LE CONSEIL DE DIEU

 

ETRE REMPLI DU SAINT-ESPRIT

Comme nous pouvons le lire dans l’Ecriture Sainte, la promesse d’être rempli du Saint-Esprit est pour tous les croyants. Dans Actes 2.38, nous entendons l’appel à la repentance et au baptême. Au verset 39, la promesse de recevoir le don du Saint-Esprit est faite. “Car la promesse est pour vous, pour vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera”. Pourrait-on dire plus clairement encore que la promesse d’être rempli du Saint-Esprit ne concerne pas seulement le début de la chrétienté, mais qu’elle est aussi — comme il est écrit — pour tous ceux qui sont appelés par le Seigneur Dieu? Chaque personne qui entend la Parole de Dieu et la reçoit par la foi, qui se repent et se convertit, puis se fait baptiser selon la Parole, peut alors faire sienne la promesse du don du Saint-Esprit. Ce fait est toujours confirmé dans les Saintes Ecritures. Dans Actes 8.14-17, il nous est rapporté comment Pierre et Jean sont envoyés tout spécialement en Samarie pour prier avec ceux qui ont cru en Jésus-Christ, et qui ont déjà été baptisés, afin qu’ils reçoivent le Saint-Esprit. Pierre, inspiré par le Saint-Esprit, n’avait-il pas déjà dit dans sa première prédication que le don du Saint-Esprit était pour tous ceux qui sont appelés par Dieu? Lorsque ceux de Jérusalem apprirent que beaucoup avaient accepté le Seigneur en Samarie, Pierre et Jean vinrent aussitôt, afin d’y fonder une communauté selon le modèle biblique. En tant qu’apôtres, ils avaient été consacrés par le Seigneur pour ce ministère.

Dans Actes 8.15, nous lisons ceci: “Ceux-ci, arrivés chez les Samaritains, prièrent pour eux afin qu’ils reçussent le Saint-Esprit. Car il n’était encore descendu sur aucun d’eux; ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus. Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent le Saint-Esprit”.

Celui qui dit que les croyants n’ont été remplis du Saint-Esprit qu’à la première Pentecôte, doit reconnaître devant ces faits que la promesse est valable pour tous les croyants authentiques. Même Paul, devenu croyant plusieurs années après la Pentecôte, fut rempli du Saint-Esprit. Nous voyons, dans sa vie, les dons de l’Esprit en plein épanouissement. Personne n’a enseigné autant que lui sur les dons. Nous lisons les paroles suivantes dans Actes 9.17: “Ananias sortit; et, lorsqu’il fut arrivé dans la maison, il imposa les mains à Saul en disant: Saul, mon frère, le Seigneur Jésus qui t’est apparu sur le chemin par lequel tu venais, m’a envoyé pour que tu recouvres la vue et que tu sois rempli du Saint-Esprit”.

Saul, devenu aveugle, passe ici par la conversion; et, alors qu’il est en prière, il est appelé à recouvrer la vue et à être rempli du Saint-Esprit. C’est ainsi qu’est annoncée la promesse de Dieu, apportée par son fidèle serviteur, nommé Ananias.

Nous lisons que Pierre vint auprès de l’officier Corneille, lequel avait convoqué toute une assemblée. Là, Pierre prêcha L’Evangile de Jésus-Christ. Dans Actes 10.43, nous trouvons l’apothéose de sa prédication dans ces mots, qui sont en rapport avec Jésus: “Tous les prophètes rendent de lui le témoignage que quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon des péchés”. Puis, au verset 44: “Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la Parole”.

Les croyants eux-mêmes étaient étonnés de cette effusion de l’Esprit. Au verset 45, il est dit: “Tous les fidèles circoncis qui étaient venus avec Pierre furent étonnés de ce que le don du Saint-Esprit était aussi répandu sur les païens”. Au verset 47, Pierre dit: “Peut-on refuser l’eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit aussi bien que nous?”.

Pierre lui-même confirme que toutes ces personnes ont reçu le Saint-Esprit de la même manière qu’eux à la Pentecôte.

A travers tout le Nouveau Testament, nous trouvons le témoignage que cette promesse est devenue une réalité pour chaque croyant. Dans Actes 11.15, Pierre parle à nouveau de l’effusion du Saint-Esprit dans la maison de Corneille: “Lorsque je me fus mis à parler, le Saint-Esprit descendit sur eux, comme sur nous au commencement”.

Que c’est merveilleux! Bien des années après l’effusion du Saint-Esprit à Jérusalem, ce même Esprit descendit dans la maison de Corneille. Oui, en vérité, les paroles prononcées par Pierre dans sa première prédication s’accomplissaient: “Cette promesse est pour tous ceux qui sont appelés de Dieu à la vie éternelle”. Dans Actes 11.16, Pierre parle ainsi de cet événement: “Et je me souviens de cette parole du Seigneur: Jean a baptisé d’eau, mais vous, vous serez baptisés du Saint-Esprit”. Jean-Baptiste a aussi parlé d’un baptême du Saint-Esprit et de feu divin (Mat. 3.11).

Lors d’un voyage missionnaire, Paul s’arrête à Ephèse. Il y trouve quelques disciples, et la première question qu’il leur adresse nous est relatée dans Actes 19.2: “Avez-vous reçu le Saint-Esprit, quand vous avez cru?”. — Paul sait que cette promesse est aussi valable pour tout nouveau croyant. Nous lisons dans Actes 19.6: “Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient”. Il est remarquable que, par l’effusion du Saint-Esprit, toute la plénitude des dons est apportée dans l’Eglise. Parce que le parler en langues est le seul don par lequel le croyant peut s’édifier lui-même, il est mis le premier en évidence. Tous les autres dons servent à l’édification de l’Eglise et se manifestent exclusivement au sein de l’Eglise. Dans 1 Corinthiens 14, Paul parle brièvement des dons de l’Esprit. Au verset 2, il dit: “Celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c’est en esprit qu’il dit des mystères”. Au sujet du don de prophétie, il dit au verset 3: “Celui qui prophétise, au contraire, parle aux hommes, les édifie, les exhorte, les console”.

Puis, au verset 4, Paul compare les deux dons, disant: “Celui qui parle en langue s’édifie lui-même; celui qui prophétise édifie l’Eglise”.

Afin que l’Eglise puisse profiter des mystères prononcés par celui qui parle en langue dans sa prière à Dieu, Paul donne cette directive: “Que celui qui parle en langue prie pour qu’il interprète” (v. 13 — Darby). Dans le cadre de notre étude, nous ne pouvons cependant pas entrer dans le détail des dons spirituels. Nous voulons, avant tout, prouver par l’Ecriture que tous les croyants doivent faire l’expérience de la plénitude du Saint-Esprit.

Déjà par le prophète Jérémie, Dieu prononça ces paroles: “Mon peuple se rassasiera de mes biens” (Jér. 31.14).

Depuis l’effusion du Saint-Esprit, ceci est devenu une réalité. Dans Sa grâce, Dieu a donné la plénitude de Ses dons à Son peuple. D’après les paroles de Paul dans 1 Corinthiens 12.11, chacun reçoit une manifestation particulière de l’Esprit.

Tous les dons que l’Eglise a reçus du Seigneur demeurent en elle jusqu’à son perfectionnement et jusqu’à ce qu’elle soit enlevée de cette terre. Selon Romains 11.29, les dons de la grâce sont irrévocables. Personne ne devrait oublier ce qui est écrit dans Actes 2.39, c’est-à-dire que le don du Saint-Esprit est pour tous ceux qui sont appelés par le Seigneur notre Dieu. Il ne dit pas “qui ont été appelés” (au passé), mais bien “… les appellera”. C’est pourquoi cette promesse est toujours valable,

Te sais-tu appelé de Dieu? Alors, reçois, toi aussi, le don du Saint-Esprit! Celui qui nie que les dons de l’Esprit sont pour notre temps, apporte la preuve qu’il n’est pas appelé de Dieu.

Mais chaque personne croyant à cette promesse peut faire la glorieuse expérience d’être remplie du Saint-Esprit.



Le baptême biblique  

   

La Sainte Cène biblique