LE CONSEIL DE DIEU

 

LE BAPTEME BIBLIQUE

Dans ce domaine également, l’Ecriture Sainte doit nous éclairer. Le baptême est administré dans toute la chrétienté. Mais hélas, sur ce point également, la falsification est de taille. C’est pour cela qu’il est de notre devoir, de présenter le baptême selon sa version originale.

L’ordre du Seigneur est exprimé ainsi dans Marc 16.15-16: “Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé,…”.

La première condition, exigée par le Seigneur Jésus Lui-même pour le baptême, est la foi. Comme il nous est dit dans Romains 10.17: “La foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la Parole de Dieu”. C’est pour cette raison que le Sauveur donne d’abord l’ordre de prêcher l’Evangile. Celui qui croit, après avoir entendu l’Evangile, peut se faire baptiser.

Lors de la première prédication de Pierre, nous pouvons constater la mise en pratique de ce fait. Il est écrit dans Actes 2.41: “Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés”. L’important est d’entendre premièrement la Parole de Dieu, et aussi de l’accepter. Ensuite, celui qui a pris la décision personnelle de se donner à Christ, et qui croit à la Parole de Dieu, approuvant tout ce que les Saintes Ecritures enseignent, a le droit de se faire baptiser. Le passage suivant fait clairement ressortir que la foi est la condition préalable absolue pour recevoir le baptême biblique. L’évangéliste Philippe est envoyé par l’Esprit de Dieu vers un homme qui, retournant chez lui, lit, sur son char, le prophète Esaïe. Philippe lui annonce l’Evangile. Là-dessus, cet homme fait tout à coup arrêter son char et dit: “Voici de l’eau; qu’est-ce qui empêche que je sois baptisé?” (Act. 8.36). Philippe, l’homme de Dieu, connaît la nécessité de la foi; il pose la question: “Crois-tu de tout ton coeur?”. La réponse est un retentissant “Oui, je crois!”. — Les deux hommes entrent alors dans l’eau et le nouveau croyant est baptisé.

Tous ceux qui ont lu la Bible savent qu’en ce temps-là, seules les personnes mettant consciemment leur vie entre les mains de Dieu, par la foi en Jésus-Christ, étaient baptisées. Tous les apôtres et disciples du Seigneur avaient parfaitement compris cette parole de leur Maître: “Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé”. Aucun passage biblique ne fait allusion au fait qu’un bébé ou un enfant ait été baptisé. Ceci dit dans l’amour, le baptême des enfants ou l’aspersion des bébés, tout comme le parrainage, sont faux et n’ont aucun fondement biblique. C’est ainsi qu’un baptême antibiblique, institué par les hommes, a été substitué au seul baptême valable.

Certains penseront peut-être qu’il est impossible que tous ces hommes, fonctionnant apparemment comme des serviteurs de Dieu, puissent être eux-mêmes dans l’erreur. Cher lecteur, il est généralement connu que l’on s’appuie davantage sur les traditions reconnues valables par une dénomination que sur la Bible. A cause de cela même, notre tâche consiste à décrire uniquement le baptême tel qu’il a été institué à l’origine, afin que chacun puisse voir comment il était administré dans la première église. Celui qui est dans la vérité n’épargnera ni peine, ni temps pour acquérir une conviction personnelle. La Bible est le seul modèle dans toutes les questions concernant la foi.

Nous devons aussi prendre en considération que la formule “au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit” n’est jamais utilisée. Quelqu’un peut bien faire remarquer que l’ordre de mission donné aux disciples est conçu dans ces termes. Cher lecteur, le diable a aussi dit à Jésus: “Il est écrit” (Mat. 4.6). Il nous faut précisément recevoir la révélation de Dieu sur la juste application des paroles de Jésus, sinon nous ne possédons que la lettre morte, et la véritable signification demeure cachée pour nous.

En commençant par l’église primitive de Jérusalem, je veux citer maintenant quelques passages bibliques unanimes à témoigner comment le baptême y était administré. Pierre fut très souvent le porte-parole du Seigneur. Après l’effusion du Saint-Esprit, il fut le premier à parler à la foule accourue. Dans Actes 2.38, il dit: “… et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ”. C’est ici, pour la première fois, depuis la naissance de l’église, qu’il est fait mention du baptême. L’ordre exprès est ainsi conçu: “au nom de Jésus-Christ”. Nous rencontrons ici l’apôtre Pierre, rempli du Saint-Esprit et parlant de la part du Seigneur. Déjà lors de ce premier baptême, le Seigneur Jésus a notifié très clairement comment l’on devait être baptisé dans Son Eglise, aussi longtemps qu’elle serait sur la terre. Malheur à celui qui s’écarte de cette Parole!

Dans Actes 8.16, nous lisons: “… ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus”. Philippe prêcha l’Evangile en Samarie et il baptisa de la même manière que Pierre à Jérusalem, soit au nom du Seigneur Jésus. C’est bien un autre homme, dans une autre ville, mais c’est le même baptême, car l’Evangile est le même, et l’ordre est exécuté au nom du même Seigneur.

Venons maintenant à Actes 19.5, où il est dit: “… ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus”. Ce baptême est ordonné par Paul, le grand homme de Dieu. C’est lui qui écrivait aux Galates 1.11-12: “Je vous déclare, frères, que l’Evangile qui a été annoncé par moi n’est pas de l’homme; car je ne l’ai reçu ni appris d’un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ”. Toute révélation doit être conforme à la Parole de Dieu, sinon elle n’est pas de Dieu. Nous constatons ici comment Paul, Pierre et Philippe, en parfaite harmonie, donnent le même enseignement, parce qu’ils sont sous la direction du même Saint-Esprit. Paul estime le baptême d’une si grande importance qu’il n’en parle pas seulement dans les assemblées, mais qu’il en traite aussi dans ses épîtres. Il écrit dans Romains 6.3: “Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ…”. — Il s’inclut dans les baptisés. Comme c’est merveilleux! Par cela, il nous apprend que lui-même a aussi été baptisé “au nom du Seigneur Jésus-Christ”. Que Dieu soit loué pour Sa précieuse Parole, qui nous donne une telle clarté sur ce point!

Paul s’adresse aux Galates 3.27: “Vous tous qui avez été baptisés en Christ…”. — Ainsi, les Galates ont également passé par le baptême biblique.

Nous comprenons alors, en rapport avec cela, cette phrase d’Ephésiens 4.5 “Un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême…”. — Pourtant, en regardant la confusion dans laquelle est plongée la chrétienté d’aujourd’hui, nous ne voyons pas que cette parole soit réalisée. Cependant, pour Dieu et Son Eglise, la Parole de Dieu garde encore sa valeur, et c’est pour cette raison que le seul baptême au nom du Seigneur Jésus-Christ est valable. Le témoignage unanime de l’Ecriture Sainte consiste en ceci: Juifs, Samaritains, Grecs, Romains, et tous les autres, ont été baptisés de la même manière. Chaque fois que quelqu’un fut baptisé, ce fut toujours au nom du Seigneur. Quiconque a été baptisé différemment n’a pas reçu le baptême biblique, selon l’optique des Saintes Ecritures. Que Dieu fasse grâce à chacun pour qu’il reconnaisse cela en toute humilité.

Maintenant, encore un mot pour les théologiens et les croyants qui ne sont pas encore remplis du Saint-Esprit, et ne peuvent alors comprendre correctement le rapport qu’il y a entre Matthieu 28.19 et la pratique du baptême. Certainement, chacun a déjà entendu ce proverbe: «Tout est simple à celui qui comprend». Celui-ci s’applique également au baptême biblique. Pourquoi des hommes illettrés ont-ils compris ce mystère? La réponse est simple: Parce que Dieu le leur a révélé! Le Seigneur ne dut-Il pas dire Lui-même à Ses disciples, dans Jean 16.12-13: “J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité”. C’est exactement ce qui s’est accompli, depuis la Pentecôte, pour le baptême.

La Bible est une révélation continuelle en elle-même, et tout en elle a un but bien défini. C’est pour cela que toute révélation contenue dans la Bible ne peut être que de Dieu. La Bible nous offre tout le conseil de Dieu pour le salut, et celui qui s’en écarte se sépare automatiquement du royaume de Dieu. Mais revenons à la question du baptême. Jésus dit Lui-même, dans Matthieu 28.19: “Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit”. Pourquoi donc, tous les apôtres et serviteurs de Dieu, ont-ils baptisé au nom du Seigneur Jésus-Christ? N’ont-ils pas compris l’ordre de leur Maître? Existe-t-il ici une contradiction dans la Bible? S’il y avait véritablement une contradiction, alors tous les adversaires de Dieu et critiques de la Bible auraient une arme redoutable entre leurs mains. Afin que chacun puisse reconnaître que les disciples ont parfaitement compris l’ordre missionnaire de leur Maître, et qu’aucune contradiction ne peut être imputée à la Bible, nous voulons, avec l’aide de Dieu, plonger nos regards dans ce mystère. Que le Seigneur nous y aide!

Bien qu’ils aient vécu plusieurs années avec leur Maître, les disciples n’ont pas toujours compris le sens de Ses Paroles. C’est pour cette raison que le Seigneur leur ouvrit l’entendement pour qu’ils comprennent les Saintes Ecritures. En effet, Luc 24.25 nous dit: “Alors il leur ouvrit l’esprit, afin qu’ils comprissent les Ecritures”. Ceci s’est passé avant l’effusion du Saint-Esprit. Il est aussi nécessaire que Dieu nous éclaire, par Son Esprit, sur le contenu et la signification des Saintes Ecritures, sinon nous ne pouvons comprendre le sens de toutes ces choses. Jésus a dit Lui-même: “… les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit”. Celui qui lit lentement peut constater qu’il est question ici du nom dans lequel le baptême doit être donné, et non de trois titres. Père est un titre, Fils est un titre et Saint-Esprit est un titre. Père, Fils et Saint-Esprit sont donc trois appellations, ou formes de révélations, d’une seule et même personne. Il importe donc de connaître quel est ce seul nom, car Jésus ne dit pas: “baptisez-les aux noms (pluriel), ou baptisez-les dans les trois titres”, comme cela est pratiqué partout aujourd’hui; mais l’ordre est précis: “les baptisant au nom” (singulier). Le mot “nom” figure bien au singulier et non au pluriel, sinon le texte aurait précisé “aux noms”. Il faut donc qu’il y ait un nom pour ces trois titres. Ce nom a été révélé à tous les vrais disciples. De même que pour un problème d’arithmétique, un dénominateur commun doit être trouvé, ainsi en est-il ici. En fait, personne ne devrait avoir de la difficulté à comprendre ce mystère, car les Saintes Ecritures présentent en même temps le problème et la solution. Jésus donna l’ordre à Ses disciples, c’est-à-dire la notification de la tâche à accomplir, et ceux-ci appliquèrent la solution juste par son exécution.

Un exemple peut nous aider. Admettons qu’un instituteur demande à ses élèves combien font 7 x 7. Il n’attend pas d’eux qu’ils répondent en répétant la question, mais bien qu’ils donnent la solution requise. Que se passerait-il alors si un élève répondait effectivement au maître: «Moi je sais: 7 x 7 = 7 x 7!». — Tous les autres élèves se moqueraient de lui, et traiteraient de stupide celui qui répète la question au lieu de donner la réponse. Seule la solution exacte d’un problème est la preuve que nous avons bien entendu et compris ce dernier. Aujourd’hui, tous tournent en rond et ne cessent de répéter l’ordre de Matthieu 28. Je ne veux pas dire que tous sont stupides, mais je dois leur signifier, de la part de Dieu, qu’ils n’ont pas compris le Seigneur. Ils ne réalisent pas qu’ils enseignent les autres, alors qu’ils ont besoin eux-mêmes d’être enseignés. Tout comme la solution exacte au problème est conditionnée par la compréhension des élèves, ainsi l’exécution de l’ordre du baptême prouve que les disciples avaient parfaitement compris l’intention de Jésus. Comme 7 x 7 font 49, ainsi, le nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit est “Jésus”. C’est la solution biblique, et en même temps l’éternelle vérité. Tous les croyants authentiques doivent êtres baptisés au nom de Jésus-Christ. Cher lecteur, tu n’as pas à calculer toi-même, car dans la Bible se trouvent les deux: le problème et la solution, l’ordre à exécuter et la manière de procéder. Jésus est l’instituteur, et les disciples Ses élèves. Que Dieu soit loué pour toutes les précautions qu’Il a prises, et pour l’harmonie merveilleuse de Sa Parole. Les disciples s’en sont tenus exactement aux instructions, car ils baptisaient au nom du Seigneur Jésus-Christ, qui est effectivement le nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

J’espère que tous discernent maintenant le rapport entre Matthieu 28.19 et l’exécution pratique. Je n’ai pu que l’écrire, mais Dieu, le Seigneur, peut révéler ce mystère à chacun de ceux qui sont sincères devant Lui. Ce que nous examinons ici est l’enseignement des douze apôtres, oui, l’enseignement des Saintes Ecritures. Chacun devrait prendre à coeur l’avertissement contenu dans Actes 2.42: “Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres”. Quelle communauté chrétienne peut encore prétendre agir selon cette recommandation, en ce qui concerne le baptême?

J’aimerais souligner, une fois de plus, que chacun est obligé de conformer sa vie entière à la Parole de Dieu, s’il veut subsister devant Lui. Cette obligation concerne naturellement aussi le baptême biblique. Après que moi-même, auteur de ce livre, j’eusse reconnu par la Parole de Dieu le baptême biblique, je me suis fait baptiser dans un lac, à ciel ouvert, au nom du Seigneur Jésus-Christ, par un homme de Dieu, bien que j’eusse été baptisé auparavant, comme tous les autres, dans les trois titres de Père, Fils et Saint-Esprit. Je vous en prie, au nom du Seigneur, faites de même! En aucun cas le baptême ne peut être considéré comme secondaire, car alors le Seigneur ne l’aurait pas exigé. Il devrait être clair que chacun n’a pas la liberté de baptiser selon son bon plaisir, car chaque chrétien sérieux est lié au baptême, tel qu’il a été institué primitivement, et tel que Dieu l’a décrit dans la Bible.

Nous ne trouvons aucun passage dans la Parole de Dieu où une personne ait été baptisée dans les trois titres. Cela ne s’est tout simplement jamais produit, et, par conséquent, ne peut être rapporté. Celui qui tient à demeurer dans les ténèbres, malgré la lumière de la Parole de Dieu, qu’il y reste. A aucun prix, je ne voudrais m’associer à sa conduite. C’est une triste image de voir qu’aujourd’hui encore, même parmi les croyants, la pratique du baptême est exécutée de façon erronée. Les uns versent quelques gouttes d’eau et appellent cela un baptême, les autres agissent par aspersion et appellent cet acte également un baptême. Mais, que dit l’Ecriture à ce sujet? Comment était-ce à l’origine? Jean a baptisé par immersion dans le Jourdain et Jésus y fut aussi baptisé. Paul, le grand apôtre, savait très bien que l’acte du baptême serait aussi contesté un jour. C’est pour cela que, dans ses épîtres, il compare le baptême à un ensevelissement. Il est dit dans Romains 6.4: “Nous avons donc été ensevelis avec Lui par le baptême en sa mort”.

Dans Romains 6.2, il est dit: “Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché?”. Le lecteur peut chercher dans la Bible la similitude actuelle. L’expression «mort et enseveli avec Christ» est particulièrement significative. Chacun sait qu’un mort n’est pas enseveli si l’on se contente de jeter trois pelletées de terre sur le cercueil; il ne suffit pas non plus de le déposer à même le sol et de répandre sur lui une couche de terre; mais sa place est dans une fosse. Par cette image, Paul veut nous donner l’idée du baptême d’un chrétien authentique, qui est mort au monde et au péché. Il est plongé dans l’eau, donc enseveli avec Christ, puis est aussitôt sorti de l’eau — symbolisant ainsi sa résurrection avec Christ —prêt à marcher en nouveauté de vie, d’une manière agréable à Dieu. Dans Galates 2.20, Paul témoigne de ce fait par ces mots: “… j’ai été crucifié avec Christ et, si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi”.

Cher lecteur, peux-tu, toi aussi, rendre le même témoignage que l’apôtre Paul? Dans Colossiens 2.12, il est écrit: “Ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscité en lui et avec lui, par la loi…”, et Paul dit encore, dans Colossiens 3.1-3: “Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d’en-haut… car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu”. Dans Actes 8.38, nous lisons: “… Philippe et l’eunuque descendirent tous deux dans l’eau, et Philippe baptisa l’eunuque”. Ici, dans Sa Parole, Dieu nous dit que tous les deux, aussi bien le candidat au baptême que celui qui baptisait, descendirent dans l’eau.

Dans son épître, Pierre décrit le baptême comme étant une alliance avec Dieu. Il est évident à chacun qu’un nouveau-né ne peut conclure une alliance avec Dieu, n’ayant aucune notion ni du temps, ni des choses éternelles. 1 Pierre 3.21 dit: “… Cette eau était une figure du baptême, qui n’est pas la purification des souillures du corps, mais l’engagement d’une bonne conscience envers Dieu, et qui maintenant vous sauve, vous aussi, par la résurrection de Jésus-Christ”. Personne, dans le monde entier, ne peut contester qu’ici, seul le point de vue de la Bible sur le baptême est rapporté. A la fin de ce chapitre, pour résumer, disons encore une fois que la prédication fidèle de toute la Parole de l’Evangile est la première condition de la foi, et qu’à son tour, la vraie foi est la condition nécessaire à un baptême biblique au nom du Seigneur Jésus-Christ.

Quiconque aura lu cette étude, ne pourra jamais s’excuser, en disant n’avoir pas eu connaissance du baptême biblique. Qu’à chacun soit accordé le bonheur de réaliser l’importance de cet acte. Selon la Parole de Dieu, toute chose doit être confirmée par deux ou trois témoins. C’est pourquoi nous trouvons aussi tout enseignement de l’Ecriture Sainte confirmé par plusieurs passages bibliques. Chacun devrait accepter les multiples témoignages des Saintes Ecritures concernant le baptême. Il nous est rapporté comment le baptême au nom de Jésus-Christ a été pratiqué par Pierre, dans Actes 2.38, par Philippe dans Actes 8.16. Dans Actes 10.48, il est dit textuellement: “Et il ordonna qu’ils fussent baptisés au nom du Seigneur”. Ainsi, Pierre donne même l’ordre qu’ils soient baptisés au nom de Jésus-Christ. Dans Actes 19.5 — Romains 6.3 — Galates 3.27, c’est Paul qui enseigne le baptême au nom de Jésus-Christ.

Qui veut donc s’élever contre cette unanimité suscitée par Dieu et confirmée par le témoignage de L’Ecriture Sainte? Tout baptême qui n’est pas exécuté selon le modèle biblique est un baptême anti-biblique introduit par les hommes, car Dieu ne reconnaît que le baptême, tel que nous le trouvons dans les Saintes Ecritures. Un seul baptême est original, et tout ce qui ne concorde pas avec celui-ci est une falsification. Que chacun puisse reconnaître combien Dieu est minutieux à l’égard de Sa Parole.

Je devrais peut-être parler plus longuement de tout ce qui se fait avec la formule “au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit”! Car celle-ci est employée dans les formules magiques et la sorcellerie: en un mot, dans tout ce qui procède du diable. Tous ceux qui ont charge d’âme savent quelles sont les détresses par lesquelles passent les foules prises dans l’engrenage des superstitions et de toutes les choses diaboliques. Mais nous ne voulons pas nous étendre ici sur ce thème.

Dans l’Eglise de Jésus-Christ, par contre, tout s’accomplit au nom de Jésus-Christ; car Dieu se révèle dans le Nouveau Testament comme Père, Fils et Saint-Esprit, dans et par le nom de Jésus.

Paul dit dans Colossiens 3.17: “Et quoi que vous fassiez, en paroles ou en oeuvres, faites tout au nom du Seigneur Jésus,…”.

Ceci devrait suffire pour indiquer à chacun de quelle manière s’accomplit le baptême biblique.



L’enseignement de l’Eglise  

   

Etre rempli du Saint-Esprit