“Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement” (Hébreux 13.8).

LETTRE CIRCULAIRE N° 16

JANVIER 1979


Je vous salue tous cordialement dans le précieux Nom de notre Seigneur Jésus-Christ par cette parole du Psaume 33.8,9:

“Que toute la terre craigne l’Eternel! Que tous les habitants du monde tremblent devant lui! Car il dit, et la chose arrive; il ordonne, et elle existe”.

La Parole de Dieu ne revient jamais à Lui sans avoir accompli ce pour quoi Il l’a envoyée. Tout ce qu’Il dit s’accomplit. Tout ce que Dieu entreprend, Il l’achève. Malheureusement, souvent nous nous faisons une propre représentation de ce que Dieu devrait faire. C’est pourquoi nous voulons prendre à coeur ce qui est dit dans ce psaume, c’est-à-dire: avoir la crainte du Seigneur afin qu’Il puisse mener à bien Son oeuvre. Seul ce qu’Il dit s’accomplit; seul ce qu’Il a commandé subsistera. Les paroles des hommes sont sans force, alors que la Parole de Dieu a une pleine autorité. Aucun des desseins humains n’a de valeur devant Dieu, aussi loyaux et bien intentionnés qu’ils soient. Il est écrit: “Les desseins de l’Eternel subsistent à toujours…” (v. 11). Nous devons nous appliquer à reconnaître la volonté de Dieu et nous efforcer de l’accomplir; et nous voulons nous écrier comme le psalmiste: “Lève-toi, Eternel, ô Dieu, lève ta main! N’oublie pas les malheureux! … Tu regardes cependant, car tu vois la peine et la souffrance, pour prendre en main leur cause; c’est à toi que s’abandonne le malheureux, c’est toi qui viens en aide à l’orphelin!” (Ps. 10.12,14).

Quelle merveilleuse parole! Car aucun croyant n’est assez fort par lui-même. Nous dépendons tous du secours de Dieu. Il voit les douleurs de notre coeur, Il voit l’indigence des misérables, Il prend garde à tout malheur qui atteint les Siens; nous pouvons tout Lui dire, car Il nous comprend. Puisse-t-Il Se lever et étendre Son bras puissant, car nous pouvons Lui accorder pleine confiance.

Plus loin, le psalmiste s’écrie: “Tu entends les voeux de ceux qui souffrent, ô Eternel! Tu affermis leur coeur; tu prêtes l’oreille…” (Ps. 10.17). Celui qui passe par de dures épreuves ne peut quelquefois pas saisir cela, et il s’écrie dans son découragement: «Le Seigneur ne Se soucie pas de ces choses!». Et pourtant, la Parole de Dieu demeure éternellement vraie. Il discerne et comprend les désirs des misérables; Il écoute leur appel à l’aide et leur donne du courage. Il l’a souvent fait, et Il le fera jusqu’à la fin.

En rapport avec cela, nous pensons à la parole du prophète Esaïe qui comparait les croyants aux aigles, lesquels ne sont pas soumis aux lois terrestres, et peuvent prendre leur essor vers les cieux. Notre vie rend témoignage de ce que nous sommes réellement. En Jésus-Christ, nous avons une pleine délivrance et nous sommes destinés par Dieu aux desseins les plus élevés. Nous devons prendre conscience de cela. Dieu a pour l’Eglise une tâche particulière: c’est la continuation du service que Jésus-Christ a commencé, la proclamation du même évangile, du même message que Christ et les apôtres ont annoncé. Que la même puissance de Dieu puisse donc être manifestée, et de la même manière. L’Eglise constitue le Corps du Seigneur, et Elle est l’instrument entre les mains de Dieu par lequel Il agit sur la terre. Jusqu’à la fin, Elle exécutera le même ordre de mission et la même tâche divine. Il s’agit de réaliser le plan du salut divin. Les projets particuliers que nous avons conçus ne sont que des obstacles à cette réalisation. Ce que nous désirons voir, c’est l’oeuvre de Dieu en action au milieu de nous. Les propositions faites avec les meilleures intentions ne comptent pas, à moins que nous ne nous tenions sous l’inspiration du Saint-Esprit, et ne reconnaissions par révélation divine ce que Dieu veut.

POINT DE VUE PROPHETIQUE!

“Qu’il n’y ait pas parmi vous un grand nombre de personnes qui se mettent à enseigner…” (Jacq. 3.1). C’est ce que nous dit Jacques. De la même manière, nous pourrions faire remarquer que rares sont ceux qui peuvent accomplir un ministère prophétique. La parole prophétique doit être touchée avec circonspection. La lettre seule ne suffit pas, car on peut mal la comprendre, si l’on n’est pas sous la direction du Saint-Esprit. Avant de pouvoir accomplir une tâche, on doit avoir été désigné par Dieu à cet effet. Ce n’est que lorsque nous prenons la place que Dieu nous a donnée que nous pouvons aussi accomplir la tâche qui nous a été attribuée.

Nous devons constamment nous éprouver pour savoir si c’est le Saint-Esprit qui agit, ou bien si c’est un esprit religieux. Chaque fois que le Saint-Esprit est à l’oeuvre dans l’Eglise, Jésus-Christ est glorifié, et les fruits de l’Esprit sont manifestés. Aucune manifestation des dons de l’Esprit, ou aucun ministère suscité par l’Esprit de Dieu, ne peut être exercé sans que les fruits de l’Esprit ne soient manifestés au travers d’eux.

Nous vivons dans un temps où n’importe quoi est désigné comme venant de Dieu ou de l’Esprit. Cependant, nous entravons Dieu et Lui faisons obstacle, si nous ne Lui accordons pas la place qui Lui revient de droit. Celui qui n’a saisi la Parole de Dieu que par son intelligence échouera certainement.

Au temps de la première venue du Seigneur, il y eut suffisamment d’hommes religieux qui ne comprirent pas la façon d’agir de Dieu. Ils avaient bien la lettre de la Parole, mais il leur manquait l’éclaircissement au travers de l’Esprit pour en voir l’accomplissement. La Parole parlée devint la Parole écrite, et la Parole écrite doit devenir une Parole révélée. Elle est alors vivante et agissante.

Dans le ministère du prophète Elie, nous avons un exemple frappant du soin avec lequel doit être traitée une charge prophétique. Sitôt après que cet homme de Dieu eut fait l’expérience puissante de la révélation de Dieu sur la montagne d’Horeb, le Seigneur lui dit: “Va, reprends ton chemin par le désert jusqu’à Damas; et quand tu seras arrivé, tu oindras Hazaël pour roi de Syrie. Tu oindras aussi Jéhu, fils de Nimschi, pour roi d’Israël; et tu oindras Elisée, fils de Schaphath, d’Abel-Mehola, pour prophète à ta place” (1 Rois 19.15,16).

Chacun de nous pense peut-être qu’Elie aurait accompli sans délai ces trois tâches, puisque le Seigneur les lui avait clairement ordonnées. Qui donc aurait pensé que, sur les trois choses ordonnées, il n’en aurait accompli qu’une seule? C’est pourtant bien plus tard, pendant le ministère d’Elisée, alors qu’Elie était depuis longtemps entré dans la gloire, qu’Hazaël fut oint roi de Syrie, et Jéhu roi d’Israël. On peut lire cela dans 2 Rois 8 et 9. On serait en droit de se demander comment il est possible que le Seigneur donne clairement à un homme la tâche d’accomplir trois choses, puis qu’Il vienne le chercher avec tous les honneurs dans un char de feu pour le faire entrer dans le ciel, et cela sans qu’il ait accompli ce qui lui avait été ordonné de faire.

Vous voyez! C’est ici que se trouve éprouvée la pensée spirituelle d’un homme. Ainsi qu’il est écrit: “Qui donc a reconnu la pensée du Seigneur, ou qui a été Son conseiller?”. Le même Esprit qui reposait sur Elie, reposait aussi sur Elisée, et le service qu’Elie avait à accomplir fut poursuivi par Elisée. Quelquefois, Dieu a parlé de certaines choses au passé, alors que celles-ci se situaient dans un lointain avenir (voyez Esaïe 53). Chaque Parole que Dieu a prononcée s’accomplira, bien qu’elle puisse s’accomplir d’une autre manière que celle à laquelle nous nous serions attendus sur le moment. Nous demeurons souvent sous le coup de ce que le Seigneur a dit quelque chose, et nous pensons que cela doit s’accomplir au moment même; et avec tout cela, la chose arrive dans un autre temps, et de manière complètement différente que nous l’avions prévue.

Oh, combien nous devons être particulièrement scrupuleux à l’égard de la Parole prophétique et du ministère prophétique! Pour ce qui est des prophéties bibliques, les Juifs d’alors les ont manquées, malgré qu’ils en attendaient avec impatience l’accomplissement. Au retour du Seigneur Jésus-Christ, cela est pareil. Il en va de même en ce qui concerne le ministère prophétique dans l’Eglise: il faut abandonner toutes choses à Dieu qui seul a la vue d’ensemble sur le tout; et Il agira selon Sa volonté et Son conseil éternels.

DECLARATIONS DU SEIGNEUR!

En rapport avec la Parole écrite, il doit nous être montré combien il est important de voir toutes choses dans le temps juste, à la juste lumière et dans le contexte juste. Le Seigneur a catégoriquement donné cet ordre à Ses disciples: “N’allez pas vers les païens, et n’entrez pas dans les villes des Samaritains; allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël!” (Mat. 10.5,6). Le Seigneur Lui-même S’en est tenu à cet ordre. “Jésus, étant parti de là, se retira dans le territoire de Tyr et de Sidon. Et voici, une femme cananéenne, qui venait de ces contrées, lui cria: Aie pitié de moi, Seigneur, Fils de David! Ma fille est cruellement tourmentée par le démon. Il ne lui répondit pas un mot, et ses disciples s’approchèrent, et lui dirent avec instance: Renvoie-la, car elle crie derrière nous. Il répondit: Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël” (Mat. 15.21-24).

Le même Seigneur, après Sa résurrection, donna l’ordre de mission en disant: “Allez, faites de toutes les nations des disciples…” (Mat. 28.19). Il n’est plus question ici des Juifs, mais bien de tous les hommes. Nous voyons la même chose dans Marc 16.15: “Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création”. Et afin que ceci soit établi sur le témoignage de deux ou trois témoins, nous lirons encore dans Luc 24.47: “… et que la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations…”.

Il est donc important que nous comprenions correctement les Paroles du Seigneur. Si quelqu’un ne prend que la première déclaration du Seigneur, il peut conclure que l’Evangile n’est que pour les Juifs. Mais celui qui prend aussi les autres déclarations du Seigneur, reçoit une vue d’ensemble, et comprend que le Seigneur a commencé quelque chose avec les Juifs, et que la délivrance et le salut est pour l’humanité entière. Nous voyons donc qu’il ne suffit pas de dire: “Il est écrit!”, mais bien que nous comprenions correctement ce qui est écrit.

UN EXEMPLE DE PAUL

Les voies de Dieu pour le salut avaient été profondément révélées à ce grand homme de Dieu. Beaucoup de ses exposés sont encore aujourd’hui un mystère pour certains théologiens. Comprenons-nous ce qu’il veut dire en rapport avec les Juifs, lorsqu’il écrit: “En ce qui concerne l’Evangile, ils sont ennemis à cause de vous; mais en ce qui concerne l’élection, ils sont aimés à cause de leurs pères” (Rom. 11.28)? Qui peut comprendre cela? Les mêmes personnes sont appelées des ennemis et des bien-aimés de Dieu tout à la fois! La différence vient seulement du point de vue auquel on se place pour considérer une chose. Lorsque Paul parle des profondeurs de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu, nous pouvons comprendre un peu à quoi il pense. Combien les voies de Dieu sont insondables! Bienheureux l’homme de qui Dieu S’approche, et qui, éclairé par le Saint-Esprit, reconnaît chaque Parole dans son contexte juste et de la bonne manière.

En résumé, nous pouvons dire que le Seigneur assume la pleine et entière responsabilité pour l’exécution et la réalisation de Ses desseins. Ceux qui pensent que frère Branham n’a pas fait tout ce que le Seigneur lui avait commandé feraient mieux d’aller se coucher, et d’abandonner tout cela entre les mains de Dieu. Ce n’est pas notre affaire, mais celle de Dieu de pourvoir à cela. Nous l’avons bien vu dans l’exemple d’Elie et d’Elisée. Dieu fait ce qu’Il veut. Il prend les sages dans leur sagesse, et Il fait grâce à tous les humbles.

Souvent, par souci de l’oeuvre de Dieu, nous essayons de nous représenter comment celle-ci doit se poursuivre; celui qui est spirituel a une confiance illimitée en Dieu, et il sait que le Seigneur achèvera pour le glorieux jour de Son retour l’oeuvre qu’Il a commencée.

JUSQU’A QUAND ENCORE?

De toute manière, l’Ecriture doit S’accomplir. C’est aussi une des raisons pour lesquelles nous voyons tomber les hommes dans des doctrines qui viennent directement des démons. C’est parce qu’il avait la vue prophétique de cela que l’apôtre Paul a écrit: “Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons…” (1 Tim. 4.1). C’est bouleversant d’entendre tout ce qui se passe dans ce monde. Le nombre des églises qui adorent le diable va chaque jour grandissant. Par moquerie, le “Notre Père” est dit à l’envers, le diable adoré ouvertement, et le soi-disant culte célébré au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit! Jusqu’où ces choses-là iront-elles avant que Dieu ne mette fin à tout cela? Des cultes religieux conduits de la manière la plus folle, trouvent des milliers d’adhérents. Les gens sont possédés par des démons, et ils n’ont plus aucune possibilité de penser clairement, si bien qu’ils tombent facilement dans les doctrines qui proviennent d’en-bas. En plus de cela, il y a les diverses formes de religions païennes. Toutes ces choses ensemble forment un chaos dans lequel les hommes ne peuvent plus trouver leur chemin.

Tous ces déraillements religieux sont pris comme motifs pour lier et soumettre, lentement mais sûrement, tout ce qui ne fait pas partie de l’officiel conseil mondial des églises.

A proprement parler, il n’y a que deux sources d’inspiration. L’une est divine, et l’autre est diabolique. Chaque homme, chaque communauté, tout ce qui est sur la terre, se trouve sous l’influence de l’une ou de l’autre source d’inspiration. L’Eglise du Dieu Vivant se trouve sous l’influence divine et reconnaît la Parole de Dieu comme seule mesure ordonnée pour la foi et la doctrine. Tous les autres seront trompés d’une façon ou d’une autre, et ils seront certainement conduits dans l’erreur. C’est à eux que s’applique, en réponse, ce passage biblique: “… avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent, parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. Aussi Dieu leur envoie une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice, soient condamnés” (2 Thess. 2.9-12). Seul celui qui est de la vérité acceptera en lui la Vérité de la Parole de Dieu, et par l’Esprit de Vérité, il sera conduit dans tout le conseil de Dieu, et il pourra discerner chaque erreur.

VOYAGES MISSIONNAIRES

L’année passée a été une des plus grandes, et des plus richement bénies dans le travail missionnaire. Dans le monde entier, des portes demeurent grandes ouvertes. Des églises officielles, comme aussi des églises indépendantes, demandent à entendre le Message de Dieu. A Moscou, une des plus grandes églises était remplie de centaines de personnes lors de ma visite. Par la grâce de Dieu, nous avons le message de la Parole révélée pour ce temps — le plein Evangile de Jésus-Christ. C’est un grand privilège d’entendre ce que l’Esprit dit à l’Eglise maintenant, alors que nous sommes si près du retour du Seigneur Jésus. Que celui à qui Dieu ouvre les oreilles, qu’il écoute!

Pensez à l’oeuvre de Dieu dans vos prières!

VOEUX DE BENEDICTION POUR L’ANNEE 1979

Il nous semble que le temps passe toujours plus vite, et nous voilà déjà au début de la dernière des années soixante-dix. En un clin d’oeil, nous serons arrivés à la quatre-vingtième année. Notre attente en Dieu devient toujours plus grande; notre désir de Sa Personne devient toujours plus fort, car aussi la venue du Seigneur s’approche de plus en plus.

A vous tous qui aimez le Seigneur Jésus, et qui attendez Sa venue, je souhaite les plus riches bénédictions de Dieu pour cette année 1979.

Je veux aussi remercier de tout coeur tous ceux qui ont porté l’oeuvre de Dieu dans leurs prières, et qui l’ont aussi soutenue de leurs dons. Que le Seigneur vous récompense richement. Nous voulons ensemble faire tout ce que nous pouvons pour que beaucoup de personnes entendent encore la Parole de Dieu.


Agissant de la part de Dieu.
Br. Frank

 


EDITORIAL

“Car ce n’est rien que d’être circoncis ou incirconcis;
ce qui est quelque chose, c’est d’être une nouvelle créature…”.

(Galates 6.15)

Chers frères et soeurs en Jésus-Christ,
Que la paix et la miséricorde soient avec vous tous!
C’est pour moi un grand privilège de pouvoir vous atteindre par cette lettre circulaire au commencement de cette nouvelle année, et de vous saluer fraternellement au nom merveilleux de Jésus-Christ. Tout au long de l’année passée, j’aurais aimé visiter le plus grand nombre d’entre vous afin de nous exhorter les uns les autres dans la Sainte Parole de Dieu, et aussi de nous réjouir ensemble du salut merveilleux accordé en Jésus-Christ par notre Père céleste. Cependant je n’ai pu visiter que les frères et soeurs de Haïti. Je suis reconnaissant au Seigneur de les avoir vus, et je sais que pour tous ceux de mes frères et soeurs que je n’ai pu visiter, le Seigneur aura pourvu d’une manière ou d’une autre en vue de leur édification. Nous le savons, il n’est pas toujours possible de faire ce que nous désirons; et ce que nous désirons n’est pas toujours selon la volonté de notre Père céleste. Ce qui importe donc en toutes circonstances, c’est d’agir comme de nouvelles créatures, et de pouvoir dire comme notre Seigneur Jésus à Gethsémané: “Que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne!”. Ce que je souhaite à chacun de vous, c’est d’être aussi dans cette position de nouvelle créature tout au long de cette nouvelle année, si du moins le Seigneur Jésus ne vient à l’interrompre en nous prenant dans la demeure qu’Il a préparée pour Son Epouse. Que le Seigneur veuille aussi nous accorder constamment le secours de Son Esprit, afin que nous puissions éprouver en toutes circonstances quelle est la bonne, agréable et parfaite volonté de Dieu. Amen!

Une chose est Certaine! Si nous persévérons dans la foi en Jésus-Christ et en Son Evangile, selon la lumière au travers de laquelle le Seigneur et Sa Parole ont été éclairés à nouveau par le Message de la Parole révélée à notre génération, nous réaliserons toujours mieux que nous sommes réellement de nouvelles créatures en Jésus-Christ. Une autre chose est encore certaine, c’est que nous ne pourrons pas oublier quel est le prix de souffrance et de consécration auquel notre Dieu, en Jésus-Christ, nous a rachetés pour nous délivrer de la nature mauvaise et incrédule que nous avions héritée de nos pères selon la chair. C’est dans un but bien précis que notre Seigneur Jésus a passé par ce terrible chemin: faire de nous de nouvelles créatures, et nous faire participer par Ses grandes et précieuses promesses à la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise (2 Pier. 1.4). Ainsi, ce qui est vraiment quelque chose, c’est d’être cette nouvelle créature pour laquelle Jésus-Christ a donné Sa sainte Vie à la croix. A cause de cela même, nous ne pouvons nous empêcher de remercier continuellement notre Créateur Tout-Puissant qui a voulu devenir notre Père, et nous exaltons aussi sans cesse l’oeuvre si humble, et pourtant si glorieuse, de Son Fils Bien-aimé, notre Seigneur Jésus. Amen!

Cet homme nouveau est renouvelé par la connaissance selon l’image de Celui qui l’a créé; et quant à celui qui a revêtu cet homme nouveau, il n’a plus à prendre en considération son ancienne appartenance au monde incrédule, ou à une dénomination religieuse quelconque. Pour cette nouvelle créature, il est aussi indifférent de savoir qu’elle est originaire d’une famille — comme aussi d’un pays — évolués, ou non; il lui importe peu également d’être une personne de qualité, ou de n’être qu’un humble serviteur ignoré, car pour cette nouvelle créature, Christ est tout et en tous (Col. 3.10,11). Pour lui, Jésus est le Premier-né de ce royaume spirituel et éternel; Il est son seul Modèle et Maître, et Celui qu’il adore. Celui qui est une nouvelle créature est heureux et reconnaissant d’être membre de la famille divine, d’être un frère bien-aimé du Fils de Dieu, un disciple attentif qui suit Jésus partout où Il va. Vraiment, la seule chose pour lui désormais importante, c’est de vivre en nouvelle créature. Amen!

Cette chose importe d’autant plus que la pression exercée par les ténèbres augmente de jour en jour sous diverses formes; et des états de plus en plus nombreux veulent soumettre les gens à leur contrôle, pour ce qui est de la manière d’adorer. C’est le temps où le prince de ce monde s’efforce de rassembler sous son autorité toutes les dénominations, afin d’unifier la foi en Dieu dans un mélange oecuménique, et de dominer les hommes de sa pensée et son autorité. Ce n’est pas une chose nouvelle, car nous savons bien comment, au travers de tous les âges, Satan a employé diverses ruses pour dénaturer la foi originale des disciples de Jésus-Christ et les détourner ainsi de leur Seigneur. Mais dans ces derniers temps, il est animé d’une grande colère parce qu’il connaît l’Ecriture, et qu’il sait que cet enfant mâle, le Corps de Christ, va lui échapper et être enlevé au ciel, comme lui a déjà échappé la Tête de ce Corps, Jésus-Christ Lui-même (Apoc. 12.4,5). Pour nous, disciples de Jésus-Christ, nous avons à être d’autant plus conscients que nous sommes de nouvelles créatures, des disciples par notre attachement à Sa Parole, et des membres de la famille de Dieu par la foi au sacrifice victorieux de notre Seigneur Jésus. Nous ne sommes pas les disciples, ou les membres, d’une congrégation religieuse quelle qu’elle soit. Nous savons très bien qu’avec leurs différents credo, les différentes religions viennent du monde, et qu’elles passeront avec ce monde. Par la grâce de Dieu nous sommes devenus membres de Sa famille. Nous sommes la postérité, la semence que Jésus a vue (Esa. 53.10) après avoir livré Sa vie en sacrifice pour le péché, et l’oeuvre agréable de l’Eternel prospérera entre les mains de Jésus ressuscité. Ce ne sont pas les dénominations, ni l’autorité que le prince de ce monde donne de plus en plus à l’oecuménisme, qui empêcheront le Seigneur ressuscité de manifester Sa présence parmi les disciples. Les autorités de ce monde peuvent empêcher le rassemblement public des disciples de Jésus-Christ; elles peuvent les mettre en prison, les persécuter et les faire mourir à cause de leur foi; mais l’oeuvre victorieuse de Jésus-Christ se manifestera parmi Ses disciples sur la face tout entière de la terre. Pour qu’en nous Ses disciples, le Seigneur Jésus puisse manifester toute la puissance de Sa Parole, il est nécessaire que nous prenions la position qu’Il nous a acquise, celle de nouvelle créature. Face à l’oppression des ténèbres, c’est la seule position que nous ayons à prendre, car nous ne sommes pas de ce monde. Nous sommes étrangers et voyageurs sur cette terre. Bientôt, la dignité royale de notre Seigneur Jésus sera manifestée dans le monde entier, lorsqu’Il viendra établir Son règne ici-bas; mais maintenant c’est l’heure où la nature divine de Jésus-Christ qui vit en nous doit être révélée au travers de Son Corps. Ce qui est vraiment quelque chose, c’est d’être une nouvelle créature.

C’est par la foi en Jésus-Christ telle que celle-ci nous est enseignée dans la Bible, la Parole de Dieu, que nous sommes de nouvelles créatures, des disciples de Jésus-Christ. Nous ne sommes pas des disciples de frère Branham, comme certains se l’imaginent; pas plus que nous ne sommes esclaves des credo que certains autres seraient enclins à former avec le Message qu’il a apporté de la part de Dieu aux croyants de notre génération. Nous sommes, par la grâce de Dieu, de simples compagnons de service de ce frère, lequel a été fidèle en toutes choses dans le ministère que le Seigneur lui avait confié, de la même manière que nous sommes les compagnons de service de nos frères les prophètes et de tous ceux qui gardent les Paroles de la Bible. C’est Dieu seul que nous adorons, et devant qui nous nous prosternons, Lui qui, sur cette terre, S’est révélé dans la chair en Jésus-Christ, et L’a aussi ressuscité, après qu’Il ait accompli tout ce qui était nécessaire pour que nous soyons de nouvelles créatures. Oui, vraiment, ce qui est quelque chose, c’est d’être une nouvelle créature en Jésus-Christ! Amen!

Nous savons bien que lors de tout réveil, deux sortes de croyants se lèvent en réponse à l’appel de Dieu, et c’est à cause de cela que nous devons veiller sur nous-mêmes et observer le fruit que nous portons. Seule la nouvelle créature en nous peut manifester la nature de Jésus-Christ dans cette chair mortelle. L’homme charnel se contente d’une apparence de foi extérieure, à laquelle est attachée la pratique de certaines règles de doctrine. C’est pourquoi Paul reprenait sévèrement les Galates, qui, bien qu’ayant commencé par la foi en Jésus, s’étaient peu à peu laissé reprendre par l’esprit légaliste. Il leur montre ce qui a de la valeur aux yeux de Dieu: qu’ils soient vraiment de nouvelles créatures.

De nos jours, parmi ceux qui ont entendu et cru le Message de Dieu, certains croyants ont eu le privilège et la liberté de continuer à adorer dans leur communauté, parce que celle-ci avait reçu l’enseignement conforme à la Parole de Dieu. Pour certains, cette communauté est même reconnue par les autorités, ce qui revêt une certaine importance pour les pays d’Afrique où il n’est pas permis de prêcher sans faire partie d’une église reconnue. Nous pourrions les comparer aux circoncis dont parle Paul, à ceux qui sont honorés parce que conformes à la loi suivie par le plus grand nombre. D’autres croyants ont dû, pour obéir à la Parole révélée à notre génération et être des disciples de Jésus-Christ, sortir de leur communauté dénominationnelle, et se réunir dans les maisons ou dans les campagnes. Leur rassemblement n’était pas reconnu par l’état et, par conséquent, il était interdit. Nous pourrions les comparer aux incirconcis dont parle Paul, à ceux qui sont méprisés, parce que ne suivant pas les lois et coutumes de la majorité. Mais, comme le dit l’Ecriture, “ce n’est rien d’être circoncis ou incirconcis”, de faire partie d’une communauté reconnue ou de se retrouver avec ceux que l’on méprise et persécute, “ce qui est quelque chose, c’est d’être une nouvelle créature”. Et l’apôtre ajoute encore: “Paix et miséricorde sur tous ceux qui suivront cette règle”. Il y a donc là une bénédiction pour ceux qui suivent cette règle de vie, et je souhaite que vous tous qui lisez cette lettre puissiez recevoir cette bénédiction. Amen!

En ce temps, nous ne devons pas perdre cela de vue, car ceux qui sont encore honorés et libres d’adorer Dieu sans restriction aujourd’hui, risquent bien de se retrouver méprisés et persécutés demain. Que feront-ils alors pour rester fidèles à la Parole de Dieu s’ils ne sont pas devenus, à l’intérieur d’eux-mêmes, de nouvelles créatures en Jésus-Christ?

Je souhaite que cette année 1979 soit encore une année de liberté pour tous, afin que le merveilleux Evangile de Jésus-Christ soit prêché partout. Mais qu’à chacun le Seigneur accorde de rechercher ce qui est vraiment quelque chose à Ses yeux: être une nouvelle créature. Amen!

Votre frère en Jésus-Christ.
A. Barilier