EVENEMENTS MODERNES RENDUS CLAIRS PAR LA PROPHETIE

(Modern Events Made Clear By Prophecy)

 

6 décembre 1965, soir
San Bernardino — Californie, U.S.A.

 


 

Je suis heureux de parler à cette belle assemblée. J’ai eu beaucoup de plaisir à entendre ce merveilleux petit choeur qui a chanté pour nous. Je pensais justement à la différence qui existe entre ces garçons qui sont de si merveilleux petits compagnons aux cheveux propres et bien coupés, et cette bande d’hurluberlus qui, la nuit dernière, à la piscine du motel où je suis descendu, essayèrent de noyer un autre garçon. On dut appeler quelqu’un à l’aide pour les faire sortir de là. Quelle différence! Un frère parla de ces hommes qui, en Angleterre, portaient de longs cheveux comme en devraient porter les femmes. C’est vrai. Ces jeunes gens ont une chevelure disposée en rouleaux ou en boucles, qui pendent tout autour de leur visage. Je ne sais pas — quelquefois, je me sens découragé! C’est vraiment une époque de perversion. Les hommes essaient de porter des vêtements féminins, et les femmes portent des vêtements d’hommes. Les hommes portent leurs cheveux comme devraient en porter les femmes, et celles-ci ont les cheveux courts, à la manière usuelle des hommes. De toute façon, qu’en est-il de tous ces gens-là? Ce qui fait la trame même de la décence et de l’honneur aurait-il été abandonné par cette nation, et par les gens du monde entier? Quels temps horribles! Mais c’est aussi l’époque la plus glorieuse qui soit au monde pour prêcher l’Evangile. S’il m’avait été possible de connaître le temps avant qu’il ne se manifestât, et si le Père, se tournant vers moi, m’eût dit: «Parmi tous ces âges, lequel aurais-tu choisi pour prêcher?», c’est ce dernier — juste avant Son retour — que j’aurais choisi. C’est vrai.

En jetant un coup d’oeil sur cet auditoire, j’aperçois un de mes bons amis, un prédicateur de Tucson. Hier, il fit une chute de cheval. Quelqu’un vint à mon hôtel, à une heure du matin, et me dit: «Ce frère est à l’Hôpital des Vétérans. Ses yeux sont vitreux, son dos est brisé, ses reins sont à nu, et son coeur près de s’arrêter de battre!». A cet instant même, je me suis agenouillé sur le plancher. On l’amena au téléphone, et je priai pour lui. Il est assis parmi nous ce soir. Et cela se passait la nuit dernière. Dieu répond à nos prières, que ce soit le matin, à midi, à minuit, ou n’importe quand.

J’apprécie de tout coeur votre aimable invitation, ici, dans cette chapelle. La nuit dernière, j’ai eu le privilège d’être avec les Assemblées de Dieu. Nous y avons connu des moments merveilleux, et demain soir, nous irons dans une autre assemblée. Ils organisent les réunions, et moi, je continue à prier, à lire et à prêcher. C’est là mon ministère.

En ces jours-ci, nous voyons des choses étranges. Je me souviens de la dernière fois où j’étais ici, à San Bernardino. Je me trouvais dans une réunion sous la tente. J’en ai parlé hier soir, en pensant à cet humble couple, qui apportèrent leur bébé mort. Ils avaient conduit toute la journée, et toute la nuit. La jeune maman était assise toute triste dans la voiture, tenant son petit bébé dans ses bras. Il se pourrait bien qu’elle soit assise parmi nous, en ce moment-même. Le jeune papa me demanda si je pouvais aller jusqu’à sa voiture. Je pris le petit bébé dans mes bras. Il était mort — raide et froid. J’ai commencé à prier. Tandis que je priais, ce petit corps commença à se réchauffer. Je continuai à prier. Bientôt, il se mit à bouger et à remuer ses jambes; il se mit alors à crier, et je le remis à sa maman. Elle est aussitôt repartie à la maison avec l’enfant. Je ne sais même pas s’ils étaient des chrétiens.

Ce fut merveilleux; mais ce que je pense au sujet de la réunion de ce soir, c’est que notre petite église, nos amis Pentecôtistes, sont aussi en train de mourir. Nous devons nous secouer, et la seule chose que nous puissions faire pour sortir de cette agonie, c’est de prier et de nous en tenir à la Parole de Dieu. Il n’y a qu’une issue. Il n’y a qu’un chemin de sortie, et Il est ce chemin — “Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui et éternellement”. Voulez-vous que notre église devienne comme ce qu’ils ont en Angleterre? Voilà pourquoi j’ai été si brusque envers vous, en vous reprenant. Je n’aime pas vous bousculer de la sorte, mais je ne voudrais pas voir cette église en arriver là. Vous non plus. Vous n’avez qu’à abattre toutes ces fausses doctrines et, après les avoir clouées, river le clou. C’est ainsi qu’il faut agir.

J’ai ici quelques passages de l’Ecriture et un texte sur lesquels je voudrais parler un moment. Je ne sais pas pour combien de temps j’en aurai. Peut-être pour pas plus d’une demi-heure. Je laisse toujours au Saint-Esprit le soin de tout conduire comme Il le veut. Inclinons nos têtes un moment, et parlons à l’Auteur de ce Livre que nous allons ouvrir:

Dieu Tout-Puissant, Toi qui es l’Auteur de ce Livre, nous Te prions au travers de Jésus-Christ. Nous Te remercions pour ce que nous avons déjà entendu ce soir. Que nous puissions clore cette réunion en disant «Amen!» et retourner chez nous en pensant: «Il était bon d’être là-bas», car nous savons que Tu étais avec nous. Père, alors que nous ouvrons cette Parole, parle-nous maintenant directement par elle, afin que nous puissions connaître en quelle heure nous vivons! Si nous connaissons cette heure-là, alors nous pouvons nous préparer pour cette heure. Mais si nous marchons comme des aveugles, ignorant le pourquoi et le comment, il nous est alors impossible de nous préparer. Aussi, Père, nous Te prions de nous laisser voir l’Arche, avec Sa porte ouverte, et de nous faire entendre le message qui nous appelle à y entrer. Exauce-nous dans le Nom de Jésus-Christ. Amen.

Luc 24.13-27: “Et voici, ce même jour, deux disciples allaient à un village nommé Emmaüs, éloigné de Jérusalem de soixante stades; et ils s’entretenaient de tout ce qui s’était passé. Pendant qu’ils parlaient et discutaient, Jésus s’approcha, et fit route avec eux. Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. Il leur dit: De quoi vous entretenez-vous en marchant, pour que vous soyez tout tristes? L’un d’eux, nommé Cléopas, lui répondit: Es-tu le seul qui, séjournant à Jérusalem, ne sache pas ce qui y est arrivé ces jours ci? Quoi? leur dit-il. Et ils lui répondirent: Ce qui est arrivé au sujet de Jésus de Nazareth, qui était un prophète puissant en oeuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple, et comment les principaux sacrificateurs et nos magistrats l’ont livré pour le faire condamner à mort, et l’ont crucifié. Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël; mais avec tout cela, voici le troisième jour que ces choses se sont passées. Il est vrai que quelques femmes d’entre nous nous ont fort étonnés: s’étant rendues de grand matin au sépulcre, et n’ayant pas trouvé son corps, elles sont venues dire que des anges leur sont apparus et ont annoncé qu’il est vivant. Quelques-uns de ceux qui étaient avec nous sont allés au sépulcre, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit; mais lui, ils ne l’ont point vu. Alors Jésus leur dit: O hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu’il entrât dans sa gloire? Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Ecritures ce qui le concernait”.

Que le Seigneur ajoute Ses bénédictions à la lecture de Sa Parole. J’aimerais appeler le thème de cette prédication: LES EVENEMENTS MODERNES SONT RENDUS CLAIRS PAR LA PROPHETIE. Cela a toujours été la manière du Dieu immuable de faire connaître à Son peuple certains événements, avant qu’ils n’arrivent. Si, aux jours du Seigneur Jésus, les gens avaient cherché Dieu, ils auraient su ce qui allait se passer. Alors, ils n’auraient pas condamné Jésus à mort. De toute façon, les Ecritures doivent s’accomplir, et les Juifs devaient être aveuglés pour les accomplir. Nous sommes tous au courant de cela. Etes-vous conscients que cela va se répéter à nouveau dans ce septième âge de Laodicée? Dans Apocalypse 3.17, Jésus dit qu’ils sont nus, misérables, aveugles, et qu’ils ne le savent même pas! Comme Il a aveuglé ceux qui vivaient au temps de Jésus, dans le but de donner Son message au peuple élu, Jésus a promis d’agir de même aujourd’hui.

Je dis ceci, avec tout le respect que je dois à mes frères et à mes soeurs en Christ. Mais un de ces jours, quelqu’un dira: «N’est-il pas écrit que ces autres choses mentionnées dans la Parole arriveraient en premier lieu?». Et cela se sera accompli, conformément à ce qui est écrit dans la Bible, mais ils ne se seront aperçus de rien. Souvenez-vous que lorsqu’on demanda à Jésus pourquoi les scribes disaient qu’Elie devait venir premièrement, Il dit: “Elie viendra premièrement, et rétablira toutes choses. Et pourquoi est-il écrit du Fils de l’homme qu’il doit souffrir beaucoup et être méprisé? Mais je vous dis qu’Elie est venu, et qu’ils l’ont traité comme ils ont voulu, selon qu’il est écrit de lui” (Marc 9.12,13). Et, dans Matthieu 17.12, Jésus confirme: “Mais je vous dis qu’Elie est déjà venu, et qu’ils ne l’ont pas reconnu”. On en arrivera peut-être au même point. Nous voulons nous tenir constamment au courant de ce qui va se passer dans cet âge. Dieu a attribué à chacun des sept âges de l’église la portion nécessaire de Sa Parole. Nous pouvons aussi remarquer que chaque âge avait son message particulier, qui n’était pas pour un autre âge. Il devait en être ainsi.

A quoi cela aurait-il servi que Moïse essayât de prêcher le message de Noé? A quoi cela aurait-il servi que Jésus essayât de prêcher le message de Moïse? A quoi cela aurait-il servi que Martin Luther continuât avec le message Catholique romain? A quoi cela aurait-il servi que Wesley continuât à prêcher le message Luthérien, au lieu de donner son propre message? A quoi cela aurait-il servi que les Pentecôtistes continuassent à prêcher le message Méthodiste? Enfin, à quoi cela aurait-il servi aux Pentecôtistes de continuer, alors qu’Il appelle l’Epouse? Nous sommes arrivés au temps de la maturité du grain. Nous sommes aujourd’hui au temps de la fin. “Si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul” (Jean 12.24).

Il y a un écrivain allemand qui a publié des articles de critiques contre moi. Il s’est exprimé comme un infidèle. Je ne le condamne pas parce qu’il m’a ainsi condamné, mais parce que c’est un infidèle. Ce livre ne devrait se trouver dans aucune bibliothèque. Il a blasphémé Dieu en disant qu’un Dieu qui dit pouvoir ouvrir la Mer Rouge pour libérer Son peuple ne peut se tenir assis, les bras croisés, sans réagir, durant les âges de ténèbres, aux massacres de ces chrétiens mis en pièces par les lions; de ces mères aux cheveux imprégnés de goudron, qui étaient pendues sur des croix et brûlées vives; de ces mères enceintes dont on ouvrait le ventre pour vérifier le sexe de l’enfant qui avait fait l’objet d’un pari. Dieu pouvait-Il ainsi demeurer assis, les bras croisés, sans réagir en faveur de tous ces gens qui étaient censés être des serviteurs de ce Dieu, etc… Voyez-vous, cet homme-là n’a rien compris. Tout est là! Les Ecritures sont inspirées. Il ne vous sera jamais possible de connaître les Ecritures en vous asseyant simplement, et en les lisant selon un point de vue théologique ou pédagogique. Cela n’a jamais rien donné.

Il y a peu de temps, je m’entretenais avec un prédicateur baptiste qui me disait: «Tant que nous n’apprendrons pas la signification correcte des mots grecs, nous ne pourrons pas comprendre la Bible». Je lui répondis: «Au Concile de Nicée, et même bien avant cela, on argumentait sur l’interprétation des mots, dans la Bible grecque». Vous ne pourrez jamais la comprendre de cette façon, car la Bible doit être révélée par inspiration. C’est la seule voie possible. Jésus a dit à Pierre: “Sur ce rocher… ce rocher de la révélation… je bâtirai mon église”. Il révèle qui Il est.

Matthieu 16.16-18: “Simon Pierre répondit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Jésus, reprenant la parole, lui dit: Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux. Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle”.

Son Eglise est bâtie, non sur Pierre, ni sur Jésus, mais sur la révélation spirituelle de Qui Il était. Il est la Parole.

Dans Jean 1.1 et 14, il est écrit: “Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu… Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père”.

Dans Hébreux 13.8, enfin: “Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement”.

En conséquence, nous vivons en un temps où la manifestation de la Parole de Dieu doit venir à un autre âge que celui du Pentecôtisme. Souvenez-vous — je ne suis qu’une personne sans instruction — mais vous ne pouvez pas surpasser la nature, parce que Dieu oeuvre dans la continuité du cours de la nature. C’est ainsi que le soleil se lève, poursuit son périple durant le jour, et se couche le soir venu, pour se lever à nouveau le lendemain. Pour se préparer à l’hiver, les arbres laissent descendre la sève jusque dans leurs racines, sève qui remontera au printemps prochain. Dieu compare l’Epouse à un grain de blé. Cette église réellement authentique, qui fut établie le jour de la Pentecôte, s’est développée de plus en plus en une grande église. Dans les sombres âges, elle a dû tomber en terre et être ensevelie, comme il en est de toutes les semences. Il fallait qu’elle mourût pour pouvoir paraître à nouveau dans la révélation. Et à la réformation, elle a repris vie dans une personne: Martin Luther.

La première chose qui lève, de la graine, ce sont tout d’abord deux petites pousses, et de nouvelles pousses s’ajoutent aux précédentes. Il y eut d’abord Martin Luther, puis Zwingli, puis Calvin, et ainsi de suite. Puis il se forme une aigrette: ce fut John Wesley, dans l’âge wesleyen. Il en tomba un pollen. De là vint l’âge de la Pentecôte. C’était si proche, si voisin! Cela ressemblait presque à un grain véritable, si l’on ne regardait qu’à son aspect. Mais si vous regardiez de plus près, et si vous enleviez cette petite enveloppe, il n’y avait rien à l’intérieur! C’est une simple enveloppe qui a la forme du grain. Elle se trouve là dans un seul but: celui d’abriter le grain quand il viendrait. Si le soleil frappait le grain, non protégé par cette enveloppe, il le tuerait. Ce grain doit rester un certain temps à l’abri, jusqu’à ce que la vie ait quitté cette enveloppe, comme elle a quitté la tige et le pollen. Toute la vie se concentre dans le grain de blé, qui est façonné pour devenir semblable au grain original qui a été semé dans la terre. Nous savons tous que trois ans après qu’un messager est donné, une organisation se forme aussitôt. Quand cela se produit, c’est sa mort, à ce moment-là. Elle est morte dans le jours de Luther, dans les jours de Wesley, dans les jours d’Alexandre Campbell. Il en fut de même de toutes les autres organisations, jusqu’aux jours de la Pentecôte. Chaque organisation devient tellement empesée et s’éloigne à tel point de la Parole de Dieu, qu’elle ne peut plus recevoir de nouvelles révélations. Elle s’installe là, et meurt. La vie se propage au travers de la tige pour former le grain de blé, et la résurrection le libère de sa balle, afin qu’il soit prêt pour l’enlèvement.

Souvenez-vous que ce message a commencé par la guérison divine et l’accomplissement de miracles. Dieu n’est pas un paradeur. S’Il permettait que ce message fût diffusé en utilisant une église ordinaire comme celle que nous avons déjà, alors ce ne serait pas Dieu.

Il ne fait pas ces choses-là pour nous divertir, comme nous autres Américains en avons l’habitude, mais seulement pour attirer l’attention des gens sur le fait qu’Il se prépare à faire quelque chose. Regardez Christ, lorsqu’Il est venu, ce merveilleux petit prophète de Galilée, ce Rabbi — eh bien, Son ministère fut merveilleux! Il fut le bienvenu dans chaque église. Cependant, un jour, Il s’est assis et Il a dit: “Le Père et moi, nous sommes un” (Jean 10.30). Oh, là, là! C’était fini! “Ecartons-nous d’un tel homme!”. Alors, Il dit: “Si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes” (Jean 6.53).Alors, c’est un vampire! Eloignez-vous d’une telle personne!”. Il y avait quelque chose qui devait suivre le signe.

C’est l’enveloppe qui l’a contenu jusqu’à ce moment-là, mais maintenant, elle est enlevée. Souvenez-vous, vingt années sont passées depuis que ce message vint, et cependant, aucune nouvelle dénomination n’en est sortie, et il n’y en aura point. Nous sommes arrivés à la fin de toutes les dénominations. Le blé a changé tout cela. Eh bien, que va faire le blé maintenant? Il doit être exposé aux rayons du soleil pour arriver à la pleine maturité, avant que la moissonneuse ne vienne le recueillir.

Les événements que nous voyons s’accomplir sont indiqués dans la Bible pour chaque âge. Nous pensons être tous en dehors de cela, mais nous ne le sommes pas. Tout se passe tout à fait conformément à la Parole de Dieu. La Bible est différente de tout autre livre sacré. Il n’existe aucun livre comme celui-ci, car la Bible, c’est Dieu sous la forme de la Parole. Une parole, c’est une pensée exprimée. La pensée de Dieu l’a exprimée. Sa Parole a été donnée à Ses prophètes. Ils ont écrit la Bible qui est sous forme de Parole, et Jésus l’a appelée une semence. Chaque semence produira un fruit selon son espèce, si tout se passe dans des conditions normales et dans une atmosphère appropriée. Ce livre de prophéties annonce des événements à venir. Ce livre contient la révélation entière de Jésus-Christ. Vous ne devez rien y ajouter, ni en retrancher. Chaque révélation vient de ce livre. Cela doit bien être la Parole. Certains peuvent dire qu’ils ont eu une révélation. Nous savons que Joseph Smith et beaucoup d’autres ont eu une révélation, mais celle-ci était contraire à la Parole. Si la révélation vient de Dieu, elle doit s’accorder avec la Parole. Elle rendra témoignage, ou prouvera la présence de Dieu, car elle prouvera qu’Il connaissait ces choses de tout temps, et que, par Sa prescience, Il les avait déjà ordonnées à l’avance. Cela s’appelle, dans la Bible, la prédestination, suivant laquelle chaque âge a sa propre place, chaque homme, sa propre place, et chaque messager, sa propre place. Il est Dieu. Le diable ne peut pas Le contrecarrer. Dieu est Dieu, et Il a ordonné que chaque chose s’accomplisse, et qu’elle soit parfaitement conforme à Sa Parole.

Nous trouvons beaucoup d’autres livres qui se disent sacrés. J’ai lu le Coran, et beaucoup d’autres livres; mais, voyez-vous, ce qu’ils appellent des livres sacrés, c’est seulement un code de morale, ou une théologie; mais ce Livre-ci est un prophète. Il se distingue de tout autre livre. La Bible est la Parole de Dieu prédisant le futur. Il prédit — afin d’avertir. Si Dieu veut envoyer quelque chose, Il a promis dans la Bible qu’il ne ferait rien sur la terre sans l’avoir révélé d’abord à Ses serviteurs, les prophètes (Amos 3.7). Dieu ne peut mentir — comme Il l’a dit, Il révèle d’abord.

C’est ainsi qu’Il a procédé tout au long des âges. Nous avons la promesse d’une restauration de tout cela dans les derniers jours. Il n’existe aucune église ou dénomination, que ce soit: Méthodiste, Baptiste, Presbytérienne ou Pentecôtiste, qui, dans sa condition actuelle, puisse amener l’église à être l’Epouse — elles ont toutes chuté. Elles se prennent par trop à la gorge les unes les autres. La mondanité s’est glissée en elles, et elles sont mortes dans leurs voies. Dieu connaît tout cela.

Il en est exactement comme lors de la première venue de Jésus. Chacun possède une doctrine particulière. Quelque chose doit nous être envoyé de Dieu. Il l’a promis, et tout ce que vous avez à faire, c’est de vous conformer au Modèle original. Selon Malachie 4.6, Il a promis qu’Il nous enverrait dans les derniers jours un prophète qui ramènerait les coeurs des enfants aux pères apostoliques. Dieu a annoncé, dans Luc 17 — et dans beaucoup d’autres passages — ce qu’Il ferait dans ces derniers jours. Nous avons nos propres interprétations de la Parole. Nous disons que cela signifie telle chose, les Méthodistes disent que ceci signifie telle chose, les Baptistes disent autre chose, et les Pentecôtistes disent encore autre chose. Les Unitaires disent ceci, les “Bi-Unitaires” disent cela, et… Oh, là, là! Mais Dieu n’a besoin d’aucun interprète, car Il est Lui-même Son propre interprète. Il nous donne l’interprétation en lui rendant témoignage, en la prouvant, dans l’âge même pour laquelle elle est destinée. Nous ne vivons pas dans l’âge du Pentecôtisme. Nous vivons dans un autre âge. Voyez-vous, nous ne vivons pas dans l’âge Méthodiste, nous vivons dans un autre âge. Nous vivons ici en haut, dans l’âge de l’Epouse, où l’église est appelée et rassemblée pour l’enlèvement. En toute honnêteté, mon opinion est que c’est cela, l’exacte vérité.

La Bible est un livre de prophétie. A ceux qui y croient, il est commandé de l’honorer, de la lire, et de croire Son auteur, car chaque parole écrite doit s’accomplir. Chaque parole s’accomplira, parce qu’elle est Jésus dans chaque âge. “… Le même hier” — c’était Jésus-Christ en Noé, Jésus-Christ en Moïse, Jésus-Christ en David, et Jésus-Christ en Joseph. C’est Jésus-Christ parmi Son peuple, aujourd’hui, qui fait les oeuvres qu’Il a promis de faire dans cet âge. C’est Jésus-Christ, mais l’église est devenue si empesée et s’est tellement éloignée que nous devons recevoir quelque chose qui nous secoue si fortement que nous puissions revenir à la Parole. Comment savons-nous que cela va se passer ainsi? Cela doit se passer conformément au plan de Dieu! Cette chose ne pourra venir d’un homme laïque. Elle ne viendra pas par les hommes d’affaires! Elle ne peut pas venir par une église, car Dieu a établi Son plan.

L’autre jour, en Louisiane, à Shreveport, j’ai parlé et donné mon message, par liaison téléphonique simultanée. Le sujet de ce message était ceci: «Chercher à rendre service à Dieu sans que ce soit la Volonté de Dieu». David a essayé de ramener l’arche de Dieu à la maison. Il avait reçu l’onction royale. Il consulta ses dignitaires, chefs de mille, chefs de dix mille, et ainsi de suite. Ils s’accordèrent tous pour dire que le plan de David était conforme à la Parole de Dieu. Il consulta les prêtres. Ils pensèrent que c’était magnifique, et ils en devinrent tous tellement enthousiasmés, qu’ils se mirent à crier et à accomplir toutes sortes d’actes religieux, mais ils étaient en contradiction absolue avec la volonté de Dieu. Dans le pays, il y avait un prophète, du nom de Nathan, mais il ne fut même pas consulté. Ils se rendirent compte que, malgré leur sincérité, leurs projets ne purent se réaliser. Aussi sincères que vous soyez, tant que vous ne savez pas ce que vous faites, c’est du vent! Revenez en arrière! Entrez dans la Parole de Dieu, et conformez-vous y. Et ensuite, allez de l’avant! Un soldat, tant qu’il n’a pas reçu d’ordre, ignore ce qu’il doit faire. Nous devons être des soldats de Christ, et recevoir nos consignes de la Bible; non pas la consigne pour hier, ou avant-hier, mais la consigne pour aujourd’hui. Où allons-nous? Reconnaissez l’heure dans laquelle nous vivons. Ces événements modernes se déroulent d’une manière tellement peu marquante! Un jour, nous allons nous apercevoir que nous aurons été laissés en arrière, dépourvus de tout, et que nous aurons été saisis et scellés avec la marque de la bête, sans même nous en être aperçus!

Maintenant, nous attendons avec patience les prophéties qui ont été promises. Chacune d’elles doit s’accomplir dans l’âge particulier qui a été prédit. L’auteur a déjà agi ainsi, précédemment, et nous nous attendons à ce qu’Il agisse ainsi de nouveau! Quel temps nous vivons! Cela ressemble à un calendrier. Vous consultez le calendrier pour connaître le jour de l’année, mais vous regardez dans la Bible de Dieu pour voir dans quel âge nous vivons. Nous ne vivons pas dans l’âge Méthodiste, ou dans l’âge Baptiste, nous vivons dans l’âge de l’Epouse. Nous vivons dans l’âge où l’Epouse est appelée pour être enlevée vers Dieu, au Travers de la voie qu’Il a promise.

Comme cela s’est déjà passé dans chacun des âges précédents, l’homme recherche encore sa propre interprétation de la Parole, par la théologie, et il refuse de croire la divine confirmation de Dieu! Ce n’est pas ce que je dis, ou ce que dit quelqu’un d’autre, mais c’est ce que Dieu a promis et accomplit qui confirme l’interprétation de Sa Parole.

Il y a quarante ou cinquante ans, quand vous étiez d’authentiques Pentecôtistes, on vous a dit: «Sortez de l’organisation!». Vos pères et vos mères ont maudit cette organisation. Puis, comme un chien qui revient à ce qu’il a vomi, vous êtes revenus de nouveau au milieu d’elle! Ce qui a tué l’église du début a tué la vôtre de la même façon! Je n’ai rien contre les gens qui en font partie, mais j’en veux au système de l’organisation qui fait cela.

Quand je rentrerai chez moi, je prêcherai sur «La trace du serpent». Si vous prenez des bandes, vous écouterez cette prédication.

Ces prêtres virent s’accomplir la confirmation des prophéties de la Parole de Dieu. Ils savaient exactement de quelle manière s’effectuerait la venue du Messie! Ils savaient ce qui se produirait. Les Pharisiens avaient leurs propres idées, les Sadducéens les leurs, comme aussi les Hérodiens, mais la fausseté de leurs idées fut manifestée quand Il vint dans l’exacte conformité de la Parole. Jésus disait que s’ils L’avaient reconnu ils auraient aussi reconnu Son jour. Les Pharisiens Lui dirent: “Nous, nous avons Moïse”. Jésus leur répondit: “Si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, parce qu’il a écrit de moi” (Jean 5.46). Dieu confirmait exactement ce qu’Il avait promis. Eux s’étaient imaginé que le Messie viendrait vers leur groupe, d’une façon très digne, ou alors que ce ne serait pas le Messie. Aujourd’hui, il en est presque de même: “Si vous ne regardez pas avec mes lunettes, vous ne pourrez rien voir du tout!”. Nous n’aimons pas dire cela, mais c’est la stricte vérité.

“Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes” (Héb. 1.1). Dieu a écrit la Bible en plusieurs fois, de la manière qu’Il a Lui-même choisie, et non par des théologiens. Il n’interprète pas Sa Parole au moyen de théologiens. Jamais aucun théologien n’a eu l’interprétation de la Parole de Dieu. L’interprétation est donnée uniquement à un prophète, et le seul moyen de pouvoir sortir de toutes ces confusions est que Dieu nous envoie ce prophète. Cela ne se passera pas autrement. Nous devons croire et attendre l’accomplissement. Voyez-vous, la Bible n’a pas été écrite par un homme, mais par Dieu. Ce n’est pas un livre d’homme. Ce n’est pas un livre de théologien. C’est un Livre qui vient de Dieu — un livre de prophétie écrit et interprété par les prophètes.

La Bible dit que la Parole du Seigneur vient au prophète. Combien parfaitement cela fut-il illustré et démontré, quand Jésus vint sur la terre. Jean-Baptiste, qui était le prophète de ce jour-là, annonça qu’il viendrait un temps où Dieu sacrifierait l’Agneau de Dieu — un homme. Jean-Baptiste disait qu’il Le reconnaîtrait quand Il viendrait. Il était si sûr de son message qu’il disait: “Il se tient actuellement au milieu de vous, et vous ne le connaissez pas” (Jean 1.26). Le jour suivant, Jean vit Jésus qui venait à sa rencontre. Levant la tête, Jean vit le signe au-dessus de Lui, et il dit: “Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde” (Jean 1.29 b). Jésus sut alors qu’Il était confirmé devant le peuple. Il était la Parole. Pourrions-nous douter de cela?

Dans cette même pensée, nous voyons Jésus venir vers Jean pour être baptisé. Dans Matthieu 3.13, Il entra dans l’eau et alla vers le prophète. C’est vrai. La Parole vient toujours à Son prophète, aussi, ne pouvons-nous nous attendre à ce qu’elle vienne aux théologiens. La Parole doit suivre la voie tracée par Dieu. Elle sera haïe, méprisée et rejetée. Elle sera rejetée, mais de toute façon Dieu l’accomplira. La Parole fut rejetée en Jésus-Christ, elle fut rejetée en Jean-Baptiste, elle fut rejetée en Jérémie, elle fut rejetée en Moïse, mais Dieu a toujours avancé dans la voie qu’Il avait promis de suivre. Il n’a jamais manqué de le faire de la même manière, chaque fois.

Son prophète — qui avait la vision — ne comprenait souvent pas ce qu’il voyait. Ce qu’il écrivait et ce qu’il disait était la pensée de Dieu exprimée au travers des lèvres de l’homme. Evidemment, une parole, c’est une pensée exprimée. Dieu fait le choix de Ses prédestinés. Il a envoyé un homme pour chaque âge. C’est ainsi que Moïse devait accomplir ce qui avait été prédit à Abraham. Moïse est né prophète. Il n’y pouvait rien, car il fut créé dans ce but. Dieu choisit Ses prophètes pour chaque âge. Il détermine, Lui, la nature de l’homme, le style de prédication de l’homme, le don et tout ce qu’il doit faire pour atteindre l’objectif de ce jour. Dieu crée cet homme, et l’envoie au moment voulu. Comme je l’ai prêché l’autre soir, nous sommes un germe de la semence de Dieu. Il savait quel serait l’homme dans chaque âge, avant qu’il existât sur terre une molécule, une lumière, ou quoi que ce soit d’autre. Vous êtes la semence de votre père. Vous étiez dans votre père, et cependant, votre père n’avait aucune communion avec vous. Vous étiez là, sans le savoir, et lui l’ignorait également. Alors, vous avez été manifesté afin qu’il puisse avoir communion avec vous.

Quand vous êtes né de nouveau, vous êtes né de la vie éternelle. Il n’existe qu’une seule forme de vie éternelle, et c’est la vie de Dieu — Zoé, le mot grec. Alors, si vous êtes un fils ou une fille de Dieu, vous étiez en Dieu tout le temps. Il savait dans quelle planche du jardin du temps vous seriez planté. Actuellement, vous existez en tant que créature, manifestée comme une fille ou un fils de Dieu, en vue d’atteindre l’objectif qui est de confirmer, pour votre temps, le Dieu vivant et véritable. Vous avez été choisi avant la fondation du monde. Si vous n’avez pas été choisi à ce moment-là, il vous sera impossible d’atteindre ce but, quels que soient vos efforts pour le faire. Vous ne pouvez tirer du sang d’un navet, car il n’y a pas de sang en lui. Quand je reprends les femmes aux cheveux courts, des gens me disent: «Vous allez ruiner votre ministère!». Ruiner un ministère que Dieu Lui-même a ordonné? Loin de là!

Quand un enfant est conçu dans le sein de sa mère, cela commence par une cellule, puis une autre cellule est ajoutée à celle-là. Ce n’est pas d’abord la cellule d’un homme, puis une cellule de chien, puis une cellule de chat, ou d’autres cellules quelconques qui viennent s’y ajouter. C’est un être strictement humain. Quand un homme est né de l’Esprit de Dieu, il n’injecte dans sa vie rien d’autre que la pure Parole de Dieu confirmée pour cette heure-là. Il croit à la pleine Parole de Dieu. Il ne la mélange pas à des credo ou à rien d’autre. C’est uniquement la Parole de Dieu, la Parole non falsifiée, rendue manifeste parmi nous. Regardez dans la Bible, et vous reconnaîtrez dans quel âge nous vivons, en constatant les grandes choses qui sont rendues manifestes.

Quand l’église arrive à son tournant, à la fin de chaque âge, elle délaisse la Parole pour retomber dans le péché, et dans la mondanité. La mondanité est péché. La Bible dit que si vous aimez le monde et les choses de ce monde, alors l’amour de Dieu n’est point en vous. Dans Exode 13.7, aucun levain ne devait se trouver parmi le peuple durant sept jours, lesquels représentent les sept âges de l’église. Cela veut dire que rien d’étranger ne devait être mélangé à eux. On ne trouvait nulle part du levain, ce qui signifie que nous ne devons pas mélanger à la Parole de Dieu des credo et tout autre levain du monde. Nous devons partager seulement le pain sans levain de la Parole de Dieu, car l’homme vivra de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu. Nos systèmes de dénomination et les modes de ce monde ont mis en nous du levain. C’en est arrivé à un tel point que, partout, c’est semblable à Hollywood. Bientôt, ici, ce sera comme en Angleterre, où un appel à l’autel est considéré comme une chose honteuse.

Il nous faut prêcher l’Evangile dans sa plénitude, avec la puissance de Dieu pour le confirmer selon la promesse de cet âge, et prouver qu’il s’accorde exactement avec la Parole de Dieu. Hors de cela, vous n’êtes tout simplement qu’un membre d’église. Peu importent vos efforts pour servir Dieu, ou votre fidélité à votre église: à moins que ce germe de vie éternelle ait été prédestiné à être en vous, vous deviendrez quelque chose d’informe, et jamais vous ne serez un vrai fils ou une vraie fille de Dieu.

Je raconte souvent mon histoire concernant le petit aiglon. Le fermier préparait une couvée d’oeufs destinés à être donnés à une poule. Il manquait un oeuf pour que le nombre d’oeufs à couver soit obtenu. Je doute que vous soyez tous au courant du nombre correct que comprend une couvée normale, mais de toute façon, il lui manquait un oeuf. Le fermier pilla le nid d’un aigle. Il contenait deux oeufs, dont l’un fut mis sous la poule. Quand cet oeuf fut éclos, apparut un drôle d’oiseau. Il ne pouvait comprendre le gloussement de la poule. Elle ne parlait pas comme il l’aurait aimé. Quand elle grattait dans le poulailler pour y trouver à manger, cette nourriture ne lui convenait pas. Il était un «vilain petit canard» pour les autres poussins. La poule gloussait, et il ne comprenait pas. Puis, un jour, sa véritable mère, qui savait qu’elle avait possédé deux oeufs, s’aperçut qu’elle n’en avait plus qu’un. Alors, elle se mit à la recherche de l’autre. Elle vola en décrivant des cercles au-dessus de la campagne. Quand elle survola la cour du poulailler, elle aperçut le jeune aiglon qui suivait cette vieille poule. Elle lui cria: «Mon petit, tu n’es pas un poulet, tu es un aigle!». L’aiglon reconnut son cri. Pourquoi? D’abord, parce qu’il était un aigle. Quand un homme est destiné à être un fils de Dieu même s’il s’était installé dans les credo et dans une vieille religion formaliste, quand il entend la Parole de Dieu prêchée avec puissance, et quand il voit Dieu la confirmer, alors il courra à elle, aussi vrai que deux et deux font quatre! Il ne peut pas s’en empêcher. Sa nature même aime la Parole de Dieu. Peu lui importe ce que disent les autres. Quand il voit se manifester la Parole de Dieu, il vole vers elle, car il est un aiglon.

L’histoire continue ainsi. L’aiglon dit: «Maman, comment puis-je monter d’ici jusque là-haut?». Elle lui répondit: «Saute seulement, et je t’attraperai». C’est la seule chose qu’il avait à faire — c’est la seule chose que vous ayez à faire: levez-vous, élancez-vous vers Dieu, écoutez la promesse: «Seigneur Jésus, je crois en Toi de tout mon coeur. Je crois le message de cette heure. Je le vois confirmé et je sais qu’il est vrai». Debout! Ta mère te prendra! Ne t’en fais pas: si tu es un aigle, elle viendra te prendre ici-même.

Or, nous comprenons que nous vivons dans un temps prodigieux, puisque les croyants ont vu se confirmer les promesses de cette Bible. La confirmation même prouve que Dieu est en elle. Absolument! C’est alors que la Parole promise se fait connaître. La graine éclate, les croyants la voient, et ils la croient. Les autres ne peuvent tout simplement rien voir.

Vous savez, tout au travers de ce pays, j’ai prêché avec insistance pour qu’il n’y ait plus, nulle part, de femmes aux cheveux courts, mais chaque fois que je reviens, il y en a davantage. Qu’est-ce qui se passe? Il y a quelque chose qui ne va pas. Vous savez que la Parole enseigne cela, et cependant, vous dites: «Oh, cela ne fait aucune différence». Bien sûr que cela fait une différence! Un jour, un brave frère que je connais me dit: «Frère Branham, je vais t’imposer les mains. Je t’aime, mais tu es en train de ruiner ton ministère. Ce n’est pas du tout ton affaire de dire cela à ces femmes. Laisse ce soin aux pasteurs!». Je répondis: «Ils ne le font quand même pas». Il répliqua: «Mais ce n’est pas ton affaire. Contente-toi de prier pour les malades!». Je dis alors: «De qui est-ce donc l’affaire? J’ai été appelé à prêcher l’Evangile». Il reprit: «Je vais t’imposer les mains, et demander à Dieu qu’Il te débarrasse de cela». Je répondis: «Si tu veux bien me laisser t’imposer les mains, moi aussi; je prierai alors le Seigneur qu’Il t’ouvre les yeux, afin que tu puisses comprendre cela». Il me dit encore: «Les gens croient que tu es un serviteur et un prophète de Dieu. Tu devrais enseigner les femmes à recevoir de grands dons, comment prophétiser, et d’autre choses comme cela». Je dit: «Comment puis-je leur enseigner l’algèbre, si elles ne veulent même pas apprendre l’A.B.C.?». C’est juste. Si vous ne pouvez pas faire les choses communes, toutes simples, comment pourrez-vous accéder aux choses spirituelles?

Frère, soeur, cela peut vous paraître une plaisanterie, mais c’est la vérité de l’Evangile. Beaucoup de personnes, même remplies du Saint-Esprit, ne peuvent pas croire cela.

Je vais vous dire quelque chose qui va vous donner un petit choc. Le baptême dans le Saint-Esprit ne signifie pas que vous entrerez. Pas du tout. Cela n’a rien à voir avec votre âme. L’âme se trouve en vous-même, à l’intérieur. Cela doit venir de Dieu. A l’extérieur, vous possédez cinq sens, ou cinq moyens vous permettant de prendre contact avec votre demeure terrestre. Mais en vous-même, vous possédez un esprit, et là-dedans, vous disposez de cinq possibilités de contact [en anglais: «outlets» — N.d.T.], soit: votre conscience, l’amour, etc. Souvenez-vous de cela: vous pouvez être baptisé de l’Esprit authentique de Dieu, et néanmoins, être perdu! C’est l’âme qui est vivante. Ceci fut ordonné par Dieu. Jésus n’a-t-Il pas dit: “Beaucoup viendront à moi en ce jour, et diront: Seigneur, Seigneur! N’avons-nous pas chassé des démons en ton nom? N’avons-nous pas prophétisé et fait beaucoup de miracles par ton nom?”. La prophétie n’est-elle pas le grand don de Dieu? Jésus leur répondra: “Retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. Je ne vous ai jamais connus!” (voir Mat. 7.21-23). Caïphe n’a-t-il pas prophétisé? Et pourtant, il était un démon. Les autres prêtres qui étaient censés être des conducteurs de ce jour, agissaient avec humilité, et ainsi de suite, et cependant, ils ne purent voir la Parole de Dieu elle-même rendue manifeste devant eux.

Dans la Parole, nous pouvons prendre nombre d’exemples semblables. Qu’en fut-il de Balaam? Vous dites que Dieu change d’avis? Non! Il ne le fait pas. Quand Balaam se fit connaître comme prophète, évêque, prédicateur, ou de quelqu’autre titre dont vous puissiez l’appeler, c’était un grand homme. Mais lorsqu’il consulta Dieu en vue de maudire Israël (tout d’abord, il ne les aimait pas), Dieu lui dit: “N’y va pas!”. Alors, on lui envoya un dignitaire, peut-être un évêque, ou un autre prêtre possédant plus d’instruction, afin de le persuader. Aussi Balaam revint-il interroger Dieu une seconde fois. Vous n’avez pas à interroger Dieu une seconde fois. Quand Il a parlé, la première fois, cela suffit. Mais Balaam ne l’avait pas compris. Il revint auprès de Balak et il regarda le peuple d’Israël. Il pensait: “Nous, nous sommes un grand peuple, et Israël est un petit groupe éparpillé, et cependant, nous croyons tous au même Dieu!”. C’était vrai. Ils croyaient tous au même Dieu. Tous, ils adoraient Jéhovah. Regardez le sacrifice de Balaam sur sept autels! Sept est le nombre parfait de Dieu: les sept églises, les sept béliers, parlant du retour du Seigneur. Balaam était aussi fondamentaliste que Moïse l’était. Mais voyez-vous, il n’avait pas de confirmation divine. Oui, tous les deux étaient prophètes, mais avec le ministère de Moïse, il y avait une colonne de feu surnaturelle, une lumière qui était suspendue au-dessus du camp. Il y avait la guérison divine, et il y avait des acclamations, car le Roi se tenait dans le camp. De grands signes et des miracles étaient accomplis parmi eux. C’était un signe de la présence de Dieu parmi Son peuple. Fondamentalement, ils avaient tous deux raison, mais Balaam essaya de séduire le peuple d’Israël. Ceci se produisit juste avant qu’ils n’atteignissent la terre promise. Encore quelques jours, et ils seraient là-bas.

Maintenant, je vais vous dire quelque chose (un de ces jours, on me tirera dessus, à cause de cela!) Mais souvenez-vous bien de ceci: toutes les églises sont ensorcelées par le Conseil oecuménique! Ils essaient de dire que nous sommes tous du même groupe! Nous ne sommes pas du même groupe! SORTEZ DE TOUT CELA! RESTEZ EN DEHORS DE TOUT CELA! Nous devons nous en tenir aussi éloignés que possible. Balaam pensait que les enfants devaient se marier, puisqu’ils croyaient au même Dieu. “Comment deux peuvent-ils marcher ensemble, s’ils ne s’accordent pas?”. Comment pouvez-vous marcher avec Dieu, si vous n’êtes point en accord avec Sa Parole? Comment pouvez-vous accepter les credo et tout le reste, quand il vous est ordonné ici de ne pas le faire? Vous ne pouvez pas mélanger ce qui contient du levain avec ce qui n’en contient pas! L’huile et l’eau ne se mélangent pas. Les ténèbres et la lumière ne se mélangent pas. La lumière est si puissante qu’elle chasse les ténèbres, et ainsi nous ne pouvons pas mélanger les deux. Vous ne pouvez pas mélanger l’Epouse et les dénominations. Vous ne pouvez pas mélanger l’Epouse et les credo. Vous ne pouvez pas mélanger l’Evangile et le monde — ils ne se mélangent pas.

“Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres? Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle? Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit: J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux; je serai leur Dieu, et ils seront moi peuple. C’est pourquoi: Sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur; ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai. Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant”.

Ceci ne peut arriver avant que ces choses ne soient manifestées, et que la Parole de Dieu pour cette heure ne soit démontrée comme étant la vérité. Alors, suivez-la, pas à pas. Pentecôtistes, souvenez-vous que c’est pour cela que Luther a perdu son message. Voilà comment Wesley a perdu son message. Si les Luthériens avaient suivi la Parole, ils auraient été des Méthodistes. Si l’église de Wesley avait suivi la Parole, ils seraient devenus des Pentecôtistes. Actuellement, si les Pentecôtistes voulaient suivre la Parole, ils deviendraient l’Epouse. Mais si vous voulez à nouveau vous accrocher au monde, et retourner à lui, comme vous le faites actuellement, vous serez perdus! Vous serez la balle, et la tige desséchée, qui seront jetées au feu.

Nous savons qu’Il va engranger Son blé dans le grenier, mais Il brûlera la paille dans un feu qui ne s’éteint point (Mat. 3.12). Malgré cela, la feuille était un porteur de vie — par la suite elle se transformera en quelque chose d’autre — et cette vie poursuit son oeuvre, jusqu’à sa forme finale.

Ainsi, l’église est passée par la justification, la sanctification, le Baptême du Saint-Esprit, la restauration des dons, jusqu’à atteindre l’image de Christ. Christ est l’Epoux, et l’Eglise est l’Epouse. L’Epouse est une partie de l’Epoux. Elle doit être une église de la Parole, non pas une église dénominationnelle. La Parole se fait connaître par la Parole de Dieu confirmée.

Rebecca n’attendit pas de recevoir un second ordre. On lui demanda: “Veux-tu partir avec Eliézer?”. Elle répondit: “J’irai”. Elle était fermement inspirée par Dieu. Elle devint l’une des reines de la Bible. Elle a agi sous l’impulsion de l’Esprit de Dieu, qui descendit sur elle, afin de lui montrer ce qu’était la vérité absolue et confirmée, et elle la crut.

Balaam ne pouvait voir la différence. Beaucoup ne le peuvent. Pharaon ne pouvait voir cette vérité, bien qu’elle eût été confirmée, là, devant lui. Dathan n’a pas pu la voir non plus. Il s’approcha de Moïse, et lui dit: “Tu penses qu’il n’y en a que pour toi! Mais toute l’assemblée est sainte. Tu essaies de te faire passer pour l’unique galet de la plage (c’est ce que nous dirions aujourd’hui)”. Dathan aurait dû être plus avisé: Moïse savait pourquoi Dieu l’avait envoyé là-bas! Quand Moïse eut écouté cela, il tomba simplement sur sa face, à l’entrée du tabernacle, Dieu lui dit: “Sépare-toi de ces gens-là!” et Il les engloutit. Souvenez-vous également que le péché d’Israël, lorsqu’ils écoutèrent Balaam, fut de dire que tous étaient semblables; ce péché ne leur fut jamais pardonné.

Voyez-vous, laissez-moi vous donner un chiffre frappant. Sur deux millions d’Hébreux qui sortirent d’Egypte, deux seulement purent pénétrer en terre promise. Cependant, tous mangeaient la même nourriture, ils dansaient tous dans l’Esprit, ils avaient tout en commun, mais quand vint le temps de la séparation, la Parole opéra le tri. Il en est de même aujourd’hui: la Parole a effectué le tri. Vous dites: «Regardez comme nous nous ressemblons!». Dans Matthieu 24.24, la Bible dit que, dans les derniers jours, les deux esprits se ressembleraient tellement que les élus eux-mêmes seraient séduits, si cela était possible. Cette enveloppe de grain a la même apparence que le grain lui-même, mais elle n’est pas le grain. La ressemblance est si parfaite que les élus eux-mêmes pourraient être séduits! Vous qui faites partie des dénominations, qui les suivez, vous sécherez et vous mourrez; toutefois, la croissance du grain à laquelle vous avez participé s’est poursuivie sans vous. Cette paille est un porteur: elle n’est pas le grain. Souvenez-vous, le grain continue à se former. A la résurrection, toute la vitalité de ce blé montera de nouveau dans le grain.

Arrêtons-nous là, quelques instants. J’espère ne pas vous donner un choc, mais voyez-vous, laissez-moi vous dire quelque chose. Si ce compte était juste, il correspondrait à peu près à ce qui se passe dans l’accouplement du bétail: c’est-à-dire que la décharge du mâle est d’environ un million de spermatozoïdes, mais qu’un seul d’entre eux va féconder l’ovule. Tout le reste mourra. Un seul d’entre eux est destiné à la vie, et les autres, non. Et pourtant, ils étaient tous les mêmes — UN sur un million!

Se pourrait-il qu’il en soit de même, ce soir? Il existe dans le monde 500’000’000 de personnes qui se disent chrétiennes. Sur cette base, si l’enlèvement devait avoir lieu ce soir, il n’y en aurait que 500 qui seraient enlevées. Ce nombre correspond environ à celui des personnes qui disparaissent chaque jour, et que l’on ne retrouve plus. Au jour de l’enlèvement de l’épouse, ils s’étonneraient simplement de la disparition de ces 500 personnes. Les églises continueraient à prêcher comme d’habitude, disant qu’elles ont obtenu ceci, cela et le reste. Imaginez combien les gens seraient trompés! Je ne dis pas que cela se passera ainsi. Je n’en sais rien. Je ne suis pas compétent. Dieu seul est juge; mais voyez comme cela pourrait facilement arriver.

Pourquoi Koré n’a-t-il pu comprendre cela? Pourquoi Dathan ne le comprit-il point? Pourquoi Achab ne le comprit-il point? Quand Josaphat descendit pour le voir, Achab lui dit: “Tu sais que Josué a partagé ce pays que Dieu nous a donné, mais la Syrie a cette portion de territoire qui est à nous. Nos enfants ont faim, alors que les Syriens, nos ennemis, nourrissent leurs enfants avec du blé qui devrait nous revenir”. Il avait raison. Ceci est scripturaire. Achab lui dit: “Veux-tu m’aider à monter jusque là pour le reprendre?”. Quelquefois, un brave homme, sous l’influence du malin, lui cédera; alors prenez bien garde, Josaphat, qui était un homme très religieux, dit: “Eh bien, nous monterons ensemble. Nous sommes un seul et même peuple”. Mais ils n’étaient pas un seul et même peuple. “Assurément, nous irons. Mais consultons d’abord le Seigneur. N’y a-t-il pas ici un prophète du Seigneur, dit Josaphat?”. Achab lui répondit: “J’en ai un plein séminaire: 400, et des meilleurs!”. Ils avaient tous leurs diplômes, et tout ce qui s’y rattache. Souvenez-vous, c’étaient des Hébreux provenant d’une école de prophètes. Ecoutons-les parler.

Le chef, Sédécias, était leur évêque. Il se présenta devant les rois, et il était parfaitement inspiré. Il s’était confectionné deux grandes cornes de fer, et il dit: “Ainsi dit le Seigneur, vous allez prendre ces cornes, et vous repousserez les Syriens hors du pays”. Tous les autres prophètes dirent que cela était la vérité. Chacun, dans tout le séminaire, acquiesça. Achab dit: “Vois-tu cela?”. Josaphat, qui n’était pas totalement desséché, spirituellement parlant, dit: “N’y a-t-il pas encore un prophète quelque part?”. Pourquoi voulait-il encore en consulter d’autres, alors que le Conseil oecuménique avait donné le feu vert? Ils étaient tous d’accord qu’on devait agir ainsi. Josaphat insistait: “Mais n’y en aurait-il pas encore un quelque part?… ce drôle de type, vous savez!”. “Oui, dit Achab, il y en a bien un, Michée, fils de Jimla, mais je le déteste. Je le hais, parce qu’il critique mon peuple, il me maudit, il dit de moi tout le mal qu’il peut. Je hais cet homme!”. Josaphat dit: “Oh! que le roi ne parle point ainsi. Faisons-le venir”.

Alors, quelques-uns des évêques — ou anciens — allèrent chercher Michée, et lui dirent: “Ecoute, si tu veux rentrer dans notre organisation, tu dois dire les mêmes choses que nous, et nous te reprendrons parmi nous”. Mais il fallait qu’il y eût un homme de Dieu ayant échappé à l’emprise des hommes, et sur lequel reposait la main de Dieu. Il réfléchissait la lumière de la vérité de Dieu. Il leur dit: “D’accord, je vous accompagne; mais je ne dirai que ce que Dieu mettra dans ma bouche”. Voilà un véritable homme de Dieu. Michée leur dit: “Laissez-moi seul pendant une nuit”. Cette nuit-là, le Seigneur parla au prophète.

Le lendemain matin, on lui dit: “Qu’en est-il, Michée?”. Celui-ci répondit: “Montez, mais j’ai vu Israël dispersé comme des brebis sur les collines, n’ayant pas de berger”. Alors, le grand évêque s’avança et souffleta Michée sur la bouche, et il lui dit: “Par où l’Esprit de l’Eternel est-il allé, car je sais que j’avais l’Esprit. J’ai dansé dans l’Esprit, l’ai fait toutes ces choses. J’avais l’Esprit sur moi. Où est-Il allé?”. Alors, Michée, qui était un véritable prophète de Dieu, éprouva sa vision par la Parole. Si elle ne concordait pas avec la Parole, elle était fausse. La Parole pour cette heure — comprenez-vous? Scripturairement, le territoire leur appartenait. Il était à eux. Scripturairement, tout paraissait en ordre, à l’exception d’une seule chose.

Souvenez-vous, c’est à cause d’UN mot que nous sommes actuellement dans tout ce gâchis — l’incrédulité d’Eve à l’égard d’une seule parole de Dieu. C’est un seul mot qui a causé toute cette détresse. Jésus arriva au milieu des événements de la Bible, et Il dit dans Matthieu 4.4: “L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu”. Et à la fin de la Bible, Il dit dans Apocalypse 22.18,19: “Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre; et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte décrits dans ce livre”. Vous ne pouvez pas accepter une partie seulement de l’Evangile. Les Méthodistes, les Baptistes, les Presbytériens, les Catholiques, les Témoins de Jéhovah, et ceux des autres dénominations, en possèdent une partie, mais ce qui compte, c’est la Parole toute entière, la Parole pour cette heure. Ils ne pourront jamais en posséder la totalité, jusqu’à ce que Dieu oigne un prophète qui puisse paraître devant eux, et leur dise la vérité, la démontrant et la confirmant. Et même alors, cette vérité leur échappera, et ils ne sauront jamais qu’elle avait été là. Il en sera exactement comme il en a toujours été. Ainsi, vous autres Catholiques, vous avez brûlé Jeanne d’Arc comme sorcière. Deux cents ans plus tard, vous avez déterré les os des prêtres qui en étaient responsables, et vous les avez jetés à la rivière. Vous n’avez pas non plus reconnu Saint-Patrick, ni les autres. La vérité vous a échappé à ce moment-là; Dieu fera cela à nouveau, et vous n’aurez même pas remarqué que cela est arrivé. Il viendra discrètement, emportera l’Epouse, l’enlevant sans bruit, du milieu du peuple.

Nous pouvons découvrir quelque chose de plus sur Michée, car nous réalisons qu’il croyait ce que Dieu avait dit avant lui par la bouche d’un vrai prophète. Dans 1 Rois 21.19, Elie dit à Achab: “Ainsi parle le SEIGNEUR: Au lieu même où les chiens ont léché le sang de Naboth, les chiens lécheront aussi ton propre sang”. C’est exactement ce qui arriva. Cela arriva selon 1 Rois 22.37,38. Parce que Dieu l’avait dit. Comment un prophète pourrait-il prophétiser quelque chose de bon envers quelque chose qui est déjà l’objet d’une malédiction? Comment puis-je dire de bonnes choses à cet âge de l’église de Laodicée, alors que Dieu a parlé contre lui? Vous êtes nus et misérables, bien que vous disiez: “Je suis riche, j’ai de grandes églises comme les Méthodistes, les Baptistes et les Presbytériens! J’ai ceci, et j’ai cela. J’ai le meilleur de ceci, de cela et du reste”. C’est juste, mais vous ne réalisez pas que vous êtes NUS, AVEUGLES et MISERABLES dans les choses réelles par lesquelles Dieu est manifesté dans le vrai Esprit. Croyons avant qu’il ne soit trop tard!

Michée dit: “J’ai vu l’Eternel assis sur son trône, et toute l’armée des cieux se tenant auprès de lui, à sa droite et à sa gauche. Et l’Eternel dit: Qui séduira Achab, pour qu’il monte à Ramoth en Galaad et qu’il y périsse? Ils répondirent l’un d’une manière, l’autre d’une autre. Et un esprit vint se présenter devant l’Eternel, et dit: Moi, je le séduirai. L’Eternel lui dit: Comment? Je sortirai, répondit-il, et je serai un esprit de mensonge dans la bouche de tous ses prophètes. L’Eternel dit: Tu le séduiras, et tu en viendras à bout; sors, et fais ainsi! Et maintenant, voici l’Eternel a mis un esprit de mensonge dans la bouche de tous tes prophètes qui sont là. Et l’Eternel a prononcé du mal contre toi” (1 Rois 22.19-23). Souvenez-vous. Cet esprit de mensonge est entré dans ces prophètes. Ils auraient dû savoir que cet esprit venu sur eux n’était pas en accord avec la Parole. Ils étaient tellement infatués de l’importance d’être les prophètes du roi, ayant tout à leur disposition, qu’ils passèrent à côté de la vraie Parole du Seigneur.

C’est ce qu’a fait l’église, aujourd’hui. Ils se sont éloignés de cette expérience à l’ancienne mode. Vous, les Pentecôtistes, vous vous teniez dans le temps au coin des rues, et vous prêchiez l’Evangile. Vous étiez sortis des organisations, et vous proclamiez être un peuple libre. Aujourd’hui, vous êtes tous de nouveau dans ces liens d’autrefois, tout comme une truie lavée qui est retourné à sa fange, ou un chien à ce qu’il avait vomi (2 Pier. 2.22). Si, la première fois, cela l’a fait vomir, cela le fera vomir de nouveau! C’est vrai. Dieu a dit qu’Il vous vomirait de Sa bouche. Il a dit que vous étiez tièdes — ni froids, ni bouillants. Vous tenez quelques réunions, vous faites un peu de musique, et vous chantez quelques chants. C’en est arrivé à un tel point que c’est une honte pour la chrétienté.

Mon fils m’appela l’autre jour pour regarder un programme de télévision. C’était censé être un concours de chants spirituels. Cette bande de petits “Rickies” se trémoussaient comme s’il s’était agi de rock and roll, en chantant ces cantiques. C’est déshonorer Jésus-Christ! Dans l’église, il n’y a plus du tout la crainte de l’Eternel. L’église du Dieu vivant, où Jésus-Christ peut se manifester en puissance, semble être devenue un spectacle de rock and roll et un défilé de mode. Il y a quelque part quelque chose qui ne va pas. Ils s’égarent. La Bible dit qu’il en serait ainsi. Regardez où vous en êtes. Faites attention! Réveillez-vous avant qu’il ne soit trop tard!

Souvenons-nous de ce que Dieu a dit: “Qui pouvons-nous trouver pour séduire Achab, afin que la Parole de ce prophète soit accomplie?”. Voyez-vous, si un prophète prononce une Parole, les cieux et la terre peuvent passer, mais cette Parole-là ne passera pas. Elle doit se réaliser. Pour que la Parole du prophète soit accomplie, il faut que l’événement se produise. Achab dit: “Mettez cet homme en prison, et nourrissez-le du pain et de l’eau d’affliction, et quand je reviendrai en paix, je m’occuperai de lui”. Michée resta inébranlable, sachant que son message était vrai, parce que c’était le “Ainsi dit le Seigneur” venant des visions et de la Parole. Il devait en être ainsi. Michée dit: “Si jamais tu reviens, Dieu n’a point parlé par moi!”. Vous savez ce qui est arrivé. Ecoutez, frères, et comprenez donc!

Caïphe ne pouvait le comprendre. Pourquoi? Il était un évêque, un pape de toutes les églises. Pourquoi donc cet homme ne pouvait-il reconnaître Jésus qui se tenait là, devant lui? Ou pourquoi ne pouvait-il comprendre la signification de ce Psaume 22, quand il le chantait dans le temple?: “Mon Dieu, mon Dieu! pourquoi m’as-tu abandonné?”. Ces Ecritures mêmes parlaient de Lui, de ce Dieu même qu’ils adoraient, et cependant, ils Le condamnèrent, et ils Le tuèrent, Le prenant pour un fanatique.

Je vous choquerais peut-être si je vous disais que tout cela est sur le point de se répéter. La Bible dit dans Apocalypse 3.20 que Christ était à l’extérieur; qu’Il frappait à la porte, essayant d’entrer, mais que personne ne voulait le faire entrer. Apocalypse 3.19: “Je reprends et je châtie tous ceux que j’aime!”. En d’autres termes: “Je le réprimande; je le secoue, et je le fais tomber à terre, mais c’est parce que je l’aime. Ouvrez, et laissez-moi entrer. Je ne désire pas pénétrer dans l’église, mais dans chaque individu”. Jésus ne pouvait entrer dans l’église. Ils l’ont jeté dehors et ont verrouillé la porte. De tous les âges de l’église, l’âge de Laodicée est le seul où Jésus se soit trouvé à l’extérieur de l’église. Jésus mis dehors! Jésus refusé! Jésus rejeté! Parce qu’Il ne fut manifesté que temporairement dans les autres âges de l’église, dans la justification, etc. Dans cet âge, il se produira une pleine manifestation de Jésus-Christ confirmé, le même hier, aujourd’hui, et éternellement. Oh! j’admettrai que nous avons eu un grand nombre d’imitations, mais examinez le premier, l’original.

Moïse descendit en Egypte avec les commandements de Dieu pour délivrer Israël, et quand il le fit, il accomplit quelques miracles. Les imitateurs vinrent aussi. Si ceux-ci étaient venus en premier, alors c’est Moïse qui aurait été l’imitateur. Il avait la Parole du Seigneur, et le Seigneur la confirma. Mais, ne vous en faites pas, la même chose est promise pour les derniers jours. “De même que Jannès et Jambrès s’opposèrent à Moïse, de même ces hommes s’opposent à la vérité” (2 Tim. 3.8). Quand une organisation agrée un homme par le moyen de l’organisation, cela montre que ce n’est pas venu de Dieu, car Dieu fait ces signes et ces miracles-là pour attirer l’attention des gens. Alors vient le message, qui est rejeté. S’il ne l’est pas, alors, il ne vient pas de Dieu.

Judas ne put le comprendre. Il marcha aux côtés de Jésus et il ne reconnut point le message; mais les vrais prédestinés de Dieu — la semence véritable, ce vrai germe de vie — les âmes qui viennent de Dieu et qui étaient avec Dieu avant la fondation du monde, ceux-là virent et crurent.

Souvenez-vous, vous qui avez en vous l’Esprit de Dieu, vous étiez en Christ, parce qu’Il fut la plénitude de la Parole. “En lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité” (Col. 2.9). “Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même” (2 Cor. 5.19). Croyez-vous cela? Voyez-vous, vous étiez en Christ si vous étiez une semence, une Parole, une partie de Dieu dès le commencement. Puis, vous avez marché avec Lui sur la terre. Vous avez parlé avec Lui sur la terre. Vous avez souffert avec Lui sur la terre. Vous êtes mort avec Lui sur le Calvaire. Vous êtes ressuscité de nouveau avec Lui. En ce moment, vous êtes assis en Jésus-Christ dans les lieux célestes, lié avec Lui dans la Parole qui nourrit votre âme. “L’homme vivra de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu”. Non pas de la parole des Méthodistes, ou de celle des Baptistes, mais de la Parole de Dieu.

Souvenez-vous. Dans Exode 12.10, parlant du sacrifice de la Pâque, s’il en restait quelque chose, le matin, il fallait le brûler parce que le lendemain était un autre âge de l’église. Exode 12 est vrai, c’est un symbole, ou un type, du sacrifice.

Dieu a dit: “Je vais faire un lieu; vous ne m’adorerez pas dans chaque porte que je vous donne, mais là, dans UNE porte, et dans cette porte, j’inscrirai mon nom” (cf. Deut. 12). Là où le Seigneur met Son nom, c’est là le lieu où Dieu recevra votre sacrifice. Nous, nous avons fait toutes sortes de portes; mais Dieu fera une porte, et cette porte est celle de Jean 10.7: “Jésus dit: Je suis cette porte”. Dieu a mis Son nom en Jésus. Le croyez-vous? Il était le Fils de Dieu. Chaque enfant vient dans le nom de son père. Il dit: “Je suis venu au nom (dans le nom) de mon Père, et vous ne me recevez pas” (Jean 5.43). Je viens dans le nom de mon Père. Vous venez dans le nom de votre père. Jésus est venu dans le nom de Son Père. Par conséquent, le nom de Son Père était Jésus. C’est parfaitement exact. Il est venu dans le nom de Son Père [et non point au nom de Son Père — vers. Segond; en anglais: dans Son nom — N.d.R.] “… et vous ne m’avez pas reçu. Un autre viendra, et lui, vous le recevrez”. Il acceptera vos dénominations, et il marchera avec vous. Continuez seulement. La Bible dit qu’ils furent suscités pour accomplir ce passage de l’Ecriture “… Ils sont aveugles, nus, et ils ne le savent même pas”.

La religion d’église est très pieuse, exactement comme Caïn. Il présenta un sacrifice à Dieu, et il fit les mêmes choses qu’Abel, mais Abel reçut la révélation de ce qu’était ce sacrifice. Ce n’étaient pas des fruits de la terre, ni quelque chose que l’on peut faire de ses mains. Le croyant peut voir la Parole faite chair, mais les autres, non. Tous ces Israélites qui avaient vu agir Moïse dirent: “Nous suivrons Balaam, parce que nous pensons que le Docteur Balaam est dans le vrai. Il est plus intelligent, il a plus d’instruction, etc. Alors, c’est lui que nous écouterons”. Dieu ne le leur a jamais pardonné. Il les détruisit sur-le-champ, dans le désert. Jésus Lui-même avait dit: “Ils ne viendront jamais. Aucun d’eux ne sera sauvé”. Les Juifs lui dirent: “Nos Pères ont mangé la manne pendant 40 ans dans le désert”. Jésus répondit: “Et tous sont morts” — éternellement séparés de Dieu (Jean 6.49). Certainement… parce qu’ils avaient prêté l’oreille à une erreur.

Bien que Moïse eût été confirmé par Dieu comme conducteur, pour leur montrer le chemin de la terre promise, et bien que tout se fût bien passé jusque là, pourtant, ils ne voulurent pas continuer avec lui.

Or, les croyants peuvent voir cette confirmation de Dieu, mais non pas les incrédules. Voyez combien Caïphe était pieux. Cependant, Jésus les apostropha en disant: “Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père!” (Jean 8.44). Mais il y avait quelques croyants qui se tenaient là. Pensez-vous que ces disciples pouvaient comprendre quand Jésus disait: “Moi et le Père, nous sommes un?”. Ils ne pouvaient l’expliquer. Qu’en fut-il, lorsque Jésus dit: “Si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes” (Jean 6.53)? Pouvaient-ils l’expliquer? Non. Mais ils le crurent, parce qu’ils avaient vu que Dieu avait été fait chair, et qu’Il avait été confirmé.

Jésus dit: “Si je ne fais pas les oeuvres de mon Père, ne me croyez pas. Mais si je les fais, quand même vous ne me croiriez point, croyez à ces oeuvres, afin que vous sachiez et reconnaissiez que le Père est en moi et que je suis dans le Père” (Jean 10.37,38).

Jésus dit: “Mes brebis connaissent ma voix. Elles connaissent ma Parole. Elles la reconnaissent, quand la Parole est confirmée pour son âge”. Eh bien, Caïphe, lui aussi, connaissait la Parole — mais non point la Parole pour l’âge dans lequel il vivait. Il avait la Parole que les Pharisiens lui avaient fait ingurgiter, mais non la Parole confirmée pour cette heure. “… Ils connaissent ma voix, ils connaissent mon signe, et ils connaissent mes miracles”. Oh, revenons à notre texte, sinon nous allons manquer une partie de ces Ecritures!

De toute façon, il faudra que je termine cet exposé dans quelques minutes, car il va être dix heures. Oh, je L’aime!

Vous qui avez emprunté ce couloir pour venir déposer vos offrandes, afin de nourrir et vêtir mes enfants, vous qui avez mis votre argent si durement gagné sur le plateau des offrandes: cet argent me permet d’aller outre-mer, vers les païens qui n’ont jamais entendu parler de Dieu. C’est là l’emploi de chaque sou. Dieu m’en est juge. Il y a ici dans cette église un trésorier. Je touche chaque semaine un salaire de cent dollars, et c’est tout. Le reste des offrandes est destiné à subvenir aux dépenses des réunions outre-mer. Les dénominations, ici, ne m’ont pas accepté. C’est vrai, elles m’ont rejeté. Elles disent: «Il est des “Jésus-Seul” (Jesus Only), ou de quelque chose de ce genre». Elles m’ont traité d’hérétique, et de fanatique, et de tout le reste, et même de Béelzébul, et de toutes sortes de noms outrageants. S’ils ont appelé le Maître de la moisson “Béelzébul”, à combien plus forte raison appelleront-ils ainsi Ses disciples. Cela m’est égal. Pensez-vous que je me tiendrais ici sur cette estrade, tel un grand hypocrite, pour vous dire quelque chose de faux? Pourrais-je ne pas m’accorder avec ce que je pense venir de Dieu? Si je vous aime, et si je connais la vérité, ne vous la dirai-je pas? M’avez-vous jamais entendu annoncer quelque chose dans le Nom du Seigneur qui ne se soit pas réalisé? Non, Monsieur! Il y a des milliers de choses qui ont été dites, et elles ont toutes été accomplies.

Souvenez-vous comment, au temps de Samuel, Israël cherchait à être semblable aux autres nations. Voilà où vous en êtes, vous les Pentecôtistes. Vous voulez vous comporter comme le reste des gens. Vous n’êtes PAS des gens comme eux. Eloignez-vous d’eux! Vous voulez de grandes églises et de belles et grandes choses, mais — oh, frères! — ne faites pas cela! Nous prêchons que le retour du Seigneur est imminent. Alors, partons l’annoncer aux païens. Faisons quelque chose pour cela. Mais vous voyez, Samuel dit: “Ai-je jamais, à un moment quelconque, demandé de l’argent pour vivre?”. — “Non! Samuel, tu ne l’as jamais fait”. — “Vous ai-je jamais annoncé quelque chose, au nom du Seigneur, qui ne se soit pas réalisé?”. — “Oh, c’est vrai, Samuel, nous croyons que tu es un prophète envoyé de Dieu. Oui, tout ce que tu as dit s’est bien passé comme prédit, Samuel… mais nous le voulons néanmoins!” (1 Sam. 8.5). Vous savez ce qui est arrivé. Oh, frères, l’Ecriture ne fait que se répéter, parce que c’est la manière de Dieu.

Maintenant, j’ai passé tout ce temps-là avec vous, et je ne vous ai encore pas parlé de mon texte. Voyez-vous, c’est là sur mon coeur. Je vous aime. Ne périssez pas avec le monde! Si vous êtes du monde, vous périrez avec le monde. Si vous êtes de Dieu, vous irez avec Lui dans la résurrection. Aussi, ce soir, changez de nature. Fuyez l’amour du monde, tous ces credo et toutes ces autres choses, et regardez droit au Calvaire, vers le sacrifice qui est pour vous. Rencontrez-Le sur cette base, car c’est le seul endroit où Il vous rencontrera jamais. Les Méthodistes peuvent bien dire: «Il vous rencontrera dans notre église»; les Baptistes: «Il vous rencontrera dans notre église»; les Presbytériens: «Il vous rencontrera dans notre église»; et les Pentecôtistes: «Il vous rencontrera dans notre église». Mais LUI, dit: “Je les rencontrerai en un lieu, dans un lieu où j’ai mis Mon Nom” — c’est-à-dire en Jésus-Christ. C’est là que Dieu a mis Son Nom. C’est le seul endroit où Il vous rencontrera. Christ est la Parole, la même hier, aujourd’hui, et éternellement. La nature de Christ s’est étendue des pieds à la taille, et maintenant elle est arrivée jusqu’à la tête, se préparant au départ, manifestée dans une pleine mesure comme étant l’Epouse.

Revenons maintenant rapidement à notre texte pour une dizaine de minutes, et alors ce sera terminé. Dieu a envoyé Son prophète, comme Sa Parole l’avait promis. Dans Malachie 3, il est dit qu’Il enverrait un Messager devant Sa face pour préparer Sa venue. Maintenant, si vous voulez prouver cela, Matthieu 11.10 le confirme. Quand les disciples de Jean-Baptiste vinrent voir Jésus, ils Lui dirent: “Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre?”. Jean-Baptiste était en prison; il se préparait à mourir, et son oeil d’aigle commençait à se ternir. Voyez-vous, Jean avait dit de Jésus: “Il a son van à la main. Il nettoiera son aire”. Jean-Baptiste pensait que le Millénium commencerait à ce moment-là. Il croyait alors que le grain était prêt, mais il devait néanmoins mourir et ressusciter, pour former la véritable Epouse. Aussi dit-il: “Il amassera son blé dans le grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s’éteint point” (Luc 3.17). Observez bien ce précurseur de Christ dans cet âge. Ecoutez ce qu’il disait qui devait arriver. Le grain… J’espère que vous ne dormez pas… le grain est ici. Il sera amassé dans les greniers: c’est l’Epouse. Mais qu’a-t-il dit concernant la paille? Qu’elle serait brûlée dans un feu inextinguible. Soyez un grain et non pas de la paille! Entrez dans la lumière de Christ — la Parole manifestée et confirmée, car c’est le moment de la moisson. La moissonneuse approche. Vous avez meilleur temps d’être dans le grain, car la paille sera laissée en arrière.

Pour finir avec ma citation de Matthieu 11.4,5, Jésus a-t-Il répondu aux envoyés de Jean-Baptiste: “Attendez une minute. J’ai donné à Jean un livre, pour qu’il sache comment se conduire en prison en tant que croyant?”. Non. Il a dit: “Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et ce que vous voyez: les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les morts ressuscitent, et la bonne nouvelle (l’Evangile) est annoncée aux pauvres”. Exactement ce qu’avait prédit le prophète. “Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute” (Mat. 11.6).

Alors que les disciples de Jean s’en allaient derrière la montagne, Jésus se retourna vers la foule, en disant: “Que cherchiez-vous au désert, quand vous êtes allés voir Jean? Etes-vous allés voir un homme vêtu d’habits précieux, avec un col raide? On les trouve dans les palais des rois. Ce sont ceux qui embrassent les bébés et qui enterrent les morts, mais ils ne savent pas tenir une épée à deux tranchants. Qu’avez-vous vu? Un roseau agité par les vents? Comme un de ceux à qui l’on dirait: Approche, Jean. Je te donnerai beaucoup plus d’argent, si tu viens nous rejoindre; et qui répondrait: Eh bien, que le Seigneur soit béni, je ne veux plus être un Méthodiste, je veux être un Pentecôtiste. J’échangerai à ma guise ceci contre cela, ou contre cet autre, s’il y a plus d’argent à gagner”.

Jésus poursuivit en disant: “Qu’êtes-vous donc allés voir? un prophète? Oui, vous dis-je, et plus qu’un prophète. Car c’est celui dont il est écrit: Voici, j’envoie mon messager devant ta face, pour préparer ton chemin devant toi. Je vous le dis en vérité, parmi ceux qui sont nés de femmes, il n’en a point paru de plus grand que Jean-Baptiste” (Mat. 11.9-11).

Jean avait rendu un bien piètre hommage à Jésus, quand il envoya ces disciples Lui demander s’Il était bien le Messie. Beaucoup sont venus à Jésus en Lui demandant: “Es-tu le Messie, ou devons-nous en attendre un autre?”. Mais Jésus, se tournant vers eux, présenta à Jean une vérité lorsqu’Il dit: “Qu’êtes-vous allés voir? un roseau agité par le vent? Car il n’y a jamais eu un homme né d’une femme qui soit aussi grand que Jean”. Quel compliment rendu à cet homme!

Et voilà. La prophétie a été accomplie là, devant eux, avec un précurseur se manifestant comme il était écrit dans Malachie 3.1.

Jean-Baptiste était bien le messager de Malachie 3, comme Jésus l’a dit. Quand ils L’interrogèrent sur la venue d’Elie, Jésus dit: “Il est déjà venu!” (Mat. 17.12). Mais notez-le, immédiatement après Malachie 4, qui nous parle de la quatrième venue d’Elie, il y aura la révélation de sa cinquième venue, les deux témoins qui viendront pour les Juifs.

Dieu a utilisé le même Esprit à cinq reprises. Cinq est le nombre de la grâce. “G–R–A–C–E”, c’est donc “J–E–S–U–S”. C’était Jésus chaque fois, puis “F–A–I–T–H” (FOI) et “G–R–E–A–T” (GRAND), et ainsi de suite. Voyez-vous, le nombre cinq est un nombre de grâce, mais Dieu a utilisé l’Esprit qui était sur Elie non pas deux ou trois fois, ou quatre fois, mais cinq fois!

Dans Malachie 4, il est dit qu’immédiatement après que ce prophète aurait prophétisé, toute la terre serait détruite par le feu, et que les justes sortiraient et fouleraient au pied les cendres des méchants.

Dans Luc 17, il est écrit que, dans les derniers jours, il en serait comme à Sodome et Gomorrhe. En sommes-nous là aujourd’hui? Oui. Tout le pays se trouve dans cet état-là. Regardez-le. Souvenez-vous de ce qu’a dit notre frère sur les conditions actuelles qui existent en Angleterre. Tout est perverti. Même la nourriture est pervertie. Ecoutez ce que dit la science. Dans un récent article scientifique, il est prouvé que des garçons et des filles de 20 à 25 ans ont atteint, physiologiquement parlant, l’âge mûr. Je l’ai constaté lors de réunions où des jeunes filles de 20 à 22 ans ont déjà leur ménopause. C’est la conséquence de la perversion, et de l’hybridation. C’est cela qui a tout corrompu, même notre chair. Nous sommes tout sens dessus dessous, comme l’est une plante bâtarde. Prenez cette plante bâtarde. Tous les germes de maladie vont l’assaillir. Mais si vous plantez quelque chose d’origine authentique, ces maladies ne l’atteindront pas. Elles ne peuvent s’y fixer.

Il en est de même, aujourd’hui, dans l’église. Nous l’avons abâtardie. C’est aussi l’ennui, avec le vieux cheval de notre frère qui, comme nous venons de l’apprendre, a désarçonné cet homme, l’autre jour. C’était un cheval de race mélangée. Il est comme une mule; une mule ignore même qui est son père et qui est sa mère. Elle ne sait rien du tout. Elle est moitié âne et moitié cheval. Elle attendra toute sa vie l’occasion de vous donner une ruade. C’est vrai. Vous aurez beau l’appeler et lui dire: «Viens ici! Viens ici!», elle dressera les oreilles et commencera ses hi-han! hi-han! Elle est comme ces gens qui disent aujourd’hui: «Les jours des miracles sont passés, hi-han, hi-han!». Ce sont des demi-sang. Ils sont censés être des membres de l’église — des chrétiens. Je ne dis pas cela pour plaisanter. C’est la vérité. Un vrai pur-sang, au contraire, sait qui est sa mère, qui est son père, son grand-père et sa grand-mère. Vous pouvez le dresser. Il est docile.

Il en est de même d’un véritable chrétien qui est né du Saint-Esprit, et qui est rempli de la puissance de Dieu, et de la Parole. Il connaît son père, sa mère, son grand-père et sa grand-mère. Il connaît tout cela. Vous pouvez lui apprendre quelque chose. Mais un demi-sang… c’est ce qui arrive à l’église… un croisement entre la Parole et les organisations religieuses, mettant un peu de la Parole ici, un peu de la Parole là, juste assez pour tromper. Comme Caïphe, vous les verrez se détourner lorsque la Parole véritable de Dieu sera manifestée. Ils sont des bâtards.

“Une voix crie: Préparez au désert le chemin de l’Eternel, aplanissez dans les lieux arides une route pour notre Dieu” (Esa. 40.3).

Les églises d’alors ne croyaient pas Jean-Baptiste, parce qu’il n’était pas de leur groupe. Ce prophète, Jean, était venu du désert. Il grandit, ne connaissant personne. Il avait sur lui le même esprit qu’avait Elie. Il détestait les femmes immorales. Vous souvenez-vous qui lui a fait trancher la tête? Ce fut une Jézabel. Une Jézabel fut la cause de sa mort. Jean-Baptiste était un homme du désert, un chasseur et un homme des bois. Il n’avait aucune instruction, et son parler n’était pas celui d’un théologien. Il disait: “Oh vous, races de vipères!”. La chose la plus immonde, et la plus repoussante que Jean pût trouver dans le désert, c’était un serpent. Il interpellait ces prêtres, leur disant: “Vous, races de vipères! qui vous a appris à fuir la colère à venir? N’essayez pas de dire: Nous avons ceci, nous avons cela; car je vous dis que Dieu est capable, de ces pierres, de susciter des enfants…”. Toutes les fois qu’il se servait de la hache, il frappait à la racine de l’arbre. Il l’utilisait aussi comme exemple: “Produisez donc du bon fruit, sinon vous serez coupés et jetés au feu!”. Amen! Jean était un prédicateur vivant près de la nature, et y puisant ses exemples — c’était un grand homme de Dieu. Il a vécu peu de temps, mais il a certainement embrasé toute la terre. Pendant les six mois qu’a duré son ministère, il ébranla cette génération. Dieu l’a élevé pendant trente ans, pour ces six mois de service. Mais Dieu a Ses propres voies. Il connaît Sa récolte.

Ils ne croyaient pas Jean, parce qu’il n’était pas l’un d’eux. Ils ne croyaient pas la Parole de Dieu du chapitre trois de Malachie, sinon ils auraient tout simplement vu par la lettre de la Parole qu’il était le précurseur. Durant 400 ans, ils n’ont plus eu de prophète, et soudain, voici qu’il s’en présente un devant eux. Les croyants eux, crurent qu’il était celui-là.

C’est la Parole qui s’avança tout droit dans les eaux vers le prophète. Et ils s’en tiennent là. Beaucoup discutent autour de ce passage de l’Ecriture concernant Jean. Dans Matthieu 3.14,15, il est écrit: “Mais Jean s’y opposait, en disant: C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi, et tu viens à moi! Jésus lui répondit: Laisse faire maintenant, car il est convenable que nous accomplissions ainsi tout ce qui est juste”. “Jean, toi qui es prophète, tu sais qu’avant d’être présenté, le sacrifice doit être lavé. Je suis ce sacrifice, et tu es un prophète! Alors, laisse faire…”. Et Jean baptisa Jésus. Il savait que cela était juste. Voyez, ils se moquaient de Jean, le traitant de fanatique braillard et illettré — comme ils ont l’habitude de le faire — et pourtant, ce prophète était le précurseur, le héraut annonçant la première venue de Jésus. Aujourd’hui, ils contrefont ce qui est authentique, de la même façon. Mais souvenez-vous que lorsque vous voyez un faux dollar, il faut bien qu’il y ait un vrai dollar lui servant de modèle. Quand vous voyez quelqu’un contrefaire les chrétiens, vous savez qu’il doit y avoir un chrétien véritable quelque part, car la copie ne peut être l’original. Vous devez aller jusqu’à l’original! Contrôlez et voyez s’il correspond exactement à la promesse. Si c’est le cas, alors, croyez-le. Il est l’original, celui qui est promis pour cet âge. La Parole vint au prophète, et le confirma véritablement comme étant cette personne.

Lorsque Jésus vint, les choses ne se passèrent pas selon ce qu’ils avaient compris de cette prophétie. Ils ne la comprirent pas du tout ainsi, et pourtant, elle s’accomplit conformément à la Parole du prophète. La prophétie s’accomplit, mais autrement qu’ils ne l’avaient pensé. Or, ils auraient pu comprendre et distinguer le vrai du faux, en reconnaissant simplement la confirmation donnée par Dieu, et sachant que c’était Dieu qui interprétait ce qu’Il disait dans Sa Parole. Il y avait eu un faux Jésus qui s’était levé antérieurement, et qui fut suivi par 400 personnes dans le désert. Mais Dieu n’a jamais dit dans Sa Parole qu’Il agirait ainsi. Il est dit que lorsque Jésus-Christ viendrait, Il devrait être un prophète. Aujourd’hui, avant que Jésus revienne, la pleine manifestation de la Personne de Jésus-Christ doit être manifestée dans la chair. Pensez-y. Jésus dit: “Comme il en était dans les jours de Sodome, ainsi en sera-t-il à l’arrivée du Fils de l’homme… quand le Fils de l’homme sera révélé”. Que signifie le mot “révéler”? Il signifie “faire connaître, dévoiler”. Le secret avait été annoncé et révélé. Dans les jours où le Fils de l’homme aura été révélé, le monde sera dans une condition semblable à celle de Sodome. Ne sommes-nous pas dans cette condition?

Partout où les gens sont rassemblés, il y a toujours trois groupes — les incrédules, les soi-disant croyants, et les vrais croyants. On les trouve dans chaque assemblée. Ils ont existé dans chaque âge. Ce furent: (1) ceux de Sodome, (2) ceux de Lot, et (3) Abraham. Abraham était un groupe mis à part. D’abord, il n’était pas dans Sodome. Observez leur message. Ils avaient espéré, pendant des années, un fils promis. Dieu avait déjà montré à Abraham de grands signes et des miracles, mais ici, Dieu est descendu Lui-même sous la forme d’un homme. Vous me direz: «C’était un ange!». Non, car Abraham l’appela “SEIGNEUR”. Tout lecteur de la Bible sait que SEIGNEUR signifie Elohim — “Dieu dès le commencement” — c’est-à-dire le Seigneur Dieu Elohim, le Tout-suffisant. Abraham l’appela: “Seigneur Dieu” — Elohim.

Notez bien que deux hommes sont descendus à Sodome avec le message, et ils prêchèrent aux Sodomites. Ils n’ont effectué aucun miracle, mais ils ont aveuglé les gens. C’est exactement ce que produit la prédication de l’Evangile. Elle aveugle les incroyants. Mais examinez le genre de signe que reçut le groupe d’Abraham. Actuellement, nous sommes censés être la semence royale d’Abraham. Isaac était la semence naturelle, mais la semence de la foi, la foi dans la PAROLE PROMISE… suivez-moi bien!… c’était cette semence royale. C’était la semence — la foi d’Abraham. Nous qui sommes morts en Christ nous sommes la semence d’Abraham, héritiers avec lui, selon la promesse.

Il y avait à Sodome deux prédicateurs prêchant un grand message. Il y en avait un qui resta ici en haut, avec le groupe d’Abraham, et qui n’alla pas perdre son temps à Sodome. Quelle sorte de signe donna-t-il au groupe d’Abraham? A cette époque, les femmes étaient différentes de ce qu’elles sont aujourd’hui. Maintenant, elles éprouvent le besoin de sortir et de se mêler aux affaires de leur mari, et ainsi de suite. Ce n’était pas le cas, en ce temps-là. Elles se tenaient en retrait, à l’écart. Alors, cet Homme, le dos tourné à la tente, dit: “Abraham, où est ta femme Sara?”. Comment pouvait-Il connaître son nom? Abraham répondit: “Elle est dans la tente, derrière toi”. Il dit: “Je reviendrai vers toi au temps fixé, comme je te l’ai promis, et Sara aura un fils”. Sara rit en elle-même. Ayant toujours le dos tourné à la tente, Il dit: “Pourquoi a-t-elle ri, en disant: Comment ces choses-là pourront-elles arriver?”. Si elle n’avait pas été en Abraham — son épouse en ce temps-là — Dieu l’aurait tuée. Il en serait de même pour nous aujourd’hui, si nous n’étions pas en Christ. Il ne pouvait prendre Sara sans blesser Abraham.

Souvenez-vous donc que Jésus disait: “Comme il en était aux jours de Sodome, ainsi en sera-t-il à la venue du Fils de l’homme”. Chacun reconnaît que notre monde actuel se trouve dans une condition semblable à celle de Sodome. J’ai noté dans un journal de Los Angeles que le nombre des homosexuels augmentait de 20 à 30% chaque année. Oh, c’est horrible! Il y en a jusque dans notre gouvernement, et partout ailleurs. Il n’est pas étonnant que tout se pervertisse. C’est vrai, tout le système, l’église et tout le reste, est perverti. Cet âge est perverti.

Je ne parle pas contre toi, mon cher frère. Je suis ici pour t’aider. Je suis ici pour m’appuyer sur ce que la Parole de Dieu commande: “Etends ta main et conduis ce peuple hors de la confusion”. Mais notez bien ceci. Jusqu’à ce jour, depuis Sodome, nous n’avons jamais eu de messager dont le nom se terminât en “HAM”. Nous avons eu un “Spurgeon” un “Wesley”, un “Luther”, et bien d’autres, mais jamais un messager d’une portée internationale dont le nom se terminât en “HAM”. C’est juste, il y a “GRAHAM”, en six lettres — Billy Graham, cet évangéliste renommé, qui oeuvre d’une façon remarquable pour Dieu. C’est un homme envoyé de Dieu. Il a reçu ce message de justification tellement à propos que toute la nation en a été secouée. Regardez Oral Roberts, avec les dénominations Pentecôtistes. Y en a-t-il jamais eu comme lui? Donc ABRAHAM, SEPT lettres. GRAHAM, SIX lettres. Or, regardez les messagers. Regardez le temps dans lequel nous vivons. Dans toute l’histoire, il n’y en eut jamais de pareil. Regardez les signes similaires qu’Il a promis de donner à chaque groupe. Voyez où ils sont — tout se trouve en place, en ce temps-ci. Et maintenant, suivez-moi bien pendant que je vais présenter le reste de ce passage.

Observez bien ce messager pour le groupe d’ABRAHAM! Observez le NOMBRE, les LETTRES et la NUMEROLOGIE de son nom. «Mais», direz-vous, «il n’y a rien de particulier dans un nom!». Ne laissez personne vous dire cela! Pourquoi le Seigneur a-t-Il changé le nom d’“Abram” en celui d’“Abraham”? Le nom de “Saraï” en celui de “Sara”? Pourquoi a-t-Il changé le nom de “Simon” en celui de “Pierre”? Et tous les autres, qui ont été changés également? Mais oui. Il y a une raison à cela. C’est pourquoi, je vous dis de ne jamais appeler vos enfants du prénom de “Ricky” ou de celui d“Elvis”, ou de tout autre pareil à ceux-là. “Elvis” signifie “chat” et “Ricky” signifie “rat”. C’est exactement cela. N’appelez jamais l’un de vos enfants de la sorte. Si l’un d’eux est nommé comme cela, changez son prénom au plus vite. Si vous croyez que je suis un serviteur de Dieu, n’affublez pas ce pauvre enfant d’un tel prénom. Non, monsieur! Donnez-lui un autre prénom.

Ils appelaient le Messager un diseur de bonne aventure, un démon, un Béelzébul, et dirent qu’Il s’était fait Lui-même Dieu! Oh, là, là! Esaïe, ce grand prophète, n’a-t-il pas dit qu’Il serait appelé Le Dieu Puissant? “Car un enfant nous est né, un Fils nous est donné; et la domination reposera sur son épaule: on l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu Puissant, Père Eternel, Prince de la Paix”. Esaïe 9.5. C’est vrai! Jean 1.1 dit aussi: “Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu… Et la Parole a été faite chair”. Croyez-vous cela?

Pensez-vous que Jésus était un prophète? Mais Il était plus qu’un prophète, Il était un Dieu Prophète. Pourquoi fallait-il qu’Il vînt? Notez-le bien, Il est venu dans trois noms de fils. Il est venu dans le nom de Fils de l’homme — et Il ne s’est jamais, alors, appelé Lui-même le Fils de Dieu. Vous savez cela. Jéhovah Lui-même, le Père, appelait Ezéchiel le prophète: un “fils d’homme”. Après le jour de Pentecôte, Il revint sous la forme du Saint-Esprit, l’Esprit surnaturel. Maintenant, Il est le Fils de Dieu. Dans le Millénium, Il sera le Fils de David, assis sur le trône de David. Il est le Fils de l’homme, le Fils de Dieu, le Fils de David. Oh, la Bible est remplie de ces pépites! Nous ne pouvons les découvrir toutes en une seule soirée. Mais il convient de vous dire cela maintenant, car demain pourrait ne jamais arriver. Peut-être qu’en ce moment, je prêche à une personne qui sera morte avant l’aube. Moi-même, je puis disparaître avant demain matin! Mon frère, ma soeur, ce n’est pas de la mystification. C’est un fait réel! Nous ne savons l’heure à laquelle nous devons nous en aller. Vous n’aurez pas d’autre occasion, une fois que votre dernier souffle vous aura quitté. Faites-le immédiatement. N’attendez pas jusqu’au matin! Il pourrait être trop tard.

Ils Lui firent exactement ce que les prophètes avaient dit qu’ils feraient; aujourd’hui, dans l’âge de Laodicée, ils font exactement la même chose. Si vous voulez, lisez cela dans Apocalypse 3. Ils sont aveugles et nus, et ne le savent pas. Ils rejettent Christ. Alors qu’il commence à se révéler Lui-même sous la forme de la semence. Celui-là même qui a été mis en terre revient de nouveau pour être l’Epouse. L’Epouse et son Epoux — Ils sont le même sang et la même chair. Ils ont le même ministère, et ils font les mêmes oeuvres. Ils font exactement ce qu’Il a fait. Il y en a d’autres ici qui veulent L’imiter, mais dont les oeuvres sont à l’opposé des Siennes. Chacun possède son propre livre. Ils courent de-ci, de-là, et ils font ceci et cela. Oh, vous n’avez jamais entendu quelque chose d’aussi sensationnel! — Mais tout cela est aussi peu scripturaire que possible. Ce qui est authentique se trouve là, juste devant eux, mais ils ne s’y arrêtent pas. Ce sont des aveugles, conducteurs d’aveugles, et ne vont-ils pas tous tomber dans le fossé? Ils sont aveuglés par les traditions dénominationnelles de l’homme. Ils ont mis Jésus hors de leur église, comme Dieu dit qu’ils le feraient, dans le chapitre 3 de l’Apocalypse.

C’était le matin, après la première résurrection. Quel beau matin! Jésus était ressuscité d’entre les morts, et Il vivait au milieu de Son peuple. Quelle belle pensée! Il est le même aujourd’hui qu’Il l’était alors, car Il est le même hier, aujourd’hui, et éternellement.

Il se révèle aujourd’hui Lui-même encore davantage que dans tous les âges précédents, depuis Sa résurrection. Il est passé par le grain de blé, par la tige, par la balle. Le cycle est terminé, et nous sommes de nouveau dans le grain de blé. Nous y sommes retournés. Observez comment Il s’est fait connaître Lui-même à Ses deux disciples, Cléopas et son ami, comme étant leur Messie.

“Alors, Jésus leur dit: O hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes!” (Luc 24.25).

Cela devait être accompli, car Il se réfère directement à la Parole de Dieu. Il ne s’est jamais présenté à eux en leur disant: “Ne me reconnaissez-vous pas? Je suis le Messie qui est ressuscité”. Il n’a jamais dit cela. Il leur a simplement donné l’Ecriture, comme le fit Jean-Baptiste, et c’est alors à eux de juger. Maintenant, ne vous endormez pas, JUGEZ VOUS-MEMES! Jésus leur a dit: “Vous, insensés et dont le coeur est lent à croire TOUT ce qu’ont dit les prophètes. Cela ne devait-il pas arriver?”. Quel reproche à ceux qui prétendaient Le connaître! Remarquez comment Il aborda le sujet.

Non, le véritable serviteur de Dieu ne s’est jamais fait connaître de cette manière. C’est l’Ecriture qui révèle son identité. Mais Il attira leur attention sur ce que les prophètes avaient dit d’attendre, pour le temps du Messie.

Voyez-VOUS cela: Lui et Jean laissèrent à la Bible le soin de révéler Son identité; cela devait suffire. Ils regardaient, observaient la Parole, et ils savaient que quelqu’un devait entrer en scène à cette époque.

«Maintenant», me direz-vous, «montrez-moi ce que dit la Parole au sujet de ce qui doit arriver en ce jour». J’essaie de vous le dire ce soir, mot par mot, jusqu’à la position-même, jusqu’à l’endroit-même, le nom et les nombres-mêmes, avec les signes et le moment, et tout le reste. Nous sommes exactement à la fin des temps. Vous pouvez certainement comprendre ce dont je vous parle. Voyez-vous, c’est tellement évident que cela ne devrait pas nécessiter d’autre identification. Quand Jésus était sur la terre, Il disait: “Vous sondez les Ecritures, car en elles vous pensez avoir la vie éternelle, et ce sont elles qui témoignent de ce que je suis… Qui je suis”.

Remarquez, le Seigneur commença par Moïse, le prophète. Il lui parla au sommet de la montagne. Oh, frères! Quel fracas! quel roulement de tonnerre il y avait là-haut! Israël dit: “Que Moïse parle à notre Dieu, de peur que nous ne mourions”. Dieu dit: “Ils disent vrai. Je ne leur parlerai plus jamais de cette façon, mais je leur susciterai un prophète”. Depuis, cela a été Son message jusqu’à ce jour. Et la chose a été ainsi réglée, une fois pour toutes. Il faut qu’il en soit ainsi, parce que la Parole du Seigneur vient à Ses prophètes. S’il en était autrement, ce serait contraire à la Parole de Dieu. La Parole ne viendra jamais à un Séminaire. Elle est donnée à un prophète. Un prophète est choisi et suscité par Dieu. Il est l’envoyé de Dieu. Nous avons eu “le manteau d’Elie”, et toutes sortes de non-sens qui ont donné naissance à des organisations, et tout le reste, mais il viendra sur la terre un véritable serviteur de Dieu, comme Dieu l’a promis. Dieu révélera son identité, sa Parole étant la réponse pour ce jour. La Parole préparera l’Epouse — une petite minorité dans l’église — et conduira cette Epouse dans l’enlèvement. Il présentera Christ en disant: “Voici, c’est Celui dont je vous ai parlé”. Et c’est ce qui arrivera! — c’est ce que tous les prophètes ont dit de Lui, pour ce jour.

Il aurait été intéressant d’avoir entendu Jésus parler à Ses disciples sur la route d’Emmaüs, quand Il cita tout ce que les prophètes avaient dit de Lui. Mais souvenez-vous, Il dit ce que les prophètes avaient dit de Lui, citant ce que Lui-même avait dit, car Il était la Parole.

Suivons leur conversation avant de terminer. Or, ils étaient informés de tous les derniers événements de la Crucifixion, de ce qui s’était passé au tombeau, et comment les femmes et tous les autres L’avaient vu. Ils Lui racontèrent tout cela. Alors, Jésus se mit à citer tous les passages qui Le concernaient dans la Parole. Venons-en à Zacharie. Jésus a dû citer Zacharie 11.12: “Et ils pesèrent pour mon salaire trente sicles d’argent”. Dans le Psaume 41.10, Il avait été trahi par Son ami: “Celui-là même avec qui j’étais en paix, qui avait ma confiance et qui mangeait mon pain, lève le talon contre moi”. Dans Zacharie 13.7, Il avait été abandonné par Ses disciples: “Epée, lève-toi sur mon pasteur et sur l’homme qui est mon compagnon! dit l’Eternel des armées. Frappe le pasteur, et que les brebis se dispersent!”. Dans le Psaume 35.11, Jésus avait été accusé par de faux témoins: “De faux témoins se lèvent: Ils m’interrogent sur ce que j’ignore”. Dans Esaïe 53.7, Il était muet devant Ses accusateurs, et Il n’ouvrit point la bouche: “Il a été maltraité et opprimé, et il n’a point ouvert la bouche, semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, à une brebis muette devant ceux qui la tondent; il n’a point ouvert la bouche”. Dans Esaïe 50.6, Il fut fouetté: “J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe; je n’ai pas dérobé mon visage aux ignominies et aux crachats”. Dans le Psaume 22.1, Jésus cria: “Mon Dieu! mon Dieu! pourquoi m’as-tu abandonné?”. Dans le Psaume 22.17,18: “Ils ont percé mes mains et mes pieds. Je pourrais compter tous mes os. Eux, ils observent, ils me regardent”. Voyez toutes les prophéties dont Il pouvait parler! Dans Esaïe 9.5: “Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule; on l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix!”. Dans le Psaume 22.19: “Ils se partagent mes vêtements, ils tirent au sort ma tunique”. Dans Esaïe 7.14: “C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, et elle lui donnera le nom d’Emmanuel”. Dans le Psaume 22.8,9 Ses ennemis se moquent de Lui: “Tous ceux qui me voient se moquent de moi, ils ouvrent la bouche, secouent la tête: recommande-toi à l’Eternel! L’Eternel le sauvera, il le délivrera, puisqu’il l’aime”. Dans Esaïe 53.12, Il est mort avec des malfaiteurs: “C’est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands; il partagera le butin avec les puissants, parce qu’il s’est livré lui-même à la mort, et qu’il a été mis au nombre des malfaiteurs, parce qu’il a porté les péchés de beaucoup d’hommes, et qu’il a intercédé pour les coupables”. Dans Esaïe 53.9: Il fut enseveli avec les riches. “On a mis son sépulcre parmi les méchants, son tombeau avec le riche”. Dans le Psaume 16.10, Il fut ressuscité des morts: “Car tu ne livreras pas mon âme au séjour des morts, tu ne permettras pas que ton bien-aimé (“ton saint” — Darby) voie la corruption”. Dans Malachie 3.1, Jean-Baptiste devait être le précurseur: “VOICI, j’enverrai mon messager. Il préparera le chemin devant moi. Et soudain entrera dans son temple le SEIGNEUR que vous cherchez; et le messager de l’alliance que vous désirez, voici il vient, dit l’Eternel des armées”. Jésus s’est manifesté dans tous les types. Même sur la montagne, avec son père Abraham, Isaac était le type de Christ. Genèse 22.

C’est à ce moment-là que ces deux disciples commencèrent à voir Qui était Celui qui avait accompli toutes ces Ecritures, promises pour ce jour-là. C’est alors, vers le soir, qu’ils commencèrent à comprendre. Alors, ils comprirent que leur Ami crucifié, Jésus, était le prophète qui avait été promis. Ils le surent, parce que tout cela avait été annoncé dans les Ecritures. Toutes ces choses devaient se passer à la Croix: “O hommes sans intelligence, ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu’il entrât dans sa gloire?” (Luc 24.25,26). “Notre coeur ne brûlait-il pas au-dedans de nous?” dirent-ils (Luc 24.32). Il n’était pas étonnant que leur coeur brûlât! Les prophéties dont Jésus avait parlé étaient accomplies. Alors, ils commencèrent à comprendre que leur Ami, l’Homme avec qui ils avaient mangé, parlé, dont ils avaient partagé la vie, avec qui ils avaient pêché, avec qui ils avaient passé la nuit dans les bois, cet Homme avait accompli chaque Parole qui concernait cette heure promise! C’était bien cela. Ils marchèrent une dizaine de kilomètres avec Lui, et le temps leur parut certainement très court. Et pendant six heures, ils ont écouté un sermon sur les prophéties confirmées, un sermon beaucoup plus long que celui de ce soir.

Le temps s’était avancé: les lumières du soir étaient déjà là. Eglise, le moment est venu. Les lumières du soir sont là. Hébreux 13.8: “Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement”. Oh, les événements sont rendus clairs par la prophétie! Voici la lumière du soir promise par le prophète de Dieu dans Zacharie 14.7: “Ce sera un jour unique, connu de l’Eternel, et qui ne sera ni jour ni nuit: mais vers le soir, la lumière paraîtra”. Que cela puisse encore ouvrir les yeux des vrais croyants pour discerner les événements qui se déroulent aujourd’hui; les prophéties nous prouvent que nous sommes arrivés à la fin. Jésus est venu. C’est la fin.

Nous savons que, géographiquement, le soleil se lève à l’Est, et qu’il se couche à l’Ouest. Le prophète dit qu’il y aurait une longue période, sinistre et accablante, qui ne pourrait être appelée ni jour, ni nuit. Ce sera une sorte de journée sombre et triste. Le soleil naturel se lève à l’Est, et se couche à l’Ouest. Le Fils de Dieu est apparu en premier à l’Est, chez les peuples orientaux. Après Son Ascension, 300 ans plus tard, apparut la première organisation qui fut l’Eglise catholique romaine. Les croyants passèrent au travers des âges des ténèbres, et ils ressortirent à nouveau. Alors, ils refirent la même chose. Cela fut un jour qu’on ne put appeler ni jour ni nuit. Ils avaient assez de connaissances pour croire qu’Il était le Fils de Dieu, et ils marchèrent dans la Lumière qu’ils possédaient. Ils construisirent leurs églises, leurs hôpitaux, leurs écoles, leurs séminaires, et tout le reste. Ils envoyèrent leurs enfants à l’école, mais le prophète a dit: “Vers le soir, la lumière paraîtra”. Le soleil jette de nouveau quelques rayons. Il fera jour. Observez bien; le même Fils qui fut révélé dans la chair au temps du matin se révélera de nouveau vers le soir: “Mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de soufre tomba du ciel, et les fit tous périr. Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme paraîtra [“sera manifesté” — Darby; “sera révélé” — vers. Anglaise — N.d.T.]” (Luc 17.29,30).

Comme il en était dans les jours de Sodome: le crépuscule du monde est le temps dans lequel le Fils de l’homme est révélé.

Il fera jour vers le temps du soir.
Vous trouverez sûrement le chemin pour la gloire.

Oh, mon peuple, où en sommes-nous?

Les nations se disloquent, Israël se réveille,
Ce sont les signes que les prophètes ont prédits!
Les jours des Gentils sont comptés, remplis d’horreur.

(REGARDEZ-LA GLISSER DANS LA MER!)

Oh, vous qui êtes dispersés, retournez chez vous,
Le jour de la Rédemption est proche.
De frayeur, le coeur des hommes s’arrête de battre.
Soyez remplis de l’Esprit; que vos lampes soient ornées et pures.
Levez les yeux, votre Rédemption est proche.

Frères et soeurs, c’est un temps d’effroi. Ecoutez les choses qui sont prophétisées. Surveillez les événements qui arrivent. Observez comment toute la prophétie s’accomplit, et alors nous pourrons comprendre tout cela. Ce n’est pas du fanatisme, c’est Dieu qui confirme exactement Sa Parole. Le rocher est frappé, mes amis. Courez vers lui aussi vite que possible. La prophétie confirme le jour dans lequel nous vivons.

Comprenons-nous bien, mes amis, le jour dans lequel nous vivons? Oseriez-vous contester avec Dieu? Pourriez-vous dire qu’IL se trompe, alors qu’Il a apporté des preuves?… qu’Il est Son propre interprète? Voulez-vous Le servir? Et maintenant, gardons nos têtes et nos coeurs inclinés, frères et soeurs. C’est peut-être aujourd’hui notre dernière réunion. Nous pouvons ne plus jamais… Si je devais vous revoir ici dans un an, jour pour jour, si je vis encore, il y en aurait beaucoup de ceux, ici présents aujourd’hui, qui seraient alors absents, et j’aurais à vous rencontrer à la barre du tribunal, et répondre pour tout ce que j’aurai dit ce soir. Devant Dieu, pendant que vous êtes dans de bonnes dispositions, iriez-vous jusqu’à faire ceci pour Dieu? Regardez-vous simplement dans le miroir de Dieu, la Bible, qui que vous soyez, et dites: «Je sais que je suis loin d’être une fille de Dieu. Guide-moi dans ma marche!». «Je suis loin d’être un fils de Dieu. Sonde moi! Mais, oh Dieu, je veux être un fils de Dieu! — Je veux être une fille de Dieu! Je veux accomplir tout ce que mon Seigneur m’a commandé de faire». Dieu vous bénisse… J’estime que 90 pour cent des mains sont levées.

Et maintenant, écoute, mon ami. Si tu avais vécu aux jours où Jean-Baptiste a prêché, si tu avais vécu sur la terre quand Jésus s’y trouvait, de quel côté te serais-tu trouvé? Sache que si tu avais vécu en ce temps-là ce eût été exactement comme il en est aujourd’hui. De même, Jésus se fait connaître Lui-même par la Parole de Dieu, et cela est très impopulaire. Mais laissez-moi vous dire que je n’essaie pas d’inciter les gens à quitter l’église, ou toute autre chose de ce genre. Je désire que vous alliez à l’église. Continuez à vous réunir. Mais ce que j’essaie de vous dire, c’est de vous précipiter dans le Royaume de Dieu. Les Pentecôtistes deviennent trop mondains. Vous courez trop après ces choses du monde. C’est tellement plus facile! Vous continuez à regarder la télévision, et toutes ces choses. Du train où il y vont, la première chose que vous voyez, ce sont les séminaires et les écoles qui font des compromis ici et là, avec ceci et cela — et avant longtemps, on les voit retomber dans le monde. L’église Pentecôtiste m’a été d’un grand secours. Je ne puis rien dire contre elle. C’est pourquoi je crie à vous, frères. Sortez! Vous n’avez plus maintenant les réunions que vous aviez l’habitude d’avoir. Les gens ne sont plus ce qu’ils étaient autrefois. Mais Jésus est toujours le même! Allons en Lui.

Vous qui avez les mains levées, sachez qu’il se trouvait dans ce désert un rocher frappé. Et cette source est encore ouverte, ce soir, pour autant que je sache. Christ est ce rocher frappé. Il se pourrait que le temps de l’appel soit déjà passé. Je ne sais pas. Je ne peux pas le dire. Après la crucifixion de Jésus, les gens continuèrent à avoir des réunions comme auparavant. Tous les gens viendront, et eux continueront à prêcher, et ils se diront qu’ils vont être sauvés: “Et disant: Où est la promesse de son avènement? Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création” (2 Pier. 3.4).

Mais alors, il sera trop tard. Pendant que tu en as la possibilité mon frère, ma soeur, entre dans le Royaume de Dieu. Pour y entrer, tu n’as besoin de rien d’autre que de la simple foi en Sa Parole. Il est la Parole!

Prions: Seigneur Jésus, je sais que je me regarde en ce moment dans le miroir de la Parole de Dieu. Oh, comme je suis chétif! Mais ici, ô Dieu, ce soir, ce lundi soir, ici à San Bernardino, en Californie, en cette salle, c’est tout ce que j’ai, Seigneur. Mais je te le donne. Me prendras-tu tel que je suis, Seigneur? Veux-tu me laisser me réfugier tout de suite à la Croix? Je vois, même, le messager. Je vois le temps. J’entends l’appel pour sortir de Sodome. Je vois les signes. Je vois le groupe d’Abraham qui reçoit la lumière. Je vois les manifestations, Jésus étant manifesté à nouveau ici-même, parmi nous, comme Il le fut autrefois. Je vois toutes ces choses que tu as promises. Je vois Son imitateur. Je comprends que tu as dit qu’il en serait comme au temps de Moïse; comment Jannès et Jambrès reviendraient contrefaire Ses oeuvres, et qu’ils resteraient dans la même ordure. Ils ne pouvaient suivre Moïse au travers de cette Parole qui a tiré les enfants d’Israël hors d’Egypte dans le désert, parce qu’ils étaient liés à l’Egypte. Ils ne pouvaient le faire, quand bien même ils firent les mêmes oeuvres que Moïse avait faites. Mais leur folie fut rendue manifeste. Et la Bible dit: “Ainsi dit le Seigneur, cela se produira de nouveau dans les derniers jours”.

Si vous êtes spirituels, vous pouvez le constater de vos propres yeux. Je ne puis l’expliquer. Pour moi, cela ne demande aucune explication. “Mes brebis entendent ma voix”. Allons à Lui maintenant, pendant qu’il en est encore temps, voulez-vous? Si vous avez besoin du baptême du Saint-Esprit, ou bien si vous désirez une “reconsécration”, une vie nouvelle — et votre pasteur ne vous méprisera pas: il vous aimera pour cela — donnez-vous vous-mêmes et totalement à Dieu, ce soir, pendant que nous sommes ici.

Je dois avoir été dur, tranchant et insolite. Je ne fais pas cela pour la forme. Je fais cela pour être honnête. Je fais cela parce que je vous aime. J’aime Dieu. Je le fais pour essayer de vous aider. Véritablement, mes amis, je crois de tout mon coeur, avec toute ma foi, je crois que mon message vient de Dieu. Cela vous a été prouvé tout au long de ces années. Et maintenant, écoutez-moi bien. Ce soir, abandonnez-vous complètement à Dieu. Je crois avec un coeur qui s’est réellement donné à Dieu, que si vous pouviez seulement vous lever et lever votre main, en disant: «Dieu bien-aimé. Je suis ici. Prends-moi Seigneur. Plus jamais je n’essaierai de faire appel à ma propre intelligence et à ma propre interprétation.

Ta Parole dit que je dois être saint. Je dois être né de nouveau. Je dois être rempli du Saint-Esprit, et alors l’Esprit me conduira dans toute la vérité. Dieu bien-aimé, je suis ici, conduis-moi». Voulez-vous faire tout cela?

Tel que je suis, sans rien à moi,
Sinon ton sang versé pour moi,
Et ta voix qui m’appelle à toi,
Agneau de Dieu, je viens! Je viens!

Dieu est “l’unique porte”. Maintenant, donnez-Lui tout votre travail, et tout le reste. Votre voiture, tout! Qu’en serait-il si vous étiez en train de mourir?

Tel que je suis, tu me reçois,
Tu m’accueilles, tu me pardonnes, tu me purifies, tu me soulages,
Parce que je crois en ta promesse,
Agneau de Dieu, je viens! Je viens!

Et maintenant, pendant que l’organiste continue de jouer, vous, les jeunes “teenagers”, voudriez-vous ressembler à cette bande de “voyous” qui sont là, dans la rue? Et vous soeurs, voulez-vous porter des cheveux courts, alors que c’est, envers Dieu, votre honneur de “Naziréenne” d’avoir les cheveux longs? C’est une honte pour une femme de se couper les cheveux. Porterez-vous encore ces mini-jupes et toutes ces toilettes immorales qui dévoilent votre corps au premier venu, lui faisant commettre adultère avec vous dans son coeur? Vous toutes qui êtes maquillées, savez-vous que dans la Bible il n’y eut qu’une seule femme qui se soit jamais maquillée, et que Dieu la jeta en pâture aux chiens? Ce fut Jézabel! Un nom qui, depuis, a toujours été haï, en raison de ses actes. Savez-vous que c’est le prophète Elie qui a prononcé une malédiction contre cela, et qui l’a invectivée de cette manière? Savez-vous que c’est Jean-Baptiste qui s’irrita contre Hérodias? Vous ne voulez pas ressembler aux femmes de Hollywood! une chose de ce monde! “Si vous aimez le monde, ou les choses de ce monde, l’amour de Dieu n’est point en vous”.

Frères et soeurs, frères prédicateurs, comprenez-moi bien. Je suis votre frère. Voulez-vous, ainsi que tous les membres de vos églises, qui que vous soyez, voulez-vous faire partie de ces dénominations parce que votre mère ou votre grand-mère en était un membre? Elles sortirent de quelque chose d’autre pour venir ici, car c’était la Lumière pour ce jour-là. Aujourd’hui, c’est un autre jour. Ce n’est pas le jour de la Pentecôte. L’âge Pentecôtiste est passé. La Pentecôte est partie. Aujourd’hui, c’est le jour de la moisson. Les pluies ont arrosé le grain de blé. Il est en train de mûrir. Mes frères, venez dans le grain. Ecoutez-moi, croyez-moi, si vous pensez que je suis un serviteur de Dieu. Que chacun de nous, à sa propre manière, incline sa tête dans l’humilité, pour offrir la prière que nous savons devoir offrir.

«O Dieu, accepte-moi, tel que je suis». Frère et soeur, moi-même aussi, je me place sur l’autel, ce soir. O Dieu, modèle-moi et change-moi. O Dieu, façonne-moi selon Ta pensée. Croyez-vous que ce soit facile de se tenir ainsi devant vous, pour vous mettre en pièces comme je le fais? C’est une chose difficile à faire. Mais malheur à moi si je ne le fais pas.

Prions: Dieu Bien-aimé, alors que tous ces gens inclinent leur tête et leur coeur, en ce moment solennel, à la fin de cette lecture biblique, nous voyons la confirmation du Saint-Esprit qui a secoué cette nation dans tous les sens par de grands réveils, annonçant que quelque chose doit se produire.

Puis, nous voyons ces sept anges qui sont descendus sur le sommet de cette montagne, en Arizona, événement qui fut annoncé à travers tous les pays du monde, par les journaux. Oh, voir Jésus Lui-même dans les cieux, regardant au-dessous de Lui, et disant que par le message du Septième ange (selon Apoc. 10.7), ces Sceaux seraient brisés et les mystères de Dieu révélés! Les réformateurs n’ont pas vécu assez longtemps pour révéler cela, et ici, ces sept Sceaux qui ont scellé le tout doivent être ouverts en ce jour. Oh, voir tous ces grands signes et tous ces miracles qui ont été faits, lesquels ont confirmé ce qui avait été écrit et prédit et voir qu’il n’a jamais failli à Sa promesse, mais qu’Il l’a toujours accomplie selon ce qui avait été écrit! Pas une seule fois, Tu n’as manqué à Ta Parole! Dieu bien-aimé, nous réalisons que Jésus-Christ est parmi nous. Il est ici ce soir. Le Dieu invisible est ici, avec nous, et Il confirme chaque promesse qu’Il a faite dans Sa Parole. Je pense à la manière dont Tu te tenais devant Abraham, le dos à la tente, pour leur prouver Ta divinité.

C’était là l’original, le commencement, avant que n’entrent en scène les imitateurs. Tu l’as montré. Tu l’as prouvé et prophétisé. Tu as dit exactement comment cela arriverait, et nous le voyons arriver, comme Tu l’as dit. Dieu, notre Père, nous savons que cela ne peut pas venir d’un homme. Cela vient de Dieu. Nous savons que c’est Toi qui es ici ce soir. Pardonne nos péchés! Dieu bien-aimé, Tu as guéri nos maladies; maintenant, pardonne-nous nos péchés! Seigneur, pardonne-nous de ne pas être la sorte de chrétiens que nous devrions être. Nous professons être un homme ou une femme pleins de l’Evangile, et ici, nous constatons que nous-mêmes, nous retombons comme des poulets dénominationnels, incapables de planer dans les airs! Aide-nous, Dieu bien-aimé. Prends-nous, et secoue-nous par Ton Saint-Esprit. S’il y a quelque chose en nous qui ne soit pas à Ta gloire, extirpe-le de nous, Seigneur, et que nous soyons enracinés dans la Sainte Parole de Dieu. Que le Saint-Esprit brûle jusqu’au plus profond de notre coeur. Enlève chaque goutte de l’incrédulité et de l’assoupissement de cet âge. Oh, levons-nous, et secouons-nous. Accorde-le, ô Dieu. Purifie-nous. Modèle-nous. Façonne-nous à Ta guise. Oh, Dieu, accorde-le. Si, ce soir, il en est quelques-uns qui conservent dans leur coeur cette semence de Dieu qui est prédestinée à la vie dès la fondation du monde, je sais, Seigneur, que ceux-là, obligatoirement, écouteront ce message, maintenant. Aussi, je te prie, Dieu, que Tu remplisses leur âme, et que Tu les illumines d’un baptême renouvelé du Saint-Esprit. Qu’ils retournent chez eux, réjouis, et parfaitement heureux. Seigneur Dieu! Permets-moi de Te les confier. J’ignore qui ils sont, mais Toi, Tu les connais. Je suis seulement responsable de leur lire Ta Parole, mais Toi, Tu la révèles. Tu es responsable de tout le reste. Je lance simplement la semence où qu’elle puisse tomber. Seigneur Dieu, je Te prie pour qu’elle tombe ce soir, dans une bonne et riche terre. Que beaucoup la reçoivent et la voient, Seigneur, et qu’ils puissent, en ce dernier jour, se dresser en chrétiens rayonnants. Que le grand événement que nous attendons puisse se manifester rapidement. Accorde-le, Seigneur, et que Tu puisses prendre Ton Eglise, Ton Epouse avec Toi, dans Ta maison. Nous voyons que tout est en train de se préparer. Viens, Seigneur Jésus. Nous remettons tout entre Tes mains, dans le Nom de Jésus-Christ. Amen!