“Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement” (Hébreux 13.8).

Lettre circulaire — Janvier 1974


Je salue cordialement tous les frères et soeurs, dans le précieux Nom de notre Seigneur Jésus-Christ, par cette parole de Luc 21.36:

“Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme”.

Nous vivons dans un temps très agité, où du jour au lendemain, des choses de portée mondiale peuvent être changées. Nous observons les événements du temps de la fin avec une grande attention, et devons constater que les signes des temps ne se font pas attendre, car nous voyons de nos propres yeux l’accomplissement des paroles prophétiques. C’est aussi pourquoi nous nous écrions: “Jésus vient bientôt!”; “Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront…”.

Nous nous trouvons de nouveau au seuil d’une nouvelle année, et nous constatons qu’à peine une année a commencé que la voilà déjà finie. Un compositeur écrivait: «Avec quelle rapidité s’écoule le temps, ami, penses-y! Bientôt, viendra l’éternité, où l’on ne pourra plus rien faire». Il n’a été demandé à personne s’il voulait venir dans ce monde, et il ne lui est pas davantage demandé s’il désire s’en aller de ce monde. La vie et la mort dépendent de Dieu. Mais, comment nous en irons-nous d’ici? Sera-ce avec ou sans Christ? Et où passerons-nous l’éternité? La vie éternelle n’est pas quelque chose d’incertain, car Christ est la Vie éternelle. Seul celui qui L’a reçu dans la foi possède la Vie éternelle.

A chaque fin d’année, nous nous arrêtons un moment et repensons aux bonnes comme aux mauvaises choses qui nous sont arrivées, nous demandant si nous avons été en bénédiction aux autres. En tant que croyants, nous nous demandons si nous pouvons subsister devant la face de Dieu, quant à notre manière de faire. Cependant, c’est en tout temps que nous devrions avoir l’habitude de nous éprouver nous-mêmes, car le Seigneur pourrait nous enlever à l’improviste, que ce soit ensemble ou individuellement.

C’est avec une profonde reconnaissance que nous voyons de nos jours l’oeuvre de Dieu s’avancer vers son point culminant. Quand nous considérons l’oeuvre de Dieu dans les siècles écoulés, nous constatons que l’édifice de Dieu ressemble à une pyramide. Cet édifice commença par une fondation très grande, pour devenir de plus en plus étroit; mais il s’éleva de plus en plus haut. Au commencement, il y eut un grand nombre de personnes qui reçurent le Message de Dieu et suivirent l’action du Saint-Esprit. Aux jours de la réformation, de grandes foules crurent la prédication de l’Evangile. Puis, lors de chaque réveil consécutif, le nombre de ceux qui croyaient le véritable Message de Dieu diminua. L’action du Saint-Esprit devint cependant de plus en plus profonde.

En ce temps-ci, nous ne nous attendons pas à un réveil mondial qui remue de grandes foules, mais bien à une puissante vivification de l’Epouse par le Saint-Esprit, sur le fondement biblique. L’Eglise du Seigneur doit être pénétrée de la nature de Jésus, remplie de Son amour et revêtue de Sa force. Beaucoup acceptèrent la justification par la foi, mais déjà moins de personnes suivirent la sanctification opérée par le Saint-Esprit. Le nombre de ceux qui expérimentèrent le baptême du Saint-Esprit était encore plus restreint, et le Message du temps de la fin ne sera reçu que par le reste des enfants de Dieu — le petit troupeau — sur lesquels repose l’approbation de Dieu. Ils écoutent et prennent garde à ce que Dieu dit à Son peuple par la révélation de l’Esprit. Puissions-nous être trouvés dignes, dans cette dernière génération, d’échapper à tout ce qui doit arriver sur la terre, afin de subsister devant le Seigneur.

La pierre du faîte doit être posée sur la Maison de Dieu. Christ doit être manifesté comme étant Le même dans Son Eglise. Il est la Pierre fondamentale et la Pierre du faîte; l’Alpha et l’Oméga, le Chef et le Consommateur de notre foi. Lui-même achève la préparation de Son Eglise pour le jour de Son glorieux retour.

ISRAEL DANS LA PROPHETIE

Dans ce temps prophétique, nous voyons la Parole de Dieu s’accomplir de manières variées. Dieu accomplit des choses décisives, non seulement dans l’Eglise, mais également en Israël. Il a dit: “En ce jour-là, je ferai de Jérusalem une pierre pesante pour tous les peuples; tous ceux qui la soulèveront seront meurtris; et toutes les nations de la terre s’assembleront contre elle” (Zach. 12.3).

Ces jours, l’attention des habitants du monde entier est dirigée à nouveau vers Israël. Pourtant, la plupart ne reconnaissent pas que le Seigneur Dieu accomplit les prophéties. Lui-même a promis de rassembler Israël, à la fin des jours, d’entre toutes les nations, et de le ramener dans le pays de la Promesse. Il les y plantera, et personne ne pourra les en arracher. Et il est sur le point de répandre sur Israël Sa bénédiction et Son salut.

Les croyants du monde entier, en dépit de la position de leur gouvernement, ont pensé à Israël dans leurs prières. Alors qu’Israël célébrait le grand jour des expiations, l’ennemi l’attaquait à l’improviste. Nulle part ailleurs, dans le monde, on ne peut trouver une haine pareille à celle existant entre les descendants d’Isaac et d’Ismaël. Les deux peuvent prétendre qu’Abraham est leur père, mais seule la Parole de Dieu peut nous montrer en quoi consiste la différence. Dans Galates 4.21-30, Paul définit la signification des deux fils d’Abraham. Il dit au verset 22:

“… Abraham eut deux fils, un de la femme esclave, et un de la femme libre. Mais celui de l’esclave naquit selon la chair, et celui de la femme libre naquit en vertu de la promesse”.

C’est là que se trouve le mystère. La promesse que Dieu donna à Abraham ne concernait pas Ismaël, mais seulement Isaac. C’est lui qui était l’héritier légitime et qui reçut la bénédiction du Dieu Tout-puissant. On n’évaluera jamais trop l’importance d’une promesse divine, car c’est à elle qu’est attachée la bénédiction de Dieu. Au verset 28, Paul continue, en disant: “Pour vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de la promesse”.

Les vrais enfants de Dieu sont les enfants de la promesse. Ils croient ce que Dieu a promis aux Siens; ils sont héritiers de Dieu et cohéritiers de Jésus-Christ. Ce qui est étonnant, c’est que les Israélites ne haïssent pas les Arabes — la descendance d’Ismaël — et ils sont toujours prêts à leur témoigner de l’amour. Cependant, les Ismaélites haïssent les Israélites — la postérité d’Isaac — d’une haine mortelle. Et ce qui se déroule avec la postérité d’Abraham selon la chair, nous le voyons également se réaliser dans la chrétienté. Ceux qui sont nés de Dieu, et qui ont reçu la promesse de la Parole et du Saint-Esprit, sont haïs et persécutés par les autres.

Jusqu’à présent, il n’y avait pas la possibilité de pourparlers directs de paix, mais le chemin sera préparé pour cela. Cette guerre a créé une situation inconnue auparavant, mais elle est nécessaire. Sous la pression des grandes puissances internationales, des frontières reconnues seront créées, car l’Ecriture doit s’accomplir, qui dit:

“Quand les hommes diront: Paix et sûreté! alors une ruine soudaine les surprendra…”.

Les ennemis d’Israël seront même d’accord pour le tracé des frontières, cependant en eux-mêmes, la haine continuera de grandir, jusqu’au jour où, selon Ezéchiel 38 et 39, ils fondront sur Israël avec tous leurs alliés. Les Juifs ne sont pas encore conscients de quelle manière les promesses s’accompliront. Leurs yeux sont encore empêchés de le voir, comme le dit Paul, dans 2 Corinthiens 3.15: “Jusqu’à ce jour, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leurs coeurs…”.

Parmi les élus, en Israël, il y a une grande attente du Messie. Il y a dans leur coeur un ardent désir de rédemption et de délivrance. Le temps pour toute la nation d’Israël commencera seulement quand le nombre complet des nations sera entré dans l’Eglise. Paul écrit plus loin: “… mais lorsque les coeurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté”. Cela ne peut avoir lieu qu’après l’enlèvement de l’Epouse.

Comment pouvons-nous classer les événements de ce temps-là? Parmi les croyants véritables se pose cette grave question: Combien le temps de la grâce durera-t-il encore, et quand le Seigneur reviendra-t-Il? Les signes des temps nous parlent clairement, et le figuier est en pleine floraison. La parole prophétique s’accomplit sous nos yeux.

LES 70 SEMAINES DE DANIEL

Beaucoup de ceux qui s’occupent de la Parole prophétique se posent la question de savoir comment doivent être classées les 70 semaines de Daniel. L’ange Gabriel instruisit le prophète Daniel sur les six buts du plan de salut pour Israël. Dans Daniel 9.24, il est écrit: “Soixante et dix semaines ont été fixées sur ton peuple et sur ta ville sainte, pour…”.

1. faire cesser les transgressions

2. et mettre fin aux péchés,

3. pour expier l’iniquité

4. et amener la justice éternelle,

5. pour sceller la vision et le prophète

6. et pour oindre le Saint des saints.

Premièrement, les transgressions doivent cesser. Dieu a dit, par le prophète Ezéchiel: “L’iniquité de la maison d’Israël et de Juda est grande, excessive; le pays est rempli de meurtres,…”. Au chapitre 45.9, il est écrit: “Assez, princes d’Israël! cessez la violence et les rapines, pratiquez la droiture et la justice…”. Le Seigneur dit par le prophète Esaïe: “Cessez d’apporter de vaines offrandes: J’ai en horreur l’encens, les nouvelles lunes, les sabbats, et les assemblées; je ne puis voir le crime s’associer aux solennités” (Esa. 1.13).

Tous ceux qui transgressent l’alliance que Dieu a établie avec Israël seront rendus honteux. Daniel a prophétisé en ces paroles: “Il séduira par des flatteries les traîtres de l’alliance. Mais ceux du peuple qui connaîtront leur Dieu agiront avec fermeté…”. Au temps de l’accomplissement de cette prophétie, l’iniquité en Israël cessera. Ils reconnaîtront ce que Dieu a fait dans Sa justice et Sa sainteté.

Deuxièmement, il sera mis fin aux péchés. Le Seigneur s’attendait à ce qu’Israël croie le Messie. Cependant, ils ne Le reconnurent pas et se rendirent coupables du péché d’incrédulité. Le plus grand péché d’Israël fut d’avoir rejeté le Messie. Cependant, quand le temps sera venu, ils reconnaîtront Celui qu’ils ont percé, comme le dit Zacharie 12.10: “Alors, je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit de grâce et de supplication, et ils tourneront les regards vers moi, celui qu’ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique, ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premier-né”. C’est ainsi qu’il sera mis fin au terrible péché d’incrédulité. “Mais voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël après ces jours-là…”. Puis, le Seigneur dit encore: “Je mettrai mes lois dans leur esprit, je les écrirai dans leur coeur;… et je ne me souviendrai plus de leurs péchés” (Héb. 8.10-13).

Troisièmement, les fautes et les iniquités doivent être expiées. Le Seigneur Jésus vint vers les Siens (Israël), et cependant, ils ne Le reçurent point. Il expia leurs fautes par Sa mort à Golgotha, mais, en ce temps-là, ils n’acceptèrent pas cette expiation. Lorsqu’ils rejetèrent le Messie et s’écrièrent: “Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants!”, le salut vint sur les païens. Mais lorsque le Seigneur Se tournera à nouveau vers Israël, ils recevront l’expiation de leurs fautes et de leurs iniquités par Christ, leur Messie. Le prophète Esaïe a annoncé ces jours-là par ces paroles: “… après que le Seigneur aura lavé les ordures des filles de Sion, et purifié Jérusalem du sang qui est au milieu d’elle, par le souffle de la justice et par le souffle de la destruction. L’Eternel établira, sur toute l’étendue de la montagne de Sion et sur ses lieux d’assemblées, une nuée fumante pendant le jour, et un feu de flammes éclatantes pendant la nuit; car tout ce qui est glorieux sera mis à couvert” (Esa. 4.4,5).

Le quatrième but consiste en ceci, que la justice éternelle soit établie. Dieu Lui-même est éternel, et Sa justice est également éternelle. La Vie éternelle et la Justice éternelle de Dieu leur sera accordées en Jésus-Christ. Le prophète Esaïe dit: “Sion sera sauvée par la droiture, et ceux qui s’y convertiront seront sauvés par la justice. Mais la ruine atteindra tous les rebelles et les pécheurs, et ceux qui abandonnent l’Eternel périront” (Esa. 1.27,28). En ce temps-là, les Israélites n’auront plus la justice de la loi, mais ils recevront la justice éternelle par la foi dans le Messie; “… lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption” (1 Cor. 1.30).

Cinquièmement, les visions, les prophéties et le prophète seront confirmés. En ce temps-là, Dieu Lui-même leur accordera la connaissance de la révélation divine du plan de salut, et ils reconnaîtront l’accomplissement des prophéties et de la vision. Depuis toujours, les élus en Israël crurent les prophètes auxquels Dieu Se révélait par des visions, et par lesquels Il adressait à Son peuple les prophéties. Israël fut enseigné à écouter seulement les prophètes dont les prophéties étaient confirmées et qui s’accomplissaient.

Sixièmement, il est parlé en conclusion de l’onction sur le Saint des saints. Dans l’Ancien Testament, le Tabernacle, le Lieu très Saint, ainsi que les prêtres et les instruments du culte, étaient consacrés au service du Seigneur par l’onction (livre du Lévitique). Ainsi, au commencement du Millénium, le Temple du Seigneur, le lieu où Dieu Se révèle, sera oint comme lieu Très Saint.

L’ange Gabriel dit encore à Daniel: “Sache-le donc, et comprends! Depuis le moment où la parole a annoncé que Jérusalem sera rebâtie jusqu’à l’Oint, au Conducteur, il y a sept semaines; dans soixante-deux semaines, les places et les fossés seront rétablis, mais en des temps fâcheux. Après les soixante-deux semaines, un oint sera retranché, et il n’aura pas de successeur. Le peuple d’un chef qui viendra détruira la ville et le sanctuaire, et sa fin arrivera comme par une inondation; il est arrêté que les dévastations dureront jusqu’au terme de la guerre. Il fera une solide alliance avec plusieurs pendant une semaine, et, durant la moitié de la semaine, il fera cesser le sacrifice et l’offrande; le dévastateur commettra les choses les plus abominables, jusqu’à ce que la ruine et ce qui a été résolu fondent sur le dévastateur”.

Les soixante-dix semaines d’années pour le peuple d’Israël sont divisées en trois parties. La première partie s’étend sur sept semaines d’années et commence en mars 445 avant Christ. Après que la captivité de Babylone soit arrivée à son terme, Jérusalem devait être rebâtie, ainsi que ses places. Néhémie se rendit à Jérusalem, et dit ceci: “Vous voyez le malheureux état où nous sommes! Jérusalem est détruite et ses portes sont consumées par le feu! Venez, rebâtissons la muraille de Jérusalem, et nous ne serons plus dans l’opprobre”. Alors, ils lui déclarèrent: “Levons-nous, et bâtissons! Et ils se fortifièrent dans cette bonne résolution” (Néh. 2.17,18).

Ils eurent à travailler sept semaines d’années pour rebâtir Jérusalem, c’est-à-dire 49 ans. Ensuite, il est question ici des 62 semaines d’années à la fin desquelles l’Oint, le Messie, a livré Sa vie pour faire l’expiation. Ici, nous devons mettre ensemble les 7 semaines = 49 ans et les 62 semaines = 434 ans, ce qui nous donne 483 ans. La première période commence en 445 avant Christ, et la deuxième prend fin avec la mort de Jésus-Christ.

Au point de vue prophétique, nous devons compter l’année à 360 jours seulement, au lieu de 365. Dans l’Apocalypse, nous trouvons le même laps de temps avec la mention des trois ans et demi, ou 42 mois, ou 1260 jours.

Je donne ci-après les citations de frère Branham sans faire à nouveau de commentaires. Relativement à cela je ne répondrai à aucune question que l’on pourrait me poser. Je poursuis le seul but d’aider chacun, afin que personne ne vienne à fixer de date. Dieu seul pourvoira pour que tout se déroule exactement selon Son plan et Sa volonté.

Frère Branham a traité le thème des soixante-dix semaines à partir de différents points de vue. En tant que prophète de Dieu, il voyait l’aspect actuel du plan de salut. S’il se rapportait au ministère des deux prophètes, il parlait alors de 3 ans et demi, qui ont été déterminés pour Israël, et il montrait que le Seigneur Jésus a déjà prêché trois ans et demi aux Juifs. Mais s’il se rapportait à la période entière qui aura lieu après l’enlèvement de l’Epouse, il parlait de sept ans. Les deux sont justes, s’ils sont placés à leur juste place.

Ce qui suit est traduit des citations extraites de la prédication de frère Branham sur les “70 semaines de Daniel”, qui a été prêchée le 6 août 1961 à Jeffersonville.

Commencement des citations

«Maintenant, il n’y a plus de suppositions à faire à ce sujet. Nous savons que chaque semaine (prophétique) signifie sept ans. Avez-vous saisi cela? Disons-le ensemble: Une semaine est égale à sept ans. Maintenant, nous l’avons compris. Une semaine est égale à sept ans.

La reconstruction du Temple a duré 49 ans. Pour les nations, l’époque n’a pas été déterminée, mais Dieu dit simplement: “Les temps des nations”. Jésus dit, dans Luc 21.24: “Ils tomberont sous le tranchant de l’épée, et seront menés captifs parmi toutes les nations; et Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations jusqu’à ce que les temps des nations soient accomplis”. Il y a un temps déterminé pour elles; cependant, personne ne sait quand arrivera sa fin. C’est un mystère».

«Ainsi, les sept semaines, c’était 49 ans. Cela, nous l’avons bien compris, puisqu’une semaine représente sept ans. Depuis que l’ordre a été donné de rebâtir la ville, jusqu’au Messie, jusqu’à Christ qui est l’Oint, il y a 7 semaines et 62 semaines, ce qui fait 69 semaines d’années; et 69 x 7 font 483 ans».

«Conformément à Apocalypse 11, les deux prophètes prophétiseront 1260 jours, c’est-à-dire jusqu’à la moitié de la dernière semaine d’années pour les Juifs. Alors, ils seront retranchés et la bataille d’Harmaguédon commencera».

«Nous voyons que tout ce qui doit encore arriver (avec Israël) s’accomplira dans la soixante-dixième semaine. Si donc il y a déjà eu soixante-neuf semaines d’années, et qu’elles se sont déroulées comme Dieu l’avait dit, ainsi y a-t-il encore une semaine qui est promise aux Juifs».

«Quand la soixante-dixième semaine commencera-t-elle? Exactement après que l’Eglise ait été enlevée. Alors, Dieu retourne vers les Juifs. Ne l’oubliez pas».

«Souvenez-vous qu’aussitôt que l’Eglise s’en est allée, les Juifs saisissent ces choses et entrent. Mais le prochain événement, qui est devant nous, n’est pas un réveil national parmi les païens. Le prochain événement, c’est la venue du Royaume de Dieu, la venue de Christ».

«Quand Dieu commencera-t-Il leur dernière semaine? Quand? Cela pourrait être aujourd’hui. Cela pourrait être avant que le soleil ne se couche. Dieu le fera savoir. Quand ce sera, je ne le sais pas. Je me le demande. Mais je vais vous dire quelque chose dans quelques minutes. Je ne sais pas si vous le croirez ou non. Cependant, je vous le dirai tout de même.

Les Juifs sont dans leur patrie. Nous nous trouvons à la fin des temps, prêts pour l’enlèvement. Quand l’enlèvement a lieu, l’Eglise est enlevée et nous Le rencontrerons dans les airs. Nous tous savons cela… C’est ainsi que se termine le temps des nations».

«Alors, il ne reste plus qu’une semaine pour les Juifs. Est-ce exact? Et c’est exactement sept ans. Une semaine entière avait été déterminée pour le peuple d’Israël. Ainsi, nous savons qu’il reste sept années pour les Juifs. Est-ce exact? Examinez. Voyez cela. S’il y a une question, faites-la moi connaître».

«C’est par les deux prophètes, que Dieu appellera d’entre les Juifs les 144000… Mais, souvenez-vous, cela arrive dans la soixante-dixième semaine, et l’Eglise est dans la gloire. Amen! — et le souper des noces a lieu».

«Au moment où commence la soixante-dixième semaine — ou les sept ans — l’Eglise s’en est allée. Pouvez-vous voir cela, mes amis? Levez votre main, si vous pouvez le voir».

«Au moment où commence la soixante-dixième semaine, l’Eglise est partie. Ecoutez! Je le répète, afin que vous ne l’oubliiez pas. Ceci est ce que le Saint-Esprit a mis sous ma plume alors que j’écrivais. Nous sommes dans l’âge de Laodicée. Le Christ a été rejeté de Sa propre Eglise. Le Messager de cet âge a apporté le Message, et Israël est dans son pays. Vous voyez où nous nous trouvons. Nous sommes à la fin».

«Pendant les quarante dernières années, les Juifs retournèrent à Jérusalem, dans leur pays d’origine. Voyez-vous où nous en sommes? Il s’écoula 40 ans après que le Messie eut été retranché, jusqu’à ce que le Temple soit détruit par Titus, et que les Juifs soient dispersés».

«Maintenant, voyez cela. Nous constatons que depuis une quarantaine d’années, les Juifs reviennent dans leur pays. C’est à peu près le même laps de temps qui leur fut accordé, après que leur Messie fut retranché jusqu’à la destruction du Temple et la dispersion des Juifs».

«“Et il confirmera une alliance avec la multitude pour une semaine; et au milieu de la semaine…”. C’est trois ans et demi, et la Bête brisera l’alliance».

«Nous constatons que les organisations protestantes ont fait une confédération d’églises, une image de la Bête, et vont avec elle. Et les Juifs seront appelés à s’unir à cette confédération. Oui, monsieur! Et ils seront d’accord. C’est ce que dit la Bible.

Et il fait une alliance avec eux, et au milieu de la soixante-dixième semaine, l’antichrist brise son alliance avec les Juifs».

«Prenez garde, maintenant. Le sacrifice journalier sera réintroduit, après que le Temple aura été reconstruit. Le prince qui viendra au milieu de la semaine brisera l’alliance et fera cesser le sacrifice. Cette désolation durera jusqu’à la fin».

«N’y a-t-il pas une famine dans le pays, en ce temps? La vraie Eglise parcourt des centaines de kilomètres pour écouter la Parole de Dieu. Ce n’est pas une famine de pain, seulement, mais bien celle d’écouter la Parole de Dieu. Nous vivons déjà en plein là-dedans».

«Une remarque frappante, maintenant: Depuis le temps où Dieu donna la promesse à Abraham (Gen. 12), jusqu’au temps où Christ fut rejeté, en 33 après Christ, les Juifs avaient vu agir au milieu d’eux la puissance de Dieu, conformément à Galates 3.16,17 et selon la chronologie hébraïque de Usher, pendant exactement 1954 ans… Après qu’ils eurent rejeté le Christ, Il Se tourna vers les nations pour choisir du milieu d’elles un peuple qui portât Son Nom (Actes 15,14). Si nous comptons le temps… Il sera donc imparti à l’Eglise, de l’an 33 après Christ à 1977, le même nombre d’années, durant lesquelles Dieu sera en relation avec elle, que celui qui fut imparti aux Juifs soit 1954 ans».

«Depuis que le premier Jubilé eut lieu, selon Lévitique 25.8-10, jusqu’en 1977, il y aura soixante-dix Jubilés… Et, qu’arrivera-t-il? Oh, mes frères, faites attention! Ne le manquez pas! Ce sera le Jubilé de l’enlèvement de l’Epouse des nations, et le retour de Christ aux Juifs, lorsqu’ils sortiront de leur servitude. Amen! Le voyez-vous? Ils se rassembleront du monde entier pour ce jour. Nous ne savons pas en quel temps cela pourra arriver. Nous sommes à la fin des temps».

«Et je prédis… Je n’ai jamais dit que le Seigneur me l’a dit, mais en voyant les progrès du temps, je prédis que tout cela s’accomplira entre 1933 et 1977. Dieu connaît mon cœur: jusqu’à hier, je ne savais pas que 1977 était une année jubilaire. Ainsi, nous avons la même période de temps que Dieu donna à Israël. Nous sommes à la fin des temps, au seuil de la soixante-dixième semaine. Nous ne savons pas en quel temps l’Eglise s’en ira».

«Je ne voudrais pas que quelqu’un s’en aille d’ici en comprenant de travers. Que personne n’interprète mal ce que j’ai dit, et prétende que frère Branham aurait dit que Jésus reviendrait en 1977. Je n’ai jamais dit chose pareille. Jésus peut revenir aujourd’hui. Mais j’ai seulement dit qu’entre 1933 et 1977, il se passera quelque chose, et que les choses qui m’ont été montrées en vision s’accompliront. Et cinq d’entre elles sont déjà accomplies».

«N’êtes-vous pas heureux? Revenez au Message, frères! Revenez à l’original! Revenez à Pentecôte! Revenez à la vraie bénédiction! Revenez au Nom de Jésus-Christ! Revenez au baptême du Saint-Esprit! Revenez aux signes et aux miracles! Revenez à Pentecôte! Finissez-en avec vos organisations!».

CONCLUSION

La charge que j’ai reçue du Seigneur est uniquement de faire connaître plus loin la Parole révélée de Dieu, c’est-à-dire de distribuer la nourriture qui avait été mise en réserve. Je désire accomplir ce service consciencieusement, sans me laisser engager dans quelque spéculation que ce soit. Nous sommes décidés à nous opposer à toute interprétation arbitraire des Saintes Ecritures et de la Parole de Dieu révélée dans ce temps. Nous nous distançons consciemment de tout frère, ou de tout groupe, qui ne s’en tient pas uniquement à la Parole de Dieu.

Il est clair que le Seigneur notre Dieu a fait savoir quelle était la signification de la Parole prophétique, et quel en était son accomplissement. Le Seigneur a également mis à nouveau sur le chandelier, dans l’Eglise, toutes les doctrines bibliques. Tout le conseil de Dieu a été publié, comme Il l’avait révélé à Son serviteur et prophète. Il n’y a maintenant aucun motif de nous fixer sur certaines choses seulement, car Dieu a établi toutes choses, et cela nous suffit. Qu’après l’enlèvement de l’Epouse, et jusqu’à l’établissement du Millénium, il y ait trois ou sept ans, cela importe peu, car Dieu l’a déjà déterminé. Il ne viendra pas demander à l’un de nous ce que nous en pensons, ou si nous croyons que c’est juste. Ce qui est important pour nous, c’est que nous utilisions le Message du temps de la fin pour notre préparation afin de pouvoir prendre part aux noces de l’Agneau.

Un serviteur de Dieu n’est pas querelleur, ni ergoteur. Il ne dicte pas aux autres sa connaissance d’une façon dogmatique; mais c’est poussé par le Saint-Esprit qu’il publie la Parole de Dieu, dans l’amour de Dieu. Dans 1 Corinthiens 2, Paul a exposé clairement le point de vue spirituel de la vraie position d’un serviteur de Dieu publiant la Parole.

En toutes choses, nous devons être profonds et vrais. Après le départ de frère Branham, nous avons eu en Europe des réunions avec des frères des USA, et ce qu’ils nous ont dit, nous l’avons cru, comme le dit l’Ecriture: “… l’amour croit tout”. Dans les années suivantes, nous avons examiné toutes choses profondément, comme l’ont fait ceux de Bérée, et nous avons cherché à savoir si ceci correspondait bien à cela. S’il s’agit de déclarations que l’on prétend faire provenir de frère Branham, nous prenons comme base de nos vérifications uniquement les bandes enregistrées, dans lesquelles a été conservé ce que frère Branham a dit dans les réunions.

Jusqu’à présent, nous n’avons pas trouvé qu’il était question d’un calendrier qui s’effeuillait de lui-même, et se serait arrêté à l’année 1977. Il a souvent parlé de 1977 en rapport avec différentes choses, mais sa signification n’en est aucunement modifiée. D’ailleurs, les frères des USA ne peuvent pas davantage trouver cette déclaration. On me dit uniquement que cette déclaration se trouvait dans un manuscrit. Nous devons alors purement et simplement la laisser tomber. Que personne ne dise: «Mon Seigneur tarde à revenir!» et que personne ne s’en tienne fanatiquement à un temps déterminé. Il est certain que le retour de Jésus-Christ est proche, mais quant au temps et à l’heure, personne ne les connaît. Que nous puissions seulement veiller journellement et être prêts.

VOEUX DE BENEDICTION

Je souhaite de tout coeur, à chacun, la bénédiction du Dieu Tout-puissant pour les fêtes de fin d’année, et une nouvelle année riche et bénie. Nous souhaitons que dans la vie de tous Ses enfants, se réalise littéralement le Psaume 20, versets 5 et 6.

C’est pour nous une grande joie de pouvoir apporter la précieuse Parole de Dieu à des milliers de personnes. C’est à cela que servent les émissions radiophoniques, la publication des bandes magnétiques et des prédications par brochures de frère Branham. Tous ceux qui nous aident dans ce travail missionnaire, qui s’étend au monde entier font saluer cordialement tous les lecteurs et auditeurs du Message de la fin des temps. L’assemblée de Krefeld se sent également unie à chacun par le coeur.

Que le Dieu fidèle bénisse tous les frères et soeurs de tous les pays qui, par leurs prières et par leurs dons, soutiennent cette oeuvre missionnaire. Que le Seigneur vous récompense richement, c’est là ma sincère prière. Nous sommes unis pour toujours dans l’amour de Dieu.

Agissant de la part de Dieu.
E
. Frank

 

EDITORIAL

“Le dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant, lorsqu’elle aurait enfanté”. (Apoc. 12.4)

“Ce jour est un jour d’angoisses, de châtiment et d’opprobre, car les enfants sont près de sortir du sein maternel, et il n’y a point de force pour l’enfantement”. (Es. 37.3)

“Et Jésus lui dit: Judas, c’est par un baiser que tu livres le Fils de l’homme”. (Luc 22.47,48.)

 

Chers frères et soeurs en Jésus-Christ,
Que la grâce et la paix vous soient multipliées!

Tout, autour de nous, nous donne la preuve que la fin des temps est venue. Nous connaissons les promesses du Dieu Vivant quant à ce temps, et nous voyons les récits des Ecritures se répéter à nouveau, sous une autre forme, dans ces derniers jours. Les voies du Seigneur n’ont pas changé, et nous voyons également le dragon se tenir aujourd’hui aux aguets pour dévorer l’enfant mâle, le Corps de Christ, qui doit être manifesté aux yeux du monde, avant d’être enlevé.

Le Seigneur notre Dieu avait envoyé un messager à Marie pour lui annoncer la grâce qu’Il se proposait de lui accorder. De même, dans ces derniers jours, Il a envoyé un messager à Son Eglise pour lui faire connaître la vérité présente. Il est vrai que si Marie avait refusé d’écouter le Message qui lui était apporté, elle aurait rendu nul à son égard les bienveillants et merveilleux desseins de Dieu. Cependant, n’oublions pas que le saint enfant qui devait naître d’elle, étant véritablement Fils de Dieu, ne pouvait être engendré qu’à la seule condition qu’elle permette au Saint-Esprit, la puissance du Très-Haut, de venir sur elle pour la couvrir de Son ombre.

Il en est de même aujourd’hui pour ceux qui reçoivent le Message de Dieu, envoyé à Son peuple pour faire paraître Son Fils dans un Corps restauré. Il ne suffit pas de se glorifier d’avoir reçu le Prophète, et le Message qu’il a apporté de la part de Dieu. Il faut aussi demeurer humble comme Marie, et soumis aux voies du Seigneur — car Dieu Se révèle dans la simplicité, et aux humbles — pour que le Saint-Esprit, la puissance du Très-Haut, couvre l’élu et engendre en lui le Fils de Dieu.

L’ennemi, par l’esprit de l’antichrist, est à l’affût pour détruire ce Fils de Dieu qui doit paraître dans ces derniers jours. Nous n’ignorons pas ses desseins, et nous discernons bien comment, s’il ne peut empêcher la diffusion de ce Message, il le corrompt en ceux qui l’ont reçu d’une manière superficielle et intéressée. Il s’efforce de conduire ce croyant à s’attacher d’une manière sectaire et fanatique au messager et au Message, lui faisant oublier de demeurer dans la simplicité à l’égard de son Seigneur, et de se soumettre à Sa Parole en adorant le Père céleste, révélé dans la chair en Jésus-Christ.

Au cours de cette dernière année, nous avons pu observer comment des croyants opportunistes se sont servis de ce Message des derniers temps pour leur gloire personnelle. Nous avons bien discerné l’esprit qui les animait, et malgré les nombreux avertissements qui leur ont été adressés, ils ont persisté dans leur aveuglement. Nous savons quelle sera leur fin, car Dieu ne change pas, et Il ne donnera pas Sa gloire à un autre qu’à Son Fils. Nous savons que si Dieu les a aveuglés, c’est afin que Sa gloire soit reconnue au jour où Il interviendra pour secourir celle qui doit mettre au monde l’enfant mâle tant attendu.

Pour que le Seigneur Jésus soit livré, conformément au plan de Dieu pour notre salut, il fallait bien qu’il y ait eu un traître parmi ses plus proches disciples; l’oeuvre de Dieu dans ces derniers temps n’échappe pas à cette règle. Cependant, nous ne voulons pas nous affliger indéfiniment au sujet de ces diverses traîtrises manifestées par des personnes animées d’un zèle fanatique et sectaire pour le messager envoyé par Dieu. Le Seigneur nous a fait les mêmes promesses qu’à Ezéchiel, lorsqu’il était assiégé par les Assyriens, et nous les prendrons pour appui tout au long de cette nouvelle année, car cette Parole nous dit:

“Que ceci soit un signe pour toi: On a mangé une année le produit du grain tombé, et une seconde année ce qui croît de soi-même; mais la troisième année, vous sèmerez, vous moissonnerez, vous planterez des vignes, et vous en mangerez le fruit. Ce qui aura été sauvé de la maison de Juda, ce qui sera resté poussera encore des racines par-dessous, et portera du fruit par-dessus. Car de Jérusalem il sortira un reste, et de la montagne de Sion des réchappés. Voilà ce que fera le zèle de l’Eternel des armées” (Esa. 37.30-32).

Je vous souhaite donc à tous, chers frères et soeurs en Jésus-Christ, de riches bénédictions dans cette nouvelle année. Que le Seigneur vous accorde de semer beaucoup et de récolter au centuple, et que vous puissiez, comme le dit l’Ecriture: “Pousser encore des racines par-dessous, et porter du fruit par-dessus”.

Agissant de la part de Dieu.

Votre frère en Jésus-Christ.
A. Barilier