LE SEUL LIEU D’ADORATION AUQUEL DIEU AIT POURVU

(God’s only chosen Place of Worship)

 

28 novembre 1965, matin
Life Tabernacle
Shreveport — Louisiane, U.S.A.


 

  1. Bonjour à tous! Je suis heureux d’être ici ce matin. Et nous nous réjouissons de pouvoir chanter dans la communion fraternelle ces vieux cantiques de la foi. J’aime cela! Pas vous? Ce choeur: “Amen!” c’est ce que Dieu est: Il est l’Amen. C’est Lui qui a le dernier mot.

  2. Pendant les chants, j’étais assis à côté de mon vieil ami, le frère Brown. Il me dit: «Frère Branham, je n’ai jamais compris avant hier le sens profond de ce que vous prêchiez. Si les gens pouvaient réellement pénétrer jusqu’au fond des choses que vous enseignez, tous les obstacles seraient renversés!». C’est vrai! C’est l’exacte vérité! Si vous pouviez seulement comprendre et saisir ces choses!

  3. J’ai parlé tout à l’heure avec mon ami, le petit Ernie Fandler. Je pense que parmi ceux qui écoutent par téléphone, il y en a qui se souviennent de la manière dont il se convertit, et comment il fut conduit au Seigneur. Il ne parle pas bien l’anglais, autrement, je lui aurais demandé de venir ici dire quelques mots. Il me demanda si je me rappelais la réunion que nous avions faite à Shawano, là où il habite. Un homme, un Luthérien, était mort pendant la réunion. Il était assis et, tout à coup, il s’était écroulé par terre. Nous avions demandé à tout le monde de garder le silence. Puis, nous avions prononcé la Parole du Seigneur sur lui, et il revint à la vie. Ils n’ont jamais oublié cela, et voudraient que je retourne là-bas.

  4. Et si j’ai bien compris, il y a en France ce matin plus de deux mille personnes qui ont commencé un jeûne de plusieurs jours pour que nous puissions apporter le message chez eux en français. Ce sont tous les protestants de France.

  5. La plante commence juste à fleurir, et la balle commence a s’ouvrir afin de laisser le grain se développer. Vous comprenez? C’est pourquoi, restons dans un esprit de prière et de respect. Rappelez-vous cette Parole: “Celui qui s’attend à l’Eternel renouvelle sa force”.

  6. Je commence à devenir vieux, et je me demandais: «Est-ce qu’il y aura encore un autre réveil, et verrai-je encore une fois quelque chose de semblable?». Puis, je me rappelai que, de l’ouest, viendrait un cavalier montant un cheval blanc. C’est cette piste-là que nous foulerons. C’est vrai! Nous sommes bientôt prêts. Il y a une promesse à ce sujet.

  7. Maintenant, je voudrais dire au frère Leo… Je parlais hier soir avec le frère Wood, qui est ici, c’est le frère de Leo. Frère Leo, si vous et votre petit groupe qui m’écoutez par téléphone… Soeur Mercier, votre père est ici. Je l’ai vu hier soir, il est quelque part dans la maison, et il se porte à merveille.

  8. Le jour où il fut guéri, il y avait deux malades mourant du cancer, et tous deux furent guéris. Leur père, qui les accompagnait, mourut d’une crise cardiaque… Mais il est ici dans cette salle ce matin! Je ne peux pas le distinguer dans la foule, mais il était ici hier soir.

  9. Je vous salue, vous tous qui êtes dispersés dans tout le pays. Ce Life Tabernacle de Shreveport est magnifique, et il est plein à craquer de gens venus pour écouter cette leçon d’école du dimanche. Vous savez, si j’habitais ici à Shreveport (je ne veux rien dire contre quiconque), c’est ici que j’irais à l’église, dans ce Life Tabernacle. Ce n’est pas une dénomination. C’est un temple interdénominationnel. Ils sont sortis des dénominations, parce qu’ils m’ont accepté, moi et le message que je prêche. Le frère Jack Moore, mon frère et mon ami, est sorti des dénominations, parce qu’il s’est associe à moi. C’est pourquoi, je pense qu’il mérite qu’on l’écoute un peu! C’est vrai. Que Dieu le bénisse! Soutenez ses mains dans la prière, et croyez avec lui.

  10. Soeur Moore, je ne la vois pas… Oui, elle est là-bas! Ce jour de Pâques, elle était assise là-bas au fond, et, dans sa nouvelle robe, elle avait l’air d’une petite fille. Le frère Jack ne la connaissait pas encore.

  11. Nous, regrettons l’absence de Anna Jean et de Don, et de tous les autres. J’ai été heureux de revoir le frère Nolan, l’un des responsables de cette assemblée.

  12. J’ai demandé, hier, au frère Ernie, s’il voulait bien chanter l’Amen! aujourd’hui. J’ai ce cantique sur un disque qui est bientôt usé, tant je l’ai fait passer! Je pense qu’il a la meilleure voix que l’on puisse imaginer pour chanter cela. J’ai vu qu’il y avait aussi la petite Judy. Lorsqu’on les voit ainsi, on dirait un frère et une soeur. N’est-ce pas? Pourtant, ils sont mari et femme. Mais quand vous les regardez, ils sont tellement… Ils forment un si gentil couple! Le frère Palmer qui vient de monter l’échelle d’or: ce sont sa fille et son beau-fils. Elle a reçu une bonne éducation. Il y a encore d’autres pasteurs mariés, des évangélistes dans les champs de mission, et d’autres.

  13. Je n’ai pas vu la soeur Palmer. Je ne sais même pas si je la reconnaîtrais, si je la voyais. Bien sûr qu’elle est venue à cette réunion. Ah, elle est tout au fond de la salle. Que le Seigneur vous bénisse, soeur Palmer!

  14. Mon coeur frémit, chaque fois que je pense à cela! Le frère Palmer venait de monter l’escalier, et quelques minutes plus tard, on m’envoyait un message me disant qu’il était mort. Je ne pouvais pas le croire! Billy m’appela… ils le savaient. Nous étions de si bons amis! Cela m’avait vraiment secoué, de savoir qu’il était parti. Mais, voyez-vous, qui que nous soyons, nous devrons tous nous en aller, et nous partirons tous les uns après les autres. Mais, comme dit l’Ecclésiaste: “Ecoutons la fin du discours: crains Dieu et observe Ses commandements. C’est là ce que doit tout homme”.

  15. Mais je n’ai pas beaucoup de temps pour cette leçon d’école du dimanche, et je suis enroué.

  16. Vous savez, frère Pearry Green a fait quelque chose de bien à mon égard. Il m’a entendu dire l’autre soir: «Ma petite perruque me manque bien!». Il téléphona, et essaya de me la faire envoyer par avion. Mais je lui ai dit: «C’est trop tard, je suis déjà enroué!». J’ai essayé toutes sortes de moyens pendant des années, mais ce n’est que lorsque j’ai pu avoir cette petite perruque que je n’ai plus été enroue. Mais cette fois-ci, je l’ai oubliée, et c’est pourquoi je suis un peu enroué. C’est pourquoi je vous demande de bien vouloir supporter ma voix, pendant que je vous parle.

  17. Combien d’entre vous aiment l’école du dimanche? C’est très bien! C’est un bon endroit où envoyer les enfants. Oh, laissez-moi corriger ma phrase; je veux dire: c’est un bon endroit pour y amener vos enfants, parce que, c’est vrai, vous y venez aussi. Combien d’entre vous savent comment l’école du dimanche a commencé? Où a-t-elle commencé? — en Angleterre. Quelle fut son premier nom? — L’école en haillons [Ragged school — N.d.T.] J’ai oublié le nom de celui qui a fondé ces écoles. [Quelqu’un dit: «Robert Raikes.» — N.d.R.]. C’est vrai. Il prit ces pauvres enfants dans la rue (ils étaient en haillons et ne savaient où aller), et commença à les instruire dans les choses de la Bible. Et aujourd’hui, l’école du dimanche est devenue l’une des plus belles institutions de l’église. Il est bon d’y aller. Ayez à coeur d’y venir, et d’y amener vos enfants. Je pense que cette assemblée ici a du personnel enseignant, et tout l’équipement nécessaire. Et vous, les nouveaux convertis qui venez de vous donner à Christ, suivez fidèlement le chemin que vous indique ce message. Et si vous venez ici, dans ce tabernacle, je pense que cela vous fera du bien.

  18. Ce soir, nous allons faire une de ces lignes de prière à l’ancienne mode. Nous prierons simplement pour les malades, comme nous avons l’habitude de le faire, avec le frère Jack et le frère Brown.

  19. Je me rappelle avoir vu frère Brown distribuer les cartes de prière, et lui-même étant un prédicateur… En ce temps-là, comme les choses étaient organisées… on exerçait des pressions sur lui, en lui disant: «Pourquoi ne me donnez-vous pas une carte? pourtant, je suis votre frère!…» etc. Oh, il a passé par des temps difficiles, mais il est toujours resté fidèle. Frère Brown est un homme droit, et c’est pourquoi nous l’aimons.

  20. Et je vois que nous devenons vieux tous les trois, et que nous approchons de la fin. Et ce serait triste, si nous n’avions pas placé en nous cette chose glorieuse que nous savons être la Vérité. Nous nous préparons à revenir un de ces jours, à revenir aux jours de notre jeunesse, nos corps transformés, rendus semblables à Lui, car: “Lorsque ce tabernacle terrestre aura disparu, il y en aura un autre qui nous attend déjà”.

  21. Et, chers amis, une chose qui me réjouît en cela… Je dis ceci pour ceux qui croient que je dis la vérité… Un jour, vers 8 heures du matin, le Seigneur Jésus me laissa entrevoir le Pays de la Promesse. Je ne dirai pas que c’était une vision. Je ne sais pas ce que c’était, mais c’était aussi réel que vous ici en ce moment. Je voyais le visage de tous ces gens, mais je ne pouvais pas les reconnaître, car ils étaient tous redevenus jeunes. Ils étaient aussi réels que… Je leur tendais la main, etc.

  22. Cela m’avait été d’un grand secours, parce qu’en ce temps-là, j’avais l’idée que, lorsque quelqu’un mourait, seule son âme s’en allait. Mais lorsqu’Il me cita ce passage: “… si cette tente où nous habitons sur la terre est détruite, nous avons dans le ciel un édifice qui est l’ouvrage de Dieu, une demeure éternelle qui n’a pas été faite de main d’homme”. Vous comprenez? La perfection se réalise dans le nombre trois. Nous voyons alors qu’il y a trois corps: notre corps terrestre, dans lequel nous vivons maintenant, ensuite, le corps dans lequel nous serons lorsque… c’est le corps céleste; et enfin, le corps glorifié par la résurrection. Vous comprenez? Alors, tout est complet. Il ne s’agit pas d’un mythe, d’une idée ou d’un esprit — mais d’hommes et de femmes, comme nous sommes en ce moment, exactement.

  23. Il y a des années, j’ai aussi vu le lieu habité par ceux qui sont perdus! J’y suis aussi allé. Chers amis de tout le pays, laissez-moi vous persuader de ne jamais avoir le désir de voir cet endroit. Si j’étais peintre, je n’arriverais jamais à vous en représenter les horreurs, et, en tant que prédicateur, je n’arriverai jamais à vous les décrire. On peut bien dire que l’enfer est un lieu où brûle un grand feu, mais en réalité, l’horreur qui y règne est un million de fois pire.

  24. Quant au Ciel… ou plutôt à cet endroit, quel qu’il soit… je ne sais pas comment le nommer. Le Seigneur en parle, quand Il parle des “âmes qui sont sous l’autel”. Il est impossible d’expliquer combien ce lieu est glorieux. Je ne suis qu’un homme, et vous devez me croire sur parole. Mais, comme je vous l’ai déjà dit, mes visions se sont toujours réalisées, et celle-là aussi, est vraie. Quelles que soient les choses dont vous soyez privés dans cette vie (santé, force, vue, quoi que ce soit), ne manquez pas Cela. Rien ne peut y être comparé. Je ne connais aucun mot de notre langue qui puisse l’exprimer. C’est au-delà de “parfait”, c’est au-delà de “superbe”; c’est au-delà de “sublime”… je ne connais pas de mots qui puissent l’exprimer, parce que c’est tellement… Et pourtant, ce n’est pas tout! Cela ira encore plus loin! Je pensai: «Moi, avoir peur d’aller jusque là?…».

  25. Je demandai: «Mangez-vous?».

  26. On me répondit: «Pas ici, nous ne mangeons pas, mais lorsque nous retournerons sur la terre, nous recevrons un corps avec lequel nous pourrons manger».

  27. Je pouvais les toucher!… Ils étaient comme ceci. Je dis: «Vous avez…». Oui, ils avaient un corps. Ce n’est pas un mythe, ils avaient un corps. Nous nous reconnaîtrons. Ils me reconnaissaient tous, et venaient par millions me serrer dans leurs bras.

  28. Je dis: «Je voudrais voir Celui qui m’a conduit ici».

  29. On me répondit: «Tu ne peux pas encore Le voir. Il faut attendre».

  30. Je demandai aussi: «Pourquoi ai-je été conduit ici?».

  31. «Tu as été un conducteur dans ta vie».

  32. — «Tous ces gens sont donc des membres de la famille Branham?».

  33. — «Non! Ce sont ceux que tu as conduits à Christ».

  34. Je regardai autour de moi; tous les moments difficiles et toutes les épreuves de ma vie disparurent, et je pus distinguer leurs visages. Une jeune femme d’une grande beauté s’approcha, se jeta à mon cou et dit: «Cher frère!» puis elle s’éloigna. C’était pourtant une vraie femme. Mais là-bas, il n’y aura pas de péché. Nos glandes seront changées, et il n’y aura plus besoin d’élever des enfants. Vous comprenez? Nous serons tous semblables.

  35. C’est la différence qui crée les sensations. C’est pourquoi je ne crois pas que la danse soit une bonne chose. Devant Dieu, et sur ma Bible, je peux jurer que j’ai vécu toute ma vie dans la pureté, depuis mon enfance, et quand j’étais jeune homme. Si je suis sorti avec une jeune fille dans ma jeunesse, je ne craindrai pas de me tenir debout en face d’elle au jour du jugement. Mais il n’y a aucun homme, si pur soit-il, qui, lorsqu’une femme le serre dans ses bras… Si vous êtes un homme normalement constitué, il y aura une sensation. Mais, dans ce lieu, il n’y avait pas de sensation, parce que tous étaient de la même nature. Il n’y avait qu’un amour pur et fraternel, plus pur encore que celui que vous portez à votre propre fille. Parce que votre propre fille est malgré tout une femme, et vous, vous êtes un homme. Cela pourrait créer quelque chose. Mais là, c’est impossible, car il n’y a plus de péché; tout est terminé. Il n’y a plus qu’un amour réel, un amour saint.

  36. Je regardai cette femme. Avec ses longs cheveux et son vêtement blanc, elle était semblable aux millions d’autres femmes qui se tenaient là. Celui qui me parlait me demanda: «Ne la reconnais-tu pas?».

  37. Je dis: «Non».

  38. Il me dit alors: «Elle avait quatre-vingt-dix ans lorsque tu l’as conduite à Christ».

  39. Grâce merveilleuse… Vous voyez? Il n’y a aucun moyen d’expliquer ces choses. Croyez-moi sur parole, si vous croyez en moi. Faites attention de bien brûler chaque pont qui vous relie au monde qui est derrière vous.

  40. Je crois que l’Eglise commence à écouter le message et à le comprendre. Mais, chers amis, ce que nous devons faire, c’est nous tenir dans la Présence du Fils, nous devons être mûris. Notre foi n’est pas encore mûre. Par notre intelligence, nous comprenons le message que Dieu nous a donné, nous voyons les signes qu’Il nous a montrés, et qu’Il a prouvés comme étant ce qu’avait annoncé la Bible. Mais, oh, combien l’Eglise a besoin de se tenir en Sa présence, pour que son coeur soit attendri, et pour qu’elle s’adoucisse dans l’Esprit jusqu’à pouvoir s’y plonger complètement. Quelquefois, en apportant le message, il faut dire des choses dures, parce que si vous voulez qu’un clou tienne, il faut le river. Mais, lorsque l’Eglise aura reçu cela, que les élus auront entendu l’appel et se seront séparés (qu’ils se tiendront en la présence de Dieu), je sais qu’alors, l’enlèvement pourra avoir lieu.

  41. Ce matin, je voulais parler de l’enlèvement, mais je n’ai pas assez de voix pour un si long message. Je vous parlerai sur ce sujet-ci: Le seul lieu d’adoration auquel Dieu ait pourvu.

  42. Mais c’est aussi un grand sujet! C’est pourquoi nous allons d’abord prier. Et que tous ceux qui écoutent ce matin, ou qu’ils soient, inclinent aussi la tête un moment. Faites-le avec une parfaite sincérité, parce que nous nous approchons de la Parole de Dieu, qui est Dieu sous forme de lettre.

  43. Tu es le glorieux Auteur de ce Livre où il est écrit qu’Il est une semence qu’un Semeur a semée. Nous comprenons qu’une semence ne peut croître que si elle est semée dans une bonne terre. C’est pourquoi, ô notre Père, veuille ôter de notre coeur toutes les épines et les ronces, toutes les pensées de scepticisme et d’incrédulité. Que la Parole de Dieu puisse croître librement, arrosée des eaux de Ton Esprit dans notre coeur, afin que nous puissions devenir le peuple de Dieu. Accorde-le nous, ô notre Père! Nous Te le demandons de tout notre coeur. Nous ne le demandons pas seulement pour nous qui avons reconnu ces choses, mais qu’il puisse y en avoir encore d’autres dans tout le pays, que leur coeur puisse brûler d’amour et de tendresse, et qu’ils essaient de gagner le frère ou la soeur perdus. Accorde-le nous aujourd’hui, ô notre Dieu. Nous regardons pleinement à Toi, car Tu es notre guide et notre Seigneur. C’est pourquoi nous Te prions de nous diriger dans Ta Parole, aujourd’hui, et de nous accorder Tes bénédictions. Au travers de Ta grâce, et en Ton saint Nom, nous Te le demandons. Amen.

  44. Pour mon sujet d’aujourd’hui, je lirai dans l’Ancien Testament, dans le livre du Deutéronome. J’ai pris rapidement quelques notes, après avoir déjeuné avec le frère Vayle.

  45. Je n’ai pas eut l’occasion de remercier l’homme qui a payé notre souper, l’autre soir à l’hôtel, ou j’étais avec ma femme et ma petite fille. Lorsque je me préparai à payer, eh bien, quelqu’un l’avait déjà fait pour moi: Qui que vous soyez, je vous remercie! Le garçon me dit simplement: «C’est l’homme qui est assis au bout de la table». Il y avait là beaucoup de gens que nous connaissions. Ce restaurant s’appelle le Kickapoo, ou quelque chose comme cela. Un grand merci à vous, qui que vous soyez! Que Dieu bénisse chacun de vous!

  46. Lisons maintenant le chapitre 16 du Deutéronome. Il s’agit de l’observation de la Pâque. Nous lirons les cinq ou six premiers versets.

    “Observe le mois des épis, et célèbre la Pâque en l’honneur de l’Eternel, ton Dieu; car c’est dans le mois des épis que l’Eternel, ton Dieu, t’a fait sortir d’Egypte, pendant la nuit. Tu sacrifieras la Pâque à l’Eternel, ton Dieu, tes victimes de menu et de gros bétail, dans le lieu que l’Eternel choisira pour y faire résider Son Nom. Pendant la fête, tu ne mangeras pas de pain levé, mais tu mangeras pendant sept jours du pain sans levain, du pain d’affliction, car c’est avec précipitation que tu es sorti du pays d’Egypte; il en sera ainsi, afin que tu te souviennes toute ta vie du jour où tu es sorti du pays d’Egypte. On ne verra point chez toi de levain, dans toute l’étendue de ton pays, pendant sept jours; et aucune partie des victimes que tu sacrifieras le soir du premier jour ne sera gardée pendant la nuit jusqu’au matin. Tu ne pourras point sacrifier la Pâque dans l’un quelconque des lieux que l’Eternel, ton Dieu, te donne pour demeure; mais c’est dans le lieu que choisira l’Eternel, ton Dieu pour y faire résider Son Nom, que tu sacrifieras la Pâque, le soir, au coucher du soleil, à l’époque de ta sortie d’Egypte”.

Que le Seigneur puisse ajouter Ses bénédictions à la lecture de Sa Parole.

  1. Est-ce que le micro fonctionne correctement? J’ai entendu dire hier qu’il était en panne. Entendez-vous bien? Non? [Frère Branham ajuste le microphone — N.d.R.] Est-ce que ça va mieux comme cela? Est-ce que l’on entend mieux lorsque j’abaisse un peu le micro? Je suis un peu enroué, c’est pourquoi je me tiens tout près ce matin, et j’espère que le frère Pearry pourra m’enregistrer correctement. Entendez-vous bien, maintenant? Je crois que tout est rentré dans l’ordre.

  2. Ce matin, je voudrais montrer que Dieu n’a qu’un seul lieu où l’homme puisse Le rencontrer: seulement un lieu. Tout au long des âges, les hommes ont cherché ce lieu secret établi par Dieu. Même Job aurait voulu savoir où Dieu avait Sa demeure, puisqu’Il dit: “Si seulement je pouvais aller à Sa maison, et frapper à Sa porte!” (Job 23.3). Job aurait voulu trouver la demeure de Dieu, parce que c’est là que Dieu et Sa famille peuvent être en communion.

  3. Dans le message d’hier, nous avons vu qu’il est possible à quelqu’un d’adorer Dieu en vain, même en toute sincérité. Dieu a établi toutes ces choses pour nous, mais nous devons chercher où elles se trouvent. Paul a dit à Timothée de sonder, en temps et hors de temps… et d’être toujours prêt à communiquer l’espérance qui était en lui.

  4. Mais tout cela se trouve dans la Parole. J’aimerais pouvoir venir une fois à Shreveport pendant deux ou trois semaines pour vous parler tous les soirs pendant une demi-heure pendant laquelle nous nous tiendrions dans la Parole, cherchant ces passages secrets par où nous pourrions entrer. Il faut faire attention, et suivre attentivement les directives données par Dieu, car il n’y a qu’une seule clef à chaque porte. C’est vrai! Et il n’y a pas d’autre clef! même si elle lui ressemble parfaitement… Dieu n’a pas de passe-partout. Il n’y a qu’une clef: Vous devez avoir cette clef, autrement, la porte ne s’ouvrira pas. Aussi sincère que vous puissiez être, vous ne pourrez pas ouvrir la porte.

  5. Combien, parmi vous, étaient présents au déjeuner d’hier? Je vois, à peu près le quatre-vingt-dix pour cent de ceux qui sont ici, ce matin. Comme toile de fond à ma prédication, je voudrais dire ceci: David fut oint comme roi (oint par Dieu), et fut le plus grand roi qu’Israël ait jamais eu, à l’exception du Seigneur Jésus (qui est Dieu), l’Oint. Jésus était le descendant de David selon la chair, et Il S’assiéra sur le trône de David, car le prince hérite toujours le trône du roi.

  6. Mais remarquez comment David, un roi oint, sortit de la volonté du Seigneur, malgré son onction. De même le peuple tout entier, bien qu’ayant été oint, lui aussi, sortit du chemin de l’Ecriture, ou, autrement dit, prit une autre clef que celle de la révélation; pourtant, ils poussèrent des cris et louèrent Dieu pour une chose qui semblait parfaitement juste: ramener la Parole de Dieu dans la Maison de Dieu. Mais David était roi, et non pas prophète. Vous comprenez? Il y avait dans le pays un prophète pour faire cela, et Dieu désavoua tout ce qu’ils firent, à cette occasion, parce qu’ils ne prirent pas la bonne clef. La porte ne s’ouvrit pas! Nous devons nous souvenir de cela et le garder à l’esprit. Toutes les choses de Dieu doivent être faites d’une manière bien déterminée. Pour ce qui nous concerne, Dieu a une certaine Eglise, dans laquelle Il rencontre Son peuple; Il vous recevra dans cette Eglise, et dans aucune autre.

  7. J’ai dit cela parce que, si souvent, les gens comprennent mal. Et les gens me disent…

Je demande: «Etes-vous chrétien?».

— «Je suis Baptiste».

— «Etes-vous chrétien?».

— «Je suis Méthodiste».

— «Etes-vous chrétien?».

— «Je suis Pentecôtiste».

  1. Vous comprenez, cela ne signifie absolument rien pour Dieu. Vous essayez simplement d’introduire la mauvaise clef. Mais il y a une bonne clef, une clef telle que Dieu… Dieu n’a jamais promis de vous rencontrer dans le Méthodisme, le Baptisme, ou le Pentecôtisme, ni dans aucune autre dénomination. Il ne considère pas les dénominations, parce qu’elles sont contre Lui.

  2. En ce qui concerne ce long message, je vais le faire bientôt parvenir au Tabernacle. Le frère Jack pourra l’entendre, et vous pourrez l’obtenir, parce qu’il sera copié.

  3. Les gens agissent comme si Dieu était obligé de les rencontrer sur la base de leur théologie. Les gens font comme cela! Ils ne veulent même pas s’associer les uns avec les autres. Les Trinitaires ou les Pentecôtistes ne veulent pas s’associer avec les “Unitaires”, pas plus que les “Unitaires” ne veulent s’associer avec les Trinitaires. Les Méthodistes ne veulent pas s’associer avec les Baptistes, parce que les uns sont légalistes, et les autres Calvinistes, en sorte qu’ils n’ont aucune communion entre eux. Et ils entortillent l’esprit des gens, de telle manière qu’ils finissent par s’opposer les uns aux autres.

  4. Il y a quelque temps, je suis allé prier dans une chambre d’hôpital. Il y avait là une femme très gravement malade, qu’on allait opérer. Il y avait peu de chances qu’elle survive. Il y avait aussi une autre dame, celle pour laquelle on m’avait appelé. Je demandai à la mourante: «Cela vous dérange-t-il, si je prie un moment?».

  5. Mais elle dit: «Tirez le rideau!».

  6. Je lui répondis: «Excusez-moi! Mais je voulais simplement prier».

  7. Mais elle répéta: «Tirez ce rideau!».

  8. Je dis: «Bien, madame!». Il y avait là son fils, un de ces petits Rickys… Je lui demandai: «Vous n’êtes pas chrétienne?».

  9. — «Nous sommes Méthodistes!».

  10. — «Ce n’est pas ce que je vous ai demandé! Je vous ai demandé si vous étiez une chrétienne. Vous comprenez?».

  11. Mais elle me répliqua simplement: «Tirez ce rideau!».

  12. Vous voyez? Tout cela parce que ce n’était pas un Méthodiste qui lui offrait de prier pour elle! Et pourtant, cette femme était mourante! Mais parce qu’il s’agissait de quelqu’un qui n’était pas associé à sa propre organisation, elle ne voulait rien entendre, ni avoir aucune relation avec lui! Je n’ai jamais vu une telle mentalité de pharisien!

  13. Attendez d’avoir entendu La trace du Serpent. Parfaitement! Mais ils pensent que leur dénomination est la seule qui soit agréée de Dieu… «Dieu ne vous écoutera pas si vous n’êtes pas un Méthodiste, un Baptiste, un Trinitaire, un Unitaire» ou quelque chose comme cela. C’est faux!

  14. Dans la pensée et dans le coeur des gens, il y a un tel désir d’être dans le juste… je ne crois pas que cette femme, ou qui que ce soit d’autre, ait fait cela parce que… Un Méthodiste ne s’élèverait pas pour défendre le Méthodisme, s’il pensait que le Méthodisme est faux. Il pense que c’est la vérité. Je ne crois pas qu’un Trinitaire condamnerait un Unitaire, ou un Unitaire, un Trinitaire et un Pentecôtiste, parce que ceux-ci veulent être différents. Mais lui pense qu’il a raison. Et vous devez respecter son idée. Vous savez, la couverture peut s’étendre des deux côtés! Mais, rappelez-vous que dans tout cela, s’il y a quelque chose, dans le coeur de l’homme ou de la femme, qui les pousse à croire qu’il y a une vérité, alors il doit y avoir quelque part quelque chose qui est la Vérité. C’est comme je l’ai dit souvent: «Lorsque la profondeur appelle la profondeur, il doit y avoir quelque part une profondeur, pour répondre à cet appel».

  15. On nous a appris qu’autrefois, le phoque avait des pattes pour marcher sur le bord de la mer. Mais maintenant, il n’a plus de pattes, mais des nageoires. Il était un animal à fourrure, et il devait aller dans la mer; c’est pourquoi la nature lui forma des nageoires à la place de pattes, parce qu’il avait plus besoin de nager que de marcher.

  16. Je ne me rappelle plus le nom de cet homme célèbre qui est allé au pôle sud. Quel est son nom? Byrd! J’ai entendu dire qu’il avait fait faire des couvertures pour du bétail qu’il avait pris pour cette expédition. Il avait emmené des vaches pour avoir du lait. Et il avait fait faire des couvertures pour les empêcher de mourir gelées. Mais lorsqu’ils arrivèrent là-bas, elles n’en avaient plus besoin! La nature leur avait fait croître un manteau de fourrure sous la forme d’un pelage épais! Vous comprenez? Pourquoi cela? Avant qu’il y ait une nageoire sur le dos des poissons, il fallait qu’il y ait de l’eau dans laquelle ils puissent nager. Autrement, ils n’auraient jamais eu de nageoires. Avant qu’il y ait un arbre qui pousse sur la terre, il fallait qu’il y ait premièrement une terre sur laquelle il puisse pousser, sinon il n’y aurait jamais eu d’arbres

  17. C’est pourquoi, vous comprenez, chaque fois qu’il y a dans le coeur de l’homme un appel pour quelque chose, il faut qu’il y ait quelque chose qui réponde, afin de satisfaire l’appel.

  18. Il y a quelque temps, on a fait une autopsie sur une femme qui était morte. Les médecins ont dit que la raison pour laquelle elle était morte, était qu’elle mangeait, tout le temps des oignons. Si elle ne mangeait pas d’oignons, elle avait des démangeaisons partout. Personne n’y comprenait rien. A l’autopsie, ils découvrirent une grosseur dans le corps de cette femme, formée d’un certain type de cellules; il y a un nom pour cela. Ils prirent la grosseur, et la mirent dans un plat rempli d’oignons: en une nuit, les oignons furent dissous. Vous comprenez? Qu’est-ce que cela signifiait? Il y avait dans le corps de cette femme quelque chose qui appelait les oignons, et s’il n’y avait pas eu d’oignons, il n’y aurait pas eu de grosseur.

  19. En d’autres termes, avant qu’il y ait une création, il faut qu’il y ait premièrement un Créateur.

  20. Or si, dans le coeur de l’homme, il y a une soif pour quelque chose, comme cela se passe chez les Méthodistes, les Baptistes, les Presbytériens, les Catholiques, et tous les autres, et qu’ils cherchent le vrai chemin, et si leurs pasteurs et leurs prêtres leur disent: «Ceci est le vrai chemin!»… Les prêtres disent: «Il n’y a pas de salut, en dehors de l’église Catholique».

  21. Oui, chaque église a ses propres idées. Certains ne veulent pas l’admettre, mais cela se révèle dans leurs actions. Vos oeuvres parlent plus fort que vos paroles. Autrement dit, ils sont encore plus hypocrites que les Catholiques. Le Catholique confesse sans détour: «Je crois que c’est le seul chemin». Mais eux ne font pas cela. Ils dissimulent, mais leurs actions prouvent ce qu’ils pensent réellement. Vous comprenez?

  22. Il doit y avoir un lieu déterminé, parce qu’il y a, dans le coeur de l’homme, un désir de le trouver. Et je pense que la Parole de Dieu a la réponse à tous nos besoins. Dieu a la réponse, et nous allons la chercher dans les Ecritures. Et si Dieu nous montre, par l’Ecriture, le seul lieu, le seul terrain (ou même la seule dénomination, si c’est le cas), le seul moyen par lequel Dieu peut rencontrer l’homme, alors, nous nous tiendrons à cela, parce que nous aurons trouvé la Vérité de la Bible, ce qu’Elle nous dit.

  23. Le mot Deutéronome signifie: deux lois. Dieu a deux lois. L’une est la désobéissance à la Parole, qui entraîne la mort; l’autre, l’obéissance à la Parole qui donne la Vie. Ce sont les deux lois, et le Deutéronome expose ces deux lois. Toutes deux nous ont été complètement exposées dans les Ecritures. L’une est la mort, l’autre, la Vie. La Vie et la mort. Dieu ne traite qu’avec la Vie, Satan qu’avec la mort. Les deux possibilités ont été exposées au monde publiquement, ouvertement, de manière que chaque oeil puisse le voir, et il n’y a aucune excuse. L’une a été donnée sur le Mont Sinaï, lorsque la loi condamnant toute la race humaine a été, donnée. L’autre a été donnée sur le Mont Golgotha, ou la Vie a été donnée à toute l’espèce humaine, lorsque le prix a été payé par Jésus-Christ. Les deux lois du Deutéronome ont été accomplies dans ces deux glorieux événements.

  24. Je voudrais encore vous faire remarquer qu’il y a aussi eu deux alliances. L’une des alliances a été faite avec Adam. Elle fut donnée sous la forme de conditions, qui sont comme une loi: “Si tu ne touches pas cet arbre, tu vivras; mais SI tu y touches, tu mourras”. C’était une loi. Ensuite, il y eut une autre loi, qui fut donnée à Abraham comme une grâce inconditionnelle: “Je t’ai sauvé toi et ta postérité après toi”. Amen! Ce fut un type du Calvaire, et non pas le type de l’alliance d’Adam; c’était l’alliance d’Abraham.

  25. Mais maintenant, nous L’entendons dire qu’il n’y a qu’un lieu où l’homme peut Le rencontrer dans l’adoration. Vous avez entendu cela textuellement dans le passage que je viens de lire. Nous y retournerons d’ailleurs dans quelques minutes.

  26. S’il n’y a qu’un seul endroit où Dieu puisse rencontrer l’homme, nous devons alors faire très attention. C’est pourquoi, ce matin, abandonnons nos traditions dans cette leçon d’école du dimanche, et faisons en sorte que nous soyons assurés de trouver ce lieu. Parce Dieu l’a dit, Il ne vous recevra pas ailleurs. Il ne vous recevra dans aucune autre église. Son Eglise est le seul lieu dans lequel Il vous recevra.

  27. Vous me direz: «Que dites-vous là, frère Branham? Et si je suis sincère?». — Non!

  28. En Son temps, Jésus a parlé à quelques personnes sincères, les adorateurs de ce temps-là, et leur a dit: “C’est en vain que vous M’adorez!”. Pourtant, ils L’adoraient en toute sincérité, du plus profond de leur coeur. “C’est en vain que vous M’adorez, enseignant pour doctrine des commandements d’hommes!”. C’est-à-dire leur credo dénominationnels. Ils étaient sincères, de respect, aussi religieux que possible! Et cela n’a pas commencé avec les Pharisiens! Nous voyons exactement la même attitude se manifester, lorsque nous lisons l’histoire de Caïn et d’Abel, les deux premiers adorateurs nés selon la naissance naturelle de ce monde.

  29. Caïn était aussi religieux qu’Abel. Tous les deux ont construit un autel. Tous deux aimaient Dieu. Tous deux offraient des sacrifices. Tous deux adoraient Dieu. Tous deux payaient la dîme. Tous deux faisaient exactement la même chose. Mais Abel, par la foi qui est la révélation (la Parole de Dieu révélée, rendue claire, démontrée et confirmée) … Gloire à Dieu! Caïn fit une offrande; mais Dieu ne l’agréa pas. Dieu demandait l’adoration, et Caïn fit une offrande mais Dieu ne l’agréa pas. Mais, par le vrai canal…

  30. Vous direz: «C’est mon église qui est le vrai canal!».

  31. Attendez une minute! Dieu interprète Sa Parole par les termes dans lesquels Il a parlé. Caïn disait: “Je suis religieux; j’aime mon Créateur. Je T’offre ce bel autel. Je T’offre ce sacrifice. J’ai fait toutes ces choses, Seigneur, parce que je T’aime”. Abel a dit la même chose. Pourtant, c’est lui qui fut agréé, qui fut confirmé. Dieu est descendu et a agréé le sacrifice d’Abel, parce que, par révélation, il avait passé par le canal agréé par Dieu.

  32. Observez maintenant cet esprit de Caïn descendre tout au long des Ecritures jusqu’au dernier jour! Fondamentaliste? Il était aussi fondamentaliste que son frère!

  33. Considérez ces deux prophètes, Balaam et Moïse. Tous deux bâtirent sept autels, les autels de l’Eternel, sur lesquels le sang fut répandu, et non seulement le sang, mais on y immola aussi des agneaux sur chacun d’eux. Au point de vue numérologique, il y avait chaque fois le nombre correct, le nombre sept, celui de la perfection; il y avait sept béliers. Ces deux autels étaient exactement semblables. Ils étaient aussi fondamentalistes l’un que l’autre. Mais lequel Dieu agréa-t-Il? Vous comprenez? Il agréa celui qui était dans Sa Parole. Fondamentaliste ne signifie pas grand’chose. Ce qui compte, c’est la révélation de Dieu.

  34. Maintenant, réfléchissez. Pourquoi Jésus a-t-Il traité ces Pharisiens de cette manière, et leur disait: “C’est en vain que vous M’adorez”? Ils L’adoraient. Leur adoration était sincère, et venait de leur coeur. Pourtant: “C’est en vain que vous M’adorez!”. Pourquoi cela? — “Parce que vous enseignez une doctrine faite de traditions d’hommes, et de cette manière, vous rendez les commandements de Dieu sans effet pour le peuple”.

  35. Si je vous prêchais un message Méthodiste, il ne vous ferait aucun effet, parce que notre temps est le temps de l’Epouse. Si Moïse avait apporté le message de Noé, il eût été sans effet. Si Jésus avait apporté le message de Moïse, il eût été sans effet. Parce que là où il y a une semence prédestinée, elle ne doit recevoir que le genre d’eau qui a été donnée pour cette semence. Vous comprenez? Elle ne pourra croître dans aucune autre condition. Elle doit rencontrer les conditions nécessaires à sa croissance.

  36. Si vous prenez un oeuf de poule, vous pouvez le mettre dans un incubateur ou sous une poule, il éclora. Il pourrait éclore même si vous le mettiez sous un chien! C’est la chaleur, ce sont les conditions dans lesquelles il se trouve, qui lui permettent de se développer. Il faut qu’il soit placé dans certaines conditions. Mais si vous prenez un bon oeuf, bien vivant, et que vous le placiez sous une poule morte, il ne se développera pas. Vous comprenez? Il faut que les conditions soient remplies.

  37. Il en va de même pour l’âge dans lequel nous vivons aujourd’hui. Vous devez trouver quelle est la manière de faire de Dieu, dans cet âge-ci. C’est ce que Martin Luther découvrit; c’est ce que John Wesley découvrit; c’est ce que les Pentecôtistes découvrirent, chacun dans son âge. Le temps déterminé par Dieu.

  38. Au sujet des Pentecôtistes… C’est un frère de couleur qui fut à l’origine du mouvement Pentecôtiste, en Californie. Il était borgne, et habitait dans la vieille Azusa Street. On se moqua de lui parce qu’il était un homme de couleur, mais c’est lui qui apporta le message pour son temps. Ce n’était qu’un petit homme de rien du tout, qui pouvait tout juste signer son nom, mais le Seigneur lui révéla que cet âge-ci était celui de la restauration des dons, et les dons apparurent. Peu importe ce qui a été dit, cela arrive. Tous furent pénétrés de cette atmosphère, et comprirent que le temps était venu; ils purent voir comment Dieu confirmait que ces gens pouvaient parler en langues, etc.: cela arrivait. Mais lorsque l’on se mit à affirmer que le parler en langues était “le seul signe du baptême du Saint-Esprit”, alors, ce fut la mort. Ils commencèrent à ôter ceci, puis cela, et firent une dénomination. Ceci devait venir sur une nuée, cela dans un buisson… et ce fut la fin.

  39. C’est ce que font les dénominations. Dieu n’est pas le créateur des dénominations, parce que les dénominations, c’est Babylone, et Dieu n’est pas l’auteur de la confusion. Il n’y a pas besoin d’être intelligent pour comprendre cela! C’est Babylone. Comprenez-vous cela? C’est Babylone. C’est la tradition. Pensez-y, gens sincères! Or, s’ils croient cela, il doit y avoir un lieu certain ou Dieu puisse nous rencontrer.

  40. Remarquez ce qui est dit dans le verset deux: “Tu sacrifieras la Pâque à l’Eternel ton Dieu, tes victimes de menu et de gros bétail, dans le lieu que l’Eternel choisira pour y faire résider Son Nom”. Bien entendu qu’ils adoraient là où ils offraient les sacrifices. — “Le lieu que J’AI choisi; non pas le lieu que VOUS choisissez, le lieu que l’homme choisit. Mais dans le lieu que J’ai choisi; c’est là que vous adorerez”. Cela nous montre qu’il n’y a qu’un seul lieu, et que tous les autres lieux sont vains. Ce lieu ne doit pas être de votre choix, mais de Son choix.

  41. «Oh, je n’ai pas besoin d’aller à l’église!… Vous êtes si étroit d’esprit! Vous êtes tout le temps en train de critiquer les femmes qui prêchent ou qui se coupent les cheveux, et ces hommes qui font ceci ou cela… Vous êtes vraiment trop étroit d’esprit!».

  42. Eh bien! vous n’êtes pas obligés de prendre ce que dit la Parole de Dieu à ce sujet, mais allez voir dans les assemblées où ils font comme cela… Vous comprenez? Vous trouverez que tout cela est écrit dans la Parole, c’est pourquoi: “C’est en vain qu’ils m’adorent”. Vous voyez, Jésus, Lui aussi, a parlé des mêmes choses.

  43. Vous devez être fidèles jusque dans les moindres détails. Il y a toujours ce petit renard qui gâte toute la vigne. Ce qui compte, ce ne sont pas les grandes choses que vous faites, ce sont les petites choses que vous ne faites pas. Rappelez-vous que la chaîne n’est pas plus forte que son maillon le plus faible. “Bénis sont ceux qui accomplissent TOUS les commandements de Dieu, parce qu’ils auront le droit d’entrer!”. Faites TOUT ce que Dieu a dit de faire, et Il dit aux femmes de porter les cheveux longs.

  44. Quelqu’un m’a dit il n’y a pas bien longtemps: «Moi, je ne prêche pas une religion de corde à lessive!».

  45. Je lui répondis: «Alors, vous ne prêchez pas l’Evangile».

  46. Dieu nous l’a montré ici, Il nous a dit ce que nous devions faire. Et, ou bien vous le faites… C’est une chose naturelle, raisonnable. Cela est peut-être quelque chose de tout petit, d’insignifiant. Mais Jésus dit: “Bénis sont ceux qui sont fidèles dans toutes les petites choses; qui font les petites choses…”. Et, pour une femme, laisser pousser ses cheveux… eh bien, c’est une chose qu’elle-même peut faire, mais elle ne le veut même pas! Elle ne veut même pas faire cela!

  47. «Oh, enseignez-nous des choses glorieuses!».

  48. Comment pourrait-on vous enseigner les choses glorieuses, alors que vous n’êtes même pas capables de faire les choses toutes simples et communes? C’est que, vous comprenez, vos motifs et vos objectifs sont faux!

  49. Ce qui compte, c’est l’amour que vous avez pour Dieu. «Seigneur, peu importe ce que Tu veux que je fasse, j’accepte de le faire». Alors, vous pourrez faire des progrès; mais si vous n’agissez pas de cette manière, de la manière que Lui a montrée…

  50. C’est Lui qui a choisi. “Le lieu que J’ai choisi… C’est là que vous adorerez, et que vous offrirez vos sacrifices”.

  51. Caïn a apporté son sacrifice, Abel, le sien; mais tout dépend du lieu où vous l’amenez. Si vous l’offrez dans le lieu qu’Il a choisi, alors ce sera très bien, et Il l’acceptera. Autrement, Il ne l’acceptera pas. Quel que soit le sacrifice, il sera rejeté, à moins qu’il ne soit offert dans le lieu convenable.

  52. Maintenant, ce que nous voudrions découvrir, c’est nous devons apporter notre sacrifice. Si nous pouvions découvrir… Nous voudrions tous aller au Ciel, n’est-ce pas? Mais nous savons que nous avons fait le mal. Nous croyons tous que Jésus est le Sacrifice. Ce que nous voudrions savoir, c’est où nous devons Le prendre afin qu’Il soit agréé. Vous comprenez? La Bible nous enseigne où nous devons prendre ce Sacrifice afin qu’Il soit agréé; hors de cela, il ne sera pas agréé.

  53. Considérons le lieu qu’Il a choisi, et où devait être déposé le sacrifice, le lieu qu’Il a choisi pour déposer le sacrifice. Vous ne pouviez l’apporter à aucune des portes de la ville: vous deviez l’apporter au lieu qu’Il avait choisi, le lieu qu’Il avait choisi pour y faire résider Son Nom. Maintenant, cherchons ce lieu dans les Ecritures, car c’est le lieu qu’il a choisi pour y faire résider Son Nom.

  54. Ce matin, j’ai noté un texte sur ce sujet… Lisons le deuxième verset de ce chapitre. Je ne voudrais pas parler trop longtemps, à cause de ceux qui écoutent par téléphone… Lisons le verset 2 du chapitre 16:

    “Tu sacrifieras la Pâque à l’Eternel, ton Dieu, tes victimes de menu et de gros bétail, dans le lieu que l’Eternel choisira pour y faire résider Son Nom”.

  55. Votre sincérité, et tout ce que vous voudriez confesser, vous ne pouvez simplement le prendre, et l’apporter à l’autel Méthodiste, Baptiste ou Pentecôtiste. Il y a quelque part un autel que Lui a choisi pour y faire résider Son Nom, et c’est là qu’Il pourra vous rencontrer. Si vous faites en sorte que tout fonctionne bien, cela fonctionnera bien: tout est en ordre. Mais s’il y a un court-circuit dans le fil, la lumière ne passera pas. Parce qu’elle a été court-circuitée. Lorsque vous prenez une des Paroles de Dieu, où que vous alliez, dans un des lieux qu’Il a choisis, et qu’il y a dans votre coeur des pensées égoïstes, cela court-circuitera la puissance de Dieu à cet endroit précis. Si vous le faites parce que vous voulez être plus intelligent que les autres, ou que vous vouliez être différent, c’est là qu’il y aura le court-circuit, et le fusible sautera. Vous êtes dans l’erreur. Vous devez venir avec sincérité, de tout votre coeur. Vos motifs et vos objectifs, placez-les en Dieu. Ensuite, cherchez le lieu qu’Il a choisi, et apportez-y votre sacrifice. Comprenez-vous cela?

  56. Considérez Marthe et Marie. Jésus était revenu, après avoir enseigné Son Evangile (qu’Il était la Lumière du monde, étant le Messie); Il fut haï, rejeté. Oh, combien les Pharisiens et les églises Le méprisaient! Lazare était mort, lui que Jésus aimait comme un frère! Et Il l’avait laissé là-bas. On L’avait envoyé chercher, et Il n’était même pas venu!

  57. Mais voyez l’attitude de Marthe. Elle dit: “Seigneur si Tu avais été là…” (elle Lui avait donné Son vrai titre: Seigneur, Jvhu, Jéhovah). Gloire à Dieu! “Si Tu avais été là, mon frère ne serait pas mort!”. La vie et la mort ne peuvent pas s’associer dans le même canal, ou se trouver dans la même maison. “… Il ne serait pas mort!”.

  58. Mais Jésus lui répondit: “Je suis la Résurrection et la Vie!”. — C’est Dieu qui l’a dit. Il dit d’abord: “Ton frère ressuscitera”.

  59. Elle Lui répondit: “Oui, Seigneur, je le crois. En tant que Juive, je sais qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. Je sais qu’il y aura une résurrection générale des morts. Et je crois que mon frère était loyal et sincère dans l’adoration. Je crois que Tu es le Messie dont il est parlé dans la Bible, parce que Dieu a confirmé Sa Parole en Toi, montrant que Tu es le Messager pour cette heure. Tu es le Messie. Je crois que Tu es ce Christ qui devait venir, parce que Tes oeuvres témoignent que Dieu T’a envoyé ici pour être ce Messie”. O mon Dieu! Voyez comme chaque roue de l’engrenage prend sa place!

  60. Elle avait le droit de demander: “Pourquoi n’es-Tu pas venu pour ressusciter mon frère? Pourquoi ne l’as-Tu pas guéri? Tu en as guéris bien d’autres! Lazare était Ton meilleur ami, et maintenant, vois ce qui est arrivé!”. Non, non, ce genre d’objections ne vous mènera à rien.

  61. “Je crois que Tu es exactement ce que les Ecritures confirment que Tu es. Je crois que le Messie doit venir en ce jour: nous L’attendons. Peu m’importe ce que disent les autres. Je crois de tout mon coeur ce que j’ai vu et entendu par la Parole, lorsque la Parole dit qu’Elle est confirmée en Toi, et que Tu es le Messie”. Vous voyez, tout au fond d’elle-même, il y avait quelque chose qu’elle voulait demander, mais elle devait passer par le bon canal.

  62. Elle aurait pu dire: “Et Tu viens me dire que Tu es ce Messie? Toi qui n’as même pas la politesse de répondre à notre requête! Nous qui T’avons nourri, qui T’avons logé, qui sommes venus vers Toi, qui avons quitté nos églises parce que Tu nous avais dit de sortir des dénominations! C’est ce que nous avons fait; et maintenant, nous sommes considérés comme des parias, comme des renégats! Tout cela, c’est pour Toi que nous l’avons fait, et Tu n’as même pas la politesse élémentaire de venir quand nous T’appelons!”. Réellement, je crois qu’elle aurait eu le droit de dire cela!

  63. C’est comme vous, au sujet des cheveux courts: «Je suis une citoyenne américaine, et j’ai le droit de porter des shorts, et de faire ce que je veux qui n’est pas contraire à la loi». C’est vrai que ce sont vos droits, mais une brebis abandonne toujours ses droits. (Parfaitement!) Si vous êtes un agneau… un agneau ne porte que de la laine, et cela aussi, il l’abandonne. Ce sont des droits que Dieu Lui-même lui a accordés, mais il les abandonne.

  64. «J’ai le droit de me joindre à une dénomination!». C’est l’exacte vérité, mais cela aussi, vous l’abandonnez.

  65. Elle abandonna tous ses droits pour reconnaître la Parole de Dieu manifestée droit devant elle.

  66. Il a dit: “Je suis la Résurrection et la Vie. Celui qui croit en Moi vivra quand même il serait mort. Quiconque vit et croit en Moi ne mourra jamais. Crois-tu cela?”. Pourtant il y avait encore un point qu’elle n’avait pas confessé.

  67. Elle dit: “Oui, seigneur! Je crois que Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant!”. Oh, chers frères, maintenant, tout était prêt pour que l’étincelle puisse jaillir!

  68. “Où l’avez-vous mis?”. Vous voyez? Et vous savez ce qui est arrivé ensuite.

  69. Vous comprenez, pour qu’Il puisse agréer votre sacrifice, vous devez d’abord vous rendre dans le lieu choisi. C’est là que vous devez aller pour commencer. Ecoutez bien:

    “… dans le lieu que l’Eternel choisira pour y faire résider Son Nom. Pendant la fête, tu ne mangeras pas de pain levé…”.

  70. Quel type cela donne-t-il au sujet du sacrifice? Ne le mélangez à aucun credo. Il faut que ce soit la Parole Elle-même. “… pas de pain levé…”. Vous savez ce que représente le levain dans quelque chose. “Un peu de levain fait lever toute la pâte” représente le Corps. Vous ne pouvez pas mettre la moindre trace de dénomination ou de credo en Christ, cela ne donnera aucun résultat.

  71. Vous vous souvenez du message de jeudi passé? Votre vieux mari doit être mort. C’est vrai. Votre nouveau mari est la Parole.

    “… Tu mangeras sept jours des pains sans levain…”.

  72. “Sept jours” … Qu’est-ce que cela représente? C’est l’ensemble des sept âges de l’église, sept jours. Pourquoi devaient-ils en manger sept jours? Avant quoi? — Avant de sortir! Chaque âge de l’église, du commencement à la fin, doit vivre uniquement de la nourriture de la Parole de Dieu pour cet âge-là. C’est pourquoi les credo Romain, Méthodiste, Baptiste et Pentecôtiste sont tous morts.

  73. Ecoutez ceci:

    “… du pain d’affliction (ils ont été persécutés à cause de la Parole. Luther, Wesley, les Pentecôtistes, tous ont été persécutés, et vous le serez, vous aussi) … car c’est avec précipitation que tu es sorti du pays d’Egypte; il en sera ainsi afin que tu te souviennes toute ta vie du jour où tu es sorti du pays d’Egypte. On ne verra point chez toi de levain, dans toute l’étendue de ton pays, pendant sept jours…”.

  74. Voyez la belle Epouse de Christ: elle devait mourir, et elle mourut pendant les âges de ténèbres de l’empire Romain… Il fallait qu’Elle mourût: “Si le grain de blé ne tombe en terre premièrement et ne meurt…”. L’Epoux devait venir, le parfait Chef-d’Oeuvre de Dieu. Vous avez mon message sur ce sujet.

  75. Un jour, à Forest Lawn, à Los Angeles, mon coeur a tressailli. Etes-vous déjà allé à Forest Lawn? On y a exposé la statue de Moïse, de Michel-Ange. C’est une statue parfaite; elle n’a qu’un défaut sur le genou droit, une entaille profonde d’un demi-pouce. Je regardai, et le guide, me désignant cette entaille, me dit: «Michel-Ange était un sculpteur. Il voulait faire une représentation de Moïse. Tout au fond de sa pensée, il voyait comment son Moïse devrait être. Ce fut l’oeuvre de toute sa vie. De temps en temps, il donnait un petit coup de ciseau par ici, un autre par là, puis il reculait un peu, et considérait son oeuvre. Année après année, il travailla sur cette oeuvre. Enfin, lorsque la statue fut terminée, il recula de quelques pas, et regarda sa statue. Elle représentait si parfaitement l’image qu’il se faisait de Moïse, qu’il fut comme hors de lui. Il saisit son marteau, frappa la statue, et cria: Parle!». On appelle cette statue le Chef-d’oeuvre de Michel-Ange. Ce quelque chose de grandiose, dans la pensée du sculpteur, cette vision intérieure qu’il avait de ce que devait être Moïse… En réalité, il ne faisait que reproduire une vision qu’il avait de Dieu le Père.

  76. Dans Son coeur, avant la fondation du monde, Dieu avait un Fils, parce qu’Il est un Père. Mais tout cela n’était encore que dans les gènes de Sa Parole. Il créa un homme, à qui Il donna le libre arbitre, mais cet homme tomba. Mais Dieu, le Grand Sculpteur, qui avait formé l’homme de la poussière de la terre, ne S’arrêta pas là; Il recommença. Il fit un Noé, que le vin rendit ivre-mort. Il fit un Moïse, qui ne garda pas Sa Parole. Il fit des prophètes qui se sauvèrent au jour du danger. Il continua à faire, à faire, jusqu’au jour où Il voulut faire un Chef-d’Oeuvre à Sa ressemblance, ayant Sa nature, qui corresponde à l’image qu’Il Se faisait d’un Fils.

  77. Un jour, au bord du Jourdain, après que Son Chefd’Oeuvre eut été formé, Il descendit sur les ailes d’une colombe, et dit: “C’est Lui!”. Il fut si enthousiasmé par Son Chef-d’Oeuvre, qu’il Le frappa au Calvaire afin qu’Il mourût, parce que le reste de l’humanité était imparfaite; afin que, par Son Sang versé, Il puisse donner beaucoup d’autres chefs-d’oeuvre (l’Epouse) à Son Fils. Le Chef-d’Oeuvre a été blessé, parce que Dieu a été tellement enthousiasmé à la vue d’un tel Chef-d’Oeuvre, qu’Il L’a frappé pour nous. Comprenez-vous cela? Il mourut afin de nous rendre parfaits, nous qui sommes imparfaits. Le Chef-d’Oeuvre…

  78. Remarquez qu’Il dit dans ce passage:

    “Pendant sept jours, vous mangerez du pain sans levain…”.

  79. Le pain est un type. Jésus a dit: “L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de chaque Parole…”. Et non pas d’une Parole ici et là, comme les dénominations voudraient vous le faire croire. Mais la Parole de Dieu est parfaite! C’est Dieu Lui-même sous forme de lettre, et qui est appelé une “Semence”. Et la bonne espèce de foi, la foi pure et sans mélange en cette Parole, donnera la Vie à cette Semence.

  80. C’est exactement ce que vous pouvez voir le soir, lorsque s’exerce le discernement et toutes ces autres choses, parce que c’est la promesse que Dieu a faite. Il Se tenait à côté de moi, et me disait ces choses; et Il me dit aussi: «Des faussaires s’élèveront, mais toi, reste ferme!». Je crois cela! Et si je dis ces choses, ce n’est pas pour des motifs égoïstes, pour blesser qui que ce soit, mais afin d’obéir à Dieu et de faire l’oeuvre pour laquelle Il m’a appelé. Et en retour, Dieu le confirme, agréant l’offrande et le sacrifice en confirmant que c’est la Vérité. Il n’y a pas de place pour le doute. Maintenant, écoutez cette Parole!

  81. Lorsqu’il est dit “Sept jours”, cela veut dire que cela concerne tous les âges de l’église. Comme ce Chef-d’Oeuvre qui dut mourir afin de ressusciter pour nous racheter tous. Il établit une église le jour de Pentecôte, et la mit en ordre, mais cette église devait passer par un sacrifice. Ce fut le monde Romain qui la mit à mort et l’enterra.

  82. Comme l’auteur de ce livre, je ne peux pas me souvenir de son nom… il s’était tellement moqué de moi!… Il disait: «Tous ces démons n’existent que dans l’imagination de William Branham!». C’est ce que le diable essaie de faire croire. Il dit: «Les visions et toutes ces choses, cela vient du diable!». Il disait aussi: «Cet homme est une sorte d’hypnotiseur. Il travaille dans le domaine de la perception suprasensorielle». Le monde intellectuel essaie toujours d’expliquer les choses scientifiquement.

  83. C’est de la même manière qu’ils essayaient de comprendre Jésus: “Par quel moyen fais-tu ces choses? Qu’est-ce qui s’est passé?”.

  84. Mais Il leur répondit en disant: “Moi aussi, je vais vous poser une question: Le ministère de Jean-Baptiste, venait-il de Dieu ou des hommes?”.

  85. Ils Lui répondirent: “Nous ne savons…”.

  86. Alors, Il leur répondit: “Moi non plus, je ne vous dirai rien!”. Et Il continua Son chemin. Depuis ce moment-là, plus personne n’osa Lui poser de questions. Vous comprenez? Il leur coupa la parole, et ne leur dit plus rien. Cela ne les regardait pas! Il avait une oeuvre à accomplir, et Il l’accomplit.

  87. Que Dieu nous aide à faire de même! Nous n’avons pas à répondre aux questions du diable. C’est vrai! — «Si c’est Toi, alors fais ceci et cela!». En tant que prédicateur, vous êtes responsable de cet Evangile, un point, c’est tout. Peu importe comment cela est écrit, votre responsabilité, c’est de Le proclamer.

  88. En tant que serviteur, si vous êtes un prophète, vous êtes responsable devant Dieu. Et si les visions qui vous viennent éclairent l’Ecriture, et vous montrent ce qu’Elle veut dire, alors, vous êtes responsable pour chaque Parole qui se trouve dans cette Bible, parce qu’Elle a été écrite par le même genre de gens que vous. — «Dieu, dans les temps anciens, parla par les prophètes, et écrivit la Sainte Bible». Et aucun véritable prophète de Dieu pourrait rejeter un seul mot de la Parole, mais au contraire, il croira chaque mot, et prêchera en conséquence. Et alors, par ce canal, Dieu est obligé d’accomplir cette Parole de la manière exacte dont la Promesse a été faite, et la Semence croîtra.

  89. Nous remarquons encore une fois rapidement que ce pain devait être mangé durant les sept jours — au travers des sept âges de l’église. Donc, cela devait mourir, et être mis en terre.

  90. Ce critique disait: «Comment pouvez-vous adorer un Dieu comme celui qui, au Moyen Age, pouvait sans rien faire voir jeter aux lions de jeunes femmes enceintes, ou d’autres qui tenaient encore leur enfant dans leurs bras; ces gens qui étaient sincères, et que l’on jetait en pâture aux lions! Comment pouvait-Il supporter d’entendre leurs cris! Et ceux que l’on attachait à des croix, et que l’on brûlait vivants! Et ces jeunes filles que l’on jetait nues dans l’arène, et qui étaient dévorées par les lions! Et il y aurait un Dieu qui serait soi-disant dans le Ciel, assis sur Son trône, regardant en bas, et jouissant du spectacle!».

  91. Vous voyez: cela, c’est la manière de voir intellectuelle, et elle vient du diable. Si cet homme avait été spirituel, il aurait compris que le grain de blé devait mourir, et être enterré dans une cathédrale Romaine.

  92. Mais voici qu’une petite pousse de Vie sortit bientôt, lors de la réforme de Luther, lorsqu’il dit: «Le juste ne vivra pas par un petit bout de pain que le prêtre a béni, mais par la Parole de Dieu!». Le juste vivra par la foi! Il y eut deux petites pousses, et le grain de blé commença à croître.

  93. Ensuite vint John Wesley, qui ajouta encore quelque chose. (Il y en eut bien sûr beaucoup d’autres qui… Il y eut Zwingli et les autres qui niaient la naissance virginale, mais cela mourut…) Il y eut les Méthodistes, l’aigrette, le pollen, l’ère missionnaire. Ils prêchaient la sanctification. Ils ajoutèrent l’aigrette.

  94. Puis, vinrent les Pentecôtistes, et la balle qui aurait pu séduire les élus eux-mêmes, si c’était possible. Elle avait exactement l’apparence d’un grain de blé, mais lorsque vous l’ouvriez, il n’y avait rien dedans. Mais la Vie continue à avancer, et Elle passe au travers de la balle.

  95. Avez-vous remarqué ce qui se passe trois ans après qu’une grande série de réunions a eu lieu? Une nouvelle dénomination prend naissance! Maintenant, vingt ans ont passé, et il n’y a pas eu de nouvelle dénomination! O, cher Agneau immolé, puisse cela ne jamais arriver. Si je m’en vais dans cette génération, puissent les gens qui croient à ce message ne jamais s’arrêter pour faire une dénomination! Vous mourriez dans votre voie! Ne l’oubliez jamais! A l’heure même où vous aurez la pensée de créer une dénomination parmi vous, peu importe à quel point vous êtes sincères, à l’instant où vous prendrez pour chef un homme, au lieu du Saint-Esprit, pour confirmer cette Parole, à cette heure même, vous mourrez! La véritable Semence ne pourra pas faire cela, parce qu’il ne reste rien après la semence: elle est la même chose que ce qui était au commencement. C’est l’Epouse qui est tombée dans la terre afin de faire sortir le nouveau grain de blé.

  96. Remarquez bien ceci: “… tu mangeras sept jours des pains sans levain…”.

  97. Et il en sera de l’Epouse…

  98. Vous, les enfants de cette vieille mère Méthodiste qui poussait des cris, etc., vous dites: «Si elle ne parlait pas en langues, elle ne pourrait pas être avec nous!». — C’est un mensonge! C’est le même Saint-Esprit que celui d’aujourd’hui; seulement, il était impossible pour eux… il n’y avait pas encore la restauration des dons. Mais, de toute façon, pendant tous les sept jours, ils mangèrent simplement le Pain sans levain, la Parole. Mais ceux qui créèrent des dénominations à partir de là, ils sont morts. Ils sont la tige, et ils seront rassemblés pour être brûlés. Mais la Vie continue toujours, au travers de cela. Et que s’est-il passé? Toute la vie qui était dans la tige, dans l’épi, dans la balle, s’est concentrée dans le grain. Et le même Saint-Esprit qui a suscité Luther, Wesley, les Pentecôtistes Se retrouvera dans l’Epouse, le jour de la résurrection.

  99. “Pendant sept jours, tu mangeras du pain sans levain…”. On ne trouvera pas de levain parmi l’Epouse, pas une seule parole ajoutée, rien. Rappelez-vous que c’est un seul mot qui a causé toute la mort que l’on trouve sur la terre. Tous les enfants illégitimes sont nés parce que Eve, la première église, l’épouse du premier Adam, douta de la Parole de Dieu et accepta des interprétations dénominationnelles, intellectuelles telles qu’on les enseigne dans les écoles. Parce qu’on raisonna sur la Parole de Dieu, en disant: «Bien sûr que Dieu est un Dieu bon!». Dieu est un Dieu bon, mais Il est aussi un Dieu juste. Nous devons garder Sa Parole! Eve, elle, accepta l’interprétation.

  100. Vous autres séminaristes, vous avez certainement reçu un appel dans votre vie, mais vous vous êtes précipités dans une école biblique pour vous faire injecter ces doctrines, et c’est là que vous mourez. Restez avec Dieu et Sa Parole! Mais ils ne voudront pas vous laisser faire cela. Vous ne pourrez même pas appartenir à leur congrégation, ni monter en chaire. C’est pourquoi, laissez-les faire à leur idée, laissez les morts enterrer leurs morts; suivons Christ la Parole.

  101. Pendant sept jours donc, on ne trouvera pas de levain mêlé dans l’Epouse, l’Eglise — pendant sept jours.

  102. Remarquez bien ce passage: “On ne verra point chez toi de levain, dans toute l’étendue de ton pays, pendant sept jours… (ici, le sacrifice est un type: celui de l’Epouse issue du Sacrifice, qui est Christ) … et aucune partie des victimes que tu sacrifieras le soir du premier jour…”.

  103. Vous vous souvenez comment nous avons parcouru les sept âges de l’Eglise? Le messager de l’église arrive toujours au moment de l’agonie de l’âge précédent. L’agonie de l’âge de la Pentecôte apporte celui de l’enlèvement de l’Epouse. Vous comprenez? L’agonie de l’âge de Luther a apporté l’âge de Wesley. L’agonie de l’âge de Wesley a apporté l’âge de la Pentecôte. L’agonie de la Pentecôte a apporté le message actuel. Tout cela est montré tout au long de l’Ecriture. Il n’y a pas un seul passage qui ne se soude aux autres. Vous comprenez? Tous ces types… Je n’ai pas d’instruction, mais j’ai le Saint-Esprit qui me montre les choses à travers un autre canal, qui m’instruit par la nature, et c’est par la Parole. Il faut que ce soit la Parole, car c’est Elle qui apporte la promesse.

    “… ne sera gardée pendant la nuit jusqu’au matin”.

  104. Luther avait la vérité, et il enseigna à l’église: “Le juste vivra par la foi”. L’âge Méthodiste, vous ne le considérez plus comme la pleine doctrine. Que ferez-vous? S’il en reste quelque chose, vous le brûlerez au feu: De quoi était-ce le type? Les dénominations qui viennent de la Parole sont du chaume, des tiges, de la balle, et doivent être brûlées au feu. La partie dénominationnelle qui a passé dans l’âge suivant ne doit pas subsister, elle doit mourir. Ne l’emportez pas dans l’âge suivant. Brûlez-la! Il parle maintenant à l’Epouse, et rien qu’à l’Epouse qui s’est levée dans chaque âge.

  105. Remarquez comme tout cela est beau: “Le sang de l’agneau”. Il représente le corps de Christ, le Sacrifice. Le sang de l’agneau appliqué sur la porte. L’agneau était immolé, ce qui représente un type de Christ.

  106. Nous pourrions passer beaucoup de temps sur ce sujet, mais il ne me reste que quelques minutes. Peut-être que je devrai même m’arrêter pour recommencer ce soir, parce que nous prenons trop de temps. Sur ce seul sujet, j’ai une vingtaine de pages de citations…

  107. Remarquez que Christ était représenté par un agneau. Il était l’Agneau. Il fallait que ce soit un mâle, le premier-né. Il fallait que ce soit son premier-né. Et il devait être éprouvé, afin que l’on soit sûr qu’il n’ait aucun défaut.

  108. Christ, Lui aussi, dut être éprouvé. L’Agneau premier-né de Sa mère, la vierge Marie. Et comment l’épreuve de déroula-t-elle? Ce fut Satan contre la Parole. Lorsqu’il frappa Eve, elle tomba; lorsqu’il frappa Moïse, il tomba. Mais lorsqu’il s’attaqua à Christ en Lui citant la Parole faussement, il découvrit alors qu’il ne s’agissait plus d’un Moïse! Vous comprenez? Il fut éprouvé. Satan, lui, essaya de chercher un biais, une faille, et dit: “Si tu es le Fils de Dieu… On m’a dit que tu faisais des miracles, et il paraît que c’est ce que le Messie doit faire. Si c’est le cas, toi qui as faim, toi qui n’a pas mangé, change ces pierres en pain, et mange!”.

  109. Mais Jésus lui répondit: “L’homme ne vivra pas de pain seulement,…”. (mais de credo, etc.?) Non! Mais de quoi? De chaque Parole! De quelle partie de la Parole?De toute Parole qui sort de la bouche de Dieu!”. C’est de cela que l’homme vivra. Vous comprenez? L’Agneau fut éprouvé pour voir s’il y avait un point quelconque au sujet duquel Il serait tombé.

  110. Les pharisiens disaient: “Oh, Rabbi, Tu es un jeune prophète, mais nous pensons que Tu es merveilleux! Tu es bon”.

  111. Mais Lui leur répondit: “Pourquoi dites-vous que Je suis bon? Il n’y en a qu’Un qui est bon, et c’est Dieu! Croyez-vous cela?”.

  112. — “Oui, c’est vrai, c’est Dieu”.

  113. — “Eh bien, c’est Moi! Il n’y en a qu’Un qui est bon. Pourquoi M’appelez-vous “bon”, alors que vous ne croyez pas que Je suis Dieu?. Alors, pourquoi dites-vous que Je suis bon? Qu’est-ce qui vous a inspiré de dire cela, alors que vous savez qu’il n’y en a qu’Un qui est bon, et que c’est Dieu?”.

  114. — “Nous savons que Tu ne tiens pas compte des dignités humaines, ni de la parole des médecins. Nous le savons”. Ils essayaient… Il savait que c’étaient des hypocrites.

  115. Il fut éprouvé pour que l’on pût voir quelle était Sa position, éprouvé de toutes les manières, éprouvé comme nous devons être nous-mêmes éprouvés. Mais en Lui, il n’y eut rien qui céda, aucun point faible. C’est vrai! Parce qu’Il était le fils de Dieu.

  116. L’agneau était éprouvé; il était gardé jusqu’au quatorzième jour. Il y eut deux sabbats, ou deux âges. L’un était pour les Juifs, pendant lequel ils offraient un agneau, qui était un type; l’autre est pour les nations, qui ont le vrai Agneau, et tous ont été rendus parfaits en croyant que cet Agneau viendrait. Mais Il fut tenté… ou plutôt examiné jusqu’au quatorzième jour; Jésus était la Parole.

  117. Vous pouvez examiner l’ancien Testament, et dire: «Il condamne le Nouveau». Vous vous trompez! L’ancien Testament ne fait que rendre témoignage au nouveau Testament!

  118. Un homme voulait me prendre à partie, il n’y a pas longtemps de cela. Il disait: «Vous savez ce qui ne va pas avec lui? Il enseigne même des choses qui sont tirées de l’ancien Testament!». Qu’un prédicateur chrétien puisse penser cela! Il disait: «L’ancien Testament est mort et enterré!». Mais non, pas du tout! Il est simplement un maître d’école qui nous montre ce qui est écrit sur la muraille. Vous comprenez?

  119. Vous voyez donc que l’Agneau, qui était Christ, était éprouvé jusqu’au quatorzième jour. Vous remarquerez aussi que l’agneau devait être immolé le soir. Christ mourut vers le soir, l’après-midi.

  120. Le sang devait être mis sur les poteaux, ce sang qui était la vie d’un animal. — “Tu en mangeras la chair, mais le sang, qui est la vie, tu le répandras”. Le sang devait être mis sur les poteaux et le linteau de la maison où le sacrifice devait être agréé. Gloire à Dieu! Qu’est-ce que la Vie? C’est le Nom! Il plaça le nom de la personne… Lorsque vous vous approchez d’une porte, avant de sonner, vous regardez quel est le nom qui est écrit sur la porte. Vous comprenez? Le sang était mis sur la porte comme un type montrant quel était le genre de sacrifice qui se trouvait à l’intérieur.

  121. Maintenant, nous allons trouver le lieu d’adoration, au travers du Sang. Remarquez que le sang qui était sur la porte parlait du nom de ce qui était à l’intérieur, parce qu’ils étaient à l’intérieur. Notre lieu d’adoration, l’Agneau, est la Parole. Nous le savons.

  122. Remarquons encore ceci, dans le verset 4: “… aucune partie des victimes que tu sacrifieras le soir du premier jour ne sera gardée…” — ou, autrement dit, gardée d’un âge pour le prendre dans le suivant.

  123. Si nous retournons quelques années en arrière, et que nous disions: «Nous sommes des Luthériens, et nous voulons entrer dans cet âge nouveau…». Vous devez mourir à l’âge Luthérien, et naître à l’âge Wesleyen. Vous devez mourir à l’âge de Wesley, et naître à l’âge de la Pentecôte. Et vous devez mourir â l’âge de la Pentecôte, n’en laissant rien, brûlant au feu ce qui reste, parce que ce sera brûlé comme la tige d’où provient l’épi. La tige, la dénomination, doit être brûlée. C’est pourquoi, n’apportez pas avec vous votre dénomination dans le nouveau message. Maintenant, c’est la Parole. La tige, c’est ce qui est devenu une dénomination. Elle a porté la semence, c’est vrai. Mais ensuite, la Vie a passé plus loin, et la tige est morte. La dénomination était un porteur, mais la Parole continue, et va plus loin. C’est vrai! La Parole continue, Elle va de l’avant.

  124. Prenons maintenant les versets 5 et 6:

    “Tu ne pourras pas sacrifier la pâque dans l’une de tes portes que l’Eternel, ton Dieu, te donne;…”.

  125. Rappelez-vous bien ceci: “… dans l’une des portes…”. Le Seigneur tolère que vous ayez ces dénominations , “ces portes”.

    “… mais au lieu que l’Eternel, ton Dieu, aura choisi pour y faire habiter son nom, là tu sacrifieras la pâque, au coucher du soleil…”.

  126. C’est cela, la porte, le seul endroit. Pas toutes “ces portes”, mais Dieu a une “seule” Porte.

  127. Vous dites: «Chaque matin, j’entre dans la porte Méthodiste». C’est une église! «Chaque matin, j’entre dans la porte Catholique». Très bien! C’est vrai que le Seigneur laisse Son peuple entrer librement dans ces portes, et en sortir. Dieu a des enfants dans l’église Catholique, dans l’église Méthodiste, Presbytérienne, Pentecôtiste. C’est bien certain! Pourtant, vous n’adorez pas le Seigneur dans ces portes-là! Vous comprenez? Mais le Seigneur, Lui, a une certaine porte. Gloire à Dieu! Il a une Porte. “… mais au lieu que l’Eternel, ton Dieu, aura choisi pour y faire habiter son nom, là tu sacrifieras la pâque, le soir…”.

  128. Quand Rebecca trouva-t-elle Isaac? Quand Eliézer l’appela-t-elle pour être l’épouse? — Au temps du soir.

    Mais vers le soir, la Lumière paraîtra,
    Vous pourrez trouver le chemin de la gloire;
    C’est par les eaux que passe la Lumière aujourd’hui,
    Ensevelis dans le précieux Nom de Jésus;
    Jeunes et vieux, repentez-vous de tous vos péchés,
    Et le Saint-Esprit viendra certainement;
    La Lumière du soir est venue,
    C’est un fait connu, que Dieu et Christ sont Un.

  129. C’était le commencement, et maintenant, elle reste dans la lumière de l’Epouse. Vous comprenez ce que je veux dire.

  130. Il faut maintenant que je termine, parce que je ne voudrai pas que vous manquiez ceci. Il est déjà l’heure du souper. J’ai encore tellement de notes! Pourrions-nous peut-être reprendre ce soir? Comment dites-vous? Vous préférez que nous continuions encore un petit moment maintenant? C’est vrai? Alors, je vais me dépêcher.

  131. Nous disions: Dans quoi devaient-ils entrer? — “Tu ne pourras pas sacrifier la pâque dans l’une de tes portes que l’Eternel, ton Dieu, te donne; mais au lieu que l’Eternel, ton Dieu, aura choisi pour y faire habiter son nom…”. Vous ne pouvez pas entrer dans un lieu qui a sur la porte un nom quelconque. N’est-ce pas? C’est Dieu qui mettra Son Nom sur la porte. C’est cette porte-là qui conduit au lieu d’adoration, au Sanctuaire. Ce n’est pas dans n’importe quel lieu que vous pourrez apporter votre sacrifice, mais dans le lieu que l’Eternel a choisi pour y faire résider Son Nom.

  132. A-t-Il réellement fait cela? Où est cette porte? Dans Jean 10, Jésus dit: “Je suis la Porte. Je suis la Porte de la Maison de Dieu. Je suis la Porte de la bergerie, la Porte des brebis”. Non pas des chèvres, mais des brebis. — “Je suis la Porte des brebis. Celui qui entre par cette Porte est en sécurité”.

  133. Nous pourrions nous étendre longtemps sur ce sujet! Mais disons simplement qu’Il est la Porte des brebis. Nous devons remarquer quelque chose. L’ombre des choses à venir et les types sont bien en vue ici, mais si je traite ce sujet, cela va prendre pas mal de votre temps.

  134. Bien! Remarquez que toutes ces choses nous font discerner parfaitement Jésus-Christ. Car tout l’ancien Testament ne contient que le type de Jésus-Christ. Les fêtes, l’adoration, tout. Sous cette liste de références, j’ai écrit: «Expliquer cela». C’est cela qui prendrait beaucoup de temps. Expliquer comment toutes ces fêtes… Même l’offrande de farine était un type de Christ. Prenons un seul exemple.

  135. En ces temps-là, il y avait une école, appelée l’école des prophètes, où ils formaient et instruisaient des prophètes. Mais une fois, il y eut un prophète authentique, venu de Dieu, qui vint pour les visiter. Voulant faire au vieux prophète une politesse, ils cueillirent pour lui ce qu’ils croyaient être des concombres (et qui en réalité étaient des coloquintes sauvages), avec lesquels ils auraient dû faire un grand repas.

  136. Quelle quantité de nourriture n’avons-nous pas déjà reçue de tous ces séminaires! De la nourriture Méthodiste, Baptiste, Pentecôtiste. Mais, vous voyez, ce ne sont que des fruits greffés, et non pas ceux de l’Arbre originel. Ils portent des citrons, des pamplemousses, etc. Ils professent bien être des agrumes, mais ce ne sont pas les oranges originales.

  137. Remarquez encore ceci. Lorsqu’ils virent que c’étaient des coloquintes, et qu’elles les feraient tous mourir, ils s’écrièrent: “La mort est dans le pot!”.

  138. Mais Elisée dit: “Apportez-moi une poignée de farine!”. Et il jeta la farine dans le pot, et dit: “Maintenant, tout est devenu bon, mangez tout ce que vous voudrez”. Il changea la mort en vie.

  139. Et l’offrande de farine qui était faite… C’est Christ qui était l’Offrande de farine, et la farine doit être moulue jusqu’à une certaine finesse, de manière que chaque petit grain de farine devienne semblable aux autres, ce qui nous montre qu’Il est le même hier, aujourd’hui, et éternellement. Il est cette chose qui doit être jetée dans votre dénomination pour la faire vivre, c’est-à-dire la Parole! Christ est la Parole, le type de toutes choses. Le tabernacle, les pains de proposition, tout. L’offrande brisée sous le plat est Son corps brisé, ce que les Juifs ne peuvent encore expliquer aujourd’hui. Et tout le reste n’est aussi qu’un type de Lui.

  140. Maintenant, il n’y a plus que Lui qui est en vue; nous avons laissé tous les credo et toutes les dénominations derrière nous. Car Il est la Parole pure et inaltérable de Dieu, qui est le pain sans levain de Jean 1. C’est vrai, Il est le Pain sans levain. C’est pourquoi, si vous ajoutez ceci ou cela, c’est du levain ajouté à ce qui vous avait été donné à l’origine pour nourriture.

  141. Encore ceci. Qu’est-ce qui détruit les races, aujourd’hui? L’hybridation! Lorsque vous hybridez, vous tuez! — «Oh, mais ils ont tellement meilleure façon!». D’accord! On hybride toutes les céréales, et cela leur donne de belles tiges, de gros épis qui sont deux fois plus gros que les anciens. Mais tout cela donne la mort! La science elle-même a fini par le reconnaître. Vous comprenez? Ne faites pas de mélanges, cela vous donnerait la mort comme résultat.

  142. Maintenant, laissez-moi vous montrer quelque chose. L’autre jour, j’arrosais quelques fleurs, dans mon jardin. La voisine a quelques fleurs hybrides dans un pot. Ces fleurs-là, il faut les arroser au moins trois fois par semaine, sinon elles périssent. Mais dans le jardin, il y a aussi une plante originale. Il n’a pas plu depuis six mois, et il fait tellement sec… Mais cette petite plante sauvage est bien plus belle que cette hybride qui reçoit de l’eau en abondance. Privez-la d’eau, et elle meurt! Mais d’où la plante sauvage tire-t-elle son eau? Autre chose: l’hybride doit être continuellement aspergée de produits chimiques pour éloigner les pucerons, elle est si tendre et fragile! Mais il n’y a pas un seul puceron sur l’original. Oh, non! Ils grimpent sur elle, mais s’en éloignent bien vite! Parce qu’elle est une plante originale. Vous voyez les résultats que donne l’hybridation?

  143. C’est la même chose avec l’église. Ils essaient de mélanger les dénominations avec la Parole, de faire dire à la Parole ce que disent les dénominations. Et, lorsque vous faites cela, il faut promettre des récompenses à ceux qui viendront à l’école du dimanche, etc. C’est vrai! Mais, lorsqu’il s’agit d’un vrai chrétien, né de nouveau de la Parole de Dieu, il est solide et résistant, et on ne peut le détruire. Les pucerons, et les choses de ce monde, ne le troublent pas. Il est un aigle, et vole au-delà de ces choses-là. Il s’élance vers les cieux. Vous comprenez? Il est fidèle.

  144. Nous devons bien comprendre que les credo, dénominations, et toutes ces choses que l’on ajoute d’ordinaire au pain levé, ne peuvent pas être ajoutées au pain sans levain. Et la Bible nous montre ici, dans cette cérémonie de l’adoration, que vous ne pouvez pas apporter avec vous le moindre morceau de pain levé, parce que Dieu ne l’agréera pas.

  145. Vous direz: «Je suis Méthodiste!». C’est là même que vous mourez! — «Je suis Pentecôtiste!». — Vous mourez!

  146. «Je suis de Christ!». Cela, c’est juste! Vous devez vous tenir sur quelque chose. C’est vrai. Vous devez vous tenir sur quelque chose.

  147. Une fois, Churchill dit, en levant deux doigts: «Nous aurons la victoire!». L’Angleterre se tint là-dessus et crut Churchill.

  148. Croyez-le ou non, ce matin-même, vous vous tenez sur quelque chose. Mais il n’y a qu’une seule chose sur laquelle vous pouvez vous tenir, et par laquelle vous pouvez vivre, c’est Christ, la Parole. C’est vrai!

  149. Remarquez que, dans la Bible, il n’y a qu’un type des dénominations: c’est Babylone. Babylone fut fondée par Nimrod, un renégat. Il avait avec lui toute une troupe de femmes qu’il appelait ses reines, et qui étaient ses prophétesses. On pensa même que Balaam venait de ce milieu-là. Ils rendaient un culte (beaucoup parmi vous, qui ont fait des études religieuses, ont lu Deux Babylones, de Hislop, et l’histoire de l’église) … Vous savez tout ce qu’ils faisaient. Ils avaient un groupe de femmes qui faisaient ceci, un groupe qui faisait cela… une déesse, et toutes sortes de choses. C’était une religion obligatoire. Tout le monde, toutes les villes des alentours devaient venir à Babylone pour adorer sous l’autorité de Nemrod au pied de la tour. Ils furent forcés de faire cela, et cela créa des discussions. C’est de là qu’est venue la confusion.

  150. C’est exactement ce que fait l’église aujourd’hui. «Si vous n’assistez pas à l’école du dimanche, si vous ne faites pas ceci et cela, vous êtes perdus!».

  151. Là-bas à Tucson… je ne sais pas s’ils m’écoutent ce matin… J’ai toujours exhorté les gens en leur disant: «Allez à l’église, quelle qu’elle soit!». Puis j’ai vu des gens revenir en arrière, et s’en aller. Je me demandai: «Qu’est-ce qui se passe?».

  152. J’allai vers quelques-uns d’entre eux, qui me dirent: «Dès le premier jour que nous sommes allés là-bas, ils sont venus vers nous, et nous ont dit: ‹Joignez-vous à notre église; si vous ne le faites pas, nous ne désirons pas votre présence!›». Vous voyez? C’est une chose forcée, c’est quelque chose que l’on vous impose. Cela, c’est Babylone. Mais en Christ, vous entrez par élection; non pas par force, mais c’est votre coeur qui vous y entraîne.

  153. Dieu a dit: “Je ne mettrai pas Son Nom dans Babylone”. Il ne peut pas mettre Son Nom dans Babylone, les églises. Ce sont elles qui ont pris Son Nom, mais Lui ne le leur a jamais donné.

  154. Vous me direz: «Alors, frère Branham, maintenant…». Attendez! Patience! Vous m’avez demandé de rester un peu plus longtemps… Vous remarquerez que ce sont eux qui ont mis Son Nom, et non pas Lui.

  155. Lui, Il a dit: “Le lieu où Je vous rencontrerai, et où J’agréerai votre sacrifice, est celui que Je choisirai pour y mettre Mon Nom. Vous entrerez par cette porte, et vous entrerez dans ce lieu que J’ai choisi pour y mettre Mon Nom. C’est là que vous viendrez”.

  156. Ils ont dit: “C’est ici, l’Eglise de Christ!”. Il n’y a qu’une chose de fausse, dans cette déclaration: ils ont oublié le préfixe: anti! C’est vrai, parce qu’ils sont en désaccord avec tout ce qu’Il enseigne. Ce sont des pharisiens modernes.

  157. Mais nous devons pourtant trouver où Il a mis Son Nom, car là seulement se trouve la porte choisie. Amen! Gloire à Dieu! Où a-t-Il mis Son Nom? — DANS SON FILS!

  158. Vous me direz: «Une minute, frère Branham! Vous parlez du Fils, et non pas du Père!».

  159. Toujours, dans tous les cas, le Fils prend le Nom de Son Père. Je suis venu sur cette terre avec le nom de Branham parce que le nom de mon père est Branham.

  160. Jésus a dit: “Je suis venu au Nom de Mon Père, et vous ne M’avez pas reçu!”. Vous voulez un passage des Ecritures à ce sujet? — Jean 5.43. Vous voyez? “Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas”. Le Père a mis Son propre Nom, qui est “Jésus”, dans le Fils. Et le Fils est le chemin, la porte, la maison, Il est le lieu que Dieu a choisi pour y faire résider Son Nom. Dieu n’a jamais mis Son Nom en moi, Il n’a jamais mis Son Nom dans l’église, Il ne l’a jamais mis dans le Méthodisme, le Baptisme ou le Catholicisme, mais Il l’a mis en Christ, l’Emmanuel Oint.

  161. Et ce Nom est dans la Parole, parce qu’Il est la Parole. Qu’est-ce qu’Il est alors? La Parole interprétée est la manifestation du Nom de Dieu. “… ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux qui t’a révélé qui Je suis. Et c’est sur cette pierre que Je bâtirai Mon lieu d’adoration, et les portes du séjour des morts ne pourront point l’anéantir”. Amen! O Eglise vivante de Dieu, tiens-toi sur le seul fondement, le solide fondement de Jésus-Christ. Tu peux bien chanter le cantique, mais si tu n’es pas établie sur Christ, la Parole, ton fondement n’est que sable mouvant. — “Sur ce rocher, Christ, Ma Parole!”.

  162. Il construisit le message Luthérien, et ils en firent une dénomination. C’était le début de la croissance, le marchepied. Ensuite, Il créa les jambes, avec les Méthodistes, et ainsi de suite. C’est comme cela qu’Il édifia Son Eglise: sur Sa Parole. Il n’est pas que pieds ou que jambes, Il est un corps. Et maintenant, il faut que vienne la partie supérieure, la tête. Vous avez remarqué, dans la pyramide… mais je ne prêche pas une religion de la pyramide!

  163. La première Bible qui a été écrite, a été écrite dans le Ciel… [Partie non enregistrée — N.d.R.] Avez-vous remarqué cela? Elle commence avec la vierge, la première figure du zodiaque. La dernière figure est le lion. Il est venu premièrement par la vierge, et viendra ensuite comme Lion de la tribu de Juda. Juste avant cela, il y a l’âge du cancer, des poissons, etc. Si nous avions le temps, nous pourrions étudier cela. Nous avons plus de temps au Tabernacle.

  164. On part de la fondation de la pyramide, et l’on monte jusque dans la chambre du roi. Et, juste avant d’atteindre la septième paroi, il y a une petite plate-forme d’introduction, où un messager vient pour vous conduire chez le roi (le messager, Jean-Baptiste, qui nous a conduits au Roi); mais la pierre de faîte a été rejetée. Et on ne sait pas où elle est, parce que c’est une pierre rejetée. Mais c’est la pierre qui coiffe le tout, qui achève la pyramide au travers des sept âges de l’église. Ajoutez la grâce, ajoutez ceci, ajoutez cela, il y a sept choses à ajouter, dont la dernière est Christ. Ajoutez ceci à votre charité, ajoutez la grâce à votre grâce, ajoutez ceci, ajoutez cela, jusqu’à ce que vous arriviez à Christ, qui est la Pierre de Faîtes. — “Je suis la porte”.

  165. Un fils vient toujours au nom de son père. Tout fils digne de ce nom vient au nom de son père. Et Jésus a dit: “Je suis venu au Nom de mon Père”. Alors, quel est le nom du Père? Quel est le Nom du Fils? Il a dit: “Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez”. C’est vrai! Il est venu, ce même Jésus, dans la forme du Saint-Esprit. C’est pourquoi ils adoraient en disant: “O Jésus!”. Vous comprenez? Père, Fils et Saint-Esprit: c’est le Seigneur Jésus-Christ. C’est tout: “Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne m’avez point reçu”.

  166. Rappelez-vous qu’Il a aussi ajouté encore quelque chose, et qu’Il nous avertit, en disant: “D’autres viendront (une dénomination, un credo) … ils viendront en leurs noms, et vous les recevrez. Mais Moi, qui suis la Parole confirmée et éprouvée devant vous, vous ne Me recevrez pas”.

  167. Il avait raison en ce temps-là, comme Il a encore raison aujourd’hui. Garde cela à l’esprit, peuple de ce pays! “Un autre viendra, une église, et vous la croirez, parce que vous vous contentez de n’importe quoi. Mais je ne la confirmerai pas!”. Il n’a jamais, à aucun moment, dans aucune église, confirmé quoi que ce soit en dehors du message donné pour le temps correspondant: pour Luther, la justification; pour Wesley, la sanctification; pour la Pentecôte, la restitution des dons. Mais aussitôt qu’ils ont fait une dénomination de cela, ils sont morts. Sondez les Ecritures!

  168. Mais Il a dit: “Je choisirai un lieu pour y faire habiter Mon Nom”. Ce Nom, c’est Jésus. Et Jésus est la Parole. (Jean 1). N’est-ce pas vrai? Le lieu d’adoration est en Christ, la Parole — “Je suis venue au nom de mon Père”.

  169. Le prophète a dit: “Il sera appelé Emmanuel”. Cela se trouve dans Matthieu 1.23, si vous voulez le noter. Jésus, Jéhovah, le Sauveur.

  170. L’Ecriture montre qu’Il est la Porte. Il y a encore beaucoup de preuves invisibles — la porte, le Nom, le lieu, tout cela nous prouve qu’il n’y a qu’un seul lieu où Dieu puisse rencontrer l’homme qui veut L’adorer. L’HOMME NE PEUT RENCONTRER DIEU QUE LORSQU’IL EST EN CHRIST.

  171. La question qui se pose est celle-ci: «Comment donc pourrons-nous entrer en Lui?». Ce que je vais vous dire va peut-être vous blesser un peu, mais vous savez, c’est comme lorsque l’on doit prendre un médicament, pour vous guérir: s’il ne vous rend pas malade, il ne vous fait pas de bien! Vous comprenez?

  172. Les Luthériens voulurent entrer en se joignant à l’église Luthérienne. Les Méthodistes voulurent entrer par leurs cris. Les Pentecôtistes voulurent entrer par le parler en langues. Ce n’est pas encore cela. Non! Ce sont des dons. Mais 1 Corinthiens 12 dit: “… par un seul Esprit…”. L’Esprit de Dieu qui donne la Vie à la Parole (la Semence) pour confirmer cette Semence pour son temps. Vous comprenez?

  173. Il y avait la semence Méthodiste… Il a fallu que le Saint-Esprit vienne donner la Vie à cette semence pour qu’Elle puisse purifier l’église par la sanctification. Luther n’a pas prêché cela, parce qu’il ne le connaissait pas. Les Pentecôtistes, eux, voulurent parler en langues pour manifester la restauration des dons. Chacun proclame: «C’est cela! c’est cela!».

  174. “Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps”. Et ce corps est une famille, la famille de Dieu. C’est la maison de Dieu, et la maison de Dieu est le Nom de Jésus-Christ. — “Le nom de l’Eternel est une tour forte, le juste s’y réfugie et s’y trouve en sûreté”.

  175. Comment pourriez-vous y entrer par un titre? Comment pourra-t-on recevoir votre chèque, s’il ne porte que: «Payable à l’ordre de Monsieur le Pasteur, le Docteur, le Prédicateur»? Ce n’est pas possible! Vous pouvez être un pasteur, un docteur, un prédicateur… mais le Nom du Seigneur est Jésus-Christ. Comprenez-vous cela?

  176. — “J’ai choisi de mettre Mon Nom sur la porte de la maison où l’on vient M’adorer, car Ma famille sera rassemblée là, sous le Sang. Il en sera comme en Egypte, où tout ce qui était au-dehors mourut. Et, dans Ma maison, il n’y aura pas de pain levé! Il n’y aura pas de mélange dénominationnel dans Ma maison. Mes enfants, nés de Mes gènes!”. Amen! Gloire à Dieu! — “Ma Semence est en eux. J’ai mis Ma Parole en eux. Je l’écrirai sur les tables de leur coeur. C’est Ma famille, la famille du Corps de Jésus-Christ. La famille. Et c’est par cette Porte que vous entrerez. Vous n’entrerez pas par la porte Méthodiste, Baptiste ou Pentecôtiste, mais par la Porte sur laquelle J’ai mis Mon Nom”. Ce n’est pas une porte Méthodiste. Le Nom de Dieu n’est pas un Nom Méthodiste. Le Nom de Dieu n’est pas un nom Pentecôtiste. Le Nom de Dieu n’est pas un nom Baptiste. Le Nom de Dieu n’est pas un nom Catholique. Restez hors de ces portes-là! Vous comprenez? Vous comprenez bien?

  177. — “Mais dans le lieu que Je choisirai pour y faire résider Mon Nom…”. Dans toute la Bible, il n’y a qu’un seul lieu, Jésus-Christ, et il n’y en a pas d’autre, où Dieu ait mis Son Nom; il n’y a que Jésus-Christ, car Il est le Fils de Dieu, prenant le Nom de Dieu, le Nom humain de Dieu. “Il n’y a pas d’autre Nom donné sous les Cieux par lequel vous puissiez être sauvés”. Que vous soyez Méthodiste, Baptiste, Presbytérien, que vous ayez suivi un catéchisme ou un autre, peu importe: ce n’est qu’au Nom de Jésus-Christ que tout genou fléchira, et que toute langue confessera qu’Il est le Seigneur. Ce n’est qu’ainsi que vous entrerez.

  178. Si vous avez été baptisé dans l’eau comme il faut, mais que vous reniiez la Parole, alors, vous êtes un enfant illégitime, et votre naissance ne s’est pas faite correctement. Vous prétendez que vous croyez en Lui, et vous Le reniez!

  179. Comment pourrais-je renier ma famille? Comment pourrais-je nier que Charles Branham est mon père? Un test sanguin sur la porte le montrera!

  180. Mes actions, et la confirmation de la Parole de Dieu dans ma vie, démontreront si je suis un enfant de Dieu ou non. Dieu n’a qu’un seul lieu. Le seul lieu où Dieu recevra votre sacrifice (peu importe combien vous êtes sincère) est en Christ.

  181. Rappelez-vous… Vous dites: «Eh bien, je crois que je suis entré, moi aussi». Rappelez-vous que la Bible dit… Vous dites bien: «La Bible déclare: Quiconque croit que Jésus-Christ est le Fils de Dieu sera sauvé».

  182. Elle dit bien cela, mais il est aussi écrit, il est aussi écrit: “Aucun homme ne peut dire que Jésus est le Christ, si ce n’est par le Saint-Esprit!”. Vous comprenez? Vous pourrez bien dire: «Il est…», mais il ne le sera pas avant que le Saint-Esprit Lui-même, qui donne la Vie à la Parole, prouve et confirme que vous êtes un fils de Dieu. C’est l’Ecriture qui le dit.

  183. — “Le lieu que J’ai choisi pour y faire résider Mon Nom. Vous ne m’adorerez dans aucune autre porte, vous adorerez dans la porte où J’ai mis Mon Nom. Alors, Je vous recevrai, et vous serez dans Ma famille”.

  184. Oh, la famille de Dieu obéit aux ordres que donne le Père de famille. “Il sera appelé Prince de la paix, Dieu Tout-Puissant, Père Eternel. Son règne durera éternellement, et la domination reposera sur Son épaule”. Il est Gouverneur, Roi, Emmanuel, le Premier et le Dernier, Prince de la Paix, Dieu Tout-Puissant, Père Eternel, et chacun de Ses enfants obéit à chacune de Ses paroles, parce qu’il est une partie de Lui.

  185. Dans notre maison, nous vivons comme vivent les Branham. Si vous êtes un Jones, vous vivrez dans votre maison comme les Jones.

  186. Dans la maison de Dieu, nous vivons de la Parole de Dieu, de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu, et nous n’écouterons aucune parole qui viendra d’un trompeur. Vous comprenez? “Vous mangerez du pain sans levain, pendant tous les âges de l’église, comme je vous l’ai enseigné”. Mais n’essayez pas d’introduire dans cela les choses anciennes, parce qu’elles sont devenues de la paille. “Vous prendrez les os, et ce qui reste du sacrifice, et vous le brûlerez au feu!”. L’âge précédent est passé, mais nous continuons, et allons de l’avant; nous sommes dans un autre âge, maintenant. Amen!

  187. “Le lieu que J’ai choisi pour y faire résider Mon Nom”. Oh, puissions-nous bien comprendre 1 Corinthiens 12!

  188. Lisons Ephésiens 4.30.

    “N’attristez pas le Saint-Esprit, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption”. (Et non pas celui du prochain réveil!)

  189. Appliquons cela à notre leçon sur les Saintes Ecritures. Mais il serait peut-être préférable de nous arrêter ici, parce que je commence à vous fatiguer. Je vois des gens qui se lèvent pour s’en aller, parce qu’ils doivent préparer le dîner. Il y en a aussi qui doivent partir parce qu’ils n’avaient pas prévu rester toute la journée ici. Mais, vous savez…

  190. Ben, il faudrait que je fasse quelque chose pour vous! Que Dieu vous bénisse! Merci, frère Ben! Je vous aime, mon frère Ben!

  191. Si vous saviez ce que cet homme a souffert pour nous pendant la guerre! Il a été blessé, il a reçu des balles et toutes sortes de choses. Il a passé par des moments difficiles, mais que Dieu le bénisse! Il est resté fidèle. Sa femme l’a quitté, s’est remariée, et a pris les enfants. Je n’aime pas penser à ces choses, cela me fait de la peine.

  192. Mais malgré tout, que Dieu vous bénisse, frère Ben!

  193. Il est couché ici, le corps plein de shrapnels qui lui blessent les nerfs et tout le reste. Vous devriez connaître tout ce qui concerne Ben! Que Dieu bénisse cet homme!

    “… par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption”.

  194. Remarquez bien… Cela va peut-être vous déranger un peu, mais écoutez-moi encore une minute.

  195. Lorsqu’Israël regarda cette porte sur laquelle le sang avait été appliqué (qui était le Nom, le Sang, la Vie), et entra par cette porte, sous le sang, ils n’en sortirent plus, si ce n’est pour sortir de l’Egypte.

    “… N’attristez pas le Saint-Esprit”, par lequel vous êtes entrés, et par lequel vous ne sortirez plus jusqu’au jour de la rédemption. Vous comprenez?

  196. La Bible a toujours raison! Il a placé ces Paroles ici afin que vous les mettiez, vous aussi, à leur vraie place, et qu’ainsi se forme devant vos yeux le plan complet de la rédemption. Comprenez-vous cela?

    “… N’attristez pas le Saint-Esprit, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption” (C’est-à-dire jusqu’au jour où vous serez rachetés).

  197. Vous êtes scellé là-dedans, vous êtes sous le Sang. Vous ne sortez plus. Et alors, qu’êtes-vous? Vous êtes un fils de Dieu, dans la famille de Dieu, scellé dans cette famille par le Saint-Esprit. Même s’il le fallait, le diable ne pourrait plus vous en faire sortir. Parce que vous êtes mort, le vieux mari en vous est mort. Et vous êtes enterré, et votre vie est cachée en Dieu au travers de Christ, et scellée par le Saint-Esprit. Comment va-t-il s’emparer de vous? Comment allez-vous sortir? Gloire à Dieu. Maintenant, je vais laisser ce sujet. Je vous en ai dit juste assez pour que vous compreniez de quoi je parle.

  198. Vous êtes une nouvelle création, non pas pour une dénomination, mais pour la Parole. Vous êtes une création de la Parole. C’est parce que la pierre angulaire a été posée en vous avant la fondation du monde, et vous a prédestinés à être des fils et des filles de Dieu.

  199. Et là-dessus sont venues s’ajouter pierre sur pierre, dans chaque âge, afin de confirmer cette Parole qui vient, exactement comme Jésus le fit de Son temps, Lui qui est la Pierre de Faîte de tout l’édifice. En Lui se trouvait chaque âge. En Jésus, il y avait Moïse. En Jésus, il y avait David. En Jésus, il y avait les prophètes. N’est-ce pas vrai? Considérez Joseph. Il a été vendu pour environ trente pièces d’argent. Il a été jeté dans une fosse. On pensa qu’il était mort. Il fut ensuite retiré de la fosse, et s’assit à la droite de Pharaon. Comme tout cela correspond exactement! Joseph était en Jésus.

  200. Et lorsque Lui-même vint, Il réalisa dans la plénitude ces rois, ces prophètes (Alléluia!) … la divinité résidant corporellement en Lui. Il est venu pour racheter une Epouse, un Chef-d’Oeuvre. Un Chef-d’Oeuvre qui dit à Satan que…

  201. Lorsque Satan dit: “Les jours des miracles sont passés! Il n’y a rien de vrai, dans tout ce que tu dis!”.

  202. “Arrière de moi, Satan!”. Vous voyez? Il y a un Chef d’Oeuvre qui Se tient debout et qui monte la garde.

  203. Un jour, la Pierre de Faîte viendra, Elle qui est la Tête de tout cela, et Elle recevra l’Epouse auprès d’Elle. Nous savons que la femme a été tirée de l’homme, qu’elle est une partie de lui. Les gènes de l’homme sont dans la femme, ce qui constitue la femme. C’est de cette manière que la Parole de Dieu est dans l’Eglise, c’est ce qui fait de l’Eglise une Epouse. Non pas une dénomination! Chacune d’elles vient du diable. Je ne dis pas cela des gens qui y sont: ce sont de pauvres gens séduits, comme Jésus l’a montré: “Des aveugles conducteurs d’aveugles”. Il ne pouvait pas les appeler.

  204. Eux, Lui dirent: “Toi, Tu es né dans le péché! Qui T’a envoyé vers nous? Quelle école, quel séminaire Te reconnaît? Nous, nous avons Moïse! Nous sommes…”.

  205. — “Si vous connaissiez Moïse, vous Me connaîtriez aussi!”.

  206. Parce que Moïse a écrit au sujet de Jésus dans ses cinq livres: “Le Seigneur, votre Dieu, vous enverra un homme comme moi pour vous donner la Parole, ce sera un Prophète comme moi, et celui qui n’écoutera pas ce Prophète sera retranché du peuple”. Tout est là! Et qui est-Il? La Parole. Et qu’en est-il de la Parole? N’y mêlez aucun levain! N’y ajoutez aucun credo, aucune dénomination, car alors, elle est souillée, et votre sacrifice ne vaut plus rien.

  207. Dépêchons-nous maintenant, afin que vous puissiez aller manger.

  208. Remarquez bien ceci: Maintenant que vous êtes un fils de Dieu dans la maison de Dieu, vous êtes une partie de l’économie de Dieu. Romains 8.1: “Il n’y a aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ”. Car ils sont morts au monde, et vivent en Jésus-Christ, et, dans leur vie actuelle, accomplissent la Parole pour laquelle Dieu les a suscités, les a prédestinés, en plaçant leur nom dans le Livre de l’Epouse. Et, lorsque l’Eau vient arroser cette semence qui est dans leur coeur, elle sort et croît pour devenir l’Epouse de Christ. Oh, combien cela est parfait! Dans tous les âges, il en a été ainsi.

  209. Les Luthériens, avec la justification, ont crû de cette manière (ce sont les pieds). De même Wesley, avec la sanctification. Les Pentecôtistes (les bras), firent toutes sortes d’oeuvres, et d’actions diverses; ils devaient être Arminiens, c’est-à-dire légalistes. Mais maintenant, nous arrivons à la tête, à la pierre de faîte. Et la Pierre de Faîte nous crie: “Grâce, grâce pour elle!” (Zach. 4.7).

  210. Que crie la Pierre de Faîte?: “Grâce, grâce pour elle!”. Ils sont passés de la mort et des credo à la Parole vivante du Dieu vivant. Le seul plan que Dieu ait prévu pour Son âge est celui-ci: qu’Il ait des fils dans l’âge de la Parole, et que ces fils soient venus à la Vie par l’Esprit, comme quelque chose qui est touché par une étincelle qui y met le feu et la vie. Et maintenant, ils sont assis dans les lieux célestes (temps présent!), vivant déjà, et s’attendant à toutes les promesses de la Parole. Alors, qu’est-ce que tout cela produit? Vous faites partie des gènes de Dieu, vous êtes une partie de la Parole, et il y a d’autres hommes qui sont une partie de la Parole de Dieu, et vous êtes assis tous ensemble, manifestant le Corps de Christ, tout entier, parce qu’il n’y a pas de levain au milieu de vous. (Vous comprenez de quoi Il parle, frère Brown?) Il n’y a pas de levain au milieu de vous, mais seulement la Parole, et vous êtes assis dans les lieux célestes, sous la porte où Il a mis Son Nom: Jésus-Christ.

  211. S’il n’y a pas de levain au milieu de vous, alors, la plénitude de la Divinité pourra habiter corporellement parmi vous. Elle ne le pouvait pas dans l’âge de Luther, ni dans l’âge de Wesley, ni dans l’âge de la Pentecôte. Mais cela arrivera le jour où le Fils de l’homme sera manifesté, révélé, ramené dans l’Eglise avec toute la Divinité de Dieu manifestée au milieu de Son peuple, et montrant les mêmes signes visibles, Se manifestant Lui-même comme Il le fit au commencement, lorsqu’Il fut manifesté sur la terre sous la forme d’un Prophète-Dieu. Oh! Gloire à Dieu! Cela nous a été — promis dans Malachie 4, et dans le reste des Ecritures. Où adorerez-vous? Assis (au temps présent) dans la maison de Dieu.

  212. Maintenant, en nous dépêchant vraiment… dans dix minutes, nous aurons fini, si Dieu le permet.

  213. Considérons quelques hommes qui ont reçu la vie dans la maison de Dieu.

  214. Enoch… (dans dix minutes, nous aurons fini, si vous voulez bien me supporter encore pendant ce temps.) Enoch était une Parole de Dieu vivante en son temps. Il était prophète.

  215. Un prophète est un miroir de Dieu. Combien savent cela? Le miroir ne se reflète pas lui-même. Il ne faut pas confondre le miroir et ce que le miroir réfléchit. Il faut qu’il y ait quelque chose qui frappe le miroir pour que le miroir réfléchisse. C’est pourquoi, un prophète est un vase choisi par Dieu, qui ne peut rien réfléchir s’il n’est en ligne directe avec la Lumière, Dieu, qui lui fait réfléchir l’image de Christ la Parole. Vous voyez, rien d’autre ne peut faire cela. Vous êtes un réflecteur, c’est pourquoi le prophète dut manger le Livre. C’est la raison pour laquelle il dut manger le rouleau du Livre. Il fallait qu’il réfléchisse la Parole pour cet âge. Comprenez-vous cela?

  216. Enoch est le type du parfait miroir. Lorsque Dieu n’eut plus besoin de lui sur la terre, Il le transporta simplement, l’enleva. Le mécanisme qu’il avait reflété était devenu dynamisme par l’Esprit, et l’enleva.

  217. Il en fut de même du temps d’Elisée. Ses os eux-mêmes furent le réfléchissement de ce que Dieu entra dans son corps, pour rendre manifeste la Parole de Dieu. On jeta un cadavre où les os d’Elisée étaient déposés, et lorsque le cadavre toucha ces os, il revint à la vie. Nous sommes Ses os et Sa chair aussi longtemps que nous sommes l’Epouse de Christ. Croyez-vous cela? Bien! Il est mort pour nous, et nous sommes morts à nous-mêmes et nous sommes ensevelis dans Son Nom, en sorte que: “Nous ne sommes plus du monde, mais en Lui”; mais que, comme les membres de la famille que nous avons au Ciel, nous portions le Nom de Jésus-Christ. Nous pouvons voir cela dans Ephésiens 1.21. La famille qui est dans le Ciel… Quel est le nom de la famille qui est dans le Ciel? — Jésus. Quel est le nom de la famille qui est sur cette montagne? Eh bien, c’est la maison de Dieu, où se trouve le Sang. Est-ce vrai? La porte est l’endroit où Il a placé Son Nom, et la Parole a été faite chair, et a habité au milieu de nous. C’est la Parole qui réfléchit, et qui donne l’étincelle initiale à l’âge dans lequel vous vivez. C’est ce qu’Il fut, c’est ce que fut Moïse, c’est ce que fut Jacob, c’est ce que furent tous les autres: l’étincelle de la Parole de Dieu, le miroir ou Dieu Se reflétait Lui-même. Et nous en arrivons à l’image parfaite de Dieu: Jésus-Christ, le Chef-d’Oeuvre de Dieu; ce Chef-d’Oeuvre fut frappé afin qu’Il puisse prendre le reste des Siens pour en faire une Epouse qui Le reflétât.

  218. Moïse fut en Lui, Josué fut en Lui. Et si vous êtes en Lui, vous l’avez été avant la fondation du monde, vous étiez dans la famille de Dieu. Vous avez souffert avec Lui, vous êtes mort avec Lui, vous êtes monté sur la croix avec Lui, et vous êtes ressuscité avec Lui. Et maintenant, vous êtes encore avec Lui, assis dans les lieux célestes, et reflétant pour le monde le message de l’âge, la Lumière du monde. “Vous êtes la lumière du monde”. Mais si elle est cachée sous un boisseau dénominationnel, comment pourra-t-on La voir? Par vos traditions, vous rendez la Lumière sans effet! En essayant… Avec vos dénominations, vous essayez de garder la Lumière loin de votre église. Vous ne voulez pas entrer, et vous ne voulez pas laisser entrer les autres. Amen!

  219. Arrêtons-nous maintenant. Oh! j’ai tellement de choses à dire! Et il ne nous reste plus que cinq minutes.

  220. Vous voulez savoir qui est la Porte? Où Dieu a-t-Il mis Son Nom? — En Jésus! Comment entrerez-vous en Son Nom? Comment entrerez-vous? En étant baptisé en Lui. Comment cela? Dans l’eau? — Dans l’Esprit! “Un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême”. C’est le baptême du Saint-Esprit.

  221. Le baptême d’eau vous a simplement mis en communion avec le peuple, manifestant que vous avez accepté Christ. C’est la vérité. Mais ce qui compte, c’est le baptême du Saint-Esprit. Je peux invoquer le Nom de Jésus sur vous et vous baptiser, mais cela ne vous donnera pas le baptême réel.

  222. Mais une fois que le Saint-Esprit vient réellement… lorsque la vraie Parole entre en vous (la Parole, Jésus), alors, frères, le message n’est plus un secret, pour vous; vous le connaissez, frères, il est là, devant vous, tout illuminé. Alléluia! Loué soit Dieu! Amen!

    Je L’aime, je L’aime,
    Parce qu’Il m’aima Le premier,
    Et acquit mon salut…

(O notre Dieu, je Te prie de bien vouloir guérir ces gens, et de rendre chacun d’eux bien-portant. Au Nom de Jésus, Amen!)

  1. Oh, l’amour de Dieu!

    Depuis que, par la foi, j’ai vu ce flot
    Ruisselant de Tes meurtrissures (de ce Chef-d’Oeuvre)
    L’amour rédempteur a été ma raison de vivre.

  2. Comment pouvez-vous… Dieu est amour. “Celui qui aime est de Dieu”. Un amour divin, un amour saint, et non pas un amour impur. L’amour pur, saint, l’amour de Dieu, la Parole. “J’ai caché ta Parole dans mon coeur, afin que je ne pèche pas contre toi” (Ps. 119.11). O mon Dieu, cela, c’est le cri de David! Dieu n’est-Il pas merveilleux? Ne L’aimez-vous pas?

  3. Mais il y a une voie, une voie pure et sainte, le seul lieu où Dieu vous rencontrera. Ce n’est pas parce que vous direz: «O mon Dieu, je suis un bon Méthodiste, je suis un bon Baptiste, je suis un bon Pentecôtiste!». Non! Mais c’est parce que vous êtes en Jésus, la Parole, la partie de la Parole qui est manifestée pour notre temps, le message de ce jour. Non pas le message de Luther, de Wesley, ou des Pentecôtistes; mais vous êtes le reflet de Jésus qui est venu dans ce message. Vous ne pouvez pas retourner à ces choses anciennes, ce serait ajouter du levain à votre nourriture sainte, parce que: “L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu”, “de la nourriture donnée au temps convenable”.

  4. Oh, viens, Seigneur Jésus, Toi qui es la glorieuse Pierre de Faîte! Porte Tes regards sur la poussière de ces Luthériens qui sont morts autrefois dans le martyre. Et ces Méthodistes…

  5. Ces Pentecôtistes, et tous les autres qui viennent maintenant, que de choses étranges arrivent…

  6. Vous autres, les Assemblées de Dieu, vous vous êtes organisées, retournant aux choses mêmes d’où Dieu vous avait fait sortir; vous y êtes retournées comme le porc qui retourne dans la boue où il aime se vautrer.

  7. Et vous, les “Oneness”, les Assemblées de Pentecôte de Jésus-Christ! A cause des gens de couleur, de la ségrégation, vous vous êtes séparés. Vous avez fait cela, puis vous vous êtes unis en quelque chose d’autre, que vous avez appelé: “… Unifiées”. Vous vous êtes organisés, et vous avez fait des difficultés aux Assemblées de Dieu: “Comme un chien retourne à ce qu’il a vomi…”. Si ce que le chien a vomi l’avait rendu malade, cela ne le rendra-t-il pas encore malade une seconde fois? Changez de régime! Abandonnez le régime de la dénomination, et mettez-vous au régime de la Parole, et vivez avec Christ. Honte à vous!

    Là-haut, j’ai un Père,
    Là-haut, j’ai un Père,
    Là-haut, j’ai un Père,
    Il est sur l’autre rive.

    Un jour glorieux, j’irai Le voir,
    Un jour glorieux, j’irai Le voir,
    Un jour glorieux, j’irai Le voir,
    Là-bas, sur l’autre rive.

    Quelle rencontre merveilleuse ce sera,
    Quelle rencontre… (La Parole allant vers la Parole),
    Quelle rencontre… (Lorsque l’Epouse se lèvera, la Parole par la Parole),
    Là-bas, sur l’autre rive.

    Oh, si ce beau jour pouvait être demain!
    Oh, si ce beau jour pouvait être demain!
    Oh, si ce beau jour pouvait être demain!
    Là-bas, sur l’autre rive!

  8. Vous me direz: «Pensez-vous réellement ce que vous dites, frère Branham?».

  9. Parfaitement! Lorsque les Luthériens, les Wesleyens, les Pentecôtistes qui ont vécu en leur temps (les vrais, non pas ceux des dénominations) … Les Pentecôtistes, ceux qui ont ajouté du levain (leur dénomination), sont morts. Mais la vraie Parole continue! Comme Jésus l’a dit: “En ce jour, vous connaîtrez que je suis dans le Père, et que le Père est en moi, que je suis en vous, et vous en moi”. Tout cela, c’est la Parole!

    Quelle rencontre merveilleuse ce sera! (Lorsque Ses fils seront rassemblés devant Sa porte).
    … rencontre merveilleuse ce sera,
    Là-bas, sur l’autre rive.

  10. Eglise, maintenant, tu reçois un enseignement. Mais ne l’oublie pas en sortant d’ici! Commence à sortir de la balle! Tu vas entrer dans le grain, mais reste en présence du Fils. N’ajoute rien a ce que j’ai dit, et n’en retranche rien! Parce que je dis la vérité, pour autant que je le sache, comme le Père me l’a révélée Vous comprenez? N’y ajoutez rien, dites simplement ce que je dis!

  11. Pour l’essentiel, dites simplement aux gens de rechercher le Seigneur Jésus-Christ. Et vous-mêmes, restez en Sa présence, Lui faisant votre cour. Dites! «O Seigneur Jésus, Fils de Dieu, je T’aime. Attendris mon coeur, ô Seigneur. Ote de moi toute souillure, et l’amour du monde, et fais que je vive saintement devant Toi, dans le monde présent».

  12. Inclinons nos têtes pour la prière. Avez-vous choisi quelqu’un pour prendre congé dans la prière?… Alors, je le ferai. Restons dans un saint respect.

  13. O notre Dieu, nous Te remercions de ce que Tu nous aies donné notre repas spirituel. Nous Te remercions, ô Seigneur, parce que les vitamines de Ta Parole font croître des fils de Dieu. Elles n’ont pas d’effet sur quoi que ce soit d’autre, mais seulement sur les fils et les filles de Dieu. C’est pourquoi nous Te remercions pour Ta Parole. Et nous Te prions, ô notre Dieu, que nous puissions prospérer par cette Parole, afin que, non seulement nous puissions Te remercier… Nous Te remercions pour cela, mais puissions-nous utiliser cette force pour persuader (dans l’amour) les gens de croire en notre Dieu; les égarés, les pécheurs, les femmes, les hommes, les garçons et les filles de notre temps.

  14. O Seigneur, nous voyons l’état mental, la nervosité, dans lesquels vivent les gens de cette génération! Cela leur fait perdre la raison. Les choses se passent exactement comme cela a été promis dans l’Ecriture: il y aurait des choses hideuses qui viendraient sur la terre: il y a comme des sauterelles qui viennent hanter les femmes qui coupent leurs cheveux, elles ont des cheveux longs comme ceux d’une femme. Ils voient toutes sortes de choses hideuses, dans l’état mental où ils se trouvent, et ils crient aux rochers et aux montagnes de les cacher. Des femmes qui donnent tous leurs soins à des chiens et à des chats, et qui ne veulent pas élever des enfants pour T’honorer. Celles a qui Tu as donné des enfants, et qui les ont conçus, elles les laissent courir dans les rues, et se conduire comme ils veulent. Il n’est pas étonnant que Tu aies dit, Seigneur, en montant à la croix: “Alors, ils se mettront à dire aux montagnes: Tombez sur nous! et aux collines: couvrez-nous!”.

  15. Nous voyons toutes choses converger ensemble vers le temps présent. Nous voyons l’Ecriture confirmée, prouvée. Et bientôt, nous Te verrons, Toi, ô Seigneur, nous Te verrons de nos yeux (lorsque Tu seras manifesté); un jour, il y aura un enlèvement, et nous verrons la manifestation de cette Parole: “Alors, on verra le Fils de l’homme venant sur les nuées avec une grande puissance et une grande gloire. Alors, il enverra les anges, et il rassemblera les élus des quatre vents, de l’extrémité de la terre jusqu’à l’extrémité du ciel”. Maintenant, nous entendons parler de cela, mais bientôt, nous le verrons de nos yeux.

  16. Puissions-nous être trouvés en Lui, Seigneur, Lui qui est le seul lieu que Tu aies choisi. Et Il est le Sacrifice. Nous L’apportons, nous apportons ce que nous avons entendu au sujet de Jésus-Christ, dans la Maison de Dieu, par le baptême du Saint-Esprit, par le Nom de Jésus-Christ. Et là, notre sacrifice est accepté, et nous sommes introduits dans la famille. Parce que, bien qu’errant au-dehors dans le monde, nous avions été prédestinés à être des fils et des filles de Dieu avant la fondation du monde. Merci pour cela! ô Père! Oh, comment pourrait-on revenir en arrière, quand on a découvert une chose si merveilleuse (lorsque nous avons trouve la vérité, que Dieu nous a choisi du milieu du monde)? Penser que le jour où j’ai été sauvé, il y en avait en même temps des millions qui étaient perdus!

  17. O Agneau immolé, comment pourrai-je jamais Te remercier? Comment mon coeur pourra-t-il jamais avoir assez de respect pour Toi? Aide-moi, ô mon Dieu, à vivre fidèlement. Aide ma famille à vivre fidèlement. Je prie pour eux, pour chacun d’eux, afin que Tu veuilles bien… Seigneur, je voudrais… je ne sais pas comment Te demander, Seigneur. Peut-être que je ne Te demande même pas comme il le faudrait; mais pardonne mon ignorance, Seigneur, et veuille regarder seulement à mon coeur. Je prie pour qu’aucun d’eux ne soit perdu, ô Père, aucun d’eux! Je réclame chacun d’eux pour Toi. Dans le Nom de Jésus-Christ, Amen!

    Oh, je L’aime…

Et si vous L’aimez, Lui, alors aimez-vous les uns les autres. Serrez-vous les mains.