“Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement” (Hébreux 13.8).

Lettre circulaire N° 31 — Janvier 1985


Je vous salue tous affectueusement dans le précieux Nom du Seigneur Jésus-Christ par cette parole d’Ephésiens 6.13:

“C’est pourquoi prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté”.

Les versets 10 à 20 de ce chapitre sont bien connus de chacun de nous. Ils nous montrent la nécessité d’avoir revêtu l’armure de Dieu pour affronter le combat spirituel dans lequel nous nous trouvons. Chaque Parole de Dieu nous a été donnée pour notre instruction, et cette fonction divine doit nous conduire au but pour la réalisation des choses promises. Il y a des passages bibliques qui s’accomplissent d’eux-mêmes pour autant qu’ils appartiennent au domaine de l’histoire du salut et de son déroulement. Ensuite il y a des promesses d’ordre personnel dont l’accomplissement dépend de notre foi et de notre obéissance.

Ce chapitre se réfère à la lutte dans laquelle, en tant que croyants, nous avons été engagés. L’adversaire n’est pas moins que le diable lui-même qui a déployé toute son armée, les puissances des ténèbres. Mais une grande bataille a eu lieu, bataille que notre Seigneur a menée personnellement contre Satan et dans laquelle Il a vaincu toutes les puissances des ténèbres. L’Ecriture nous en rend témoignage dans Colossiens 2.13-15, et dès lors nous croyons aussi que notre Seigneur et Sauveur a vaincu et désarmé toutes les puissances et autorités des ténèbres et en a triomphé pleinement. Lors de cette bataille, Il n’eut pas à faire face seulement à une partie des forces combattantes de Satan, mais bien à l’ensemble des armées de l’adversaire et c’est pourquoi la victoire de notre Dieu au moyen de Jésus-Christ notre Seigneur est une victoire englobant toutes choses; elle est une victoire réalisée pour toujours, une victoire valide et définitive sur Satan et sur toutes les puissances des ténèbres.

Dans Ephésiens 1, verset 3, il est écrit: “Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ”. A Golgotha, toutes les exigences de Dieu ont été plus que suffisamment accomplies. C’est pourquoi toute prétention que l’ennemi voudrait faire valoir envers les rachetés est une falsification ajoutée après coup. Notre reconnaissance de dette ayant été déchirée et toutes les exigences de Dieu réglées, l’ennemi a perdu tout droit sur les rachetés.

Malgré cela nous avons à débattre avec ces puissances et ces autorités qui ont été pleinement vaincues et désarmées. Nous lisons au chapitre 6 que les puissances et tes autorités du diable ont provoqué leurs troubles également dans le monde céleste, et que de là elles exercent leur influence. En Christ nous avons été bénis par Dieu de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes. Cependant précisément dans ce monde céleste le diable nous dispute les bénédictions spirituelles acquises et auxquelles nous avons droit. C’est la raison pour laquelle la tromperie et la séduction se trouvent souvent si proches de la Vérité.

Si ces puissances méchantes venaient directement de l’enfer, elles n’auraient pas un langage aussi pieux et ne s’y connaîtraient pas si bien quant aux choses qui viennent du ciel. Cependant elles ne sont pas encore à leur lieu de destination définitif et elles exercent leur domination sur la terre à partir de leur domaine céleste dans les airs. Sans aucun doute il faut, il est vrai, qu’elles s’emparent des hommes ici sur terre afin de pouvoir causer des malheurs parmi eux. Comme frère Branham l’a exposé d’une façon détaillée dans la prédication La plus grande bataille jamais livrée elles essaient d’exercer une influence sur nous dans le domaine de nos pensées. Avant la chute le diable parla à Eve en se servant de la Parole de Dieu, mais en la présentant à sa manière à lui. C’est ainsi qu’il put la séduire. Aujourd’hui encore nous sommes exposés aux mêmes attaques rusées et perfides du diable.

C’est pourquoi notre lutte n’est pas dirigée contre des êtres de chair et de sang mais contre les esprits spirituels méchants qui règnent dans les lieux célestes. Chacun de ceux qui sont devenus croyants doit être placé dans ce débat spirituel. De même que notre Sauveur ne pouvait éviter ce grand combat spirituel, ainsi aucun des rachetés ne peut l’éviter. De même que le Seigneur n’a pu frapper l’ennemi qu’avec l’autorité de la Parole écrite, ainsi devons-nous rencontrer l’ennemi chaque fois avec la Parole écrite. Notre Seigneur chassait les démons par la Parole (Mat. 8.16). Autour de Lui se rassemblaient ceux desquels Il avait chassé les démons et ils Le servaient. Il serait bon pour nous tous également de réfléchir une bonne fois à propos de la pensée qui est exposée dans Luc 8.2: “Les douze étaient avec lui, et quelques femmes qui avaient été guéries d’esprits malins et de maladies: Marie, dite de Magdala, de laquelle étaient sortis sept démons…”. Aucune personne possédée d’esprits mauvais ne peut servir le Seigneur. C’est impossible.. Celui qui lit attentivement les Saintes Ecritures constatera que dès le commencement le Seigneur a chassé les démons et guéri les malades, et qu’Il a chargé Ses disciples de la même mission.

En rapport avec les manifestations surnaturelles devant les accompagner et que le Seigneur a promises aux Siens, il est dit en premier lieu: “En mon nom ils chasseront les démons”. C’est ainsi qu’il en était au commencement; mais aujourd’hui, qui donc est conscient qu’un combat spirituel est pleinement en cours? Où trouve-t-on aujourd’hui la continuation du service de notre Seigneur Jésus-Christ qui incluait âme, esprit et corps comme l’ont aussi accompli les disciples? D’où viennent le chaos, la confusion, les erreurs; d’où vient cette confrontation des uns avec les autres qui nulle part ailleurs n’apparaît aussi grossièrement que chez les soi-disant croyants?

Nous ne pouvons pas nous contenter plus longtemps du déroulement formaliste d’un culte. Nous devons au contraire prier pour que la victoire de Dieu soit rendue manifeste dans Son Eglise. Si nous voulons expérimenter une pure action du Saint-Esprit, il faut premièrement que les conditions bibliques soient créées à cet effet. Beaucoup étaient déjà des croyants, d’autres le sont devenus dans telle ou telle communauté. Mais où donc le modèle biblique se trouvait-il respecté? Pourquoi les promesses de Dieu que nous avions acceptées ne s’accomplissent-elles pas? Pour quelle raison l’Eglise se trouve-t-elle encore dans l’état actuel? Mais uniquement parce que de mauvais esprits qui sont en jeu exercent leur influence sur de pauvres âmes, et cela sans que les gens s’en rendent compte.

Il faut que cela change. En tant qu’Eglise biblique nous devons suivre pas à pas les empreintes bibliques, sans en omettre une seule. Il faut qu’un nouveau départ soit pris qui ne soit pas à la manière des hommes et qui ne commence pas selon une nouvelle doctrine ou une nouvelle méthode, mais qui soit opéré par Dieu Lui-même à la manière biblique d’autrefois, dûment éprouvée. Qui donc est prêt à se livrer au Seigneur? Qui a la volonté de s’éprouver soi-même? Qui a la possibilité de porter un jugement honnête sur le bilan des résultats obtenus jusqu’ici et provenant de sa vie de foi? Qui donc osera prendre le risque de se laisser duper plus longtemps, lui-même ainsi que d’autres sur cette situation affligeante?

Ce qui n’est pas biblique, cela est précisément non-biblique; et ce qui n’est pas juste, c’est quelque chose de faux; et ce qui n’est pas de Dieu, cela vient du diable. En s’éprouvant soi-même, chacun peut constater ce qui est dans son coeur et ce qui est révélé par ses lèvres ou bien par ses actes. Celui dont l’esprit a été réellement libéré, dont l’âme a été rachetée et qui a reçu une nouvelle vie, une vie divine par la nouvelle naissance, est aussi devenu participant de la nature divine, et en tant que racheté il doit avoir les propres vertus et qualités du Rédempteur.

C’est donc un fait acquis que Jésus-Christ, notre Seigneur et Sauveur, a vaincu le diable et toutes les puissances des ténèbres, aussi bien de l’enfer que de la mort. Il a désarmé toutes les forces combattantes de Satan, Il a triomphé d’elles et nous a laissé la mission de publier la Parole de la Croix. Lorsque nous parlons de Jésus-Christ le Crucifié, ce n’est pas seulement eu égard à l’évènement historique mais parce que nous croyons que par cet acte de salut qui englobe toutes choses et qui est d’une valeur éternelle, notre Dieu a sauvé notre âme et libéré notre esprit.

A Golgotha, Dieu a changé la situation. Les puissances de l’ennemi ont été désarmées et nous, en tant que peuple de Dieu, avons été revêtus d’une armure. Mais si en ce temps-là le Seigneur chassa les démons de ceux qui étaient à Lui et Le servaient, il ne peut en être autrement aujourd’hui. Sans aucun doute peut-il y avoir aussi une influence passagère de l’ennemi, comme nous voyons que cela est arrivé à Pierre dans Matthieu 16. Ce n’est pas une possession mais une ruse de l’ennemi, ce qui peut advenir à n’importe qui d’entre nous.

La victoire sur les puissances de ténèbres est une réalité, mais elle doit être révélée à chacun personnellement. Notre Seigneur dit dans Luc 10.19: “Voici, Je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi; et rien ne pourra vous nuire”. Ainsi de même que le salut a été accompli une fois pour toutes, mais doit être reçu de chacun personnellement après que la personne en ait reconnu la nécessité, ainsi l’homme doit être conscient dans la présence de Dieu de ce qu’il a besoin de délivrance. Celui qui ne comprend pas qu’il est perdu ne peut pas être sauvé. Celui qui ne reconnaît pas qu’il est dominé par les puissances des ténèbres ne peut pas être délivré. Que Dieu dans Sa grâce nous accorde une visitation, de telle manière que dans la prière nous puissions nous frayer un chemin jusqu’à Lui et que dans la foi nous puissions rompre ce bastion des puissances de ténèbres qui se trouve dans les lieux célestes.

Dans cette lutte il faut que nous revendiquions nos droits au terrain acquis et défendions la victoire déjà remportée. Conformément aux Ecritures Saintes la véritable foi en notre Seigneur qui est mort, a été enseveli et est ressuscité d’entre les morts le troisième jour est aussi notre victoire, celle qui a vaincu le monde (1 Jean 5.4). Cependant nous devons toujours à nouveau nous placer consciemment sur le terrain victorieux de Golgotha en reconnaissant et en acceptant par la foi la pleine réconciliation au moyen du Sang versé par l’Agneau, reconnaissant que le Seigneur a fait de nous Sa demeure pour revendiquer et défendre les droits qu’Il nous a acquis. Il est dit des vainqueurs: “Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’Agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort” (Apoc. 12.11).

LE RETOUR DE JESUS-CHRIST

Les opinions les plus diverses sont bien sûr données sur ce thème et il en sera ainsi jusqu’à ce que le Seigneur vienne. Dans les Saintes Ecritures il est question de la première, de la seconde et de la troisième venue du Seigneur. La première fois Il est venu pour sauver l’Eglise; la seconde fois Il vient la chercher pour la faire entrer dans Sa demeure; la troisième fois Il vient avec Elle, après le repas des noces de l’Agneau, pour le millénium.

Dans la Parole de Dieu il peut être question dans le même verset aussi bien de la première, de la seconde, que de la troisième venue du Seigneur. Même les disciples ne comprenaient pas la Parole prophétique et en ce temps-là ils demandèrent à leur Seigneur et Maître: “Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël?” (Act. 1.6). Lorsqu’Il parla de Ses souffrances et de Sa mort, Pierre s’écria: “A Dieu ne plaise, Seigneur! cela ne t’arrivera pas” (Mat. 16.22). C’est pourquoi nous ne voulons pas juger à la légère ceux à qui cela n’a pas été donné de mettre bibliquement toutes choses dans le contexte auquel elles appartiennent.

Pour tous les croyants le retour de Jésus-Christ est aujourd’hui un thème actuel, et cela plus particulièrement pour ceux qui ont reconnu le jour de la visitation propice de Dieu dans notre temps. Cependant, précisément en rapport avec ces temps de la fin, le Seigneur nous a mis en garde, disant que de faux prophètes et de faux oints se lèveraient pour séduire les élus, si cela était possible. Parce qu’à cause de la publication de diverses doctrines non bibliques, la plus parfaite confusion règne en beaucoup de gens, nous voulons essayer avec l’aide de Dieu d’éclairer ce grand événement de l’histoire du salut dans l’harmonie des Saintes Ecritures, car cet événement est proche.

L’opinion largement répandue que le retour de Christ avait eu lieu avec l’apparition de la nuée surnaturelle (lors de l’ouverture des Sceaux) doit être repoussée comme étant absolument fausse et antibiblique. Premièrement, rien de ce qui doit arriver lors de la venue du Seigneur ne s’est accompli à ce moment-là; deuxièmement, à ce moment-là les Sceaux n’étaient même pas ouverts; troisièmement, en ce temps-là l’appel et la préparation de l’Epouse n’avaient pas encore eu lieu. Les prédications que frère Branham a données après ce puissant événement du 28 février 1963 ne sont-elles pas de la plus grande importance? N’est-ce pas après cela seulement qu’il a mis en réserve, comme le Seigneur le lui avait commandé, la nourriture spirituelle qui devait être distribuée plus tard?

Le 26 avril 1965 frère Branham prêcha sur le sujet: Confirmant Sa Parole et (au chiffre 239) alors qu’il donne l’appel à l’autel demandant aux gens d’accepter Jésus-Christ, il dit littéralement ceci: «You’ll neyer be no closer to Him until you see Him in person when He comes in His invisible body from the Heavens» «Probablement que vous ne serez jamais aussi près de Lui que jusqu’à ce que vous Le voyiez en personne lorsqu’il viendra des Cieux dans Son corps visible». Jusqu’à la fin de sa vie, comme tous les véritables croyants apparus depuis les jours des apôtres, frère Branham s’est attendu à la venue du Seigneur. Comment des fanatiques peuvent-ils prétendre que le Seigneur Jésus soit déjà venu?

Ce n’est pas notre tâche de dresser la liste des différentes manières de voir et de nous occuper de chacune d’elles individuellement. En abrégé, nous pouvons cependant dire que tous les hommes qui d’un côté se réclament de citations des écrits de frère Branham et qui d’autre part ne veulent pas s’aligner sur les Ecritures Saintes, deviennent le jouet d’esprits d’égarement et se servent de manière abusive du message divin. A ceux qui attendent le retour du Seigneur, Paul déclare ce qui suit: “Or nous vous prions, frères, par la venue de notre Seigneur Jésus Christ et par notre rassemblement auprès de lui, de ne pas vous laisser promptement bouleverser dans vos pensées, ni troubler, ni par esprit, ni par parole, ni par lettre…” (2 Thess. 2.1,2). Nous voyons cependant que partout de précieuses âmes se laissent jeter dans le trouble, et cela rien que parce qu’il est parlé de “révélations” et de “mystères”.

L’affirmation que l’enlèvement aurait déjà eu lieu est de même complètement insensée. Quant aux tombes qui doivent s’être ouvertes lors de cet événement, cela s’interprète comme étant les dénominations du milieu desquelles les individus sont sortis. Quelle altération de la Parole! 1 Thessaloniciens 4 ne peut avoir qu’une seule signification, c’est que lors de la résurrection ce ne sont pas ceux qui sont restés vivants à ce moment-là qui sortent des tombeaux, mais bien ceux qui se sont endormis en Christ. Ce qui est tout aussi humiliant, c’est qu’on continue d’enseigner que l’Epoux est déjà là, que maintenant le repas de noces de l’Agneau a lieu et que la fiancée de Christ est déjà devenue la femme de Christ. On entend même des prières se terminer par ces paroles: «Je Te le demande au Nom de Jésus-Christ, mon mari». Peut-il encore y avoir une pire altération de la pensée chez des personnes croyantes?

C’est avec une grande fermeté que nous devons insister sur le fait que nous n’avons rien à faire avec tout cela, parce que c’est antibiblique. Il ne s’agit pas ici de juger un prédicateur quelconque, mais bien de mettre à nu le sabotage de l’ennemi. Dans ces faux enseignements, comme nous allons le voir tout de suite, il ne s’agit pas seulement d’une connaissance mais bien d’un esprit antichrist qui agit dans les gens. Ces personnes se dressent contre Christ, contre ce que Lui-même et Ses apôtres ont enseigné. Ce qui est contre Christ est antichrist.

Les deux passages bibliques suivants qui se rapportent à la seconde venue de Christ dans une forme humaine sont d’une grande importance. “Bien-aimés, ne croyez pas tout esprit, mais éprouvez les esprits pour voir s’ils sont de Dieu, car beaucoup de faux prophètes sont sortis dans le monde. Par ceci vous connaissez l’Esprit de Dieu: tout esprit qui confesse Jésus Christ venu en chair est de Dieu, et tout esprit qui ne confesse pas Jésus Christ venu en chair n’est pas de Dieu; et ceci est l’esprit de l’antichrist, duquel vous avez entendu dire qu’il vient, et déjà maintenant il est dans le monde” (1 Jean 4.1-3).

Dans la deuxième épître de Jean nous lisons au verset 7: “Car plusieurs séducteurs sont sortis dans le monde, ceux qui ne confessent pas Jésus Christ VENANT EN CHAIR: celui-là est le séducteur et l’antichrist”. Cette Parole est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Tout homme qui prétend que le retour de Jésus-Christ a déjà eu lieu d’une autre manière en tant que Parole, Esprit ou nuée est un homme séduit; peu importe de combien de révélations particulières on peut se prévaloir à cet égard. Tous ceux qui se sont écartés de la Parole que nous venons de présenter sont victimes de l’esprit de l’antichrist. C’est vrai que le Seigneur s’est révélé dans Sa Parole; Il agit au travers de Son Esprit, Il est présent dans les assemblées des Saints comme Il l’a promis. Tout cela a sa place, mais ce n’est cependant pas le glorieux événement du retour de Jésus-Christ.

Ces deux passages de l’Ecriture sont en parfaite harmonie avec tous les autres qui parlent de ce thème et dont nous allons encore citer quelques-uns. La Bible rend unanimement témoignage que le même Jésus-Christ qui est né dans ce monde, et qui, dans le corps de Sa chair a souffert, est mort, a été enseveli et est ressuscité le troisième jour d’entre les morts, reviendra de la même manière qu’Il s’en est allé vers le ciel, car il est écrit: “Hommes Galiléens, pourquoi vous tenez-vous ici, regardant vers le ciel? Ce Jésus, qui a été élevé d’avec vous dans le ciel, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en allant au ciel” (Act. 1.11).

Dans Luc 24.50 il nous est relaté ce qui se passa à la fin des quarante jours après la résurrection de Jésus: “Et il les mena dehors jusqu’à Béthanie et, levant ses mains en haut, il les bénit. Et il arriva qu’en les bénissant, il fut séparé d’eux, et fut élevé dans le ciel”.

L’Ecriture doit s’accomplir de toute manière. En rapport avec le retour de Jésus-Christ se trouve cette parole d’avertissement: “… de manière à séduire, si possible, même les élus” (Mat. 24.24). A la vérité, la séduction tombe sur ceux qui attendent la venue de Christ mais qui n’appartiennent pas à l’Epouse-Parole. Avant que ces gens ne prétendent aujourd’hui ces choses le Seigneur, de Son temps, nous a déjà mis en garde contre elles par cette parole: “Alors, si quelqu’un vous dit: Voici, le Christ est ici, ou: Il est là, ne le croyez pas”. Et nous entendons aujourd’hui un prédicateur s’écrier d’une voix forte: «Christ est ici! Il est revenu!». Et les auditeurs répondent pleins d’enthousiasme: «Oui, Il est ici! Il est venu!». Mais le Seigneur dit: “Voyez, vous l’avais-je pas dit à l’avance?”. De toute façon, cet avertissement ne sera écouté que par ceux qui croient ce que le Seigneur a dit.

Lors du retour du Seigneur il ne s’agira de toute façon pas d’une doctrine ou d’une connaissance mais bien du plus glorieux événement de l’histoire du salut qui aura lieu à la fin du temps de la grâce. Il est écrit dans 1 Thessaloniciens 4.16: “Car le Seigneur lui-même, avec un cri de commandement, avec une voix d’archange, et avec la trompette de Dieu, descendra du ciel; et les morts en Christ ressusciteront premièrement”. Mais avant cela il y a les versets 14 et 15. C’est là qu’il est dit: “Car si nous croyons que Jésus mourut et qu’il est ressuscité, de même aussi, avec lui, Dieu amènera ceux qui se sont endormis par Jésus”. C’est ainsi que nous croyons, et c’est ainsi que cela arrivera. Dans Jean 14 notre Seigneur a promis qu’Il s’en allait préparer une demeure et qu’Il reviendrait pour nous prendre avec Lui, afin que nous soyons où Il se trouve. Dans 1 Thessaloniciens 3.13 il est écrit: “… pour affermir vos coeurs sans reproche en sainteté devant notre Dieu et Père en la venue de notre Seigneur Jésus avec tous ses saints”. Lors de la venue du Seigneur se trouvent rassemblés tous ceux qui se sont endormis en Christ avec ceux qui vivent avec Lui. Au verset 15 de 1 Thessaloniciens 4 l’apôtre continue en disant: “Car nous vous disons cela par la parole du Seigneur: que nous, les vivants, qui demeurons jusqu’à la venue du Seigneur, nous ne devancerons aucunement ceux qui se sont endormis”. Sans aucun doute possible il ressort de tous ces passages de l’Ecriture que tous ceux qui se sont endormis en Christ, et qui se trouvent maintenant dans le paradis, reviendront avec Christ et recevront un corps de résurrection. “Puis nous, les vivants qui demeurons, nous serons ravis ensemble avec eux dans les nuées à la rencontre du Seigneur, en l’air” (verset 17). C’est alors que s’accomplit aussi la parole qui dit que de deux qui se trouveront dans les champs, de deux qui moudront à la meule, de deux qui se trouveront dans un lit, l’un sera pris et l’autre laissé. Aussitôt que cette rencontre dans les airs a eu lieu, nous allons avec le Seigneur participer au repas de noces. Ce repas est décrit dans Apocalypse 19 et il n’a lieu dans aucun pays de cette terre, mais il se fait dans les Cieux.

Ce qui arrivera de nos corps au retour du Seigneur nous est décrit par l’apôtre Paul dans Philippiens 3.20,21: “Car notre bourgeoisie est dans les cieux, d’où aussi nous attendons le Seigneur Jésus Christ comme Sauveur, qui transformera le corps de notre abaissement en la conformité du corps de sa gloire, selon l’opération de ce pouvoir qu’il a de s’assujettir même toutes choses”. Dans 1 Jean 3.2 nous lisons: “Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté; nous savons que quand il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est”. Amen! C’est ainsi que cela sera, pas autrement.

A ce sujet appartient aussi la parole de Romains 8.23: “… et non seulement elle, mais nous-mêmes aussi qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, attendant l’adoption, la délivrance de notre corps”. Jusqu’à maintenant toute la création soupire encore, et aucun de ceux qui enseignent que Christ est venu n’a eu son corps transmué. Paul traite de ce thème également dans 1 Corinthiens 15, depuis le verset 35: “Mais quelqu’un dira: Comment ressuscitent les morts, et avec quel corps viennent-ils?… Ainsi aussi est la résurrection des morts: il est semé en corruption, il ressuscite en incorruptibilité; … il est semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. … Voici, je vous dis un mystère: nous ne nous endormirons pas tous, mais nous serons tous changés… Car il faut que ce corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce mortel revête l’immortalité”. Tout cela ne consiste pas en doctrines que l’on puisse controverser. Ce sont des réalités qui s’accompliront réellement au retour de Jésus-Christ, et que nous expérimenterons!

Tous devraient lire dans un esprit de prière les paroles sérieuses de 2 Jean 7, et les prendre vraiment à coeur. Il ressort clairement de ces paroles que quiconque ne confesse pas que Jésus-Christ doit apparaître corporellement est un séducteur et un antichrist. Juste après cette parole nous trouvons cet avertissement: “Prenez garde à vous-mêmes, afin que nous ne perdions pas ce que nous avons opéré, mais que nous recevions un plein salaire”. L’affaire devient encore plus sérieuse lorsque nous lisons le verset suivant: “Quiconque vous mène en avant et ne demeure pas dans la doctrine de Christ, n’a pas Dieu. Celui qui demeure dans la doctrine, celui-là a le Père et le Fils”. N’est-ce pas sérieux au point de déterminer entre la vie ou la mort? Tout homme qui nie la doctrine du retour de Christ corporellement se trouve sous l’autorité de l’esprit de l’antichrist, et il n’a pas Dieu car en Christ, Dieu s’est révélé personnellement dans la chair, dans une forme humaine.

Aucun d’entre nous ne devrait prendre cette affaire à la légère, ou penser qu’il s’agisse là d’une certaine manière de voir. Non, derrière chaque fausse doctrine se rapportant au retour de Jésus-Christ se tient l’esprit antichrist. Dans la deuxième épître de Jean, celui-ci conclut avec un avertissement énergique de ne pas avoir de communion avec les personnes qui ne croient pas au retour de Jésus-Christ en chair et en os. Il est dit textuellement: “Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison et ne le saluez pas”. Cela n’a rien à faire avec l’impolitesse, mais c’est une exigence divine. Chacun de ceux qui prêtent l’oreille à l’exposé de cette doctrine antibiblique tombe infailliblement sous l’influence de l’esprit antichrist et s’en va dans l’erreur. Beaucoup ont reconnu qui est l’Antichrist, cependant un petit nombre d’entre nous comprennent que l’esprit de l’antichrist, au travers de ce faux enseignement présenté d’une manière très pieuse, agit parmi ceux qui ont été appelés.

En ce qui concerne l’apparition de la tête du Seigneur dans la nuée nous avions déjà exposé autrefois qu’il ne pouvait s’agir ni de l’accomplissement d’Apocalypse 10, ni du retour du Seigneur. Quand nous considérons cet événement du point de vue biblique, nous voyons que notre Seigneur s’y montre comme Il est décrit dans Colossiens 1.18, c’est-à-dire comme la Tête de Son Corps qui est l’Eglise. Celui qui regarde la photographie de la nuée avec attention reconnaît le visage du Seigneur. C’est le 28 février 1963 que frère Branham reçut les directives concernant l’ouverture des Sceaux. Par la révélation des Sceaux fut apportée aux rachetés la connaissance des mystères du dessein de Dieu pour le salut. Tous les membres qui appartiennent au Corps du Seigneur reconnaissent Jésus-Christ comme étant la Tête du Corps et ils se soumettent à Sa souveraineté. Ils écoutent ce qu’il dit maintenant à Son Eglise par le moyen de Sa Parole révélée et de Son Esprit. Ce sont eux qui sont la troupe des vainqueurs que le Seigneur viendra prendre. Nous reconnaissons avec reconnaissance que le Seigneur, en tant que Tête de Son Corps, parle à chacun des membres pour terminer. Ce sont réellement les dernières Paroles de Dieu, et par cela même le dernier message.

MISE AU POINT

A cause des rumeurs qui sont colportées de-ci de-là, il est nécessaire que la déclaration suivante soit faite: moi-même, pas davantage que d’autres frères de Krefeld, n’avons ici ou en aucun autre lieu jamais prêché la polygamie. D’autre part j’ai rencontré des personnes qui m’ont demandé: «Comment comprends-tu ‹Mariage et divorce›?». Ma réponse a été, et elle demeurera toujours la même: «Je crois cela tel que l’Ecriture l’enseigne et comme frère Branham l’a exposé». Malgré cela il est arrivé que ceux qui avaient fait la demande prétendirent que moi-même ou les frères de Krefeld soutiendraient la doctrine de la polygamie. Cela n’a jamais été, cela n’est pas, et cela ne sera jamais.

A ce qu’on dit il subsiste sur ce thème encore et toujours un manque de clarté, bien que tout ait été dit à ce sujet. Chacun devrait commencer, et aussi terminer, là où la Parole de Dieu le fait. Les passages correspondants des Ecritures devraient être lus soigneusement en employant le contexte qui l’accompagne.

Au fond, nous n’avons pas besoin de l’instruction pour nous aider mais ce qui est nécessaire, c’est d’avoir un profond respect devant Dieu et Sa Parole. Sans s’en rendre compte les gens se tiennent loin de ce que Dieu a dit et ils vont reprendre les anciennes traditions.

Ce que Dieu a permis à Moïse de dire, et ce qu’Il a ordonné par le moyen de Paul peuvent être lus dans les Saintes Ecritures. La prédication Mariage et divorce est également à la disposition de chacun. Selon les paroles mêmes de frère Branham, tout l’exposé, et non pas seulement le commencement et la fin, étaient “AINSI DIT LE SEIGNEUR”. Nous devrions nous garder d’ajouter ne serait-ce que la plus petite chose ou modifier quoi que ce soit aux déclarations de frère Branham, pas plus qu’à ce qui se trouve dans la Parole de Dieu. Il n’est même pas nécessaire de faire un commentaire là-dessus.

Ceci est le problème le plus ancien, nous reportant à la séduction d’Eve par le serpent et par là même nous ramenant au premier adultère. C’est la raison pour laquelle le diable fait tous ses efforts pour empêcher la clarté de pénétrer dans le coeur et la pensée des gens. Si malgré l’enseignement approfondi un manque de clarté subsiste, cela ne peut être que dans les personnes qui se rendent inaccessibles à la Vérité. Lorsque nous affirmons croire la Parole de Dieu nous ne pouvons pas choisir ce que nous voulons croire ou pas. Nous sommes tenus de croire de tout coeur chaque Parole de Dieu. Par l’enseignement Divin, le simple devient plus sage que les scribes.

Comme dans tout enseignement nous trouvons aussi pour ce Message des positions extrêmes. Certains prétendent que maintenant déjà nous serions corporellement dans l’état qui a précédé la chute, c’est-à-dire que nous aurions été ramenés au commencement, avant la transgression. Dorénavant les femmes doivent mettre au monde leurs enfants sans douleur et les enfants de parents noirs doivent rester blancs. Cela signifie que Christ nous a ramenés au commencement. Ces choses sont exposées d’une manière tellement habile et claire, et pourtant ceux qui enseignent ou croient cela savent que ce n’est pas la réalité mais de l’imagination.

Cependant, par l’Esprit de Dieu nous pourrons mettre chaque Parole à sa juste place si nous sommes humbles et sincères. Du point de vue Divin, la rédemption est parfaitement accomplie, la mort est vaincue ainsi que l’enfer. Cependant l’enfer et la mort existent encore. Ce n’est qu’au retour du Seigneur que nos corps seront transmués. En 1 Corinthiens 15.54 il est écrit: “Or quand ce corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite: La mort a été engloutie en victoire”.

D’autre part certaines personnes ont la pensée que le seul but de la prédication sur le mariage et le divorce aurait été de prononcer le pardon à l’égard des personnes, hommes et femmes, qui à plusieurs reprises avaient été divorcées et remariées. Certainement que c’était un point culminant et décisif dans la prédication. Un fardeau était enlevé du coeur de tous ceux qui si longtemps s’étaient torturé l’esprit à cause de cela. Maintenant, sur l’injonction du Seigneur, la réponse décisive leur avait été apportée, c’est-à-dire que le pardon leur était accordé En aucune autre rencontre les larmes de joie n’ont autant coulé ni la louange ne s’est autant élevée de coeurs reconnaissants.

Cependant celui qui lit attentivement cette prédication constatera qu’elle contient encore davantage. Bien des déclarations de frère Branham causent de la peine à certains; et même les exemples qu’il emploie provoquent des objections de leur part. De l’avis de quelques-uns il n’aurait même pas lu les passages bibliques justes. D’autres proclament tout haut que cette prédication n’aurait absolument pas dû être publiée Mais tout n’est-il pas entièrement éclairé du point de vue biblique et rendu bien compréhensible? Pourquoi cela ne devrait-il pas être réel? Uniquement parce que cela ne conviendrait pas à notre pensée religieuse?

L’exposé d’un cas est d’une grande importance pour l’appréciation que l’on doit en donner. Les esprits sont partagés, mais aucun de nous ne peut continuer à suivre les ornières défoncées des voies dénominationnelles. A cause de cela nous sommes contraints à considérer toutes choses du point de vue biblique afin de distinguer ce qui est juste de ce qui est faux, où et quand il s’agit d’un péché, c’est-à-dire d’une transgression. Nous devons comprendre une fois pour toutes que le péché est la transgression de la loi de Dieu; sans la transgression de la loi il n’y a point de péché. Paul écrit dans Romains 7.7: “Mais je n’eusse pas connu le péché, si ce n’eût été par la loi…”. L’Esprit de Dieu nous convainc de péché sur la base de la loi et du commandement. Dans Romains 4.7 il est dit: “Bienheureux ceux dont les iniquités ont été pardonnées et dont les péchés ont été couverts”. Un Seul est législateur et juge (Jacq. 4.12). Il ne peut pas juger par le droit du plus fort, mais uniquement conformément à Son propre Livre de la loi. Christ est né sous la loi afin de délivrer ceux qui étaient jugés par elle. Il a pris la malédiction de la loi sur Lui-même afin que nous puissions nous en aller libres.

Dans l’Ancien et le Nouveau Testament Dieu a donné des directives aussi bien pour les choses du domaine naturel que surnaturel. Aucun d’entre nous ne peut affirmer qu’il puisse déjà comprendre toutes choses, et mettre à sa place tout ce qui nous est dit dans la Parole. Nous voulons considérer deux passages de l’Ecriture qui semblent être parfaitement contraires. Comme nous le verrons le Seigneur commande des choses dont nous n’arrivons pas à déterminer l’emplacement avec notre seule compréhension. Dans Genèse 2.24 Dieu dit: “C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils seront une seule chair”. Cette déclaration se rapporte au commencement et fut faite avant la chute, immédiatement après qu’Eve ait été prise du côté d’Adam. Le Seigneur Jésus s’est référé à ce passage dans Matthieu 19 lorsqu’Il dit: “Ce donc que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas”. Plus tard le Seigneur donne dans la loi différentes directives, dont par exemple celle concernant la libération du serviteur hébreu, dans Exode 21.2-10. La septième année il pouvait s’en aller librement, mais les conditions liées à cet événement sont incompréhensibles selon le point de vue que nous avons aujourd’hui. Au verset 4 il est dit: “Si son maître lui a donné une femme, et qu’elle lui ait enfanté des fils ou des filles, la femme et ses enfants seront à son maître, et lui, il sortira seul”. On pourrait demander ici: de quel droit une famille peut-elle être déchirée aussi brutalement? Comment pouvons-nous accorder ces deux passages de l’Ecriture? Il n’existe aucun homme sur la terre qui ait le droit de blâmer les décisions du Seigneur. Si l’homme se décidait à rester chez son maître à cause de sa famille, son oreille était percée, et par cela il était condamné à rester esclave toute sa vie (v. 6).

Il est compréhensible que William Branham devait exposer qu’après la chute par le péché une autre alliance avait été faite. Ceci est en outre confirmé par d’autres passages bibliques et par la pratique. Il y en a qui pensent tout haut et disent: «Mais c’était dans l’Ancien Testament!». C’est juste, et Dieu soit remercié qu’aujourd’hui il n’en soit plus ainsi. Cependant, nous avons affaire au Dieu vivant, car «Yahwe de l’Ancien Testament est Jésus du Nouveau Testament». En principe, dans une chose aussi importante, ne doit-Il pas toujours dire la même chose?

Dans Deutéronome 24.1 le Seigneur permet à l’homme de faire une lettre de divorce à sa femme. Mais il n’existe pas un seul endroit où le même droit soit accordé à la femme. En abordant cette parole le Seigneur Jésus aggrave la chose en disant: “Mais moi, je vous dis que quiconque répudiera sa femme, si ce n’est pour cause de fornication, la fait commettre adultère; et quiconque épousera une femme répudiée, commet adultère” (Mat. 5.32). Dans le Nouveau Testament il n’est pas non plus dit qu’elle puisse faire la même chose avec l’homme. Frère Branham insiste toujours à nouveau sur le fait que les choses suivent leur cours de la même manière. Que ce soit dans Matthieu 5.32; Matthieu 19.9; 1 Corinthiens 7.10 ou dans quelque autre passage que vous preniez, nous voyons que partout aussi dans le Nouveau Testament la différence ressort clairement entre l’homme et la femme.

Il n’y a qu’une exception. Paul écrit aux Corinthiens au sujet d’un couple dont l’un est incrédule: “Mais si l’incrédule s’en va, qu’il s’en aille; le frère ou la soeur ne sont pas asservis en pareil cas; mais Dieu nous a appelés à marcher dans la paix”. Dans ce cas les deux, le frère et la soeur, sont traités de la même manière, et la responsabilité de la faute revient à la partie incrédule. Une séparation qui a lieu pour motif de foi constitue l’exception. Visiblement ceux qui sont concernés n’avaient pas été unis par Dieu. Paul écrit plus loin: “Car que sais-tu, femme, si tu ne sauveras pas ton mari? ou que sais-tu, mari, si tu ne sauveras pas ta femme?” (1 Cor. 7.15,16). Dieu merci, l’apôtre n’était pas un bavard religieux qui ait eu pour chaque situation la prescription d’une recette brevetée ou qui aurait accablé ceux qui étaient déjà éprouvés.

Lorsque frère Branham fait cette déclaration: «Un homme peut renvoyer sa femme et en épouser une autre, mais la femme ne peut pas renvoyer son mari et en épouser un autre» [Mariage and Divorce, anglais p. 39: «A man can put away his wife and marry another, but not the woman put away her husband and marry another»], cela s’accorde parfaitement avec les dispositions données dans les Saintes Ecritures.

Déjà en 1933 il lui avait été montré que les femmes abandonneront leur place. De nos jours il est bien question d’émancipation, d’égalité des droits, et les femmes se permettent des choses dans notre génération qui auraient été impensables durant les six mille ans qui se sont écoulés. Dieu soit loué pour toutes les précieuses soeurs qui ont trouvé la place juste vis-à-vis de leur mari. Elles n’ont aucun souci à se faire pour le jour où elles se tiendront devant le Seigneur. Le bonheur et la bénédiction ne leur manqueront pas. Déjà sur la terre elles jouiront des choses célestes.

Certainement que la possibilité du divorce n’est pas recommandable à l’homme, sauf, cas échéant, par extrême nécessité. Malheur à l’homme qui cherche un prétexte pour pouvoir faire cela! Malheur à la femme qui contraint son mari à faire cela!

Les femmes croyantes doivent bien prendre note du fait que Dieu leur a assigné une place de subordonnée (Gen. 3.16). Cela est aussi valable dans le Nouveau Testament (1 Cor. 14.34-36). Dès qu’elles abandonnent cette position et qu’elles veulent disposer de l’homme, l’ordre Divin est jeté sens dessus-dessous. Une femme qui ne sait pas se mettre en chaque occasion sous l’autorité de son mari se place sans le savoir sous l’autorité de l’adversaire. Elle se trouve alors en opposition ouverte avec la Parole de Dieu, et toute sa piété n’est que du pharisaïsme. Dans cette prédication de frère Branham le Seigneur a averti sérieusement les femmes à ne pas se bercer par la pensée qu’elles sont en sécurité parce que leur mari se serait laissé instruire par elles. Le Seigneur veut faire régner l’ordre et Il ne laisse plus rien passer de ce qui n’est pas conforme à Sa Parole. L’homme doit occuper librement sa position de chef de la femme et il doit pouvoir se soumettre à sa Tête, qui est Christ. Une femme qui se décapite elle-même se trouve sans tête. Combien de femmes passent outre à tous les passages bibliques adéquats, foulant aux pieds la Parole de Dieu et, avec tout cela, paraissent être spirituelles! La loi civile ne les a-t-elles pas bien sûr placées dans cette grande liberté?!

Cette prédication n’a en aucun cas pour but d’établir en faveur des hommes une lettre de franchise, mais bien plutôt de faire en sorte que l’ordre divin soit mis de nouveau en valeur. Il est bien entendu que Moïse, Jésus, Paul et aussi frère Branham ont attribué à l’homme sa place et à la femme la sienne. A chacun finalement de savoir occuper sa place respective.

Nous trouvons dans 1 Corinthiens 11.7-9: “Car l’homme, étant l’image et la gloire de Dieu, ne doit pas se couvrir la tête; mais la femme est la gloire de l’homme. Car l’homme ne procède pas de la femme, mais la femme de l’homme; car aussi l’homme n’a pas été créé à cause de la femme, mais la femme à cause de l’homme”. Là-dessus, l’apôtre dit que la femme doit porter de longs cheveux en signe de l’autorité à laquelle elle est soumise.

Frère Branham dit que si une femme se coupe les cheveux, son mari peut la renvoyer et en épouser une autre. Cela montre le sérieux de cette chose. La désobéissance est pareille au péché de divination. Il ne s’agit pas ici d’opprimer qui que ce soit, mais bien de faire triompher le droit de Dieu et de faire en sorte que toutes choses soient ramenées à leur juste place. Celui qui n’est pas prêt à entreprendre un changement de cap pour revenir à ce qui est biblique n’aura pas part à la dernière visitation Divine.

On peut bien dire aujourd’hui qu’il est bon que Paul et frère Branham ne soient plus au milieu de nous, sinon il n’y aurait presque plus de soeurs qui viendraient les écouter, car on entend dire que c’est seulement elles qui étaient visées dans les prédications. Cependant toutes les soeurs qui se plient sous la puissante main de Dieu viendront encore volontiers. Oh, qu’en sera-t-il donc lorsque cette céleste harmonie s’installera parmi nous!

Notre bien-aimé frère Branham a été en toutes choses cent pour cent en accord avec Paul. Il dit: «C’est pourquoi Dieu ne lui permet pas d’enseigner. Il ne lui laisse rien faire dans l’Eglise, si ce n’est d’être assise en silence, la tête couverte». Cette déclaration peut être comparée avec 1 Timothée 1.11,12: “Que la femme apprenne dans le silence, en toute soumission: mais je ne permets pas à la femme d’enseigner ni d’user d’autorité sur l’homme; mais elle doit demeurer dans le silence”. Pour toutes les femmes c’est l’ABC. Dieu est saint, et c’est de Sa bouche que sont sorties toutes paroles des Saintes Ecritures. Là où Sa Parole pénètre l’âme et l’esprit, est révélé le fruit correspondant dans la vie de chaque jour, dans la vie conjugale et aussi dans l’Assemblée. Nous sommes subjugués par l’amour de Dieu au moyen duquel Il nous parle en toutes choses avec sérieux. A la fin cependant tout doit être ramené à sa juste position; avant cela le Seigneur ne peut ni se révéler, ni revenir. Christ attend dans le ciel jusqu’au moment où le résultat divin du dernier Message prophétique aura été concrètement révélé.

COUP D’OEIL RETROSPECTIF SUR L’ANNEE 1984

C’est avec reconnaissance que je puis regarder en arrière vers l’année écoulée. Avec l’aide de Dieu nous avons pu sous tous les rapports réaliser les tâches qui se sont présentées à nous. Bien que j’aie dû réduire au minimum mes voyages missionnaires il m’a été tout de même possible de servir les frères et les Assemblées partout où cela était le plus urgent. Toujours le Seigneur nous a donné Sa Parole et Il L’a rendue vivante et agissante chez tous ceux qui L’ont reçue dans la foi.

Cette fois encore et comme toujours, aucune des prédictions faites par quelques-uns pour l’année 1984 ne s’est accomplie. Le mois de juillet que ces prédictions désignaient tout particulièrement vint et s’écoula comme tout le reste de l’année. Cependant ce fait ne semble pas particulièrement faire réfléchir ceux qui à grand bruit ont fait circuler ces prédictions, pas plus du reste que ceux qui y ont ajouté foi.

La pensée que Dieu va de l’avant avec Son Eglise et qu’Il révèle toujours quelque chose de nouveau, oh tout cela est reçu merveilleusement! Mais lorsque l’on demande: «Quel est donc concrètement le mystère des sept tonnerres?» alors aucun ne le sait. On dit uniquement ceci: «C’est un mystère dont seule l’Epouse fait l’expérience. Il doit être révélé à chacun personnellement». Celui qui cherche à cet égard une substance conforme aux Ecritures ne trouve rien. Ce sont purement et simplement des jeux de mots avec une seule notion fondamentale: “révélation” et “mystère”.

Naturellement que l’on attribue tout cela à frère Branham sans égard à la manière de voir à laquelle cela se rapporte. Même si on lui attribue toutes les déclarations possibles, comme par exemple: «Une lumière claire brillera là où se trouvent les sapins noirs» la pensée ne vient à personne de s’assurer si cela correspond à la vérité. Personne ne semble être frappé par le fait que dans la Forêt Noire comme partout ailleurs les sapins ne sont noirs que pendant la nuit! Combien d’expériences amères et de détresses intérieures pourraient être évitées à de précieux frères et soeurs s’ils ne négligeaient pas d’exercer leur bon sens également dans les choses spirituelles.

Ceci se rapporte également à la lecture de littérature chrétienne venant d’autres sources. Il arrive souvent que des frères et soeurs nous demandent des éclaircissements sur l’antichrist et le nombre 666 parce qu’ils ont lu quelque chose à ce sujet dans ces revues. Je ne peux absolument pas comprendre que ceux qui ont lu les prédications sur la révélation des sept Sceaux puissent se laisser troubler par de telles spéculations. Le nombre 666 n’a rien à voir avec un ordinateur, une carte de crédit, un code de contrôle de la marchandise ou quoi que ce soit d’autre. Il y en a qui disent que le nombre 666 signifie le contrôle total par ordinateur et satellites. Comme le dit la Bible, tout cela en est aussi éloigné que l’orient de l’occident. Ce n’est qu’une illusion propre à créer la panique et à éloigner les gens à des milliers de kilomètres du danger véritable et de la chose véritable. A l’avenir nous comprendrons encore plus nettement pourquoi Dieu a envoyé un prophète; c’est-à-dire afin que tous ceux qui appartiennent réellement à l’Eglise du Seigneur puissent reconnaître qui est l’Antichrist, le Faux prophète et la Bête. D’ailleurs nous avons déjà montré, conformément à la Bible, que la marque de la bête ne sera placée qu’après l’enlèvement de l’Eglise-Epouse. Chacun peut constater dans Apocalypse 13.11-18 qu’il s’agit d’un homme dont la valeur numérique est 666. Frère Branham en donne l’explication dans la Révélation des sept Sceaux, brochure N°4 deuxième Sceau, p.38 §197.

Je remercie du fond du coeur tous ceux qui nous ont aidés ici au centre missionnaire dans nos diverses tâches et nos travaux. Je désire également remercier de tout coeur ceux qui portent l’oeuvre de mission dans leurs prières et par l’action. J’apprécie beaucoup le fait qu’il y a encore des personnes qui n’honorent pas seulement le Seigneur par des prières et de beaux chants, mais qui aident d’une manière pratique, de telle sorte que Sa Parole puisse être publiée dans le monde entier. Sans votre aide cela ne serait pas possible. Que le Seigneur veuille vous récompenser richement et que selon Sa promesse les écluses des cieux soient ouvertes pour vous afin que vous puissiez recevoir Ses bénédictions en abondance.

Nous voulons faire ensemble de plus grands efforts encore afin d’employer le temps qui reste notre disposition et malgré tous les contretemps nous voulons présenter à beaucoup encore le salut et la grâce afin que les derniers puissent encore entrer.

Nous entrons dans l’année 1985 avec une tranquille assurance, sachant que le Seigneur nous conduira jusqu’à la fin et qu’Il nous gardera dans Sa grâce et dans Sa Parole jusqu’au jour où nous passerons du “croire” au “voir”. Nous n’avons pas de programme personnel que nous puissions présenter, mais nous désirons être insérés dans le plan de salut éternel de Dieu. Que le Seigneur nous accorde d’être encore plus intimement attachés à Lui et les uns avec les autres et que nous puissions vivre ensemble dans l’attente de voir s’accomplir les dernières promesses. Beaucoup de clôtures doivent encore être enlevées, mais le Seigneur a promis d’être avec nous jusqu’à la fin. Le cantique dit: «Dans toutes les tempêtes, dans toutes les détresses le Dieu fidèle nous protègera». Que Sa volonté soit faite envers moi, envers chacun de vous et avec l’Eglise tout entière, pour l’honneur et la glorification de Son Nom.

Pour l’année 1985 je souhaite à tous le meilleur et toutes les bénédictions de Dieu. Pensez à moi dans vos prières, à mon ministère et à l’ensemble de l’oeuvre de Dieu.

Agissant de la part de Dieu.
Br. Frank

 

EDITORIAL

“Ecoutez-moi, vous qui poursuivez la justice, qui cherchez l’Eternel. Regardez au rocher d’où vous avez été taillés, et au creux du puits d’ou vous avez été tirés. Regardez à Abraham, votre père, et à Sara, qui vous a enfantés; car je l’ai appelé seul, et je l’ai béni, et je l’ai multiplié” (Esaïe 51.1,2).

Que la grâce, la miséricorde et la paix vous soient multipliées de plus en plus de la part de notre merveilleux Père céleste, dans la communion de notre Seigneur ressuscité, Jésus-Christ. Amen!

C’est avec joie et reconnaissance envers notre Père céleste que je vous salue, vous tous frères et soeurs en Christ qui lisez ces lignes au Nom de notre Dieu Sauveur, Jésus-Christ, ainsi que de la part de tous les frères et soeurs qui oeuvrent à la diffusion de ce message merveilleux de la Parole révélée à notre génération. Notre voeu à tous est que non seulement chacun puisse prendre connaissance des choses énoncées dans ces prédications de frère Branham, mais qu’au travers de la Parole de Dieu révélée en elles l’âme de chacun de vous puisse être véritablement pénétrée par l’Esprit de Christ. Nous avons l’assurance que s’il peut en être ainsi votre vie tout entière sera transformée, et qu’ainsi dans votre marche de chaque jour s’accompliront les oeuvres manifestées en Jésus. En vérité, dans les membres de Son Corps, Jésus-Christ est Le même aujourd’hui qu’Il l’était lorsqu’il vivait sur la terre dans un corps de la même nature que le nôtre. Il est éternellement Le Même. Que notre Dieu en soit loué et béni!

Lors de la première venue du Messie, toutes choses se sont accomplies comme elles avaient été annoncées dans les Ecritures, En ce temps où le même Messie, Jésus-Christ, revient comme Epoux pour prendre à Lui Sa fiancée, Celle qui est Son Corps, afin de célébrer les noces et l’introduire dans la demeure qu’il a préparée pour Elle, rien ne peut se faire en dehors de ce qu’ont dit les Ecritures à propos de cet événement. La Parole écrite de Dieu est pour les élus la seule protection efficace contre le séducteur, car nous devons savoir que Satan cherche par tous les moyens à séduire la fiancée de Christ, comme il le fit de l’épouse préparée par Dieu au commencement pour le premier Adam. Ce n’est donc pas étonnant que se soient levés de faux christs (de faux oints, de faux inspirés) et de faux prophètes (de faux enseignants apportant leur interprétation personnelle) après que Dieu nous ait ramenés à la Semence de Sa Parole originelle en se servant du ministère de frère Branham, car il s’adressait tout particulièrement aux élus destinés à former l’Epouse de Christ d’entre les nations, Matthieu 24.24 nous annonce à l’avance la venue de ces faux christs et de ces faux prophètes qui s’élèvent avec de grands prodiges et des miracles pour séduire si possible les élus. Nous devons donc veiller et sonder les Ecritures pour discerner ce qui est faux de ce qui est biblique et nous éloigner de tout ce qui n’est pas en accord avec les Paroles de la Bible.

Lors de la première venue du Messie, venu pour sortir le peuple d’Israël de la confusion, de la stérilité, et manifester des élus ayant un coeur et un esprit nouveaux selon la promesse faite dans Ezéchiel 36.25-27, le Seigneur notre Dieu agit en trois étapes. Ces trois étapes avaient été annoncées par le prophète Joël 2.18-32 qui définit par la pluie de la première saison (une pluie d’enseignement où la Semence de la Parole est apportée), puis la pluie de l’arrière-saison (qui est à la foi une pluie d’enseignement et d’onction); et finalement par l’Esprit et le Feu qui sont répandus sur toute chair avant l’arrivée du jour de l’Eternel, de ce jour grand et terrible. La réalisation de cette prophétie de Joël s’est faite au temps de la venue du Messie pour Israël en ce que le Seigneur Dieu a premièrement envoyé Jean-Baptiste avec l’esprit d’Elie pour préparer les élus à recevoir Celui qui était la Parole faite chair. Puis le ministère de Jésus apportait la pluie de l’arrière-saison destinée à amener à leur pleine croissance les élus d’Israël; et finalement les élus qui avaient persévéré dans la foi vivante aux Paroles de Jésus, les cent vingt, reçurent l’Esprit et le Feu promis qui faisaient d’eux une Epouse-Parole à l’image de l’Epoux. La Semence originelle était manifestée dans ces élus, elle était séparée de la balle et mise à part pour être recueillie dans les greniers célestes par ce baptême de Feu et du Saint-Esprit du jour de Pentecôte. Le temps de rentrer la récolte était venu et devait être manifesté aux yeux de tous… C’est aussi pour cela que Pierre, rempli du Saint-Esprit, déclara ce jour même de Pentecôte que cet événement était l’accomplissement de Joël 2.28.32. Non pas de Joël 2.18-27, car la restauration par les pluies de la première et de l’arrière-saison avait été accomplie pour les élus d’Israël lors de la manifestation des ministères de Jean-Baptiste et de Jésus-Christ.

Ce que le Seigneur notre Dieu a fait en faveur de la postérité d’Abraham selon la chair, Il est fidèle et juste pour l’accomplir également en faveur de la postérité d’Abraham selon l’Esprit, la postérité qui est tirée d’entre toutes les nations. C’est pourquoi de nos jours, après toute la confusion apportée dans l’église du Seigneur par les credo des dénominations religieuses chrétiennes, le Seigneur a envoyé premièrement notre frère Branham avec le même esprit d’Elie. Son ministère apportait la première pluie, l’enseignement de la Parole originelle. Et c’est principalement depuis qu’il a été rappelé au Seigneur que le message de la Parole révélée a commencé à être traduit et publié dans beaucoup de nations. Il est bon de rappeler que trois ans avant que le Seigneur ne rappelle à Lui Son prophète, Il s’est adressé le 2 avril 1962 à notre frère Ewald Frank, lui annonçant qu’une grande famine allait arriver et qu’il devait faire des provisions parce qu’il se tiendrait au milieu du peuple pour distribuer la nourriture. Comme frère Frank avait tout d’abord pensé à de la nourriture matérielle et qu’il ne voyait pas arriver la chose, il se rendit en décembre 1962 auprès de frère Branham pour savoir ce que signifiait la parole que Dieu lui avait adressée. Mais avant qu’il ne puisse lui parler de cela, frère Branham lui redit exactement tout ce que Dieu lui avait dit et il lui expliqua qu’il s’agissait d’une nourriture spirituelle, c’est-à-dire de ses prédications enregistrées sur bande. Il ajouta que lorsque frère Frank aurait reçu la dernière prédication enregistrée sur bande, le moment serait venu pour lui de distribuer cette nourriture spirituelle. Ainsi Dieu confirmait par Son prophète ce qu’Il avait dit personnellement et à voix audible à notre frère Frank. D’ailleurs après toutes les années qui se sont écoulées depuis cet événement, nous pouvons constater de nos propres yeux l’authenticité de cet appel par les fruits que Dieu a fait porter au travail de notre frère. Les détracteurs peuvent dire tout ce qu’ils veulent, mais Dieu confirme toujours Sa présence en ceux qu’Il envoie, accomplissant au travers d’eux les choses qu’Il a dit vouloir faire. C’est ainsi que le message de restauration se trouvant dans les prédications de frère Branham, enregistrées sur bandes par ordre du Seigneur, ont pu être apportées dans le monde entier afin que les coeurs des élus soient ramenés à la foi des pères apostoliques.

Maintenant que cette Parole révélée a été répandue (et Elle continue à être répandue là où Elle est reçue avec une foi vivante dans les coeurs), notre Seigneur Jésus vient lui donner vie par l’onction de Son Esprit Saint. C’est de cette manière que ce que cette Parole enseigne est manifesté dans la vie pratique des croyants véritables. L’Esprit de Christ manifeste la nature de Fils de Dieu dans ces simples vases de chair, et ainsi s’accomplit dans les membres du Corps de Christ ce que déclare l’Ecriture dans 2 Pierre 1.4. Cette Parole révélée n’est pas seulement une théorie, une doctrine professée des lèvres ni non plus une nouvelle dénomination, mais une démonstration de la Vie de Jésus-Christ, Le Même, vivant dans l’élu d’aujourd’hui. En fait, le ministère que Jésus a manifesté dans le corps de Sa chair en faveur des élus d’Israël se manifeste à nouveau aujourd’hui en faveur des élus des nations par le moyen des membres de Son Corps.

La troisième étape, c’est l’accomplissement de la promesse d’Ephésiens 5.27: “Afin que lui se présentât l’assemblée à lui-même, glorieuse, n’ayant ni tache, ni ride, ni rien de semblable, mais afin qu’elle fût sainte et irréprochable”. C’est la manifestation de la vie de Jésus-Christ dans Son Corps, l’Epouse, telle que cette Vie a été vue a Jérusalem le jour de Pentecôte, quand le Feu est descendu du Ciel sur ceux qui attendaient la promesse faite dans l’Ecriture. Jésus était à nouveau présent sur la terre dans Sa plénitude, par le Saint-Esprit régnant dans tous les membres du Corps. Comme promis dans Joël 2.28, Il était répandu sur toute chair qui avait persévéré dans l’attente ordonnée par le Seigneur ressuscité. Mais pour l’Epouse tirée de toutes les nations, cette dernière étape l’introduira dans l’enlèvement, à la rencontre de son Epoux céleste, parce que l’heure de Dieu aura sonné. Voilà donc en quelques lignes les différentes étapes bibliques conduisant l’Epouse à l’enlèvement et à l’entrée dans la gloire éternelle.

Plus cet événement se rapproche, plus l’adversaire revêt de séduction ses faux oints et ses faux prophètes. N’oublions pas que c’est l’Epouse qu’il cherche à séduire afin de placer sa semence en Elle par de faux serviteurs de Dieu. Pareils à Jannès et Jambrès ils imitent les signes du prophète de notre âge. L’histoire se répète et nous savons comment Dieu manifesta la folie des imitateurs de Moïse, le serpent de Son envoyé engloutissant leurs imitations. Malheureusement nous voyons aujourd’hui tant d’honnêtes croyants se laisser berner, par les signes de ces faux oints qu’il est nécessaire de présenter sans cesse à nouveau les voies bibliques du Seigneur pour que les membres de l’Epouse de Christ restent attachés à la Parole de Dieu. Il est possible que les signes présentés par les faux oints paraissent être pareils à ceux du véritable serviteur de Dieu, notre frère Branham. Mais quand les gens s’attachent aux signes, ils ne prêtent pas garde au faux enseignement apporté par ces faux oints. Souvenons-nous que la bête d’Apocalypse 13,11-18 est décrite avec deux cornes semblables à celles d’un agneau, c’est-à-dire qu’elle a de la puissance pour faire des oeuvres pareilles à celles de l’Agneau qui, Lui, guérit et fait du bien aux hommes. Il est vrai qu’aujourd’hui encore le Seigneur ressuscité confirme la Parole prêchée par les miracles qui L’accompagnent (Marc 16.20) et ce sont ces signes et ces miracles qui ont accompagné le ministère de notre frère Branham, et qui accompagneront jusqu’à la fin le Corps de Christ. Toutefois ce ne sont pas les signes et les miracles qui permettent de discerner de quel esprit sont animés ceux qui les produisent. Si la bête d’Apocalypse 13 avait des cornes semblables à celles d’un agneau, c’est cependant aux paroles sortant de sa bouche que l’on pouvait reconnaître sa vraie nature, c’est-à-dire celle du dragon. Nous devons donc veiller à l’enseignement qui nous est apporté, car le séducteur veut séduire si possible même les élus, et beaucoup de faux christs et de faux prophètes se sont levés depuis que ce message a commencé à être répandu. Tout un lot d’imitateurs se sont emparés de ce message pour le répandre dans un autre esprit que celui de Christ. Comment donc discerner les faux des vrais? Leur apparence extérieure est celle de véritables croyants et ils ont même de la puissance pour faire des signes et des miracles, comme le fait la bête avec ses deux cornes semblables à celles d’un agneau. Mais prenez garde à leurs paroles. Voyez comment les Paroles de la Bible et les prédications de frère Branham sont interprétées et mélangées avec leurs propres révélations. Si vous éprouvez ce qu’ils disent vous discernerez bien la voix du dragon, si toutefois vous-mêmes êtes habitués à écouter ce que l’Esprit dit à l’Eglise.

Dans Esaïe 51 le prophète exhorte ceux qui poursuivent la justice, ceux qui cherchent l’Eternel, à considérer d’où ils ont été tirés et à qui l’appel de Dieu a été fait au commencement, Pour l’Israélite, il était clair qu’Abraham avait été appelé lui seul, et que dans la foi il avait agi en réponse à cet appel de Dieu, Eux-mêmes étaient bénis dans la mesure où ils agissaient dans la foi de leur père, en conformité avec la Parole de Dieu qui demeure éternellement. Cette exhortation de Dieu devrait être sérieusement prise en considération par les croyants d’aujourd’hui qui poursuivent sincèrement la justice de Dieu et qui recherchent une véritable communion avec Lui. Les faux oints dont nous parlions plus haut se réclament à grands cris de frère Branham et de ses prédications, mais notez qu’au commencement de la diffusion de ce message ils étaient inactifs et sans avoir reçu d’appel pour ce travail. C’est après seulement que les serviteurs appelés et formés par Dieu aient commencé cette oeuvre qu’ils se levèrent avec leurs prétentions pour entraîner des brebis du Seigneur après eux, séparer les frères et soeurs et détruire autant que possible l’oeuvre qui commençait. Ce qui s’est passé avec Moïse, l’envoyé de Dieu, et Jannès et Jambrès s’est répété sous nos yeux dans notre génération. Mais notez bien que Moïse était venu le premier accomplir l’oeuvre de Dieu parce qu’il était véritablement l’envoyé de Dieu à Son peuple. C’est également son bâton (symbole de son ministère) qui eut le dernier mot sur les imitateurs. Ils peuvent bien vous montrer les cornes d’agneau qu’ils possèdent, mais leur enseignement est anti-christ parce qu’il est contraire à la Parole écrite de Dieu. C’est à leur parole que vous les reconnaîtrez, si du moins vous prenez la peine de la comparer à l’Ecriture. Si les croyants d’aujourd’hui voulaient bien prendre garde d’écouter plutôt ceux qui ont été appelés de Dieu (pas par un homme ou un credo), et confirmés comme tels parce qu’ayant été dans l’oeuvre de diffusion dès le commencement, ils s’épargneraient bien des déceptions au jour du Seigneur. C’est pour le bien de tous ceux qui lisent ces lignes que je dis cela, non pas pour prendre le parti d’un homme ou pour l’exalter et je le répéterai encore pour la gloire de Dieu qui ne se repent pas de Ses dons ni de Son appel (Rom. 11.29). Le même Dieu qui a appelé frère Branham et l’a formé pour recevoir la révélation de Sa Parole dans ces temps de la fin est le même Dieu qui a appelé et préparé frère Frank pour la distribution de cette Parole révélée, au temps déterminé. Je suis personnellement témoin de la façon dont ce message a commencé à être porté dans les pays francophones et j’ai aussi été témoin de la manière employée par l’adversaire pour fractionner cette distribution et jeter le discrédit sur cette merveilleuse Parole révélée. J’ai vu sortir de la communion fraternelle les diviseurs les uns après les autres, et j’ai pu suivre le développement de leurs doctrines pernicieuses. Je peux donc dire en connaissance de cause que s’ils avaient respecté ceux que Dieu a véritablement appelés (par appel direct et par confirmation du prophète en ce qui concerne frère Frank), ils seraient demeurés en communion avec nous. Je sais bien que nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre la puissance spirituelle de méchanceté qui est dans les lieux célestes. Ce que j’ai dit à l’un de ces rachetés sortis de notre communion pour porter sa propre interprétation selon son bon plaisir, je peux le dire à tous ceux qui ont suivi cette sorte de prédicateurs: «Si tu es un enfant prodigue tu reviendras à la maison du Père. Par contre il est possible que tu sois l’un de ceux dont parle 1 Jean 23 2.19 et que tu sois sorti du milieu de nous parce que tu n’étais pas l’un des nôtres. La suite prouvera ce que tu es». L’heure est grave, parce que ceux qui se sont engagés sur cette voie de dilapidation de l’héritage de Dieu pour notre génération (la Parole de Dieu révélée) montrent de plus en plus quel est l’esprit qui les anime. Ce n’est donc pas étonnant qu’ils s’en soient pris à notre frère Frank et à son ministère avec une telle haine et un manque aussi total de respect pour le Sang précieux de Jésus sous lequel il est placé. Au contraire, ils se sont emparés des accusations d’une femme qui voulait dominer sur l’oeuvre de Dieu, d’une fausse prophétesse, pour accabler ce véritable serviteur de Dieu et détruire autant que possible son ministère. C’est bien là la tactique de l’accusateur des frères qui pour séduire si possible l’Epouse élue cherche à la séparer des serviteurs que Dieu a suscités pour Son édification. Pour moi je n’ai pas besoin de défendre le ministère de ce serviteur de Dieu, pas davantage que mon propre ministère. Dieu Lui-même veille sur ceux qu’Il a appelés et oints pour le service. Mais je dis cela pour tous mes frères et soeurs rachetés qui lisent ces lignes afin de les inciter à se mettre en garde contre la séduction de l’adversaire. Ce n’est pas impunément que l’on touche à un serviteur véritable de Dieu, car l’on touche à la prunelle de l’oeil de Dieu (Zach. 2.8). Par contre si l’Esprit de Christ habite en vous, vous agirez aussi comme David qui respectait même un oint désobéissant. Un croyant vraiment oint de l’Esprit de Christ ne peut pas persécuter un autre oint, mais il le soutiendra plutôt dans la prière et en action. Pareillement, un vrai croyant accepte l’autorité de ceux que Dieu a établis comme ministres de la Parole pour l’édification du Corps de Christ et la préparation de l’Epouse. Frère Frank ne prétend pas être un Elisée ou un Josué comme certains le font, mais il s’efforce, comme moi-même, d’être un serviteur fidèle et prudent puisqu’il a été établi par Son Maître sur Ses gens pour leur donner la nourriture au temps convenable. Il est vrai que nous sommes reconnaissants à Dieu pour tous ceux qui oeuvrent à la diffusion de ce merveilleux message de la Parole révélée dans l’Esprit de Christ. De toute façon chacun récoltera ce qu’il a semé, mais cette mise au point était nécessaire à l’égard de ceux qui, sans réfléchir dans la prière et à la lumière de la Parole de Dieu, se laissent facilement impressionner et entraîner par des discours séduisants ou par des signes d’un agneau.

Que le Seigneur veuille être avec chacun de vous dans la lecture de cette mise au point afin qu’elle puisse vous être bénéfique en vous faisant échapper aux pièges de l’adversaire. Que notre Dieu Sauveur, Jésus-Christ, vous soit en aide tout au long de cette nouvelle année, dans n’importe quelle circonstance. Qu’Il vous bénisse tous en faisant briller Sa face sur vous et en vous donnant un esprit de sagesse et de révélation dans Sa connaissance. Amen!

En ce qui concerne l’oeuvre de diffusion des prédications de frère Branham en français, nous pouvons louer, bénir et remercier notre Seigneur Jésus pour tout le secours qu’Il nous a accordé au cours de l’année qui vient de s’écouler. Plus de 120’000 brochures ont été expédiées en 1984 et nous remercions, au Nom de notre Seigneur Jésus-Christ, tous les frères et soeurs en Christ qui ont soutenu cette oeuvre par leurs prières et par leurs dons. Le Seigneur rétribuera chacun selon Sa sagesse et Sa grâce quand le temps sera venu. En attendant il y a toujours dans les pays francophones une grande faim de la Parole révélée et nous n’arrivons pas encore à répondre à tous ces besoins. Il nous faut travailler pendant qu’il fait jour pour répondre à ces besoins et ensemencer les coeurs autant que possible par cette merveilleuse Semence originelle. Nous demandons donc à tout lecteur de cette lettre de persévérer dans l’intercession pour cette oeuvre afin que toujours plus d’âmes affamées de justice et de Vérité puissent être rassasiées à la gloire du Maître glorieux de la moisson. Amen!

Plusieurs ont appris que nous devions quitter les locaux d’expédition que nous avions à Sainte-Croix, et je sais que vous avez prié pour ce besoin. Sachez que le Seigneur a répondu à notre attente et nous a fait trouver d’autres locaux. Par la même occasion nous avons changé notre adresse car il y a de nombreuses années que nous n’avons plus personne à L’Auberson. Nous avons jugé bon de prendre une case postale à Lausanne sous cette mention:

Centre Missionnaire de la Parole Parlée
Case postale 174
CH — 1000 Lausanne 9 (Suisse).


Nous vous prions donc de prendre note de cette nouvelle adresse pour faire vos demandes de brochures, ou autres.

“Car l’Eternel consolera Sion; il consolera tous ses lieux arides, et fera de son désert un Eden, et de son lieu stérile comme le jardin de l’Eternel. L’allégresse et la joie y seront trouvées, des actions de grâces et une voix de cantiques” (Esaïe 51.3).

Votre frère par le Sang précieux de l’Agneau de Dieu.
A. Barilier

 

 

Retour haut de page
Retour lettres circulaires
Retour page d’accueil
Commander
Nous contacter