LA NOURRITURE SPIRITUELLE AU TEMPS CONVENABLE

(Spiritual food in due season)

 

18 juillet 1965, matin
Branham Tabernacle
Jeffersonville — Indiana, U.S.A.

 



Chant de l’assemblée:

Crois seulement, crois seulement,
Tout est possible à celui qui croit,
Crois seulement, crois seulement,
Tout est possible, crois seulement.

  1. Prière: Seigneur, puisse ceci être non seulement une mélodie que nous chantons, mais bien notre désir sincère, venu des profondeurs de nos coeurs. Les disciples ont dit un jour, après que Jésus ait fait de puissantes oeuvres: “Seigneur, maintenant nous croyons”. Jésus répondit: “Vous croyez maintenant?”. Ainsi, Père, ce soir, nous réalisons que ce n’est pas Toi qui as besoin de notre enseignement, mais c’est nous qui avons besoin du Tien. Aussi, nous prions pour que Tu nous enseignes comment prier, comment nous avons à vivre et comment nous devons croire. Accorde-nous cela, Seigneur, pour la réunion de ce soir. Si nous avons besoin de quelque chose, donne-le nous Seigneur, nous Te le demandons au Nom de Jésus. Amen.

  2. 2Je sais que beaucoup parmi vous sont obligés de rester debout ce soir, tandis que d’autres sont encore dehors. J’ai rencontré différents groupes de personnes: elles ne pouvaient pas entrer dans l’église et elles ont alors écouté la réunion dans leur voiture, par leur poste de radio.

  3. Nous consacrerons la réunion de ce soir à la prière pour les malades. Je désire que vous soyez édifiés maintenant par les saints oracles de Dieu, dans la foi, la foi dans cette heure car, à notre époque, nous avons besoin de davantage de foi qu’à aucune autre de celles qui nous ont précédés. Ce doit être une foi capable de nous saisir au moment de l’enlèvement, une foi qui nous élève. Nous désirons, par conséquent, que vous croyiez à tout ce que vous avez vu, aux paroles que vous avez entendues et aux signes et miracles qu’il vous a été donné de voir s’accomplir. Nous désirons que vous en conserviez le souvenir dans vos coeurs et que vous y réfléchissiez, afin de voir si cela vient de Dieu ou non. Jadis, Elie disait déjà: “Si l’Eternel est Dieu, suivez-le” (1 Rois 18.21 — Darby). Si Jésus est le centre de toutes choses pour le Chrétien, alors je pense que nous devrions délaisser toute autre chose et ne nous attacher qu’à Lui. Souvenez-vous: Il est le centre, Il est le but suprême, Il est l’absolu et Il est l’étoile polaire. S’il est l’étoile polaire, une chose alors va se diriger vers elle: la boussole, votre instrument de navigation. Elle pointera toujours vers l’étoile et cette boussole est la Parole de Dieu, elle nous ramène toujours à Lui.

  4. Nous allons au devant d’un temps de détresses, de malheurs, d’épreuves, d’égarement, parmi les nations et les peuples. Beaucoup de choses sont en train de se produire. Parfois, je me sens comme encerclé de toute parts, où que je tourne mes regards… c’est comme si j’étais sur la mer, dans un bateau dont on m’aurait donné la responsabilité. Je me demande: «Comment allons-nous nous en sortir?». Car voici que viennent des vagues écumantes, cent fois plus hautes que mon bateau. Mais nous allons nous élever au sommet de chacune d’elles. Nous sommes plus que vainqueurs par Lui! Il est le Capitaine, le Commandant en chef et Il tient ferme la corde, attachée au bout du bateau. Il nous tirera au travers de tout cela.

  5. Nous tenons compte des longues distances que vous avez parcourues pour venir à cette rencontre, et des sacrifices que vous avez dû accomplir, ce qui me touche beaucoup; je voudrais rester ici debout, prêchant sans relâche, essayant de faire tout ce qui m’est possible pour vous aider en ces instants pendant lesquels nous sommes rassemblés ici. Mais si vous donnez aux gens trop à la fois, ils ne peuvent pas se souvenir de tout. Il faut donc prendre seulement un sujet à la fois et bien le mettre en évidence patiemment, jusqu’à ce qu’ils l’aient bien saisi. Puis, lorsque cela est bien ancré dans leurs coeurs, enseignez-leur une autre vérité, pas à pas, en une marche progressive.

  6. Maintenant priez et prenez courage. Croyez à votre guérison ce soir! Je ne crois pas qu’un point d’interrogation quelconque subsiste dans vos coeurs concernant le temps dans lequel nous vivons. Je ne crois pas que vous ayez une arrière-pensée en vous, afin de savoir si, oui ou non, Dieu est au milieu de Son peuple. Je suis sûr que vous croyez tous qu’Il est présent ici. Il n’y a aucun doute en moi à ce sujet. Je connais mon auditoire, mes amis et les amis de Christ. Les enfants de Dieu le croient aussi.

  7. Lorsque vous savez que vous avez un message à délivrer de la part de Dieu à des gens qui y répondent spontanément, vous en éprouvez un réel plaisir. Vous pouvez alors, en esprit, vous tourner vers Dieu en disant: «Merci Père». Oh quelle joie de constater que les enfants mangent le pain qui leur a été envoyé!

  8. Vous souvenez-vous de la vision donnée ici, dans cette salle, il y a plusieurs années déjà, au sujet du “Pain de vie”? C’est exact, frère Neville, vous vous en rappelez, n’est-ce pas? C’était un temps glorieux.

  9. Je ne crois pas qu’il serait indiqué d’avoir une réunion sans lire ensemble la Parole de Dieu, sans en faire quelques commentaires, qu’il s’agisse d’un service de guérison ou d’un autre genre de réunion. Je suppose qu’il n’y a aucun étranger parmi nous et qu’ainsi tout le monde comprend ce que nous entendons par “guérison”. Ce n’est pas l’oeuvre d’une personne, mais c’est ce que Dieu a déjà fait pour vous.

  10. Le salut repose sur la même base. La chose importante est d’amener les gens à croire que c’est la vérité. Dieu l’enseigne dans Sa Parole, et, ensuite, le prouve à ceux qui veulent croire. Le Seigneur dit: “Toutes choses sont possibles à celui qui croit” (Marc 9.23). Vous dites que rien n’est impossible à Dieu. Le croyez-vous? De même alors, pour vous non plus, rien ne sera impossible. Dieu est une Personne, pour ceux qui croient. Le saisissez-vous? Là non plus, il n’y a rien d’impossible avec vous ou pour vous, si du moins vous arrivez à croire.

  11. Maintenant, je désire lire, dans 1 Rois 17, les sept premiers versets: “Et Elie, le Thishbite, d’entre les habitants de Galaad, dit à Achab: L’Eternel, le Dieu d’Israël, devant qui je me tiens, est vivant, qu’il n’y aura ces années-ci ni rosée ni pluie, sinon à ma parole. Et la parole de l’Eternel vint à lui, disant: Va-t’en d’ici, et tourne-toi vers l’orient, et cache-toi au torrent du Kerith, qui est vers le Jourdain. Et il arrivera que tu boiras du torrent, et j’ai commandé aux corbeaux de te nourrir là. Et il s’en alla et fit selon la parole de l’Eternel: il s’en alla et habita au torrent du Kerith, qui est vers le Jourdain. Et les corbeaux lui apportaient du pain et de la chair le matin, et du pain et de la chair le soir, et il buvait du torrent. Et il arriva, au bout de quelque temps, que le torrent sécha, car il n’y avait pas de pluie dans le pays” (1 Rois 17.1-7 — Darby).

  12. Que le Seigneur ajoute Sa bénédiction à la lecture de Sa Parole. Du texte que nous venons de lire ce soir, j’aimerais extraire un fragment intitulé “La nourriture spirituelle au temps convenable”. Ce matin, nous avons eu une leçon sur le thème “Faire un travail pour Dieu” alors que n’ont été prévus ni l’heure, ni le moment, ni le lieu, ni la personne précise pour ce service. Nous connaissons très peu de choses concernant le prophète Elie, mais nous savons qu’il était le serviteur de Dieu pour cette heure-là. Dieu a déjà agi trois fois par l’Esprit qui reposait sur Elie et Il a promis de l’envoyer deux fois encore. Ainsi, Il aura manifesté cinq fois ce même Esprit et cinq est le nombre de la Grâce. Il le fit reposer tout d’abord sur Elie (1 Rois 17.1) puis, il vint sur Elisée en double portion (2 Rois 2.9) et, enfin, il fut sur Jean-Baptiste (Mal. 3.1 et Mat. 2.14). Il est dit qu’il doit revenir pour rassembler l’Epouse (Mal. 4.5-6), ensuite il doit venir avec Moïse pour appeler les Juifs à Lui (Apoc. 11.3). En fait, nous ne savons même pas d’où venait Elie, ce grand prophète, ni comment il vint. Mais nous savons qu’il était un Thishbite.

  13. A ma connaissance, aucun prophète n’est jamais sorti du sein d’une église. Ils étaient tous des hommes ordinaires, sans crainte et souvent sans culture. A part quelques-uns d’entre eux, comme Esaïe et Jérémie, ils ne savaient même pas écrire. Or Elie, cet homme exceptionnel, n’a jamais écrit quoi que ce soit. Beaucoup de prophètes n’ont rien écrit: ce fut peut-être tout simplement parce qu’ils ne savaient pas écrire! C’étaient des hommes frustes.

  14. D’entre tous les hommes mentionnés dans la Bible, les plus remarquables furent d’anciens prophètes qui défièrent des royaumes, des rois, des hommes, des communautés, demeurant fermement établis sur la Parole avec l’approbation de Dieu. C’étaient des hommes très rudes, individualistes, et Elie fut un de leurs représentants les plus typiques. Homme du désert, la Bible dit: “Qu’il était vêtu de poils et ayant une ceinture de cuir autour des reins” (2 Rois 1.8). Sa barbe couvrait tout son visage et j’imagine qu’il devait avoir un aspect rustre. Cette espèce n’est pas encore éteinte, ils ne sont pas tous morts! Si vous vous êtes documentés au sujet du Concile de Nicée, vous savez certainement qu’ils se sont organisés, supprimant toutes les autres églises, les obligeant à devenir une seule église. Pendant cette même période surgirent des hommes rudes, à la manière d’Elie et, comme lui, ils venaient du désert et se contentaient d’une nourriture toute simple. Mais, sous Constantin, les hauts dignitaires et leur suite firent taire la voix de ces hommes. Ces prophètes savaient que, tel le grain de blé, l’Eglise-Epouse devait tomber dans la terre, à l’exemple de l’Epoux qui, lui-même, fut le premier grain tombé en terre. Ils savaient que ce grain resterait enfoui pour un millier d’années. C’est la raison pour laquelle, aujourd’hui, certains parmi les incroyants ont écrit des livres dans lesquels on peut lire: “Où est ce Dieu qui, muet, pouvait regarder des petits enfants être mis à mort et des femmes déchirées par les lions, tout en demeurant assis dans le ciel, sans rien dire?”. Ils ne connaissent rien de la Parole! Le grain de blé devait tomber en terre. Comment un Dieu juste pouvait-il se tenir là et regarder Son propre Fils être couvert de crachats, et mourir? C’était néanmoins conforme à la Parole. Il devait en être ainsi et, de même, tout s’accomplira exactement jusqu’à la dernière heure.

  15. Elie était un grand homme. Il avait à faire face à une génération remplie de péchés. Achab était roi et, avant lui, son père fut également un mauvais roi. D’ailleurs, depuis les jours de Salomon, il n’y eut qu’une succession de rois aussi mauvais les uns que les autres. Achab, qui régna 22 ans en Samarie, fut le pire de tous. Lui aussi, pour son époque, devait passer pour un homme moderne: Religieux, assurément, il s’arrangeait pourtant pour tout adapter à la manière de son temps. Il avait ses 400 prophètes hébreux. Chacun d’eux avait suivi une école et avait reçu une très bonne instruction. Cependant, Dieu lui en envoya un en qui il ne croyait pas: Elie, le Thishbite, un homme du désert.

  16. Achab avait accumulé tant de péchés que Dieu ne pouvait plus le supporter. Un jour, Il s’adressa à Elie dans le désert et celui-ci se mit en route vers Samarie. J’ai toujours aimé à me le représenter avec une barbe blanche recouvrant tout son visage, sa tête chauve luisant au soleil et des petits yeux plissés au regard perçant. Le visage souriant, un bâton à la main, il s’avança tout droit vers le roi d’Israël disant: “La rosée même ne tombera pas sans que je l’appelle”. Que Dieu nous donne de tels hommes, sachant ce qu’ils ont à faire avec le “Ainsi dit le Seigneur”.

  17. Nous pouvons constater ceci: avant qu’Elie n’agisse, Dieu s’était adressé à lui et l’avait appelé. C’est pourquoi, désormais, plus rien ne pouvait l’effrayer. Il ne craignait pas que le message à délivrer ne se réalise pas: il devait se réaliser, car il le savait conforme à la Parole du Seigneur et lui-même était le prophète de Dieu pour ce temps-là. Aussi, que le roi le fasse décapiter, jeter en prison, ou quoi que ce soit d’autre, cela le laissait indifférent. Il était chargé de proclamer l’ordre: “Ainsi dit le Seigneur”.

  18. Cet homme rude prédit une grande sécheresse, car Dieu ne laisse pas le péché impuni. Un châtiment était nécessaire. Une loi sans rigueur demeure sans effet. De même, aujourd’hui, à quoi servirait-il de dire: “C’est contraire à la loi de forcer un passage marqué d’un feu rouge” s’il n’y avait la menace d’une amende ou de toute autre punition, qui rende cette loi efficace? Sinon elle serait sans force! Le péché doit être puni. Lorsque Dieu donne une loi et que cette loi est transgressée, le châtiment doit suivre la transgression. Or cette nation avait violé toutes ses lois!

  19. Au temps d’Elie, ils avaient une grande communauté. Ils avaient le temple, beaucoup d’hommes instruits et des prophètes dans tout le pays. Ceux-ci étaient formés dans des écoles spécialisées et ils en ressortaient mis au point comme des machines. Ils avaient également quantité de prêtres et de scribes, religieux à tous égards, mais néanmoins éloignés de la Parole de Dieu. Aussi, c’est à l’extérieur de leur organisation que Dieu appela un homme qu’il envoya avec le “Ainsi dit le Seigneur”.

  20. Voyez comme Dieu prend soin des siens: “Elie, lui dit-il, dis toutes ces choses au roi Achab. Ensuite éloigne-toi de lui promptement, car je t’ai préparé une place: tu t’y tiendras pendant la sécheresse. Je prendrai soin de toi Elie mais, pour toi, ne prêche que ma Parole et ne fais que ce que je t’ai ordonné”.

  21. J’aimerais maintenant comparer ce grand ministère d’Elie et son époque avec l’heure dans laquelle nous vivons actuellement. Je crois que nous avons là un parallèle typique.

  22. Je pense d’abord à une similitude de ces deux nations: en nous penchant sur l’histoire, nous pouvons voir qu’Israël a conquis son territoire de la même manière que nous avons conquis les Etats-Unis. Nous sommes venus dans ce pays, l’Amérique, et en avons chassé les occupants, c’est-à-dire les Indiens, pour prendre possession du pays. De même, Israël vint en Palestine sous la conduite de Josué, lui-même soumis à Dieu. Il refoula ses occupants et prit possession du pays. Leurs premiers rois furent des hommes grands et puissants: David, Salomon. Nos premiers présidents, Washington et Lincoln, entre autres, furent aussi de grands hommes. Mais Les rois d’Israël se corrompirent de plus en plus, pour finalement en arriver à un Achab. Ceci est aussi un fait typique de notre époque actuelle. Les gens se sont tellement modernisés qu’ils ne veulent même plus du tout entendre la vraie Parole du Seigneur.

  23. Vous pouvez imaginer l’effet produit par le message d’un vrai serviteur de Dieu sur un peuple moderne tel que celui-là! Pourquoi? Ils pensaient qu’Elie était fou, qu’il avait perdu tout bon sens. Ce qu’il disait leur semblait impensable, car ils étaient très religieux. Ils avaient des conducteurs sincères et ils étaient un peuple sincère. Elie savait qu’il lui fallait davantage qu’une simple théologie et plus qu’un message ordinaire; il ne suffisait pas de prêcher simplement la Parole pour briser leurs coeurs de pierre. Il savait qu’il fallait le “Ainsi dit le Seigneur” pour amener le jugement sur ce peuple. Elie le savait: en venant avec le “Ainsi parle le Seigneur”, le peuple le rejetterait avec mépris et ce serait alors le jugement. Nous le voyons également de nos jours. Vous le voyez en tout temps, car il n’y a pas d’autre alternative que le jugement lorsque la limite de la grâce est franchie. J’aimerais aussi comparer Elie avec l’église d’aujourd’hui. Le message qu’Elie reçut précéda de très peu le jugement. Par ce message, il reçut ainsi l’assurance que Dieu pourvoirait à tous ses besoins. Même sa nourriture terrestre serait assurée, alors que la pluie ne tomberait plus pendant 3 ans et 6 mois, jusqu’à ce qu’Elie la demande lui-même, conformément à la Parole de Dieu. “Quel que soit le moment où tu parleras, Elie, ce sera vraiment là le temps convenable”. Elie s’avança vers le roi et dit: “Il n’y aura ni rosée ni pluie, sinon à ma parole”. Délivrer ce message était un bien pesant fardeau. Comparons-le maintenant avec la sécheresse spirituelle d’aujourd’hui.

  24. Nous sommes tous parfaitement conscients de la grande sécheresse spirituelle qui s’étend actuellement sur tout le pays. Savez-vous que cela a été prédit par les prophètes comme devant arriver juste avant la seconde venue de Christ? Ils avaient annoncé la venue d’une famine dans le pays, non pas une disette de pain seulement, mais la faim d’entendre la Parole de Dieu. Ce jour maintenant est arrivé: une soif d’entendre la véritable Parole de Dieu (Amos 8.11). Ainsi, le récit met en parallèle la sécheresse avec la soif spirituelle. Le péché et l’incrédulité des faux docteurs et modernistes de l’église ont amené celle-ci dans une situation appelant un jugement imminent. Ils se sont détournés de la Parole de Dieu et de Ses prophètes pour écouter les termes théologiques modernes employés pour interpréter la Parole. Dans un temps comme celui-ci, Dieu intervient toujours, mais Il ne fait rien sans le révéler d’abord au peuple et cela par le moyen de Son serviteur.

  25. Pendant tout ce temps, Elie avait un lieu secret préparé où Dieu lui ordonna d’aller. Considérons donc ceci de plus près avant de prier pour les malades. Elie avait un lieu secret, préparé par Dieu Lui-même. Ni la communauté religieuse, ni le roi, ni lui-même, mais Dieu seul, pourvut à la nourriture d’Elie dans ce lieu secret, pendant tout le temps que dura la sécheresse. Cette nourriture était assurée jour après jour. Il n’avait pas besoin de se demander: “Qu’arrivera-t-il demain?” ou “L’approvisionnement viendra-t-il à manquer?”. Dieu avait dit: “J’ai ordonné aux corbeaux de te nourrir”. Quelle chose merveilleuse!

  26. C’est une image du lieu secret que nous avons en Christ, alors que le Conseil oecuménique des églises dit: «Le temps des miracles est passé». Nous-mêmes, nous voyons que la grande puissance de Dieu a été retirée des églises jusqu’à ce que celles-ci ne soient plus que des airains qui résonnent et des cymbales retentissantes. Nous savons que c’est bien la vérité. Elles ont une forme de piété, mais renient ce qui en fait la force. Ils sont justement en train de faire comme David avec le char attelé de boeufs, alors qu’il s’éloignait de la Parole de Dieu. Et quand la Parole de Dieu leur fut présentée, prête à leur être donnée, ils la refusèrent parce qu’ils s’en étaient tenus éloignés.

  27. C’est aussi ce que le peuple a fait aux jours d’Elie: ils avaient dévié de la Parole. Ils pensaient avoir la Parole, mais en réalité ils ne l’avaient pas. Pendant tout ce temps, Dieu se préparait à punir les incrédules, mais en ménageant pourtant une issue pour les croyants. Il agit toujours ainsi. Aux jours où Dieu décida d’anéantir la terre par le déluge, Il prépara une porte de salut pour Noé. Lorsqu’Il menaça et punit l’Egypte, Il pourvut à une voie de salut, au travers de la mer, pour Son peuple d’Israël. Comment Dieu peut-il faire un chemin là où il n’y en a pas? Il le peut, car Il est ce chemin.

  28. A présent, nous devons réaliser que nous sommes à l’heure la plus solennelle que l’histoire ait jamais connue. Ce ne sont pas les missiles ou fusées “à têtes chercheuses” que nous avons à craindre, mais ce sont bien plutôt les églises qui nous inspirent de l’effroi. L’heure dans laquelle nous vivons devrait nous trouver particulièrement vigilants! Dieu avait préparé une issue pour Elie et, de même, Il a aussi prévu une voie pour que Ses enfants fidèles puissent échapper. Dieu, dans Sa justice, a dû juger les gens de Sodome, Gomorrhe et Capernaüm; Il les a châtiés en engloutissant ces cités méchantes au fond de la mer, condamnant ainsi ces générations. Par conséquent, Il ne pourrait pas nous permettre de faire les mêmes choses et d’échapper ainsi à Sa justice. Il nous est aussi impossible qu’à eux d’échapper au jugement.

  29. Afin de résister aux tendances néfastes de leur temps, Dieu suscita un homme pour combattre ces puissances, mais ils ne l’écoutèrent pas. Ils le considéraient comme fou. A leurs yeux, il n’était qu’un vieux fanatique, un insensé échappé du désert, un sauvage. Cependant, il avait la Parole du Seigneur!

  30. «Il ne faut pas prendre, la signification de la Bible à la lettre» prétendent les enseignants d’aujourd’hui. «La Bible est un livre d’histoire». Je suppose que vous avez tous entendu dire ce qu’ils affirment: Eve n’a pas mangé une pomme mais un abricot! Ils prétendent également que Moïse n’a pas conduit les enfants d’Israël au travers de la mer Rouge, mais que celle-ci se réduisait finalement à un vaste champ de roseaux qui croissaient en quantité à l’extrémité de cette mer. Il leur aurait fait traverser une mer de roseaux. Comment alors expliquer l’expression du récit biblique: “L’eau formait comme des murailles de chaque côté, en sorte qu’ils purent passer à pied sec?”. Quel non sens! Mais, voyez-vous, il fallait bien qu’un tel jour arrive pour que le courroux de Dieu se déverse sur l’humanité! Même, des gens d’église qui ne croient pas aux miracles vous diront: «Je vous donne mille dollars si vous me montrez un miracle. Montrez-moi un miracle!». Ils ne pourraient pas le voir: quand même, il se trouverait dix mille faits devant eux, ils n’en verront jamais un seul.

  31. Vous dites: «Cela est impossible». Mais pas du tout! Un jour qu’Elisée était descendu à Dothan, l’armée syrienne avait encerclé la ville pour le faire prisonnier, car ils savaient que la force de la nation avait sa source dans le voyant. Un des hommes avait parlé au roi de Syrie en ces mots: “Ne sais-tu pas que le prophète Elisée rapporte au roi d’Israël ce que tu dis dans le secret de ta chambre”. Le roi lui répondit: “Allez le prendre, car c’est l’homme qui s’est toujours opposé à nous”. Et c’est ainsi que l’armée syrienne encercla Dothan. Lorsque Guéhazi, le serviteur du prophète, se réveilla et les vit, il s’écria: “Ah! mon seigneur, les ennemis sont autour de nous, nous sommes encerclés”. Mais le prophète lui répondit: “Ne crains point, car ceux qui sont avec nous sont en plus grand nombre que ceux qui sont avec eux. Elisée pria, et dit: Eternel, ouvre ses yeux, pour qu’il voie. Et l’Eternel ouvrit les yeux du serviteur, qui vit la montagne pleine de chevaux et de chars de feu autour d’Elisée. Les Syriens descendirent vers Elisée. Il adressa alors cette prière a l’Eternel: Daigne frapper d’aveuglement cette nation! Et l’Eternel les frappa d’aveuglement, selon la parole d’Elisée. Elisée leur dit: Ce n’est pas ici le chemin, et ce n’est pas ici la ville; suivez-moi, et je vous conduirai vers l’homme que vous cherchez” (2 Rois 6.16-19). Et il les conduisit jusqu’au milieu de la ville de Samarie, là où l’armée d’Israël était rassemblée et attendait.

  32. Or la Bible dit: “Il les frappa de cécité” (Darby), ce qui leur arriva séance tenante. Aujourd’hui, les hommes sont tellement aveuglés sur le plan spirituel qu’ils sont incapables de voir le Seigneur agissant au milieu du peuple et accomplissant les choses qu’il avait promises. Et ainsi font-ils encore de nos jours. Dieu les a frappés de cécité, car actuellement ils disent: “Il n’y a plus de miracles, ce ne sont que des émotions religieuses”. Ils avaient déjà tenu les mêmes propos sur Elie. Lorsqu’il fut enlevé, Elisée le remplaça et, très jeune déjà, il devint chauve. Les enfants couraient derrière lui et criaient: “Vieux chauve, pourquoi n’es-tu pas monté au ciel avec Elie?”. Nous voyons par là qu’ils n’avaient pas cru à cet événement au début. Bien que témoins de choses extraordinaires accomplies au travers du ministère de ce grand homme de Dieu, lorsque celui-ci fut enlevé au ciel dans un char de feu, ils demeurèrent incrédules. Et voici que leurs petits enfants couraient derrière cet homme et se moquaient de lui en disant: “Vieux chauve, pourquoi n’es-tu pas monté?”. Et le prophète maudit les enfants et deux ourses tuèrent 42 d’entre eux.

  33. Aujourd’hui, comme alors, ils interprètent la Parole de Dieu à leur manière. Non seulement, ils le font, mais ils essaient même de nous en persuader. La Bible nous dit que la Parole de Dieu ne peut être l’objet d’une interprétation particulière (2 Pier. 1.20-21), car Dieu est son propre interprète. Dieu confirme sa Parole: c’est là Sa manière de l’interpréter.

  34. Comme je l’ai souvent répété, au commencement Dieu dit: “Que la lumière soit” et la lumière fut. Aucune interprétation ne fut nécessaire, la Parole se réalisa. Il dit encore: “Une vierge sera enceinte” et il en fut ainsi. Puis, Il dit: “Je répandrai mon Esprit” et Il le fit. Il avait aussi parlé des choses qu’il ferait dans les derniers temps et Il est en train de les accomplir. Qu’est-il besoin d’interprétation? Dieu est Son propre interprète. Les hommes peuvent dire les plus grandes folies, mais cela n’arrêtera pas Dieu le moins du monde. Lorsque Jésus était sur la terre, il eut à faire face à autant d’incrédulité qu’aujourd’hui, si ce n’est plus, et pourtant rien ne L’arrêta. Il persévéra et accomplit sa tâche, Dieu confirmant chacune de Ses oeuvres.

  35. Il a dit: “Je ne suis pas seul, mais moi et le Père… Il habite en moi. Ce n’est pas moi qui fais ces oeuvres, c’est le Père qui est en moi. Si je ne fais pas Ses oeuvres, alors ne me croyez pas. Mais si je fais ces oeuvres, et que pourtant vous ne croyiez pas en moi, croyez au moins les oeuvres”. Ailleurs Il a dit de sonder les Ecritures car c’est en Elles que nous avons la Vie éternelle. Car les Ecritures Elles-mêmes témoignent de moi (Jean 5.39) Amen. Quelle déclaration! Ce sont elles — les Ecritures — qui vous disent qui Je suis dit Jésus. Ce sont également les Ecritures qui vous disent l’heure dans laquelle nous vivons et les faits que vous voyez s’accomplir sous vos yeux. Dieu lui-même est au milieu de Son peuple. Personne ne peut ressusciter les morts, sinon Dieu. Personne, sinon Dieu, ne peut faire les choses qu’Il est en train de faire maintenant. La Bible dit en effet: “Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement” (Héb. 13.8).

  36. Nous voyons bien la tendance moderne de ceux qui disent: «Le temps des miracles est passé, ces gens ne sont qu’excités et sous l’effet d’une émotion!». Ecoutez le prophète Elie s’adresser violemment à eux en s’élevant contre leur théologie. Remarquez, il parle comme s’il était Dieu lui-même: “Même la rosée ne tombera pas du ciel, sinon à ma parole”. Oui, le prophète est resté si longtemps dans la présence de Dieu … les prophètes de l’Ancien Testament ou de toute autre époque d’ailleurs, vivaient dans la présence de Dieu jusqu’à ce qu’ils deviennent eux-mêmes la Parole. Leur message est la Parole elle-même. Souvenez-vous, ils disent: “Ainsi parle le Seigneur”.

  37. C’est de la part de Dieu que ces hommes avaient reçu leurs messages. Peut-être étaient-ils contraires à leurs propres pensées ou même avaient-ils de la peine à les comprendre exactement, néanmoins ils les délivraient et prononçaient littéralement la Parole de Dieu. “Ainsi dit le Seigneur, il n’y aura ni rosée ni pluie, sinon à ma parole”. Oh! quelle affirmation! Elie s’était tenu dans la présence de Dieu et sa parole fut parfaitement confirmée. Il est dit dans Amos 3 verset 7: “Car le Seigneur, l’Eternel, ne fait rien sans avoir révélé son secret à ses serviteurs les prophètes”.

  38. Tout d’abord, les gens se moquèrent de lui. Ils pensaient: “Il est fou, c’est un fanatique!”. Mais il avait le “Ainsi dit le Seigneur” et c’est pourquoi la pluie ne tomberait pas. Dieu l’avait révélé à son serviteur Elie. Dieu ayant ainsi attesté son ministère de prophète, le peuple aurait dû le croire et se repentir. Mais, bien au contraire, les gens se moquèrent de lui et dirent: “Oh! nous avons de l’eau de pluie en suffisance, les réservoirs sont pleins, les rivières coulent abondamment”. Mais la Bible nous rapporte qu’il n’y eut même pas de rosée durant trois ans et six mois; même plus un seul filet d’eau nulle part. Ce n’était pas un homme mais Dieu qui avait parlé au travers de cet homme. Ainsi, lorsqu’un homme vient de la part de Dieu, élu par Dieu avec l’authentique “Ainsi dit le Seigneur”, le message et son messager sont une seule et même chose. Il est envoyé pour représenter le “Ainsi dit le Seigneur”, mot à mot. Pour cette raison, le prophète et son message ne font qu’un.

  39. Si un homme est membre d’une dénomination chrétienne et qu’il en dépende étroitement, lui et son église sont un. Un théologien dont la théologie est en rapport étroit avec une dénomination est, lui aussi, un avec son message. L’église, sa théologie et ses théologiens sont un, c’est logique. Lorsque Elie vint avec le “Ainsi dit le Seigneur” lui et son message furent un. Lorsque Jésus vint, Il fut la Parole (Jean 1.1 et 14). Ainsi, la Parole de Dieu et le messager pour une époque donnée furent toujours une seule et même chose. Cela est juste. Jésus fut la Parole prêchée. Il fut Celui que les prophètes avaient annoncé: une vierge concevrait et enfanterait un fils. Déjà au début de la Genèse Dieu dit que la semence de la femme briserait la tête du serpent et que le serpent lui briserait le talon (Gen. 3.15 — Darby). David et tous les prophètes parlèrent de Lui et Le proclamèrent au travers des âges.

Il fut la Parole manifestée.

  1. Comprenez-vous maintenant où je veux en venir? Ce matin, je vous ai parlé clairement. Voyez-vous l’autorité du Dieu vivant dans l’Eglise vivante, l’Epouse? Les malades sont guéris, les morts ressuscitent, les boiteux marchent et les aveugles recouvrent la vue. L’Evangile progresse dans sa puissance, car le message et le messager sont un. La Parole est dans l’église, dans une personne. La Parole de Dieu était en Elie lorsqu’il monta vers le roi avec le “Ainsi dit le Seigneur, il ne pleuvra pas”. Ce n’était pas Elie, c’était Dieu en Elie.

  2. J’ai souvent raconté ce qu’une dame de la Science chrétienne me dit un jour: «M. Branham, vous mettez toujours Jésus en avant». Je lui répondis: «J’espère que c’est la seule chose dont j’aie à répondre». Elle répliqua: «Vous essayez de Le diviniser!». Je répondis: «Il était divin». Elle dit alors: «Oh! c’était un prophète, c’était un homme bon, mais Il n’était pas divin». «Bien, lui dis-je, montrez-moi un passage de l’Ecriture disant qu’il ne l’était pas». Elle répondit: «Dans l’Evangile de Jean il est écrit qu’il pleura devant le tombeau de Lazare». «Et alors lui dis-je, bien sûr qu’il pleura, Il fut à la fois humain et divin. Il fut homme en pleurant devant le tombeau, mais Il fallait qu’il soit Dieu pour ressusciter le mort. Il fut homme lorsqu’Il souffrit de la faim, mais Il fut Dieu quand Il nourrit cinq mille personnes avec cinq pains et deux poissons. Il fut homme lorsqu’Il dormait au fond de la barque, mais ce fut Dieu en Lui qui calma la tempête. Pourquoi? Lui et son message ne furent qu’un. Il dit: Moi et mon Père nous sommes un. Mon Père demeure en Moi. En Lui fut corporellement révélée la plénitude de Dieu».

  3. L’autre jour, en apportant le message des Sept Ages de l’Eglise, j’ai relevé quelque chose de frappant. Tout d’abord, je ne comprenais pas qu’il s’agissait de Jésus lorsqu’il est dit: “Ses cheveux étaient blancs comme de la laine”. Je ne pouvais pas comprendre qu’un homme, âgé de 33 ans, ait des cheveux aussi blancs que la neige. Je fis appel a un théologien pentecôtiste, un homme intelligent et un cher ami. Il me dit: «Frère Branham, c’était Jésus glorifié. Tel devait être son aspect après avoir été glorifié». Je n’étais pas encore convaincu. J’entrai dans ma chambre pour parler à Dieu. Dans ma concordance, je tombai sur un passage de Daniel où il est dit: “… Et l’ancien des jours s’assit. Son vêtement était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête étaient comme de la laine pure” (Dan. 7.9). Je dis: «Seigneur, je ne sais que dire, mais j’ai une responsabilité». Cela se passait environ une année, ou plus, avant que les Sept Sceaux soient révélés. Je priais: «Seigneur, qu’est-ce?». Je regardai et voici un homme était debout devant moi. C’était un juge et il portait une perruque blanche. Jadis, les juges portaient une perruque blanche en signe de l’autorité suprême. Ainsi, la vision de Jésus avec une chevelure blanche, me confirma la vérité que nous connaissons tous: Il est l’autorité suprême. Dieu confirma la même chose sur la montagne de la transfiguration lorsqu’Il dit: “Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-Le”. Il est l’autorité suprême.

  4. Revenons maintenant en arrière, à l’époque où le message sur les Sept Sceaux n’avait pas encore été délivré. Lorsque apparut la nuée avec les sept anges disposés en pyramide, il me fut dit de retourner à Jeffersonville et de prêcher sur les Sept Sceaux. Il me donna l’assurance qu’il serait avec moi et qu’il me montrerait ce que signifiaient toutes ces choses qui avaient été perdues.

  5. Pour moi, j’avais toujours pensé ceci: ce qui était scellé sur le dos du Livre n’était pas écrit dans le Livre. Mais quand cela fut révélé, Il me fit connaître qu’il ne pouvait en être ainsi. Il ne s’agissait pas d’un écrit complémentaire ne figurant pas dans le Livre, mais de ce qu’il y avait été tenu caché. Si quelqu’un ôte quelque chose des paroles du Livre de cette prophétie, Dieu lui ôtera sa part de l’arbre de la vie et celui qui ajoute un mot à ce Livre, Dieu lui ajoutera les plaies décrites dans ce Livre (Apoc. 22.18-19). Il s’agit donc d’un mystère qui était dans le Livre tout au travers des Sept Ages de l’Eglise. Chaque sceau révèle un mystère, par exemple ce qui concerne le baptême d’eau et encore beaucoup d’autres choses que l’Eglise a tenté d’expliquer maladroitement depuis si longtemps.

  6. Quand la nuée s’éleva, les grands observatoires de Californie, de Mexico, de Tucson et d’ailleurs prirent des photographies de cette apparition mystérieuse. Frère Fred Sothmann, frère Gene Normann et moi-même étions présents lorsque la nuée s’éleva. Ainsi, des photographies furent prises alors que personne ne savait exactement de quoi il s’agissait. Certains disent que ce nuage ressemblait à ceci ou à cela et croyaient y voir comme des ailes d’anges repliées, etc.

  7. Mais, un jour, je tournai le cliché d’un quart de tour à droite et j’eus alors devant moi comme une parfaite reproduction de la tête du Christ peinte par Hoffmann. On Le voyait portant une perruque blanche, regardant en bas vers la terre, démontrant ainsi qu’il est l’Autorité suprême. Les cieux, la Bible, le message, tous ensemble proclament de la même manière qu’il est l’Autorité suprême, soulignée sur l’image par la perruque blanche et la barbe sombre. Beaucoup parmi vous ont vu le tableau: il est aussi parfait que l’image. La première fois que je Le vis, Il m’apparut aussi comme cette peinture d’Hoffmann que je n’avais jamais vue auparavant. Bien des années plus tard, je vis ce tableau dans la chapelle de Billy Sunday. Depuis lors une de ces reproductions figure toujours chez moi.

  8. Et voici qu’a nouveau, dans le ciel, apparut ce même Dieu que je vis alors que j’étais encore un petit garçon. J’eus cette vision dehors, dans le champ où se trouve maintenant le bâtiment de l’école. Or, 33 ans plus tard, dans les cieux, Il confirme que c’est la vérité. C’est bien là Son aspect.

  9. Il ne s’agit pas ici de la reproduction mystique d’une idée personnelle comme ils l’ont par exemple au Vatican. Ils ont un tableau représentant soi-disant le Christ: on “Le” voit avec une petite barbe longue d’un centimètre entourant son menton, et remontant jusqu’aux coins de sa bouche. Et c’est cela qu’ils appellent le Christ!

  10. Ceci me remet en mémoire ce que je vis un jour dans une ancienne cathédrale: un peintre grec avait représenté Adam et Eve et l’artiste leur avait donné un aspect bestial. C’est la conception, par un esprit charnel, d’une chose spirituelle. Je pense qu’Adam fut l’homme le plus beau qu’il ait jamais vécu et qu’Eve fut une femme parfaite à tous égards. Une conception d’un esprit charnel enveloppe toute chose de ses propres idées, mais Dieu nous envoie la vérité et la déploie par Sa puissance. Le même fait se produisit exactement aux jours d’Achab.

  11. Nous avons maintenant trouvé pourquoi Elie pouvait dire d’avance ce qui allait se passer: Le message au temps convenable (la Parole de Dieu) et le messager, ou plutôt le messager, le message et la Parole étaient exactement identiques. Le Prophète — la Parole — le Message. Jésus dit: “Si je n’accomplis pas les oeuvres écrites me concernant, alors ne me croyez pas”. Parfaitement, un homme et son message ne sont qu’un!

  12. Et aujourd’hui s’ils ne croient pas à l’accomplissement des oeuvres de Dieu, c’est parce qu’ils n’acceptent pas le message de Dieu. Ils ne croient pas le message. Mais pour ceux qui croient au message de Dieu pour ce temps, ces choses sont de la “nourriture cachée”.

  13. Voyez comme Dieu l’a cachée, de sorte que la regardant ils ne la voient pas. Tout comme Elisée a frappé d’aveuglement l’armée Syrienne, de même Dieu aveugle les incroyants quant à la vraie et authentique nourriture des croyants.

  14. Noé fut traité de fanatique parce qu’il construisait une arche. Mais ses yeux étaient ouverts à la Parole de Dieu et à la promesse. La chose même qu’ils nommaient fanatisme fut l’objet du salut de sa famille. Les choses tournées en dérision par les gens sont celles que nous trouvons grandioses. Ce qu’ils appellent fou nous l’appelons grand, mais ce que le monde appelle grand, Dieu le nomme insensé et inversement. C’est le contraste entre le vrai et le faux. Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement.

  15. Souvenez-vous qu’Elie arriva dans ce lieu secret selon le plan de Dieu, par son appel et en accord avec la Parole de Dieu. Et c’est pourquoi Dieu par sa prescience, et en accord avec sa Parole, lui adressa la vocation de sa vie. Si ce n’est pas là le chemin tracé pour nous, alors je ne sais pas comment nous y parviendrons! Remarquons-le: avant que la sécheresse commence, Elie vint dans ce lieu secret pour sauver sa vie. Nous avons ici encore une image de l’Eglise mise à part avant qu’éclate le jugement sur la terre; l’Epouse est déjà choisie, elle est dans une attitude d’attente avant que le jugement commence. Elle est déjà en attente, mangeant la nourriture de Dieu et se réjouissant des bénédictions de Dieu. Tout homme sensé est conscient que nous allons au-devant de quelque chose. Nous sommes déjà à l’heure du jugement!

  16. Ce matin-là, frère Banks Wood et plusieurs autres se tenaient sur la montagne. Dieu voulant, j’en parlerai plus longuement dimanche prochain. Une grande révélation m’a été donnée et j’ai de la peine à me retenir de vous en parler ce soir déjà. Constamment, Il me montra une chose, puis une autre, sans interruption et sous l’autorité du “Ainsi dit le Seigneur”.

  17. Sur les bandes magnétiques, vous m’avez entendu répéter des milliers de fois: “Ainsi dit le Seigneur, ceci ou cela arrivera” et même les quotidiens et les magazines ont dû le confirmer. Ils ne savent pas ce dont il s’agit, mais pourtant ils l’ont vu. Ils ne savent non plus ce que c’est, mais pourtant ils l’ont vu s’accomplir. La parole annoncée était l’expression exacte de la vérité.

  18. Alors que nous nous tenions ici, au bord de la rivière, ce certain jour de 1933, l’ange du Seigneur vint et annonça les choses qui devaient arriver. Beaucoup, parmi ceux qui se tenaient sur le rivage, demandèrent: «Que signifie cela, Billy?». Je répondis: «Cela n’est pas pour moi, mais pour vous. Je crois, mais vous ne croyez pas». J’étais résolu d’aller de l’avant tout simplement. Alors un pasteur me dit: «Toi, avec tes sept années de scolarité, te figures-tu pouvoir parcourir le monde et prier pour les monarques, les potentats et les rois? Oh! oublie donc cela!». Mais je ne pouvais l’oublier. C’était gravé sur mon coeur. Et maintenant 33 ans plus tard, tout s’est exactement accompli conformément à Sa Parole. Il est Dieu et ne peut faillir. Il est fidèle à Sa Parole, n’en doutez jamais.

  19. Actuellement, nous savons que le jugement est prêt à s’accomplir. Tout à l’heure je vous ai parlé de ce jour où nous gravissions la montagne avec le frère Banks Wood qui avait laissé sa femme malade à la maison. Comme il montait derrière moi, je vis son visage devenir de plus en plus rouge et je pensai qu’il avait de la peine à escalader cette colline. Alors je ralentis. Je reconnus ces mêmes collines désertes où les anges du Seigneur m’étaient apparus et maintenant nous avancions dans cette direction. Parvenu au sommet de la colline, je regardai autour de moi. Alors l’Esprit de Dieu me dit: «Prends cette pierre et dis à ton compagnon: Ainsi dit le Seigneur, tu verras la gloire de Dieu dans les toutes prochaines heures». Je ramassais la pierre et je dis: «Frère Banks, je ne sais pas pourquoi» et, la jetant en l’air je continuai «Ainsi dit le Seigneur, tu verras la gloire de Dieu». Il demanda: «Cela concerne-t-il Ruby, ma femme?». Je lui répondis: «Non, je ne pense pas que cela soit en rapport personnel avec toi ou ta femme, je sais seulement qu’il a été dit ainsi dit le Seigneur».

  20. Beaucoup d’hommes se retrouvèrent avec nous le matin suivant (plusieurs sont d’ailleurs parmi nous ce soir). L’un d’eux, un pasteur, se leva et, s’approchant de moi, me dit: «Frère Branham, mon nom est Douglas McHughes. J’étais un de tes aides en Californie». Je lui serai la main et il me dit: «Je désire te demander quelque chose: Le Seigneur te donne-t-il ici également des visions?». «Oui, frère, lui répondis-je, mais je suis venu ici pour me reposer un peu». Mais, en me retournant, je vis, en vision, un médecin assis, en train de l’ausculter et lui disant: «Pasteur McHughes, l’allergie qui se manifeste dans votre oeil causera la perte de celui-ci. Je vous ai soigné pendant deux ans et je ne puis plus rien pour vous».

  21. Je me retournai vers lui et lui dis: «Ce que tu voulais me demander se rapporte a l’allergie de ton oeil dont le médecin t’a parlé l’autre jour». Il était environ 11h. du matin et il portait des lunettes de soleil. «Ainsi, lui dis-je, ce n’est pas à cause du soleil que tu portes des verres sombres, mais à cause de ton oeil, car le médecin t’a affirmé que tu vas le perdre». Il répondit: «C’est exact» et il se mit à pleurer. Comme je me tournai pour m’éloigner, je regardai et je le vis (à nouveau en vision) comme s’il se tenait devant moi et il me regardait avec des yeux tout à fait clairs. Je dis alors: «Ainsi dit le Seigneur, tu ne perdras pas cet oeil». Cet automne j’étais avec lui à une partie de chasse et il voyait mieux que moi ou que n’importe lequel d’entre nous.

  22. Puis, une autre vision se présenta et je vis une dame âgée ôtant ses bas, remontant le côté de sa jupe et disant: «Mon fils, si tu vois frère Branham, dis-lui de prier pour mes pieds». Et comme je les regardais, j’y vis comme de petites tumeurs. Alors je lui dis: «Ta mère est une dame à cheveux gris. Avant que tu partes, elle t’a dit, si tu me voyais, de me demander de prier pour ses pieds: ils sont couverts de petites tumeurs». Il faillit s’évanouir et dit: «C’est la vérité». Je lui déclarai: «Rassure-la, elle n’a plus à se faire de soucis, tout ira bien».

  23. Je m’apprêtais à partir, lorsque j’entendis la voix de Dieu: «Sors rapidement du chemin». Roy Roberson se trouvait là et je savais qu’il était un vétéran de guerre. Je posai ma main sur son épaule et lui dis: «Frère Roy, cache-toi aussi vite que tu le peux». Il dit: «Que se passe-t-il?». Je lui dis: «Sors vite du chemin et cache-toi!». Pendant qu’il s’enfuyait, je posai la pelle dont j’étais en train de me servir; puis je me retournai, enlevai mon chapeau et voici: Il vint! La gloire de Dieu descendit dans un tourbillon qui arracha un grand pan de rocher au côté de la montage. Il y eut comme un souffle d’air produit par une explosion et l’endroit où je me trouvais fut secoué. L’avalanche des pierres projetées coupa le haut des buissons qui tournoyèrent à une hauteur de trois à cinq pieds au-dessus de ma tête. Le tourbillon s’éleva ensuite comme dans un entonnoir puis le même grondement se fit à nouveau entendre, et cela à trois reprises. Lorsque le tremblement cessa, après la troisième fois, frère Banks vint vers moi et me dit: «C’est ce dont tu as parlé?». «Oui», lui dis-je. «Qu’était-ce?» me demanda-t-il. Je lui répondis: «Dieu apparaît dans des tourbillons». Je ne savais pas si Dieu voulait que je parle de cela aux gens. Je priai quelque instant et Dieu m’autorisa à le faire.

J’ajoutai: «C’est le jugement frappant la côte ouest». Observez-la aujourd’hui et voyez ce qui arriva juste quelques heures après cet événement: l’Alaska fut terriblement secouée; d’ailleurs, par la suite, la côte entière est destinée à s’enfoncer sous les eaux. Nous allons dans le jugement. La grâce a été rejetée. Mais Dieu soit loué, nous avons de la nourriture cachée, de la nourriture spirituelle. Nous vivons de la bonté, de la miséricorde et de la révélation de Jésus-Christ, qui se manifeste Lui-même au milieu de Son peuple dans ces derniers jours. Amen.

  1. Elie s’en alla avant que la sécheresse se fasse sentir. Dieu soit loué, nous-mêmes serons enlevés avant que le jugement commence. A présent, c’est le moment de sortir et d’entrer, de sortir de toutes ces organisations et d’entrer en Jésus-Christ. Le temps de la sortie et de l’entrée pour tous les vrais croyants.

  2. Souvenez-vous, Elie ne quitta pas son torrent avant que Dieu l’appelle, alors que la sécheresse touchait à sa fin. De là, Il le conduisit à la maison d’une veuve. Celle-ci ne s’était pas associée avec les incrédules qui prirent la marque de la bête pendant la sécheresse. Ainsi, Dieu appela Elie pour secourir cette veuve. Il ne lui restait qu’une poignée de farine dans un pot et un peu d’huile. Elle avait l’intention de se préparer une petite galette qui lui aurait permis de subsister quelque peu. Elie lui dit: “Donne-moi d’abord ce que tu vas préparer car, ainsi dit le Seigneur, le pot de farine ne s’épuisera pas et la cruche d’huile ne manquera pas jusqu’au jour où l’Eternel donnera de la pluie sur la face de la terre” (1 Rois 17.13-14). Ainsi, Dieu et Sa Parole furent mis à la première place.

  3. Notons qu’il y avait de la farine dans le pot et de l’huile dans la cruche chaque fois qu’elle allait en chercher. Pourquoi? La farine représente Christ qui s’est offert pour nous nourrir. De même que tous les grains sont moulus de façon semblable pour devenir farine, ainsi le Seigneur se révèle pour chaque époque comme étant le même: hier, aujourd’hui et éternellement. Ce fut la Parole, le Pain de vie, qui suivit le Message, afin de confirmer la Parole. Ainsi en est-il aujourd’hui, mes amis. Le pain de vie que les enfants mangent fait suite au message de Dieu, afin de les soutenir pendant le temps de la sécheresse.

  4. Que ferait Jésus s’il était présent parmi nous aujourd’hui ou même s’il se tenait là debout, devant nous? Il agirait et ferait exactement les mêmes choses comme lorsqu’Il était en chair et en os sur la terre. L’Epouse est une partie de l’Epoux, il en est de même de l’Eglise par rapport à Christ. Il nous a promis: “Les oeuvres que je fais, vous les ferez aussi”. Et c’est la Parole qui les accomplit. Tout à nouveau, notons ici que si la Parole est en nous et si elle est venue à nous comme ce fut le cas au jour d’Elie, alors les mêmes choses qu’il fit s’accompliront pour nous. Ils mangeront de cette nourriture cachée aux yeux du monde. Et là, de nouveau, nous voyons que le message et le messager sont un. La nourriture spirituelle est prête et c’est maintenant le temps convenable. Chacun d’entre vous, s’il le désire, peut obtenir cette nourriture, si du moins vous êtes déterminés à vous écarter de toute incrédulité à cette heure même, étant prêts à venir à Christ, dans Sa promesse. Selon Malachie 4.5-6, Luc 17.30, Jean 14.12 et Joël 2.28, nous voyons tout ce qu’Il fera dans les derniers jours.

  5. Zacharie 14.7 (Darby): “… et au temps du soir il y aura de la lumière”. Ici le prophète annonce ce qui sera manifesté et de quelle manière. Tous les passages des Ecritures convergent vers les derniers temps, c’est-à-dire vers Christ. Si vous pouvez vous cacher maintenant dans ce lieu secret, vous mangerez et verrez la bonté et la grâce de Dieu. Et, si vous êtes malade, en Lui aussi se trouve la guérison. Souvenez-vous, après qu’Elie eût reçu l’offrande de farine représentant Christ et par laquelle il fit subsister la maison de la veuve, il demanda que le feu descende du ciel. Dieu, en répondant à son prophète, prouve que Son Esprit reposait sur lui. Dans le désert, alors qu’il était couché sous un genêt, un ange lui apporta le même repas.

  6. Il lui confectionna un gâteau et le nourrit; puis Elie se rendormit. Ensuite l’ange le réveilla à nouveau et le pressa de reprendre de ce gâteau, cuit pour lui. Il est écrit que cette nourriture lui donna de la force pour quarante jours. Gloire à Dieu! Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Oh! combien nous l’aimons… La nourriture spirituelle au temps convenable!

  7. “Il n’est pas juste d’enlever le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens” (Mat. 15.26). Jésus n’a-t-il pas dit ces paroles à la femme cananéenne? Il avait été envoyé vers les Siens. Il n’était pas venu pour les païens. Mais aujourd’hui Il visite les païens en leur temps. Vous demandez: «Pourquoi ce message n’est-il pas proclamé lors des grands rassemblements ou des grandes campagnes d’évangélisation, ainsi que parmi les dénominations?». Pour la bonne raison que ce n’est pas leur nourriture. Ce n’est pas la nourriture de la soi-disant église, c’est la nourriture de l’épouse. C’est la nourriture spirituelle pour le temps convenable. L’église en serait malade d’indigestion, cette nourriture est trop riche pour elle. Mais pour les enfants, c’est du Pain, c’est la Vie, c’est Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui et éternellement. Afin de ne pas terminer trop tard, commençons maintenant à prier pour les malades. Inclinons nos têtes quelques instants.

  8. Prière: O Dieu, nourriture au temps convenable, nourriture spirituelle, choses dont le monde ne sait rien! Là-bas, en Samarie, à la place même où Elie avait dit: “La rosée ne tombera pas, sinon à ma Parole”, se tint Jésus. Ses disciples lui demandèrent: “Maître, pourquoi ne manges-tu pas?”. Il répondit: “J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez point”. En vérité, Seigneur, Ta nourriture était de faire la volonté de Dieu, de veiller à ce que les oeuvres de Dieu soient manifestées en leur temps. Il était là pour veiller à ce que cela s’accomplisse. Il dit: “Je ne fais rien, excepté ce que le Père me montre et ce que le Père me montre, je le fais”. Père, ainsi en est-il aujourd’hui! l’Eglise, les vrais croyants, le corps des croyants, ont accès à la nourriture, à la nourriture spirituelle dont les chrétiens “de nom” ne connaissent rien du tout. Le monde ignore cette nourriture, Père. Mais Ton Eglise, Ton peuple, l’Epouse de Ton Fils, l’aime. Nous avons accès à la guérison de nos corps, alors que les médecins sont impuissants et cela est un des aliments de Dieu qu’Il donna à Son Eglise; dans les derniers temps, Il le promit à nouveau à Ses enfants fidèles. Père, aide-nous à être des enfants fidèles, car tout est possible à ceux qui croient. Accorde-le nous, ô Dieu, nous Te le demandons au Nom de Jésus. Amen.

 


 

DIEU EST SON PROPRE INTERPRETE

(God is His Own Interpreter)

 

5 février 1964, soir
Bakersfield — Californie, U.S.A.

 



  1. Prière: «Père céleste, une parole venant de Toi a plus d’importance que tout ce que l’homme peut faire ou dire, car les gens sont dans l’attente de Te voir. Nous Te rendons grâce de ce que ce soir des personnes sont également ici dans cette attente de voir se passer quelque chose. Quand les gens ont soif de quelque chose, il faut qu’une réponse y soit donnée, car la profondeur appelle la profondeur. Et si nous sommes ici ce soir, c’est parce qu’un besoin commun a été mis sur le coeur des pasteurs et des gens: faire un moment de silence ensemble pour implorer maintenant Ta grâce et Ta bénédiction, car ils croient que Tu veux guérir les malades, sauver les perdus et rendre Ta Parole manifeste.

  2. Père céleste, nous Te prions de nous accorder cela, alors que soir après soir nous nous attendons humblement à Toi. Qu’il y ait une effusion du Saint-Esprit et que chaque personne ait les yeux fermés à ce qui se passe autour d’elle, afin de ne voir que Dieu. Permets qu’un tel cri jaillisse du peuple assoiffé de Dieu, qu’il s’ensuive un réveil tout au travers du pays, de sorte que chaque église soit remplie d’âmes assoiffées, que des pécheurs demandent grâce à Dieu et que le Saint-Esprit guérisse les malades, fasse marcher les paralytiques et ressuscite les morts. Accorde-nous ces choses qui ont été promises dans Ta Parole.

  3. Viens à nous ce soir, Seigneur Jésus, et accomplis Ta promesse. Nous croyons que Tu es le même hier, aujourd’hui et éternellement. Nous croyons que Tes promesses ne peuvent pas faillir. Le ciel et la terre passeront, mais non Ta Parole. Ouvre notre entendement à l’action du Saint-Esprit et à la puissance de Dieu, afin qu’Il manifeste ce soir, parmi nous, la Parole promise. Nous Te le demandons au Nom de Jésus. Amen».

  4. Considérons ce soir, dans nos Bibles, le passage de 2 Pierre 1.15-21 (Darby). Nous lirons depuis le verset 15:

“Mais je m’étudierai à ce qu’après mon départ vous puissiez aussi en tout temps vous rappeler ces choses. Car ce n’est pas en suivant des fables ingénieusement imaginées, que nous vous avons fait connaître la puissance et la venue de notre Seigneur Jésus-Christ, mais comme ayant été témoins oculaires de sa majesté”. J’aime lire cela: “témoins oculaires”. Nous ne disons pas des fables, mais nous sommes témoins de ce dont nous parlons

  1. “Car il reçut de Dieu le Père honneur et gloire, lors qu’une telle voix lui fut adressée par la gloire magnifique: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai trouvé mon plaisir. Et nous, nous entendîmes cette voix venue du ciel, étant avec lui sur la sainte montagne. Et nous avons la parole prophétique rendue plus ferme, à laquelle vous faites bien d’être attentifs, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour ait commencé à luire et que l’étoile du matin se soit levée dans vos coeurs, sachant ceci premièrement, qu’aucune prophétie de l’écriture ne s’interprète elle-même. Car la prophétie n’est jamais venue par la volonté de l’homme, mais de saints hommes de Dieu ont parlé, étant poussés par l’Esprit Saint”.

  2. Que le Seigneur ajoute Sa bénédiction à la lecture de Sa Parole. J’ai l’intention de prendre comme sujet: Dieu est son propre interprète.

  3. Nous vivons dans un temps de confusion; les hommes et les femmes ne savent même plus ce qu’ils font, car le désordre règne partout. Ce désordre semble être produit par diverses causes, mais en réalité c’est là l’oeuvre de Satan.

  4. Dieu ne peut juger un peuple équitablement qu’à partir d’une base sur laquelle Il peut s’appuyer. La Bible dit qu’Il jugera tout homme par Jésus-Christ et Jésus-Christ est la Parole. Dans Jean, au premier chapitre, il est dit: “Au commencement était la Parole; et la Parole était auprès de Dieu; et la Parole était Dieu… Et la Parole devint chair, et habita au milieu de nous (et nous vîmes sa gloire, une gloire comme d’un fils unique de la part du Père) pleine de grâce et de vérité”.

  5. Si, aujourd’hui, nous voyons tous une manifestation de Ses attributs, au commencement Il ne pouvait pas être nommé Dieu, mais désigné par “l’Eternel”. Il n’était pas nommé Dieu, car le mot “Dieu” signifie “objet d’adoration”. Au commencement, il n’y avait rien pour l’adorer. Il était l’Eternel, l’unique source de toute intelligence et dans laquelle ne se trouvait ni atome, ni molécule, ni lumière, ni étoile, ni aucune autre chose, mais Dieu, ou celui que nous connaissons maintenant comme Dieu — un grand Esprit éternel, qui n’eut pas de commencement et qui ne finira jamais. Il était là. En lui se trouvaient certains attributs, l’attribut d’être Dieu, Père, Fils, Sauveur, Celui qui guérit. Tous ces attributs étaient en Lui. Ainsi, Ses diverses méthodes de déploiement de sa divinité ont été justement l’expression de Ses attributs manifestés.

  6. J’entends par là que Ses attributs sont Ses pensées. Une parole est une pensée exprimée. Tout cela était dans Sa pensée, car Il a dit: “Que cela soit…, qu’il y ait”, et cela fut!

  7. Ne l’oubliez pas, vous, chrétiens, vous étiez dans Ses pensées avant que la terre fût et vous êtes la manifestation de Ses pensées. Avant qu’il y eût un monde, vous étiez en Christ. Amen! Au commencement, vous étiez en Dieu et cela fait de vous Ses sujets. L’ensemble de toutes ces choses c’est Dieu lui-même. Il s’est matérialisé Lui-même et, devenant tangible, les hommes ont pu toucher et voir celui qui était Dieu, l’auteur de toutes choses.

  8. Il n’y a pas longtemps, lors d’une réunion, un homme me dit: «Frère Branham, vous donnez une fausse interprétation, votre explication n’est pas juste».

  9. De toute façon, si nous allons chez les Méthodistes, ils diront que les Baptistes n’interprètent pas correctement la Parole; les Baptistes, de leur côté, diront de même des Pentecôtistes et les Pentecôtistes le disent des Unitaires (Oneness) qui, eux-mêmes, le disent des Assemblées de Dieu. Chacun dit de l’autre qu’il n’interprète pas correctement.

  10. Mais Dieu est Son propre interprète. Il n’a pas besoin de quelqu’un pour l’interpréter. Il donne lui-même Sa propre explication. Quel est l’homme qui peut prétendre interpréter Dieu? Dieu est Son propre interprète.

  11. Au commencement, Dieu dit: “Que la lumière soit” et la lumière fut. Ceci fut l’interprétation de cela. Lorsque Dieu a dit quelque chose, cela s’est manifesté et ainsi Dieu nous prouve qu’il est l’interprète de Sa Parole et que celle-ci est juste. Voyez-vous, quand Il dit: “Que la lumière soit!”, c’était caché tout d’abord dans Sa pensée, et cela avant que quelque chose de comparable à la lumière existât. Puis, lorsqu’Il exprima Sa Parole, la lumière jaillit dans le ciel. C’était l’interprétation. Il n’y avait pas besoin d’interprète, car Dieu l’a dit ainsi et cela fut. Dieu parle, quelque chose se manifeste, et voilà Sa Parole interprétée. Les gens sont-ils incapables de voir cela?

  12. Dieu parla dans la Genèse et, dès le commencement, Il pourvut à répartir Sa Parole dans chaque époque successivement, du début jusqu’à la fin; mais tout au travers de ces âges, le peuple de Dieu n’a rien trouvé de mieux que de mélanger la Parole proclamée avec ses propres traditions et tout ce qui s’y rattache. Dieu a toujours été obligé d’envoyer un prophète aussi bien dans l’Ancien Testament que dans le Nouveau. La Parole du Seigneur vient au prophète. Comment? Par la révélation de la Parole de Dieu. Et la révélation de Dieu rend elle-même témoignage si cela est juste ou faux. Personne n’a besoin de l’interpréter. La Parole s’interprète elle-même. Dieu accomplit ce qu’Il a promis.

  13. A quoi bon ajouter quelque chose d’autre? Dieu fait une promesse et la réalise ensuite. Quel pécheur aurait l’audace de prétendre que cette interprétation-là est fausse, alors que Dieu lui-même donne sa propre interprétation? Dieu n’a besoin de personne pour l’interpréter. Il s’interprète lui-même en manifestant ce qu’Il a promis de faire.

  14. Oh! Si seulement l’église pouvait voir cela et les promesses que chaque époque a eues en partage! Dans tous les âges, et particulièrement au travers des sept âges de l’église, Dieu a veillé à manifester tout ce qu’Il avait déterminé et promis de faire. Aucune chose n’a été laissée inachevée. Tout ce qu’Il a déclaré vouloir faire, Il l’a fait.

  15. Dieu dit, dans Esaïe 7.14: “Une vierge sera enceinte” et cela se produisit. Qui donc aurait pu interpréter cette parole? Dieu lui-même pourvut à l’interprétation. Rien ne peut être ajouté, car Dieu a dit qu’il en serait ainsi et cela s’accomplit. Néanmoins, l’église était trop aveuglée pour s’en apercevoir. Ils avaient leurs propres idées à ce sujet et cela différait tellement de ce quoi ils s’attendaient.

  16. Pierre y fait allusion lorsqu’il dit: “Dieu manifesta Christ par Sa Parole, lorsqu’Il dit: voici mon fils bien-aimé”. Lorsqu’Il disait cela, une multitude de croyants se tenaient devant Lui. Christ était la manifestation de Dieu. Il a toujours révélé Christ par Sa Parole, car Christ est la Parole.

  17. Christ était en Noé, le croyez-vous? Noé proclama: “Il va pleuvoir et la terre sera détruite” (Gen. 6.17) et la pluie tomba. Aucune interprétation ne fut nécessaire. La pluie tomba, parce que Dieu, en Noé, annonça qu’il pleuvrait. Ainsi, de toute évidence, Noé fut un prophète, car ce qu’il annonça s’accomplit. Il n’y a donc pas besoin d’interpréter cela.

  18. Plusieurs de ceux qui étaient autour de lui disaient: “Cet homme ne connaît pas ce dont il parle!”.

  19. Mais Dieu a promis: “Si un prophète est au milieu de vous et si ce qu’il dit s’accomplit, alors écoutez-le!”. Cela est juste, car c’est la vérité. Il faut que ce soit conforme à la Parole. Noé est en accord avec la Parole, car lorsqu’il prophétise qu’il va pleuvoir, il pleut. Là également une interprétation est inutile: ce qu’Il dit s’accomplit.

  20. Lorsque Esaïe prophétisa: “Une vierge sera enceinte”, elle le fut et cela s’accomplit. Nous avons là un événement tout à fait inhabituel. Effectivement, nous savons que plusieurs siècles s’écoulèrent avant que cette vierge conçût.

  21. Ce fait était d’autre part tellement extraordinaire, que Joseph, son fiancé (homme juste et bon), n’était pas du tout disposé d’en parler publiquement. Réalisez-vous comme cela dut être difficile pour lui? Car, à cette époque, une rupture de fiançailles était aussi grave qu’un divorce.

  22. Car elle était considérée comme mariée. A cette époque, rompre des fiançailles était considéré comme un adultère. Naturellement, il pouvait sembler à Joseph que Marie essayait de chercher en lui un abri pour sauver la face, car elle allait être mère sans avoir été mariée mais seulement fiancée. Or, selon la loi, elle devait être lapidée.

  23. Joseph, son époux, était un homme juste, ayant foi en Dieu. Marie leva vers lui ses yeux doux et aimants, en disant: “Joseph, l’archange Gabriel m’a rendu visite et m’a déclaré que je serai enceinte, sans connaître un homme”.

  24. Joseph aurait dû sonder les Ecritures, car cela avait été annoncé par les prophètes. Là encore, Dieu interprétait Sa propre Parole. Mais le fait était trop insolite.

  25. Cette même difficulté se retrouve à chaque époque, la Parole de Dieu est étrangère aux hommes et souvent aussi elle leur paraît insolite. Mais Dieu fait toujours quelque chose d’extraordinaire. Souvent, lorsqu’Il agit, Dieu emploie des moyens sortant de l’ordinaire et, toujours, à l’encontre des systèmes de ce monde. Les hommes cherchent à réaliser les choses à leur manière, mais Dieu intervient et accomplit l’inhabituel.

  26. Comment serait-il possible pour une vierge de concevoir? Joseph, dans son honnêteté, cherche à connaître la pensée de Dieu à ce sujet.

  27. Alors Dieu, lui parlant dans un songe, lui dit (Mat. 1.20): “Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint-Esprit”. Dieu l’avait recouverte de son ombre.

  28. Avez-vous remarqué que Dieu s’entretient avec Joseph par le moyen d’un songe? Dieu, nous le savons, donne des songes et, par ce moyen, il peut parler aux hommes. Néanmoins les rêves sont un moyen secondaire, car ils peuvent être compris d’une manière juste ou fausse selon que l’interprétation est correcte ou pas. Pourtant, Joseph n’eut pas besoin d’une interprétation, car ce fut Dieu lui-même qui lui parla directement: en ce temps-là, dans le pays, il n’y avait aucun prophète capable d’interpréter; en fait, depuis 400 ans, plus aucun prophète n’était apparu en Israël. Ainsi, Dieu prenant soin de son propre Fils, parla à Joseph par un songe ne nécessitant aucune interprétation. Il lui dit: “Ne crains pas de prendre Marie pour femme, car le saint Enfant qu’elle a conçu est le Fils de Dieu”. Cela n’avait pas besoin d’être interprété.

  29. Dieu donne Sa propre interprétation au coeur sincère et honnête. Hommes et femmes, vous qui cherchez à sonder les mystères de Dieu, si vous êtes honnêtes et sincères et que vous croyez, Dieu vous les fera comprendre à Sa manière. Cherchez premièrement s’il s’agit d’une promesse. Si Joseph s’était écarté des traditions et était revenu à la Bible, il aurait trouvé qu’Esaïe avait déjà annoncé ce qui arriverait à la jeune fille.

  30. Tout ce qui concerne la naissance de Christ et ce qui s’y rapporte a été annoncé par les Ecritures, par les saints prophètes, comme Pierre le dit dans son épître (2 Pierre 1.20). Aucun homme n’a le droit d’en donner une interprétation personnelle. Tout s’accomplit exactement comme Dieu l’a annoncé. La Parole de Dieu promise fut manifestée en ce jour-là. Cela fut, car Dieu le dit.

  31. A ceux qui ne pouvaient pas comprendre le ministère de Jésus, parce qu’il était trop grand et trop extraordinaire, Il dit: “Sondez les Ecritures, car vous, vous estimez avoir en elles la vie éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi”. Elles seules vous disent qui Je suis.

  32. Voyez-vous, Dieu a dispensé Sa Parole au temps convenable. Ce jour-là fut celui de la manifestation de Dieu, Emmanuel, Dieu avec nous — et Son Nom sera: Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la Paix. Son Nom sera Emmanuel, Dieu avec nous. Dieu était en David, Dieu était en Moïse. Et c’était toujours Dieu qui se manifestait au moment favorable. Or, au temps voulu, il y a 2000 ans, Dieu avait dit qu’une vierge serait enceinte, qu’elle enfanterait un fils et qu’il serait “Dieu avec nous”.

  33. Ils Le crucifièrent pour s’être proclamé lui-même Dieu et pour avoir violé le sabbat. Mais Il était Dieu, le Maître du sabbat. Il était Dieu. Il n’était pas un homme ou un prophète ordinaire, bien qu’Il fût aussi homme et prophète — Il était le Dieu-prophète et l’accomplissement de la Parole, exactement ce que Dieu avait dit. Il s’écria (Jean 8.46 — Darby): “Qui d’entre vous me convainc de péché?” et “Sondez les Ecritures, car vous, vous estimez avoir en elles la vie éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi” (Jean 5.39 — Darby). Mais leurs traditions… Ils vivaient dans les reflets d’une autre époque.

  34. Il y a quelques semaines, j’ai déjà prêché là-dessus. “Vivre dans un reflet”. Une lueur peut, tout comme un mirage, être produite par la réflexion des rayons du soleil et n’être ainsi qu’une illusion. La lueur d’un autre âge est une illusion d’optique. Les hommes ont toujours essayé d’adapter leur marche, selon des événements survenus bien des années auparavant. Les Luthériens continuent de marcher aux lueurs de l’ère luthérienne. La pleine lumière de la révélation de Luther fut excellente pour son temps, tout comme Wesley était à sa place dans le sien et même les Pentecôtistes eurent aussi leur temps. Mais, comme sur une échelle, nous avons à gravir d’autres échelons. Nous vivons dans une autre époque, et nous devons progresser et ne pas perdre de temps à regarder en arrière.

  35. Au moment où nous nous fixons sur quelque chose, nous croyons avoir atteint un but. Nous nous embarrassons ainsi dans des traditions, qui étaient peut-être justes en leur temps, alors que nous devons progresser. Sondez les Ecritures et voyez ce qui est promis pour nos jours: nous saurons alors où nous nous trouvons, nous verrons à quoi nous en sommes.

  36. En étudiant les Saintes Ecritures, Luther pouvait y voir, en particulier, l’âge dans lequel il vivait. Vous de même pouvez voir exactement ce qui a été promis, par exemple quelle sorte de cavalier apparut et ce qui lui a été opposé: ce fut l’habileté de l’homme dans sa finesse et son adresse. De semblables remarques pouvaient être faites pour le temps de Wesley, puis en poursuivant au travers de la période de la Pentecôte, nous en arrivons à l’âge dans lequel nous vivons. Observez le déroulement des événements. C’est pour cela que Jésus a dit: “Sondez les Ecritures et voyez où nous en sommes”.

  37. Je crois que nous sommes très proches de la venue du Fils de Dieu. Nous sommes non seulement à l’époque, mais à l’heure même où Il peut apparaître d’un instant à l’autre. Je crois, comme les Saintes Ecritures le déclarent, que nous sommes dans les toutes dernières heures de l’histoire de ce monde. Je peux le voir à la tournure que prennent les événements. Je vois comment les églises, en se laissant conduire dans le Conseil oecuménique, vont prendre la marque de la Bête. Je peux voir l’Empire romain, sa manière d’agir, tout comme celle du reste du monde religieux. Je les vois s’unir les uns aux autres pour éteindre la lumière de l’Evangile. Chacun devra leur appartenir et marcher à leur lumière et, hors d’eux, personne ne subsistera. Parvenus au temps de la fin, tout ce qui nous reste à faire est de nous attacher fermement à Dieu et de croire Sa Parole. La Parole reste toujours vraie.

  38. L’âge de Laodicée est le seul de tous les âges de l’église au cours duquel Christ est mis hors de l’église. Dans l’Apocalypse nous Le voyons à l’extérieur, frappant à la porte. Le Conseil oecuménique Le mettra à la porte. De quelle manière cela se passera-t-il? Ils excluront la Parole de leur milieu, or Il est la Parole! Il a toujours été et Il est maintenant encore la Parole.

  39. La Bible dit dans Hébreux 4.12: “Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur”. Ils auraient dû savoir qui Il était.

  40. Voyons à cet égard ce que Jésus a dit et fait en son temps: Un jour, au début de son ministère, un homme nommé Simon Pierre vint à Lui. Lorsque Pierre Le regarda, Jésus lui dit: “Tu es Simon, fils de Jonas”. Il savait que Moïse avait dit: “Le Seigneur votre Dieu vous suscitera d’entre vos frères un prophète comme moi; vous l’écouterez dans tout ce qu’il vous dira”. Ainsi donc, voici un homme qui n’a jamais vu Simon Pierre de sa vie et, cependant, il lui dit: “Ton nom est Simon et tu es le fils de Jonas”. Il n’y avait pas eu de prophète parmi les Juifs depuis des centaines d’années et voici qu’un homme lui dit qui il est. Il n’est pas surprenant qu’il l’ait accepté.

  41. En ce temps-là, Philippe alla trouver Nathanaël, assis sous un arbre, puis revint avec lui vers Jésus qui lui dit: “Voici vraiment un Israélite, dans lequel il n’y a point de fraude. D’où me connais-tu? lui dit Nathanaël.

  42. Jésus lui répondit: Avant que Philippe t’appelât, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu.

  43. Nathanaël répondit et lui dit: Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d’Israël”. Il savait cela. Il n’avait pas besoin d’interprétation car c’était là ce qu’avait dit Jéhovah.

  44. Or, des incrédules se tenaient aussi là disant: “Cet homme est Béelzébul, il fait des tours de magie, c’est un diseur de bonne aventure ou quelque chose de ce genre!”.

  45. Jésus les regarda et dit: “Vous parlez ainsi contre le Fils de l’homme, il vous sera pardonné; mais lorsque le Saint-Esprit sera venu, Il fera les mêmes choses: Si alors vous parlez contre elles, il ne vous sera pas pardonné, ni dans ce monde, ni dans le monde à venir”. Il prophétisait pour notre temps, pendant lequel les mêmes faits se reproduiraient, car Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Souvenez-vous que Jésus-Christ était en Moïse.

  46. Il était aussi en David lorsque celui-ci, rejeté comme roi, cheminait sur la montagne et pleurait sur Jérusalem. Ce n’était rien moins que Christ en lui. Environ 800 ans plus tard, le fils de David, du Mont des Oliviers, abaissa son regard sur Jérusalem et pleura: “Jérusalem, Jérusalem, combien aurais-je voulu te rassembler comme une poule rassemble ses poussins, mais tu ne le voulais pas”.

  47. De même, lorsque Joseph était en prison, Jésus était en Joseph. Lorsqu’il fut vendu pour trente pièces d’argent, ce fut encore Jésus en lui. Lorsque Joseph fut nommé intendant de Potiphar, ce fut Jésus en lui. Assis à la droite de Pharaon, une trompette sonnait devant lui quand il quittait le palais et tout genou fléchissait devant lui: là, à nouveau, c’était Jésus en lui. Aucun homme n’avait accès au Pharaon sans passer par Joseph et personne ne peut venir à Dieu, sinon par Jésus. Or c’est en Jésus même que la Parole prophétique fut accomplie (elle nous L’avait représenté à l’avance par des ombres et des types, ou images).

  48. Jésus était là, sur la terre, accomplissant les choses que les prophètes avaient annoncées. C’est à cela qu’ils reconnurent qu’Il était la manifestation de la Parole de Dieu. Aucune interprétation ne fut nécessaire.

  49. Lorsque Nathanaël vit cela, il se prosterna et dit: “Tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d’Israël”, car il savait que personne d’autre ne pouvait révéler cela.

  50. C’est ce que Nicodème, une nuit, dit en s’adressant aux Pharisiens… Mais ils étaient tellement attachés à leur Concile oecuménique qu’ils ne purent l’accepter. Nicodème ne fit qu’exprimer ce qu’ils croyaient quand il dit: “Rabbi, nous…”. Qui est ce “nous”? Nous, le Conseil “nous savons que tu es un docteur venu de Dieu; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n’est avec lui” (Jean 3.2). Ils le savaient et le reconnaissaient, mais ils étaient tellement liés à leur Conseil qu’ils ne pouvaient pas l’accepter.

  51. Dieu, au cours de ces quarante dernières années, a secoué notre nation par le baptême du Saint-Esprit. Néanmoins, quantité d’hommes et de femmes demeurent en dehors de cette vérité, parce qu’ils restent liés par ces mêmes principes. Qu’elle en est la raison? Ils vivent dans le reflet d’un autre temps. Chacun veut être Méthodiste, Presbytérien, Luthérien, ou quelque chose de semblable. Mais, voyez-vous, cela n’est qu’un leurre!

  52. Lorsque Jésus vint, ils vivaient à la lumière de l’époque de Moïse, car ils lui dirent: “Nous sommes disciples de Moïse”.

  53. Jésus leur répondit: “Si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, parce qu’il a écrit de moi”.

  54. Si vous aviez réellement reconnu Luther, vous reconnaîtriez aussi cet âge-ci, de même si vous aviez reconnu Wesley, car Christ, lui, a décrit notre époque. La Parole que nous voyons s’accomplir maintenant devait effectivement l’être à cet âge-ci. Il n’y a pas besoin de quelqu’un pour l’interpréter, Dieu donne sa propre interprétation. Dieu l’interprète lui-même parce qu’il est seul à pouvoir le faire. La seule interprétation valable d’une parole prophétique réside dans son accomplissement intégral.

  55. Jésus dit dans Jean 14.12: “… celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais…”. A-t-il bien dit cela? Ici encore, toute interprétation est superflue, car si quelqu’un fait ces oeuvres, c’est Dieu en lui qui les fait.

  56. Il a également annoncé qu’il en sera au temps de la venue du Fils de l’homme comme aux jours de Lot. C’est ce que Jésus a dit, n’est-ce pas? Il n’y a pas besoin d’interprétation.

Les gens disent: «O, cela veut dire…».

  1. Cela veut dire exactement ce qu’Il a dit! “Comme il en fut aux jours de Lot, ainsi en sera-t-il lors de la venue du Fils de l’homme”. Qu’y avait-il de particulier aux jours de Lot? Reportons-nous à cette époque-là.

  2. Nous y discernons trois catégories de gens: les vrais croyants, les croyants de nom et les incrédules. Cette constatation peut d’ailleurs être faite à chaque époque. Ainsi, les habitants de Sodome étaient les incrédules, Lot était le croyant de nom.

  3. Abraham était le vrai croyant. Il était celui auquel l’alliance fut confirmée. Il attendait la venue du fils promis et demeurait ferme dans cette attente. Amen. Je ne m’attribue pas le “Amen” à moi-même. “Amen” signifie: “Qu’il en soit ainsi”. Abraham n’habitait pas à Sodome, mais demeurait sur la hauteur, à l’écart de la ville. Il est une image de l’Eglise spirituelle d’aujourd’hui.

  4. Lot typifie l’église soi-disant chrétienne, dans la ville de Sodome. Notons ce fait: la Bible dit que l’âme juste de Lot était journellement tourmentée par les péchés des hommes qui l’environnaient. Pourquoi n’eut-il pas suffisamment de courage pour se lever et protester? De nos jours, dans nos assemblées, nous pouvons voir de braves chrétiens assis, regardant passivement tout ce qui se passe autour d’eux: leurs femmes portent des vêtements masculins, les hommes se permettent des actions répréhensibles, tandis que d’autres membres jouent au golf le dimanche, se rendent à des parties de plaisirs, partent pour la journée en emportant leur pique-nique ou vont à la piscine au lieu d’aller à église. Le mercredi soir ils restent à la maison devant leur poste de télévision au lieu de se rendre à la réunion de prière. Les hommes droits sentent bien qu’ils devraient intervenir, mais ils se feraient mettre à la porte par le Conseil d’église. Qu’en est-il en réalité? Typifiés par Lot, ils se contentent de regarder par la fenêtre et de voir le déroulement des événements. Mais ils ont peur d’appeler le péché — Péché.

  5. Abraham, lui, n’appartenait pas à leur milieu, il était à l’écart. Il typifiait l’église spirituelle. Et voyons ce qui arriva. C’était le temps de la fin, juste, avant que le feu descende et anéantisse ces païens. C’est une préfiguration du feu qui va tomber sur le monde païen d’aujourd’hui: leurs royaumes seront réduits en pièces et consumés. Les cieux en feu seront dissous et les éléments embrasés se fondront, dit le Seigneur.

  6. Essayons maintenant d’illustrer cela. Voici Abraham habitant à l’extérieur de la ville, hors de Sodome, alors que Lot y avait élu domicile.

  7. Mais, fait étrange, vers la fin d’une chaude matinée, Abraham vit trois hommes arriver à lui. Sans que rien ne les différencie des autres hommes quant à leur aspect, ils s’avançaient sur le chemin. Abraham, assis sous le chêne, se reposait. Peut-être avait-il visité son troupeau durant la matinée et venait-il de rentrer aux environs de midi. Pourtant quelque chose de particulier chez ces voyageurs attira son attention.

  8. Lorsque Dieu s’approche de Son peuple, il y a toujours quelque chose de particulier qui frappe. Quelque chose parle à leurs coeurs, les Siens Le reconnaissent par une conviction intérieure.

  9. Abraham se porta rapidement à leur rencontre et dit: “Seigneur, si j’ai trouvé grâce à tes yeux, ne passe point, je te prie, loin de ton serviteur. Permettez qu’on apporte un peu d’eau pour vous laver les pieds; et reposez-vous sous cet arbre. J’irai prendre un morceau de pain, pour fortifier votre coeur après quoi, vous continuerez votre route; car c’est pour cela que vous passez près de votre serviteur”. Ils acceptèrent et Abraham courut au troupeau, prit un veau tendre et bon, le tua et le donna à un serviteur chargé de l’apprêter. Il s’était également rendu dans la tente, près de Sara, pour la prier de vite préparer un repas: “Prends vite trois mesures de fleur de farine, pétris et fais cuire des gâteaux”. Puis, il apporta tout cela et les servit. Pendant qu’ils mangeaient, ces hommes remarquaient que cet homme solitaire, abaissant son regard, tenait ses yeux continuellement fixés dans la direction de Sodome.

  10. Vous savez que la Bible nous dit que deux des voyageurs s’y rendirent ensuite. Retenons bien ceci: deux d’entre eux allèrent à Sodome! Je me réfère à ce que Jésus a dit. Deux allèrent à Sodome pour chercher Lot et, avec lui, ceux qui se seraient tenus prêts à en sortir. Ces deux-là prêchaient le message du salut, mais le troisième resta auprès d’Abraham. Remarquez le signe qu’il produisit. Il y eut d’ailleurs aussi un signe à Sodome: les gens furent frappés de cécité. La prédication de la Parole aveugle toujours les incrédules.

  11. Or il y avait cet Homme qui se tenait en retrait et donna ce signe pour Abraham.

  12. Avez-vous déjà noté le fait suivant que nul historien n’a jamais relevé? En aucun moment, au cours de toute l’histoire de l’église, on ne trouve mention d’un homme dont le nom se termine comme Abraham par “h-a-m”, qui ait été envoyé auprès des assemblées chrétiennes dans le monde. Mais aujourd’hui il s’en trouve un: G-r-a-h-a-m. C’est exact. Il a un message percutant comme serviteur de Dieu parmi les dénominations, les politiciens, etc. Dieu fait un travail merveilleux par le moyen de Billy Graham.

  13. Lorsque un jour on proposa à Billy Graham de le porter comme candidat à la présidence des Etats-Unis, il déclina catégoriquement cette offre. Que Dieu le bénisse pour cela! Avec toutes les “rencontres à whisky” qu’une telle campagne entraîne, d’emblée il ne pouvait y participer. Parmi ces gens-là, les grandes fabriques de cigarettes entre autres, auraient d’ailleurs dépensé des millions de dollars pour l’évincer de la présidence. Mais Billy Graham a préféré suivre la voie de Dieu pour être son messager parmi les “habitants de Sodome”.

  14. Rappelez-vous qu’un des trois voyageurs était resté auprès d’Abraham: un autre homme et non pas les deux autres qui, eux, se rendirent à Sodome pour prêcher, comme les évangélistes modernes. Celui qui demeura avec Abraham lui donna un signe.

  15. Notez que son nom était “Abram” et celui de sa femme “Saraï”. Un ou deux jours auparavant, Dieu lui apparut et lui dit: “On ne t’appellera plus Abram; mais ton nom sera Abraham…” (Gen. 17.5). Voyez: Graham a six lettres, ce qui est un chiffre d’hommes, mais Abraham a sept lettres, les deux se terminant par “h-a-m”.

  16. Il représente l’église spirituelle. Remarquez sa demande: “Abraham, où est ta femme Sara?”. Il a bien dit “Abraham” et non “Abram” et “Sara” et non “Saraï”.

  17. Abraham répondit: “Elle est dans la tente, derrière Toi”.

  18. Il dit alors “Je reviendrai vers toi”. Faites attention au pronom personnel “Je” selon la promesse qu’Il avait faite. C’était Dieu qui disait: “Je reviendrai vers toi”.

  19. Et Sara — en quelque sorte nous la comprenons tous très bien — rit en elle-même et fit la réflexion: “Maintenant que je suis vieille, aurais-je encore des désirs? Mon seigneur (Abraham) aussi est vieux! Non, c’est impossible”.

  20. Et cet homme, qui était Dieu en chair, dit: “Pourquoi donc Sara a-t-elle ri et douté?”. Elle se tenait dans la tente, derrière lui.

  21. Examinez maintenant si ce n’est pas le même ministère qu’avait Jésus-Christ. Il voyait par-delà les foules et percevait les pensées humaines. Ainsi, Il déclara à Pierre qui il était et comment s’appelait son père et à Nathanaël d’où il venait.

  22. A la Samaritaine près du puits Il dit: “Donne-moi à boire”.

  23. Elle répondit: “Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine? Les Juifs, en effet, n’ont pas de relations avec les Samaritains”.

  24. Jésus lui répondit: “Si tu connaissais qui est celui qui te dit: Donne-moi à boire! tu lui aurais toi-même demandé à boire…”. L’entretien se poursuivit et Il dit: “Va, et appelle ton mari”. Elle répondit: “Je n’ai point de mari”. Jésus lui dit: “Tu as eu cinq maris et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari. En cela tu as dit vrai”. “Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète!”.

  25. Voyez-vous la différence entre elle et les prêtres avec leur sanhédrin?… Vivant dans le reflet d’une époque passée, ils dirent: “Celui-ci est du diable”. Ils devaient rapporter absolument une réponse à leur assemblée, car leurs membres l’exigeaient.

  26. Qu’a donc dit cette pauvre femme, qui avait déjà dans son coeur la semence de vie prédestinée? Elle était lasse et malade de toutes les choses qu’elle avait vues. Découragée, elle s’en était allée le long des chemins, en prostituée. Mais, lorsqu’elle vit et entendit Jésus, elle dit: “Seigneur, je vois que tu es prophète. Nous n’avons pas eu de prophète durant 400 ans et on nous a dit que lorsque le Messie sera venu, Il accomplira ces oeuvres-là”. Oui, cette semence était là et elle reprit vie. Pourquoi? Là encore, aucune interprétation ne fut nécessaire.

  27. Jésus lui dit: “Je le suis, moi qui te parle”. Ceci n’exigea vraiment aucune interprétation complémentaire. Il a accompli le miracle et a témoigné qu’Il était le Messie. C’était une confirmation exacte de la Promesse de Dieu. “L’Eternel, ton Dieu, te suscitera un prophète comme moi”, avait dit Moïse. Qu’était-ce donc? C’était la justification de l’Ecriture.

  28. Alors la femme courut à la ville et s’écria: “Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait; ne serait-ce point le Christ?”.

  29. Remarquez que c’était aussi Christ qui se trouvait dans cet homme qui tournait le dos à la tente et pouvait néanmoins dire ce que Sara pensait à l’intérieur de cette tente.

  30. “Car la Parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur” (Héb. 4.12).

Chaque fois qu’un prophète entrait en scène, il venait avec la Parole, car il avait la Parole pour son temps. Un prophète discerne les pensées des coeurs.

  1. Jésus-Christ fit ainsi parce qu’Il fut l’accomplissement de la Parole.

  2. Jésus dit: “Il en sera à l’avènement du Fils de l’homme comme il en fut du temps de Lot”. L’Esprit de Dieu viendrait sur la terre, habitant dans les hommes, Dieu se manifestant en eux. Amen. Saisissez-vous cela? Il produira les mêmes choses qui se passèrent lorsque Dieu apparut en chair à Abraham, du temps de Sodome. Souvenez-vous qu’ils attendaient le fils promis et après ce signe seulement vint le fils de la promesse. Ce fut le dernier signe que le groupe d’Abraham vit avant la venue du fils promis. Notez bien cela. Et maintenant, l’Eglise spirituelle est entrée dans cette heure-là.

  3. Quelqu’un me demanda: «Frère Branham, as-tu dit que c’était Dieu?».

  4. La Bible dit que ce fut Dieu. Aucune interprétation n’est nécessaire. Il est Elohim. C’est ainsi qu’Abraham l’appela. Chaque lecteur de la Bible sait cela. Elohim signifie: “Celui qui existe par Lui-même”. Il était le Premier et le Dernier, le commencement et la fin.

  5. Ce fut Elohim, manifesté en chair, qui porta des habits terrestres et mangea de la nourriture humaine. Amen! C’était le signe qu’aux derniers jours, Dieu devait apparaître de nouveau parmi Son peuple dans un corps humain. Amen! Jésus dit: “Les oeuvres que je fais, vous les ferez aussi. Il en sera à l’avènement du Fils de l’homme comme il en fut du temps de Lot”. Cela également n’a besoin d’aucune interprétation, mais réclame plutôt une manifestation, seule chose nécessaire. Croyez-vous cela? Inclinons nos têtes.

  6. Prière: «Notre Père céleste, nous venons à Toi avec Ta promesse, car c’est Toi qui nous as dit ces choses. Tu les as promises. Personne d’autre que Toi seul peut rendre Ta Parole vivante. Tu l’as promis. Tu as dit: “Que la lumière soit!” et la lumière fut. Personne n’eut à l’interpréter, cela fut manifesté.

  7. Il fut dit, par le prophète Esaïe, qu’une vierge serait enceinte, et elle le fut. Aucune interprétation ne fut nécessaire. Tout simplement, cela s’est accompli ainsi.

  8. Tu as dit que lorsqu’Il viendrait, Il naîtrait à Bethléhem. “Et toi, Bethléhem Ephrata, petite entre les milliers de Juda, de toi sortira pour moi Celui qui dominera sur Israël”.

  9. Les oeuvres que Tu as faites, Tu les as annoncées par avance. Il avait été annoncé à l’avance de quelle manière Il serait jugé, comment Il pleurerait à la croix, comment Ses mains et Ses pieds seraient percés. “Cependant, Il fut blessé pour nos transgressions, Il fut brisé pour nos iniquités, pour que nous ayons la paix, le châtiment fut mis sur Lui et par Ses meurtrissures nous sommes guéris”.

  10. Nous nous souvenons de ces paroles de David: “Tu n’abandonneras pas mon âme dans le séjour des morts et Tu ne permettras pas que ton Saint voie la corruption”. Et au troisième jour, avant que soixante-douze heures se soient écoulées et que la corruption ne commence son oeuvre dans son corps, Il fut ressuscité selon la Parole de Dieu. Les Pharisiens ont déclaré: “Son corps fut dérobé” et les Juifs le croient jusqu’à ce jour. Mais nous croyons Ta Parole, Seigneur, car elle a été manifestée. Jésus-Christ est ressuscité. Il a dit: “Et voici, Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde”.

  11. Nous croyons que Tu es le même Seigneur Jésus-Christ aujourd’hui que jadis, lorsque Tu étais sur terre. Tu sondes les yeux, les mains, les pieds, les bouches, les âmes et les corps dont Tu peux Te servir, afin de Te manifester Toi-même. O Dieu, sanctifie-nous ce soir, de manière à ce que nous puissions voir Jésus-Christ vivant parmi nous. Oh! qu’Il vienne! Nous avons la même faim que ces Grecs qui, ce certain jour, vinrent et dirent: “Seigneur, nous aimerions voir Jésus…”. Et ils le virent. Oh! quel bouleversement ce dut être lorsqu’ils Le regardèrent.

  12. O Dieu, Tu es le même aujourd’hui, Tu as promis que si nous avions faim Tu nous rassasierais, que si nous languissions après Toi nous Te verrions. Tu as dit: “Encore un peu de temps et le monde ne me verra plus (les incroyants), mais vous, vous me verrez, car je serai avec vous et même en vous, jusqu’à la fin du monde”. Nous savons que Tu es le même hier, aujourd’hui et éternellement. Seigneur.

  13. Ta Parole a été prêchée. Elle a été écrite. O Seigneur, qu’elle se réalise maintenant pour la gloire de Dieu, afin de montrer qu’Il atteste Sa Parole. Amen». Que Dieu vous bénisse.

  14. Maintenant je vais appeler la ligne de prière. Je crois que Billy a dit qu’il avait distribué une centaine de cartes ou quelque chose comme cela. Sur le dos de vos cartes, il y a différentes lettres A, B, C, D…

  15. Nous allons commencer par A. Ceux qui ont les numéros un, deux, trois et quatre peuvent se lever. Je ne vois pas le numéro quatre. Peut-être qu’il n’arrive pas à se lever. Si c’est le cas, que son voisin se lève. Voilà, numéro quatre. Nous continuons avec les numéros cinq, six… jusqu’à vingt-cinq Approchez-vous ici au fur et à mesure que votre numéro est appelé. S’il y en a qui ne peuvent pas…

  16. Je vois ici un jeune homme dans une chaise roulante. Si votre numéro est appelé et que vous ne pouvez pas venir, levez simplement la main.

  17. Combien se trouvent ici qui n’ont pas de carte et sont pourtant malades? Levez la main. Croyez-vous? Croyez-vous ceci: Il est le même, hier, aujourd’hui et pour toujours? Combien croient cela? Considérez tous ces ministères. Frères, la Bible ne dit-elle pas aujourd’hui qu’Il est un Souverain Sacrificateur qui peut être ému par nos infirmités? Est-ce juste? Combien croient cela? Levez la main. Il est un Souverain Sacrificateur qui peut être ému par nos infirmités.

  18. Combien croient que la Bible dit: “Il est le même hier, aujourd’hui et pour toujours”? Alors comment devrait-Il agir aujourd’hui? De la même manière qu’Il a agi hier. Est-ce juste? Où en est-Il ce soir? Il est assis à la droite de la Majesté, dans Son Corps; et le Saint-Esprit se trouve ici dans la salle pour Le faire connaître.

  19. Maintenant, regardez. Qu’arriva-t-il lorsque cette femme toucha le bord de Son vêtement ce jour-là? Elle n’avait pas de carte de prière, mais elle toucha Son vêtement. Après qu’elle eut fait cela, Jésus se retourna et dit: “Qui m’a touché?”.

  20. Pierre le reprit en disant: “Seigneur, ce que Tu dis n’est pas raisonnable. Tu es entouré de gens qui te touchent et Tu dis: qui m’a touché?”.

  21. Il répondit: “J’ai senti qu’une force me quittait”. Combien savent cela? Une vertu, c’est-à-dire une force l’avait quitté. “Je me sens faible car quelqu’un m’a touché d’une manière différente”. Il se retourna et chercha des yeux dans l’assemblée jusqu’à ce qu’Il ait trouvé d’où venait cette foi.

  22. Tous se pressaient autour de Lui en disant: “O Rabbi, nous croyons en Toi”.

  23. Mais il y avait quelqu’un qui croyait réellement Cela. Et elle toucha Son vêtement et crut qu’elle était guérie car en son coeur elle avait dit que c’est ce qui arriverait si elle faisait cela.

  24. Il se retourna et chercha des yeux dans l’assemblée jusqu’à ce qu’Il l’ait trouvée. Il lui dit alors que sa perte de sang avait cessé et qu’elle était guérie. Est-ce juste? C’est ainsi qu’Il agit dans l’assemblée.

  25. Maintenant, aujourd’hui j’affirme qu’Il n’est pas mort. Il est tout aussi vivant qu’Il l’a toujours été. Jésus Lui-même a dit: “Comme il en fut aux jours de Sodome, ainsi en sera-t-il lors de la venue du Fils de l’homme”.

  26. Maintenant si Dieu a prévu une sorte de don pour là-haut, Il a aussi un don correspondant pour ici-bas. La Bible dit que lorsqu’Il entra dans une certaine ville: “Il y eut beaucoup de choses qu’Il ne pouvait pas faire à cause de leur incrédulité”. Est-ce juste? C’est la même chose aujourd’hui. Tout ce que vous avez à faire, c’est de croire. C’est votre seul moyen d’y arriver.

  27. La ligne de prière est-elle prête? Maintenant que chacun garde un silence respectueux pendant une dizaine de minutes. Je ne sais pas si j’arriverais au bout de la ligne; il y en a ici vingt-cinq ou trente. Chacun de vous ici sait que je lui suis étranger et que je ne sais rien à votre sujet; si c’est le cas, levez la main.

  28. Maintenant dans l’assemblée, quels sont ceux qui savent que je ne sais rien à leur sujet? Levez la main. Vous comprenez ce que je veux dire, mes amis? Christ a fait cette promesse. Elle a été écrite. Quand devait-elle arriver? Dans les derniers jours, juste avant la venue du Seigneur. Est-ce juste? C’est à ce moment là qu’elle doit se réaliser.

  29. C’est la Parole qui a été prophétisée aujourd’hui. Ce n’est pas la lumière de Luther, ni celle de Wesley, ni même la lumière de la Pentecôte. La lumière a suivi son chemin. Maintenant, celle de Luther est très bien, celle des Méthodistes est très bien, celle des Baptistes est très bien ainsi que celle des Pentecôtistes. Il y en a de toutes ses assemblées qui sont assis là ce soir. Il ne s’agit pas des individus.

  30. Vous ne pourriez jamais parler de Luther à un Méthodiste car il croit en la sanctification alors que Luther n’y croyait pas.

  31. Vous ne pourriez jamais dire à un Pentecôtiste que la sanctification est tout, car il a reçu la restauration des dons. Et il ne va pas croire cela, car il a reçu bien plus. Et nous sommes maintenant dans le dernier âge de l’église; la Bible a dit qu’il n’y aurait plus d’âge.

  32. Mais il doit y avoir un rassemblement des gens et c’est là que nous en sommes. Maintenant souvenez-vous que c’est le dernier signe. Attendons-nous un fils promis? Levez la main. Croyez-vous qu’en étant en Christ, vous êtes la semence d’Abraham? Levez la main. Alors, Semence d’Abraham, reçois ton signe! Il ne se trouve pas dans Babylone, il ne se trouve pas dans le monde des dénominations. Il se trouve ici parmi vous qui ne vous trouvez pas dans cette confusion. Croyez-le!

  33. Voici une dame; elle m’est totalement étrangère; nous avons à peu près le même âge. Je ne l’ai jamais vue de ma vie. Si je peux la guérir, je le ferai. Je ne connais rien à son sujet. L’avez-vous vu lever la main il y a quelques minutes?

  34. Aujourd’hui, ils on mélangé toutes les cartes. Le numéro un se trouve ici, le dix là-bas derrière, etc. Tout est mélangé et ensuite on appelle et les gens viennent de tous les côtés. Et il y en a qui n’ont même pas de carte de prière; ils sont simplement assis là et croient.

  35. Réveillez-vous, ce soir, et voyez dans quelle heure nous vivons! Il est presque trop tard, mes amis, presque trop tard.

  36. Le Dieu d’Abraham a pu ressusciter Jésus d’entre les morts et Jésus a promis qu’en ce dernier jour, l’Ange (c’est à dire Dieu dans un corps de chair) accomplirait les mêmes signes qui avaient été faits devant Abraham juste avant la venue du Fils promis.

  37. Nous voyons maintenant toutes ces bombes atomiques, nous voyons toutes ces dénominations et dans quelles confusions elles se trouvent. Nous voyons Billy Graham et Oral Roberts, le messager pentecôtiste et le messager des dénominations. Nous voyons comment ils apportent ce signe. Billy Graham est un théologien vraiment au point, un de ceux en qui croient les dénominations. Oral Roberts, lui, guérit les gens, exactement selon la Pentecôte.

  38. Mais quelque chose d’autre a été promis pour la semence d’Abraham. Il doit se passer quelque chose en dehors des dénominations qui doit rassembler les gens.

  39. Observez, je ne connais pas cette dame. Je ne vais pas la regarder. Si le Seigneur Dieu lui révèle quelque chose, que ce soit matériel, financier ou du domaine de la santé, elle saura si c’est la vérité ou non.

  40. Si ce soir Il fait la même chose que ce qu’Il fit en ce temps-là, croirez-vous en ce Dieu dont Jésus-Christ avait promis qu’Il serait ici en ces derniers jours? Combien croient que le temps dans lequel nous vivons est semblable à l’époque de Sodome, que le monde entier se trouve dans une condition sodomite? Combien croient que ce que je vous ai dit ce soir est la Vérité? Alors, enfants et semence d’Abraham, croyez en Dieu!

  41. Maintenant il faut vous ôter de l’esprit que ce que je vais dire à cette dame vient du fait que je la regarde en face ou bien que c’est de la télépathie. Tous ceux qui ont entendu parler de télépathie savent que ce n’est pas possible. Avez-vous déjà entendu un télépathe prêcher l’Evangile? Avez-vous déjà vu un spirite prêcher l’Evangile, faire des signes et des miracles tout en proclamant Jésus-Christ? Non.

  42. Vous voyez, c’est dans la tête des gens que cela se passe. Ils sont aveugles. Le croyez-vous? La Bible a dit qu’ils le seraient. Est-ce juste? “Hautains, insolents, aimant le plaisir plus que Dieu, calomniateurs, incontinents, ennemis des gens de bien; ils garderont la forme extérieure de la piété, mais ils en renieront la force”.

  43. Jésus n’a-t-Il pas dit dans Matthieu 24.24 qu’en ces derniers jours, les deux esprits seraient tellement proches que même les élus seraient séduits si c’est possible? Mais cela n’est pas possible. Ils se trouvaient dans les pensées de Dieu dès le commencement; ils sont une partie de Dieu.

  44. Maintenant, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, fais connaître ce soir que ce que je dis à Ton sujet est la vérité. Puissent Tes serviteurs humblement mettre de côté leurs pensées afin que Tu puisses les utiliser pour Ta gloire. Au Nom de Jésus, le Fils de Dieu. Amen.

  45. Qu’est-ce qu’un don? Ce n’est pas quelque chose que vous prenez pour ensuite changer d’avis à son sujet. Oh, non. Le don consiste à savoir comment vous mettre de côté afin que Dieu puisse vous utiliser.

  46. La dame qui se trouve derrière moi va mourir si elle n’est pas guérie. Un homme a déjà prié pour elle dernièrement. Elle a le cancer. Elle a un cancer du sein et des poumons. On vient de prier pour elle et elle s’efforce d’accepter par la foi qu’elle est guérie. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR! Est-ce vrai, madame? [La dame répond: «Certainement!». — N.d.R.] Si c’est vrai, agitez la main devant l’assemblée. Le Dieu d’Abraham est toujours vivant. Très bien, continuez de croire et vous serez guérie. Amen.

Croyez-vous?

  1. Il y a ici une dame; c’est la deuxième depuis le bout de la rangée, là. Lorsque je me suis retourné, j’ai vu quelque chose autour de son bras, c’est la pression du sang. Elle a trop de tension. Est-ce juste, madame? Levez la main. Si vous croyez, votre tension va diminuer. Le Dieu d’Abraham est toujours présent. Il est ce qu’Il a toujours été: la Parole de Dieu pour ce jour!

  2. Comment allez-vous? Croyez-vous maintenant? Ayez foi en Dieu! Il semble qu’elle est à peine plus âgée qu’un enfant. Dieu connaît votre coeur, jeune dame; moi je ne le connais pas. Croyez-vous que Dieu est capable de me révéler ce qui ne va pas? Croirez-vous en Lui si je le fais? Ce n’est pas pour vous que vous priez, c’est pour une autre personne, votre frère. Il est gravement malade. Il se trouve dans une ville du Nord, Tulare. Il est à l’hôpital; il a la leucémie et les docteurs l’ont condamné. Il n’y a absolument pas d’espoir. C’est juste. Croyez-vous? [La dame, en pleurs, répond: «oui». — N.d.R.] Très bien. Que tenez-vous à la main? Prenez-le et posez-le sur lui. Et ne doutez pas. Croyez! Amen.

  3. Croyez-vous? Je n’ai jamais vu cette dame de ma vie. Mais Dieu est toujours Dieu. Maintenant, dites moi si un être humain pourrait faire cela? Ce n’est pas l’oeuvre d’un être humain. C’est le Dieu dont Jésus-Christ a promis qu’Il serait ici en ces derniers jours et qu’Il s’authentifierait Lui-même comme il en fut aux jours de Sodome (juste avant que ne soit manifestée la semence d’Abraham.)

  4. Je ne connais donc pas cette dame. Nous sommes étrangers l’un à l’autre, je suppose que c’est la première fois que nous nous rencontrons. Croyez-vous que je suis Son serviteur? Croyez-vous que ceci est la Parole? La Parole discerne les pensées et les intentions du coeur. Est-ce juste? La Parole guérit également, si vous le croyez. Croyez-vous? Une ombre vous recouvre, une ombre noire. C’est le cancer. Croyez-vous que Dieu peut me dire où se trouve ce cancer? Il se trouve dans les intestins; c’est ce que dit le docteur. Croyez-vous maintenant que vous allez être guérie? Allez et ne doutez pas et Dieu vous guérira. Amen.

  5. Croyez-vous tous? C’est exactement ce qu’Il avait promis de faire. Ayez foi en Dieu. Ne doutez pas.

  6. Nous sommes étrangers l’un à l’autre. Je ne vous connais pas. Si nous sommes étrangers l’un à l’autre, levons la main pour que l’assemblée le sache. Je n’ai jamais vu cette dame de ma vie.

  7. Croyez-vous? Croyez-vous que c’est Jésus-Christ? De quoi s’agit-il? C’est Sa Parole. Lorsque les gens La rejettent, ce n’est pas un homme qu’ils rejettent, c’est la Parole. C’est la Parole qui a été mise de côté et qui ne pouvait plus entrer.

  8. Cette dame m’est donc étrangère. Je ne l’ai jamais vue de ma vie. Dieu peut guérir. Il se peut qu’il ne s’agisse pas de guérison; il se peut que ce soit autre chose. Mais si Dieu m’explique quel est votre problème, me croirez-vous? La première chose pour laquelle vous voulez prier, c’est votre oreille. Vous êtes sourde d’une oreille. C’est juste. C’est vrai. D’autre part, vous avez une mauvaise habitude dont vous voulez vous débarrasser. Vous fumez. Mettez votre doigt dans votre bonne oreille; très bien. Maintenant, croyez en Dieu et continuez votre chemin et ne fumez plus. Allez et que le Seigneur vous bénisse.

Vous voyez ce qui est arrivé? N’est-Il pas réel?

  1. Je ne vous connais pas. Nous sommes étrangers l’un à l’autre. Je ne vous ai jamais vue de ma vie, mais Dieu vous connaît. Si Dieu peut vous dire quelque chose à votre sujet, croirez-vous?

  2. Toute l’assemblée va-t-elle croire? Quelqu’un ici connaît-il cette dame. Très bien, vous savez donc si c’est vrai ou non. Cela devrait prouver que c’est la vérité.

  3. Vous avez vu ce qui s’est passé il y a quelques minutes. Vous voyez, si je titube, c’est parce que tout devient trouble devant mes yeux. C’est le discernement. C’est le Saint-Esprit, ce n’est pas moi. C’est la Parole promise pour ce jour! Depuis les jours des apôtres, cela ne s’était pas produit. Mais il a été dit que “juste avant la venue du Fils de l’homme, il en serait comme aux jours de Lot”. Les incrédules ne croient pas cela; ils ne sont pas censés le croire. Mais les croyants le croient!

  4. Maintenant, si le Saint-Esprit révèle cela, combien le croiront de tout leur coeur? Voulez-vous lever la main?

  5. Vous avez été blessée. Vous avez eu un accident et des vertèbres cervicales ont été déplacées. Un de vos reins a été également touché. C’est juste, n’est-ce pas? Vous le croyez? Vous serez guérie. Loué soit le Seigneur.

  6. Vous croyez que Dieu peut guérir les blessures de rein? Alors allez et acceptez votre guérison.

  7. Venez, madame. Regardez de ce côté. Vous croyez que Dieu guérit les troubles cardiaques? Très bien, continuez votre chemin et acceptez votre guérison.

  8. Venez ici. Vous croyez que Dieu peut guérir votre dos? Allez et croyez.

Croyez simplement en Dieu, c’est tout ce que vous avez à faire!

  1. Venez, madame. Vous croyez que Dieu peut guérir les maladie d’estomac? Allez, prenez votre souper et croyez de tout votre coeur.

  2. Venez. Vous croyez que Dieu peut guérir l’arthrite? Alors, allez, croyez, et Dieu vous guérira.

  3. Très bien, venez. Vous croyez de tout votre coeur? Vous croyez? C’est encore un cas d’arthrite. Croyez-vous que Dieu peut vous guérir? Continuez de croire et dites: «Merci, Seigneur».

Combien croient? Croyez-vous?

  1. Cette dame assise ici, avec une robe rouge, a levé la main; elle souffre d’une tension trop élevée. Vous croyez que Dieu peut vous guérir? Très bien. Posez vos mains sur la dame qui est assise près de vous et dites-lui qu’elle va retrouver sa voix. Amen.

Voilà. Amen. Croyez-vous? Ayez la foi.

  1. Il y a un homme assis ici qui souffre d’hémorragies. Croyez-vous que vous allez guérir?

  2. La dame assise près de vous souffre aussi d’hémorragies et elle a mal au dos. Vous croyez que Dieu va vous guérir? Levez la main et acceptez-Le. Croyez.

  3. La dame assise près de vous a des problèmes aux jambes et à la hanche. Croyez-vous que c’est vrai, madame? Vous croyez que vous allez être guérie? Alors, levez la main et dites: «Je l’accepte».

  4. La dame assise près de vous souffre d’une infection. C’est une jeune dame qui porte des lunettes. Vous croyez que Dieu peut guérir cette infection? Levez la main et dites: «Je l’accepte». Très bien, croyez-Le.

  5. La dame près de vous souffre des reins. Croyez-vous que Dieu peut guérir les maladies de reins? Très bien, levez la main et acceptez-Le.

  6. La petite fille près de vous a un goitre. Vous croyez que Dieu va guérir le goitre? Levez la main et acceptez-Le.

  7. Combien croient de tout leur coeur? Alors levez-vous et acceptez-le. Levez-vous en la présence du Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob.

  8. Dans le Nom du Seigneur Jésus-Christ, puisse le Saint-Esprit descendre maintenant dans la salle et guérir chaque personne qui se trouve en Sa divine présence!

 



Imprimer la brochure
Brochures
Haut de page
William Branham
Commander
Page d’accueil
Nous contacter