“Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement” (Hébreux 13.8).

Lettre circulaire N° 12 — Octobre 1977


C’est dans le Nom du Seigneur Jésus que je salue cordialement tous les lecteurs de ces lignes par cette parole d’Ezéchiel 40.4:

“Fils de l’homme, regarde de tes yeux, et écoute de tes oreilles! Applique ton attention à toutes les choses que je te montrerai, car tu as été amené ici afin que je te les montre”.

Lorsque Jean se trouvait sur l’île de Patmos, il lui fut dit: “Ce que tu vois, écris-le dans un livre, et envoie-le aux sept Eglises…”. Nous aussi devons ouvrir nos yeux et nos oreilles, et faire très attention aux choses que le Seigneur veut nous dire. Ce n’est qu’ainsi que nous saisirons cette parole de l’Ecriture: “Ils seront tous enseignés de Dieu” (Jean 6.45). Seuls les croyants assis aux pieds de Jésus et dont les yeux sont oints, les oreilles et les coeurs ouverts, écouteront ce que l’Esprit dit aux Eglises. Aucun enseignement humain ne pourra plus jamais les satisfaire.

Le prophète Jérémie a dit: “Vous, toutes les générations! prenez garde à la parole du Seigneur!”. Lorsque le Seigneur visite Son peuple, nous devons tout particulièrement prendre garde à la Parole prophétique. Très peu de personnes comprennent les prophéties bibliques, et en peuvent reconnaître leur accomplissement. Et ceux qui prétendent être des maîtres dans la connaissance des Ecritures ont encore plus de difficultés. Il faut que Dieu puisse S’adresser directement à nous par Son Esprit, sinon cette Parole touchera notre tête, au lieu de notre coeur, et Elle demeurera stérile.

L’ange dit à Daniel: “… la parole est sortie, et je viens pour te l’annoncer; car tu es un bien-aimé. Sois attentif à la parole, et comprends la vision!”. Daniel vit les temps de la fin et les événements particuliers qui devaient s’y produire. Jean vit en vision, dans une plus grande mesure, ce qui devait arriver au temps de la fin. Et chaque fois, la Parole du Seigneur était publiée. Les hommes de Dieu étaient remplis du Saint-Esprit, et ainsi, Dieu parlait au travers d’eux, et, qu’ils comprennent ou non ce qui leur était montré par la révélation divine, cela a été écrit, et cela s’accomplira au temps déterminé.

L’apôtre Pierre adresse cette exhortation aux croyants: “Et nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur…” (2 Pier. 1.19). Ainsi, que ce soit dans l’Ancien ou dans le Nouveau Testament, que ce soit en Israël ou dans l’Eglise, que ce soit par les prophètes ou les apôtres, partout où l’oeuvre de Dieu devait s’accomplir sur la terre, cela était publié premièrement par la Parole de Dieu.

Moïse fit sortir le peuple d’Israël conformément au mandat divin qui lui avait été donné, et les promesses se rapportant à ce temps-là s’accomplirent au milieu d’eux. Ils expérimentèrent les miracles puissants de Dieu, et ils virent les oeuvres de Ses mains en leur temps. Dieu avait élu un peuple d’entre toutes les nations sous le ciel pour Sa propriété propre. Il faisait briller Sa face sur eux, Sa Parole leur était adressée, et c’est au milieu d’eux qu’Il accomplissait Son oeuvre. Tous les autres peuples entendaient fréquemment parler de cela, mais ils n’avaient aucune part à ce que Dieu faisait en ce temps-là. Il en est de même en ce qui concerne l’Eglise du Nouveau Testament. Christ nous a délivrés et fait sortir du monde par Sa puissante main, et Il S’est choisi un peuple qui Lui appartienne pour écouter Sa Parole et voir l’oeuvre de Ses mains. Ce qui est important, c’est qu’avant toutes choses, nous prenions garde aux paroles de Dieu, afin que nous comprenions exactement ce qu’Il veut nous révéler pour ce temps. Ce n’est pas dans n’importe quelle église, mais c’est dans Son Eglise que le Seigneur achèvera l’oeuvre qu’Il a commencée.

Que le Seigneur veuille bien ouvrir les yeux et les oreilles spirituelles de tous quant à ce qu’Il fait dans ce temps, car ce n’est que lorsque le Seigneur nous vient en aide que nous sommes véritablement secourus. Les paroles des apôtres, des prophètes, et du Seigneur Lui-même sont mal comprises si nous n’avons pas une vue d’ensemble du plan de salut de Dieu, et si nous ne reconnaissons pas dans quel temps, et dans quel contexte, certaines choses doivent avoir leur accomplissement. Oh, combien nous avons besoin de la direction du Saint-Esprit, tout particulièrement maintenant, dans ces derniers temps si sérieux et importants.

Des passages bibliques sont mal compris, parce que les gens veulent comprendre ces paroles avec leur intelligence. Par exemple, le Seigneur Jésus a dit: “Car le Fils de l’homme doit venir dans la gloire de son Père, avec ses anges; et alors, il rendra à chacun selon ses oeuvres. Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne mourront point qu’ils n’aient vu le Fils de l’homme venir dans son règne” (Mat. 16.27,28).

Aucun des auditeurs de cette parole n’aurait pensé qu’entre la réalisation de ces deux versets, presque deux mille ans s’écouleraient; et personne non plus n’aurait pensé que le second verset s’accomplirait en premier. Aujourd’hui encore, il y a des critiques de la Bible qui prétendent simplement que l’Ecriture disait que quelques-uns de ceux qui alors étaient présents, ne verraient pas la mort avant d’avoir vu le Fils de l’homme venir dans Son règne, ne s’était pas accompli. Il n’est pas question ici du commencement du règne ou de l’entrée dans le règne, et Jean en vit l’accomplissement sur l’île de Patmos. D’autres également vivaient encore en ce temps-là. Il vit et décrivit le Seigneur élevé en tant que Fils de l’homme dans Son règne. C’est aussi pourquoi Jean ne parle pas de prime abord de l’enlèvement et des noces de l’Agneau, mais bien du règne: “Moi, Jean, votre frère, et qui ai part avec vous à la tribulation et au royaume…”.

On aurait aussi pu reprocher à Paul de s’être trompé, parce que, de son vivant, le retour de Jésus-Christ ne s’était pas accompli comme il s’y attendait. Le Seigneur Jésus Lui-même disait en ce temps-là: “Voici, je viens bientôt!” — et nous attendons encore aujourd’hui cette venue. Jacques écrivait à ses concitoyens: “Soyez donc patients, frères, jusqu’à l’avènement du Seigneur”. On aurait pu dire dans la génération suivante que les frères avaient, il est vrai, persévéré, mais que le Seigneur n’était tout de même pas venu. On ne peut en effet pas lire les Ecritures Saintes de cette façon. Dieu, par Son Esprit, et par la bouche de Ses serviteurs, a fait mettre par écrit l’ensemble des voies du salut, et cela jusqu’à la fin. Lui-même veille sur Sa Parole et Il L’accomplit au temps marqué.

C’est avec le même soin que nous devons classer correctement les déclarations de frère Branham. Il ne s’agit pas d’avoir seulement la citation, mais il est aussi important que, par le Saint-Esprit, il nous soit montré clairement l’ensemble du contexte. Des personnes sortent certaines choses de leur contexte, et disent: «Nous allons attendre pour voir si ceci et cela s’accomplira en 1977!», comme cela a été prédit mais non prophétisé. Nous ne devons pas perdre de vue que les prophètes ont parlé de la part de Dieu, mais que le temps de l’accomplissement de ces paroles appartient à Dieu seul.

D’aucuns demandent quand donc la côte Ouest des Etats-Unis devrait se détacher. D’autres voudraient savoir quand les Etats-Unis seront détruits par une attaque militaire de la Russie, alors que d’autres encore voudraient savoir à quel moment le jugement tombera sur Rome. Certaines choses encore, qui ont été dites, pourraient être citées. Je traite toute déclaration, bibliquement fondée, exactement comme ce que le Seigneur a dit par les apôtres et les prophètes, car tout ce que Dieu a montré en vision et ce qui a été déclaré en Son Nom s’accomplira. Que ces choses s’accomplissent avant ou après l’enlèvement, ou dans les soixante-dix ans à venir, ou après cela, m’importe peu. L’important, c’est que nous reconnaissions l’ensemble du Message et ne nous arrêtions pas à quelques déclarations isolées, mal comprises.

Au reste, le principal n’est pas ce qui va se passer en Amérique ou dans un autre pays, car ce qui est important pour le Seigneur, c’est Son Eglise. En ce temps, le peuple de Dieu s’en tient strictement à la Parole afin de comprendre correctement chaque révélation. Nous attendons Sa venue sans fixer de date. Si le Seigneur permet qu’une chose ou l’autre s’accomplisse, cela n’est pas notre affaire, mais ne regarde que Lui.

L’APPEL DE MINUIT

1 Pierre 1.13 nous exhorte en disant: “C’est pourquoi, ceignez les reins de votre entendement, soyez sobres, et ayez une entière espérance dans la grâce qui vous sera apportée, lorsque Jésus-Christ apparaîtra”.

Souvent, les croyants se demandent les uns aux autres comment cela va continuer, ou ce qui va arriver ensuite, et comment va se terminer l’oeuvre de Dieu. Nous n’avons pas à nous en soucier, et nous pouvons aller de l’avant avec une foi ferme. Le temps ne s’est pas arrêté. Habakuk 3.2 dit: “Eternel, j’ai entendu ce que tu as annoncé, je suis saisi de crainte. Accomplis ton oeuvre dans le cours des années, ô Eternel! Dans le cours des années, manifeste-la!”. Déjà, les prophètes de l’Ancien Testament soupiraient, désirant voir s’accomplir l’oeuvre de Dieu. Les apôtres s’y attendaient en leur temps, et depuis les jours de l’Eglise primitive, tous les croyants attendent cela avec un ardent désir. Mais il faut premièrement que le temps soit venu, et nous pouvons dire que maintenant, il est proche; maintenant, il est là.

Frère Branham, dans certaines de ses prédications, montre tout spécialement que, dans notre temps, tout sera rassemblé. Du point de vue religieux, toutes choses seront jointes sous une seule tête, et cela dans tous les domaines pareillement. Le temps dans lequel nous vivons est réellement à tous points de vue le temps du rassemblement! Pour nous, ce qui est le plus important, c’est l’union de l’Epouse-Eglise avec Son Epoux.

Il y a deux thèmes de première importance dans les milieux de croyants; d’une part, Israël, et d’autre part, l’Eglise. Nous prenons connaissance de tous les autres sujets, et les classons bibliquement sans que nous nous y arrêtions et nous en occupions spécialement. Mais, lorsqu’il s’agit d’Israël ou de l’Eglise, nous sommes contraints d’y réfléchir, de lire à ce sujet, et de mettre en lumière les promesses des Saintes Ecritures qui les concerne. Par cela, nous reconnaissons combien le temps a progressé, et le thème d’Israël et de l’Eglise demeure en premier lieu actuel.

Les amis et ennemis de l’Etat d’Israël doivent prendre conscience de son existence. Celle-ci ne peut être niée, et c’est parce que les peuples sont frappés d’aveuglement qu’ils ne reconnaissent pas que c’est de par la volonté de Dieu, et qu’il en est ainsi pour que s’accomplissent les prophéties bibliques. Ils ne connaissent pas le plan de salut de Dieu.

Quand, par exemple, on pense à l’immensité de la surface du monde arabe qui serait à la disposition des réfugiés, et que l’on considère l’exiguïté du territoire sur lequel on maintient des années durant les camps de réfugiés, au lieu de les réintégrer dans le cours normal de la communauté, on ne peut s’empêcher de penser que cette détermination a été prise volontairement. Cependant, en tout cela, il doit en être ainsi. Dans ces conditions, la haine est attisée, jusqu’à ce que l’Ecriture s’accomplisse et que le jour de la dernière grande bataille avant le Millénium ait lieu contre Israël. Nous pourrions dire beaucoup de choses sur ce sujet, mais la chose principale pour nous est d’abord l’Eglise, car ce n’est qu’après l’achèvement et l’enlèvement de l’Epouse que le Seigneur Se tournera vers les Juifs et Se révélera au milieu d’eux. A ce moment, les deux prophètes apparaîtront à Jérusalem, selon Apocalypse 11.

Dans les Saintes Ecritures, il n’est pas question d’un ministère d’évangéliste ou de prédicateur des nations pour Israël. On peut se demander si ce n’est pas une ruse de l’ennemi que de conduire certains milieux chrétiens, lesquels n’ont pas voulu comprendre que Dieu avait envoyé un Message pour l’achèvement de l’Eglise, à se spécialiser exclusivement sur le thème “Israël”. Ces personnes-là passent à côté de la visitation de Dieu à Son peuple, et ils ne prennent pas garde à ce que Dieu fait maintenant parmi Son peuple. Ils sont frappés d’aveuglement et se vantent d’être de grands évangélistes ayant de particulièrement grandes connaissances. Ils sont sages à leurs propres yeux et prétendent se conduire avec sagesse aux yeux des hommes; ils tiennent de grandes conférences provoquant l’enthousiasme de leurs auditeurs, et font des affaires substantielles avec leur programme sur Israël.

Conformément à Matthieu 25, le cri qui retentit au milieu de la nuit se rapporte à l’Eglise des nations, car il est question de la venue de l’Epoux et de l’entrée des vierges sages dans la salle des noces. Le cri de minuit, conforme à ce que dit la Bible, n’a rien à voir avec Israël, car il dit: “Voici l’époux, allez à sa rencontre!”. Jean 3.29 dit: “Celui à qui appartient l’épouse, c’est l’époux”.

Le peuple d’Israël n’est pas I’Epouse, et d’ailleurs, il n’attend pas l’Epoux. Le peuple d’Israël attend le Messie en tant que Roi, car il est écrit: “Voici, ton roi vient à toi!” (Zach. 9.9). Par contre, l’Eglise attend son Sauveur en tant qu’Epoux, et c’est ce qui est prévu premièrement dans le programme de Dieu. A quoi sert-il à l’Eglise de Jésus-Christ de mettre son coeur à tous ces grands préparatifs qui ne lui profiteront en rien, sinon à se faire un certain renom. Parmi les grands orateurs de ces jours, qui regardent les autres de haut, il y en a qui ne croient ni ne pratiquent l’ABC de la prédication biblique et de la doctrine du Nouveau Testament. Les uns, par exemple, rejettent le baptême biblique des croyants au Nom de Jésus-Christ, et cela simplement parce qu’ils veulent pouvoir plaire à une grande foule dans le but de remplir leur caisse. D’autres rejettent le baptême biblique de l’Esprit et les dons de l’Esprit, allant jusqu’à prétendre que ces choses viennent du diable, bien que les prophètes, Jean-Baptiste, le Seigneur Jésus et les apôtres aient enseigné cela, et que des milliers de croyants, de l’Eglise primitive jusqu’à nos jours, l’aient expérimenté. Depuis longtemps, sans le savoir, ils ont commis le blasphème contre le Saint-Esprit, lorsqu’ils dénoncent les oeuvres accomplies par l’Esprit comme venant “d’en bas”.

Celui qui n’a pas reçu le Saint-Esprit de la manière dont en rend témoignage la Bible, a en lui un esprit religieux; il prétend connaître la Bible, mais il est aveuglé, car il rejette ce qui vient véritablement de l’Esprit de Dieu. Nous devons appliquer à la prédication les normes bibliques de la Parole, comme cela se faisait dans l’Eglise primitive. En ce temps-là, les croyants écoutaient attentivement ce qui était prêché, et ils le comparaient avec ce qu’enseignaient les apôtres du Seigneur. Au cas où cela ne concordait pas, de tels orateurs étaient démasqués comme étant de faux apôtres, sans égard pour leur apparence pieuse. (Apoc. 2.2).

Chaque thème biblique doit être en accord avec le témoignage de l’ensemble des Ecritures. Maintenant, il s’agit du Message pour l’Eglise. A moins que nous ne reconnaissions que, dans tous les temps, Dieu a mandaté et tout particulièrement revêtu de Son autorité certains hommes pour porter Son Message, et que de notre temps Il a agi exactement de même, nous ne tiendrons aucun compte de l’appel que Dieu fait retentir maintenant. Seuls, les élus de Dieu dans tous les âges ont reconnu un ministère divin et ont écouté les Messagers de Dieu. Il en va de même maintenant.

Le peuple d’Israël ne pouvait pas passer par-dessus Moïse; même la révolte de Coré ne put rien changer au ministère exceptionnel du prophète que Dieu Lui-même avait établi. Il en va exactement de même avec la charge particulière qu’a reçue frère Branham. Seul l’homme religieux aveuglé, sûr de lui-même, passera par-dessus. Mais celui qui dans ce temps prend garde à la Parole de Dieu, fait confiance au témoignage du Saint-Esprit et accepte les promesses faites pour ce temps, sera reconnaissant pour le Messager biblique, pour l’appel à sortir et la préparation de l’Eglise-Epouse de Jésus-Christ.

A ma connaissance, il n’y a aucun homme de Dieu dans cette génération qui ait eu une telle vocation, et qui ait reçu une charge aussi directe avant la seconde venue de Christ, que celles que frère Branham a reçues. Maintenant, l’Eglise du Seigneur sera rassemblée sous l’autorité de la prédication biblique, et amenée à l’unité par l’Esprit de Dieu. Seuls, les prédicateurs qui n’auront pas compris et qui n’auront pas voulu reconnaître que Dieu a envoyé Son serviteur et prophète, se spécialiseront sur différents thèmes, parce qu’ils n’ont pas de Message à apporter à l’Eglise. Encore une fois, l’accent doit être mis sur le fait qu’il ne s’agit pas maintenant d’un Message pour Israël; celui-ci sera apporté en temps utile par les deux prophètes; mais maintenant, il s’agit du Message pour l’Eglise. C’est pour cela que nous croyons et que nous publions le Message du temps de la fin, dans lequel est contenu tout le conseil de Dieu.


Agissant de la part de Dieu.
Br. Frank

 

EDITORIAL

“N’aie donc point honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de moi son prisonnier. Mais souffre avec moi pour l’Evangile par la puissance de Dieu … C’est pour cet Evangile que j’ai été établi prédicateur et apôtre et docteur des nations”.
(2 Timothée 1.8,11).

Chers frères et soeurs en Jésus-Christ,

Que la grâce, la miséricorde et la paix vous soient multipliées de la part de notre Père céleste et de la part de Jésus-Christ notre Seigneur et Sauveur! Amen!

Nous tous, qui publions les prédications de frère Branham, et qui écrivons dans cette lettre circulaire, nous avons conscience de la responsabilité qui nous incombe, en ces temps de la fin, de glorifier notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, et de faire connaître aux croyants de toutes les nations la Parole révélée, l’Evangile de Dieu qui concerne Son Fils, la Bonne Nouvelle de l’oeuvre parfaitement achevée à la Croix.

Il m’a été accordé cet été le privilège de passer dans plusieurs pays d’Afrique francophone, en prêchant et enseignant cet Evangile de Christ. Je tiens à remercier ici tous les frères et soeurs qui m’ont reçu, non comme l’envoyé d’un homme, d’une organisation ou d’un credo, mais comme un porteur du Message de Dieu à cette génération. Je les remercie tous de l’accueil qu’ils m’ont accordé, et surtout de l’accueil qu’ils ont réservé à la Parole de Dieu et à la Personne de Jésus-Christ présent dans nos rencontres par Son Esprit. Que tous sachent aussi que par le secours de leurs prières, et selon la Fidélité de Celui qui nous a appelés à la communion de Son Fils Bien-aimé, je suis rentré à la maison en bonne santé, et surtout réjoui d’avoir pu constater qu’en tous lieux, le Seigneur confirme la véracité et la puissance de la Parole de Dieu révélée à nouveau dans notre génération. Jésus-Christ est véritablement Le même aujourd’hui qu’hier. Amen!

J’ai vu comment les vrais élus sont transformés par cette Parole; comment leur vie régénérée, et remplie de grâce par la communion réelle qu’ils ont avec le Seigneur Jésus, est un témoignage éloquent pour ceux qui cherchent à voir dans les croyants une Vie venant vraiment du Dieu Vivant et Vrai. A la vue de tout ce que Dieu fait, je suis d’autant plus reconnaissant envers mon Seigneur de ne pas avoir à oeuvrer pour établir ou défendre une nouvelle organisation, une nouvelle doctrine, ou un nouvel Evangile; mais bien au contraire, d’avoir le privilège d’agir en communion avec tous les rachetés de la famille de Dieu et de participer aux souffrances de Christ pour publier Son Evangile éternel. Celui-ci apporte réellement, selon les promesses publiées par la bouche des prophètes, la paix, le salut et le règne de Dieu dans l’esprit, l’âme et le corps des croyants du monde entier (Esa. 52.7-12).

Cet Evangile porte des fruits, au milieu des frères et soeurs de l’Afrique, comme Il le fait dans le monde entier, et Il va en grandissant, depuis le jour où la grâce de Dieu nous a fait connaître toutes ces vérités qui étaient demeurées ensevelies pendant des siècles sous les credo des dénominations religieuses.

Il est malheureusement vrai que quelques chrétiens intellectuels très zélés ont, par ignorance des voies simples et spirituelles de Dieu, essayé de transformer les prédications de notre frère Branham en un nouveau credo. Sans doute qu’en faisant cela, ils espéraient être justifiés et bénis de Dieu, et avoir part à l’enlèvement de l’Epouse de Christ. Mais ils ne se rendent pas compte de l’esprit qui les inspire. Pourtant, les croyants qui lisent la Bible ont été avertis que de faux christs (oints d’un esprit qui ne vient pas de Christ) et de faux prophètes (prédicateurs qui ne portent pas la Parole de Dieu, mais leur profession de foi) s’efforceraient de séduire, si possible, même les élus (Mat. 24.24). Pour atteindre les élus, il faut bien que leur enseignement soit très proche de la vérité, et qu’ils prêchent même le Message de Dieu adressé à notre génération. C’est la raison pour laquelle l’esprit qui les anime ne peut être reconnu, et dévoilé que par les fruits que produit son enseignement. En effet, s’ils ont la lettre du Message de Dieu à notre génération, ils ne peuvent cependant pas recevoir l’Esprit qui a inspiré ceux qui ont apporté le Message de la part de Dieu. Et comme le dit l’Ecriture, “la lettre tue, mais l’Esprit vivifie”.

Vous les reconnaîtrez donc à l’esprit qui les anime, car celui-ci les conduira à porter des fruits qui viennent “d’une loi de justice” (comme l’Israël du temps de Paul, qui essayait d’établir “sa propre justice”. Rom. 9.30-10.4), par l’observation de commandements établis sur certaines déclarations de frère Branham, interprétées à leur façon, en les détournant du contexte des Ecritures et de l’enseignement général de frère Branham. Par contre, si l’enseignement d’un serviteur de Dieu produit dans le croyant “la justice qui vient de la foi”, laquelle justice vient par la foi en l’oeuvre parfaitement achevée par Jésus-Christ mourant sur la Croix, vous reconnaîtrez que cela ne peut être que le fruit de l’Esprit de Christ.

Comme l’apôtre Paul, nous devons rendre témoignage que ces gens sont pleins de zèle pour Dieu, mais sans intelligence. Cela, parce qu’en voulant établir le credo de leur Message (Ordre et doctrine de l’Eglise, Révélation des sept tonnerres, etc.), ils se constituent eux-mêmes transgresseurs de la Parole de Dieu révélée à notre génération, et qu’ils se séparent eux-mêmes de Christ en cherchant leur justification dans les lois et les commandements qu’ils ont établis autour de “leur Message” (Gal. 5.2-6). “Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la justification dans la loi; vous êtes déchus de la grâce”.

Pour illustrer le fruit que produit l’enseignement de ces faux christs, de ces faux prophètes, je citerai simplement la déclaration d’une chère soeur en Christ, qui s’est laissée entraîner (momentanément, je l’espère) par leur enseignement. Cette soeur m’écrit: «Pour moi, les 7 tonnerres sont ma vie». Sans doute que, par cette profession de foi, cette soeur ne se rend pas compte qu’elle remplace la Parole de Dieu (Phil. 1.21): “Car Christ est ma vie…”, par un credo d’homme. Il n’est presque pas croyable qu’un tel aveuglement puisse tomber sur des personnes aux yeux desquels les Jésus-Christ a été si pathétiquement et si véridiquement présenté dans les prédications de frère Branham. Ce frère nous a montré comment Jésus, la Parole de Dieu manifestée dans la chair, était crucifié à nouveau lorsque Sa Parole était supplantée par les credo des dénominations, et ce sont précisément ceux qui prétendent être les plus fidèles aux prédications et enseignements de frère Branham, qui foulent aux pieds la Parole de Dieu révélée et renient ce qui en fait la force. Que pouvons-nous dire devant une telle déchéance? sinon, que Dieu ait pitié de ces âmes précieuses, enchaînées par Satan, et qu’Il les arrache de ses griffes comme un tison arraché du feu! C’est là ma prière, et aussi la raison d’être de ces lignes, car il faut que les ruses du malin soient dénoncées, afin que les croyants prennent garde de demeurer dans la Parole de Dieu, et marchent sous la conduite du Saint-Esprit qui a révélé cette Parole à notre génération.

Au cours de mon voyage en Afrique, j’ai été réjoui de voir que ces esprits séducteurs n’avaient pas fait trop de victimes, bien que partout où les prédications de frère Branham sont reçues, ces esprits essaient aussi d’introduire leur doctrine. Dans la plupart des cas où cette séduction avait commencé, elle a été dévoilée après quelque temps, et rejetée, parce que les croyants de ces pays ont véritablement faim et soif de Jésus-Christ, le Pain de Vie descendu du Ciel. Seuls ceux qui cherchent une forme de piété, et qui croient trouver en elle une source de gain tombent vraiment dans le piège de la séduction. Ils ne savent pas qu’ils se jettent eux-mêmes dans bien des tourments par l’amour de l’argent. Cependant, comme je l’ai déjà dit, partout où j’ai passé, j’ai vu la persévérance et la foi des élus qui ont reçu la Parole de Dieu révélée; et cela, malgré toutes sortes de persécutions et de tribulations qu’ils ont à supporter à cause de leur attachement à Jésus-Christ et à Sa Parole. Nous savons que leur persévérance aura sa récompense, comme il est écrit dans 2 Thessaloniciens 1.6-10.

Ce qui importe également de nos jours, c’est que le fondement de notre foi en Jésus-Christ soit bien posé. Le Seigneur Lui-même illustre admirablement ce fait important, dans Luc 6.46-49, en insistant sur l’action de cet homme qui a “creusé, creusé bien avant, et a posé le fondement sur le roc”. Si nous suivons bien l’enseignement que le Seigneur veut nous donner par cet exemple, nous comprenons que le contact entre les murs de cette maison et le roc qui la porte doit être parfait, et ne supporte pas d’intermédiaire. Ce qui revient à dire que la pratique de notre foi dans la Parole révélée doit être unie à un contact réel et personnel avec Celui qui est le Rocher éternel, Dieu révélé dans la Personne de Son Fils Jésus. Pour atteindre cette communion, cela peut prendre assez de temps, car il nous faut déblayer la poussière et les débris de tout calibre qui nous séparent de ce rocher inébranlable et sûr; mais il est indispensable d’établir une communion directe avec le Seigneur ressuscité, si nous voulons subsister dans le jour de la tentation et de l’épreuve qui vient sur le monde entier. Jésus ne reprochait pas aux Juifs de Son temps de sonder les écrits des prophètes, mais bien de le faire sans discerner que ceux-ci rendaient témoignage à Celui qui s’adressait directement à eux. Par conséquent, ils ne voulaient pas venir à Lui pour recevoir l’accomplissement des promesses transmises par les prophètes du passé.

Aujourd’hui, c’est pareil; et les écrits des prophètes et serviteurs de Dieu doivent nous conduire à rencontrer Celui qui cherche à Se révéler dans notre vie et nos occupations de chaque jour. Jésus est vraiment ressuscité, Il est le Grand Vainqueur, présent avec nous chaque jour par Son Esprit pour nous conduire en toutes choses comme le Bon Berger qui conduit Ses brebis qu’Il aime. La question est de savoir si nous prêtons garde à Sa présence et à Sa voix, ou si nous sommes trop occupés à établir notre propre justice (celle de notre Message?) pour écouter Sa voix. Si nous prenons garde à Lui, Il nous fera comprendre ce qui importe que nous comprenions, et cela jour après jour, et Sa Sainte Vie coulera en nous par la communion que nous aurons avec Lui. Amen!

Que le Seigneur vous bénisse et vous accorde de comprendre ce que je vous ai écrit en peu de mots.


Votre frère en Christ.
A. Barilier

 

 

Retour haut de page
Retour lettres circulaires
Retour page d’accueil
Commander
Nous contacter