“Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement” (Hébreux 13.8).

Lettre circulaire — Mars 1974


“Ainsi parle l’Eternel, ton rédempteur, celui qui t’a formé dès ta naissance: Moi, l’Eternel, j’ai fait toutes choses, seul j’ai déployé les cieux, seul j’ai étendu la terre. J’anéantis les signes des prophètes de mensonge, et je proclame insensés les devins; je fais reculer les sages, et je tourne leur science en folie. Je confirme la parole de mon serviteur, et j’accomplis ce que prédisent mes envoyés” (Esa. 44.24-26).

Tout véritable serviteur de Dieu fonde sa doctrine sur la Parole de Dieu écrite, car le ciel et la terre passeront, mais la Parole de Dieu demeure éternellement. Alors que Paul exposait aux Galates le plan de Dieu pour le salut, il s’écria: “Mais que dit l’Ecriture?”. Dans tout ce que nous croyons, dans tout ce que nous enseignons, nous devons nous poser cette question: «Que dit l’Ecriture à ce sujet?». Tout doit être en accord avec la Parole de Dieu, que ce soit dans notre expérience personnelle, ou à l’égard du plan que Dieu a établi pour notre salut.

Le Seigneur seul a créé le ciel et la terre et tout ce qui est en elle. Par Sa Parole puissante, Il a appelé l’univers à l’existence, et Il le soutient et le maintient par Sa Toute-puissance (Héb. 1.1-3). Il accomplit Ses desseins, et nous pouvons placer toute notre confiance en Lui. Dans Sa patience, Il nous porte avec ménagement, et cette parole est aussi valable pour nous: “Le Dieu d’éternité est un refuge, et sous ses bras éternels est une retraite”.

Dans Son amour, le Seigneur nous a sortis du péché et de la corruption, et Il nous a accordé dans une mesure surabondante les richesses de Sa grâce. Dieu nous a bénis, et maintenant, nous pouvons L’aimer et garder Sa Parole. Il nous a arrachés à l’enfer et a fait de nous des sujets du Ciel.

Dans Esaïe 44, le Seigneur dit qu’Il confirme la Parole que Ses messagers ont publiée, et qu’Il réalise ce qu’ont prédit Ses serviteurs. En tout temps, le Seigneur Dieu a parlé par Ses prophètes, et Il leur a révélé Ses desseins, desseins qu’Il met ensuite Lui-même à exécution. De nos jours, une grande partie du plan de salut de Dieu est accomplie. Le Seigneur a honoré Sa Parole et confirmé Ses promesses.

Nous sommes très reconnaissants envers le Seigneur, parce qu’à diverses reprises, Il a fait connaître à Ses serviteurs et prophètes, par des visions, les choses qui s’accompliraient plus tard. Nous sommes reconnaissants pour chaque révélation et instruction que le Seigneur nous a données, et nous nous écrions avec Pierre: “Et nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophétique,…” (2 Pier. 1.19). Il était présent lorsque la Voix de Dieu retentit du ciel sur la montagne de la Transfiguration. Durant plusieurs années, il avait suivi Jésus-Christ dans Son ministère, et il avait été témoin que les pécheurs étaient sauvés, les malades guéris et les possédés rendus libres. C’est dans une absolue certitude qu’il pouvait dire: “Ce n’est pas, en effet, en suivant des fables habilement conçues, que nous vous avons fait connaître la puissance et l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ, mais c’est comme ayant vu sa majesté de nos propres yeux”.

Nous aussi, nous ne prêchons pas seulement le retour de Jésus-Christ, mais nous publions également la puissance de Sa résurrection, car nous avons vu Sa gloire merveilleuse et avons été témoins de ce qu’Il a fait de notre temps. Nous n’avons pas suivi des fables de belle apparence, mais nous avons vu briller la lumière de la Parole prophétique. Alors que les ténèbres recouvrent la terre et que l’obscurité envahit les peuples, l’éclatante lumière de Dieu jaillit avec force et illumine le coeur de Ses élus. Leur seule règle de conduite est la Parole de Dieu.

FONDATION DE L’EGLISE

On nous demande souvent de quelle manière l’oeuvre de Dieu a commencé. Tous ceux qui depuis des années lisent les brochures et sont familiarisés avec cette oeuvre missionnaire connaissent le ministère particulier de frère Branham, par le moyen duquel Dieu a fait de grandes choses dans notre temps. Comme chaque Eglise a un fondateur, plusieurs s’imaginent que le notre est frère Branham! C’est pourquoi nous voulons déclarer clairement que ce n’est pas un homme, mais le Seigneur Lui-même qui a établi Son Eglise. Tout véritable serviteur de Dieu ne peut et ne voudra jamais poser d’autre fondement que celui qui a déjà été posé, selon 1 Corinthiens 3.11, et c’est Jésus-Christ. C’est sur Lui qu’ils continuent à bâtir l’Eglise. Notre Seigneur et Sauveur fonda Lui-même Son Eglise, et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle. L’occupation des messagers de Dieu a toujours été de ramener les hommes à la Parole originelle de Dieu, à l’enseignement des apôtres et des prophètes. Ils n’ont jamais fondé leurs propres églises et dénominations.

Notre foi est établie exclusivement sur le fondement des Saintes Ecritures. Tout ce que nous enseignons se trouve dans la Bible. Dieu a constamment parlé par Ses serviteurs, et Il a agi par Son Esprit au milieu de Son peuple. Lui-même a placé dans l’Assemblée du Nouveau Testament des apôtres, des prophètes, des évangélistes, des pasteurs et des docteurs (Eph. 4.11). Chacun d’eux est employé par le Seigneur selon l’appel et le ministère qui lui a été accordé pour l’édification de l’Eglise. Chaque serviteur qui est appelé de Dieu doit avoir fait une expérience, telle que l’ont faite les prophètes et apôtres, par laquelle le ministère divin leur a été accordé. Aucun véritable serviteur de Dieu n’a jamais choisi un ministère à sa convenance, ou de lui-même, comme cela se fait pour les professions terrestres. La plupart d’entre eux exerçaient une autre activité, et ils ne savaient pas qu’ils étaient destinés à un dessein plus élevé.

Les apôtres n’étaient pas des académiciens ou des théologiens, mais ils exerçaient un métier jusqu’au jour où le Seigneur Jésus les appela. De sa profession, Paul était faiseur de tentes. Les enseignements de Gamaliel ne firent de lui qu’un fanatique religieux qui persécutait les croyants. Et cela n’a pas beaucoup changé de nos jours. Les prophètes étaient des laboureurs ou des bergers, jusqu’au jour où l’appel de Dieu les atteignit. Avant qu’il n’exerce un ministère mondialement connu, frère Branham n’était pas davantage un théologien.

Dans l’histoire de l’Eglise, nous voyons que Dieu a toujours choisi, de préférence, des hommes qui n’étaient pas contaminés par quelque théologie ou par des sentiments religieux. Les hommes de Dieu dont le service eut une grande importance dans l’histoire du salut étaient consacrés au Seigneur dès le sein de leur mère. Les événements surnaturels qui sont survenus dans leur vie rendaient témoignage de leur vocation divine. Il est dit dans Jérémie 1.5: “Avant que je t’eusse formé dans le ventre de ta mère, je t’avais consacré, je t’avais établi prophète des nations”. Paul, qui avait reçu la vocation d’apôtre, écrit dans Galates 1.15: “Mais, lorsqu’il plut à celui qui m’avait mis à part dès le sein de ma mère, et qui m’a appelé par sa grâce de révéler en moi son Fils, afin que je l’annonçasse parmi les païens, aussitôt, je ne consultai ni la chair ni le sang…”. Il n’a pas discuté de la chose avec Gamaliel. A l’instant où il reçut l’appel divin, il échappa à l’influence humaine. Il ne s’agissait pas pour lui d’une considération personnelle ou d’une fantaisie religieuse, mais bien d’une expérience véritable faite avec Dieu. Il vit cette grande lumière de la gloire du Seigneur et entendit la voix de Jésus le chargeant d’une mission.

Frère Branham a également été conduit d’une manière toute spéciale dès le jour de sa naissance. A l’âge de sept ans déjà, il lui fut dit qu’il ne devait ni fumer, ni boire, ni se souiller d’une manière quelconque, car Dieu l’avait consacré et destiné à un service particulier. Sa tâche était de nous ramener à la Parole de Dieu, car au cours des siècles, les doctrines bibliques avaient été changées et remplacées par l’addition de dogmes humains.

Le Seigneur employa la prédication puissante et biblique de ce simple homme de Dieu pour nous montrer quel était le chemin biblique pour Son Eglise. Beaucoup d’entre nous ont pu expérimenter de quelle manière la parole proclamée, en accord avec la prédication de Dieu, était confirmée par des signes et des miracles. Loin de nous la pensée de glorifier un homme, car nous savons bien que Dieu seul a opéré toutes ces choses. Mais la proclamation de la Parole de Dieu par frère Branham a été pour beaucoup de personnes un tournant dans leur vie.

En 1955, beaucoup de personnes, en Europe, ont eu le privilège d’entendre frère Branham. Bien que nous ne connussions encore rien du ministère particulier qu’il avait reçu du Seigneur, déjà en ce temps-là je reconnus que ce frère avait un ministère extraordinaire. Nous avons vu toutes sortes de miracles. Des aveugles recouvraient la vue, des pécheurs se repentaient, des impotents recouvraient la santé, des personnes liées furent délivrées, etc. En vérité, ce que nous vîmes là pouvait être comparé à ce qui nous est relaté dans les Actes des apôtres. Là-dessus, je recherchai tout ce que frère Branham enseignait, et je l’éprouvai en le comparant avec les Ecritures. C’est alors que je fus éclairé et que je vis l’harmonie des desseins de Dieu. En 1960, je ne pus faire autrement que de me ranger entièrement du côté de Dieu, de croire la Parole révélée dans notre temps, et de la faire connaître sans compromis à d’autres. Naturellement qu’à ce moment-là, les portes se fermèrent. Nous fûmes incompris et rejetés, parce que partout on nous éprouvait selon la mesure propre à chacun ou selon celle d’une dénomination. Cependant, le Seigneur Dieu avait Son plan, et Il l’accomplit aussi.

NOUVEAU COMMENCEMENT

Par la grâce de Dieu, quelques fidèles frères et soeurs voulurent bien écouter, ici à Krefeld, les prédications de frère Branham. D’abord, tout semblait décourageant car partout on mettait les gens en garde contre nous. Cependant, nous tenions ferme dans notre décision qui était de suivre à tout prix la Parole de Dieu, et de croire les promesses qui avaient été faites pour notre temps, même si nous devions demeurer tout seuls. Nous étions pleinement décidés à suivre tout le chemin avec le Seigneur Jésus, et nous voulions respecter Son action dans notre temps. Par la grâce de Dieu, nous n’avons pas répondu au mal par le mal, ni à l’insulte par l’insulte. Mais au contraire, remplis de l’Esprit de Dieu et pénétrés de Son amour, nous avons prié pour tous les frères et soeurs qui ne nous comprenaient plus.

Ce petit groupe se rassemblait tous les deux jours pour écouter la Parole de Dieu et prier, et nous éprouvions la présence du Seigneur d’une manière puissante. Dans Sa grâce, le Seigneur amena des personnes qui reçurent avec joie la Parole. Nous sommes vraiment très reconnaissants envers le Seigneur de ce qu’en tant qu’assemblée, nous avons passé des heures inoubliables en Sa présence. Le Seigneur Lui-même plaçait toujours à nouveau Sa précieuse Parole sur le chandelier, et Il nous réjouissait par Sa sainte présence. C’est avec une profonde reconnaissance que nous jetons un regard en arrière pour parcourir les années de travail passées dans la vigne du Seigneur. Nous pouvons clairement y reconnaître la main de Dieu et la direction du Saint-Esprit. Dieu a ouvert les portes pour la publication de Sa Parole, et cela jusqu’aux extrémités de la terre. Des milliers de personnes ont cru le témoignage que Dieu a donné à notre génération.

Ce n’est pas la volonté de Dieu de fonder une nouvelle dénomination ou une nouvelle organisation. Ici, à Krefeld, Dieu nous a fait la grâce de former une église biblique. Les quelques-uns qui se rassemblaient là au commencement ont été récompensés de leur fidélité. Maintenant, quelques centaines de personnes participent aux services réguliers d’adoration. En plus de cela, il se crée un peu partout des groupes de prière qui se réunissent à cause de la révélation de la Parole de Dieu.

Je ne me sens pas engagé à l’égard d’aucune confession de foi particulière, mais bien uniquement à l’égard du Seigneur et de Sa Parole. C’est en cela qu’est révélé si quelqu’un a été appelé par les hommes ou par Dieu. Les uns représentent les intérêts humains, les autres, les intérêts divins. Ma vocation pour la proclamation de la Parole est en étroite relation avec le service de frère Branham, car le même Dieu qui lui confia la charge de mettre en réserve Sa Parole révélée comme une nourriture est le même qui m’a appelé à distribuer cette nourriture.

Je n’oublierai jamais le 2 avril 1962, car ce matin-là, j’entendis la voix du Seigneur. C’était une magnifique matinée, et le soleil était sur le point de se lever, quand j’entendis les paroles suivantes: «Mon serviteur, ton temps pour cette ville est bientôt terminé; Je t’enverrai dans d’autres villes pour proclamer Ma Parole». Après que cette parole eût été prononcée, je me vis hors de mon corps à environ 3 mètres de l’endroit où se trouvait mon corps naturel. De là, je vis comment j’ouvrais la bouche, et je m’entendis prononcer les paroles suivantes: «Seigneur, ils ne voudront pas m’écouter, car ils ont de tout à profusion, et vivent dans les plaisirs». Après un instant de silence, la voix du Seigneur retentit à nouveau, disant: «Mon serviteur, le temps vient où ils t’écouteront. Rassemblez de la nourriture, car une grande famine arrive, alors, tu te tiendras au milieu du peuple pour distribuer la nourriture». Je certifie devant Dieu et devant les hommes que ces paroles sont véritables.

Lorsque j’entendis cette voix, ce qui m’impressionna plus particulièrement, ce fut l’expression d’autorité qu’elle avait. Je savais que ce qui avait été dit était absolu et définitif. La voix retentissait comme une puissante voix d’homme. Je pensais: «Si le Seigneur parle encore une fois, le monde entier s’arrêtera!». Je ne me sentais pas dans l’état de pousser des cris de joie, mais au contraire, un sentiment de profond respect et une sainte crainte me saisirent dans la présence du Seigneur.

Différents produits alimentaires étaient énumérés, et nous devions en faire provision. Je crus tout d’abord qu’il s’agissait de choses naturelles. Cependant, en décembre de la même année, je me trouvai dans une telle détresse intérieure, que je soupirai après une réponse du Seigneur. En l’espace de peu de temps, je me décidai à m’envoler vers les USA pour parler de cela avec frère Branham. Lorsque j’arrivai là-bas, j’appris qu’il était en voyage pour un temps indéterminé, et c’est vraiment très abattu que je me rendis au culte, le 2.12.1962. Pendant la prière, un frère apporta une prophétie dans laquelle il était dit en substance que ce n’était pas en vain que j’avais fait le voyage, et que je rencontrerai le prophète qui me parlera de la part du Seigneur.

Frère Branham vint me chercher en auto à l’hôtel où je me trouvais, et deux frères étaient assis sur le siège arrière, alors qu’il conduisait lui-même la voiture. Nous mangeâmes ensemble, et alors vint ce moment que je n’oublierai jamais. Tout d’abord, frère Branham parla de différentes choses, puis je saisis une occasion, et commençai à dire: «Frère Branham, puis-je me permettre de te demander quelque chose?». Je ne pus en dire davantage, car il me répondit: «Puis-je te dire ce que le Seigneur t’a dit?». J’avais souvent vu s’exercer le don de discernement dans son ministère, mais quand il me répéta mot pour mot et phrase après phrase ce que le Seigneur m’avait dit, je demeurai muet de surprise. J’étais si profondément impressionné par ce don surnaturel, que je ne pouvais plus rien dire, mais je ne pouvais qu’écouter. Après que frère Branham m’eût répété tout ce que le Seigneur m’avait dit, il continua en disant: «Frère Frank, cette famine n’est pas une famine terrestre, et cette nourriture n’est pas une nourriture naturelle … Dieu enverra une faim de Sa Parole, et la nourriture que tu dois emmagasiner est la Parole révélée par Dieu pour ce temps. Les prédications sont conservées sur les bandes … attends, pour la distribution de la nourriture, d’avoir reçu le reste de celles-là». Personne ne peut se représenter ce que produisit un tel événement. Le même Dieu qui avait parlé dans tous les âges par Ses serviteurs, agissait maintenant de la même manière, et donnait la réponse à ma question!

Les années 63 à 65 furent de longues années d’attente, car il fallait que je commence à obéir à cet appel. Nous reçûmes toutes les bandes magnétiques sur lesquelles se trouvait la précieuse nourriture de la Parole de Dieu révélée, et nous conservâmes tout cela.

Au cours de ces dernières années, Dieu nous donna des directives par des visions, des révélations et des prophéties. Elles furent d’une grande importance, aussi bien pour le service de la Parole que pour l’édification de l’Eglise. Ainsi, tous ceux qui étaient présents à la rencontre de Sylvestre 1965–1966 à Krefeld n’oublieront jamais ces heures passées ici. Je me rends bien compte que les personnes n’ayant pas fait de telles expériences avec Dieu peuvent avoir de la peine à saisir ce que je dis, et à le croire. Cependant, ce n’est pas notre intention d’exagérer, ou de parler de choses qui n’ont pas eu lieu. Environ soixante-dix personnes étaient présentes ce soir-là, quand le Seigneur notre Dieu nous parla et envoya Son ange au milieu de nous. Pendant la rencontre, le Seigneur parla d’une manière toute particulière par la révélation prophétique. Ce qui, en ce temps-là, était à venir, s’est réalisé depuis lors. Ces heures pendant lesquelles Dieu nous parla sont demeurées inoubliables pour nous, et c’est un précieux souvenir. Chaque révélation que le Seigneur donne s’accomplit littéralement. Jusqu’à ce jour, nous l’avons toujours vu.

Depuis avril 1966, nous avons pu distribuer, de toutes sortes de manières, la nourriture spirituelle. Les prédications ont été traduites, et il nous a été accordé d’aller de ville en ville, et de pays en pays pour y tenir des réunions. Partout, des personnes sont venues écouter avec joie la Parole révélée par Dieu pour notre temps.

Cela fut pour nous un grand événement que de pouvoir parcourir ces dernières années les pays de l’Est. De partout, des croyants venaient dans les réunions et ils recevaient avec joie la Parole de Dieu révélée. Cela me rappelle l’événement qui se produisit alors que j’étais en Afrique.

En esprit, j’observais, du haut d’une plateforme, comment une foule de gens entraient dans une grande salle. Alors que je regardais cette foule et que tous s’étaient assis, je vis qu’il y avait là des sièges vides. Je savais que ceux-ci devaient également être occupés. A ce moment, la porte s’ouvrit, et toute une troupe de frères et soeurs entrèrent, et une voix dit: «C’est l’Epouse qui vient des pays de l’Est!». Tous s’assirent, et la salle fut remplie jusqu’à la dernière place. Il était pourvu aux besoins de chacun, et tous pouvaient se comprendre les uns les autres. Tous étaient dans une grande attente.

Le Seigneur connaît les Siens, et Il les prépare, pour le glorieux jour des noces de l’Agneau. Nous pensons, à ce propos, au chant que frère Branham aimait tellement chanter: «Ils viennent de l’Est et de l’Ouest, ils viennent du Sud et du Nord… Ils viennent pour le Repas dans la céleste Salle…».

EMISSIONS RADIOPHONIQUES

Avec l’aide de Dieu, il nous a été accordé de pouvoir prêcher sur les ondes de la radio chaque dimanche matin à 6h.05, sur les ondes courtes et moyennes de Radio Luxembourg. Par ce moyen, dans toute l’Europe, les personnes de langue allemande sont atteintes. Nous recevons de partout, et même de Russie, de la correspondance venant de personnes qui ont compris dans quel temps nous vivons, et qui croient de tout leur coeur à ce que Dieu fait maintenant. Je souhaiterais que tous les frères et soeurs, auxquels Dieu a mis à coeur de soutenir ce travail missionnaire, puissent avoir seulement une fois l’occasion de lire les lettres que nous recevons. De toutes les églises et communautés, Dieu appelle des âmes fidèles à sortir, et Il leur parle d’une manière telle qu’elles puissent bien comprendre. Ce n’est pas exagéré de dire que non seulement des milliers, mais des dizaines de milliers de personnes croient le témoignage que Dieu a donné dans ce temps.

Chaque dernier dimanche du mois a lieu à Zurich une réunion où quelques centaines de personnes viennent, de près ou de loin, pour écouter la Parole de Dieu. Notre cher frère Bazzel, que le Seigneur a repris à Lui depuis lors, avait à coeur de répondre de cette manière aux besoins des frères et soeurs de la Suisse. C’est chaque fois pour moi une grande joie d’être là-bas. Par le ministère de frère Branham, le Seigneur avait fait de grandes choses dans cette ville, et il y a encore aujourd’hui beaucoup de personnes qui ont été témoins de quelle manière merveilleuse le Seigneur avait agi en 1955.

Puis, nous pensons aux nombreux enfants de Dieu dispersés, aux groupes de prière isolés qui se retrouvent à quelques-uns pour écouter la traduction d’une bande magnétique et prier ensemble. C’est plus particulièrement aux dispersés et aux isolés que s’adresse la Parole du Seigneur dans Ezéchiel 34: “Car ainsi parle le Seigneur, l’Eternel: Voici, j’aurai soin moi-même de mes brebis, et j’en ferai la revue … Je chercherai celle qui était perdue, je ramènerai celle qui était égarée, je panserai celle qui est blessée, et je fortifierai celle qui est malade”. Il connaît les Siens, et Il est près de chacun.

Unis dans l’amour reconnaissant.
E
. Frank

 

EDITORIAL

“Maudit soit l’homme qui fait une image taillée ou une image en fonte, abomination de l’Eternel, oeuvre des mains d’un artisan, et qui la place dans un lieu secret”.

Chers frères et soeurs en Jésus-Christ,
Que la grâce et la paix soient avec vous!

L’apôtre Jean disait, en concluant sa première épître: “Petits enfants, gardez-vous des idoles”. De nos jours, il n’y a guère que dans l’église catholique, et dans quelques régions arriérées du monde, où l’on se prosterne encore devant des statues, et où l’on adore Dieu par leur moyen. Cependant, nous savons très bien que les démons qui se trouvent derrière toutes ces idoles (1 Cor. 10.19,20) n’ont pas renoncé à séduire même les élus, si cela était possible.

Nous ne craignons pas l’adversaire, pourvu que nous marchions dans la lumière, comme Dieu est dans la lumière, car nous sommes alors en communion les uns avec les autres, et le Sang de Jésus Son Fils nous purifie de tous péchés (1 Jean 1.7). Cependant, précisément parce que nous marchons dans la lumière du soir (Zach. 14.7), nos regards doivent observer les alentours du chemin sur lequel nous sommes engagés, et découvrir les ruses employées par l’adversaire pour nous faire trébucher.

Pour comprendre ce qu’est la forme d’idolâtrie dans laquelle le tentateur voudrait conduire les élus du temps de la fin, il suffit de regarder de quelle manière se comportaient les adorateurs des idoles d’autrefois. Pour fabriquer leurs idoles, ils prenaient une masse quelconque (bois, pierre, or, argent, etc.), et chacun la taillait selon la représentation qu’il se faisait du Dieu invisible qu’il voulait adorer.

Remarquez que de nos jours, le principe n’a pas changé. Seul le matériel employé pour faire une image taillée a changé, car l’idolâtrie s’est déplacée dans le domaine de la pensée, de l’intellect, de la philosophie. En général, pour les plus spirituels, on prend une certaine partie de la Parole de Dieu. On L’adapte à sa pensée, on L’interprète selon son intelligence et sa raison, on La modèle selon son imagination, on Lui enlève ce qui gêne la conscience, on Lui ajoute ce qui convient à chacun, que ce soit doctrines, credo ou systèmes organisés d’inspiration humaine. Et puis, quand tout cela est terminé, on proclame à qui veut l’entendre: «Nous avons l’image exacte de Dieu!».

Vous avez sans doute compris que l’idole est en réalité une religion, un système que l’on s’est fabriqué pour s’approcher de Dieu. Il y en a de toutes les formes, et de toutes les grandeurs, à commencer par la mère de toutes les impudiques et des abominations de la terre (Apoc. 17.5), jusqu’à l’idole de l’individualiste, qui se prosterne devant Dieu selon la représentation qu’il S’en fait.

La formation d’une nouvelle image taillée a toujours eu pour cause que certaines personnes, qui prétendaient avoir reçu la Parole de Dieu révélée, voulaient fixer par des credo et définir dans des doctrines ce qu’elles croyaient. Ce faisant, elles s’arrêtaient de marcher dans la lumière avec le Dieu Vivant et elles se retranchaient dans les choses qu’elles avaient reçues, et reconnues pour vraies. Mais le Créateur du Ciel et de la terre n’a de cesse qu’Il n’ait achevé Son oeuvre. Que notre Dieu en soit béni!

La petite pierre dont parle Daniel (Dan. 2.34,35) et qui frappa l’image taillée, ne cessa pas de grandir jusqu’à ce qu’elle devînt une grande montagne, et qu’elle remplît la terre entière. Nous savons bien que cette pierre représente le Seigneur Jésus-Christ, qui est la Parole de Dieu révélée dans la chair. Cette révélation de la Parole de Dieu n’a jamais cessé de grandir au cours des âges, et elle atteindra Sa plénitude pendant le millénium.

De nos jours, Dieu S’est révélé par Son serviteur notre frère Branham d’une manière plus complète que dans les âges précédents. Cependant, n’oublions pas que c’est avec le Seigneur notre Dieu que nous sommes en communion, et c’est avec Lui que nous marchons dans la lumière. Nous n’ignorons pas les desseins de l’adversaire, qui pousse certains croyants à faire du Message apporté par ce frère une image taillée. C’est pourquoi, par ces lignes, j’exhorte chacun à demeurer attaché de tout son coeur au Seigneur Jésus-Christ. Ecoutez Sa voix, car Il parle encore par les ministères qu’Il a établis dans l’Eglise pour l’édification des membres de Son Corps.

“Petits enfants, gardez-vous des idoles”.

Votre frère en Christ.
A. Barilier