Titre original de l’ouvrage:
Christ and His Church in Prophecy

Auteur:
Missionnaire Ewald Frank, Krefeld (Allemagne)

Copyright © by
Freie Volksmission e.V., Krefeld (Allemagne)

Traduit de l’anglais. Tout droit de reproduction,même partiel, est réservé.

Editeur
Centre Missionnaire de la Parole Parlée,
Case Postale 5633,
1002 Lausanne
Suisse

 


 

TABLE DES MATIERES
  Introduction
 
 
Christ sous ses différents aspects
 
La vision de Patmos
 
 
La voix semblable a une trompette
  Le Fils de l’homme
 
 
Les différents âges
  Voici, l’Epoux vient
 
L’attitude correcte
   

 

 

[RETOUR Table des matières]

INTRODUCTION

    Le but de cet exposé est de centrer notre attention sur Christ et Son Eglise dans la prophétie. Dès le commencement des temps, des hommes de Dieu ont consigné les actes sacrés accomplis par le Tout-Puissant. Ils ont rendu témoignage de ce qu’ils avaient vu, entendu et expérimenté. De tels témoignages se trouvent aussi bien dans l’Ancien Testament que dans le Nouveau.

    Nous vivons toujours dans les temps bibliques, et nous avons encore accès aux choses que le Seigneur fait aujourd’hui. Dieu n’est pas mort, comme certains le prétendent.

    J’ai pu exercer mon ministère dans environ cinquante pays différents autour du monde, et j’ai été invité à parler dans diverses églises, telles que des églises Anglicanes, Luthériennes, Méthodistes, Baptistes, Pentecôtistes, et d’autres assemblées encore. Le fidèle serviteur de Dieu ne tient pas compte des barrières dressées par les hommes. Il sait que les enfants de Dieu se trouvent partout. Lorsque le plan du salut fut développé devant ces serviteurs de Dieu et devant leurs congrégations, et que la Parole fut exposée à la lumière de l’accomplissement de prophéties de la Bible, ils furent confondus.

    Ceux des serviteurs de Dieu de différentes dénominations qui sont au courant de ce qui se passe dans le monde, reconnaissent et admettent que William Branham a été employé par Dieu dans cette génération d’une manière qui n’a pas été surpassée. Cependant, certains essaient de minimiser son ministère dans l’intention de détruire l’influence que Dieu lui a accordée parmi le peuple. Bien qu’ils mettent les gens en garde contre son enseignement biblique, ils ne peuvent nier qu’il ait été un puissant prophète. Cela n’a pas de sens. L’eau amère et l’eau douce ne peuvent pas jaillir de la même source.

    Un prophète de premier plan est un voyant. Il a la révélation divine de la Parole, et il est consacré dès sa naissance pour un but déterminé (Jér. 1.5).

    Les prédications inspirées de cet humble envoyé de Dieu ont jeté une nouvelle lumière sur la Parole. Vous serez surpris, en les lisant, des informations spirituelles qu’elles contiennent; elles viennent au temps opportun. Certains trouveront sans doute que ces choses sont difficiles à comprendre mais il en a été de même au temps des apôtres.

    Des personnes ignorantes et mal affermies ont fait un mauvais usage de certaines déclarations de ce prophète, et cela pour leur propre ruine. Par conséquent, il est essentiel d’aligner toute doctrine sur l’enseignement des Saintes Ecritures, et de faire de la Bible notre absolu.

    Je vous demande de lire cette brochure dans un esprit de prière. Que son contenu puisse vous aider à recevoir une meilleure compréhension du plan entier de salut. Que nous puissions aimer le Seigneur Jésus-Christ plus que jamais auparavant. Ne jugez pas selon ce que les gens disent, ou selon ce qu’ils font. Soyez conscients de la gravité de votre décision. Soyez sûrs qu’elle est juste! Que Dieu vous bénisse richement.

L’auteur


 

[RETOUR Table des matières]

CHRIST
ET SON EGLISE
DANS LA PROPHETIE

 

    En vérité, c’est un temps glorieux dans l’histoire de l’humanité. Dans tous les domaines, de nouvelles découvertes sont faites. D’énormes progrès ont été réalisés, et des choses incroyables se sont accomplies. Plus rien ne semble impossible. Cette génération a été témoin de la transition entre les jours des chars et des chevaux, et l’âge spatial. Chacun s’efforce de marcher avec son temps. Mais la grande question est celle-ci: Sommes-nous de notre temps dans les choses du Royaume de Dieu? Qu’en est-il de notre progrès spirituel? Suivons-nous le mouvement du Saint-Esprit, alors que le Seigneur est sur le point de nous prendre dans les lieux les plus élevés?

    Vous êtes peut-être un chrétien reconnaissant pour les choses faites par Dieu dans le passé; mais la question vitale est celle-ci: REALISEZ-VOUS CE QUE FAIT MAINTENANT LE SAINT-ESPRIT, ALORS QU’IL CONDUIT L’EPOUSE DE CHRIST VERS LA PERFECTION?

    L’Eglise de Jésus-Christ fut fondée le jour de Pentecôte, lorsque Dieu Lui-même établit le modèle du véritable christianisme valable pour toute la dispensation de l’Eglise des nations. Dieu ne reconnaîtra rien d’autre que Sa parole. Chaque individu, chaque assemblée, doit comparer sa doctrine, les fondements de sa foi et ses expériences avec les enseignements de la première Eglise. En ce temps-là, chaque croyant a fait une expérience personnelle et surnaturelle avec Christ, et il avait été placé dans l’Eglise par le Saint-Esprit en tant que fils ou fille de Dieu.

    Nous devons malheureusement dire que, malgré ce glorieux commencement de l’Eglise, les choses charnelles se glissèrent graduellement dans le royaume des rachetés. Les gens commencèrent à devenir froids et formalistes, et ils commencèrent aussi à enseigner leurs propres credo et leurs doctrines légalistes. A mesure que le temps passait, l’indifférence s’établit, et la majorité de la chrétienté commença à s’écarter du chemin de la Lumière, et à s’enfoncer dans les ténèbres spirituelles. Cependant, le Seigneur veille sur les Siens. Il envoya un messager à chacun des sept âges de l’église, pour allumer à nouveau le feu Divin. Le petit groupe, la minorité, garda toujours solidement la foi des pères apostoliques. Le glorieux Saint-Esprit Se déplaçait au milieu d’eux, et les guidait dans la Parole promise pour leur temps.

    “Pour vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de la promesse” (Gal. 4.28). Les enfants de la promesse reçoivent la Parole de la promesse, et ils sont scellés du Saint-Esprit qui a été promis (Eph. 1.13).

    Dans les temps passés, les réveils successifs balayant les nations apportèrent des temps de rafraîchissement de la part du Seigneur par lesquels Il attira l’attention de Ses enfants sur le réel accomplissement de la Parole promise. La foi d’Abraham, ainsi que celle de toute sa semence, s’est toujours reposée sur les promesses faites par Dieu.

    Dans Sa miséricorde, Dieu a toujours conduit les Siens, et Il a dirigé leurs pas. Pendant l’âge même des ténèbres, ils furent capables d’endurer les persécutions les plus brutales et les tortures, parce que Dieu était avec eux. C’est avec un coeur rempli de reconnaissance que nous pouvons considérer les jours de la Réformation, ainsi que les différents réveils qui suivirent, au cours desquels Dieu conduisit les Siens pas à pas dans une lumière grandissante. Toutefois, nous ne pouvons pas nous arrêter à l’une de ces visitations du passé, desquelles beaucoup de dénominations sont sorties. L’Esprit de Dieu ne reste jamais à l’intérieur des frontières étroites d’une organisation. Il continue à Se déplacer, et le Saint-Esprit manifeste Sa puissance au milieu de tous les vrais croyants, jusqu’à ce qu’ils soient modelés à l’image bénie du Seigneur Jésus-Christ. Bientôt, Il reviendra pour prendre une Epouse-Parole sans taches ni rides.

    Au commencement de ce siècle, une puissante effusion du Saint-Esprit eut lieu; les dons de l’Esprit furent redonnés aux enfants de Dieu. Par toute la terre, les gens firent l’expérience d’un temps de rafraîchissement spirituel venant d’En-haut. Les personnes âgées de tous les pays peuvent rendre témoignage de la puissante visitation du Dieu Tout-Puissant. Et Il continue encore Son oeuvre parmi les Siens. Beaucoup de personnes sont encore un témoignage vivant du puissant réveil de salut et de guérison qui suivit la seconde guerre mondiale. Dans Sa grande compassion et dans Son amour, le Seigneur continua d’entourer Ses enfants par les soins de Son Saint-Esprit, afin d’attirer leur attention vers la Parole promise pour notre temps. Selon Sa Parole, Il Se proposait d’éclairer les détails de Son Plan éternel, et de révéler les glorieux mystères cachés tout au long des âges.

    Ce dernier mouvement de l’Esprit commença selon l’ordre direct donné par le Dieu Tout-Puissant à William Branham en mai 1946. Son ministère unique en son genre, être remarquable quant au salut et à la guérison, eut un grand impact sur les masses. Le Seigneur Lui-même confirma l’Evangile devant les yeux de centaines et de milliers de personnes tout autour du monde. Cependant, lorsque la vraie doctrine biblique fut enseignée, le plus grand nombre ne voulut pas l’accepter. Il devint évident qu’ils recherchaient plutôt les pains et les poissons. Le groupe fidèle de ceux qui suivaient Christ se rétrécit encore davantage, et seule une minorité embrassa son ministère prophétique dans son entier, reconnaissant le jour dans lequel ils vivaient, et le message qui s’y rapportait. Ceux-ci étaient prêts à suivre le Seigneur où qu’Il les conduise.

    Depuis les jours des apôtres, la Parole de Dieu n’a pas été prêchée dans Sa plénitude comme Elle fut prêchée lors de ce dernier réveil de restauration. Jésus-Christ a manifesté Sa puissance, et Il a prouvé Lui-même qu’Il était le même hier, aujourd’hui et pour toujours, dans le sens véritable de la Parole. Ceux d’entre nous qui ont le privilège de vivre dans ce dernier âge de l’Eglise ont vu la lumière, et ont été conduits hors des ténèbres spirituelles. La Parole-Epouse, l’Elue de Dieu, est retournée à l’enseignement scripturaire original sous la conduite du Saint-Esprit.

    Nous avons maintenant atteint les tout derniers jours de la restauration complète de l’Eglise du Dieu Vivant, comme cela a été promis dans Joël 2.25: “… Jésus-Christ, que le ciel doit recevoir jusqu’au temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes”. Jésus-Christ reviendra chercher une Epouse complètement rétablie dans Sa Parole.

    Toutes les fois que Dieu envoie un réveil spirituel, Son peuple prend garde à l’appel divin, et il se sépare de toute incrédulité, de toute indifférence, et de tout formalisme. Il s’avance comme le Saint-Esprit le conduit.

    Jamais auparavant, dans l’histoire, les activités religieuses et l’évangélisation n’ont pu se déployer sur une aussi grande échelle que de nos jours. Jamais nous n’avons eu les moyens et les possibilités qui nous sont accordées maintenant; mais aussi, il n’a jamais été aussi difficile de trouver son chemin, car le juste et le faux sont étroitement associés dans ces tout derniers jours. Jésus dit, dans Matthieu 24.24, que vers la fin, les temps seraient si trompeurs que même les élus seraient séduits, si cela était possible. Mais, grâces soient rendues à Dieu, cela n’est pas le cas.

    Nous entendons souvent parler de Christ et de l’Eglise, mais où est-Il trouvé tel que la Bible nous Le présente? Où est l’Eglise telle que l’Ecriture La décrit? Chaque dénomination chrétienne ne prétend-elle pas être “L’Eglise”? Toutes ses activités religieuses ne sont-elles pas imputées au Nom de Jésus-Christ? Chacun proclame être dans le juste, mais le fait de le proclamer n’en justifie aucun. Aux yeux de Dieu, il n’y a qu’une seule Eglise fidèle: celle qui est la demeure du Très-Haut: “… la maison de Dieu, qui est l’église du Dieu Vivant, la colonne et l’appui de la vérité” (1 Tim. 3.15). Il y a seulement “une foi”, “un Seigneur”, “un baptême” (Eph. 4.5). Tous les membres du Corps de Christ sont joints ensemble, les uns aux autres, et avec Christ (1 Cor. 12.12).

    Nous devons tous nous abstenir de présenter une interprétation particulière, mais au contraire laisser la Parole de Dieu parler pour Elle-même. Les trésors cachés ont été découverts et ramenés à la lumière au travers du ministère prophétique manifesté de nos jours. Nous réalisons que la venue du Seigneur Jésus-Christ est très proche, et nous n’avons pas le temps d’écouter toutes les voix qui se font entendre autour de nous. Nous devons écouter et obéir à l’appel de la voix du Bon Berger, Lequel appelle Ses brebis et leur fait signe de Le suivre. “L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu” (Mat. 4.4). C’est-à-dire, pas seulement de certains passages qui conviennent à notre propre conception, mais bien de chaque parole de Dieu.

    Laissons la Bible être notre seule autorité et notre seul guide dans toutes les choses scripturaires. Lorsque nous avons à faire à la Parole de la prophétie, nous nous avançons sur un lieu saint. Enlevons simplement nos souliers, tandis que le Seigneur parle.

[RETOUR Table des matières]

CHRIST SOUS SES DIFFERENTS ASPECTS

    La Parole de Dieu nous fait voir le Seigneur Jésus-Christ dans plusieurs de Ses différents titres et fonctions lorsqu’Il Se manifeste Lui-même dans le plan de la rédemption. Il est vu comme L’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde (Jean 1.29). Il est le Souverain Sacrificateur, qui est entré dans le lieu très saint avec Son propre Sang (Héb. 9.11,12). Il est le Seul médiateur entre Dieu et les hommes (1 Tim. 2.5), l’Avocat qui intercède pour nous (1 Jean 2.1). Il est le Lion de la tribu de Juda (Apoc. 5.5), le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs (Apoc. 19.16). Il est le tout en tous pour les croyants, Dieu manifesté en chair (1 Tim. 3.16). Il est le Fils de Dieu, le Fils de l’homme, et le Fils de David.

    Les quatre Evangiles décrivent la vie de Christ, Son ministère, Ses souffrances, Sa mort, Son ensevelissement, Sa glorieuse résurrection et Son ascension bénie. Il acquit les Siens sur le Calvaire en répandant Son Saint Sang. Le jour de Pentecôte, Il revint sous la forme du Saint-Esprit et établit Sa demeure en ceux qu’Il avait rachetés. Depuis lors, Il agit au travers d’eux, accomplissant les mêmes actes qu’Il fit durant Son ministère terrestre. Il rend témoignage à la prédication de Sa Parole en La confirmant par les signes qui La suivent (Héb. 2.4).

    L’Eglise primitive persévérait dans la doctrine des apôtres, dans la communion fraternelle et dans les prières (Actes 2.42). Pouvons-nous en dire de même? Les croyants avaient compris que les apôtres étaient inspirés par le Saint-Esprit pour écrire et parler sous Sa direction. Peut-on dire qu’il en soit de même de nous, en tant qu’individus, ainsi que de l’église à laquelle nous appartenons?

    Les épîtres nous décrivent le fonctionnement et l’ordre dans l’Eglise. En accord avec Ephésiens 4.11 et 1 Corinthiens 12.28, Dieu a placé dans Son Eglise des apôtres, des prophètes, des docteurs, des évangélistes et des pasteurs. Ces ministères ont été ordonnés par Dieu pour exhorter et perfectionner le Corps de Christ. Il a aussi placé les dons spirituels pour l’édification et l’affermissement de l’Eglise (1 Cor. 12.4-11). Chaque membre fidèle du Corps de Christ porte les fruits du Saint-Esprit (Gal. 5.22-26). Je désire que l’on comprenne clairement que toute la Parole de Dieu est encore valable.

    La Parole de Dieu nous donne des informations claires et précises sur tous les ministères, sur la doctrine et sur les ordonnances dans l’Eglise. Aucune de ces choses ne devrait être mal comprise. Quiconque désire faire ce qui est juste est capable de suivre le vrai modèle de la Bible. On ne peut parvenir à la perfection que par l’obéissance à tout l’enseignement fondamental de la Bible. “C’est pourquoi, laissant les éléments de la parole de Christ, tendons à ce qui est parfait,…” (Héb. 6.1).

    L’aspect prophétique de Christ et de Son Eglise est très important, surtout dans un temps comme celui-ci, alors que les prophéties de la Bible sont en train de s’accomplir. Certainement, nous pourrions parler de l’état chaotique du monde actuel, des signes du temps de la fin, de ce qui concerne Israël, et de beaucoup d’autres sujets. Nous sommes très reconnaissants à notre Dieu Tout-Puissant parce qu’Il garde Ses promesses faites à l’égard des Juifs, comme Il le fait à l’égard de Son Eglise. Tout croyant véritable regarde favorablement Israël, sans se soucier des rapports, et du point de vue pris par le pays dans lequel il vit. La nation d’Israël, ainsi que sa survie, sont en elles-mêmes des miracles. “Nations, écoutez la parole de l’Eternel, et publiez-la dans les îles lointaines! Dites: Celui qui a dispersé Israël le rassemblera, et il le gardera comme le berger garde son troupeau” (Jér. 31.10).

    Il est certain que Dieu n’oubliera jamais Israël et qu’Il gardera toutes les bonnes promesses faites à la semence naturelle d’Abraham, jusqu’à ce que Ses desseins à son égard soient accomplis. Dans cette génération, deux choses se déroulent parallèlement: le rassemblement d’Israël d’entre toutes les nations, et l’appel fait à l’Epouse de Christ de sortir de toutes les organisations. Dans l’accomplissement des prophéties, toutes choses arrivent maintenant à leur apogée. La victoire finale arrivera bientôt, et le Très-Haut sera glorifié. Il est particulièrement émouvant de reconnaître la manière dont l’Epouse est en train d’être préparée avant que l’enlèvement ait lieu. Après cela, l’Esprit du Seigneur quittera les nations, et le Seigneur Se révélera Lui-même à Ses frères, les Juifs (Zach. 13).

    Pour avoir une vue d’ensemble de Christ et de Son Eglise dans la prophétie, nous devons ouvrir le livre de la prophétie, l’Apocalypse, qui est la Révélation de Jésus-Christ. Les chrétiens fidèles gardent toujours leur équilibre dans les Ecritures, et ils savent reconnaître chaque Parole dans son vrai contexte.

    Les quatre Evangiles dépeignent principalement la vie de Christ, depuis Sa naissance jusqu’à Son ascension. Les épîtres contiennent toute la doctrine et les ordonnances de l’Eglise du Nouveau Testament. De même, le livre de la prophétie nous présente Jésus-Christ comme le Fils de l’homme marchant au milieu des sept chandeliers d’or. Le Seigneur a trouvé bon d’ouvrir la Parole de la Prophétie dans notre temps.

    Jean eut le privilège d’avoir une vue préliminaire de toutes les choses qui devaient être manifestées jusqu’à ce que le temps se fonde dans l’Eternité. Nous devons mettre toutes choses à leur juste place, et les considérer dans leur perspective correcte à la lumière de la Sainte Parole de Dieu, alors que nous en observons l’accomplissement.

    Le livre de la prophétie s’ouvre avec une bénédiction toute spéciale: “Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites! Car le temps est proche”. Elle se termine par une très sérieuse exhortation, laquelle a besoin d’être considérée avec un très grand soin. “Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre: Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre; et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre” (Apoc. 22.18,19). Ces paroles nous annoncent une séparation complète d’avec le Seigneur, et de la Vie Eternelle.

    Tout au long des âges de l’Eglise, lorsque les gens lisaient ce dernier livre de la Bible, ils n’avaient pas la possibilité de comprendre ces choses, parce que les mystères prophétiques demeuraient cachés, jusqu’à ce que le temps de leur accomplissement arrivât. Nous devons malheureusement dire que les serviteurs de Dieu et autres ont donné leur interprétation particulière aux choses contenues dans les Evangiles, les épîtres et les écrits prophétiques, au lieu de se limiter à ce qui avait été révélé par le Saint-Esprit.

    De même que, lors de la première venue de Christ, les théologiens donnèrent leur propre point de vue, au lieu d’attendre et d’observer l’accomplissement même des prophéties bibliques, ainsi en est-il de nouveau, aujourd’hui. Les églises et les serviteurs de Dieu sont tellement bien installés dans leur propre doctrine et leurs propres voies, qu’il n’y a plus de place pour la révélation spirituelle. Les explications et les interprétations des sujets prophétiques de la Sainte Parole de Dieu ont causé beaucoup de confusion parmi les croyants. Les prophéties bibliques ont été écrites pour nous faire connaître avant le temps de leur accomplissement ce que Dieu Se proposait de faire. Cela ne laisse aucune place à la spéculation; l’événement doit être reconnu quand il s’accomplit.

    Prenons garde à l’avertissement que Pierre nous a donné sous l’inspiration du Saint-Esprit: “… sachant tout d’abord vous-mêmes qu’aucune prophétie de l’Ecriture ne peut être un objet d’interprétation particulière,…” (2 Pier. 1.20).

[RETOUR Table des matières]

LA VISION DE PATMOS

    Alors que Jean se trouvait dans l’île de Patmos, il fut ravi en esprit, et le Seigneur lui fit voir en symboles la partie prophétique du plan du salut. Il vit les âges de l’Eglise, ainsi que tout ce qui devait arriver jusqu’à la fin des temps. Il vit même les nouveaux cieux et la nouvelle terre.

    Lui-même rend témoignage, en disant: “Je fus ravi en esprit au jour du Seigneur…”. Quelques-uns supposent que le “jour du Seigneur” est le jour du sabbat, alors que d’autres proclament que c’est le dimanche. Mais ces deux interprétations sont charnelles. Il ne peut être question ici d’un jour de 24 heures, car Jean fut exilé dans l’île de Patmos pour une durée de deux ans.

    La Bible décrit clairement ce qu’est le “jour du Seigneur”. C’est la période qui commence après que le jour de grâce et de salut est terminé. Il commence par le jugement qui tombe sur toutes les nations rassemblées contre Jérusalem: “C’est une multitude, une multitude dans la vallée du jugement; car le jour de l’Eternel est proche, dans la vallée du jugement. Le soleil et la lune s’obscurcissent, et les étoiles retirent leur éclat. De Sion, l’Eternel rugit, de Jérusalem, il fait entendre sa voix; les cieux et la terre sont ébranlés. Mais l’Eternel est un refuge pour son peuple, un abri pour les enfants d’Israël” (Joël 3.14-16).

    Les trois premiers chapitres de l’Apocalypse parlent des choses qui s’appliquent à l’Eglise du Nouveau Testament. Cette période est connue comme étant le “jour du salut”. (2 Cor. 6.2). De même que le “jour du salut” a commencé par une glorieuse démonstration de la puissance de Dieu pour sauver, et se terminera pareillement, ainsi le “jour du Seigneur” commencera, et se terminera, par une glorieuse démonstration de la puissance de Dieu en victoire sur Ses ennemis.

    Le temps de grâce abonde jusqu’à ce que l’Epouse de Jésus-Christ atteigne la perfection, et qu’Elle soit enlevée dans la gloire. Dieu a créé le monde en six jours, et Il S’est reposé le septième jour (Ex. 31.17). Bientôt, les six mille ans seront accomplis, et alors le septième jour, “le jour du Seigneur” commencera. “Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c’est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour” (2 Pier. 3.8).

    Certaines personnes croient fanatiquement que celui qui adore Dieu le dimanche a la marque de la Bête. Chacun doit prendre extrêmement garde à ne pas mal interpréter les Saintes Ecritures, et affirmer une chose aussi fatale et désastreuse. Quelques-uns voudraient-ils prétendre que Christ avait la marque de la Bête parce qu’Il Se retrouvait avec Ses disciples le premier jour de la semaine? “Le soir de ce jour, qui était le premier de la semaine, les portes du lieu où se trouvaient les disciples étant fermées, à cause de la crainte qu’ils avaient des Juifs; Jésus vint, se présenta au milieu d’eux, et leur dit: La paix soit avec vous!” (Jean 20.19). Il réapparut une semaine plus tard, alors que Ses disciples étaient à nouveau rassemblés (v. 26). Comment quelqu’un peut-il prétendre que les premiers chrétiens avaient la marque de la Bête parce qu’ils adoraient le dimanche? “Le premier jour de la semaine, nous étions réunis pour rompre le pain. Paul, qui devait partir le lendemain, s’entretenait avec les disciples, et il prolongea son discours jusqu’à minuit” (Actes 20.7). En ce qui concerne la collecte faite en faveur des saints, Paul avait même recommandé de la mettre à part le premier jour après le sabbat. “Que chacun de vous, le premier jour de la semaine, mette à part chez lui ce qu’il pourra, selon sa prospérité, afin qu’on n’attende pas à mon arrivée pour recueillir les dons” (1 Cor. 16.1,2).

    Les Juifs devaient commémorer le sabbat. “Les enfants d’Israël (non pas les nations) observeront le sabbat, en le célébrant, eux et leurs descendants, comme une alliance perpétuelle. Ce sera entre moi et les enfants d’Israël (pas les nations) un signe qui devra durer à perpétuité” (Ex. 31.16,17).

    Toutes les fois que le Seigneur Jésus, ou les apôtres, prêchaient aux Juifs, ils le faisaient le sabbat, parce que c’était le jour où les Juifs se rassemblaient pour adorer. Par contre, les chrétiens honoraient le jour de la résurrection, mais ils ne furent jamais astreints à observer un certain jour, comme il en était pour les Juifs. Tout véritable disciple de Jésus-Christ a trouvé la paix avec Dieu, et c’est ainsi qu’il est entré dans le véritable “repos de sabbat”. Celui-ci ne se limite pas à un certain jour de la semaine, mais c’est un repos éternel.

    L’histoire nous rapporte que l’autorité papale édicta un décret déclarant que le dimanche devait être le seul jour d’adoration pour les Juifs comme pour les chrétiens. C’est de leur propre volonté que les chrétiens s’étaient rassemblés ce jour-là, depuis le temps des apôtres. Quelles terribles répercussions cet édit eut-il pour les Juifs, nul ne peut se l’imaginer. L’église Catholique Romaine les accusa d’être coupables de la mort de Christ, et c’est pourquoi elle édicta contre eux cette proclamation impérative. Le résultat en fut qu’ils souffrirent la persécution; ils furent menacés, torturés et mis à mort. Un jour, le Dieu du Ciel, qui est juste, vengera ces actes de cruauté.

    Dieu a Sa propre manière d’agir à l’égard des Juifs, et Il a aussi Sa manière de faire avec les nations. Le sabbat avait été donné aux Juifs comme un signe de Son alliance avec eux, tandis que l’Eglise des nations célébrait la résurrection du Seigneur Jésus-Christ. Dieu n’a jamais eu l’intention de faire observer aux Juifs le dimanche, comme Il n’a pas davantage l’intention de faire observer le sabbat aux nations.

    Certaines personnes croient même que l’observation du sabbat est le Sceau de Dieu. Cette croyance n’a pas de fondement scripturaire. La Bible explique très clairement ce qu’est le Sceau de Dieu, le Sceau du Saint-Esprit. Ceux qui ont écouté les prédications de frère Branham sont parvenus à une compréhension claire de ce qu’est le Sceau de Dieu, ainsi que de ce qu’est la marque de la Bête.

    Dans l’Ancien Testament, la moisson de l’Eglise du Nouveau Testament était représentée par l’offrande de la gerbe agitée devant le Seigneur le matin du jour suivant le sabbat (Lév. 23.10,11). Le jour de Pentecôte, qui est le cinquantième jour, tombait également sur le jour suivant le sabbat (Lév. 23.15,16). Pendant le Millénium, le jour d’adoration sera à nouveau le sabbat (Es. 66.23).

    Les discussions et les disputes relatives au manger et au boire, ainsi que celles relatives à l’observation d’un certain jour, ne servent à l’édification de personne. “Que personne donc ne vous juge au sujet du manger et du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats: c’était l’ombre des choses à venir…” (Col. 2.16,17).

    Jean fut ravi en esprit dans un but plus grand que de commémorer un jour de vingt-quatre heures. Il vit le développement des temps, et les choses importantes qui devaient arriver. Le même glorieux Saint-Esprit, qui avait montré ces choses à Jean, les a révélées maintenant au travers du ministère prophétique.

[RETOUR Table des matières]

POUR MONTRER A SES SERVITEURS…

    Le Dieu Tout-Puissant n’a jamais manqué de donner des directives claires à Son peuple; Il l’a fait en envoyant Ses messagers, les serviteurs et prophètes, avec une parole spéciale pour le temps dans lequel ils vivaient. En période d’abondance, si le peuple de Dieu oubliait le Seigneur et ne marchait pas dans Ses sentiers, Dieu lui envoyait un message pour l’avertir avant que le jugement ne l’atteignît. “L’Eternel envoya parmi eux des prophètes pour les ramener à lui, mais ils n’écoutèrent point les avertissements qu’ils en reçurent… Ainsi parle Dieu: Pourquoi transgressez-vous les commandements de l’Eternel? Vous ne prospérerez point; car vous avez abandonné l’Eternel, et il vous abandonnera” (2 Chr. 24.19,20). De nouveau, les jugements de Dieu sont suspendus sur nos têtes. Quel est donc maintenant le message, avant qu’ils ne nous atteignent.

    J’aimerais attirer votre attention sur le livre de la prophétie, la révélation de Jésus-Christ, dans lequel le Seigneur promet “… de montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt”. Ces messages prophétiques étaient envoyés pour corriger le peuple, et pour le ramener à Dieu. Le succès ou l’échec de votre vie spirituelle dépend de la façon dont vous évaluez et estimez la Parole du Seigneur. Le Saint-Esprit en vous vous fera toujours dire “Oui et Amen!” à la Parole de la promesse.

    Le mot “serviteurs” est au pluriel et désigne premièrement les sept messagers qui se trouvent dans la main droite du Seigneur, et qui sont ceux qui reçoivent par le Saint-Esprit la révélation prophétique de la Parole, pendant les sept âges de l’Eglise.

    Le fait même que le Seigneur envoie Son ange à Jean montre l’importance du contenu du dernier livre de la Bible. “… et qu’il a fait connaître, par l’envoi de son ange, à son serviteur Jean” (Apoc. 1.1). Dieu a Ses anges dans le ciel, et Il a sur la terre Ses messagers pour annoncer les choses qui doivent arriver.

    Tous les membres du Corps de Christ ne peuvent pas être de tels serviteurs de Dieu auxquels vient la Parole du Seigneur, et dont le ministère a la qualité de voix de Dieu, mais tous doivent entendre la voix de Sa Parole. C’est selon Son propre choix que Dieu prend quelqu’un pour qu’il rende témoignage de ce qu’il a vu et entendu. Il est dit de Jean: “… lequel a attesté la Parole de Dieu et le témoignage de Jésus-Christ, tout ce qu’il a vu” (Apoc. 1.2). De même que les serviteurs et prophètes d’autrefois, ainsi eut-il des visions et reçut-il par révélation la Parole de Dieu. Il y a une grande différence entre ces deux points: avoir une connaissance de la Parole accumulée, et avoir la révélation de Jésus-Christ, laquelle ne peut être reçue que par le Saint-Esprit. Alors seulement, la Parole deviendra pour nous Esprit et Vie.

    Il y a une grande différence entre quelqu’un qui parle de Christ, et Christ qui parle au travers d’un prophète, lequel a le “AINSI DIT LE SEIGNEUR!”. Le grand apôtre Paul dit ceci: “Car je ne l’ai ni reçu ni appris d’un homme, mais par la révélation de Jésus-Christ” (Gal. 1.12).

[RETOUR Table des matières]

LA VOIX SEMBLABLE A UNE TROMPETTE

    Toutes les fois que surgissait une occasion spéciale, que quelque chose d’extraordinaire allait arriver, on sonnait de la trompette pour appeler le peuple à se rassembler, que ce soit pour une fête ou une annonce. Lorsque le Seigneur Dieu descendit sur le mont Sinaï pour s’y rencontrer avec Son prophète Moïse qu’Il avait destiné à recevoir Sa Parole pour le peuple d’Israël, il est écrit: “La montagne de Sinaï était toute en fumée, parce que l’Eternel y était descendu au milieu du feu, cette fumée s’élevait comme la fumée d’une fournaise, et toute la montagne tremblait avec violence. Le son de la trompette retentissait de plus en plus fortement. Moïse parlait, et Dieu lui répondait à haute voix” (Ex. 19.18,19).

    La trompette retentit au temps de Josué, lorsque les sept sacrificateurs prirent les sept trompettes, et marchèrent devant l’arche de l’alliance dans laquelle était gardée la Parole du Seigneur (Jos. 6).

    La trompette de Dieu retentit lorsqu’Il est prêt à parler. Le son de ces trompettes est là pour alerter le peuple de Dieu, afin qu’il écoute Sa voix pour recevoir Sa Parole, et faire ainsi l’expérience de la victoire.

    Dans notre génération, une telle sonnerie de trompette s’est fait entendre de nouveau. Les Ecritures nous disent qu’aux jours de la voix du septième ange, quand il sonnerait de la trompette, le mystère de Dieu s’accomplirait, comme il l’a annoncé à Ses serviteurs les prophètes (Apoc. 10.7).

    Quel est le mystère de Dieu? Comment pouvons-nous entendre le son de la voix du septième ange? Nous avons déjà vu qu’un ange est un messager, lequel a un message de Dieu pour le peuple. Lors du retentissement de la voix du septième ange, le mystère de Dieu s’accomplirait, comme cela avait été révélé à Ses serviteurs, les prophètes.

    Gardons bien dans notre pensée que le mot “prophète” a une double signification. Dans l’Eglise du Nouveau Testament il y avait des apôtres, des prophètes, des docteurs, etc., mais lorsque quelque chose de marquant allait arriver dans le monde, Dieu envoyait un prophète principal pour l’annoncer.

    Il y avait dans l’église d’Antioche plusieurs prophètes et docteurs (Actes 13.1). “En ce temps-là, des prophètes descendirent de Jérusalem à Antioche. L’un d’eux, nommé Agabus, se leva, et annonça par l’Esprit qu’il y aurait une grande famine sur toute la terre. Elle arriva, en effet, sous Claude” (Actes 11.27,28).

    Un tel prophète peut annoncer à l’avance des événements se rapportant aux circonstances extérieures, ou de nature personnelle. Agabus prophétisa aussi au sujet de Paul et il prédit ce qui lui arriverait (Actes 21.11). Selon 1 Corinthiens 14.29, deux ou trois prophètes devaient parler, et les autres juger.

    Lorsqu’un prophète principal s’élève, un voyant, il est un porte-parole du Dieu Tout-Puissant. Il exprime la Parole par révélation divine, et fait ressortir les prédictions de la partie prophétique du plan du salut. Nous devons écouter et croire un tel prophète, et non le juger. Il y eut un seul Hénoc, un seul Abraham, un seul Moïse, un seul Noé, un seul Elie, un seul Jean-Baptiste et un seul Paul, chacun en son temps. Personne n’avait à juger ces prophètes, car ils avaient le “AINSI DIT LE SEIGNEUR”.

    Dans l’Eglise du premier âge, il y avait des apôtres, des prophètes, des docteurs, etc., mais c’est à Paul, le prophète-messager, qu’avait été accordé le soin d’exposer les choses à l’Eglise. Il dit, dans 1 Corinthiens 14.37: “Si quelqu’un croit être prophète ou inspiré, qu’il reconnaisse que ce que je vous écris est un commandement du Seigneur”. Chacun de ceux qui ont été appelés véritablement par Dieu à l’un des cinq ministères d’Ephésiens 4.11, acceptera la véritable Parole du Seigneur qui vient par le messager envoyé de Dieu.

    Dans chacun des sept âges de l’Eglise, il y eut de grands hommes aux yeux du peuple; ils furent sans l’ombre d’un doute employés par Dieu dans différents ministères, mais le choix de Dieu intervint dans chaque âge pour faire paraître le message de l’heure. Pareillement dans notre génération, nous trouvons beaucoup d’évangélistes renommés et éloquents, mais qui est donc le messager auquel la Parole du Seigneur vient aujourd’hui?

[RETOUR Table des matières]

LE FILS DE L’HOMME

    Jésus-Christ est le Fils de Dieu, le Fils de l’homme, et le Fils de David. Chacun de ces titres Le décrit dans l’une de Ses différentes fonctions, et l’un ne peut être mis à la place de l’autre. En rapport avec la Parole prophétique, Il est présenté comme le Fils de l’homme. C’est la raison pour laquelle nous ne le voyons pas comme le Fils de Dieu, ou comme le Fils de David, mais bien comme le Fils de l’homme marchant au milieu des sept chandeliers d’or (Apoc. 1.13).

    C’est parce que les prophéties de la Bible se sont accomplies lors de Sa première venue que les écrivains des quatre Evangiles parlent de Lui presque exclusivement comme étant le Fils de l’homme. Pendant Son ministère terrestre, le Seigneur Jésus Se présente Lui-même comme le Fils de l’homme. Il était l’accomplissement de Deutéronome 18, auquel Pierre se référa plus tard: “Moïse a dit: Le Seigneur votre Dieu vous suscitera d’entre vos frères un prophète comme moi; vous l’écouterez dans tout ce qu’il vous dira, et quiconque n’écoutera pas ce prophète sera exterminé du milieu du peuple” (Actes 3.22,23).

    Moïse et Elie, de l’Ancien Testament, Pierre, Jacques et Jean, du Nouveau, eurent le privilège de voir le Seigneur Jésus-Christ transfiguré devant eux: “… son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière… Comme il parlait encore, une nuée lumineuse les couvrit. Et voici, une voix fit entendre de la nuée ces paroles: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection: ECOUTEZ-LE! Lorsqu’ils entendirent cette voix, les disciples tombèrent sur leur face, et ils furent saisis d’une grande frayeur” (Mat. 17).

    Jean rend aussi témoignage de la réaction qu’il eut lorsqu’il Le vit: “Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa sur moi sa main droite, en disant: Ne crains point! Je suis le premier et le dernier, et le vivant” (Apoc. 1.17,18).

    Si nous L’avons accepté comme le Fils de Dieu, et comme notre Sauveur, ne devrions-nous pas tomber à Ses pieds, et Le considérer, lorsqu’Il prononce Sa Parole avec l’autorité du Fils de l’homme, le Prophète-Dieu?

    Dans Apocalypse deux et trois, Jésus-Christ envoie Ses anges-messagers aux sept âges de l’Eglise. En conclusion de chacun de ces messages, nous lisons les mêmes paroles: “Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises!”. “QUICONQUE N’ECOUTERA PAS CE PROPHETE SERA EXTERMINE…” Dieu, dans Sa Parole, pense ce qu’Il dit, et notre destinée éternelle en dépend. Si notre âme a été engendrée à la vie, elle peut encore la perdre si nous négligeons de prendre part à la nourriture spirituelle, qui est la Parole révélée par laquelle nous vivons spirituellement. “… je n’effacerai point son nom du livre de vie…” (Apoc. 3.5). Soyons bien conscients du poids d’une telle déclaration! Ce ne sont pas les paroles d’un serviteur de Dieu ou de quelque autre homme, mais bien celles de Jésus-Christ Lui-même, le Fils de l’homme, le Prophète-Dieu, prononçant Sa Parole qui est Esprit et Vie. Toute âme qui n’écoute pas les paroles de ce prophète est en grand danger.

    Chaque fois que l’un des messagers-étoiles entra en scène, il ne chercha pas à favoriser sa propre cause. Aucun d’eux ne parla dans son propre intérêt. Non, ils étaient les étoiles dans la main droite du Seigneur, réfléchissant la lumière même de Jésus-Christ. Ils étaient les véritables porte-voix du Dieu Tout-Puissant.

    Cette parole “ECOUTEZ-LE!” a plus de signification qu’il nous est possible de le comprendre. Entre toutes les différentes voix religieuses du monde d’aujourd’hui, celle-ci est véritablement la voix de Dieu. Les jours sont venus où nous devons écouter la voix qui retentit comme le son d’une trompette. Si nous sommes la véritable semence de Dieu, nous devons recevoir la Parole parlée originale.

    Pierre, qui était présent sur la montagne de la Transfiguration, a été inspiré par le Saint-Esprit pour rapporter la déclaration divine: “… vous l’écouterez dans tout ce qu’il vous dira…” (Actes 3.22).

    Il y a un seul “Fils de l’homme”, un seul “Prophète”. Ses messagers sont appelés serviteurs et prophètes. Il est le “Souverain Sacrificateur”, le “Roi”, et nous sommes rois et sacrificateurs. Il est le “Fils de Dieu”, et nous sommes fils et filles de Dieu.

    Le fait que Jésus-Christ apparaît comme le “Fils de l’homme” dans la prophétie nous indique que Son ministère prophétique se poursuit au travers de toute la période du Nouveau Testament.

    Les épîtres, commençant avec les Romains et se terminant avec Jude, Le décrivent comme le “Fils de Dieu”. Pas une seule fois, le terme de “Fils de l’homme” ou de “Fils de David” ne se trouvent employés. Ce n’est pas une coïncidence, car elles ne traitent pas de la prophétie. Leur but principal était d’établir la doctrine et les ordonnances dans l’Eglise du Nouveau Testament, et de présenter Jésus-Christ comme le “Fils de Dieu”, Lequel manifeste Sa puissance salvatrice et guérissante depuis le jour de Pentecôte.

    Pour les Juifs, Jésus-Christ est le “Fils de David”. Lorsqu’Il entra dans Jérusalem, le jour des Rameaux, la multitude chanta à haute voix: “Hosanna au Fils de David! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur! Hosanna dans les lieux très hauts!”. Les enfants dans le temple criaient aussi avec joie: “Hosanna au Fils de David!” (Mat. 21.9,15).

    Comme “Fils de David”, Il S’assiéra sur Son trône, gouvernant en Roi toutes les nations pendant le Millénium. Comme Fils de Dieu, Il est le Sauveur; comme Fils de l’homme, Il est le prophète, et comme Fils de David, Il est le Roi. Jamais ces trois titres ne peuvent être interchangés. Chaque titre: Fils de Dieu, Fils de l’homme, Fils de David, parle d’une manifestation bien définie de Ses attributs et de Ses fonctions. Aucune Ecriture ne peut être changée, et un titre ne peut pas davantage être interchangé avec un autre, bien qu’on parle de la même Personne. Chaque nom, chaque titre qui Lui est attribué, a une signification spécifique en relation avec le sujet traité, et il doit être laissé dans son propre contexte.

    Beaucoup de choses ont été dites au sujet de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, mais seul, un petit nombre de personnes semblent se soucier d’approfondir la Parole prophétique, et de reconnaître Jésus-Christ comme le Fils de l’homme. Nous vivons maintenant dans un âge prophétique dans lequel Christ S’est manifesté comme le Fils de l’homme, en accord avec les promesses de la Parole concernant notre temps. A la fin même de la dispensation de la grâce, la révélation du Fils de l’homme, le signe du Fils de l’homme, et finalement la venue du Fils de l’homme doivent s’accomplir.

    Dans Matthieu 24, le Seigneur Jésus parle des choses qui devaient arriver avant Sa seconde venue. On a beaucoup parlé de tous les signes du temps de la fin: guerres et bruits de guerres, tremblements de terre, rassemblement des Juifs, etc. Dans Matthieu 24.3, la Bible nous dit que les disciples posèrent au Seigneur Jésus trois questions distinctes: “Dis-nous, Quand cela arrivera-t-il? Quel sera le signe de ton avènement? — et de la fin du monde?”. Le Seigneur venait de leur dire qu’il ne resterait pas pierre sur pierre de ce temple. La réponse à la première question s’accomplit peu après, lorsque Titus marcha sur Jérusalem, et la conquit. La ville fut démolie, le temple détruit, et les Juifs furent dispersés.

    C’est la seconde question qui nous concerne le plus: “… et quel sera le signe de ton avènement?” Les disciples ne questionnaient pas au sujet des nombreux signes dont Jésus avait parlé, et qui devaient précéder Son retour. Leur question était au singulier: “… et quel sera le signe de ton avènement?”

    Notez cela, je vous prie! Il est parlé du “Signe de Sa venue”. Par conséquent, il doit être en relation avec Sa venue. Un signe est donné pour instruire et pour diriger. Si nous voulons être prêts pour Sa venue, nous devons déchiffrer le signe qui indique Sa venue. Les Juifs verront le signe du Fils de l’homme (Mat. 24.30), avant qu’Il ne descende sur le Mont des Oliviers (Zach. 14).

    La Parole de Dieu déclare que, lorsqu’Il fut élevé d’entre Ses disciples, une nuée Le déroba à leurs yeux (Actes 1.9), et qu’Il reviendrait de la même manière (Actes 1.11). Cette nuée surnaturelle nous rappelle les diverses visitations du Dieu Tout-Puissant dans l’Ancien Testament, ainsi que l’expérience que firent les apôtres sur la Montagne de la Transfiguration.

    Quelle est donc la signification de l’apparition du Seigneur à frère Branham, dans une nuée, le 28 février 1963, avant que les mystères contenus dans les sept Sceaux ne fussent révélés? Se pourrait-il que ce fût le signe de Sa venue destiné à alerter les Siens? Maintenant, c’est le temps où nous sommes appelés à sortir à Sa rencontre, et à nous préparer, car la venue du Seigneur est proche. Quiconque proclame que Christ est revenu, ou qu’Il reviendra d’une autre manière que l’Ecriture ne le déclare, a été aveuglé en ce qui concerne la Vérité, et il s’illusionne lui-même.

    Un signe est un signal qui exprime, ou porte une signification qui sert à notre information, ou nous donne des directives. Un signe scripturaire est toujours suivi par une voix scripturaire. Ceux qui reconnaissent le signe écoutent alors la voix.

    Après que le signe du Fils de l’homme soit apparu dans une nuée surnaturelle, la voix du Seigneur s’est fait entendre. Les Sceaux furent ouverts, et les mystères cachés furent révélés. Ainsi, avant que l’Epouse de Christ ne soit enlevée dans la gloire, un dernier signe lui a été donné sur terre par le moyen du ministère prophétique. Les faits ne peuvent être niés. L’attention des élus, dans cette dernière génération, est attirée par les choses faites par le Seigneur.

    Dans Luc 17, Jésus-Christ Se réfère aux jours de Noé et au temps de Lot; Il dit: “Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme paraîtra”. A ces deux occasions, la Parole du Seigneur fut révélée à un prophète. Avant que le déluge vînt, Noé fut informé de ce qui allait arriver. Avant que les villes de Sodome et de Gomorrhe fussent détruites, le Seigneur parla à Abraham. Ces deux hommes étaient des prophètes de première importance. Abraham reçut alors la confirmation de la promesse faite par Dieu d’avoir un fils, nommé Isaac, et le Seigneur révéla le secret du coeur de Sara.

    Le même ministère de discernement se répéta, lorsque le Seigneur révéla les secrets qui étaient dans le coeur de Nathanaël, de Pierre, de la femme au puits, et d’autres encore. Dans notre génération, exactement le même ministère est manifesté. Tous ceux qui sont au courant du ministère prophétique de frère Branham savent quelle sainte atmosphère régnait dans la salle, lorsque le don de discernement était à l’oeuvre. Dans le monde entier, il disait aux gens quelles étaient leurs maladies, et leurs problèmes, d’où ils venaient, etc. Un silence sacré descendait sur l’auditoire, car la présence du Seigneur était véritablement là.

    Luc 17.30 parle du jour où le Fils de l’homme sera manifesté. Au verset 34, nous est décrit comment seront enlevés ceux qui sont prêts à Le rencontrer: “Je vous le dis, en cette nuit-là, de deux personnes qui seront dans un même lit, l’une sera prise et l’autre laissée; de deux femmes qui moudront ensemble, l’une sera prise, et l’autre laissée”. Ce passage des Ecritures parle sans aucun doute de l’enlèvement. Comprenons-le bien! L’enlèvement de l’Epouse ne peut avoir lieu avant le signe et la révélation du Fils de l’homme.

    Dans Luc 18.8, Jésus-Christ demande: “Mais, quand le Fils de l’homme (non pas le Fils de Dieu ou le Fils de David) viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre?”. Si nous ne reconnaissons pas le signe de Sa venue, et que nous n’entendions pas la voix du Fils de l’homme au travers de la Parole prophétique, comment pourrons-nous être prêts pour le jour où Il viendra réellement? L’Eglise du Dieu Vivant doit renoncer à toutes les traditions introduites par les hommes, réaliser l’accomplissement même des prophéties bibliques, et voir Jésus-Christ, le Fils de l’homme, dans Son Eglise. Il tient les sept étoiles dans Sa main droite, S’avançant et parlant au milieu des sept chandeliers d’or.

    N’importe quel chrétien accueille le Seigneur Jésus-Christ comme le Fils de Dieu, mais seuls les élus Le suivent dans Son ministère prophétique du Fils de l’homme. Aucun des autres ne Le comprend. Comme il en fut lors de Sa première venue, ainsi en est-il maintenant. “Elle est venue chez les siens, et les siens ne l’ont point reçue” (Jean 1.11). A la fin du dernier âge de l’Eglise, celui de Laodicée, Il dit: “Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, ET LUI AVEC MOI” (Apox. 3.20).

    La condition est de L’entendre frapper, de Lui ouvrir la porte, et de L’accueillir. Alors seulement, Il viendra, et soupera avec nous, car Il rompt encore le pain de Vie, et nos coeurs brûlent, alors qu’Il parle. C’est aux croyants qu’Il adresse ce message, non aux pécheurs. Il est hors de l’Eglise, demandant qu’on Lui ouvre, et qu’on Le laisse entrer.

    Oh, certainement, les activités religieuses sont nombreuses, et beaucoup de choses sont dites de Lui dans les cantiques et dans les prédications. Mais en réalité, Il est hors de l’Eglise, rejeté et incompris par la majorité, parce qu’Il Se révèle Lui-même comme le Fils de l’homme, le Prophète, faisant en sorte qu’arrive la Parole qu’Il a promise. Il nous a été dit: “Ecoutez-le!”. Ecoutez, habitants de la terre, parce que le Seigneur parle: “Que celui qui a des oreilles, écoute ce que l’Esprit dit aux Eglises”.

    Ceux qui crucifièrent le Seigneur de gloire étaient les personnes les plus religieuses de la terre, et c’est à eux qu’appartenaient les promesses et l’alliance de Dieu. Ils pensaient être très près de Dieu et de Sa Parole.

    Jésus-Christ est crucifié maintenant à nouveau, et Il est exposé à l’ignominie par ceux mêmes qui prétendent croire en Lui et dans l’alliance qu’Il a promise, mais qui Le comprennent mal dans Son ministère de Fils de l’homme. Cependant, le Seigneur a donné cette parole de consolation: “Mes brebis entendent ma voix…” (Jean 10.27).

    Israël sortit de l’Egypte selon la promesse que Dieu avait faite. Cependant, parce qu’ils n’obéirent pas à la voix de Dieu, et ne prirent pas à coeur les choses qu’Il disait, il ne leur fut pas permis d’entrer dans le pays de la promesse. “Du ciel, il t’a fait entendre sa voix pour t’instruire; et, sur la terre, il t’a fait voir son grand feu, et tu as entendu ses paroles du milieu du feu. … Sache donc en ce jour, et retiens dans ton coeur que l’Eternel est Dieu, en haut dans le ciel et en bas sur la terre, et qu’il n’y en a point d’autre” (Deut. 4.36,39).

    Pour nous, les paroles de mise en garde qui nous sont adressées se trouvent dans Hébreux 12.25: “Gardez-vous de refuser d’entendre celui qui parle; car si ceux-là n’ont pas échappé qui refusèrent d’entendre celui qui publiait des oracles sur la terre, combien moins échapperons-nous, si nous nous détournons de celui qui parle du haut des cieux…”. Dans ce passage, il n’est rien dit au sujet de ceux qui Le refusent comme celui qui sauve et qui guérit, mais bien de ceux qui refusent de L’écouter, Celui qui parle, le Prophète, le Fils de l’homme. Si le Seigneur Dieu parle et que Son peuple n’écoute pas Sa voix, c’est une chose très grave. “Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos coeurs, comme lors de la révolte” (Héb. 3.15). Nous devons entendre “Sa voix” aujourd’hui, le jour dans lequel nous vivons. Car c’est là notre “aujourd’hui”.

[RETOUR Table des matières]

LE MYSTERE DE CHRIST ET DE SON EGLISE

    Jésus-Christ S’est offert Lui-même pour être, une fois pour toutes, le parfait sacrifice sur la croix du Calvaire, pour les péchés de l’humanité déchue. Le plus grand triomphe de tous les âges a été le Sien, lorsqu’Il emmena captive la captivité, et brisa toutes les chaînes de la prison, en faveur de ceux qu’Il avait rachetés. Puis Il monta dans les lieux célestes et revint sous la forme du Saint-Esprit pour demeurer dans les Siens et Se manifester au milieu d’eux tout au long des âges, Jusqu’à ce qu’Il revienne pour Son Epouse immaculée, laquelle est revêtue de la robe de Sa justice.

    Quelle belle image de Christ et de Son Eglise dans la prophétie nous est dépeinte dans le livre de l’Apocalypse. Jean Le vit marchant au milieu des sept chandeliers d’or, comme le Fils de l’homme.

    “Je me retournai pour connaître quelle était la voix qui me parlait. Et, après m’être retourné, je vis sept chandeliers d’or, et, au milieu des sept chandeliers, quelqu’un qui ressemblait à un fils d’homme, vêtu d’une longue robe, et ayant une ceinture d’or sur la poitrine. Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige; ses yeux étaient comme une flamme de feu; ses pieds étaient semblables à de l’airain ardent, comme s’il eût été embrasé dans une fournaise; et sa voix était comme le bruit de grandes eaux. Il avait dans sa main droite sept étoiles. De sa bouche sortait une épée aiguë, à deux tranchants; et son visage était comme le soleil lorsqu’il brille dans sa force.

    Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa sur moi sa main droite, en disant: Ne crains point! Je suis le premier et le dernier, et le vivant. J’étais mort; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clefs de la mort et du séjour des morts. Ecris donc les choses que tu as vues, et celles qui sont, et celles qui doivent arriver après elles, le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite, et des sept chandeliers d’or. Les sept étoiles sont les anges des sept Eglises, et les sept chandeliers sont les sept Eglises” (Apoc. 1.12-20).

    Dans cette image prophétique, le Seigneur Jésus-Christ est présenté dans Son glorieux état, marchant et parlant au milieu de Son Eglise. La ceinture d’or sur Sa poitrine Le représente comme étant Le Juge. “Car c’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu” (1 Pier. 4.17).

    Jean ne Le vit pas comme le Fils de Dieu, sauvant les perdus et guérissant les malades; il ne Le vit pas plaçant les différents ministères au milieu de Son Eglise. Il ne parla pas des dons spirituels, des douze apôtres, ou des soixante-dix disciples, mais il vit le Seigneur Jésus-Christ comme le Fils de l’homme, tenant les sept étoiles dans Sa main droite. Sa Parole “… est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur” (Héb. 4.12). “Celui qui est de Dieu écoute les paroles de Dieu” (Jean 8.47). “Celui qui me rejette et qui ne reçoit pas mes paroles a son juge; la parole que j’ai annoncée, c’est elle qui le jugera au dernier jour” (Jean 12.48).

    Le Seigneur Jésus-Christ Se présente Lui-même aux sept Eglises comme le Tout-suffisant, “… le premier et le dernier, l’Alpha et l’Oméga, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout-Puissant” (Apoc. 1.8). C’est Sa révélation finale à Son Eglise. Il a été décrit dans Ses divers attributs et aspects se rapportant au plan de rédemption. Ici, Il est dévoilé dans Sa complète Divinité.

    Dans l’Ancien Testament, il était déjà parlé du chandelier, lequel représente l’Eglise. Le prophète Zacharie vit le chandelier à sept lampes, et il rendit ce témoignage: “… Je regarde, et voici, il y a un chandelier tout d’or, surmonté d’un vase et portant sept lampes, avec sept conduits pour les lampes qui sont au sommet du chandelier…” (Zach. 4.2). L’huile du vase était amenée dans les sept lampes par sept conduits. Le même Dieu, le même Saint-Esprit, descendit dans chacun des sept âges de l’Eglise pour donner la véritable révélation à l’Eglise vivante.

    Alors que le prophète Moïse était sur la montagne, le Dieu Tout-Puissant lui montra le modèle du Tabernacle, et lui donna des instructions détaillées sur la manière de le bâtir (Héb. 8.5). Ce Tabernacle devait être la demeure du Dieu d’Israël, lorsqu’Il rétablit Sa communion avec le peuple de l’alliance, et c’est la qu’Il reçut leur adoration et les offrandes qu’ils présentaient sur l’autel.

    Le Tabernacle se divisait en deux parties, le saint des saints, et le lieu saint où se trouvait le chandelier d’or à sept branches et la table des pains de proposition (Héb. 9.2). Moïse avait reçu des instructions pour le faire: “Tu feras un chandelier d’or pur; ce chandelier sera fait d’or battu; son pied, sa tige, ses calices, ses pommes et ses fleurs seront d’une même pièce” (Ex. 25.31). Ceci nous parle de la floraison de l’Eglise. Le chandelier était entièrement fait d’un seul morceau d’or. Aucun métal n’y était ajouté ou enlevé. Quelle merveilleuse image de l’Epouse du Seigneur Jésus-Christ! Elle est une avec Lui, et Elle est faite du même matériel, lavée dans Son Sang, née de nouveau et scellée par Son Esprit.

    Le chandelier à sept branches ne portait pas des bougies, comme cela se fait de nos jours. Mais il portait des lampes remplies d’huile, lesquelles étaient allumées et arrangées journellement par les sacrificateurs qui veillaient à ce qu’elles brûlent constamment (Ex. 27.20,21). Elles illuminaient le lieu saint pour celui qui venait prendre part à la table du Seigneur. Les lampes n’étaient pas elles-mêmes la lumière, mais elles manifestaient et transmettaient la lumière qu’elles recevaient du récipient contenant l’huile. Ces sept lampes sur le chandelier d’or représentent l’Eglise du Seigneur Jésus-Christ dans la prophétie, pendant chacun des sept âges.

    A l’opposé du chandelier d’or, il y avait la table des pains de proposition, sur laquelle se trouvaient les pains sans levain (Lév. 24.5,6). C’était une image prophétique de Christ, le Pain de Vie pour tout croyant. Ces pains étaient mangés par les sacrificateurs; et nous, en tant que sacrificature royale du Nouveau Testament, nous devons avoir part au Seigneur Jésus-Christ, la Parole Vivante, car Il dit: “Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif” (Jean 6.35).

    L’autel des parfums était placé devant le voile, et les parfums y étaient brûlés tous les matins et tous les soirs, lorsque les lampes étaient préparées et allumées. Une fois par année, le Souverain Sacrificateur faisait l’expiation sur l’autel avec le sang de la victime expiatoire (Ex. 30.6-10).

    Vous pouvez demander: “Qu’est-ce que tout cela peut bien avoir à faire avec nous?”. Il nous est dit: “… marchez dans la charité, à l’exemple de Christ, qui nous a aimés, et qui s’est livré lui-même à Dieu pour nous comme une offrande et un sacrifice de bonne odeur” (Eph. 5.2). Nous, en tant que croyants du Nouveau Testament, nous apportons nos prières devant le Dieu Tout-Puissant comme un parfum de bonne odeur. “Que ma prière soit devant ta face comme l’encens, et l’élévation de mes mains comme l’offrande du soir!” (Ps. 141.2). “Nous sommes en effet pour Dieu la bonne odeur de Christ…” (2 Cor. 2.15).

    Il est question de l’autel des parfums dans Apocalypse 8.3: “Et un autre ange vint, et il se tint sur l’autel, ayant un encensoir d’or; on lui donna beaucoup de parfums, afin qu’il les offrît, avec les prières de tous les saints, sur l’autel d’or qui est devant le trône. La fumée des parfums monta, avec les prières des saints, de la main de l’ange devant Dieu”. Il n’est pas question ici de la prière de ceux qui prétendent croire, mais des prières des saints, de ceux qui ont été sanctifiés par la Parole et l’Esprit de vérité. “Quand il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l’agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d’or remplies de parfums, qui sont les prières des saints” (Apoc. 5.8). Toutes les prières de ceux qui reconnaissent la Parole promise dans l’alliance faite par Dieu montent jusqu’au trône du Tout-Puissant comme un parfum de bonne odeur. Les prières de ceux qui croient véritablement le message apporté par le messager-étoile, l’ange terrestre pour cet âge de l’Eglise, sont portées au trône de Dieu par les anges célestes. La Parole révélée dans chaque âge part du trône de Dieu, et les prières de Ses saints, qui ont reçu cette Parole, retournent au trône. “Ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche: Elle ne retourne point à moi sans effet, sans avoir exécuté ma volonté et accompli mes desseins” (Es. 55.11).

    “Les sacrificateurs qui font le service entrent en tout temps dans la première partie du tabernacle” (Héb. 9.6). Mais, avant qu’ils pussent servir devant le Seigneur, ils devaient être consacrés et sanctifiés, car tous les objets et les vases étaient saints, parce qu’ils avaient été oints et sanctifiés pour le service du Seigneur: “… tout ce qui les touchera sera sanctifié” (Ex. 30.29).

    Les sacrificateurs étaient donc conduits à la tente d’assignation et “… ils se laveront les mains et les pieds afin qu’ils ne meurent point” (Ex. 30.21). Après être lavés, ils devaient être revêtus des saints vêtements spécialement confectionnés pour eux, conformément aux instructions exactes que le Seigneur avait données. C’est alors qu’ils étaient oints.

    Quelle belle image de l’Epouse du Seigneur Jésus-Christ! Elle est rachetée par Son Saint Sang; Il l’a sanctifiée et lavée par le lavage d’eau de la Parole, “… afin de faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible” (Eph. 5.27). Cette Eglise peut dire: “Je me réjouirai en l’Eternel, mon âme sera ravie d’allégresse en mon Dieu; car il m’a revêtu des vêtements du salut, il m’a couvert du manteau de la délivrance, comme le fiancé s’orne d’un diadème, comme la fiancée se pare de ses joyaux” (Es. 61.10). Elle est ointe et scellée par le Saint-Esprit (2 Cor. 1.22). L’Eglise de Jésus-Christ est “… une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte…” (1 Pier. 2.9). “A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles! Amen!” (Apoc. 1.5,6).

    Le saint des saints était séparé du lieu saint par le voile. “Et, après le second voile, un tabernacle qui est appelé saint des saints, ayant l’encensoir d’or, et l’arche de l’alliance entièrement couverte d’or tout autour, dans laquelle était la cruche d’or qui renfermait la manne, et la verge d’Aaron qui avait bourgeonné, et les tables de l’alliance; et, au-dessus de l’arche, des chérubins de gloire ombrageant le propitiatoire…” (Héb. 9.3-5).

    Lorsque Jésus-Christ, le parfait Agneau sacrifié, mourut au Calvaire, Son Sang expia nos péchés. Lorsque le souverain sacrificateur offrait les sacrifices des animaux, le voile ne s’est jamais déchiré en deux, mais, lorsque le Fils de Dieu donna Sa vie pour les péchés du peuple, “… voici, le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas…” (Mat. 27.51). Le chemin était ouvert pour aller jusqu’au trône de la grâce, dans le saint des saints.

    La loi avait été accomplie, et la grâce l’avait remplacée. Le fait même que le voile se déchira en deux depuis le haut jusqu’en bas, montrait que c’est Dieu Lui-même qui déchira le voile, lequel séparait l’assemblée de la sainte présence du Tout-Puissant.

    L’adorateur de l’Ancien Testament ne pouvait pas entrer au-delà du voile, et vivre; tandis que maintenant, si nous ne suivons pas dans le lieu très saint notre Souverain Sacrificateur, notre puissant Roi qui a anéanti les forces de l’ennemi, et qui a placé Son propre Sang sur le propitiatoire, nous demeurons morts dans nos péchés et nos offenses. Christ n’est pas notre Souverain Sacrificateur selon l’ordre d’Aaron, mais selon l’ordre de Melchisédec, le Roi de Salem, le Roi de paix, le Seigneur de gloire (Héb. 7). Il est le Souverain Sacrificateur de notre confession, Lequel peut être touché de compassion pour nos faiblesses (Héb. 4.15).

    Les dimensions du lieu très saint étaient égales en longueur, en largeur et en hauteur, et cela nous parle de perfection. Cette description est identique à celle qui nous est donnée de la nouvelle Jérusalem, la demeure future de l’Epouse de Christ. “Viens, je te montrerai l’épouse, la femme de l’agneau. Et il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne. Et il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel d’auprès de Dieu … La ville avait la forme d’un carré, et sa longueur était égale à sa largeur … La longueur, la largeur et la hauteur en étaient égales” (Apoc. 21.9,10,16). Quelle magnifique résidence l’Epoux a préparée pour Son Epouse! Si Celle-ci a pénétré dans le Saint des saints, ici sur cette terre, Elle vivra avec Lui pour toujours dans la Nouvelle Jérusalem.

    L’arche de l’alliance et le propitiatoire étaient dans le saint des saints. Les deux chérubins avaient leurs faces tournées vers le propitiatoire. Ils étaient tirés de la même masse d’or que le propitiatoire (Ex. 37.1-9). La Parole était gardée dans l’arche de l’alliance. Le Seigneur regardait Sa Parole, qui est toujours devant Lui, et Il veille à ce qu’Elle soit exécutée (Jér. 1.12). Dieu avait fait une alliance dans l’Ancien Testament, et Il en fit aussi une dans le Nouveau. “Et il leur dit: Ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs” (Marc 14.24).

    Dans l’arche de l’alliance, il y avait aussi un vase d’or contenant la manne, et cela signifiait que là où se trouve la Parole, la nourriture fraîche se trouve aussi en sa saison. Dans chaque âge de l’Eglise, les vainqueurs se sont nourris de la manne cachée, qui est la Parole révélée. La manne que les enfants d’Israël recevaient chaque jour se corrompait le jour suivant, mais la manne conservée dans l’arche de l’alliance, dans la présence de Dieu, ne se gâtait jamais. Pareillement, nous ne devons pas prendre les restes de nourriture d’un âge de l’église pour les introduire dans l’âge suivant. Il y a une Parole promise pour chaque âge, et la nourriture fraîche vient d’En-Haut pour ceux qui accomplissent la Sainte Sacrificature en Christ.

    La verge d’Aaron, qui avait bourgeonné, était aussi conservée dans l’arche de l’alliance. Dieu Lui-même avait ordonné Aaron pour être sacrificateur, ainsi que ses fils, et Il rendit témoignage d’une manière surnaturelle en faisant fleurir et porter du fruit à une verge sèche, en l’espace d’une seule nuit. De même, l’Eglise du Dieu Vivant a été établie pour être une sacrificature florissante, portant les fruits du Saint-Esprit. Le Seigneur a pris les os desséchés pour en faire un corps vivant, revêtu des attributs de Jésus-Christ.

    Dans l’Ancien Testament, où que fût transportée l’arche de l’alliance, les gens étaient bénis abondamment. “David et toute la maison d’Israël firent monter l’arche de l’Eternel avec des cris de joie et au son des trompettes” (2 Sam. 6.15).

    Dans le Nouveau Testament, Jean vit aussi l’arche de l’alliance. “Et le temple de Dieu dans le ciel fut ouvert, et l’arche de son alliance apparut dans son temple. Et il y eut des éclairs, des voix, des tonnerres, un tremblement de terre, et une forte grêle” (Apoc. 11.19). Il y a de grandes réjouissances dans le camp des rachetés, lorsque la Parole de l’alliance du Dieu Tout-Puissant revient vers les Siens, dans ces derniers jours.

    Lorsque toutes choses furent faites en accord avec la Parole, la nuée descendit sur la tente d’assignation, et la Gloire du Seigneur remplit le tabernacle; c’est Elle qui conduisit les enfants d’Israël pendant leur voyage vers le pays promis. Le Seigneur agit de la même manière avec Son Epouse, avec ceux qui se conforment à Sa Parole, jusqu’à ce qu’Elle entre par les portes de perles de la Sainte Cité.

    Le chandelier d’or à sept branches représente l’Eglise du Dieu Vivant dans la prophétie, car Elle est la demeure du Très-Haut. Les sept lampes nous parlent de l’illumination qu’apporte la Parole promise par Dieu à l’intérieur des sept différents âges de l’Eglise du Nouveau Testament. La table des pains de proposition est une image prophétique de Christ, le Pain de Vie.

    L’autel des parfums indique que, dans la prophétie, les vainqueurs, ceux qui ont reçu la Parole révélée pour leur temps, apportent leurs prières devant le trône de Dieu, et que celles-ci se répandent comme une bonne odeur dans Sa sainte présence. Les saints de tous les âges de l’Eglise ont vaincu à cause du Sang de l’Agneau, et à cause de la parole de leur témoignage, et parce qu’ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort (Apoc. 12.11).

    Le premier âge de l’Eglise est symbolisé par la première lampe; c’est avec le feu venant de l’autel que Dieu l’alluma Lui-même le jour de Pentecôte. Chaque lampe des âges suivants reçut sa lumière de la lampe précédente, et par la même flamme du feu divin; et toutes mirent en lumière la Parole promise. Dans chaque période, il y eut des personnes qui reçurent la lumière de l’heure, et d’autres qui la rejetèrent.

    Un message envoyé par Dieu nous ramènera toujours à la Parole, et le Saint-Esprit nous conduira à la repentance. Si nous ne nous repentons pas et ne nous soumettons pas à la Parole de Dieu, le Seigneur ôtera le chandelier de sa place, et nous serons laissés dans les ténèbres spirituelles (Apoc. 2.5). La lumière qui éclaire l’assemblée ne brille qu’aussi longtemps que la lampe brûle. Quiconque s’oppose à la lumière sera aveuglé par elle, mais ceux qui marchent dans la lumière, “… comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. … Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons, et nous ne pratiquons pas la vérité” (1 Jean 1.6,7). Suivre Christ signifie que nous Le suivons dans la révélation même qu’Il a donnée. Il dit: “Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie” (Jean 8.12).

    L’Ecriture dit de ceux qui ont vu l’accomplissement de la prophétie concernant la première venue de Christ: “Le peuple qui marchait dans les ténèbres voit une grande lumière; sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre de la mort, une lumière resplendit” (Es. 9.1). Et c’est à nous qui vivons au temps de Sa seconde venue, que l’apôtre Paul a été inspiré d’écrire ceci: “Mais vous, frères, vous n’êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour vous surprenne comme un voleur” (1 Thess. 5.4).

    Au temps de Moïse, toute l’Egypte se trouvait dans de profondes ténèbres, mais les enfants d’Israël avaient de la lumière dans leurs demeures (Ex. 10.23). Ils avaient reçu la Parole promise pour leur temps, et ils avaient accepté Moïse, le prophète envoyé par Dieu; c’est pourquoi ils avaient part à ce que Dieu faisait dans ces jours-là. La même chose se répète maintenant. Voici, les ténèbres couvrent la terre, et l’obscurité les peuples, mais là où habitent les saints, se trouve l’éclatante lumière de la Parole révélée, selon la promesse faite pour cette heure.

    “Et je vis, au milieu du trône et des quatre êtres vivants, et au milieu des vieillards, un Agneau qui était là comme immolé. Il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept Esprits de Dieu envoyés par toute la terre” (Apoc. 5.6).

    Nous voyons ici l’Agneau avec les sept Esprits, les sept yeux, qui parle aux sept anges-messagers, auxquels il est accordé de voir, par révélation divine, la Parole promise pour leur âge. Le ministère prophétique, dans l’Eglise, est comparable aux yeux dans un corps, lequel est formé de plusieurs membres. “Car l’Eternel a répandu sur vous un esprit d’assoupissement; il a fermé vos yeux (les prophètes), il a voilé vos têtes (les voyants). Toute la révélation est pour vous comme les mots d’un livre cacheté que l’on donne à un homme qui sait lire, en disant: Lis donc cela! Et qui répond: Je ne le puis, car il est cacheté” (Es. 29.10,11).

    Voici un langage clair. Si les yeux du Corps de Christ ne sont pas en état de voir, tout le Corps est dans les ténèbres. Mais, que Dieu soit béni, Il a donné une vision bien claire, par Sa Parole révélée.

    Beaucoup ont essayé de lire le dernier livre de la Bible, mais ils n’étaient pas en mesure de comprendre son contenu, parce qu’il était scellé. Maintenant, par la providence du Dieu Tout-Puissant, Il a fait connaître toutes ces choses cachées. Il a plu au Seigneur de divulguer les mystères cachés au travers des âges, par le moyen du ministère du prophète envoyé de Dieu pour ce dernier âge de l’Eglise. Ces choses sont encore cachées aux yeux des sages et des intelligents, mais elles sont révélées aux enfants, à ceux qui veulent apprendre.

    Pour acquérir une vue d’ensemble de Christ et de Son Eglise dans la prophétie, nous devons considérer l’Ecriture dans Sa continuité. Nous devons voir comment un sujet est imbriqué dans l’autre, jusqu’à ce que le plan entier de la rédemption se déploie devant nous.

    Les sacrificateurs de l’Ancien Testament reconnaissaient les ordonnances, et ils y obéissaient. Ils comprenaient que le chemin de la propitiation, du pardon de leurs péchés, était accompli par l’expiation. Par leur obéissance aux ordonnances, ils montraient leur fidélité envers Dieu.

    Les sacrificateurs royaux du Nouveau Testament manifestent aussi leur fidélité et leur obéissance envers Dieu en observant les ordonnances du Nouveau Testament. Nous sommes rachetés par le Sang de l’Agneau. Nos péchés sont pardonnés. Dans l’Ancien Testament, le peuple élu de Dieu observait la Pâque, et dans le Nouveau, nous partageons le Repas du Seigneur, en commémoration de la mort de Christ, jusqu’à ce qu’Il revienne.

    Dans l’Ancien Testament, ils avaient été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer (1 Cor. 10.2). Dans le Nouveau Testament, les croyants sont baptisés dans l’eau au Nom du Seigneur Jésus-Christ, après qu’ils se soient repentis de leurs péchés (Actes 2.38), et ils reçoivent le baptême du Saint-Esprit conformément à la promesse (Actes 2.39).

Dans l’Ancien Testament, les sacrificateurs devaient laver leurs mains et leurs pieds avant d’entrer dans le sanctuaire. Dans le Nouveau Testament, Jésus-Christ Lui-même lava les pieds de Ses disciples, et Il leur dit: “Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres; car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait” (Jean 13.5-17).

    Les sacrificateurs revêtaient un vêtement spécial, et de même, l’Epouse de Christ est revêtue d’un vêtement de noce. “… et il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin, éclatant, pur. — Car le fin lin, ce sont les oeuvres justes des saints” (Apoc. 19.8). Notre justice ne vient pas de nous. C’est Lui qui nous a lavés; c’est Lui qui nous a revêtus; c’est Lui qui nous a oints. L’Epouse de Christ est ointe de Son Esprit. “En lui, vous aussi, après avoir entendu la parole de vérité, l’Evangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis,…” (Eph. 1.13).

    Le Saint-Esprit promis accompagne toujours la Parole promise, et scelle dans le Corps de Christ ceux qui croient cette Parole. Il y a une immense différence entre une personne qui est ointe, et une personne qui est scellée. Beaucoup de personnes sont ointes par le Saint-Esprit, et elles font de grandes choses; cependant, le Seigneur leur déclarera: “Je ne vous ai jamais connus…”. Cela, parce qu’elles n’auront pas reçu la Parole de vérité, la Parole de la promesse, et que, par conséquent, elles ne peuvent pas être scellées par l’Esprit de Vérité. Ces personnes acceptent les bénédictions du Saint-Esprit, mais rejettent la Parole révélée par ce même Saint-Esprit.

    Beaucoup parlent d’un ministère spécial, et ils citent en exemple leur propre réalisation. Cependant, le temps est venu où toutes choses doivent être éprouvées par la Parole. Un chrétien fidèle ne se satisfait pas d’un simple compte-rendu d’une réunion de réveil; il désire entendre la Parole de Dieu, afin que Celle-ci pénètre profondément dans son coeur, et lui fasse porter des fruits spirituels. Dans son esprit, il y a un profond désir des réalités qui viennent du Seigneur.

    Beaucoup prêchent la seconde venue de Christ, et cependant, ils sont frappés d’aveuglement comme le furent les Juifs lors de Sa première venue. La similitude est saisissante. Alors que Dieu est sur le point de tourner à nouveau Sa face vers les Juifs, pour exercer Sa faveur à leur égard, et que la dispensation des nations s’estompe de plus en plus, en fait, les chrétiens rejettent le Seigneur de gloire, et ils Le crucifient à nouveau. Certainement qu’ils parlent de Lui comme étant toujours leur Sauveur et leur Médecin, le Fils de Dieu, ou le Fils de David, mais ils Le rejettent dans Son ministère prophétique de Fils de l’homme, alors qu’Il marche et fait entendre Sa voix au milieu des sept chandeliers d’or. Cependant, Dieu a gardé un petit reste de croyants qui reconnaissent la Parole promise pour leur temps. Ils voient Christ et Son Eglise dans la prophétie.

    Que Dieu puisse accorder à chacun de comprendre la signification du chandelier d’or à sept branches, illuminé, lequel représente la même Eglise dans ses sept périodes, et que chacun puisse identifier les messagers, comme étant les étoiles dans la main droite du Seigneur. C’est là la gloire du Seigneur, la même Colonne de feu qui était avec les enfants d’Israël, et qui plane également sur Son Eglise.

[RETOUR Table des matières]

LES DIFFERENTS AGES

    Dans le temps où Jean vit Christ et Son Eglise dans la prophétie, il existait beaucoup d’assemblées locales, auxquelles Paul avait adressé ses épîtres. Cependant, le Saint-Esprit choisit ces sept Eglises d’Asie Mineure à cause de leurs caractéristiques spécifiques, car elles étaient un type des sept âges à venir. Aucune Eglise des Juifs, même pas celle de Jérusalem, ne fut mentionnée. Parce que ces messages avaient une signification prophétique, et qu’ils traitaient entièrement de la dispensation des nations.

    La Bible nous dit que, lorsque Jésus-Christ est vu marchant au milieu de Son Eglise, les sept étoiles sont dans Sa main droite. Il est la Divinité suprême, exaltée et aimée des Siens, et lorsqu’Il envoie Ses messagers-étoiles, ceux-ci parlent avec autorité. Ils se trouvent dans la main droite de leur Maître, et ils sont ainsi complètement sous Son autorité. Ils ne se trouvent pas dans les mains d’une dénomination; ils protestent contre la religion organisée.

    Bien que les différentes périodes aient été identifiées par des historiens remarquables, il a fallu le ministère prophétique de William Branham pour identifier les sept anges-messagers qui étaient les sept étoiles dans la main droite du Seigneur, et qui apportaient le message à leur âge.

    Le Seigneur S’adressait à deux groupes à l’intérieur de l’Eglise: l’un était charnel, l’autre était spirituel. Il prononçait des paroles de louanges, ainsi que des réprimandes. Ses messages s’adressaient à l’ange de chaque âge, et Il Se présentait Lui-même sous l’un de Ses titres divins.

    En accord avec l’histoire et la révélation divine, les âges de l’Eglise et les messagers de chaque âge sont les suivants:

EGLISE D’EPHESE

    “Voici ce que dit celui qui tient les sept étoiles dans sa main droite, celui qui marche au milieu des sept chandeliers d’or: …” (Apoc. 2.1-7).

    Le mot Ephèse signifie: laisser échapper, se relâcher. Le Seigneur reproche à ce premier âge de l’Eglise d’avoir abandonné son premier amour. Les croyants commençaient à abandonner l’expérience originale de la Pentecôte, permettant à l’esprit Nicolaïte de se glisser furtivement dans l’Eglise. Les hommes commençaient à créer un clergé, lequel s’attribuait l’autorité sur les laïcs. Le Seigneur louait les élus de cet âge, parce qu’ils haïssaient les oeuvres des Nicolaïtes qui aspiraient à avoir un rang dans l’Eglise et à gouverner. Les croyants qui demeuraient fermes dans l’enseignement original pouvaient aisément détecter les faux apôtres, car leur enseignement ne coïncidait pas avec la doctrine fondamentale de la Bible.

    Ceci s’applique encore aujourd’hui. Toute doctrine qui ne s’accorde pas parfaitement avec l’enseignement des apôtres et des prophètes est fausse. Paul était si sûr de l’infaillibilité de son enseignement qu’il fut inspiré à prononcer une malédiction sur quiconque aurait l’audace de prêcher un autre évangile (Gal. 1). La Parole de Dieu qui a été prononcée à l’origine est la Vérité, et toute interprétation de Celle-ci est une erreur et un mensonge du diable. Au commencement était la Parole, la Semence originale. Mais alors, cependant, l’ennemi vint dans le jardin d’Eden questionner subtilement Eve, et il commença à tordre le sens de la Sainte Parole de Dieu et à l’interpréter à sa manière. Et ces Nicolaïtes tombèrent dans le même piège qu’Eve.

    Il y a une grande différence entre prêcher la Parole-Semence originale, et l’interpréter. L’une apporte la Vie spirituelle, l’autre apporte la mort spirituelle. L’ennemi ne nie pas toujours la Parole de Dieu; il vint même au Seigneur Jésus avec la Parole. Satan fait un mauvais usage de la Sainte Parole de Dieu; il L’interprète faussement et La place mal à propos.

    Les vainqueurs font comme Jésus, ils demeurent avec la Parole originale, et c’est par la parole de leur témoignage qu’ils sont victorieux de l’adversaire. La promesse, faite dans le premier âge aux vainqueurs, était qu’ils auraient part à l’Arbre de Vie, Lequel Se trouve au milieu du paradis de Dieu. C’est parce qu’Eve avait écouté l’interprétation du serpent qu’elle et Adam furent chassés du paradis, et qu’ils furent séparés de l’Arbre de Vie. Mais, par Christ, les vainqueurs sont ramenés à l’Arbre de Vie, et dans le paradis de Dieu.

    “Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises!”.

    L’Age de l’Eglise d’Ephèse dura jusqu’en l’an 170. D’après la révélation divine, l’apôtre Paul était le messager-étoile dans la main droite du Seigneur pour cet âge.

EGLISE DE SMYRNE

    “Voici ce que dit le premier et le dernier, celui qui était mort, et qui est revenu à la vie…”.

    La signification du mot Smyrne donne l’idée de l’amertume. Ce mot est dérivé de myrrhe, laquelle est un baume associé à la mort. Ceux qui ont cru les interprétations venant de l’ennemi, lesquelles sont connues comme étant les oeuvres des Nicolaïtes, meurent spirituellement. Dans le temps de cette Eglise, ils établirent une sacrificature, laquelle gouvernait les laïques; celle-ci fut établie sans tenir compte du fait qu’il est dit à l’égard de toute l’Eglise du Nouveau Testament qu’Elle est une Sainte Sacrificature. Toutes les dénominations ont été faites sur le modèle de la première organisation religieuse, et elles sont toutes animées du même esprit. L’apparence des formes extérieures ne peut changer ce fait. La première organisation est, selon la Parole de Dieu, la mère, et toutes celles qui ont suivi sont ses filles (Apoc. 17).

    Les élus de Dieu ne s’inclinèrent pas devant les fausses doctrines et, par conséquent, ils eurent à endurer de terribles persécutions. L’exhortation qui leur fut faite était qu’ils demeurent fidèles jusqu’à la mort; alors, ils recevraient la couronne de vie, et la seconde mort n’aurait aucun pouvoir sur eux.

    “Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises!”.

    Cet âge de l’Eglise dura jusqu’en l’an 312. Beaucoup d’hommes exercèrent leur ministère durant cette période, mais, selon la révélation divine, Irénée fut celui que Dieu avait choisi pour être le messager-étoile dans la main droite du Seigneur. Il demeura fermement fondé sur la doctrine des apôtres, et il prêcha le Plein Evangile. Son ministère fut confirmé par le Dieu Tout-Puissant au moyen des signes qui l’accompagnaient.

EGLISE DE PERGAME

    “Voici ce que dit celui qui a l’épée aiguë, à deux tranchants…” (Apoc. 2.12-17).

    Durant cet âge, le groupe Nicolaïte devint une église établie, et celle-ci s’unit à l’état. C’est là que la doctrine de Balaam s’introduisit. Balaam avait invité les enfants d’Israël à célébrer une grande fête avec les Moabites, et c’est ce qui causa la chute d’Israël. De la même manière, Constantin arrangea un concile à Nicée, et il y invita les deux groupes. Israël était tombé ans le piège préparé par Balaam, bien que ce peuple eut été témoin du ministère confirmé par Dieu du prophète Moïse. Ce péché ne lui fut jamais pardonné.

    Durant cet âge de l’Eglise, l’église apostate s’unit à l’état, le paganisme s’unit au christianisme. Le programme entier était arrangé de manière tellement subtile, que les chrétiens charnels s’y laissèrent prendre.

    Même pendant ce temps, il y eut de vaillants hommes de Dieu, qui tinrent fermement à la Vérité. Ils fortifièrent les élus, lesquels ne firent de compromis ni avec l’état, ni avec l’église apostate.

    La promesse pour les vainqueurs était qu’ils recevraient la manne cachée et une pierre blanche, sur laquelle était écrit un nom nouveau, que seul pourrait connaître celui qui la recevrait.

    “Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises!”.

    Cet âge de l’église dura jusqu’en l’an 606. Selon la révélation divine, Saint-Martin fut le messager-étoile dans la main droite du Seigneur. De tous les grands hommes qui proclamèrent l’Evangile en ce temps-là, il était celui qui se tenait le plus près de l’enseignement apostolique. Son puissant ministère était accompagné par les signes scripturaires.

EGLISE DE THYATIRE

    “Voici ce que dit le Fils de Dieu, celui qui a les yeux comme une flamme de feu, et dont les pieds sont semblables à de l’airain ardent…” (Apoc. 2.18-29).

    Ce qui avait commencé dans le début de l’Eglise d’Ephèse, et qui était connu comme étant les oeuvres des Nicolaïtes, est devenu dans cet âge l’église papale, laquelle dominait dans cette période. L’Eglise fut alors poussée avec violence dans l’âge des ténèbres. Il semblait qu’il n’y avait presque plus de trace de christianisme authentique en elle, ni d’enseignement réellement biblique, mais Dieu avait un reste qui était conduit par le Saint-Esprit, selon Sa Parole.

    Ce faux système est comparé par le Seigneur à celui de Jézabel, qui avait introduit l’idolâtrie en Israël. Ces gens essayèrent de séduire les serviteurs de Dieu, pour qu’ils commettent la fornication spirituelle. Mais les élus de Dieu ne se prosternèrent point devant ces systèmes fabriqués par les hommes. Même pendant ce temps de ténèbres et de persécutions, la lumière de la Parole de Dieu brilla sur le sentier de Ses enfants, et ils ne furent pas séduits. La promesse faite aux vainqueurs était qu’ils recevraient autorité sur les nations, et qu’ils les paîtraient avec une verge de fer. “… Et je lui donnerai l’étoile du matin”.

    “Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglise!”

    Cet âge dura jusqu’en l’an 1520. Selon la révélation divine, Colomban fut le messager-étoile dans la main droite du Seigneur. Son ministère était fondé sur la Parole originale de Dieu, et confirmé par le Tout-Puissant.

EGLISE DE SARDES

    “Voici ce que dit celui qui a les sept esprits de Dieu et les sept étoiles…” (Apoc. 3.1-6).

    Cet âge nous amène au temps de la réformation, au cours de laquelle un rayon de lumière jaillit après la longue période de l’âge des ténèbres. Dieu, dans Sa grâce infinie, commença quelque chose de nouveau en ramenant Sa Parole vivante où régnait la torpeur spirituelle. La lumière allumée dans cet âge augmenta graduellement jusqu’à ce que la pleine révélation de Jésus-Christ soit apportée aux croyants dans ces derniers jours.

    Le Seigneur dit: “Je connais tes oeuvres. Je sais que tu passes pour être vivant, et tu es mort”. Cette église employait les titres de la même manière que le faisait l’église Romaine. Elle n’avait pas reconnu que le Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit était celui de Seigneur Jésus-Christ.

    Ceux qui crurent le message envoyé par Dieu pour ce temps-là ne souillèrent point leurs vêtements. La promesse que reçurent les élus de cet âge, fut: “Celui qui vaincra sera revêtu ainsi de vêtements blancs; je n’effacerai point son nom du livre de vie…”.

    “Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises!”.

    Cet âge de l’Eglise dura jusqu’en l’an 1750. Durant ce temps, il y eut plusieurs vaillants hommes, lesquels eurent part à l’oeuvre de réformation, mais, selon la révélation divine, Martin Luther fut le messager-étoile dans la main droite du Seigneur. Il parut en proclamant ce message: “Le juste vivra par la foi”.

EGLISE DE PHILADELPHIE

    “Voici ce que dit le Saint, le véritable, celui qui a la clef de David…” (Apoc. 3.7-13).

    Cette Eglise ne reçut aucune parole de répréhension de la part du Seigneur. Ce fut le grand âge missionnaire. Les croyants qui étaient saisis par l’inspiration de la Parole et de l’Esprit de Dieu s’en allèrent dans le monde entier. Les gens ne discutaient pas la Parole, ils La vivaient. Une puissante conviction tombait sur ceux qui écoutaient la prédication de la Parole de Dieu. Ce fut un temps glorieux dans l’histoire de l’Eglise. L’impact de la prédication était si puissant que même ceux qui faisaient partie de la synagogue de Satan devaient le reconnaître, et ils s’inclinaient devant la Parole.

    Les croyants reçurent la promesse d’être gardés à l’heure de la tentation qui devait venir sur le monde entier dans le dernier âge de l’Eglise, dans lequel le vrai et le faux sont si étroitement associés. Par la grâce de Dieu, seuls les élus seront capables de distinguer le vrai de l’imitation.

    Les vainqueurs de cet âge de l’Eglise reçurent la promesse de devenir une colonne dans le temple de Dieu.

    “Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises!”.

    Ce glorieux âge de l’Eglise dura jusqu’en 1906. Selon la révélation divine, le messager-étoile dans la main droite du Seigneur était John Wesley, lequel continua à porter le flambeau de la Parole en proclamant la glorieuse révélation de la sanctification.

EGLISE DE LAODICEE

    “Voici ce que dit l’Amen, le témoin fidèle et véritable, le commencement de la création de Dieu” (Apoc. 3.14-22).

    Les conditions de cet âge de l’Eglise sont des plus pathétiques, et le Seigneur n’a pas un mot de louange pour lui. La caractéristique de cet âge, c’est que l’Eglise se séduit elle-même: “Je suis riche, je me suis enrichie, je n’ai besoin de rien…”. Elle est extérieurement bien dotée des richesses du monde, mais elle est inconsciente du fait qu’elle est malheureuse, misérable, pauvre, aveugle et nue. Celui qui a des yeux comme une flamme de feu regarde et voit la condition véritable de Laodicée.

    Certainement que dans cette église, on parle encore de Lui et on chante Ses louanges, et que les membres de cette église sont engagés dans une forme d’adoration, mais les activités mondaines ont la prééminence en son milieu. Au lieu de prendre du temps pour la prière avant et après le service divin, les gens se réjouissent d’avance des jeux et des divertissements qui suivront la réunion. Ils ne réalisent même pas qu’ils L’ont évincé. Il n’est plus au milieu d’eux. “Voici, je me tiens à la porte et je frappe…”. Généralement, l’église pense que cette déclaration est faite au pécheur, mais Dieu l’applique à l’église. Le Seigneur Se tient au dehors, frappant, et nous demandant de Lui ouvrir la porte.

    Sous de faux-semblants, l’église de cet âge donne l’impression que le Seigneur est avec elle. Les gens ferment intentionnellement les yeux sur la situation réelle décrite par le Seigneur Jésus Lui-même dans la Parole de Dieu. C’est le temps le plus trompeur de tous les âges, parce que les gens essaient toujours de recréer une atmosphère de réveil, ne voulant pas admettre leur condition réelle. Mais, parce qu’ils ne croient pas la Vérité, “Dieu leur envoie une puissance d’égarement pour qu’ils croient au mensonge” (2 Thess. 2.11). Qui que nous soyons, si nous rejetons la Vérité, nous nous ouvrons automatiquement à l’erreur.

    De la manière la plus astucieuse, l’ennemi place un piège aussi bien devant chaque église et dénomination que devant chaque évangéliste et prédicateur. Il leur accordera même du succès, aussi longtemps qu’ils ne reconnaissent pas le messager et le message que Dieu a envoyés pour ce temps. Certains d’entre eux proclament même ne jamais vouloir entrer dans le Conseil mondial des Eglises, et cependant, ce même esprit est sur eux, et c’est inconsciemment qu’ils participent à ce même système. Chaque organisation chrétienne est animée par le même esprit qui créa la première église organisée. Quiconque rejette le message de Dieu révélé par le Saint-Esprit recevra immanquablement la marque de la bête.

    Toutes sortes de choses sont déclarées être un mouvement de l’Esprit. Le juste et le faux sont associés si étroitement que seuls les élus, ceux qui sont fondés dans la Parole, pourront discerner la différence.

    Il y a le mouvement charismatique qui essaie d’apporter la vie spirituelle, même dans le Conseil mondial des Eglises, lequel est, selon la prophétie, l’image de la bête. Mais l’Esprit de Dieu appelle: “Sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur; ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai”(2 Cor. 6.17). De même que Christ est hors du camp dans cet âge de Laodicée, de même, tous les élus qui ont entendu Sa voix sortent de chaque camp religieux, et chacun prend sa place avec Lui, la Parole, et porte Son opprobre; mais ils ont, aussi, la promesse de partager Sa gloire.

    La promesse est: “Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône…”.

    Sans l’ombre d’un doute, il y a beaucoup d’hommes remarquables dans les différentes dénominations, mais quel était le messager-étoile choisi pour notre génération? Le critère doit toujours demeurer scripturaire, et nous ne pouvons pas considérer le succès, la personnalité, ou autres impressions. Nous devons discerner le choix de Dieu.

    Devant le Dieu Tout-Puissant, nous déclarons sans l’ombre d’une hésitation que frère Branham est identifié par l’Ecriture, et qu’il a été confirmé par Dieu comme étant l’ange-messager de cet âge de l’Eglise. Que tous ceux qui ont des oreilles puissent entendre ce que l’Esprit dit aux églises, et qu’ils ne soient pas retenus plus longtemps par les traditions, mais qu’ils en sortent plutôt, et se séparent de toute incrédulité.

    En ce qui concerne cet âge d’église, frère Branham a dit: «Je prédis… je ne dis pas qu’il en sera ainsi, mais je prédis que cela finira vers 1977, et que l’église entrera complètement dans l’apostasie et qu’elle sera rejetée de la bouche de Dieu. Et la seconde venue, ou l’enlèvement de Christ, peut arriver en tout temps. Mais je peux me tromper d’un an, je peux me tromper de vingt ans, je peux me tromper de cent ans…».

    Sommes-nous si proches de la fin? “Sentinelle, que dis-tu de la nuit? La sentinelle répond: Le matin vient, et la nuit aussi” (Es .21.11,12).

[RETOUR Table des matières]

VOICI, L’EPOUX VIENT

    La Parole nous exhorte à demeurer sobres dans toutes nos actions, et à ne pas fixer une date pour le retour du Seigneur. Notre voeu est que Christ puisse nous trouver veillants, attendants, et que nous soyons prêts lorsqu’Il viendra. “Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul” (Mat. 24.36).

    Jésus-Christ nous indique les choses qui doivent arriver avant Son retour. Nous sommes témoins de l’accomplissement même de cela. Il nous a parlé du figuier (Israël); Il fit mention des signes des temps, et Il nous parla aussi de Son propre signe: “Le signe du Fils de l’homme”. C’est de notre temps que Jésus a parlé, lorsqu’Il dit: “Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que cela narrive. Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point” (Mat. 24.34,35).

    La parabole des dix vierges, relatée dans Matthieu 25, est devenue couramment une question brûlante dans le coeur de beaucoup. “Alors, le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l’époux. Cinq d’entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d’huile avec elles; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l’huile dans des vases. Comme l’époux tardait, toutes s’assoupirent et s’endormirent. Au milieu de la nuit, on cria: Voici l’époux, allez à sa rencontre! … celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée”.

    Toutes prirent leurs lampes pour aller à la rencontre de l’Epoux; les sages prirent de l’huile dans leurs vases, mais les folles n’en prirent point. L’heure est venue où le Seigneur manifeste Sa puissance et Sa gloire dans l’Epouse, laquelle est formée des vierges sages qui ont reçu la vraie Semence de la Parole de Dieu. Les folles reconnaîtront combien la révélation de la Parole apporte la stimulation aux croyants, et elles désirent recevoir le même Saint-Esprit. Mais alors, l’Epoux reviendra, et celles qui sont prêtes s’en iront avec Lui.

    Nous avons entendu, dans les temps passés, différentes versions de cette parabole. Mais, depuis que nous sommes arrivés à la compréhension des symboles bibliques, nous en voyons la signification prophétique. Les symboles scripturaires d’une vierge, des lampes, de l’huile, des vases, etc, nous indiquent ce que représente l’image complète.

    Il est dit de Marie qu’elle était vierge. Elle avait trouvé grâce auprès de Dieu, et elle reçut de la bouche d’un ange la parole de la promesse pour ce jour-là. Le Saint-Esprit vint sur elle, et la Puissance du Très-Haut la couvrit de Son ombre. Parce qu’elle crut, le miracle s’accomplit. La Parole Elle-même prit place dans le sein de la vierge pour faire paraître ce qui avait été promis: la Parole devint chair. Ainsi en est-il aujourd’hui. La Semence-Parole, promise pour cette heure, est reçue par les vierges sages; elles La croient, et la puissance du Saint-Esprit vient sur elles, et la Parole promise prend forme dans leur vie.

    Une vierge est une jeune fille qui n’a pas été touchée par l’homme, qui s’est gardée pure et propre. Le mot, en lui-même, parle d’un croyant qui n’a pas commis de fornication spirituelle, mais qui s’est gardé lui-même propre, saint et sanctifié devant le Seigneur. Les dix vierges représentent les croyants dans cette génération. De même que Marie, les vierges sages ont trouvé grâce auprès de Dieu. Lorsqu’elles entendirent la Parole de la promesse, elles furent illuminées par cette lumière allumée dans ce dernier âge de l’Eglise.

    D’une manière ou d’une autre, les vierges folles manquèrent les relations avec le courant ininterrompu de l’huile du Saint-Esprit, et elles manquèrent la préparation finale. Autrefois, leurs lampes brûlaient; mais comme ces vierges ne marchèrent pas avec la révélation progressive afin d’avoir part à l’accomplissement de la Parole, promise jusqu’à la fin, leurs lampes ne furent pas remplies à nouveau d’huile, et elles s’éteignirent.

    Parmi les vierges sorties de l’esclavage, les vierges folles sont celles qui sont enclines aux choses charnelles. Elles ont la lettre, mais non l’Esprit de la Parole de Dieu. Cependant, elles sont sûres que l’illumination reçue autrefois est tout ce qui leur est nécessaire. Les vierges folles prirent donc leurs lampes en pensant avoir part à l’enlèvement, mais, à l’heure la plus cruciale, l’huile leur fit défaut parce qu’elles n’en avaient pas de réserve. Il est donc essentiel pour chacun de nous d’être personnellement en relation avec le mouvement continu du Saint-Esprit, et cela jusqu’au dernier moment.

    Alors que l’Epoux tardait, toutes s’endormirent. Et voici le temps du réveil, car le cri se fit entendre: “Voici l’Epoux, allez à sa rencontre!”. Les dix vierges avaient toutes commencé de la même manière. Elles avaient reçu la lumière donnée au commencement de cet âge de l’Eglise, car leurs lampes étaient allumées. Toutes entendirent le même cri; elles préparèrent leurs lampes et sortirent pour rencontrer l’Epoux. Cependant, la couronne sera donnée à la fin de la course, et non à son commencement.

    C’est maintenant le temps de l’épreuve. Pour les enfants d’Israël, il n’était pas suffisant de reconnaître que Moïse était le prophète envoyé par Dieu, et de parler de lui. Ils devaient obéir, et agir par la foi, conformément à chaque promesse que Dieu leur avait faite, après qu’ils soient sortis de l’esclavage. En fin de compte, leur foi dans les promesses devait être mise à l’épreuve. Au commencement de la course, toutes choses semblaient être merveilleuses au milieu d’eux. Ils se réjouissaient, et ils étaient extrêmement heureux des miracles que le Seigneur avait opérés au milieu d’eux. Puis, le mécontentement s’établit parmi eux, et ils commencèrent à murmurer. Ils jugèrent charnellement des choses spirituelles, et ils méconnurent les voies de Dieu, ce qui les conduisit à pécher contre Lui.

    Par contre, les vierges sages gardent leur équilibre en toutes choses. Christ est tout pour elles. Elles ne se basent pas sur la personne du prophète envoyé par Dieu, mais elles croient la Parole qu’il a apportée. C’est ainsi que nous devons continuer à aller de l’avant, en suivant la conduite du Saint-Esprit. Il ne suffit pas de parler de la lumière toute spéciale que nous avons reçue, ainsi que de la visitation de Dieu à notre génération, mais nous devons continuer de marcher avec Jésus-Christ, jusqu’à ce que nous ayons atteint notre destination.

    Les vierges sages ont faim et soif de Dieu, et elles seront rassasiées (Mat. 5.6). La nourriture spirituelle, la Parole de Dieu révélée, qui est la manne cachée, a été mise en réserve pour les élus de cet âge. Jamais une distribution de nourriture n’a pu être faite, sans que premièrement elle n’ait été mise en réserve. “Quel est donc le serviteur fidèle et prudent, que son maître a établi sur ses gens, pour leur donner la nourriture au temps convenable?” (Mat. 24.45).

    Les vierges sages — les élus, les vainqueurs — n’ont pas seulement reçu le Saint-Esprit, elles ont le témoignage de Jésus-Christ, lequel est l’Esprit de la prophétie (Apoc. 19.10). Elles ont une part au plan de Dieu pour le temps de la fin.

    Puissions-nous ne jamais mécontenter ni contrister le Saint-Esprit, de peur qu’Il ne S’éloigne de nous. Les sages n’ont pas le temps de se plaindre et de murmurer, car elles sont trop absorbées à se préparer à la rencontre de l’Epoux. Bientôt, Matthieu 25 sera un fait historique. Cela ne sert a rien d’avoir reconnu le messager et le message si l’on ne continue pas à marcher dans la lumière. L’oeuvre de Dieu sera rendue parfaite par l’Amour Divin. Tous les membres du Corps sont unis les uns aux autres, ainsi qu’à la Tête. Bientôt, la Pierre du Faîte prendra Sa place, car Christ est les deux à la fois: la Pierre de l’Angle et la Pierre du Faîte, l’Alpha et l’Oméga.

    Ceux qui croient au message du temps de la fin ne doivent pas faire la même méprise que les vierges folles, parlant de toutes les choses que Dieu a faites dans un passé récent, attendant avec un grand espoir ce qu’Il va faire dans le futur, mais manquant le contact avec ce qu’il est en train de faire maintenant même.

    Au commencement du Nouveau Testament, les croyants pouvaient avoir parlé nuit et jour sur le ministère du prophète envoyé de Dieu, mais, parce qu’ils ne continuèrent pas avec le Seigneur Jésus-Christ, ils manquèrent tout ce qui suivait, même l’effusion du Saint-Esprit survenue le jour de Pentecôte. Ils peuvent avoir parlé de toutes les choses qui se sont ébruitées sur le puissant ministère de notre Seigneur Jésus-Christ Lui-même, mais s’ils ont manqué la connection avec le mouvement suivant de Dieu, ils n’auront point de part à Son plan pour ce temps-là. L’attitude correcte est d’avoir part à ce que Dieu fait présentement; c’est cela qui nous relie à ce qu’Il fera ensuite.

    Par la grâce de Dieu, nous reconnaissons Christ dans Son ministère prophétique, en tant que Fils de l’homme. Sa Parole est pour nous le “AINSI DIT LE SEIGNEUR!”. Puissions-nous obtenir Sa faveur en cette heure cruciale, afin que nous ayons part aux choses que le Seigneur fera jusqu’à ce que nous Le rencontrions. “Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous” (Rom. 8.11). “Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu” (Rom. 8.19).

[RETOUR Table des matières]

L’ATTITUDE CORRECTE

    Dans les temps de visitation particulièrement surnaturelle du Seigneur, les personnes qui viennent de sortir des chaînes doivent faire très attention de demeurer dans la modération, dans un bon esprit, et dans une attitude juste à l’égard des choses de Dieu. Il est facile d’accepter un substitut, et de contrister ainsi le Saint-Esprit, Lequel S’éloignera de nous. Si les croyants négligent de demeurer en accord avec la Parole, ils peuvent facilement glisser dans l’idolâtrie sans même s’en apercevoir.

    Les enfants d’Israël se détournèrent de Dieu et attirèrent l’opprobre sur Lui et sur Sa Parole, lorsqu’ils se firent un veau d’or. La chose est au-delà de toute compréhension, quand on pense qu’Aaron, qui était le plus proche du prophète, ait pu rassembler le peuple pour introduire l’idolâtrie au milieu d’Israël. Leurs yeux étaient aveuglés par des comparaisons charnelles, et à cause de cela, ils jetèrent le discrédit sur le ministère du prophète envoyé par Dieu.

    Quelle leçon importante pour nous! Dieu ne fait point acception de personnes. Le fait d’avoir marché avec le prophète nous rend même plus responsables. Un temps de tentation vient toujours après la manifestation d’un tel ministère. Nous avons donc l’obligation d’éprouver toutes choses par la Parole de Dieu. Les Israélites n’étaient pas conscients d’avoir réellement discrédité le ministère prophétique par leurs actions, ils ne comprenaient pas qu’ils apportaient l’opprobre sur ce que Dieu avait fait. Cette Parole demeure toujours valable: “Je suis l’Eternel, c’est là mon nom; et je ne donnerai pas ma gloire à un autre, ni mon honneur aux idoles” (Es. 42.8).

    Est-il possible que l’histoire se répète dans les rangs des croyants appelés hors des dénominations? La vraie Epouse demeure avec la Parole. Elle La croit et Lui obéit Son attention n’est pas détournée par quelque fanatisme. Elle croit que Dieu amènera toutes choses à s’accorder aux plans de Dieu et à Ses desseins.

    Lorsque quelque chose est fait sur l’ordre de Dieu, il y a là une bénédiction. Mais les mêmes choses peuvent tourner en malédiction si l’esprit d’idolâtrie s’y glisse, et qu’on attribue à cela une signification charnelle. C’est pourquoi il est essentiel que tous les croyants s’alignent sur la Parole de Dieu.

    Le message du temps de la fin contient en lui-même tout le conseil de Dieu qu’Il a fait connaître par révélation divine, et ce message doit être mis à la bonne place, dans l’exposé du glorieux plan divin. Nous ne pouvons construire sur une déclaration prise hors de son contexte, mais bien sur le solide fondement des Saintes Ecritures, lesquelles sont notre absolu. Tous les messages de frère Branham doivent être reconnus et situés correctement dans l’ensemble de la Bible. Quiconque ne veut pas laisser la Parole de Dieu être l’autorité suprême ne peut prétendre être guidé par l’Esprit de Christ et, tôt ou tard, il déviera de la Vérité.

    Dieu n’a pas commencé une nouvelle religion, pas plus qu’Il n’a donné une autre Bible. Frère Branham se tient entre toutes les dénominations et mouvements religieux, prêchant la véritable Parole de Dieu pour appeler au-dehors un peuple pour le Seigneur. Quoi qu’il prêche, cela doit être considéré dans une juste relation avec la Parole de Dieu, à Laquelle rien ne peut être ajouté ni retranché. A aucune époque sur la terre, le plan de la rédemption n’a été révélé avec autant de détails que maintenant, mais juste après cela, l’ennemi vient pour semer sa semence de désaccord et de divergences (Mat. 13). Nous ne devons pas nous laisser distraire ni troubler par cela, car il en a été ainsi depuis le jardin d’Eden, et au travers de tout l’Ancien et le Nouveau Testament. Toutes les fois que de véritables hommes de Dieu paraissent sur la scène, des imitateurs les suivent. Même du temps de Paul, des hommes prêchaient des doctrines perverties.

    Selon la Parole de Christ, nous devons laisser croître ensemble ces choses jusqu’au temps de la moisson. Alors, le grain de blé sera séparé de l’ivraie. Jusque là, la pluie tombe sur les deux semences, sur les justes et les injustes, et le soleil brille sur les bons et les méchants.

    Les membres du Corps de Christ s’abstiennent de donner de la Parole, des visions, ou des prédictions qui ont été faites, quelque interprétation particulière que ce soit. Ils prêchent la Parole et laissent le reste entre les mains du Dieu Tout-Puissant. Si le Seigneur donne une vision ou une promesse, Lui seul en prendra soin. Il n’a absolument pas besoin de quelqu’un qui aille çà et là pour en parler, car Lui-même veillera à ce que cela s’accomplisse. Quoi que le Seigneur dise, ou montre en visions, tout demeure sous Sa responsabilité. Il dévoilera sa signification en son temps et en sa saison.

    Certains ont l’impression que certaines choses que frère Branham a vues en vision sont toujours en suspens. Nous devons prendre en considération que parfois, des choses naturelles portent en elles-mêmes une signification spirituelle. Bien que des prophètes aient parlé à la première personne de choses qui devaient arriver, ils n’étaient pas nécessairement vivants au temps de leur accomplissement. Pourtant, leurs visions étaient “AINSI DIT LE SEIGNEUR!”.

    Alors que Pierre était en prière sur le toit de la maison, il eut une vision bien particulière. Il vit toutes sortes de quadrupèdes, de reptiles de la terre, etc.; c’était une chose étrange à considérer. Et une voix lui dit: “Tue et mange!”. Le dicton populaire qui dit: «Dieu pense ce qu’Il dit et dit ce qu’Il pense» n’est applicable que dans le domaine spirituel. Car le Seigneur montre fréquemment en vision des choses naturelles, lesquelles ont une signification spirituelle. Donc, tout d’abord, Pierre ne comprit pas la signification de cette vision, mais Dieu lui donna la réponse, car c’est Lui qui agit sur les deux plans (Actes 10).

    Pensez un peu aux dommages qu’aurait pu causer l’interprétation charnelle de cette vision! Que se serait-il passé si lui-même, ou quelque autre, avaient commencé à parler de cela ou à prêcher à ce sujet? Mais cette vision avait été donnée à Pierre pour sa conduite personnelle.

    Lorsque le Seigneur me parla, le 2 avril 1962 au lever du soleil, au sujet de la nourriture qu’il fallait emmagasiner en vue de la famine à venir, Il parla de toutes sortes de légumes et de denrées alimentaires, tels que pommes de terre, farine, huile, carottes, etc. Nous pensions qu’une famine matérielle allait survenir, ne sachant pas que la Parole de Dieu parlait déjà d’une telle famine dans Amos 8.11.

    Nous prîmes donc cette Parole du Seigneur à la lettre, et nous commençâmes à emmagasiner des denrées alimentaires.

    Je ne compris pas la signification spirituelle de cela jusqu’à ce que j’eusse rencontré frère Branham le 3 décembre 1962. C’est lui qui me dit, par révélation divine, que cette famine n’était pas d’ordre matériel, mais qu’il viendrait une famine spirituelle d’entendre la Parole de Dieu. Il me dit que la nourriture qui devait être emmagasinée était la Parole de Dieu révélée pour cette heure, laquelle était gardée sur les bandes magnétiques.

    Dieu Lui-même accomplira Son oeuvre en accord avec Son plan divin, si seulement nous pouvons nous reposer en Lui et demeurer “… les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi…” (Héb. 12.2).

    Puissions-nous proclamer tout le conseil de Dieu, le plein Evangile du Seigneur Jésus-Christ, et Le servir de tout notre coeur. Jusqu’à la venue de Jésus, nous prêcherons le salut à ceux qui sont perdus, la guérison à ceux qui sont malades, et la délivrance à ceux qui sont liés et opprimés par l’ennemi. Nous devons baptiser ceux qui ont accepté Christ, et se sont repentis de leurs péchés, et prier pour eux afin qu’ils reçoivent le Saint-Esprit. Nous devons prendre le Repas du Seigneur et nous laver les pieds les uns aux autres, accomplissant ainsi tous Ses commandements.

    S’il vous arrive de venir en contact avec des personnes, ou bien des groupes, qui ont perdu leur équilibre scripturaire, ne rejetez pas la précieuse Parole révélée à cette génération. Nous ne supprimons pas Pierre simplement parce que sa statue est dressée dans le Vatican, et que des millions de personnes l’idolâtrent en baisant publiquement ses pieds. Lorsque je vis cela, je secouai simplement la tête, mais je continue à louer le Seigneur pour le grand apôtre que Dieu a employé d’une manière si merveilleuse.

    Il est regrettable que quelques-uns aient dépassé les bornes en ce qui concerne frère Branham. Mais ne regardons pas à cela. Partout où Dieu est à l’oeuvre, l’ennemi redouble d’activité pour chercher à nous leurrer et distraire notre attention de ce que Dieu est sur le point d’accomplir.

    Le Seigneur Jésus-Christ doit être le centre de notre conversation, de nos chants, de notre prédication et de nos prières. Il doit avoir la prééminence en toutes choses. Il est Celui qui marche au milieu des sept chandeliers d’or; Il mérite notre admiration et notre adoration, et c’est à Lui que revient notre culte et nos louanges. Ses serviteurs et prophètes doivent être respectés à cause de leur ministère et de la position dans laquelle le Seigneur les a placés.

    “Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute, et vous faire paraître devant sa gloire irrépréhensibles et dans l’allégresse, à Dieu seul, notre Sauveur, par Jésus-Christ notre Seigneur, soient gloire, majesté, force et puissance, dès avant tous les temps, et maintenant, et dans tous les siècles! Amen!” (Jude 1.24,25).

Agissant de Sa part.
E. Frank

 



Imprimer la brochure
Brochures
Haut de page
Ewald Frank
Commander
Page d’accueil
Nous contacter