“Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement” (Hébreux 13.8).

Lettre circulaire N° 11 — Juin 1977


Je vous salue tous cordialement dans le précieux Nom de Jésus-Christ par cette parole de Michée 2.12,13:

“Je te rassemblerai tout entier, à Jacob! Je rassemblerai les restes d’Israël, je les réunirai comme les brebis d’une bergerie, comme le troupeau dans son pâturage; il y aura un grand bruit d’hommes. Celui qui fera la brèche montera devant eux; ils feront la brèche, franchiront la porte et en sortiront; leur roi marchera devant eux, et l’Eternel sera à leur tête”.

Dans cette lettre circulaire, nous voulons parler plus particulièrement de la révélation du Seigneur à l’égard du peuple d’Israël. Nous avons dans les Saintes Ecritures le plan de Dieu concernant aussi bien Israël que l’Eglise. Déjà beaucoup de choses ont été dites, écrites, et interprétées au sujet d’Israël, et cela d’après la Parole prophétique et les épîtres de Paul. Malgré tout, il est nécessaire que nous méditions sur la révélation reçue, en rapport avec Israël, car ces derniers temps, nous avons entendu, ici et là, le bruit fait au sujet des sept tonnerres.

Dans Apocalypse 7.1-8, il est question des 144’000 Israélites qui sont marqués du sceau sur le front, Au chapitre 14, ils nous sont présentés se tenant sur la montagne de Sion avec l’Agneau. Entre ces deux chapitres, le ministère des deux prophètes nous est décrit au chapitre 11.

La question que nous voulons poser est celle-ci: Comment le Seigneur Se révélera-t-Il aux Juifs? Quand regarderont-ils à Celui qu’ils ont percé? Quand se lamenteront-ils sur Lui comme on se lamente sur un fils unique? Quand sera-ce qu’un esprit de grâce et de repentance sera répandu sur eux? Quand reconnaîtront-ils le Messie? (Zach. 12.10-14).

Lors de la première venue de Christ, l’ensemble d’Israël ne reconnut pas Son Seigneur; cependant, à Sa deuxième venue, ils Le reconnaîtront. Lors de l’ouverture du Livre scellé, dans Apocalypse 5, nous voyons clairement qu’il y a deux parties: celle qui se rapporte à l’Eglise, et celle qui concerne Israël. La proclamation faite à l’occasion de l’ouverture de ce Livre disait: “Voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux”.

En tant que Roi, le Seigneur est le Lion de la tribu de Juda; en tant que Fils de Dieu, Il est l’Agneau immolé. Cependant, bien qu’on ait annoncé à Jean un Lion, c’est un Agneau qu’il vit s’avancer pour prendre le Livre de la main droite de Celui qui était assis sur le trône.

En relation avec l’Eglise rachetée, Jésus est l’Agneau immolé. Et, dans ces derniers jours, l’ensemble des mystères concernant l’Eglise des nations, qui étaient demeurés cachés pendant des siècles, a été révélé lorsque le septième ange des âges de l’Eglise a fait retentir sa voix. Quand l’Agneau eut pris le Livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre anciens se prosternèrent devant l’Agneau, “… tenant chacun une harpe et des coupes d’or remplies de parfums, qui sont les prières des saints. Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant: Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation…” (Apoc. 5.8,9). Il apparaît très clairement qu’il s’agit ici du groupe de ceux qui ont été rachetés d’entre toutes les nations païennes. Lorsque, dans un contexte déterminé, les vingt-quatre anciens et les quatre êtres vivants nous sont montrés, c’est qu’il s’agit de l’Eglise et non pas d’Israël.

Il nous est dit que les prières des saints furent présentées comme un parfum, et nous retrouvons cette même pensée exprimée au chapitre 8: “La fumée des parfums monta, avec les prières des saints, de la main de l’ange devant Dieu”.

Puisque notre intention est de nous occuper principalement de ce qui concerne Israël, lisons Apocalypse 10.1: “Je vis un autre ange puissant, qui descendait du ciel, enveloppé d’une nuée; au-dessus de sa tête était l’arc-en-ciel, et son visage était comme le soleil, et ses pieds comme des colonnes de feu”. Cette description se rapporte uniquement au Seigneur, tel qu’Il S’est depuis toujours révélé Son peuple, c’est-à-dire comme “l’Ange de l’Alliance”. Lisons ce qu’en dit Actes 7.38: “C’est lui qui, lors de l’assemblée au désert, était avec l’ange qui lui parlait sur la montagne…”. Déjà auparavant, Dieu apparut à Moïse comme étant l’Ange du Seigneur (Ex. 3), et le prophète Malachie, en parlant de la venue du Seigneur, dit au chapitre trois qu’Il sera “l’ange (messager) de l’alliance”. Jamais cette expression n’est utilisée en relation avec l’Eglise, mais elle est toujours en relation avec Israël.

Lisons plus loin, dans Apocalypse 10.2,3: “Il tenait dans sa main un petit livre ouvert. Il posa son pied droit sur la mer, et son pied gauche sur la terre; et il cria d’une voix forte, comme rugit un lion. Quand il cria, les sept tonnerres firent entendre leurs voix”.

Au cours de cet événement, nous voyons le Seigneur présenter ses justes prétentions de propriétaire original de cette terre; et cela a lieu avant que Son règne de mille ans ne commence. Après avoir posé l’un de Ses pieds sur la terre, et l’autre sur la mer, Il crie d’une voix forte, comme rugit un lion. Rappelons-nous que, lorsque le diable tentait le Seigneur Jésus, il Lui montra tous les royaumes du monde, en Lui disant: “Je te donnerai toutes ces choses, si tu te prosternes et m’adores”. Le Seigneur savait cependant très bien que viendrait le temps où Il serait Roi sur toute la terre. Mais il fallait que soit premièrement versé le prix du rachat, par Son Sang répandu. Le diable est encore le prince de ce monde. Lors de la chute de l’homme, il a employé le serpent pour introduire sa semence, celle qui est sous son influence directe. Dès lors, deux lignées se perpétuent sur la terre, et c’est pourquoi le Seigneur déclare au serpent, dans Genèse 3.15: “Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité: celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon”.

Par la séduction d’Eve, Satan entraîna l’humanité entière dans la mort et la corruption. Cependant, par la naissance de Jésus-Christ d’une vierge, Dieu a planté sur cette terre une Semence Divine. Le serpent blessa Christ au talon, mais Jésus-Christ lui écrasa la tête et le dépouilla de l’aiguillon de la mort. Jésus-Christ est le premier-né entre beaucoup de frères, et de même que tous meurent en Adam, nous sommes engendrés à la Vie éternelle par la foi en Christ. C’est sur cette terre que la chute s’est produite, et c’est là que le diable a exercé son règne. C’est sur cette terre que Christ a payé le prix, et à la fin, c’est sur cette terre que sera manifestée Sa victoire sur toutes les puissances de l’ennemi. Jésus-Christ exercera Sa royauté sur cette terre.

Dans Apocalypse 10, le Seigneur pose Ses pieds sur la terre et sur la mer en tant qu’“Ange de l’alliance”. Par cet acte, tout est dit, car Il est le propriétaire légal, et Il fait valoir Ses droits sur la création entière. C’est après cela que les sept tonnerres font entendre leurs voix; mais ce qu’ils ont dit ne devait pas être écrit. Il y a ceci de remarquable, dans Apocalypse 10, c’est que le Seigneur apparaît tout seul. Ni l’Epouse, ni les armées célestes, ni les vingt-quatre anciens, ni les quatre êtres vivants ne sont présents. Ceci est comparable à la manière de faire de Joseph qui était un type de Christ, et qui fit sortir tout le monde, pour demeurer seul lorsqu’il se fit connaître à ses frères.

Si Dieu avait voulu que soit prêché ce qu’ont dit les tonnerres, Il aurait fait en sorte que cela soit écrit dans la Parole. A nous, le Seigneur adresse uniquement cette invitation, qui est une exhortation: “Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites! Car le temps est proche”. Il y a des choses qui arriveront sans qu’il n’en ait jamais rien été écrit, ni que l’on n’ait rien prêché à ce sujet. Ainsi, par exemple, dans Matthieu 27, il est question de la résurrection de beaucoup de saints, et cela sans que personne (ni le Seigneur, ni Ses disciples), ait jamais prêché à ce sujet. Plus tard, l’événement fut simplement relaté tel qu’il s’était accompli. Lisons Matthieu 27.51,52: “Et voici, le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas, la terre trembla, les rochers se fendirent, les sépulcres s’ouvrirent, et plusieurs corps des saints qui étaient morts ressuscitèrent”.

Nous avons seulement reçu l’ordre de prêcher la Parole écrite, mais le Seigneur notre Dieu a réservé à Sa puissance souveraine de faire arriver certaines choses qui n’ont jamais été prêchées. C’est le cas également pour ce que les sept tonnerres d’Apocalypse 10 ont dit.

“Et l’ange, que je voyais debout sur la mer et sur la terre, leva sa main droite vers le ciel, et jura par celui qui vit aux siècles des siècles, qui a créé le ciel et les choses qui y sont, la terre et les choses qui y sont, et la mer et les choses qui y sont, qu’il n’y aurait plus de temps…” (Apoc. 10.5,6). Le prophète Daniel parle du même événement, et il témoigne que l’Ange leva sa main droite et sa main gauche vers les cieux, et qu’il jura par celui qui vit aux siècles des siècles. “L’un dit à l’homme vêtu de lin, qui se tenait au-dessus des eaux du fleuve: Quand sera la fin de ces prodiges? Et j’entendis l’homme vêtu de lin, qui se tenait au-dessus des eaux du fleuve; il leva vers les cieux sa main droite et sa main gauche, et il jura par celui qui vit éternellement, que ce sera pour un temps, des temps, et la moitié d’un temps, et que toutes ces choses finiront quand la force du peuple saint sera entièrement brisée”.

Cela ne peut être dit plus clairement: Dès le moment où l’ange jurera par Celui qui vit aux siècles des siècles, il y aura exactement trois ans et demi jusqu’à la fin. Daniel dit que l’Ange leva les deux mains vers le ciel, et, dans Apocalypse 10, nous voyons l’Ange tenir dans une main le livre ouvert, et lever son autre main vers le ciel. Cela ne peut être exposé plus parfaitement.

L’expression “un temps, des temps, et la moitié d’un temps” représente exactement les trois ans et demi attribués au peuple d’Israël après l’enlèvement de l’Eglise. C’est le temps pendant lequel s’exerce le ministère des deux témoins d’Apocalypse 11. Dans Apocalypse 10.8-11, Jean entendit une voix lui dire: “Va, prends le petit livre ouvert dans la main de l’ange qui se tient debout sur la mer et sur la terre … Prends-le, et avale-le; il sera amer à tes entrailles, mais dans ta bouche, il sera doux comme du miel”. Plus loin, il lui fut encore dit: “Il faut que tu prophétises de nouveau sur beaucoup de peuples, de nations, de langues, et de rois”. Au chapitre 11, il est écrit que les deux prophètes prophétiseront exactement trois ans et demi. Ils recevront de Dieu l’autorité absolue pour prononcer en Son Nom ce qui devra arriver.

Retenons bien cela, c’est que dans Apocalypse 10, le Seigneur descend sur cette terre comme “l’Ange de l’alliance”. Il est certain que cela ne peut arriver qu’après l’enlèvement de l’Epouse-Eglise, car auparavant, il faut que le nombre complet des nations soit entré dans l’Eglise.

Le Seigneur tient alors dans Sa main le Livre ouvert, et après avoir posé Ses pieds sur la terre et la mer, Il lève Sa main droite vers le Ciel, et jure par Celui qui vit aux siècles des siècles qu’il n’y aura plus de temps. Le prophète Daniel confirme le même événement. Et le même laps de temps est mentionné, quand il est dit que la sainte ville sera foulée aux pieds par les nations. Lisons cela dans Apocalypse 11.2: “Mais le parvis extérieur du temple, laisse-le en dehors, et ne le mesure pas; car il a été donné aux nations, et elles fouleront aux pieds la ville sainte pendant quarante-deux mois”. Dans Luc 21.24, il est dit: “… et Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations, jusqu’à ce que les temps des nations soient accomplis”.

L’événement d’Apocalypse 10 parle par lui-même; et il y a aussi pleine clarté sur le verset 7, si on le laisse dans le contexte auquel il appartient “… mais qu’aux jours de la voix du septième ange, quand il sonnera de la trompette, le mystère de Dieu s’accomplirait, comme il l’a annoncé à ses serviteurs, les prophètes”.

Frère Branham se rapporte souvent au verset 7, et chaque fois qu’il en parle en rapport avec son ministère, il parle “des mystères de Dieu”, par opposition “au mystère de Dieu” (singulier), duquel il est effectivement parlé au verset 7.

Nous devons prendre garde au fait que les passages bibliques prophétiques peuvent avoir un double emploi. En tant que dernier messager de l’âge de l’Eglise de Laodicée, frère Branham a accompli son ministère en vertu d’un ordre Divin, et nous reconnaissons que, par ce ministère, tous les mystères demeurés cachés dans les âges précédents ont été publiés et révélés. Mais, lorsqu’il s’agit d’Israël, il n’est pas question de beaucoup de mystères, mais bien du mystère de Dieu. Et ce mystère, c’est Christ. Ils s’étaient heurtés à Christ, et maintenant, ils doivent se tourner à nouveau vers Lui. Ils L’avaient rejeté, et ils doivent Le reconnaître à nouveau. Pour eux, le Messie doit être le Seigneur Lui-même Se révélant à eux dans la chair, et c’est exactement ainsi qu’Il Se fera connaître à eux. Ce n’est pas comme un enfant emmailloté et couché dans une crèche, qu’Il Se fera connaître à eux, mais comme le Lion de la tribu de Juda, comme le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois.

“Quand il ouvrit le septième sceau, il y eut, dans le ciel, un silence d’environ une demi-heure. Et je vis les sept anges qui se tiennent devant Dieu, et sept trompettes leur furent données” (Apoc. 8.1,2). Il est remarquable qu’avec l’ouverture du septième sceau, les sept anges qui se tenaient devant le trône, et qui avaient jusque là rassemblé les prières des saints, reçoivent la charge de sonner des trompettes.

“Et l’ange prit l’encensoir, le remplit du feu de l’autel, et le jeta sur la terre. Et il y eut des voix, des tonnerres, des éclairs, et un tremblement de terre” (Apoc. 8.5). C’est à ce moment que le trône de grâce se change en trône de jugement. Les prières des saints, dans leur ensemble, sont alors parvenues devant Dieu, l’Epouse est auprès du Seigneur, et les sept anges qui se tiennent devant le trône de Dieu se préparent à faire retentir les sept trompettes.

Au chapitre 8, nous voyons les quatre premiers anges faire retentir leur trompette. Au verset 7: “Le premier sonna de la trompette…”. Verset 8: “Le second ange sonna de la trompette…”. Verset 10: “Le troisième ange sonna de la trompette…”. Verset 12: “Le quatrième ange sonna de la trompette…”. Au chapitre 9, deux autres anges nous sont présentés en train de sonner de la trompette. Verset 1: “Le cinquième ange sonna de la trompette”. Verset 13: “Le sixième ange sonna de la trompette”. Avec cela, nous avons six anges qui ont fait retentir leur trompette. Voici la question que nous posons: Quand sera-ce que le septième ange sonnera? Dans quel contexte cela se fera-t-il? Car sa charge est de publier le commencement du millénium.

Après le chapitre 9, il y a l’histoire intermédiaire d’Apocalypse 10, et ce n’est qu’au chapitre 11, que le septième ange fait retentir sa trompette. Dans Apocalypse 10.7 il nous est déclaré que le septième ange doit encore sonner de la trompette, car selon les chapitres 8 et 9, six anges ont déjà fait retentir leur trompette.

Cependant, les trompettes ne peuvent retentir qu’après que soit terminé le ministère des deux prophètes, et que le scellement des 144’000 ait eu lieu, car déjà dans le temps du jugement de la première trompette, le tiers de la terre, des arbres et de l’herbe verte est brûlé. Nous lisons cela dans Apocalypse 7.3: “Ne faites point de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu’à ce que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu”.

Ainsi, la trompette annoncée en Apocalypse 10.7 retentit au chapitre 11.15: “Le septième ange sonna de la trompette. Et il y eut dans le ciel de fortes voix qui disaient: Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ; et il régnera aux siècles des siècles”. Nous devons faire une nette différence entre l’ange des âges de l’Eglise et l’ange des trompettes du jugement. La tâche du septième ange de l’âge de l’Eglise de Laodicée était d’appeler l’Epouse à sortir de la confusion pour se préparer à l’enlèvement. Par le message de la Parole révélée, conformément aux promesses concernant ce temps, les élus sont préparés pour la seconde venue de Christ: “Voici l’époux, allez à sa rencontre!”. C’est la raison et le but du Message du temps de la fin.

Mais, lorsque le septième ange sonnera de la trompette selon Apocalypse 11.15, ce sera pour publier le commencement du règne de mille ans. Nous voyons donc combien il est important qu’un passage prophétique soit présenté sous la direction du Saint-Esprit dans son véritable contexte. Actuellement, dans le temps de l’Epouse, il s’agit de plusieurs mystères, de tous les mystères qui ont été révélés en ce temps. Mais pour les Juifs, il s’agit d’un seul mystère, c’est-à-dire du mystère de Dieu qui arrive à sa fin.

La Parole de Dieu parle pour Elle-même. Chaque interprétation de la Parole prophétique faite selon la propre volonté de l’homme déclenche une fausse alerte, ce qui provoque toujours la déception de ceux qui s’y sont confiés. Mais personne ne peut annuler des faits bibliques et une démonstration conforme aux Ecritures. C’est pourquoi il ne peut y avoir de place ici pour la spéculation.

Que le Seigneur vous bénisse tous!


Agissant de la part du Seigneur.
Br. Frank

 

 

Retour haut de page
Retour lettres circulaires
Retour page d’accueil
Commander
Nous contacter