Sa manière d’agir. De la même manière Sa méthode, comme aussi le service de Ses serviteur, demeurent en tous temps les mêmes. Comme autrefois, tous ceux qui étaient reliés à l’histoire du salut et exerçaient le service de la Parole trouvaient la Parole prophétique correspondant à chaque événement et édifiaient sur Elle, ainsi en est-il aussi maintenant. Pour les serviteurs de Dieu, il n’y a pas de proclamation théorique et illusoire reposant sur des suppositions, mais bien un exposé à caractère obligatoire et déterminé de tout ce qui appartient au Royaume de Dieu et contribue à son développement au temps de la fin.

En présence des exemples bibliques bien documentés d’autrefois, nous devrions voir comment le ministère des serviteurs de Dieu apparaissait réellement. Aujourd’hui, le Seigneur agit parmi les Siens exactement de la même manière qu’alors. Il nous montre aussi bien les prophéties que leur accomplissement. C’est ce que va nous montrer clairement la mise en parallèle de vingt passages bibliques. Ainsi la Parole de Dieu sera répartie justement. Le plus souvent il nous a été possible de placer une partie de la même citation à gauche et la deuxième partie à droite. Tout cela s’est réalisé avec une extrême précision, à tel point que nous devons observer ceci: Le Seigneur ressuscité ne fit pas ressortir une seule fois Sa Toute-puissance, Ses miracles et Ses signes, pour Se légitimer. Lui, la Parole devenue chair, Se référait à la Parole écrite qui S’accomplissait en Lui. Maintenant Il fait la même chose: Il Se réfere à la Parole promise qui S’accomplit dans Son Eglise, ainsi que dans tous les autres domaines. A Lui en revient tout l’honneur!

Comparaisons qui nous subjuguent et nous convainquent.

 

Promesses

Accomplissement

Esaïe 7.14
“Voici, la vierge concevra et elle enfantera un fils…”.

Matthieu 1.23
“… et on appellera son nom Emmanuel”.
Esaïe 40.3
“La voix de celui qui crie dans le désert…”.
Matthieu 3.3
“Préparez le chemin du Seigneur…”.
Malachie 3.1
“Voici, j’envoie mon messager…”.
Matthieu 11.10
“… lequel préparera ton chemin devant toi”.
Michée 5.2
“Et toi, Bethléhem Ephrata, bien que tu sois petite… …de toi sortira pour moi celui qui doit dominer en Israël…”.
Luc 2.15
“Allons donc jusqu’à Bethléhem, et voyons cette chose qui est arrivée que le Seigneur nous a fait connaître”.
Deutéronome 18.15
“L’Eternel, ton Dieu, te suscitera un prophète comme moi, du milieu de toi, d’entre tes frères; vous l’écouterez…”.
Actes 3.22,23
“… et il arrivera que toute âme qui n’écoutera pas ce prophète sera exterminée d’entre le peuple”.
Zacharie 11.12
“Si cela est bon à vos yeux, donnez-moi mon salaire: sinon laissez-le. Et ils pesèrent mon salaire, trente pièces d’argent”.
Matthieu 27.9,10
“… Et ils ont pris les trente pièces d’argent, le prix de celui qui a été évalué … et ils les ont données pour le champ du potier, comme le Seigneur m’avait ordonné”.
Zacharie 9.9
“Voici, ton roi vient à toi; il est juste et ayant le salut…”.
Matthieu 21.5
“… débonnaire et monté sur une ânesse et sur un ânon, le petit d’une ânesse”.
Zacharie 13.7
“Frappe le berger…”.
Matthieu 26.31
“…et les brebis du troupeau seront dispersées”.
Psaume 118.22
“La pierre que ceux qui bâtissaient avaient rejetée…”.
Marc 12.10
“…celle-là est devenue la maîtresse pierre du coin”.
Psaume 2.7
“Tu es mon Fils…”.
Hébreux 1.5
“… moi je t’ai aujourd’hui engendré”.
2 Samuel 7.14
“Moi, je lui serai pour père…”.
Hébreux 1.5
“… et lui me sera pour fils”.
Psaume 22.22
“J’annoncerai ton nom à mes frères…”.
Hébreux 2.12
“Au milieu de l’assemblée je chanterai tes louanges”.

Psaume 22.1
“Mon Dieu, Mon Dieu…”.

Matthieu 27.46
“… pourquoi m’as-tu abandonné?”
Psaume 41.9
“Mon intime ami aussi, en qui je me confiais,…”.
Jean 13.18
“Celui qui mange le pain avec moi a levé son talon contre moi”.
Psaume 22.7
“Tous ceux qui me voient se moquent de moi…”
Matthieu 27.39
“…l’injuriaient hochant la tête…”.
Psaume 22.16
“Ils ont percés mes mains et mes pieds”.
Apocalypse. 1.7
“Tout oeil le verra et ceux qui l’ont percé”
Psaume 22.19
“Ils partagent entre eux mes vêtements…”.
Jean 19.24
“…et ils ont jeté le sort sur ma robe”.
Esaïe 53.4
“Certainement, lui, a porté nos langueurs…”.
Matthieu 8.17
“… et a porté nos maladies”.
Esaïe 35.5
“Alors les yeux des aveugles s’ouvriront, et les oreillles des sourds seront ouvertes”.
Matthieu 11.5
“Les aveugles recouvrent la vue et les boiteux marchent; les lépreux sont rendus nets et les sourds entendent…”.
Psaume 16.10
“Car tu n’abandonneras pas mon âme au schéol…”.
Actes 2.27
“…et tu ne permettras pas que ton saint voie la corruption”.

 

Nous ne venons de citer ici que 20 des 100 passages prophétiques qui se sont accomplis en ce temps-là. Cela place devant nos yeux la grande valeur qui se trouve da.nsle fait que tout le Nouveau Testament avait été basé sur le fondement infaillible de la parole prophétique, et nous montre ainsi l’accomplissement de ces promesses et leur réalisation. Aujourd’hui il ne peut en être autrement. Dieu est son propre interprète. Il fait que les prophéties s’accomplissent.

Quelques comparaisons de plus nous montreront comment et avec quelle exactitude le Seigneur et Ses serviteurs ont partagé avec justesse la Parole. Nous trouvons dans les prophéties des passages et des versets qui se rapportent pour une partie à la première venue de Christ, et pour l’autre à Sa deuxième venue. Maintenant comme autrefois, le partage juste de ces versets est d’une extraordinaire importance

.

Esaïe 61.1,2:
“L’Esprit du Seigneur, l’Eternel, est sur moi, parce que l’Eternel m’a oint pour apporter de bonnes nouvelles aux débonnaires: il m’a envoyé pour panser ceux qui ont le coeur brisé, pour proclamer aux captifs la liberté, et aux prisonniers l’ouverture de la prison, pour proclamer l’année de la faveur de l’Eternel et le jour de la vengeance de notre Dieu…”.

Luc 4.18.21:
“L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer de bonnes nouvellesaux pauvres;…et pour publier l’an agréable du Seigneur”.
“Et il se mit à leur dire:
Aujourd’hui cette écriture est accomplie, vous l’entendant”.

 

Jésus ne lut pas la deuxième partie du verset où il est question du jour de la vengeance, car il n’aurait alors pas pu dire: “Aujourd’hui cette écriture est accomplie devant vos yeux”. Cette deuxième partie s’accomplira seulement presque 2000 ans plus tard, lorsque le grand et terrible jour de l’Eternel arrivera. Nous voyons combien Dieu est exact dans Sa Parole, ainsi que le Seigneur et Ses serviteurs dans la prédication et le partage de la Parole!

Joël 2.28,32:
“Et il arrivera, après cela, que je répandrais mon Esprit sur toute chair…Et il arrivera que, quiconque invoquera le nom de l’Eternel sera sauvé. Car sur la montagne de Sion il y aura délivrance, et à Jérusalem comme l’Eternel l’a dit…”.
Actes 2.16,20:
“Mais c’est ici ce qui a été dit par le prophète Joël:…avant que vienne la grande et éclatante journée du Seigneur. Et il arrivera que quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé”.

Pierre s’est également arrêté au milieu d’un verset. Il se rapportait seulement à la partie de la Parole prophétique qui s’appliquait à l’Eglise du Nouveau Testament. On peut se représenter combien cela aurait été fatal s’il avait poursuivi sa lecture et avait proclamé aux gens: “Car sur la montagne de Sion il y aura délivrance, et à Jérusalem, comme l’Eternel l’a dit…”. Car alors tous ceux du monde entier où Actes 2 aurait été prêché auraient dû entreprendre le pèlerinage à Jérusalem pour être sauvés. La deuxième partie de cette Parole s’accomplira pour Israël seulement après le retour de Jésus-Christ, sur la montagne de Sion. Combien Dieu est exact dans Sa parole! Il veille sur Sa parole pour l’accomplir au temps oppurtun. C’est à cela que ressemble réellement la direction de l’Esprit et la distribution juste de la Parole auprès des véritables serviteurs de Dieu.

Malachie 4.5,6:
“Voici, je vous envoie Elie, le prophète, avant que vienne le grand et terrible jour de l’Eternel. Et il fera retourner le coeur des pères vers les fils, et le coeur des fils vers leurs pères…”.

Luc 1.17:
Et il ira devant lui dans l’esprit et la puissance d’Elie, pour faire retourner les coeurs des pères vers les enfants…”.

L’ange Gabriel également s’est arrêté au milieu d’un verset biblique. Il s’est rapporté seulement à la partie qui a trouvé son accomplissement dans le ministère de Jean-Baptiste qui était celui de tourner le coeur de ceux qui se trouvaient dans la foi des pères de l’Ancien Testament vers la foi des enfants de la Nouvelle Alliance et d’attirer leur attention sur Christ. La deuxième partie ne fut pas mentionnée, et c’est maintenant qu’Elie trouve son accomplissement en ce que les enfants de Dieu sont reconduits à la foi biblique des pères apostoliques. Combien le Seigneur a été exact, de même que Ses envoyés terrestres ou célestes en prenant garde à la Parole écrite pour comprendre la volonté de Dieu et la partager correctement dans l’histoire du salut.

La première partie de la promesse, qui était d’envoyer Elie avant le grand et terrible jour de l’Eternel, a été accomplie par le ministère de Jean-Baptiste; c’est pourquoi il est aussi appelé Elie. Cependant la promesse qu’Elie devait venir n’a pas été touchée par cela, car notre Seigneur l’a confirmée dans Matthieu 17.11, après que le ministère de Jean-Baptiste ait été depuis longtemps terminé. Le fait suivant est remarquable: Les disciples posèrent au Maître le “problème d’Elie” et voici la réponse qu’ils reçurent: “En effet, Elie vient premièrement, et il rétablira toutes choses”. Cette réponse sortie de la bouche du Maître est aujourd’hui encore de portée obligatoire pour tous Ses vrais disciples. Lorsque quelqu’un s’adresse aux docteurs de la loi de ce temps il recevra une tout autre réponse. Mais quant à celui à qui la réponse du Seigneur suffit, il ne questionnera plus personne d’autre. Mais nous offensons le Seigneur lorsque nous ne Le croyons pas et ne sommes pas satisfaits de Sa réponse. Dans ce cas également, nous voyons combien tout d’abord le Seigneur Lui-même, et ensuite le Saint-Esprit, ont réparti la Parole et ont ordonné les choses justement.

Dans le premier chapitre des Actes, déjà avant l’effusion du Saint-Esprit, Pierre a indiqué les passages de l’Ancien Testament qui venaient de s’accomplir: Psaume 41.10; 69.25; 109.8. De cette manière, en tant que porte-voix du Seigneur, avant l’heure de la naissance de l’Eglise du Nouveau Testament, il plaçait ce qui arrivait sur le solide fondement de la Parole prophétique.

Dans le deuxième chapitre des Actes il fit la même chose, après l’effusion du Saint-Esprit, lorsqu’il dit à l’auditoire étonné par cet événement: “Car ceux-ci ne sont pas ivres, comme vous pensez, car c’est la troisième heure du jour; mais c’est ici ce qui a été dit par le prophète Joël”. Au chapitre 13 des Actes, c’est Paul qui, en s’adressant aux païens, fonde ses déclarations sur la Parole prophétique: “Car le Seigneur nous a commandé ainsi (Esa. 49.6): Je t’ai établi pour être la lumière des nations, afin que tu sois en salut jusqu’au bout de la terre”. Dans Actes 15 ce sont les anciens et les apôtres qui se rassemblèrent pour considérer la marche dans le Royaume de Dieu, du point de vue biblique. Après que quelques frères eurent parlé, Jacques prit la Parole et dit: “Siméon a raconté comment Dieu a premièrement visité les nations pour en tirer un peuple pour son nom. Et avec cela s’accordent les paroles des prophètes, selon qu’il est écrit: Après ces choses, je retournerai et je réédifierai le tabernacle de David, qui est tombé, et je réédifierai ses ruines et je le relèverai”.

Nous trouvons dans tous les exposés, et tout particulièrement dans les épîtres aux Romains et aux Hébreux, combien de multiples fois l’on se rapporte à la Parole prophétique. La parfaite harmonie de l’Ancien et du Nouveau Testament, des prophéties et de leur accomplissement, la classification exacte des événements correspondant à ce qui avait été dit à l’avance, ont été démontrés d’une manière convaincante. Qu’il s’agisse du Seigneur ou de messagers célestes, de l’Esprit de Dieu ou de messagers terrestres: tout est parfaitement ordonné et exposé. Maintenant aussi, alors que la partie finale de l’histoire du salut est sur le point de s’accomplir, nous avons reçu une claire vue d’ensemble. A cette lumière nous voyons plusieurs paroles des Saintes Ecritures, comme par exemple: “Ta parole est une lampe à mon pied” et “Tu as rendu ta Parole grande et glorieuse”. Là où le Seigneur peut manifester Sa manière de faire avec Son peuple, tout est clair selon Sa Parole et Sa volonté, et visiblement tout est ordonné de la façon la plus exacte. Aussi certainement que de saints hommes ont parlé de la part de Dieu, tout aussi certainement de saints hommes ont ordonné correctement de la part de Dieu ce que Dieu a dit. La parole de Paul adressée à l’Eglise de Corinthe est encore juste aujourd’hui: “Car Dieu n’est pas un Dieu de désordre, mais de paix, comme dans toutes les assemblées des saints”.

Remarquez bien ceci: “Dans toutes les assemblées des saints”, c’est-à-dire là ou le Dieu Saint est présent par Sa sainte Parole, au moyen du Saint-Esprit qui conduit dans toute la Vérité. Il établit aussi les divers ministères, afin que toutes choses soient ordonnées correctement. Aux versets 29 à 32 du chapitre qui vient d’être mentionné, il nous est dit que la Parole doit venir aux prophètes pour que les autres puissent se former une opinion à ce sujet. Des frères qui ont été appelés doivent s’avancer en tant que porte-parole de la Parole prophétique, afin que tous soient enseignés et exhortés, car les esprits des prophètes sont assujettis aux prophètes. Il y avait donc des prophètes dans l’Ancien Testament, et il y a des hommes de Dieu dans le Nouveau Testament auxquels la Parole est accordée par révélation. Ils sont appelés prophètes parce qu’ils ont le ministère de répartir la Parole prophétique avec justesse. Là où le Seigneur Lui-même peut agir, tout est véridique et certain et tout est imprégné de l’ordre Divin selon le modèle apostolique.

Dans le dernier chapitre de la Bible il est encore parlé du Dieu des esprits des prophètes. “Et il me dit: Ces paroles sont certaines et véritables; et le Seigneur Dieu des esprits des prophètes, a envoyé son ange, pour montrer à ses esclaves les choses qui doivent arriver bientôt”. Nous avons affaire en ce qui concerne la notion “prophétique”, avec la Parole prophétique, les prédicateurs prophétiques, et les esprits prophétiques. Nous avons aujourd’hui la même assurance qu’avaient les prophètes et les apôtres. Dans Apocalypse 19 nous sont décrites les Noces de l’Agneau: Ceux qui sont conviés au banquet des Noces de l’Agneau sont appelés bienheureux, car ce sont eux qui en tant qu’élus de chaque âge ont eu le témoignage de Jésus, lequel est l’esprit de prophétie. Il est écrit: “Rends hommage à Dieu, car l’esprit de prophétie est le témoignage de Jésus” (v. 10).

II n’y a jamais eu de temps comme ceux de nos jours, où la Parole de Dieu et l’action de Dieu, et en somme le plan entier de Dieu pour l’humanité aient été aussi visiblement et clairement révélés et publiés. En vérité c’est au temps du soir du jour de la grâce que la Lumière est venue. La même Lumière qui a brillé au commencement resplendit maintenant à la fin. La Parole prophétique est aujourd’hui, par l’Esprit de prophétie, exactement et clairement remise dans l’ordre comme au commencement du Nouveau Testament. Le Seigneur et Ses serviteurs les apôtres et les prophètes n’ont jamais attiré l’attention sur eux-mêmes et n’ont jamais déclaré que les signes et les miracles s’accomplissant par eux étaient une preuve de leur ministère, mais tout était fondé sur la Parole écrite. C’est en cela que consiste le service d’un véritable serviteur de Dieu.

QUESTIONS ET REPONSES

Sans cesse on me demande de donner une réponse biblique concernant le mariage, l’adultère et le divorce. Pourquoi ces questions? Pourquoi y a-t-il encore un manque de clarté? N’est-ce pas assez clair dans la Bible? Frère Branham n’a-t-il pas traité ce thème de façon détaillée sur l’ordre direct du Seigneur? D’où vient cependant que plusieurs manquent de clarté? Le Seigneur n’a-t-Il encore pas ouvert l’intelligence à ce sujet, et n’a-t-Il toujours pas donné de révélation?

A proprement parler, toute la thématique de l’Ancien et du Nouveau Testament a été traitée en profondeur et éclairée de tous les côtés. Se pourrait-il que plusieurs qui veulent sans cesse avoir de nouveaux éclaircissement sur ce thème important ne veuillent, à proprement parler, pas de réponse réellement fondée sur la Bible, mais défendent leur opinion préconçue et s’attendent à ce que leurs vues traditionnelles soient confirmées?

Sur le thème du mariage, de l’adultère et du divorce, je me suis décidé à faire connaître l’exposé, neutre, du “Lexique de la Bible” de Fritz Rienecker, édité par Brockhaus Verlag.

«L’homme ne peut pas rompre son propre mariage; l’adultère ne concerne que les relations intimes d’une femme mariée ou fiancée avec un autre homme (Ex. 20.17; Lév. 20.20). Si un tel adultère est découvert, les deux, l’homme comme la femme, mourront tous deux par lapidation (Deut. 22.22); si la femme participant à cet acte n’était pas libre mais esclave, l’homme devait seulement présenter un sacrifice pour délit (Lév. 19.20-22). Si un homme a des relations intimes avec une jeune fille non mariée, ni fiancée, il doit la prendre pour femme et payer sa dot, même s’il est déjà marié, et il n’aura jamais Ie droit de renvoyer cette femme (Lév. 22.16; Deut. 22.28). La lapidation d’une jeune fille fiancée n’est applicable que lorsque la séduction s’est accomplie en ville, là où elle aurait pu appeler à l’aide (Deut. 22.24,25).

Par ces sévères prescriptions on voulait empêcher l’éclatement des mariages. Des passages comme Proverbes 2.16-19; 6.24-35; 7.5-27 nous montrent combien l’adultère était répandu.

Finalement, le divorce est aussi un privilège exclusif de l’homme. D’après Deutéronome 24.1 il a le droit de renvoyer sa femme s’il a “trouvé en elle, quelque chose de malséant” (vilain). Cette prescription donne lieu a de trop nombreuses Interprétations; à l’origIne elle n’était valable que pour des relations impudiques, mais du temps de Jésus les docteurs de la loi étaient prêts à accorder ce droit à l’homme de renvoyer sa lemme pour un déplaisir futile. Il devait alors lui donner une lettre de divorce (comp. Esa. 50.1), sur la base de laquelle elle retournait dans la maison de ses parents (Lév. 22.13) et pouvait se remarier. Du moins ne devait-elle pas ‹sans doute pour empêcher l’arbitraire› redevenir la femme du premier mari, même après la mort du deuxième mari ou après qu’elle aurait été à nouveau renvoyée (Deut. 24.4). En plus du cas d’une jeune fille non mariée qui a été séduite et que l’homme n’a pas le droit de renvoyer, celui-ci perd aussi ce droit au divorce lorsque après la consommation du mariage la femme est faussement accusée de ne pas avoir été vierge (Deut. 22.13-19).

Les prophètes avaient non seulement condamné l’application à la légère de la répudiation (comp. MaI. 2.16), maIs ils l’avaient en général combattue et fait valoir que la monogamie était la seule forme morale possible (comp. Osée 2.16; Esa. 54.5). C’est ainsi que le Seigneur, dans le Nouveau Testament, rejette le divorce lorsqu’Il déclare que ce n’est qu’à cause de la dureté de leur coeur qu’il avait été autorisé (Mat. 19.3-10; Marc 10.2-12). C’est ici qu’il est question pour la première fois que l’homme puisse rompre son propre mariage (v. 11), et que le regard de convoitise sur une autre femme est stigmatisé comme étant un adultère (Mat. 5.28). Jésus a clairement déclaré que le renvoi de la femme l’expose à commettra l’adultère et conduit à la rupture du mariage (v. 32). Une seule exception est faite, si ce n’est “pour cause de fornication” (Mat. 19.9). A cette occasion il emploie un mot très fort, qui signifie davantage qu’infidélité ou adultère. Jésus reconnaît à l’égard de la femme adultère le pardon et la réconciliation (Jean 8.2-11; comp. Deut. 22.26).

Il nous est également sans cesse demandé comment il faut appliquer la dîme. Il n’y a pas beaucoup à dire à ce sujet. Celui qui aime véritablement Dieu accomplit ce qu’Il a commandé dans Sa Parole. Celui qui n’honore Dieu que des lèvres cherche une réponse satisfaisante pour contourner l’obéissance et tranquilliser sa conscience. A cause de cela on argumente généralement en disant qu’il s’agissait de la loi et que c’était dans l’Ancien Testament. Et cela paraît très solennel lorsque les croyants disent: «Dans le Nouveau Testament tout appartient au Seigneur, et non seulement la dîme», mais ensuite on retient pour soi le tout, ainsi que la dîme.

Nous dirons ceci uniquement pour orienter le croyant: Abraham donna la dîme à l’Eternel en la personne de Melchisédek, le roi de Salem, déjà quatre cent ans avant la venue de la loi (Héb. 7). Le peuple d’Israël Lui donna la dîme durant la période de la loi, et les enfants de Dieu fidèles la donnent encore aujourd’hui. Celui qui a écrit l’épître aux Hébreux, que l’ont peut présumer être Paul, d’après les remarques faites tout spécialement dans le dernier chapitre, dit au chapitre 7, verset 8: “Et ici, des hommes qui meurent reçoivent des dîmes; mais là, celui de qui il est rendu témoignage qu’il vit”.

Pour nous tous, frère Branham a été un exemple extraordinaire également à cet égard. Si nous croyons que Dieu l’a envoyé pour ramener l’Eglise à la Parole, à la foi des pères apostoliques et l’engager à avancer dans l’obéissance, alors c’est avec joie que sur ce point nous devrions aussi dire «oui» et suivre son exemple.

Il évoque souvent le don de la dîme. Ce qui nous impressionne tout particulièrement c’est son comportement lorsqu’il avait à payer environ 2’000 dollars au médecin, et quelque 400 dollars pour les médicaments. En ce temps-là il n’était pas encore marié. Les temps étaient aussi mauvais aux Etats-Unis que partout dans le monde. Il ne pouvait pas payer ce montant pour le séjour qu’il avait fait à l’hôpital; il alla donc chez Monsieur Mason et lui dit: «‹C’est ce que je vous dois. Je suis encore très faible, mais j’essayerai d’aller au travail. Je ne peux pas payer maintenant›. Je venais de devenir croyant, et je dis: ‹Monsieur Mason, en premier lieu c’est mon devoir devant Dieu de Lui donner la dîme. Premièrement je voudrais Lui payer ma dîme, ensuite il est de mon devoir de régler mes dettes. C’est vrai que mon père est malade et que nous sommes dix enfants dans la famille, mais même si je ne peux pas mettre plus de 25 cent pour vous régler chaque jour de paye, je le ferai›» [Christ est révélé dans Sa propre Parole. Jeffersonville, 22.08.1965].

«Chaque chrétien à l’obligation de payer sa dîme, parce que c’est un commandement du Seigneur. Le don de la dîme est absolument indispensable à l’expérience d’un chrétien». [Dieu mal compris, 24.07.1961].

«Je connais des personnes qui prennent leur dîme pour la donner à une veuve. C’est faux. Si vous avez quelque chose à donner à une veuve, donnez-le lui. Mais ne lui donnez pas l’argent du Seigneur, car, premièrement, il ne vous appartient pas mais il est à Dieu». [Questions et Réponses. 15.10.1961].

«Lorsque vous vous acquittez de votre dîme, vous êtes tenu de donner la dîme là où vous recevez la nourriture». [Questions et Réponses, 15.10.1961]

Dans Malachie 3, où il est question de l’avant-coureur de la première venue de Christ et du prophète Elie qui devait venir avant le jour grand et terrible de l’Eternel (ch. 4), l’Eternel parle aussi clairement et nettement à Son peuple en rapport avec la dîme: “Car moi, l’Eternel,je ne change pas; et vous, fils de Jacob, vous n’êtes pas consumés”. (Mal. 3.6). Généralement, le peuple d’Israël porte le nom d’honneur de “Israël”, qui signifie “Celui qui lutte avec Dieu”, mais il était au fond demeuré Jacob — Trompeur-Fraudeur —. Aussi, au verset suivant, le Seigneur continue-t-il en disant: “Dès les jours de vos pères, vous vous êtes détournés de mes statuts, et vous ne les avez pas gardés. Revenez à moi, et je reviendrai à vous, dit l’Eternel des armées. Et vous dites: En quoi retournerons-nous?”. Lorsqu’il est dit à l’incrédule de revenir à Dieu, on peut le comprendre. Mais lorsqu’il est dit aux croyants, et cela par le AINSI DIT L’ETERNEL, qu’ils doivent revenir à Dieu, alors ils répondent exactement aujourd’hui comme autrefois: «En quoi — nous qui sommes convertis — devrions-nous retourner?».

A cela, le Seigneur répond: “Un homme frustrera-t-il Dieu? Toutefois, vous me frustrez, et vous dites: En quoi te frustrons-nous?”. A cette question que le Seigneur Lui-même pose également à Son peuple, Il donne une réponse claire: “Dans les dîmes et les offrandes élevées”. Des personnes sincèrement croyantes, intègres, et qui ne voudraient à aucun prix tromper quiconque, trompent Dieu, parfaitement inconscientes qu’elles sont de le faire. Mais un jour, réalisant qu’elles ont été véritablement trompées, elles se tiendront là terriblement désillusionnées. Parce que, sur ce point également la désobéissance est comme le péché de divination et l’obstination comme une idolâtrie (1 Sam. 15.23). Lorsque l’entêtement des croyants continue il s’élève comme un interdit au-dessus d’eux, et leur vie spirituelle demeure sans fruits visibles.

L’Eternel pose cette question parle bouche du prophète Aggée: “Est-ce le temps pour vous d’habiter dans vos maisons lambrissées, tandis que cette maison est dévastée?” (1.4). Celui qui appartient au peuple de Dieu porte sur son coeur toute l’oeuvre de Dieu et toutes ces choses. Aux croyants qui trompent le Seigneur dans les dîmes et les offrandes, Il dit: “Vous êtes chargés de malédictions, et vous me frustrez toujours, vous, la nation tout entière” (Mal. 3.9). Le Seigneur a-t-Il aujourd’hui encore le droit de reprocher la tromperie à ceux qui ne Lui donnent pas la dîme et les offrandes? Ne peut-II pas dire à ceux qui sont avares à Son égard et gardent pour eux Son argent, que l’amour de l’argent est la racine de tous les maux (1 Tim. 6.10), et qu’il provoque beaucoup de douleurs? On se demande parfois pourquoi il y a tant de malheurs parmi les croyants. Le Seigneur, Lui, en a la réponse. Ou bien, parce qu’il est si gentil, devrait-Il écrire une nouvelle Bible pour de tels voleurs des biens de Dieu?

Personne ne peut servir en même temps Dieu et Mammon. Celui qui est lié à Mammon est délié du Seigneur, et celui qui est lié au Seigneur est délié de Mammon. Là où le Seigneur Jésus entre véritablement dans une maison et dans un coeur, là s’accomplit une véritable conversion et une délivrance en toutes choses. C’est ce que nous trouvons confirmé dans Luc 19 et dans les Actes des apôtres. Ce n’est qu’après que Zachée eut dit: “… et si j’ai fait tort à quelqu’un par une fausse accusation, je lui rends le quadruple”, que Jésus dit: “Aujourd’hui le salut est venu à cette maison…”.

Les personnes qui font une expérience avec le Seigneur reçoivent la crainte de Dieu, et cette crainte de Dieu est le commencement de la sagesse divine, et simultanément la fin de tout propre artifice. En Sa présence, les croyants sont convaincus des choses qu’ils n’ont pas faites correctement et prennent sur-le-champ la décision de les rectifier. Cela ne reste pas pour eux de bonnes intentions seulement, mais ils mettent en pratique la Parole.

Si donc un homme qui avait trompé les autres veut rendre au quadruple à ceux qu’il a trompés, qu’en sera-t-il de tous ceux qui ont trompé Dieu de nombreuses années, et même pour beaucoup durant toute leur vie de croyants? Ils ont chanté avec ferveur, ont écouté avec recueillement la Parole et prié sincèrement, et cependant ils ont vécu dans une flagrante désobéissance à l’égard de Dieu. N’est-il pas juste que les vrais enfants de Dieu vivent de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu, et non pas de l’argent de Dieu? Le AINSI DIT L’ETERNEL de Malachie 3, (ainsi que beaucoup d’autres passages encore) n’est-il pas une Parole de Dieu qui doit être vécue et rendue effective? Peux-t-on, satisfait de sa propre personne et sûr de soi-même, se dispenser de cela? Certainement pas, si nous voulons un jour voir le Dieu même qui a ordonné cela. Il veut que la nourriture spirituelle — les riches trésors de Sa Maison — puisse être distribuée par tous les moyens possibles.

La dîme n’a encore jamais appartenu à un croyant et elle ne lui appartiendra pas davantage dans le futur. La dîme appartient à Dieu, qui nous bénit et nous fait parvenir toutes les choses que nous possédons sur cette terre. De tout revenu que nous avons nous donnons premièrement au Seigneur ce qui Lui appartient, avec actions de grâces et une joie intérieure de notre coeur, “car Dieu aime celui qui donne joyeusement” (2 Cor. 9.7). Dans Malachie 3.10 le Seigneur dit: “Apportez toutes les dîmes à la maison du trésor, afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison, et éprouvez-moi par ce moyen, dit l’Eternel des armées, si je ne vous ouvre pas les écluses des cieux, et ne verse pas sur vous la bénédiction, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus assez de place”.

En Israël ce n’était pas seulement les riches, ceux qui étaient à l’aise, qui donnaient la dîme, mais aussi les pauvres qui donnaient au Seigneur de ce qu’ils avaient cultivé dans leurs jardins. Le Seigneur Lui-même a dit: “Car vous payez la dîme de la menthe et de la rue et de toute sorte d’herbe, et vous négligez le jugement et l’amour de Dieu: il fallait faire ces choses-ci, et ne pas laisser celles-là” (Luc 11.42). Ainsi dans le Nouveau Testament également le Seigneur a indiqué que nous ne devons pas négliger de donner la dîme; cependant nous ne devons pas perdre de vue l’amour envers Dieu et envers notre prochain, non plus que le droit et la justice. Ainsi donc ce ne sont pas seulement ceux qui vendent un terrain, une maison, ou qui ont un autre revenu qui donnent au Seigneur leur dîme, mais bien, comme nous l’avons vu, tous ceux qui sont fidèles dans les petites choses.

Tous n’ont pas la possibilité pratique d’être actif dans l’oeuvre de Dieu, cependant tous ont le privilège de soutenir l’oeuvre de Dieu par leurs prières et par l’argent qu’ils donnent à Dieu; c’est ainsi qu’ils ont une riche part aux soins apportés au peuple de Dieu dans le monde entier.

TRAVAIL MISSIONNAIRE

C’est avec une profonde reconnaissance que nous pouvons voir comment la Parole révélée est reçue avec foi par des personnes de nombreuses langues et nations. Sans cesse je pense à Esaïe 53.1, auquel Paul se réfère dans Romains 10.16.

“Qui a cru à ce que nous avons fait entendre, et à qui le bras de l’Eternel a-t-il été révélé?”. A ce sujet, nous pouvons dire par expérience: Celui qui croit Dieu, c’est à lui que le bras de l’Eternel sera révélé. Le message de Paul n’était pas son propre message, mais bien le Message de Dieu. De cette manière également, le message de William Branham n’était pas son message, mais bien le Message de Dieu. Lorsque le message d’un homme n’est pas la pure proclamation divine, c’est alors qu’il est le message de l’homme, et nous pouvons l’oublier. Si quelqu’un n’est pas en accord avec ce que dit notre Seigneur en tant que Fils de l’homme: “Ma doctrine n’est pas mienne, mais de celui qui m’a envoyé” (Jean 7.16), alors son message n’est pas juste. Toutefois notre message est le Message du Seigneur ressuscité, notre évangile est l’Evangile de Jésus-Christ, notre doctrine est la Doctrine de Christ.

Tout retourne à sa source. Notre Seigneur Jésus-Christ dit même: “Celui qui croit en moi, ne croit pas en moi, mais en celui qui m’a envoyé: et celui qui me voit, voit celui qui m’a envoyé” (Jean 12.44,45). Celui qui ne voit que l’envoyé de Dieu, et pas Dieu, ne voit en somme rien du tout. Et celui qui n’écoute qu’un prophète, et non Dieu, n’a en somme pas encore compris l’action de Dieu. Celui qui ne parle que de la doctrine d’un prophète, sans pouvoir confirmer la doctrine de Dieu par les Ecritures, n’a pas encore été enseigné de Dieu. Un message n’est juste que lorsqu’il a sa source en Dieu et qu’il nous ramène à Dieu. Paul exprime cela par cette parole de Romains 10.17: “Ainsi la foi est de ce qu’on entend, et ce qu’on entend par la parole de Dieu”.

C’est ainsi. La véritable et seule foi valable devant Dieu vient de la prédication de la Parole. Ceci est aussi le Message dont il s’agit maintenant, pas de doctrines souvent stupides, et qui sont poussées par le vent de côté et d’autre.

Celui qui croit aujourd’hui le Message de Dieu, c’est à lui que le bras de l’Eternel sera révélé, et il sera conduit à sortir de tout ce qui n’est pas de Dieu pour être établi dans les choses divines.

Nous avons à disposition en allemand 150 prédications de frère Branham en brochures et 50 sur cassettes. Nous avons également les différentes brochures que j’ai rédigées sur divers thèmes. Nous avons aussi maintenant le livre “Le christianisme traditionnel”, et nous prenons comme venant de la main du Seigneur que cette oeuvre missionnaire ait reçu le statut d’une maison d’édition. De cette manière, ce livre figurera dans le catalogue officiel des éditeurs, catalogue que reçoivent les librairies d’Allemagne, d’Autriche et de Suisse.

Dieu a appelé à Son service des frères de différents pays. Et les frères Alexis Barilier pour les pays d’expression française, Etienne Genton pour ceux d’expression italienne, ainsi que tous ceux qui collaborent avec eux font du bon travail. Dès le commencement, nos frères ont travaillé d’une manière désintéressée et avec dévouement dans l’oeuvre du Seigneur. Pour celui qui connaît la peine que représentent la traduction, l’impression et l’expédition de ces prédications, il ne sous-estimera pas tout ce travail. Ce sont de fidèles serviteurs de Dieu avec lesquels je suis le plus intimement lié. Que le Seigneur bénisse leur activité et récompense leur ministère par le fruit de beaucoup d’âmes arrachées à l’empire des ténèbres et introduites dans le Royaume de Dieu pour y êtres gardées dans la pure doctrine.

Nous pensons également aux nombreux autres frères, comme par exemple à notre frère Markku Vuori de Finlande; même si leurs noms ne sont pas mentionnés, ils accomplissent tous fidèlement leur travail dans le Royaume de Dieu. C’est avec diligence que les brochures sont traduites et imprimées dans diverses langues. C’est ainsi qu’est distribuée au peuple de Dieu la nourriture spirituelle fraîche au moment propice. De Krefeld nous desservons les pays d’expression allemande et anglaise, ainsi que toute l’Europe de l’est.

Nous ne pouvons que remercier Dieu d’avoir touché Son peuple, qui a porté Son oeuvre dans la prière et qui l’a soutenue efficacement. Jusqu’aujourd’hui tout a pu être payé ponctuellement. Le Seigneur pourvoira par le moyen des Siens pour les nouvelles et grandes tâches qui sont devant nous. Il pourvoit aux besoins de Son peuple, et Son peuple pourvoit pour Lui. Amen!

CHANGEMENT D’ANNEE

Je souhaite sincèrement à tous les riches bénédictions de Dieu pour la nouvelle année 1993. Il a couronné l’an passé de Sa grâce abondante et de Ses bienfaits, et certainement qu’Il sera avec nous dans cette année qui commence. Sa promesse demeure: “Et voici, moi je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la consommation du siècle” (Mat. 28.20).

Il y a dans le monde entier des milliers de personnes qui croient le Seigneur et qui Le suivent. Dans tous les temps Dieu S’est réservé un résidu de Son peuple (Rom. 11.5). Ainsi y a-t-il maintenant dans tous les pays des croyants qui ne plient pas les genoux devant Baal et ne se soumettent à aucun système religieux, mais uniquement à l’Eternel et à Sa Parole. Ce résidu constitue la partie élue qui, par grâce, expérimentera le perfectionnement de l’Epouse.

C’est avec une pleine confiance que nous avançons dans cette année 1993, parce que nous savons que Dieu Se trouve sur le trône et que toutes choses arrivent selon Sa volonté. Ce qu’Il a promis s’accomplira certainement. Que Dieu, qui est Lui-même le Fidèle et le Véritable, fasse des Siens des croyants fidèles et véritables. Que Son approbation repose sur Son peuple, et que les bénédictions promises puissent êtres manifestées. Je remercie sincèrement tous ceux qui se souviennent de moi dans leurs prières. Comme je suis en première ligne dans cette lutte, l’ennemi m’a pris pour cible comme étant son ennemi principal, et il m’accable de sa grosse artillerie afin de me blesser et me toucher à mort. C’est pourquoi j’apprécie d’autant plus votre assistance dans cette dernière et inexorable lutte pour la Vérité, contre tous et contre les puissances religieuses des ténèbres, lesquelles ont une apparence de sainteté. “Car je pense que Dieu nous a produits les derniers sur la scène, nous les apôtres, comme des gens voués à la mort; car nous avons été faits un spectacle pour le monde, et pour les anges et pour les hommes” (1 Cor. 4.9). A cette occasion je veux tous vous remercier sincèrement pour le soutien que vous accordez à l’oeuvre de Dieu par vos dons. Que le Seigneur récompense chacun, comme Il l’a promis, et qu’Il veuille ouvrir pour vous les fenêtres des Cieux.

CONFERENCE INTERNATIONALE

Au cours des années qui se sont écoulées, de partout dans le monde, des frères dans le ministère ont demandé s’il ne serait pas possible de tenir à Krefeld, en Allemagne, une conférence spéciale. Ainsi, Dieu voulant, si nous sommes encore en vie et présent sur la terre, nous projetons d’avoir une convention internationale, ici, à Krefeld, du

Vendredi 1er octobre jusqu’au dimanche 3 octobre 1993

Le 3 octobre est le grand jour commémoratif de la réunification de l’Allemagne. Le 19 mars 1962, huit mois seulement après la construction du mur de Berlin qui eut lieu en août 1961, William Branham, animé du véritable esprit prophétique prédit ceci: «S’ils restituent la partie est de Berlin, cela mettra le communisme… cela mettra l’empire Romain exactement dans la sphère qu’il avait au temps de Jésus-Christ. Certainement, c’est ce que cela fera. C’est parfait».

C’est Dieu qui fait l’histoire, et nous avons le privilège de vivre dans cette génération qui voit arriver les choses de la fin.

Durant les années 1966-1989 j’ai souvent risqué ma vie en portant de la littérature dans les pays au delà du rideau de fer. Maintenant je peux voir comment dans tous ces pays les palais de la culture du parti sont employés pour des réunions évangéliques.

Les frontières sont ouvertes, et en tant que citoyen allemand je n’ai même pas besoin d’un passeport pour entrer dans ces pays voisins du nôtre. Il y a maintenant plus de liberté que nous n’en avons jamais eu ici. Des interviews sont par exemple possibles à la télévision et nous pouvons obtenir l’aide des journaux pour ce qui concerne les rencontres évangéliques.

Conformément à la Parole de notre Seigneur, l’évangile du Royaume sera prêché à toutes les nations. Par conséquent il fallait que Dieu ouvrît les portes pour que Sa propre Parole puisse être accomplie. Que Son Nom en soit béni!

Il se trouve que la ligne de partage entre l’Est et l’Ouest avait été tracée juste au milieu de notre pays. Maintenant, comme l’avait déclaré frère Branham, l’Est et l’Ouest ont été réunis. L’ancien empire Romain prend forme — la bête qui monte de la mer — et il est constitué d’une multitude de peuples et de langues. Assurément, l’heure est avancée.

Agissant de la part de Dieu.
Br. Frank

 

EDITORIAL

“Je rappellerai ton nom dans toutes les générations; c’est pourquoi les peuples te célébreront à toujours et à perpétuité” (Psaume 45.17).

C’est le Nom de notre Dieu Sauveur, Jésus, que nous voulons continuer de célébrer tout au long de cette nouvelle année. Et pour cela nous pouvons compter sur Sa grâce, car l’Eternel a juré qu’il ne donnerait Sa gloire à aucun autre nom qu’à Celui de Son Fils Bien-aimé. C’est dans ce Nom de Jésus, le Christ béni de Dieu, que nous remercions chacun de nos lecteurs pour le soutien de leurs prières et de leurs dons. Puisse le Seigneur accomplir envers chacun de vous toutes les promesses qu’Il nous a données dans Sa merveilleuse et vivante Parole. C’est le voeu et la prière de l’équipe du Centre Missionnaire de a Parole Parlée en faveur de tous les rachetés du Seigneur Jésus. Amen!

Nous vous faisons savoir que désormais non seulement les serviteurs de Dieu et anciens, mais tous ceux qui désirent obtenir le livre de frère Ewald Frank “Le Christianisme traditionnel, Vérité ou tromperie?”, peuvent nous le commander.

Veuillez recevoir les meilleures salutations de votre frère racheté par le Sang précieux de l’Agneau de Dieu.
A.Barilier

 

 

Retour haut de page
Retour lettres circulaires
Retour page d’accueil
Commander
Nous contacter