“Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement” (Hébreux 13.8).

Lettre circulaire N° 14 — Juin 1978


Je vous salue tous cordialement dans le Nom de Jésus-Christ par cette parole de Philippiens 1.8-11:

“Car Dieu m’est témoin que je vous chéris tous avec la tendresse de Jésus-Christ. Et ce que je demande dans mes prières, c’est que votre amour augmente de plus en plus en connaissance et en pleine intelligence pour le discernement des choses les meilleures, afin que vous soyez purs et irréprochables pour le jour de Christ, remplis du fruit de justice qui est, par Jésus-Christ, à la gloire et à la louange de Dieu”.

Je me joins à la prière de l’apôtre, et aimerais que vous sachiez tous combien l’Eglise me tient à coeur. Il est tellement capital que les croyants discernent quelles sont les choses les meilleures, et cela au moment approprié. Nous sommes devenus riches en connaissance, mais cependant, il faut que soient révélés au milieu de nous la pensée et le but que Dieu avait en vue.

L’apôtre ne faisait pas que prêcher, il intercédait aussi avec instance pour que l’amour de Dieu augmente de plus en plus en vraie connaissance et en pleine intelligence, afin que les croyants puissent éprouver en toutes choses ce qui est juste. La connaissance, sans l’intelligence spirituelle de la volonté de Dieu, ne sert de rien à personne. Il faut que, par l’Esprit de Dieu, nous soit accordé le sentiment juste dans ce que nous avons reconnu pour vrai. Ainsi seulement, nous pourrons éprouver en chaque chose ce qui est juste, afin d’être gardés purs et irréprochables pour le jour de Christ.

La pensée est aussi exprimée que nous devons être pleinement munis du fruit de la justice. Nous savons que dans les derniers temps, l’iniquité se sera accrue, et que l’amour de beaucoup se refroidira. L’Eglise du Seigneur doit cependant demeurer jusqu’au jour du Seigneur parfaitement remplie du fruit de justice qui est, par Jésus-Christ, à la gloire et à la louange de Dieu. Elle demeurera jusqu’à la fin sous la direction du Saint-Esprit.

Comment pouvons-nous discerner ce qui est juste dans chaque cas? Pour chaque question, il est possible de donner plusieurs réponses, cependant, il n’y en a qu’une qui convienne. C’est toujours dans la Parole de Dieu que se trouve la réponse correcte. Il y a plusieurs sortes de connaissances concernant Dieu, et pourtant il n’y en a qu’une qui convienne. Il y a beaucoup de manières de voir concernant le baptême, et pourtant il y a un seul baptême correct: le baptême biblique de la foi, conformément à l’enseignement des apôtres. Il y a différentes conversions, mais seule celle qui est opérée par l’Esprit de Dieu subsistera.

Dans toutes les questions de foi, il y a différents avis, mais il faut bien convenir que seule la Parole de Dieu peut donner la vraie réponse à chaque thème biblique. L’apôtre disait au verset 6: “Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne oeuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ”.

Sans l’ombre d’un doute, nous nous trouvons maintenant devant l’achèvement de l’Eglise, ainsi que devant la réalisation du plan divin de salut pour Israël, et finalement devant la réalisation des voies divines pour tout l’univers. Ce qui importe maintenant, c’est de discerner dans chaque cas ce qui est juste. Dieu accomplira Ses desseins pour Israël et pour la terre entière; cependant, en tant que croyants, nous devons reconnaître les plans de Dieu pour l’Eglise d’entre les nations. Nous-mêmes devons être préparés, et parvenir à l’achèvement en Jésus-Christ.

Ce ne sont pas toujours ceux qui parlent, qui ont véritablement quelque chose à dire. Dieu a toujours eu des hommes de tout premier plan, lesquels, en vertu d’une vocation venant tout droit de Lui, ont révélé Sa volonté. Ce que proclamaient ces hommes était fondé sur le témoignage tout entier des Saintes Ecritures. De tels envoyés de Dieu avaient quelque chose à dire, parce que Dieu parlait au travers d’eux.

Celui qui lit le Nouveau Testament constate que le Saint-Esprit a employé différents instruments pour accomplir différentes tâches. Dans l’Eglise primitive, nous découvrons qu’il n’y avait pas seulement des apôtres, mais aussi d’autres frères disponibles pour le service de Dieu. Pour ce qui s’agissait d’exposer les desseins du salut de Dieu, Paul fut en cela l’instrument prédestiné et particulièrement bien inspiré. C’est lui qui donna les instructions pour l’ordre biblique dans l’Eglise, et établit les doctrines qui devaient obligatoirement être enseignées aux croyants.

Qui était ce Paul? Passons en revue deux périodes de sa vie. Premièrement, lorsqu’il s’appelait encore Saul, et qu’il était assis aux pieds du grand professeur en théologie, Gamaliel; secondement, alors qu’il portait le nom de Paul, et avait trouvé sa place aux pieds de Jésus. Cela nous paraît aujourd’hui bien étrange que Saul, pendant la période la plus glorieuse d’Israël, n’ait pas reconnu la première venue du Messie. Aujourd’hui cependant, il se pourrait que la même chose nous arrive, à savoir qu’étant tellement occupés à enregistrer les conférences d’un enseignant biblique, nous manquions d’être saisis par l’action puissante de Dieu. Dans ce petit pays d’Israël, parmi le petit nombre de Juifs de ce temps-là, il est certain que quelque chose d’aussi puissant n’aurait pu s’accomplir sans que chacun n’en eût entendu parler. Les enseignants, tout autant que les étudiants de la Parole, avaient déjà assisté à l’exercice du ministère de Jean-Baptiste, et certainement qu’ils avaient entendu parler de l’entrée en scène de Jésus; mais ils étaient prisonniers de leur manière de voir, et de leur propre religion.

Assurément, les scribes étaient assis dans la chaire de Moïse, mais il leur manquait la relation avec Dieu. Ils ne discernèrent pas en leur temps ce qui était juste. C’est toujours ainsi que la majorité des gens religieux passent à côté de l’action de Dieu. Même parmi ceux qui avaient été impressionnés par cela au début, il n’en restait à la fin qu’un petit nombre qui soit prêt à parcourir tout le chemin avec Dieu. Aujourd’hui encore, cela n’a pas changé. Des hommes sincères sont encore occupés à écouter les conférences et les interprétations d’enseignants bibliques, alors que nous vivons dans un temps où les prophéties bibliques s’accomplissent sous nos yeux. De même qu’un Saul, assis aux pieds de Gamaliel, était rempli de haine à l’égard de la véritable Eglise de Jésus-Christ, ainsi pour ceux qui sont assis aux pieds d’un homme, il semble qu’il en aille de même jusque dans nos jours. Seul celui qui a fait une rencontre directe avec le Seigneur, et qui a trouvé sa place aux pieds de Jésus-Christ, recevra l’instruction divine et reconnaîtra pour chaque cas ce qui est juste.

Paul nous indique premièrement quel était son état par rapport à la loi, et il dit: “… moi, circoncis le huitième jour, de la race d’Israël, de la tribu de Benjamin, Hébreu né d’Hébreux; quant à la loi, pharisien; quant au zèle, persécuteur de l’Eglise; irréprochable, à l’égard de la justice de la loi. Mais ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ. Et même, je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour lequel j’ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ et d’être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s’obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi…” (Phil. 3.5-9).

Dans ses moments de méditation, Paul doit avoir réfléchi parfois combien cela avait été funeste, pour lui, d’avoir été ainsi conduit à manquer la plus grande visitation de la grâce divine pour Israël, et cela pendant qu’il était assis aux pieds d’un éminent docteur de la Bible. Il est possible aujourd’hui encore de se réclamer, d’une part, de la Parole de Dieu, et pourtant, d’autre part, de ne pas voir l’accomplissement des Ecritures.

Cette pensée ne devrait-elle pas faire réfléchir chacun de nous? Il faut que tout ce qui est humain, nous le considérions comme de la boue, avant que nous puissions accepter ce qui est divin comme étant quelque chose de précieux. Maintenant encore, la plus grande partie de la foule passera à côté du véritable accomplissement de la prophétie biblique, occupée qu’elle est par des publications pieuses, et se laissant enlacer par des interprétations humaines de la Parole de Dieu. C’est précisément maintenant qu’il s’agit de discerner pour chaque chose ce qui est juste. Premièrement, nous devons reconnaître le temps dans lequel nous vivons; deuxièmement, reconnaître le Message divin qui nous présente l’accomplissement des prophéties bibliques pour cette génération; troisièmement, reconnaître l’achèvement de l’Eglise de Jésus-Christ et son enlèvement; quatrièmement, reconnaître les intentions de Dieu à l’égard d’Israël et cinquièmement, reconnaître la réalisation complète des desseins de salut divin pour l’humanité.

ISRAËL ET L’EGLISE

Il a déjà beaucoup été parlé et écrit sur Israël. Beaucoup de passages bibliques ont été cités, mais nous devons nous poser la question de savoir s’ils ont été placés correctement, sous la direction du Saint-Esprit. Tout croyant aime Israël, mais nous devrions savoir que les Juifs n’attendent pas un évangéliste venant à eux d’entre les nations: ils attendent le Messie même, Lequel enverra devant Lui les deux prophètes annoncés par Apocalypse 11. Dieu Lui-même conduit les affaires d’Israël. Il n’a pas laissé à l’Eglise le soin de s’occuper d’Israël, comme on le prétend quelquefois. En général, rien ne se fait, là-bas, avec une équipe d’évangélistes; on y attend le Message prophétique d’un Moïse et d’un Elie.

Le prophète Zacharie n’a pas vu les deux oliviers au milieu du chandelier, mais bien se tenant auprès du chandelier, de chaque côté. Conformément à Apocalypse 1 à 3, le chandelier représente l’Eglise du Nouveau Testament, alors que selon Apocalypse 11, les deux oliviers représentent les deux témoins qui doivent apparaître à Jérusalem. Tous ceux qui ont participé financièrement au grand programme pour Israël et qui attendaient une conversion des Juifs ont été ces derniers temps plutôt déçus, sinon ébranlés. Il y a quelque temps, une loi a été promulguée par la “Knesset”, stipulant que la conversion d’un Juif à une autre religion était passible de sanctions. Le Conseil de l’Union Chrétienne a protesté vivement contre cela. Ceux qui se sont engagés dans de grands projets en Israël, devront bien reconnaître que le chemin de la conversion d’Israël est bien différent. Le Seigneur Eternel a dit: “Ce n’est ni par la puissance, ni par la force, mais c’est par mon Esprit”.

Lorsque pour Israël le temps sera venu, l’Esprit de grâce, de repentance et de prière sera répandu sur les Juifs. De nos jours, tant de choses sont faites qui doivent donner l’impression qu’il s’agit d’un mandat divin. C’est là précisément qu’il s’agit de faire la différence entre le vrai et le faux.

De toutes les manières imaginables, on veut amener Israël à la conversion, mais dès le départ, de tels efforts sont voués à l’échec, car ce n’est rien d’autre qu’une oeuvre humaine, et que c’est contre le plan de Dieu, quand bien même l’on cite quantité de passages bibliques à l’appui.

Jamais Israël ne croira un évangéliste, mais il attend le Message prophétique divin. N’oublions pas que Dieu conduit Ses affaires avec l’Eglise premièrement, puisqu’Il accomplit Ses desseins à l’égard d’Israël. Pour moi, il est évident que si une telle loi est entrée en vigueur précisément à la fin de 1977, ce sont là les voies de Dieu. La grâce de Dieu doit être manifestée envers Israël, et les temps de sa visitation doivent être si proches qu’Il a veillé Lui-même à l’exécution de cette mesure. Le voile demeure sur Israël et il ne peut être ôté qu’en Christ, le Messie.

On peut certainement se faire passer devant les hommes pour quelqu’un qui est assis dans la chaire prophétique. On parle de la lutte pour l’accomplissement des prophéties bibliques, et en même temps, l’on ne reconnaît pas qu’elles s’accomplissent, quand bien même cela se passe autrement que ce que l’on désire et attend.

Selon Apocalypse 14, les 144’000 qui nous sont présentés au chapitre 7 alors qu’ils sont scellés, sont vierges, et, comme cela est dit dans la parole prophétique, ils ne se sont pas souillés avec des femmes. Dans Apocalypse 12, une femme nous est montrée, enveloppée du soleil, et elle représente l’Eglise. Dans Apocalypse 17, l’église mondaine nous est présentée sous la forme d’une femme, qui est la grande prostituée. Il n’est pas nécessaire d’être spécialement spirituel pour comprendre les images bibliques. Dieu ne veut pas que les Juifs deviennent membres d’une église chrétienne (qu’elle soit Catholique, Protestante, indépendante), ou même de l’Eglise; Il veut que, par la publication véritable du Message prophétique, les Juifs soient appelés dehors, et gardés purs. Jamais ils ne deviendront membres d’une église chrétienne. Bienheureux sont ceux qui respectent l’ordre divin.

QUESTIONS ET REPONSES

Certains sont préoccupés par des citations de frère Branham difficiles à comprendre. Grâce à Dieu, ils sont peu nombreux à s’occuper de ce qu’ils ne comprennent pas! Que nous sachions ou que nous ne sachions pas exactement dans quel temps tombera sur la terre le jugement des trompettes et des coupes de la colère de Dieu ne nous empêchera pas d’être parmi les bienheureux. Que ce soit à l’Eglise ou à Israël que nous appliquions Apocalypse 10 n’empêchera pas Dieu de faire en sorte que toutes choses arrivent selon Ses desseins. Ce qui devrait être pour nous le plus important, c’est notre préparation. Ce n’est pas celui qui sait tout qui entrera dans la gloire, mais bien celui qui est prêt.

J’ai lu attentivement 36 citations de frère Branham concernant les sept tonnerres. Jamais il ne prêcha sur ce sujet; mais, lors de différentes réunions, il apporta purement et simplement l’espérance, exprimée par quelques courtes déclarations, que d’une part, l’Eglise recevrait la foi pour l’enlèvement, et que, d’autre part, Israël reconnaîtrait Jésus-Christ comme étant le Messie.

Dès le commencement, j’ai été conduit à ne dire que ce que la Bible dit, et à me taire lorsqu’Elle se tait. Je ne peux m’en tenir qu’au contenu des Saintes Ecritures. Je pense aussi que chaque déclaration de frère Branham doit être classée selon la Parole de Dieu. C’est être tout à fait irresponsable que de tirer des citations de leur contexte, et d’en faire une doctrine. Ce qui est encore pire, c’est de faire dépendre de sa propre interprétation de ces déclarations le salut des autres.

Frère Branham a dit plusieurs fois clairement qu’il n’était question de l’Eglise que dans les trois premiers chapitres d’Apocalypse, puis seulement de nouveau au chapitre 19, et que toutes les choses qui sont décrites des chapitres 4 à 18 se rapportent à Israël et au temps qui vient après l’enlèvement. Si l’on tient compte de ce qu’a dit frère Branham, il ne doit pas être difficile de classer correctement ce qui est dit dans Apocalypse 10. Au verset 1, Christ nous est présenté comme Ange de l’alliance, lorsqu’Il descend du ciel. A remarquer que personne n’est là pour L’accompagner: ni les 24 anciens, ni les quatre êtres vivants, ni l’Epouse ne sont présents. Lorsque le Seigneur Se révélera à Israël, Il sera seul, comme lorsque Joseph se fit reconnaître par ses frères. Au verset 2, il nous est dit qu’Il tient un livre ouvert dans Sa main, et que l’un de Ses pieds se trouve sur la mer et l’autre sur la terre. Ceci ne peut pas s’accomplir avant l’enlèvement de l’Eglise. Lorsqu’Il revient chercher les Siens, c’est dans les airs que nous Le rencontrons, selon 1 Thessaloniciens 4, et nous sommes enlevés à Sa rencontre. Les Juifs ne seront pas enlevés. Il vient à eux comme Ange de l’alliance. Alors, ils regarderont à Celui qu’ils ont percé (Zach. 12.9-14). Au verset 3, il nous est dit qu’Il cria d’une voix forte, comme rugit un lion. C’est après cela que les sept tonnerres font entendre leurs voix. Jean ne devait pas écrire ce qu’ils avaient dit, et cela me suffit. J’ai seulement la responsabilité de prêcher la Parole de Dieu telle qu’Elle nous a été laissée. Je ne peux pas me laisser aller à faire des spéculations ou interprétations, ou à m’occuper de ce qui n’a pas été écrit, car personne ne le sait. Ma responsabilité est trop grande pour faire cela. Sans en vouloir à personne, je dois encore dire ceci, pour plus de clarté: c’est que la soi-disante révélation, ou message sur les sept tonnerres, n’a en aucune manière apporté la foi pour l’enlèvement, mais elle n’a fait que provoquer la confusion. Mais ce que Dieu fait nous rapproche les uns des autres, cela nous unit dans l’amour et est toujours scellé par le fait que Jésus-Christ est placé au centre de toutes choses, et qu’Il est glorifié.

Chacun sait combien je respecte le ministère de frère Branham, et combien le Message divin m’est précieux. C’est pourquoi je souffre de voir ses déclarations utilisées par des personnes incompétentes, suscitant ainsi la confusion. Je suis persuadé que le Message du temps de la fin est la Parole de Dieu même, révélée par le Saint-Esprit. Nous ne pouvons pas nous engager dans de subtiles questions qui n’engendrent que des disputes, mais nous devons bien plutôt discerner pour chaque cas ce qui est correct; et cela concerne également Apocalypse 10. Sans nous arrêter à cela, nous allons de l’avant avec notre Dieu, dans la certitude qu’Il accomplira la chose juste au temps marqué.

Cela est valable pour toutes les autres questions que l’un ou l’autre pourrait avoir à se poser. Combien est belle cette parole que Dieu a exprimée par Moïse: “Les choses cachées sont à l’Eternel, notre Dieu; les choses révélées sont à nous et à nos enfants, à perpétuité, afin que nous mettions en pratique toutes les paroles de cette loi”. Il me suffit de savoir que, par le ministère prophétique, Dieu nous a montré tout ce qui était nécessaire à l’enlèvement. Nous pouvons renoncer aux soi-disantes “nouvelles révélations”. Ce qui importe maintenant, c’est de voir toutes choses dans leur vrai contexte, et de se laisser conduire par l’Esprit de Dieu. Seul celui qui ne comprend pas ce qu’est le Message de Dieu s’ouvrira à de nouvelles spéculations et à de nouvelles interprétations. Le peuple du Seigneur, lui, demeure dans la Parole de Dieu, sans se laisser entraîner dans différentes directions par tout vent de doctrine. Il n’y a que les personnes ignorantes et mal affermies qui tordent le sens des points difficiles à comprendre, comme dit 2 Pierre 3.14-18; les autres laissent ces points difficiles entre les mains de Dieu. Je suis certain que le Seigneur, qui est fidèle, donnera la connaissance correcte à chacun au moment favorable. Que la grâce de Dieu soit avec vous tous!

Agissant de la part de Dieu.
Br. Frank

 

EDITORIAL

“Eternel, souviens-toi de moi dans ta bienveillance pour ton peuple! Souviens-toi de moi en lui accordant ton secours, afin que je voie le bonheur de tes élus, que je me réjouisse de la joie de ton peuple, et que je me glorifie avec ton héritage!”
(Psaume 106.4,5).

Chers amis lecteurs de cette lettre,
Chers frères et soeurs en Jésus-Christ,
Tout ce que mon coeur désire, c’est de voir cette parole s’accomplir le plus tôt possible, car je sais que c’est pour le bonheur de tous Ses enfants que notre merveilleux Seigneur Jésus a donné Sa vie sur la croix. Qu’Il nous accorde donc à tous l’intelligence spirituelle qui nous fera discerner la voie tracée par le Seigneur dans cette génération pour notre salut et notre bonheur éternels. Amen!

En mai 1967, nous avons publié pour la première fois en français le Message que notre Père céleste nous avait envoyé par le ministère de Son serviteur et prophète, notre frère William Branham. Il avait plu à notre Dieu d’utiliser le témoignage que rendait notre frère Ewald Frank dans une lettre circulaire pour commencer la publication en Europe, et dans le monde entier, de ce Message des derniers temps. Celui-ci était destiné à conduire les élus dans la Bergerie de la Parole de Dieu, en les retirant des credo dénominationnels.

Par la grâce de Dieu, il m’a été accordé tout d’abord de discerner l’importance de ce témoignage pour l’édification du Corps de Christ, puis de traduire cette lettre circulaire et de la faire paraître dans une publication ronéotypée que nous imprimions nous-même. Ce fut le commencement de la diffusion de ce Message en français, lequel fut également prêché lors de différentes tournées que nous entreprîmes en commun, frère Frank et moi, dans les pays de l’Europe francophone. Puis, l’oeuvre que le Seigneur avait commencée si humblement, et avec des instruments bien indignes, se développa malgré divers obstacles; et nous pûmes traduire et publier, de plus en plus, des prédications de frère Branham, ainsi que des exhortations et des instructions bibliques données par frère Frank pour l’édification du Corps de Christ.

Dieu est témoin de la manière avec laquelle, dès le début, notre frère Frank s’est efforcé de demeurer dans la Parole de Dieu, et de garder les yeux fixés sur le Chef de l’Eglise, notre Seigneur Jésus-Christ. Aujourd’hui encore, il demeure dans cette attitude, attitude dans laquelle je m’efforce moi-même de demeurer, car je sais que c’est celle que produit le Saint-Esprit dans le coeur du vrai croyant, alors que l’ennemi, lui, cherche toujours à faire dévier l’homme vers le fanatisme. Par ce moyen, il cherche à faire sortir les brebis du Seigneur de l’enclos de la Parole de Dieu, pour amener les croyants à fixer leur regard sur de grands hommes de Dieu, de manière qu’ils perdent de vue le Bon Berger, et se mettent à suivre un homme.

Frère Branham était bien conscient de cela, et il s’est employé toute sa vie à conduire les brebis à l’intérieur de l’enclos de la Parole de Dieu, contenue dans la Bible. Le Seigneur lui a même montré qu’après son départ, plusieurs hommes viendraient comme des boucs parmi les brebis, et qu’ils entraîneraient des croyants après eux en les faisant sortir de l’enclos de la Parole de Dieu où il les avait conduits par ses prédications. C’est bien ce qui est arrivé, et, après que nous ayons répandu ce Message dans tous les pays francophones, des hommes se sont avancés, qui prétendaient être plus fidèles aux enseignements de frère Branham que ceux que Dieu avait employés pour apporter ce Message. D’autres prétendaient avoir de nouvelles révélations. En fait, tout ce qu’ils ont fait, par leur interprétation personnelle des paroles de frère Branham, c’est d’éloigner les brebis de la protection que constituait pour elles la Parole de Dieu, Laquelle avait été remise à sa place sur le chandelier par ce véritable serviteur et prophète de Dieu.

C’est dans ce même esprit que frère Frank et moi-même avons écrit ce que nous avions à dire aux croyants ayant reçu ce Message, que nous avions eu le privilège de leur apporter de la part du Seigneur. Dieu en est témoin, et si je dis ces choses, c’est pour que les croyants cherchent toujours à atteindre le but que Dieu a poursuivi en envoyant ce Message. C’est-à-dire qu’ils tiennent à ce que dit la Bible, qui est la Parole de Dieu même, et non pas aux interprétations que certains peuvent faire des prédications de frère Branham.

Ces derniers temps, j’ai réalisé qu’en 1968 déjà, à l’époque où nous commencions à porter ce Message en France, se sont manifestés les trois hommes qui, par la suite, ont semé le trouble et la division parmi ceux qui ont accepté ce Message de Dieu à Son Eglise. Ces hommes ont manqué d’équilibre dans la Parole de Dieu dès le commencement, et ils se sont confiés en leur propre sagesse, pensant qu’avec leur intelligence et leur langue, ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient. Heureusement, le Seigneur demeure Le Même, et Son Evangile ne consiste pas en paroles seulement, mais Dieu confirme Sa Parole par Son Esprit et Sa puissance. Et heureusement aussi que, comme l’avait vu notre frère Branham, tous n’ont pas suivi ces leaders improvisés, et que plusieurs sont demeurés dans la Parole de Dieu, gardant les yeux fixés sur Jésus, le Chef et le Consommateur de notre foi. Ceux-ci jouiront du bonheur des élus et se glorifieront de l’héritage du peuple de Dieu. Amen!

Nous avons appris que plusieurs parmi ceux qui reçoivent régulièrement les brochures en feraient un mauvais usage, ou ne les liraient même pas. Nous ne pouvons pas gaspiller cette nourriture spirituelle si précieuse, alors que beaucoup ne l’ont pas encore reçue, bien qu’ils désirent ardemment nourrir leur âme et leur foi. C’est pourquoi nous faisons un appel, comme nous l’avons déjà fait à deux reprises depuis que nous diffusons ce Message, en demandant à chacun de ceux qui reçoivent ces brochures d’être sincère devant Dieu pour décider s’il veut continuer à recevoir ces brochures.

Nous vous remercions de votre compréhension, et souhaitons que le Seigneur vous bénisse abondamment en mettant en pratique la Parole éternelle de notre Dieu. Amen!

Votre frère en Jésus-Christ.
A. Barilier

 

 

Retour haut de page
Retour lettres circulaires
Retour page d’accueil
Commander
Nous contacter